A_55_153_EF
Correct misalignment Change languages order
A/55/153 A-55-153_e.pdf (English)A/55/153 A-55-153_f.pdf (French)
United Nations A/55/153 General Assembly Distr.: General 14 July 2000 Original: English 00-63318 (E) ````````` Fifty-fifth session Item 84 of the provisional agenda* International cooperation in the peaceful uses of outer space Implementation of the recommendations of the Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space (UNISPACE III) Report of the Secretary-General Contents Paragraphs Page I. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1–2 3 II. Action taken by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its subsidiary bodies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3–29 3 A. Mechanism and working methods of the Committee to implement the recommendations of UNISPACE III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4–8 3 B. Plan of action of the Office for Outer Space Affairs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9–14 4 C. Building a partnership with industry . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15-16 5 D. Promotion of the participation of youth in space activities . . . . . . . . . . . . . . . . 17–18 6 E. World Space Week . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19–24 6 F. Trust Fund for the United Nations Programme on Space Applications and new and innovative funding sources to implement the recommendations of UNISPACE III. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25-29 7 *A/55/150.2A/55/153 III. Strategy pursued by the United Nations Programme on Space Applications and its activities. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30–41 8 A. Reorientation of the United Nations Programme on Space Applications following UNISPACE III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30–32 8 B. Workshops, training courses and symposia. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33–34 8 C. Development of indigenous capability . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35–38 9 D. Technical advisory services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 10 E. Long-term fellowships . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40–41 10 IV. Developments in inter-agency cooperation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42–52 11 A. Action taken by the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities. . . . . . . 43–46 11 B. Initiatives taken by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its Scientific and Technical Subcommittee to enhance inter-agency cooperation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47–49 12 C. Cooperation between the Office for Outer Space Affairs and other United Nations entities . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50–52 12 V. Enhancement of the International Space Information Service . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53–55 13 VI. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56–58 133 A/55/153 I. Introduction 1. The General Assembly, in its resolution 54/68 of 6 December 1999, took note with satisfaction of the report of the Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space (UNISPACE III),1 which was convened in Vienna from 19 to 30 July 1999, and endorsed the resolution entitled “The Space Millennium: Vienna Declaration on Space and Human Development”.2 In that resolution, the Assembly urged Governments, organs, organizations and programmes within the United Nations system, as well as intergovernmental and non-governmental organizations and industries conducting space-related activities, to take the necessary action for the effective implementation of the Vienna Declaration and called upon all concerned to implement the recommendations made by UNISPACE III. 2. In the same resolution, the General Assembly requested the Secretary-General to report to the Assembly at its fifty-fifth session on the implementtatio of the recommendations of UNISPACE III. In response to that request, the present report provides information on the progress made in the implementtatio of the recommendations of the Conference. It was finalized following the forty-third session of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, held in Vienna from 7 to 16 June 2000, in order to reflect the outcome of that session. II. Action taken by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its subsidiary bodies 3. In accordance with General Assembly resolutiio 54/67 of 6 December 1999, the Scientific and Technical Subcommittee of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, at its thirty-seventh session, reconvened the Working Group of the Whole to consider the future work of the Subcommittee in the light of the recommendations of UNISPACE III. The Working Group of the Whole considered the implementation of the recommendations of UNISPACE III as well as the work of the Subcommittee and made a number of recommendations, as reflected in its report (A/AC.105/736, annex II). The Committee, at its fortythhir session, endorsed those recommendations of the Working Group of the Whole and made further progress in the following areas in implementing the recommendations of UNISPACE III: (a) mechanism and working methods of the Committee, including the methods to involve non-governmental entities in its work; (b) actions to be taken by the Office for Outer Space Affairs of the Secretariat; (c) strengthening of the partnership of the Subcommittee with industry; (d) establishment of a consultative mechanism within the Committee to facilitate the participation of young people in space-related activities; (e) celebration of World Space Week each year from 4 to 10 October; and (f) new and innovative funding sources. A. Mechanism and working methods of the Committee to implement the recommendations of UNISPACE III 4. The Working Group of the Whole of the Scientific and Technical Subcommittee reviewed the strategy to address global challenges as contained in the Vienna Declaration. With regard to actions to be taken within the framework of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, the Working Group of the Whole agreed that the current structure of the agenda of the Subcommittee3 would facilitate the consideration of those issues of global concern and the implementation of the corresponding elements of the strategy referred to in the Vienna Declaration that were relevant to the work of the Subcommittee. 5. The Working Group of the Whole recommended that the Subcommittee consider the items contained in the nucleus of the strategy referred to in the Vienna Declaration through multi-year work plans. On the basis of the recommendations by the Working Group of the Whole, the Committee agreed that the agenda of the Subcommittee for its thirty-eighth session, in 2001, would include the following items to be considered under three-year work plans: (a) means of and mechanisms for strengthening inter-agency cooperation and increasing the use of space applications and services within and among entities of the United Nations system; and (b) implementation of an integraated space-based global natural disaster management system. 6. With regard to the role of the Scientific and Technical Subcommittee and its Working Group of the Whole in implementing the recommendations of4A/55/153 UNISPACE III, the Committee agreed that the Subcommittee should be assigned the task of discussing the matter and reporting each year to the Committee on its findings and recommendations for final approval and/or modifications. The Committee also agreed that the Subcommittee would discuss the matter through its Working Group of the Whole. 7. With regard to its role, the Committee agreed to consider matters relating to the implementation of the recommendations of UNISPACE III under a separate agenda item at its sessions to be held in 2001 to 2004. At those sessions, the Committee might establish a working group of the whole to consider some issues under that agenda item. The Committee agreed that it would prepare a report at its forty-seventh session, in 2004, on progress made in implementing the recommendations of UNISPACE III for review and evaluation by the General Assembly, in accordance with Assembly resolution 54/68. 8. The question of the participation of civil society, including industry, was also raised during the fortythhir session of the Committee. The Committee took note of an initiative being taken under the theme “Priorities for space activities in the twenty-first century” under the auspices of the International Astronautical Federation (IAF) as well as other initiatives to engage non-governmental entities in the implementation of selected recommendations resulting from UNISPACE III. The Committee agreed that the Scientific and Technical Subcommittee should review those initiatives and report to the Committee at its forty-fourth session, in 2001, on its findings and views on the modalities for the engagement of nongovernnmenta entities. International and multinational non-governmental entities would primarily interface with the Committee through the Office for Outer Space Affairs, which would ensure that the Committee and its Scientific and Technical Subcommittee and Legal Subcommittee were fully informed of the ongoing work of the initiatives of non-governmental entities. National organizations would continue to interface with the Committee through their respective States. B. Plan of action of the Office for Outer Space Affairs 9. The General Assembly, in its resolution 54/68, requested the Secretary-General to recommend measures to ensure that the Office for Outer Space Affairs was provided with adequate resources to implement the actions listed in paragraph 11 of that resolution on the basis of the recommendations of UNISPACE III. In connection with that request, the Office prepared a plan of action (A/AC.105/L.224), in which it reviewed its role in the follow-up to UNISPACE III and proposed actions that it could take. Some of the proposed actions had been identified by UNISPACE III for implementation by the Office. The Office identified further steps that it could take to promote or support initiatives by the international community aimed at implementation of the recommendations of UNISPACE III. The plan of action was submitted to the Committee for consideration at its forty-third session. 10. The actions proposed by the Office were designed to achieve the following objectives in support of the work of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its subsidiary bodies: (a) Strengthening the role of the Committee and its subcommittees in the formulation of policy and the promotion of international cooperation in space activities; (b) Initiating a capacity-building programme in areas relating to space law; (c) Strengthening the activities of the United Nations Programme on Space Applications; (d) Promoting the use of space technologies within the United Nations system; (e) Encouraging non-governmental entities, such as space-related industry and non-governmental organizations, to play a larger role in United Nations efforts to promote the peaceful uses of outer space; (f) Increasing the awareness of the general public and young people of the benefits of space activities. 11. The actions proposed by the Office to strengthen the role of the Committee and its subcommittees include a biannual global survey of existing mechanisms for international cooperation in space activities and an analytical study to identify areas of space-related activities where new and innovative mechanisms for cooperation are required. As part of a capacity-building programme in space law that could be initiated, the Office proposed to organize a workshop5 A/55/153 on legal aspects of space activities and to conduct expanded research on the national and international regulations affecting space-related activities. 12. To strengthen the activities of the United Nations Programme on Space Applications, the Office proposed to launch a series of training modules to further enable developing countries to use space technologies in the areas of disaster management, satellite communicatioons including distance education, and positioning and navigation satellite systems. Those training modules would include identification of technical, administrative and policy requirements, as well as stepbbystep procedures to incorporate space technology in practical operations. In order to increase opportunities for participants in the training courses and long-term fellowship programmes to utilize the knowledge and skills acquired through those training activities, the Office proposed to provide technical and financial assistance to selected participants to initiate demonstration or pilot projects in their home countries, particularly in the areas of disaster management, teleeducaation telemedicine, natural resource management and environmental monitoring. The Office also proposed to strengthen the technical advisory services in astronomy and the planetary sciences, including support for developing countries to participate in research and observation of near-Earth objects. 13. In support of the initiatives taken by the Committee and the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities to increase the use of space technologies within the United Nations system (see section IV below), the Office proposed to conduct a survey to identify those organizations whose activities could benefit from space applications in terms of costeffectiiveness In order to strengthen the partnership with civil society, the Office proposed to prepare proposals for pilot projects that might be carried out by industry and non-governmental organizations. It could also provide technical support to initiatives taken by non-governmental entities in implementing the recommendations of UNISPACE III. In launching a public outreach programme and a programme for young people, the Office proposed to organize an annual public forum to inform the public of space activities and their benefits to society at large, as well as to provide opportunities for primary and secondary schools to participate in human space flight activities. The Office also proposed to develop an interactive multimedia education service, which would provide the general public, in particular students of primary and secondary schools, with access to educational materials on various subjects of space science and technology as well as opportunities to participate in on-line interviews with astronauts and cosmonauts using the Internet. 14. The Committee, at its forty-third session, endorsed the plan of action of the Office for Outer Space Affairs and recommended its implementation. Prior to taking that decision, the Committee was informed, through an oral statement, of the estimated costs of implementation.4 The activities proposed in the plan of action were recommended to be carried out in the year 2001, and have not been included in the programme budget for the biennium 2000-2001. The potential for absorption as well as any net additional resources required would be included in the programme budget implication statement to be submitted to the Fourth Committee during the fifty-fifth session of the General Assembly. C. Building a partnership with industry 15. As noted by Member States, the participation of space-related industry contributed to the success of UNISPACE III. It was also noted that involving industry in the work of the Committee and its subsidiary bodies would be important. 16. In accordance with General Assembly resolutiio 54/68, the Office for Outer Space Affairs organized, during the thirty-seventh session of the Subcommittee, a symposium on the theme “Interactive multimedia satellite services: implications for the twenty-first century”, in order to strengthen the partnership of the Scientific and Technical Subcommittee with industry. With regard to future sessions of the Subcommittee, the Committee endorsed the recommendations of the Working Group of the Whole concerning the structure of the symposium involving industry participation and the selection of a theme and speakers. For the thirty-eighth session of the Subcommittee, in 2001, the theme of the symposium with industry would focus on the emerging applications of global navigation satellite systems in improving the productivity of national and regional infrastructure such as transportation, oil and gas networks, agriculture and telecommunications.6A/55/153 D. Promotion of the participation of youth in space activities 17. The participation of young people was another major element contributing to the success of UNISPACE III. Young people contributed to the work of the Conference through discussions held during the Space Generation Forum, organized by and for young professionals and university students. Some of their recommendations were included in the recommendations of UNISPACE III, such as the creation of a consultative mechanism to facilitate the continued participation of young people from all over the world, especially young people from developing countries and young women, in cooperative spacerellate activities. The Vienna Declaration called for action to create such a mechanism within the framework of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space. 18. At the thirty-seventh session of the Scientific and Technical Subcommittee, the Working Group of the Whole noted that the Youth Advisory Council, a voluntary body, had been formed to facilitate the implementation of various initiatives proposed by the Space Generation Forum. The Working Group of the Whole agreed that the Youth Advisory Council could be granted observer status with the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space. E. World Space Week 19. Following a recommendation of UNISPACE III, the General Assembly, in its resolution 54/68, declared 4 to 10 October World Space Week to celebrate each year at the international level the contributions of space science and technology to the betterment of the human condition. The dates for World Space Week were agreed upon bearing in mind that 4 October 1957 was the date of the launch into outer space of the first human-made Earth satellite, Sputnik 1, thus opening the way for space exploration, and that 10 October 1967 was the date of the entry into force of the Treaty on Principles governing the Activities of States in the Exploration and Use of Outer Space, including the Moon and Other Celestial Bodies.5 20. In response to a request by the Working Group of the Whole, the Office for Outer Space Affairs developed a plan to celebrate World Space Week for consideration by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space at its forty-third session. The plan consisted of the following major components: (a) creating awareness; (b) organizing United Nations events; and (c) coordination and encouragement of events. 21. In order to create awareness of World Space Week among the general public, Member States were invited to inform as many of their relevant bodies, agencies and institutions as possible about the Week and to organize events to celebrate it. The organizations within the United Nations system, space-related international organizations and science centres and associations were also invited to take similar action. The Committee noted with satisfaction that some member States had already planned activities to contribute to the celebration of World Space Week. In addition, the Office for Outer Space Affairs indicated that it planned to disseminate relevant information through its home page and that of the Department of Public Information of the Secretariat, as well as through the press and the media. 22. The Office proposed to organize special events at United Nations Headquarters and in Vienna to launch the first World Space Week in 2000. The event at United Nations Headquarters would be organized with the Department of Public Information. The Office proposed to include in that event demonstrations or presentations on the use of space technology in such areas as disaster response and telemedicine, a student press conference and panel discussions by astronauts and cosmonauts. 23. In developing a plan to coordinate and encourage events around the world, the Office was assisted by the Spaceweek International Association, an independent non-profit organization established in 1981 to coordinate public events celebrating a space week in March. The Spaceweek International Association had already been organizing various public events to increase public awareness of space activities and to encourage schoolchildren to participate in space activities. It decided to change the dates of its space week to coincide with the dates for World Space Week. 24. The Committee, at its forty-third session, agreed upon the implementation of the plan proposed by the Office for Outer Space Affairs to celebrate World Space Week.7 A/55/153 F. Trust Fund for the United Nations Programme on Space Applications and new and innovative funding sources to implement the recommendations of UNISPACE III 25. The Vienna Declaration called for the establishment of a special voluntary fund for the purpose of implementing the recommendations of UNISPACE III. In that connection, the General Assembly, in its resolution 54/68, requested the Secretary-General to modify the terms of reference of the Trust Fund for the United Nations Programme on Space Applications established pursuant to its resolutiio 37/90 of 10 December 1982, to include implementtatio of the recommendations of UNISPACE III. The Assembly also requested the Secretary-General to invite all States to contribute voluntarily to the Trust Fund and, in his letter of invitation, to identify priority project proposals, on the basis of recommendations of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space. The Assembly further requested the Office for Outer Space Affairs to provide the Committee with a report listing those States which have responded to the invitation. 26. At its forty-third session, the Committee had before it a list of priority projects proposed by the Office. Having considered the list, the Committee recommended that the following projects and activities be included in the letter of invitation of the Secretary-General referred to in paragraph 25 above: (a) Support of operational activities of the regional centres for space science and technology education, affiliated to the United Nations, and the Network of Space Science and Technology Education and Research Institutions for Central Eastern and South-Eastern Europe; (b) Development of disaster-specific modules and implementation of pilot projects in developing countries to introduce the use of space technologies in disaster management; (c) Provision of satellite data and hardware and software to user institutions in developing countries to initiate or strengthen pilot projects that use Earth observation data for protecting the environment and management of natural resources; (d) Development and implementation of a training module on the use of satellite communications for distance education, telemedicine and telehealth applications; (e) Organization of outreach activities for young people and for the general public. 27. Following the identification of priority projects, as recommended by the Committee, all States have been invited to contribute to the Trust Fund for the United Nations Programme on Space Applications. 28. The General Assembly, in its resolution 54/68, agreed that the Committee and its secretariat should identify new and innovative funding sources for implementing the recommendations of UNISPACE III in order to supplement the resources to be provided through the Trust Fund for the United Nations Programme on Space Applications. 29. The Working Group of the Whole considered the question of new and innovative funding sources and made a number of recommendations, as reflected in its report (A/AC.105/736, annex II), on the ways in which Governments, international development financial institutions, space agencies, universities and specialized space-related institutions might provide support to the regional centres and the Network referred to in paragraph 26 (a) above. The Working Group of the Whole also suggested a set of measures whereby industry could provide support, such as donating computer equipment, basic software licences, imageproceessin and Geographic Information Systems (GIS) software and receivers of satellite positioning signals for various applications. The Working Group of the Whole noted that the development of institutional capacity to use space technologies in operational programmes would also support the activities of the United Nations Programme on Space Applications. In that regard, the Working Group of the Whole recommended a set of measures to support the Programme, such as identifying user requirements and all the necessary steps required to introduce those technologies operationally, providing limited amounts of optical and radar data for pilot projects, and allowing free access for small amounts of transmission time through communications satellites for pilot projects.8A/55/153 III. Strategy pursued by the United Nations Programme on Space Applications and its activities A. Reorientation of the United Nations Programme on Space Applications following UNISPACE III 30. The General Assembly, in its resolution 54/68, identified the actions to be taken by the Office for Outer Space Affairs on the basis of the recommendations of UNISPACE III, including the strengthening of the activities of the United Nations Programme on Space Applications. The plan of action proposed by the Office (A/AC.105/L.224) included additional activities of the Programme for 2001 (see para. 12 above). The activities of the Programme could also be strengthened through the reorientation of its major existing activities, in particular the organization of workshops and training courses, the technical advisory services and the long-term fellowships. The Expert on Space Applications, in his report to the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space (A/AC.105/730), outlined an overall strategy to reorient the Programme following UNISPACE III and the activities to be carried out in 2000 and 2001 in line with that strategy. Those activities were endorsed by the Committee at its forty-third session. 31. The main goal of the Programme would be to promote, through international cooperation, greater use of space technologies and data for sustainable economic and social development in the developing countries. In order to achieve that goal, the Programme would concentrate initially on a few themes of major importance for developing countries and establish objectives that could be reached in the short to medium term. 32. The Committee noted that the priority themes of the Programme were: (a) disaster management; (b) satellite communications for tele-education and telemedicine applications; (c) monitoring and protection of the environment, including the prevention of infectious diseases; (d) management of natural resources; and (e) education and research in basic space sciences. The Committee also noted that within each priority theme, the following main objectives would be pursued: (a) raising awareness among decision makers in developing countries of the cost-effectiveness of space applications and of the additional benefits for their national development programmes to be derived therefrom; (b) building or strengthening the capacity of developing countries to use space technology; and (c) increasing awareness among the general public of the social and economic benefits of space applications. B. Workshops, training courses and symposia 33. The General Assembly, in its resolution 54/68, paragraph 11 (d) (iv), called for the organization of workshops and conferences on advanced space applicatiion and new system developments for programme managers and leaders of space technology development and applications activities within the framework of the United Nations Programme on Space Applications. Some of those activities carried out or planned in 2000 include the following: (a) Tenth United Nations/Sweden International Training Course on Remote Sensing for Educators, organized in cooperation with the Government of Sweden and held in Stockholm and Kiruna, Sweden, from 2 May to 9 June 2000; (b) Ninth United Nations/European Space Agency (ESA) Workshop on Basic Space Science: Satellites and Network of TelescopesTools for Global Participation in the Study of the Universe, organized in cooperation with the Government of France and ESA and held in Toulouse, France, from 27 to 30 June 2000; (c) United Nations/Austria Symposium on Enhancing the Participation of Youth in Space Activities, organized in cooperation with the Government of Austria and ESA, to be held in Graz, Austria, from 11 to 14 September 2000; (d) United Nations/IAF Workshop on Operational Strategy for Sustainable Development Using Space, organized in cooperation with the Government of Brazil, the Centre national d’études spatiales (CNES) of France, ESA and IAF to be held in São José dos Campos, Brazil, from 28 to 30 September 2000;(e) United Nations/International Academy of Astronautics (IAA) Workshop on Small Satellites in Latin America, organized in cooperation with IAA, to be held in Rio de Janeiro, Brazil, on 5 October 2000,9 A/55/153 during the fifty-first Congress of the International Astronautical Federation; (f) United Nations/ESA/Committee on Space Research (COSPAR) Workshop on Data Analysis Techniques, organized in cooperation with the Government of India, ESA and COSPAR, to be held in Bangalore, India, from 9 to 13 October 2000; (g) United Nations/ESA Workshop on the Use of Space Technology in Disaster Management, organized in cooperation with the Government of Chile and ESA, to be held in La Serena, Chile, from 13 to 16 November 2000; (h) United Nations Workshop on Global Navigation Satellite System Applications, organized in cooperation with the Government of Malaysia, to be held in Kuala Lumpur from 13 to 17 November 2000. 34. The following training courses, workshops and symposia are planned for 2001: (a) Eleventh United Nations/Sweden International Training Course on Remote Sensing Education for Educators, to be held in Stockholm and Kiruna, Sweden; (b) United Nations/ESA Workshop on Remote Sensing for Environmental Monitoring and Natural Resource Management, to be held in Prague; (c) United Nations/IAF Workshop on the Use of Space Technology for the Benefit of Developing Countries, to be held in Toulouse, France; (d) Tenth United Nations/ESA Workshop on Basic Space Science for Developing Countries in Africa, to be held in Mauritius; (e) Second United Nations/Austria Symposium on Enhancing the Participation of Youth in Space Activities, to be held in Graz, Austria; (f) United Nations/ESA/COSPAR Workshop on Data Analysis Techniques, to be held in Damascus. C. Development of indigenous capability 35. The United Nations Programme on Space Applications provides education and training support to developing countries through the regional centres for space science and technology education and the Network of Space Science and Technology Education and Research Institutions for Central Eastern and South-Eastern Europe, in accordance with General Assembly resolution 54/68. The regional centres and the Network have been or are being established pursuant to Assembly resolutions 45/72 of 11 December 1990 and 50/27 of 6 December 1995. Further progress has been made in the operation and establishment of the regional centres and the Network, as reflected in the updated information provided by the Expert on Space Applications in his report to the Committee (A/AC.105/730). 36. Since it was inaugurated in India in November 1995, the Centre for Space Science and Technology Education in Asia and the Pacific has held the following postgraduate training courses: (a) three ninemoont courses in remote sensing and GIS; (b) two ninemoont courses in satellite communications; (c) a ninemoont course on satellite meteorology and the global climate; (d) a six-month course in space science; and (e) a one-month course on digital image processing. A total of 226 persons from 33 countries in the region have attended the postgraduate courses. In 2000, the Centre began nine-month training courses on satellite meteorology and the global climate, on space and atmospheric science, and on remote sensing and GIS. The Centre also organized, in 2000, a one-month international training course on remote sensing and GIS technology and applications in natural resources and environmental management, and a one-week training course on applications of satellite communications for development. The number of States members of the Governing Board of the Centre has reached 14. Pursuant to a recommendation of the General Assembly in its resolution 54/67, paragraph 23, Member States concerned in Asia and the Pacific are undertaking consultations, with the assistance of the Office for Outer Space Affairs, with a view to making the Centre grow into a network of nodes. 37. The African Regional Centre for Space Science and Technologyin French Language and the African Regional Centre for Space Science and Technology Educationin English Language were inaugurated, respectively, in Morocco, in October 1998, and in Nigeria, in November 1998. The Centre in Morocco held its first workshop on remote sensing and GIS from 17 to 19 April 2000. The Centre in Nigeria held its first regional workshop on remote sensing applications from 10 to 14 April 2000.10 A/55/153 38. The Regional Centre for Space Science and Technology Education in Latin America and the Caribbean held the first meeting of its Governing Board in October 1999. The headquarters agreement between the Centre and the Government of Brazil, which will allow the Centre to begin its activities, is ready for signature. In western Asia, following the review of a report on an evaluation mission and of offers and commitments made by interested countries, Jordan has been identified as the country that would host the Regional Centre for Space Science and Technology Education in Western Asia. In the case of central eastern and south-eastern Europe, the Steering Committee of the Network of Space Science and Technology Education and Research Institutions for Central Eastern and South-Eastern Europe held a special session to discuss a memorandum of understanding for the Network. D. Technical advisory services 39. Another major component of the United Nations Programme on Space Applications is the provision of technical advisory services, an activity identified by the General Assembly, in its resolution 54/68, for inclusion in the Programme. The areas covered include the following: (a) Collaborating with the Government of Japan and ESA in follow-up activities relating to the series of workshops on basic space science, including the establishment and operation of astronomical telescope facilities in Colombia, Egypt, Honduras, Jordan, Morocco, Paraguay, Peru, the Philippines, Sri Lanka and Uruguay; (b) Providing assistance to the Asia-Pacific Satellite Communication Council (APSCC) to support its growth and operation, in particular its preparations for the APSCC 2000 Conference and Exhibition, entitled “New Vision for Satellite Communications in the 21st Century”; (c) Collaborating with space agencies and international organizations that use Earth observation data and assisting in the activities of the Committee on Earth Observation Satellites (CEOS), in particular through the ad hoc working group on Earth observation education and training in developing countries and the Disaster Management Support Group, which will foster improved utilization of existing and planned Earth observation satellite data to support natural and technological disaster management on a worldwide basis;(d) Assisting ESA in providing the Water Research Institute in Accra with computers and software to strengthen the indigenous capability in using remote sensing and GIS data in various environmental and water resource applications in Ghana; (e) Collaborating with ESA and the Department of Economic and Social Affairs of the Secretariat in supporting the implementation of projects on the use of Earth observation satellite data for monitoring glaciers and snow cover in Latin America, managing coastal resources in Asia and locating and planning the management of humid areas in Africa; (f) Providing assistance to the United Nations International Drug Control Programme, in partnership with ESA, in developing a methodology for the use of satellite images to monitor illicit crop cultivation. E. Long-term fellowships 40. To promote the development of indigenous capability, five long-term fellowships will be awarded for the in-depth training of individuals from developing countries in the area of remote sensing. For the period from 2000 to 2001, two fellowships have been offered by the Government of China and three by ESA. 41. Pursuant to General Assembly resolution 54/68, the long-term fellowship programme is being reoriented to strengthen its effectiveness and enhance the results of other activities of the United Nations Programme on Space Applications. The three fellowships offered by ESA will allow university educators who have participated in the series of United Nations/Sweden international training courses to improve their skills and to demonstrate, through appropriate projects in their university environment, the practical usefulness of remote sensing.11 A/55/153 IV. Developments in inter-agency cooperation 42. The General Assembly, in its resolution 54/68, paragraph 3, urged organs, organizations and programmes within the United Nations system to take the necessary action for the effective implementation of the Vienna Declaration. In paragraph 5 of that resolution, the Assembly also requested all relevant organizations of the United Nations system to review and, where necessary, adjust their programmes and activities in line with the recommendations of UNISPACE III and to take appropriate measures to ensure their full and effective implementation, taking into account the needs of developing countries, in particular by further enhancing the coordination of their space-related activities through the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities. A. Action taken by the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities 43. The space-related activities of the organizations within the United Nations system are coordinated at the annual session of the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities. Several United Nations bodies and specialized agencies, in particular the United Nations Environment Programme, the Economic and Social Commission for Asia and the Pacific, the Economic Commission for Africa, the Food and Agriculture Organization of the United Nations, the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, the International Telecommunication Union and the World Meteorological Organization, have extensive spacerellate programmes. Details of those programmes can be found in the annual reports of the Secretary-General on the coordination of outer space activities within the United Nations system, which are reviewed by the Meeting. The latest report (A/AC.105/726) contains an overview of the programme of work for 2000, 2001 and future years. 44. At its twentieth session, held in Vienna in February 2000, the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities noted that UNISPACE III had emphasized the importance of strengthening interageenc coordination and cooperation in space-related activities. The Meeting reached an agreement on several issues that should lead to enhanced inter-agency coordination and cooperation. 45. The Meeting agreed upon a revised structure to be given to the annual report of the Secretary-General on the coordination of outer space activities within the United Nations system in order to better reflect the priority areas of space applications identified by Member States during UNISPACE III. Under the revised structure, the report would describe relevant experiences and lessons learned and include recommendations concerning the coordination of space activities. In that connection, the Meeting agreed to consider, at its session in 2001, a new agenda item entitled “Methods to enhance further the inter-agency coordination of space activities”. 46. The Meeting noted that while UNISPACE III had stressed the importance of space technology for sustainable development, including the protection of the Earth's environment and the management of its resources, the importance of space applications had not been sufficiently stressed in Agenda 21,6 adopted at the United Nations Conference on Environment and Development (UNCED), held in Rio de Janeiro, Brazil, in 1992. The Meeting therefore agreed that it should contribute to any future review of relevant provisions in Agenda 21, including a review of chapter 40 of Agenda 21 to be conducted by the Commission on Sustainable Development in 2001, and to a possible event to be held in 2002, 10 years after UNCED. The Meeting also agreed that its work should be brought more prominently to the attention of the heads of organizations of the United Nations system. In that connection, the Meeting agreed that the Office for Outer Space Affairs should explore the possibility of requesting the Administrative Committee on Coordination (ACC) to resume its consideration of the coordination of space-related activities within the United Nations system. As a result, the Office has been discussing with the secretariats of the Organizational Committee and of the Consultative Committee on Programme and Operational Questions of ACC the possibility of including the work of the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities within the scope of the machinery of ACC.12 A/55/153 B. Initiatives taken by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its Scientific and Technical Subcommittee to enhance inter-agency cooperation 47. At their sessions held in 2000, the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its Scientific and Technical Subcommittee took initiatives to promote the use of space technologies within the United Nations system and to enhance inter-agency cooperation and coordination in space-related activities. Their initiatives would be complemented by the work being conducted by the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities. 48. The Committee agreed that the Subcommittee should begin, from its session in 2001, its consideration of the item entitled “Means of and mechanisms for strengthening inter-agency cooperation and increasing the use of space applications and services within and among entities of the United Nations system”. The item would be considered in accordance with the following work plan. In 2001, the Subcommittee would analyse the current levels of usage of space applications and services within the United Nations system and examine the utility of space applications and services for increasing the effectiveness, efficiency and coordination of the operation of United Nations entities. In 2002, the Subcommittee would identify the barriers to greater use of space applications and services within the United Nations system and examine specific means and mechanisms to eliminate those barriers. In 2003, the Subcommittee would develop specific and concrete proposals and, as appropriate, action plans for strengthening inter-agency cooperation in the use of space technology and for increasing the use of space applications and services within the United Nations system. 49. In order to facilitate consideration of the issues, the Subcommittee requested the Office for Outer Space Affairs to prepare a list of questions to be circulated to United Nations entities, with the objective of increasing the effectiveness, efficiency and coordination of the space activities of the agencies and bodies of the United Nations system. The Committee approved the list of questions prepared by the Office (A/AC.105/L.223), and endorsed the recommendation of the Subcommittee that the General Assembly, at its fifty-fifth session, should request all United Nations entities concerned to provide the Office with appropriate information in response to that list of questions. C. Cooperation between the Office for Outer Space Affairs and other United Nations entities 50. The Office for Outer Space Affairs has endeavoured to strengthen inter-agency cooperation and coordination through the provision of support to the work of the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities and to that of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its Scientific and Technical Subcommittee. It has also taken further steps to enhance its partnership with other United Nations entities in space-related activities. 51. In the field of disaster management, the Office and the secretariat of the International Strategy for Disaster Reduction (ISDR) have identified areas of mutual interest. The Office has invited the ISDR secretariat to participate in its activities, including the United Nations/ESA Workshop on the Use of Space Technology in Disaster Management, to be held in Chile in November 2000 (see para. 33 (g) above), and the preparation of a report for consideration by the Scientific and Technical Subcommittee at its session in 2001 under the agenda item on a space-based natural disaster management system (see para. 5 above). The ISDR secretariat has invited the Office to co-sponsor a disaster management workshop for Africa in 2001. At the suggestion of the ISDR secretariat, the Office will also consider how it could contribute to the work of the Inter-Agency Task Force on Disaster Reduction. 52. To provide a humanitarian response to natural disasters, the Office for Outer Space Affairs has contributed to the report of the Secretary-General on the strengthening of the coordination of emergency humanitarian assistance of the United Nations. At the invitation of the Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, the Office for Outer Space Affairs participated in the panel on natural disasters, held during the humanitarian segment of the Economic and Social Council, from 19 to 21 July 2000. V. Enhancement of the International Space Information Service13 A/55/153 53. The General Assembly, in its resolution 54/68, called upon the Secretary-General to disseminate as widely as possible the results of UNISPACE III. To that end, the Office for Outer Space Affairs has published and distributed the proceedings of the Technical Forum of UNISPACE III7 through its International Space Information Service, established by General Assembly resolution 37/90. Other recent publications distributed through the International Space Information Service include Highlights in Space 1999,8 a compilation of reports prepared by IAF, COSPAR and the International Institute of Space Law, and Seminars of the United Nations Programme on Space Applications,9 a compilation of selected papers presented during events organized by the United Nations Programme on Space Applications in 1999. 54. The dissemination of information on developmeent in space science and technology and on the work of the United Nations in the peaceful uses of outer space continues to be a major activity of the Office. This activity supports initiatives taken by the Office, through its outreach programme and its programme for young people (see para. 13 above), to increase awareness among the general public, in particular the young, of the benefits of space science and technology for economic, social and cultural development. 55. The International Space Information Service has been expanded through the development of an Internet home page. The home page of the Office currently contains information on the following: all the spacerellate legal instruments adopted by the General Assembly; the Committee and its subsidiary bodies; and the outcome of and follow-up to UNISPACE III. It includes an overview of the United Nations Programme on Space Applications and information provided in accordance with the Convention on Registration of Objects Launched into Outer Space (General Assembly resolution 3235 (XXIX), annex) by States Parties thereto, drawn from an up-to-date database established and maintained by the Office. The Office is also developing databases containing publicly available national legislation and laws relating to space activities as well as information concerning UNISPACE III. VI. Conclusion 56. During the fifty-fourth session of the General Assembly, Member States expressed their satisfaction with the outcome of UNISPACE III. Organized within the existing resources of the United Nations and sustained by the contribution of civil society, including managers of private companies and young people, UNISPACE III was deemed a success by all those involved. Through the Vienna Declaration on Space and Human Development, UNISPACE III identified common goals to be pursued by the international community in carrying out space activities for the benefit of humanity, and articulated measures to be taken to achieve those goals. 57. The time has come for the hopes and expectations raised by the success of UNISPACE III to be translated into reality. Momentum has been created for an expansion of international cooperation, through the use of space science and technology, to achieve significant improvements in the social, economic and cultural conditions of all peoples, in particular those living in poverty. 58. The Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its subsidiary bodies, the Inter-Agency Meeting on Outer Space Activities and the Office for Outer Space Affairs have begun to take concrete steps towards achieving the goals identified by UNISPACE III. Their initiatives, if supported by all Governments, all organizations within the United Nations system and as many non-governmental organizations and industries as possible, will lead to the successful implementation of the Vienna Declaration. By the year 2004, when the General Assembly reviews and appraises the implementattio of the outcome of UNISPACE III, the expanded use of space science and technology should have led to noticeable changes in the human condition, and the usefulness of space tools should have been duly recognized by many international forums on a wide range of social and economic issues of global concern. Notes 1 United Nations publication, Sales No. E.00.I.3. 2 Ibid., chap. I, resolution 1. 3 At its forty-second session, in 1999, the Committee agreed upon the new approach in composing the agenda of its Scientific and Technical Subcommittee. In addition14 A/55/153 to a few agenda items to be considered at each session, the current structure of the agenda of the Subcommittee consists of items to be considered under multi-year work plans and single issues/items for discussion, to be considered for one session unless extended. 4 The text of the oral statement is contained in the annex to the report of the Committee. See Official Records of the General Assembly, Fifty-fifth Session, Supplement No. 20 (A/55/20), annex. 5 General Assembly resolution 2222 (XXI), annex. 6 Report of the United Nations Conference on Environment and Development, Rio de Janeiro, 3-14 June 1992 (United Nations publication, Sales No. E.93.I.8 and corrigenda), vol. I: Resolutions Adopted by the Conference, resolution 1, annex II. 7 Proceedings of the Technical Forum (United Nations publication, Sales No. E.00.I.7). 8 United Nations publication, Sales No. E.00.I.8. 9 United Nations publication, Sales No. E.00.I.6. ______________Nations Unies A/55/153 Assemblée générale Distr. générale 14 juillet 2000 Français Original: anglais 00-63319 (F) ````````` Cinquante-cinquième session Point 84 de l’ordre du jour provisoire* Coopération internationale touchant les utilisations pacifiques de l’espace Mise en oeuvre des recommandations de la troisième Conférence des Nations Unies sur l’exploration et les utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique (UNISPACE III) Rapport du Secrétaire général Table des matières Paragraphes Page I. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1–2 3 II. Mesures prises par le Comité des utilisations pacifiques de l’espace extraatmosphérique et par ses organes subsidiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3–29 3 A. Mécanisme et méthodes de travail adoptés par le Comité pour mettre en oeuvre les recommandations d’UNISPACE III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4–8 3 B. Plan d’action du Bureau des affaires spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9–14 4 C. Construire un partenariat avec l’industrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15–16 5 D. Promotion de la participation des jeunes aux activités spatiales . . . . . . . . . . . . 17–18 6 E. Semaine mondiale de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19–24 6 F. Fonds d’affectation spéciale pour le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et sources de financement nouvelles et novatrices pour l’application des recommandations d’UNISPACE III . . . . . . . 25–29 7 * A/55/150.2 n0063319.doc A/55/153 III. Stratégie poursuivie par le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et activités menées à ce titre . . . . . . . . . . . . . 30–41 8 G. Réorientation du Programme après UNISPACE III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30–32 8 H. Ateliers, stages de formation et colloques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33–34 8 I. Développement des capacités locales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35–38 9 J. Services consultatifs techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 10 K. Bourses de longue durée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40–41 11 IV. Évolution de la coopération interorganisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42–52 11 A. Décisions de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales . . . . . . 43–46 11 B. Initiatives prises par le Comité des utilisations pacifiques de l’espace extraatmosphérique et son Sous-Comité scientifique et technique pour renforcer la coopération interorganisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47–49 12 C. Coopération entre le Bureau des affaires spatiales et les autres organismes des Nations Unies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50–52 13 V. Renforcement du Service international d’information spatiale. . . . . . . . . . . . . . . . . 53–55 13 VI. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56–58 14n0063319.doc 3 A/55/1534 n0063319.doc A/55/153 I. Introduction 1. Dans sa résolution 54/68 du 6 décembre 1999, l’Assemblée générale a pris acte avec satisfaction du rapport de la troisième Conférence des Nations Unies sur l’exploration et les utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique (UNISPACE III),1 tenue à Vienne du 19 au 30 juillet 1999, et a souscrit à la résolution intitulée “Le millénaire de l’espace: la Déclaration de Vienne sur l’espace et le développement humain”.2 Dans cette même résolution, elle a prié instamment les gouvernements, les organes, les organismes et les programmes des Nations Unies, ainsi que les organisations intergouvernementales et non gouvernementales et les industries menant des activités liées à l’espace, de prendre les mesures requises pour assurer l’application effective de la Déclaration de Vienne, et a demandé à toutes les parties concernées d’appliquer les recommandations formulées par UNISPACE III. 2. Dans cette même résolution, l’Assemblée a prié le Secrétaire général de lui faire rapport à sa cinquantecinquième session sur l’application des recommandations d’UNISPACE III. En réponse à cette demande, le présent rapport expose les progrès réalisés dans la mise en oeuvre des recommandations de la Conférence. Une version finale en a été établie à l’issue de la quarante-troisième session du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique, qui s’est tenue à Vienne du 7 au 16 juin 2000, afin de prendre en compte les résultats de cette session. II. Mesures prises par le Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique et par ses organes subsidiaires 3. Conformément à la résolution 54/67 de l’Assemblée générale en date du 6 décembre 1999, le Sous-Comité scientifique et technique du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique a, à sa trente-septième session, à nouveau convoqué son Groupe de travail plénier, qu’il a chargé d’examiner, à la lumière des recommandations d’UNISPACE III, quels seraient ses travaux futurs. Le Groupe de travail plénier a étudié l’application des recommandations de la Conférence et les travaux du Sous-Comité puis a fait un certain nombre de recommandations, qui figurent dans son rapport (A/AC.105/736, annexe II). À sa quarante-troisième session, le Comité a souscrit à ces recommandations et fait avancer la mise en oeuvre de celles faites à l’issue d’UNISPACE III dans les domaines suivants: a) mécanisme et méthodes de travail qu’il devra suivre, s’agissant notamment d’associer des entités non gouvernementales à ses travaux; b) mesures à prendre par le Bureau des affaires spatiales du Secrétariat; c) renforcement du partenariat institué par le Sous-Comité avec l’industrie; d) mise en place, dans le cadre du Comité, d’un mécanisme consultatif destiné à faciliter la participation des jeunes aux activités en rapport avec l’espace; e) célébration de la Semaine mondiale de l’espace chaque année du 4 au 10 octobre; et f) sources de financement nouvelles et novatrices. A. Mécanisme et méthodes de travail adoptés par le Comité pour mettre en oeuvre les recommandations d’UNISPACE III 4. Le Groupe de travail plénier du Sous-Comité scientifique et technique a examiné la stratégie qui, énoncée dans la Déclaration de Vienne, vise à s’attaquer à des problèmes de portée mondiale. En ce qui concerne les mesures qui devaient être prises dans le cadre du Comité, le Groupe de travail plénier a convenu que la structure actuelle de l’ordre du jour du Sous-Comité3 faciliterait l’examen de ces questions ainsi que l’application des éléments correspondants de ladite stratégie qui étaient en rapport avec les travaux du Sous-Comité. 5. Il a recommandé que le Sous-Comité examine les éléments clefs de cette stratégie et adopte pour ce faire des plans de travail pluriannuels. Sur la base de cette recommandation, le Comité a décidé que l’ordre du jour pour la trente-huitième session du Sous-Comité, en 2001, comprendrait les points suivants, à examiner au titre de plans de travail sur trois ans: a) moyens et mécanismes propres à renforcer la coopération interinstitutions et à intensifier l’utilisation des applications des techniques spatiales et des services spatiaux au sein des organismes des Nations Unies et entre eux; et b) exploitation d’un système spatial mondial intégré de gestion des catastrophes naturelles. 6. S’agissant du rôle du Sous-Comité scientifique et technique et de son Groupe de travail plénier dansn0063319.doc 5 A/55/153 l’application des recommandations d’UNISPACE III, le Comité a décidé de charger le Sous-Comité d’examiner la question et de lui rendre compte chaque année de ses conclusions et recommandations aux fins d’approbation définitive et/ou de modification. Il a également décidé que le Sous-Comité traiterait de cette question au sein de son Groupe de travail plénier. 7. Quant à son propre rôle, le Comité est convenu d’étudier les questions relatives à la mise en oeuvre des recommandations d’UNISPACE III au titre d’un point de l’ordre du jour à part entière aux sessions qu’il tiendra entre 2001 et 2004. Il pourrait alors créer un groupe de travail plénier qui examinerait certaines des questions inscrites au titre de ce point. Le Comité a décidé qu’il établirait à sa quarante-septième session, en 2004, pour examen et évaluation par l’Assemblée générale, un rapport sur les progrès réalisés dans l’application des recommandations d’UNISPACE III, conformément à la résolution 54/68 de l’Assemblée. 8. La question du rôle de la société civile, notamment de l’industrie, a également été soulevée lors de la quarante-troisième session du Comité. Ce dernier a pris note d’une initiative lancée sous l’égide de la Fédération internationale d’astronautique (FIA) et portant sur les priorités proposées pour les activités spatiales au XXIe siècle, ainsi que d’autres initiatives tendant à associer des entités non gouvernementales à la mise en oeuvre de certaines recommandations d’UNISPACE III. Il revenait selon lui au Sous-Comité scientifique et technique d’examiner ces initiatives et de lui rendre compte à sa quarante-quatrième session, en 2001, de ses conclusions et vues concernant les modalités de l’association d’entités non gouvernementales à ses activités. Les entités internationales et multinationales communiqueraient avec le Comité essentiellement par l’intermédiaire du Bureau des affaires spatiales, qui ferait en sorte que le Comité et ses sous-comités soient tenus pleinement informés des activités qu’elles mènent au titre desdites initiatives; les organisations nationales, elles, resteraient en contact avec le Comité par le biais de leurs États respectifs. B. Plan d’action du Bureau des affaires spatiales 9. Dans sa résolution 54/68, l’Assemblée générale a prié le Secrétaire général de recommander des mesures de nature à doter le Bureau des affaires spatiales de ressources suffisantes pour lui permettre, sur la base des recommandations d’UNISPACE III, de mener à bien les tâches énoncées au paragraphe 11 de ladite résolution. Comme suite à cette demande, le Bureau a élaboré un plan d’action (A/AC.105/L.224) dans lequel il a fait le point sur son rôle dans la suite à donner à la Conférence et présenté les mesures qu’il se proposait de prendre. Certaines d’entre elles lui avaient été suggérées à l’issue d’UNISPACE III, mais d’autres ont été imaginées par lui pour encourager ou aider la communauté internationale à mettre en oeuvre les recommandations de la Conférence. Le Comité a été saisi de ce plan à sa quarante-troisième session, pour examen. 10. Les mesures que se propose de prendre le Bureau sont destinées à appuyer les travaux du Comité et de ses organes subsidiaires et, pour ce faire, visent les objectifs suivants: a) Renforcement du rôle du Comité et de ses sous-comités dans la formulation des politiques et la promotion de la coopération internationale dans le domaine des activités spatiales; b) Lancement d’un programme de renforcement des capacités dans les domaines relatifs au droit de l’espace; c) Renforcement des activités du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales; d) Promotion de l’utilisation des techniques spatiales au sein du système des Nations Unies; e) Encouragement des entités non gouvernementales, telles que les entreprises du secteur spatial et les organisations non gouvernementales, à participer davantage aux activités menées par le système des Nations Unies pour promouvoir les utilisations pacifiques de l’espace; f) Meilleure sensibilisation du public et des jeunes aux retombées bénéfiques des activités spatiales. 11. Parmi les mesures destinées à renforcer le rôle du Comité et de ses sous-comités, le Bureau propose de réaliser une étude mondiale bisannuelle sur les mécanismes de coopération internationale existant dans le domaine spatial et une étude analytique visant à identifier les domaines d’activité spatiale qui nécessitent des mécanismes nouveaux et novateurs de6 n0063319.doc A/55/153 coopération. Concernant le lancement d’un programme de renforcement des capacités dans les domaines relatifs au droit de l’espace, il suggère d’organiser un atelier sur les aspects juridiques des activités spatiales et de développer la recherche sur les réglementations nationales et internationales applicables aux activités ayant trait à l’espace. 12. Pour renforcer les activités du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, le Bureau envisage de lancer une série de modules de formation destinés à permettre aux pays en développement de recourir davantage aux techniques spatiales pour la gestion des catastrophes, aux communications par satellite (notamment dans le cadre de l’enseignement à distance) et aux systèmes de positionnement et de navigation par satellite. Ces modules porteraient notamment sur la définition des besoins en matière technique, administrative et en matière de politique générale, et sur les procédures détaillées à suivre pour commencer à utiliser les techniques spatiales en situation réelle. Afin que les participants aux stages de formation et les bénéficiaires de programmes de bourses de longue durée aient plus l’occasion de mettre en pratique les connaissances et savoir-faire qu’ils auront acquis, le Bureau propose d’apporter à certains d’entre eux, sélectionnés à cette fin, une aide technique et financière au lancement de projets pilotes dans leur pays d’origine, notamment dans les domaines de la gestion des catastrophes, de l’enseignement à distance, de la télémédecine, de la gestion des ressources naturelles et de la surveillance de l’environnement. Il s’apprête également à mettre davantage l’accent sur la prestation de services consultatifs techniques en astronomie et planétologie et, dans ce cadre, à favoriser la participation des pays en développement aux travaux de recherche et d’observation relatifs aux objets proches de la Terre. 13. À l’appui des initiatives prises par le Comité et la Réunion interorganisations sur les activités spatiales afin de promouvoir l’utilisation des techniques spatiales au sein du système des Nations Unies (voir sect. IV ci-après), le Bureau propose de réaliser une enquête pour déterminer quelles organisations pourraient bénéficier, en termes de rentabilité, des applications de ces techniques. Pour resserrer le partenariat avec la société civile, il suggère d’élaborer des propositions de projets pilotes susceptibles d’être menés à bien par des entreprises et des organisations non gouvernementales. Il pourrait également apporter un soutien technique aux entités non gouvernementales qui prennent des initiatives pour appliquer les recommandations d’UNISPACE III. S’agissant du programme de communication avec le public et du programme pour la jeunesse qu’il compte engager, le Bureau envisage d’organiser un colloque public annuel destiné à informer le grand public des activités spatiales et de leurs retombées bénéfiques sur l’ensemble de la société, et de donner aux élèves des cycles primaires et secondaire la possibilité de participer à des activités ayant trait aux vols spatiaux habités. Il se propose aussi de lancer un service d’enseignement multimédia interactif grâce auquel le public, et notamment les élèves des cycles primaire et secondaire, aurait accès à du matériel pédagogique sur divers sujets touchant aux sciences et techniques spatiales et serait invité à participer à des entretiens en ligne, sur Internet, avec des astronautes et des cosmonautes. 14. À sa quarante-troisième session, le Comité a approuvé le plan d’action du Bureau des affaires spatiales et recommandé qu’il soit mis en oeuvre. Auparavant, il avait été informé, par une déclaration orale, du montant estimatif des dépenses d’application.4 Les activités proposées dans le plan d’action devront être menées en 2001, mais aucun crédit n’a été ouvert à cette fin au budget-programme pour l’exercice biennal 2000-2001. Le potentiel d’absorption ainsi que toutes ressources supplémentaires nettes nécessaires seraient indiqués dans la déclaration sur les incidences pour le budgetprogramme à soumettre à la quatrième Commission lors de la cinquante-cinquième session de l’Assemblée générale. C. Construire un partenariat avec l’industrie 15. Comme les États Membres ont pu le constater, la participation à UNISPACE III d’entreprises du secteur spatial a contribué au succès de la Conférence, et il serait très utile que l’industrie soit associée aux travaux du Comité et de ses organes subsidiaires. 16. Conformément à la résolution 54/68 de l’Assemblée générale, le Bureau des affaires spatiales a organisé, à l’occasion de la trente-septième session du Sous-Comité, un colloque ayant pour thème “Les services interactifs multimédias par satellite: conséquences pour le XXIe siècle” afin de renforcer len0063319.doc 7 A/55/153 partenariat entre le Sous-Comité scientifique et technique et l’industrie. Pour ce qui est des futures sessions du Sous-Comité, le Comité a approuvé les recommandations du Groupe de travail plénier relatives à la structure du colloque associant l’industrie et au choix des thèmes et des intervenants. Ainsi, pour la trente-huitième session du Sous-Comité, en 2001, le colloque devrait porter essentiellement sur les nouvelles applications des systèmes mondiaux de satellites de navigation destinées à améliorer la productivité d’infrastructures nationales et régionales dans des secteurs tels que les transports, le pétrole et le gaz, l’agriculture et les télécommunications. D. Promotion de la participation des jeunes aux activités spatiales 17. Les jeunes ont, eux aussi, beaucoup contribué au succès d’UNISPACE III par le biais des débats qu’ils ont tenus dans le cadre du Forum de la génération spatiale organisé pour et par des jeunes spécialistes du domaine et des étudiants. Certaines de leurs recommandations ont été reprises par la Conférence; c’est le cas de celle tendant à créer un mécanisme consultatif qui favorise la participation sur le long terme des jeunes du monde entier – plus spécialement des jeunes des pays en développement et des jeunes femmes – à la coopération dans le domaine spatial. Dans la Déclaration de Vienne, les États ont souhaité qu’un tel mécanisme soit créé dans le cadre du Comité. 18. À la trente-septième session du Sous-Comité scientifique et technique, le Groupe de travail plénier a pris acte de la création du Conseil consultatif de la jeunesse, organisme basé sur le bénévolat et destiné à faciliter la mise en oeuvre de diverses mesures proposées lors du Forum de la génération spatiale. Il est par ailleurs convenu que le Conseil pourrait être doté du statut d’observateur auprès du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique. E. Semaine mondiale de l’espace 19. Sur recommandation d’UNISPACE III, l’Assemblée générale a, dans sa résolution 54/68, proclamé la Semaine mondiale de l’espace, qui se tiendra chaque année entre le 4 et le 10 octobre pour célébrer, au niveau international, les contributions des sciences et des techniques spatiales à l’amélioration de la condition humaine. L’Assemblée a arrêté son choix sur ces dates étant donné que c’est le 4 octobre 1957 qu’a été lancé dans l’espace le premier satellite de la Terre conçu par l’homme, Spoutnik 1, qui a ouvert la voie à l’exploration spatiale, et que c’est le 10 octobre 1967 qu’est entré en vigueur le Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extraatmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes.5 20. Faisant suite à une demande du Groupe de travail plénier, le Bureau des affaires spatiales a élaboré, en vue de le soumettre au Comité pour examen à sa quarante-troisième session, un plan pour célébrer la Semaine mondiale de l’espace par trois principaux types d’activités: a) sensibilisation; b) organisation de manifestations dans le cadre du système des Nations Unies; et c) coordination et soutien d’autres manifestations. 21. Pour que la Semaine mondiale de l’espace touche le grand public, les États Membres ont été invités à faire part de cette célébration au plus grand nombre possible de leurs organes, agences et institutions compétents et à organiser des manifestations à cette occasion. Les organismes des Nations Unies, les organisations internationales du domaine spatial et les centres et associations scientifiques ont été invités à faire de même. Le Comité a noté avec satisfaction que certains États Membres avaient déjà prévu des activités en ce sens. Par ailleurs, le Bureau des affaires spatiales a indiqué que toutes les informations pertinentes seraient diffusées sur son site Internet, sur le site du Département de l’information du Secrétariat ainsi que dans la presse et par l’intermédiaire d’autres médias. 22. Le Bureau a proposé d’organiser en 2000 des manifestations spéciales au Siège de l’Organisation des Nations Unies ainsi qu’à Vienne pour lancer la première Semaine mondiale de l’espace. Les activités devant se dérouler au Siège seraient organisées avec le concours du Département de l’information. Le Bureau a proposé d’y inclure des démonstrations ou présentations portant sur l’utilisation des techniques spatiales dans des domaines tels que la gestion des catastrophes et la télémédecine, une conférence de presse destinée aux étudiants et des tables rondes avec des astronautes et des cosmonautes. 23. Pour mettre son plan au point, le Bureau a bénéficié du concours de la Spaceweek International Association, organisation indépendante à but non8 n0063319.doc A/55/153 lucratif créée en 1981 pour coordonner les manifestations publiques consacrées à l’espace et organisées chaque année pendant une semaine, en mars. La Spaceweek International Association avait déjà organisé diverses manifestations pour sensibiliser le grand public aux activités spatiales et encourager les écoliers à prendre part à des activités relatives à l’espace. Elle a décidé de modifier les dates de sa semaine de l’espace de façon à ce qu’elles coïncident avec celles de la Semaine mondiale de l’espace. 24. À sa quarante-troisième session, le Comité est convenu de mettre en oeuvre le plan du Bureau des affaires spatiales pour la célébration de la Semaine mondiale de l’espace. F. Fonds d’affectation spéciale pour le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et sources de financement nouvelles et novatrices pour l’application des recommandations d’UNISPACE III 25. Il était question, dans la Déclaration de Vienne, de créer un fonds spécial de contributions volontaires pour la mise en oeuvre des recommandations d’UNISPACE III. Dans cet ordre d’idées, l’Assemblée générale a, dans sa résolution 54/68, prié le Secrétaire général de modifier le mandat du Fonds d’affectation spéciale pour le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, créé conformément à la résolution 37/90 du 10 décembre 1982, afin d’y inclure l’application des recommandations d’UNISPACE III. Elle l’a également prié d’inviter tous les États à verser des contributions volontaires au Fonds d’affectation spéciale et, dans sa lettre d’invitation, de présenter des propositions de projets prioritaires choisis sur la base des recommandations faites par le Comité. Elle a en outre demandé au Bureau des affaires spatiales de soumettre au Comité un rapport mentionnant les États qui auront répondu à cette invitation. 26. À sa quarante-troisième session, le Comité était saisi d’une liste de projets prioritaires proposée par le Bureau. Après l’avoir examinée, il a recommandé que la liste suivante de projets et d’activités figure dans la lettre du Secrétaire général évoquée au paragraphe 25 ci-dessus: a) Appui aux activités opérationnelles des centres régionaux d’enseignement des sciences et techniques spatiales affiliés à l’Organisation des Nations Unies et du Réseau des institutions d’enseignement et de recherche en sciences et techniques spatiales pour l’Europe centre orientale et sud-orientale; b) Mise au point de modules pour la gestion de catastrophes spécifiques et exécution de projets pilotes dans les pays en développement en vue de l’utilisation des techniques spatiales pour la gestion des catastrophes; c) Fourniture de données satellite, de matériel et de logiciel aux institutions utilisatrices des pays en développement en vue de lancer ou renforcer des projets pilotes d’utilisation des données d’observation de la Terre pour la protection de l’environnement et la gestion des ressources naturelles; d) Élaboration et application d’un module de formation à l’utilisation des communications par satellite pour l’enseignement à distance, la télémédecine et ses applications; e) Organisation d’activités de communication à l’intention de la jeunesse et du public. 27. Comme suite au recensement de projets prioritaires recommandé par le Comité, tous les États ont été invités à verser des contributions au Fonds d’affectation spéciale pour le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. 28. Dans sa résolution 54/68, l’Assemblée générale a été d’avis que le Comité et son secrétariat devraient rechercher des sources de financement nouvelles et novatrices pour l’application des recommandations d’UNISPACE III, afin de compléter les ressources qui seront fournies par le Fonds d’affectation spéciale pour le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. 29. Le Groupe de travail plénier du Sous-Comité scientifique et technique a examiné la question des sources de financement nouvelles et novatrices et fait, dans son rapport (A/AC.105/736, annexe II), un certain nombre de recommandations sur la façon dont les gouvernements, les institutions internationales de financement du développement, les agences spatiales, les universités et les institutions spécialisées ayant des activités en rapport avec l’espace pouvaient soutenirn0063319.doc 9 A/55/153 les centres régionaux et le Réseau mentionné au paragraphe 26 a) ci-dessus. Il a par ailleurs suggéré un ensemble de mesures grâce auxquelles l’industrie pourrait apporter son appui, notamment en faisant don de matériel informatique, de licences de logiciels de base, d’un logiciel pour le traitement des images et la gestion de systèmes d’information géographique, ou encore de récepteurs des signaux de positionnement par satellite pour diverses applications. Le Groupe de travail plénier a noté que le développement de la capacité institutionnelle à utiliser les techniques spatiales dans des programmes opérationnels serait une autre forme de soutien aux activités du Programme des Nations Unies pour l’application des techniques spatiales. Il a à cet égard recommandé une série de mesures comme l’identification des besoins des utilisateurs et la définition de toutes les mesures qu’il faudrait prendre pour introduire ces technologies au niveau opérationnel, la fourniture de quantités limitées de données optiques et radar pour des projets pilotes, et l’accès gratuit, dans le cadre de projets pilotes et pour des temps de transmission limités, à des satellites de communication. III. Stratégie poursuivie par le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et activités menées à ce titre A. Réorientation du Programme après UNISPACE III 30. Dans sa résolution 54/68, l’Assemblée générale a recensé les mesures que le Bureau des affaires spatiales devait prendre pour donner suite aux recommandations d’UNISPACE III concernant notamment le renforcement des activités du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. Dans son plan d’action (A/AC.105/L.224), le Bureau propose des activités supplémentaires à entreprendre dans le cadre du Programme en 2001 (voir par. 12 ci-dessus), mais il est également envisageable de réorienter les principales activités, en particulier l’organisation d’ateliers et de stages de formation, la prestation de services consultatifs techniques et l’allocation de bourses de longue durée. Dans son rapport au Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique (A/AC.105/730), le Spécialiste des applications des techniques spatiales a esquissé une stratégie globale à suivre pour réorienter le Programme en fonction des conclusions d’UNISPACE III et dressé la liste des tâches à exécuter en 2000 et 2001 conformément à ladite stratégie; ces activités ont reçu l’approbation du Comité à sa quarante-troisième session. 31. Le Programme aurait alors pour objectif premier de promouvoir, grâce à la coopération internationale, l’utilisation plus poussée des techniques spatiales et des données ainsi collectées aux fins du développement économique et social durable dans les pays en développement. Pour ce faire, les travaux menés au titre du Programme seraient, dans un premier temps, axés sur quelques thèmes d’intérêt crucial pour les pays en développement et viseraient des objectifs à court et moyen termes. 32. Le Comité a pris note des thèmes prioritaires du Programme, qui sont les suivants: a) gestion des catastrophes; b) application des communications par satellite à l’enseignement à distance et à la télémédecine; c) surveillance et protection de l’environnement, y compris la prévention des maladies infectieuses; d) gestion des ressources naturelles; et e) enseignement et recherche en sciences spatiales fondamentales. Il a aussi constaté que, quel que soit le thème, les grands objectifs poursuivis seraient les suivants: a) sensibilisation des décideurs des pays en développement aux gains de rentabilité offerts par les applications des techniques spatiales et aux autres avantages qui en découlent pour les programmes nationaux de développement; b) création ou renforcement des capacités des pays en développement à utiliser les techniques spatiales; et c) sensibilisation du public aux retombées bénéfiques des applications des techniques spatiales en termes économiques et sociaux. B. Ateliers, stages de formation et colloques 33. Au paragraphe 11 (sous-alinéa iv) de l’alinéa d)) de sa résolution 54/68, l’Assemblée générale a souhaité que soient organisés, dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, des ateliers et des conférences sur les applications des techniques spatiales de pointe et les nouveaux systèmes à l’intention des directeurs de programme et responsables d’activités liées au développement et aux applications des techniques10 n0063319.doc A/55/153 spatiales. En 2000 ont été menées ou sont prévues, entre autres, les activités suivantes: a) Dixième Stage international ONU/Suède de formation d’enseignants aux techniques de télédétection, organisé en coopération avec le Gouvernement suédois à Stockholm et Kiruna (Suède) du 2 mai au 9 juin 2000; b) Neuvième atelier ONU/Agence spatiale européenne (ESA) sur les sciences spatiales fondamentales: satellites et réseau de télescopes – des outils pour la participation de tous à l’étude de l’Univers, organisé en coopération avec le Gouvernement français et l’ESA à Toulouse (France) du 27 au 30 juin 2000; c) Colloque ONU/Autriche sur la promotion de la participation des jeunes aux activités spatiales, qui sera organisé en coopération avec le Gouvernement autrichien et l’ESA à Graz (Autriche) du 11 au 14 septembre 2000; d) Atelier ONU/Fédération internationale d’astronautique (FIA) sur une stratégie opérationnelle pour le développement durable faisant appel aux techniques spatiales, qui sera organisé en coopération avec le Gouvernement brésilien, le Centre national français d’études spatiales (CNES), l’ESA et la FIA à São José dos Campos (Brésil) du 28 au 30 septembre 2000;e) Atelier ONU/Académie internationale d’astronautique (AIA) sur les petits satellites en Amérique latine, qui sera organisé en coopération avec l’AIA à Rio de Janeiro (Brésil) le 5 octobre 2000, c’est-à-dire pendant le cinquante et unième congrès de la FIA; f) Atelier ONU/ESA/Comité de la recherche spatiale (COSPAR) sur les techniques d’analyse des données, qui sera organisé en coopération avec le Gouvernement indien, l’ESA et le COSPAR à Bangalore (Inde) du 9 au 13 octobre 2000; g) Atelier ONU/ESA sur l’application des techniques spatiales à la gestion des catastrophes, qui sera organisé en coopération avec le Gouvernement chilien et l’ESA à La Serena (Chili) du 13 au 16 novembre 2000; h) Atelier ONU sur les applications du Système mondial de navigation par satellite, qui sera organisé en coopération avec le Gouvernement malaisien à Kuala Lumpur du 13 au 17 novembre 2000. 34. En 2001 sont prévus les stages de formation, ateliers et colloques suivants: a) Onzième Stage international ONU/Suède de formation d’enseignants aux techniques de télédétection, qui se tiendra à Stockholm et Kiruna (Suède); b) Atelier ONU/ESA sur l’application de la télédétection à la surveillance de l’environnement et à la gestion des ressources naturelles, qui se tiendra à Prague; c) Atelier ONU/FIA sur l’utilisation des techniques spatiales dans l’intérêt des pays en développement, qui se tiendra à Toulouse (France); d) Dixième Atelier ONU/ESA sur les sciences spatiales fondamentales, qui sera organisé à Maurice à l’intention des pays africains en développement; e) Deuxième Colloque ONU/Autriche sur la promotion de la participation des jeunes aux activités spatiales, qui se tiendra à Graz (Autriche); f) Atelier ONU/ESA/COSPAR sur les techniques d’analyse des données, qui se tiendra à Damas. C. Développement des capacités locales 35. Le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales offre aux pays en développement un soutien en matière d’enseignement et de formation par l’intermédiaire des centres régionaux d’enseignement des sciences et techniques spatiales et du Réseau des institutions d’enseignement et de recherche en sciences et techniques spatiales pour l’Europe centre-orientale et sud-orientale, conformément à un souhait exprimé par l’Assemblée générale, dans sa résolution 54/68. Les centres régionaux et le Réseau ont été ou sont créés en application des résolutions 45/72, du 11 décembre 1990, et 50/27, du 6 décembre 1995, de l’Assemblée; des progrès continuent d’être enregistrés dans leur mise en place et leur fonctionnement, comme en témoigne le Spécialiste des applications des techniques spatiales dans son rapport au Comité (A/AC.105/730).n0063319.doc 11 A/55/153 36. Depuis son inauguration en novembre 1995, le Centre régional d’enseignement des sciences et techniques spatiales pour l’Asie et le Pacifique, situé en Inde, a accueilli les stages de formation postuniversitaire suivants: a) trois stages de neuf mois sur la télédétection et les systèmes d’information géographique (SIG); b) deux stages de neuf mois sur les communications par satellite; c) un stage de neuf mois sur l’utilisation des satellites en météorologie et pour l’étude du climat mondial; d) un stage de six mois sur les sciences spatiales; et e) un stage d’un mois sur le traitement des images numériques. Au total, 226 participants de 33 pays de la région ont suivi ces formations. Cette année, des stages de neuf mois ont commencé, consacrés à l’utilisation des satellites en météorologie et pour l’étude du climat mondial, aux sciences spatiales et atmosphériques, et à la télédétection et aux SIG; un stage international d’un mois sur les applications de la télédétection et des SIG à la gestion des ressources naturelles et de l’environnement, ainsi qu’un stage d’une semaine sur l’application des communications par satellite aux fins du développement ont également été organisés. Le Conseil d’administration du Centre compte désormais 14 États membres. En application d’une recommandation formulée par l’Assemblée générale dans sa résolution 54/67 (par. 23), les États Membres concernés d’Asie et du Pacifique tiennent des consultations, avec l’aide du Bureau des affaires spatiales, afin de transformer progressivement le Centre en un réseau d’antennes subsidiaires. 37. Les Centres régionaux africains d’enseignement des sciences et techniques spatiales en langue française ont été inaugurés, respectivement, au Maroc en octobre 1998 et au Nigéria, en novembre de la même année en langue anglaise. Le Centre marocain a tenu son premier atelier sur la télédétection et les SIG du 17 au 19 avril 2000, tandis que le Centre nigérian a organisé son premier atelier régional sur les applications de la télédétection du 10 au 14 avril 2000. 38. Le Centre régional d’enseignement des sciences et des techniques spatiales en Amérique latine et dans les Caraïbes a réuni son Conseil d’administration pour la première fois en octobre 1999. L’accord de siège entre le Centre et le Gouvernement brésilien qui permettra aux activités de démarrer, est prêt à être signé. En Asie occidentale, une fois examinés le rapport d’une mission d’évaluation et les offres et engagements présentés par les pays intéressés, la Jordanie a été retenue pour accueillir le Centre régional d’enseignement des sciences et techniques spatiales. S’agissant du centre-est et du sud-est de l’Europe, le Comité directeur du Réseau des institutions d’enseignement et de recherche en sciences et techniques spatiales pour l’Europe centre-orientale et sud-orientale a tenu une session extraordinaire au cours de laquelle il s’est penché sur un mémorandum d’accord concernant le Réseau. D. Services consultatifs techniques 39. Parmi les principales activités du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales figure également la prestation de services consultatifs techniques, activité prévue par l’Assemblée générale dans sa résolution 54/68. L’aide actuellement offerte porte sur les domaines suivants: a) Collaboration avec le Gouvernement japonais et l’ESA pour le suivi de la série d’ateliers sur les sciences spatiales fondamentales, notamment en ce qui concerne la mise en place et l’exploitation de télescopes astronomiques en Colombie, en Égypte, au Honduras, en Jordanie, au Maroc, au Paraguay, au Pérou, aux Philippines, à Sri Lanka et en Uruguay; b) Assistance en vue de contribuer au développement et au fonctionnement du Conseil Asie-Pacifique de communications par satellite, en particulier pour la préparation de la Conférence et de l’exposition qui auront pour thème, en 2000: “Une nouvelle vision pour les communications par satellite au XXIe siècle”; c) Collaboration avec les agences spatiales et les organisations internationales qui ont recours aux données d’observation de la Terre, et contribution aux activités du Comité sur les satellites d’observation de la Terre et plus spécialement de son groupe de travail ad hoc sur la formation et à l’observation de la Terre dans les pays en développement et de son groupe d’aide à la gestion des catastrophes, ce qui favorisera l’utilisation des données qui ont été obtenues ou que l’on prévoit d’obtenir grâce aux satellites d’observation pour gérer, à l’échelle mondiale, les catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme à l’échelle mondiale; d) Aide à l’ESA en vue de fournir à l’Institut de recherche sur l’eau, à Accra, des ordinateurs et des logiciels pour renforcer, au Ghana, les capacités locales12 n0063319.doc A/55/153 d’application de la télédétection et des SIG à l’environnement et aux ressources en eau; e) Collaboration avec l’ESA et le Département des affaires économiques et sociales du Secrétariat en vue d’apporter l’assistance nécessaire à la réalisation de projets relatifs à l’utilisation des données d’observation de la Terre pour la surveillance des glaciers et de la couverture neigeuse en Amérique latine, à la gestion des ressources côtières en Asie et à la localisation et la planification de la gestion des zones humides en Afrique; f) En partenariat avec l’ESA, aide au Programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues en vue de pour mettre au point une méthode d’utilisation des images-satellite pour surveiller les cultures illicites. E. Bourses de longue durée 40. Dans le but de renforcer les capacités locales, cinq bourses de longue durée seront accordées à des personnes issues de pays en développement pour leur permettre de suivre une formation approfondie à la télédétection. Pour 2000-2001, le Gouvernement chinois a offert deux bourses, et l’ESA trois. 41. Conformément à la résolution 54/68 de l’Assemblée générale, le programme de bourses à long terme subit actuellement une réorientation destinée à le rendre plus efficace et à faire en sorte qu’il complète les autres activités du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. Les trois bourses offertes par l’ESA permettront à des enseignants d’université ayant participé à la série de stages ONU/Suède de se perfectionner et de démontrer, par le biais de projets adaptés à mettre en oeuvre dans leur université, l’intérêt pratique de la télédétection. IV. Évolution de la coopération interorganisations 42. Au paragraphe 3 de sa résolution 54/68, l’Assemblée générale a prié instamment les organes, les organismes et les programmes des Nations Unies de prendre les mesures requises pour assurer l’application effective de la Déclaration de Vienne. Au paragraphe 5 de la même résolution, elle a demandé à tous les organismes compétents des Nations Unies de réexaminer leurs programmes et activités et, si nécessaire, de les modifier afin de les mettre en conformité avec les recommandations d’UNISPACE III et de prendre des mesures appropriées afin d’en assurer l’application intégrale et effective, compte tenu des besoins des pays en développement, notamment en améliorant la coordination de leurs activités liées à l’espace au moyen de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales. A. Décisions de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales 43. Les activités menées par les organismes des Nations Unies dans le domaine spatial sont coordonnées lors de la session annuelle de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales. Plusieurs organes et institutions spécialisées des Nations Unies, en particulier le Programme des Nations Unies pour l’environnement, la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique, la Commission économique pour l’Afrique, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, l’Union internationale des télécommunications et l’Organisation météorologique mondiale ont d’importants programmes liés à l’espace. On trouvera de plus amples informations sur ces programmes dans les rapports annuels du Secrétaire général sur la coordination des activités des organismes des Nations Unies concernant l’espace dont la Réunion est saisie et dont le dernier en date (A/AC.105/726) contient un aperçu du programme de travail pour 2000, 2001 et les années ultérieures. 44. Les participants à la vingtième session de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales, tenue à Vienne en février 2000, ont constaté que, lors d’UNISPACE III, l’accent avait été mis sur le renforcement de la coordination et la coopération entre organismes dans le domaine des activités liées à l’espace. Ils se sont accordés sur différents points en vue de resserrer cette coopération. 45. Les participants à la Réunion sont convenus pour les rapports à venir du Secrétaire général sur la coordination des activités des organismes des Nations Unies concernant l’espace, d’une structure révisée mettant mieux en valeur les domaines prioritaires d’application des techniques spatiales tels que définis par les États Membres lors d’UNISPACEn0063319.doc 13 A/55/153 III et faisant une place à l’expérience acquise, aux enseignements tirés et aux recommandations concernant les activités spatiales. Ils ont par ailleurs décidé d’inscrire à l’ordre du jour de la session de 2001 un nouveau point intitulé “Méthodes destinées à renforcer davantage la coordination et la coopération interinstitutions dans les domaines en rapport avec l’espace”. 46. Les participants à la Réunion ont noté que si l’on avait insisté, lors d’UNISPACE III, sur l’importance des techniques spatiales pour le développement durable, le programme Action 21,6 adopté à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement tenue à Rio de Janeiro (Brésil) en 1992, ne mettait, lui, pas suffisamment l’accent sur l’utilité des applications des techniques spatiales. Ils sont donc convenus de prendre part à toute nouvelle révision des dispositions pertinentes d’Action 21, notamment à l’examen du chapitre 40 auquel la Commission du développement durable doit procéder en 2001, ainsi qu’à la manifestation qui sera peut-être organisée en 2002, dix ans après la Conférence. Ils ont en outre jugé que leurs travaux devaient être portés davantage à l’attention des responsables des organismes des Nations Unies. En conséquence, ils ont décidé que le Bureau des affaires spatiales devrait étudier la possibilité de prier le Comité administratif de coordination (CAC) de reprendre l’examen des questions relatives à la coordination des activités spatiales au sein du système des Nations Unies. En conséquence, le Bureau a étudié avec les secrétariats du Comité d’organisation et du Comité consultatif pour les questions relatives aux programmes et opérations du CAC les moyens de rattacher les travaux de la Réunion interorganisations aux activités du CAC. B. Initiatives prises par le Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique et son Sous-Comité scientifique et technique pour renforcer la coopération interorganisations 47. Aux sessions qu’ils ont tenues en 2000, le Comité des utilisations pacifiques de l’espace extraatmosphérique et son Sous-Comité scientifique et technique ont pris des initiatives en vue de promouvoir l’utilisation des techniques spatiales au sein du système des Nations Unies et de renforcer la coopération et la coordination interorganisations dans le domaine des activités liées à l’espace. Ces activités devraient venir compléter les travaux menés dans le cadre de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales. 48. Le Comité a été d’avis que son Sous-Comité devait entamer, à partir de sa session de 2001, l’examen d’un point intitulé “Moyens et mécanismes de renforcement de la coopération interinstitutions et d’intensification de l’utilisation des applications des techniques spatiales et des services spatiaux au sein des organismes des Nations Unies et entre eux”. Cette question serait étudiée selon le plan de travail suivant: en 2001, analyse du niveau actuel d’utilisation des applications des techniques spatiales et des services spatiaux par les organismes des Nations Unies, et examen de l’utilité de ces applications et services pour améliorer l’efficacité et la coordination des opérations menées par différentes entités des Nations Unies; en 2002, recensement des obstacles qui s’opposent à une plus large utilisation des applications des techniques spatiales et des services spatiaux par les organismes des Nations Unies et examen des moyens et mécanismes concrets devant permettre de lever ces obstacles; en 2003, élaboration de propositions spécifiques et concrètes et, au besoin, de plans d’action visant à resserrer la coopération interinstitutions et à intensifier l’utilisation des applications des techniques spatiales et des services spatiaux au sein du système. 49. Pour faciliter l’examen de ce point, le Sous-Comité a prié le Bureau des affaires spatiales de préparer et distribuer aux organismes des Nations Unies une liste de questions dans le but d’améliorer l’efficacité et la coordination des activités spatiales menées au sein du système. Le Comité a approuvé la liste établie par le Bureau (A/AC.105/L.223), ainsi que la recommandation du Sous-Comité tendant à ce que l’Assemblée générale prie, à sa cinquante-cinquième session, l’ensemble des organismes concernés des Nations Unies de fournir au Bureau des informations appropriées en réponse à ces questions. C. Coopération entre le Bureau des affaires spatiales et les autres organismes des Nations Unies 50. Le Bureau des affaires spatiales s’attache à améliorer la coopération et la coordination interorganisations en appuyant les travaux de la14 n0063319.doc A/55/153 Réunion interorganisations sur les activités spatiales et ceux du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique et de son Sous-Comité scientifique et technique. Il a en outre pris des mesures pour resserrer sa collaboration avec d’autres organismes des Nations Unies dans le domaine des activités liées à l’espace. 51. S’agissant de la gestion des catastrophes, le Bureau et le secrétariat de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes ont fait le point sur les questions d’intérêt mutuel, et le Bureau a invité le secrétariat de la Stratégie à prendre part à ses activités, notamment à l’Atelier ONU/ESA sur les applications des techniques spatiales à la gestion des catastrophes qui se tiendra au Chili en novembre 2000 (voir alinéa g) du paragraphe 33 ci-dessus) et à l’élaboration d’un rapport dont le Sous-Comité scientifique et technique sera saisi à sa session de 2001 au titre d’un point de l’ordre du jour consacré à l’exploitation d’un système spatial de gestion des catastrophes (voir par. 5 ci-dessus). De son côté, le secrétariat de la Stratégie a invité le Bureau à coparrainer un atelier sur la prévention des catastrophes qui sera organisé à l’intention des pays d’Afrique en 2001. Il lui a également suggéré d’envisager de participer aux travaux de l’Équipe spéciale interinstitutions de prévention des catastrophes. 52. Pour faciliter les opérations humanitaires déclenchées à la suite de catastrophes naturelles, le Bureau a contribué à l’élaboration du rapport du Secrétaire général sur le renforcement de la coordination de l’aide humanitaire d’urgence au sein du système des Nations Unies. À l’invitation du Bureau de coordination des affaires humanitaires, le Bureau des affaires spatiales a participé, à l’occasion du débat que le Conseil économique et social a consacré aux affaires humanitaires, du 19 au 21 juillet 2000, à une table ronde sur les catastrophes naturelles. V. Renforcement du Service international d’information spatiale 53. Dans sa résolution 54/68, l’Assemblée générale a prié le Secrétaire général de diffuser le plus largement possible les résultats d’UNISPACE III. À cette fin, le Bureau des affaires spatiales a publié et distribué le compte rendu du Forum technique d’UNISPACE III7 par l’intermédiaire de son Service international d’information spatiale, établi par l’Assemblée générale dans sa résolution 37/90. D’autres publications récentes ont été diffusées grâce à ce service, comme Highlights in Space 1999,8 compilation de rapports élaborés par la FIA, le COSPAR et l’Institut international de droit spatial, et Seminars of the United Nations Programme on Space Applications,9 recueil de documents présentés à l’occasion d’activités organisées par le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales en 1999. 54. Diffuser des informations sur les progrès des sciences et techniques spatiales et sur les travaux menés par le système des Nations Unies dans le domaine des utilisations pacifiques de l’espace reste l’une des activités premières du Bureau. Ce dernier dispose ainsi d’une assise pour les activités qu’il entreprend dans le cadre de son programme de communication avec le public et de son programme pour la jeunesse (voir par. 13 ci-dessus) en vue de sensibiliser davantage le public, en particulier les jeunes, aux retombées bénéfiques qu’ont les sciences et techniques spatiales sur le développement économique, social et culturel. 55. Le Service international d’information spatiale a pris de l’ampleur grâce au site Internet du Bureau des affaires spatiales, sur lequel sont actuellement proposées des informations concernant l’ensemble des instruments juridiques relatifs à l’espace adoptés par l’Assemblée générale; le Comité et ses organes subsidiaires; et les conclusions et mesures de suivi d’UNISPACE III. Il comprend un aperçu du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et des renseignements fournis conformément à la Convention sur l’immatriculation des objets lancés dans l’espace extra-atmosphérique (résolution 3235 (XXIX) de l’Assemblée générale, annexe) par les États parties. Ces derniers renseignements sont tirés d’une base de données créée et mise à jour par le Bureau, qui élabore en outre des bases de données sur les lois nationales régissant les activités spatiales et consultables par le public, et sur UNISPACE III. VI. Conclusion 56. À la cinquante-quatrième session de l’Assemblée générale, les États Membres se sont déclarés satisfaits des résultats d’UNISPACE III. Organisée grâce aux ressources disponibles inscrites au budget et avec lan0063319.doc 15 A/55/153 participation de la société civile, notamment de chefs d’entreprises privées et de jeunes, la Conférence est tenue pour un succès par ceux qui y ont participé. Elle a permis, dans la Déclaration de Vienne sur l’espace et le développement humain, de définir, d’une part, des objectifs communs à l’ensemble de la communauté internationale s’agissant de mener des activités spatiales destinées à améliorer le sort de l’humanité et d’autre part, les mesures à prendre pour les atteindre. 57. Il est temps de donner corps dans la réalité aux perspectives et attentes qui ont été exprimées lors d’UNISPACE III. Une dynamique a été créée qui tend à étendre la coopération internationale, grâce à l’utilisation des sciences et techniques spatiales, en vue d’améliorer la situation sociale, économique et culturelle de tous les peuples, en particulier de ceux qui souffrent de la pauvreté. 58. Le Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique et ses organes subsidiaires, la Réunion interorganisations sur les activités spatiales et le Bureau pour les affaires spatiales, ont commencé à prendre des mesures concrètes en vue d’atteindre les objectifs fixés par UNISPACE III. Si elles reçoivent l’appui de tous les gouvernements, de tous les organismes des Nations Unies et du plus grand nombre possible d’organisations non gouvernementales et d’entreprises privées, ces initiatives permettront de réussir la mise en oeuvre de la Déclaration de Vienne. D’ici à 2004, lorsque l’Assemblée générale examinera et évaluera la suite donnée à UNISPACE III, le recours accru aux sciences et techniques spatiales devrait avoir permis d’améliorer de façon non négligeable les conditions de vie de l’humanité, et l’utilité des applications des techniques spatiales devrait avoir été reconnue comme il se doit au sein de nombreux forums internationaux portant sur diverses questions sociales et économiques d’intérêt mondial. Notes 1 Publication des Nations Unies, numéro de vente F.00.I.3. 2 Ibid., chap. I, résolution 1. 3 À sa quarante-deuxième session, en 1999, le Comité a décidé d’une nouvelle approche pour établir l’ordre du jour de son Sous-Comité scientifique et technique. Outre quelques points à examiner à chaque session, cet ordre du jour comprend, dans sa structure actuelle, des points à examiner au titre de plans de travail pluriannuels et des questions/points de discussion isolés à examiner à une session donnée, sauf nouvelle inscription à l’ordre du jour. 4 Le texte de la déclaration orale est reproduit en annexe au rapport du Comité. Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, cinquante-cinquième session, Supplément N° 20 (A/55/20), annexe. 5 Résolution 2222 (XXI) de l’Assemblée générale, annexe. 6 Rapport de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, Rio de Janeiro, 3-14 juin 1992 (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.93.I.8 et rectificatifs), vol. I: Résolutions adoptées par la Conférence, résolution 1, annexe II. 7 Proceedings of the Technical Forum (publication des Nations Unies, numéro de vente: E.00.I.7). 8 Publication des Nations Unies, numéro de vente: E.00.I.8. 9 Publication des Nations Unies, numéro de vente: E.00.I.6.