A_AC_105_C_1_100_EF
Correct misalignment Change languages order
A/AC.105/C.1/100 V1187203.doc (English)A/AC.105/C.1/100 V1187204.doc (French)
Committee on the Peaceful Uses of Outer SpaceNations Unies A/AC.105/C.1/100 Assemblée générale
Scientific and Technical SubcommitteeDistr. générale 18 novembre 2011
Forty-ninth sessionFrançais Original: anglais
Vienna, 6-17 February 2012A/AC.105/C.1/100 A/AC.105/C.1/100
Item 12 of the provisional agenda*V.11-87204 (F)
Near-Earth objects*1187204* Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique et technique Quarante-neuvième session Vienne, 6-17 février 2012 Point 12 de l’ordre du jour provisoire * A/AC.105/C.1/L.310. Objets géocroiseurs
Information on research in the field of near-Earth objects carried out by Member States, international organizations and other entitiesInformations sur les activités de recherche menées par des États Membres, des organisations internationales et par d’autres organismes sur les objets géocroiseurs
Note by the SecretariatNote du Secrétariat
I.I.
IntroductionIntroduction
1. At its forty-eighth session, in 2011, the Scientific and Technical Subcommittee of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space endorsed the agreement of the Working Group on Near-Earth Objects to continue its multi-year workplan in 2012 and 2013 (A/AC.105/987, para. 165). In accordance with the workplan, the Subcommittee will, at its forty-ninth session, in 2012, consider reports submitted in response to the annual request for information from member States, international organizations and other entities on their near-Earth object (NEO) activities (A/AC.105/987, annex III, para. 9).1. À sa quarante-huitième session, en 2011, le Sous-Comité scientifique et technique du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique a approuvé la décision du Groupe de travail sur les objets géocroiseurs de poursuivre son plan de travail pluriannuel en 2012 et 2013 (A/AC.105/987, par. 165). Conformément au plan de travail, le Sous-Comité examinera, à sa quarante-neuvième session, en 2012, les rapports communiqués par des États Membres, des organisations internationales et d’autres organismes en réponse à la demande annuelle d’informations sur leurs activités concernant les objets géocroiseurs (A/AC.105/987, annexe III, par. 9).
2.2.
The present document contains information received from Japan and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland and the Committee on Space Research, the International Astronomical Union, the Secure World Foundation and the Space Generation Advisory Council.Le présent document contient les informations communiquées par le Japon et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, ainsi que par le Comité de la recherche spatiale, l’Union astronomique internationale, la Secure World Foundation et le Conseil consultatif de la génération spatiale.
II.II.
Replies received from Member StatesRéponses reçues des États Membres
Japan [Original: English] [31 October 2011] Near-Earth objects project Japanese NEO activities started with the establishment of the Japan Spaceguard Association (JSGA) in 1996. JSGA constructed a 1-metre-wide field telescope for NEO detection, which became operational in 2002 and was used mainly for follow-up observations. JSGA improved the telescope in 2006, and it is now able to detect NEOs down to a magnitude of 20.5, which is comparable to detections by the Catalina Sky Survey and the Spacewatch programme in the United States of America. A list of NEO follow-up observations is shown in the table. Near-Earth object observations by the Japan Spaceguard Association (as at September 2011) Near-Earth asteroid (NEA) Comets Year Number of observed objects Number of position measurements Sum of position measurements Number of observed objects Sum of position measurements 2000 23 205 4 240 20 113 2001 29 560 5 907 16 275 2002 24 243 2 018 13 339 2003 54 567 4 938 18 165 2004 23 233 2 908 4 20 2005 8 42 2 431 0 0 2006 25 297 3 224 5 66 2007 34 408 7 219 15 108 2008 31 162 4 534 14 110 2009 26 138 5 796 7 37 2010 135 924 3 545 10 50 2011 196 1 280 2 602 21 186 Total 608 5 059 49 362 143 1 469 JSGA has performed various educational activities over the past 10 years. For public outreach, it has produced an educational package on NEO detection in English, Japanese and Spanish and has published two books and a number of articles in journals and newspapers. On 12 June 2011, the first anniversary lecture was held to mark the return of the Hayabusa capsule to Earth. The lecture included a presentation of the light curve observations and multiband photometry for 107P/Wilson-Harrington, and the results have shown physical properties of candidate objects for future asteroid exploration. In 2011, JSGA organized lectures on the theme “Spaceguard 2011” in four different locations in Japan and published the fourth issue of its bulletin, Spaceguard Research. Hayabusa mission Another important NEO activity is the Hayabusa mission to the NEO Itokawa. The purpose of the mission is to gain information on the mysteries behind the genesis of the solar system and on possible evidence of life; to achieve this, technology to bring back samples of asteroids is essential. Hayabusa reached Itokawa in 2005 and collected many images and other scientific data; it also attempted to touch down and collect surface material. On 13 June 2010, the asteroid-sample capsule of the Hayabusa spacecraft returned to Earth containing the surface material of Itokawa. The material was analyzed by the analysis team of the Hayabusa Science Team. The results of the mission are important not only for science but also for Spaceguard, as Itokawa is an asteroid of the type that may come close to the Earth, and this mission is the first to have studied such an asteroid. The Japan Aerospace Exploration Agency is now considering another NEO sample return mission, Hayabusa-2, which, if successful, would provide information about another type of NEO. The Hayabusa-2 mission that started in May 2011 is planned for launch in 2014 or 2015 and is planned to arrive at the target asteroid in 2018. United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland [Original: English] [2 November 2011] The United Kingdom Space Agency maintains an active role in addressing the NEO problem by encouraging coordination at the national, European and international levels to reach agreement on understanding and development of effective measures to address the threat posed by NEOs. This leadership role has been demonstrated by, among other things, the United Kingdom’s past chairing of the Action Team on Near-Earth Objects and the Working Group on Near-Earth Objects of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space. The United Kingdom has strong NEO research capabilities in addition to its astronomy, planetary science and space surveillance capabilities, which the UK Space Agency regularly calls upon for impartial technical support and advice. During the past year, United Kingdom organizations have conducted a wide range of activities, a number of which are summarized below. Remote observation and measurement of the near-Earth object population Astronomers at Queen’s University Belfast continue to obtain astrometry of NEOs that have been identified as presenting a small risk of hitting the Earth in the next 100 years, with the aim of improving their orbits. The Open University continues to be engaged in research related to light curves of slowly rotating (mostly main belt) asteroids, using data from the Super-Wide Angle Search for Planets sky cameras, and continues to publish NEO observation results (thermal modelling and infrared spectroscopy). In situ observation and measurement of the near-Earth object population At the Open University, in addition to theoretical studies aimed at understanding the formation of smaller bodies in the solar system, a number of experimental programmes are also under way. Among them is the development of a penetrometry rig to simulate a high-mass, low-speed impact of a penetrometer fixed to a landing spacecraft. Penetrometers will be key to enabling in situ measurements of an NEO surface, which is likely to be delicate, in order to give the structural and mechanical information necessary for successful mitigation and negation of the body. More broadly, the Open University has an interest in instrumentation for the in situ physical and geochemical investigation of NEOs and other smaller solar system bodies. Open University research on NEOs also continues in the field of meteoritics and extraterrestrial sample analysis, using its world-class suite of geochemical laboratories, which forms part of the United Kingdom Cosmochemical Analysis Network (UKCAN). Risk assessment The Astronautics Research Group at the University of Southampton is conducting a significant amount of research into the effects of NEO impacts on the Earth. The NEO research programme at Southampton is aimed at assessing the global threat to Earth posed by small NEOs with a diameter of less than 1 kilometre. An NEO impact can affect the Earth’s ecosystem and have serious consequences for the human population. The primary challenge of the research is accounting for each impact-generated effect and developing an adequate model to simulate it. To this end, the computer simulation tool under development has the capability of modelling small NEO impacts. This tool tackles the hazard on both a local and a global scale, tracking the consequences of an impact on the human population. Each of the impact-generated effects will affect the human population and infrastructure to varying degrees. Therefore, the analysis of mortality rates and infrastructure cost is the key feature of the simulation. Overall hazard assessment of an NEO impact event will be rated by the casualty figures and level of infrastructure damage. This work is complemented by research within the Department of Earth Science and Engineering at Imperial College London on characterization of the direct effects of NEO impacts. This research is partly supported by the Natural Environment Research Council. Mitigation The objective of work conducted by the University of Glasgow is to develop fundamental optimal control theory and to apply it to the interception of hazardous NEOs. Different parameters, time, mass, orbital corrections, maximum deviation, and so forth, are optimized. A study of the robustness of the methods is also performed to take into account the uncertainties of both NEO dynamics and boundary conditions. A variety of propulsion methods, ranging from solar sails to nuclear propulsion, are considered, and the advantages and disadvantages of each are assessed. Numerical simulations in a realistic scenario are developed in order to investigate the performance of such methods, and, in order to evaluate the optimal trajectories and deviation methodologies, the simulation data are animated. This programme was funded by the Engineering and Physical Sciences Research Council. Information dissemination The United Kingdom continues to be home to two centres providing information on NEOs to the public and media. One is the Spaceguard Centre, located at the former Powys Observatory, near Knighton, Wales. It represents the Spaceguard Foundation as the International Spaceguard Information Centre. It has set up the nationwide Comet and Asteroid Information Network and has a well-established outreach programme. It currently liaises with Spaceguard organizations in other countries and encourages the establishment of new ones. The Centre is also the primary science adviser for the Faulkes Telescope Asteroid Project and is developing a robotic NEO astrometry system (Spaceguard NEO Astrometry Project), deployed in Kenya and the United Kingdom. The other is the United Kingdom Near-Earth Object Information Centre, which was established in response to recommendations 13 and 14 of the report of the United Kingdom Government’s Task Force on Potentially Hazardous Near-Earth Objects. The Information Centre is operated by a consortium led by the National Space Centre, under contract to the UK Space Agency. The main centre is based at the National Space Science Centre in Leicester, which houses an NEO exhibition and provides a primary contact point for public and media enquiries. The Centre is advised by a network of academic institutions active in the field of NEOs: Queen’s University Belfast, the United Kingdom Astronomy Technology Centre in Edinburgh, the Natural History Museum in London, Queen Mary University of London, Imperial College London and the University of Leicester. In addition, there are three regional centres with linked exhibits and access to the Information Centre facilities. These are based in W5 in Belfast, the Natural History Museum in London and the Royal Observatory in Edinburgh. The website of the Information Centre (www.spacecentre.co.uk/Page.aspx/6/NEAR_EARTH_OBJECTS/) provides a virtual exhibition, a resources section (for educators and the media) and the latest NEO news, including answers to frequently asked questions. The site also allows access to the Task Force report. Policy approach The underlying policy approach to NEOs in the United Kingdom is recognition that the threat they pose is real, but that, although potentially catastrophic, impact by an NEO is a low-probability occurrence. It also recognizes that such objects do not respect national boundaries and that the scale of their effect is such that the NEO hazard is a global issue and can be effectively addressed only through international cooperation and coordination. III. Replies received from international organizations and other entities Committee on Space Research [Original: English] [7 November 2011] NEOs are objects orbiting the Earth at perihelion distances of less than 1.3 astronomical units. The NEO population is constantly evolving and being replenished from the main asteroid belt and cometary reservoirs. It consists of objects with a variety of compositions and internal structures. As at 20 October 2011, 8,345 NEOs had been discovered. Among them, some 832 are asteroids with a diameter of approximately 1 kilometre or more, and 1,258 have been classified as potentially hazardous asteroids, indicating a possibility that they might threaten the Earth. The number of NEOs discovered per year is shown in the original document submitted by the Committee on Space Research, which can be found on the website of the Office for Outer Space Affairs of the Secretariat (www.unoosa.org). Nowadays, NEOs are discovered through automated, ground-based observational programmes. The Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System (Pan-STARRS) is an astronomical survey that is continuously conducting astrometry and photometry of much of the sky to detect NEOs that could threaten the Earth. The National Aeronautics and Space Administration (NASA) Wide-field Infrared Survey Explorer (WISE), although designed primarily for astrophysics science objectives, is providing a large amount of data on small objects. The WISE all-sky survey is also detecting most of the known main belt asteroids, providing accurate radii and albedos for over 100,000 objects and detecting many new ones. The NEOWISE programme, which is a supplementary analysis programme, is also discovering and characterizing many new NEOs on a daily basis. Space missions involving near-Earth objects The Origins Spectral Interpretation Resource Identification Security Regolith Explorer project was among the three missions selected by NASA in 2010 for the second round of the next New Frontiers mission competition. It is designed to orbit a primitive near-Earth asteroid (NEA) and bring a sample back to Earth for study. The MarcoPolo-R mission has been selected for the assessment phase for the third medium-class mission of the European Space Agency. The primary objective of the MarcoPolo-R mission is to return a sample from a NEA. Potentially hazardous asteroids As of October 2011, two potentially hazardous asteroids, classified with level 1 (no unusual level of danger) under the Torino Impact Hazard Scale are known and are being monitored: 2011 AG5 and 2007 VK184. International Astronomical Union [Original: English] [5 October 2011] Activities of the International Astronomical Union Minor Planet Center In 2011, there were many activities at the Minor Planet Center. The NASA Wide-field Infrared Survey Explorer (WISE) project successfully completed routine operations searching for minor planets in the infrared spectrum. The optical ground-based NEO surveys continued their operations. At present, the discovery rate of NEOs is higher than in the past, with around 1,000 to 1,200 NEOs being discovered annually. This is largely due to the increase in discoveries of the Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System (Pan-STARRS) survey project, which is operated by a consortium of institutions, led by the University of Hawaii. The main discovery team of NEOs is the Catalina Sky Survey programme which uses two telescopes in Arizona, finding approximately 600 to 800 NEOs annually, while the Pan-STARRS team finds approximately 250 to 300 of the expected 1,000 to 1,200 NEOs discovered in 2011. Both teams collaborate well by sharing their sky coverage to allow more efficient use of telescope time to cover areas not seen by other surveys. An example of how both surveys, the Catalina Sky Survey and Pan-STARRS, and the Minor Planet Center are handling the increase in near-miss objects is a small asteroid, 2011 MD, with a size of about 10 meters, which passed just about 12,000 km from the Earth surface in June 2011. This object was picked up a full two days before the closest approach and identified as a near-miss object by the computers of the Minor Planet Center soon after the discovery. There is also vibrant ongoing cooperation worldwide among the follow-up observers in targeting NEOs that need orbital improvement. The Minor Planet Center has a blog that allows observers to post real-time information on their follow-up efforts, which contributes to better distribution of resources on the fly. In sum, each year more NEOs are being discovered, and each year, the NEO population is studied more closely, as well. The International Astronomical Union website continues to have a page on NEAs, which includes past and future approaches of NEAs close to the Earth, milestones in NEA research and information on related conferences as well as scientific literature (see www.iau.org/public/nea/). Secure World Foundation [Original: English] [30 August 2011] The Secure World Foundation (SWF) has been working to facilitate discussions on governance issues related to the deflection and mitigation of potentially threatening NEOs. In May, SWF sponsored the 2011 IAA Planetary Defense Conference in Bucharest. SWF Technical Advisor Brian Weeden co-chaired a session on the legal and policy frameworks for planetary defence. In August, SWF co-organized an Action Team on Near-Earth Objects workshop on international recommendations for NEO threat mitigation, which included discussion of a draft terms of reference for a mission planning and operations group, a key recommendation of the 2008 report of the Association of Space Explorers presented to the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space. Space Generation Advisory Council [Original: English] [2 November 2011] As a member of the Action Team on Near-Earth Objects, the Space Generation Advisory Council (SGAC) recognizes the importance of the work of the Working Group on Near-Earth Objects and strongly supports its efforts. As outlined in the workplan of the Working Group for 2009, the International Year of Astronomy acted as a framework for raising awareness of NEO issues among the public, in particular among young people. Understanding that young people need to be made aware of these issues, SGAC continues to work on outreach programmes to increase their involvement beyond the International Year of Astronomy (2009). The SGAC NEO Working Group increased its team size in 2011 as several SGAC members expressed interest in the Group’s work and joined. The “Move an Asteroid” technical paper competition, held annually since 2008 by SGAC, requires students and young professionals to send in novel proposals on how to either detect or deflect an asteroid, or establish a global impact warning system. The 2011 edition winner of the competition, Alison Gibbings, a PhD student from the United Kingdom, focused on an asteroid deflection technique and was interviewed on National Public Radio in the United States. The entries were reviewed by experts, and the winner of the competition was awarded a trip to present the paper at the SGAC annual congress, the Space Generation Congress, as well as at the International Astronautical Congress, both of which were held in Cape Town, South Africa. The Space Generation Congress is held in conjunction with the International Astronautical Congress and provides the winner with the opportunity to present the winning paper to a larger audience. Through this competition, young people proactively participate in NEO activities and analyse the issues surrounding them. SGAC was an official co-sponsor of the 2nd Planetary Defense Conference, which was held in May 2011 in Bucharest, and two SGAC members were on the organizing committee. The day before the Planetary Defense Conference, the SGAC NEO Working Group held a public outreach event, entitled “Future of planetary defense”, at the Polytechnic University of Bucharest. About 150 students attended this public event, which was focused on four high-level speakers: Bill Ailor, Marius-Ioan Piso, Dumitru Prunariu and Rusty Schweickart. The event was well covered by local national media, and interviews were featured on several national Romanian television programmes. The NEO public awareness documentary that SGAC created from expert interviews during the 1st Planetary Defense Conference in 2009 was also shown during the event. The documentary is available on the SGAC YouTube channel and continues to have many monthly views. SGAC intends to continue raising awareness and involving young people in the NEO field, as well as informing the public about current NEO issues, including the work of the Action Team on Near-Earth Objects. SGAC is convinced that an informed public, specifically young people, can have a positive impact on finding solutions to the challenges presented by NEOs. * A/AC.105/C.1/L.310. --- 2 V.11-87203 V.11-87203 3 United Nations A/AC.105/C.1/100 General Assembly Distr.: General 18 November 2011Japon
Original: English[Original: anglais]
V.11-87203 (E)[31 octobre 2011]
*1187203*Projet relatif aux objets géocroiseurs
<>V1187203<>Les activités du Japon concernant les objets géocroiseurs ont commencé par la création de la Japan Spaceguard Association (JSGA) en 1996. La JSGA a construit un télescope d’un mètre pour la détection d’objets géocroiseurs, qui est entré en service en 2002 et a principalement servi à effectuer des observations de suivi. Elle a amélioré le télescope en 2006, lequel peut désormais détecter jusqu’à une magnitude de 20,5, ce qui est comparable aux taux de détection du Catalina Sky Survey et du programme Spacewatch aux États-Unis d’Amérique. Le tableau ciaprès dresse une liste des observations de suivi d’objets géocroiseurs.
<>A/AC.105/C.1/100<>Observations d’objets géocroiseurs par la Japan Spaceguard Association (jusqu’en septembre 2011)
<><>Astéroïdes géocroiseurs Comètes
A/AC.105/C.1/100Année Nombre observé Nombre de relevés de position Total des relevés de position Nombre observé Total des relevés de position 2000 23 205 4 240 20 113 2001 29 560 5 907 16 275 2002 24 243 2 018 13 339 2003 54 567 4 938 18 165 2004 23 233 2 908 4 20 2005 8 42 2 431 0 0 2006 25 297 3 224 5 66 2007 34 408 7 219 15 108 2008 31 162 4 534 14 110 2009 26 138 5 796 7 37 2010 135 924 3 545 10 50 2011 196 1 280 2 602 21 186 Total 608 5 059 49 362 143 1 469 La JSGA a mené, au cours des 10 dernières années, diverses activités éducatives. Elle a produit, en anglais, en espagnol et en japonais, un dossier pédagogique destiné à informer le public sur la détection des objets géocroiseurs et a publié deux ouvrages ainsi que plusieurs articles dans des revues et des journaux. Une conférence a été organisée le 12 juin 2011 pour marquer le premier anniversaire du retour de la capsule Hayabusa sur Terre. On y a présenté des observations de la courbe de lumière et des observations photométriques multibandes de 107P/Wilson-Harrington, et les résultats ont montré les propriétés physiques d’objets candidats pour de futures missions d’exploration d’astéroïdes. En 2011, la JSGA a organisé des conférences sur la veille spatiale dans quatre lieux différents du Japon et publié le quatrième numéro de son bulletin, Spaceguard Research. Mission Hayabusa Une autre activité importante relative aux objets géocroiseurs est la mission Hayabusa, qui a pour cible l’objet Itokawa et dont le but est de recueillir des informations sur les mystères qui entourent la genèse du système solaire et sur d’éventuelles traces de vie, tâche pour laquelle il est essentiel de disposer d’une technologie permettant de rapporter des échantillons d’astéroïdes. La sonde Hayabusa a atteint Itokawa en 2005, recueillant de nombreuses images et autres données scientifiques; elle a également tenté de se poser sur l’astéroïde et d’y effectuer des prélèvements de surface. Le 13 juin 2010, la capsule d’échantillonnage d’Hayabusa est rentrée sur Terre avec les matières prélevées à la surface d’Itokawa, et celles-ci ont été analysées par les spécialistes de l’équipe scientifique de la mission Hayabusa. Les résultats de la mission sont importants non seulement pour la science, mais également pour la veille spatiale, car Itokawa est un astéroïde du type de ceux qui peuvent se rapprocher de la Terre, et c’est la première fois qu’une mission en étudie un. La Japan Aerospace Exploration Agency envisage actuellement une autre mission d’échantillonnage, Hayabusa-2, qui, si elle réussissait, renseignerait sur un autre type d’objet géocroiseur. Les travaux on commencé en mai 2011 et la sonde devrait être lancée en 2014 ou 2015 et atteindre en 2018 l’astéroïde ciblé. Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord [Original: anglais] [2 novembre 2011] L’Agence spatiale du Royaume-Uni continue de jouer un rôle actif dans le traitement du problème des objets géocroiseurs en encourageant la coordination aux niveaux national, européen et international en vue d’arriver à un accord sur la manière d’appréhender la menace que représentent ces objets et sur des mesures efficaces pour y répondre. Ce rôle moteur a notamment été mis en évidence par la présidence britannique de l’Équipe sur les objets géocroiseurs et du Groupe de travail sur les objets géocroiseurs du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique. Le Royaume-Uni possède d’importantes capacités de recherche sur les objets géocroiseurs en sus des moyens dont il dispose en matière d’astronomie, de sciences planétaires et de surveillance de l’espace, auxquels l’Agence spatiale du pays a régulièrement recours pour obtenir un appui et des conseils techniques impartiaux. Au cours de l’année écoulée, des organisations du Royaume-Uni ont réalisé un grand nombre d’activités dont certaines sont présentées succinctement ci-dessous. Téléobservation et télémesure des objets géocroiseurs Les astronomes de la Queen’s University de Belfast continuent de procéder à des observations astrométriques d’objets géocroiseurs qui présentent un faible risque de collision avec la Terre au cours des 100 prochaines années afin d’en mieux mesurer l’orbite. L’Open University continue d’étudier les courbes photométriques des astéroïdes à rotation lente (de la ceinture principale, pour la plupart) à l’aide des données recueillies par les caméras plein ciel à très grand angle (WASP) et de publier les résultats de ses observations d’objets géocroiseurs (modélisation thermique et spectroscopie infrarouge). Observation et mesure in situ des objets géocroiseurs À l’Open University, outre les études théoriques destinées à comprendre la formation des corps de petite dimension dans le système solaire, un certain nombre de programmes expérimentaux sont en cours, parmi lesquels l’élaboration d’une sonde pénétrométrique destinée à simuler l’impact à faible vitesse de la masse importante d’un pénétromètre fixé à un engin spatial se posant. Les pénétromètres permettront d’effectuer des relevés à la surface des objets géocroiseurs, ce qui sera probablement délicat, et d’obtenir ainsi, sur les caractéristiques structurelles et mécaniques de ces corps, des informations nécessaires pour les anéantir ou réduire les risques qu’ils présentent. Plus largement, l’Open University s’intéresse aux instruments utiles pour l’étude physique et géochimique in situ des objets géocroiseurs et d’autres petits corps du système solaire. L’Open University poursuit également ses recherches sur les objets géocroiseurs dans le cadre des études sur les météorites et des analyses d’échantillons extraterrestres qu’elle mène grâce à ses laboratoires géochimiques de premier ordre, qui font partie du Réseau d’analyse cosmochimique du Royaume-Uni. Évaluation des risques L’Astronautics Research Group de l’Université de Southampton mène de nombreuses recherches sur l’effet des impacts d’astéroïdes afin d’évaluer la menace globale que représentent pour la Terre les petits géocroiseurs de moins d’un kilomètre de diamètre. L’impact d’un objet géocroiseur peut avoir des répercussions sur l’écosystème de la planète et de graves conséquences pour la population humaine. L’objectif premier de ces recherches est de recenser tous ces effets et d’établir un modèle de simulation satisfaisant. On travaille donc actuellement à la mise au point d’un outil informatique capable de modéliser des impacts de petits géocroiseurs en prenant en compte les risques à l’échelle locale et mondiale et les conséquences pour la population humaine. Chaque impact ayant des conséquences variables pour la population humaine et l’infrastructure, l’analyse des taux de mortalité et des dommages causés à l’infrastructure constitue les éléments clefs de la simulation en fonction desquels est évalué le niveau global de risque. Ces travaux sont complétés par des recherches qu’effectue le Département des sciences et techniques de la Terre de l’Imperial College de Londres sur la caractérisation des effets directs des impacts d’objets géocroiseurs. Ces recherches sont en partie financées par le Conseil de recherche sur l’environnement naturel (NERC). Prévention L’objectif des travaux menés par l’Université de Glasgow est de mettre au point une théorie fondamentale de la commande optimale et de l’appliquer à l’interception des objets géocroiseurs dangereux. Différents paramètres tels que le temps, la masse, les corrections orbitales et la déviation maximale sont optimisés. On étudie également la robustesse des méthodes pour tenir compte des incertitudes quant à la dynamique des objets géocroiseurs et aux conditions limites. Diverses méthodes de propulsion sont envisagées, depuis les voiles solaires jusqu’à la propulsion nucléaire, et les avantages et les inconvénients de chacune sont évalués. Des simulations numériques sont mises au point selon un scénario réaliste afin d’étudier l’efficacité de ces méthodes et il est réalisé, à partir des données de la simulation, une animation destinée à déterminer les trajectoires et les méthodes de déviation optimales. Ce programme est financé par le Conseil britannique de la recherche en ingénierie et en sciences physiques. Diffusion d’informations Le Royaume-Uni continue d’abriter deux centres d’information sur les objets géocroiseurs à destination du public et des médias. Le premier, le Spaceguard Centre, est situé dans les locaux de l’ancien observatoire du Powys, près de Knighton, au pays de Galles. En tant que centre international d’information de la Spaceguard Foundation, il a mis en place, à l’échelle nationale, un réseau d’information sur les comètes et les astéroïdes, et possède un programme de communication solidement établi. Il assure actuellement la liaison avec les antennes Spaceguard d’autres pays et encourage la création de nouvelles antennes. Le centre assure également la fonction de conseiller scientifique principal pour le projet du télescope Faulkes sur les astéroïdes et met actuellement en place au Kenya et au Royaume-Uni un système d’astrométrie des objets géocroiseurs (Spaceguard NEO Astrometry Project). Le second, le Near Earth Object Information Centre, a été mis en place pour donner suite aux recommandations 13 et 14 du rapport de l’équipe de travail sur les objets géocroiseurs potentiellement dangereux créée par le Gouvernement britannique. Il est exploité par un consortium mené par le Centre spatial national britannique, sous contrat avec l’Agence spatiale du Royaume-Uni. Son établissement principal se trouve au Centre spatial national de Leicester, qui abrite une exposition sur les objets géocroiseurs et sert d’interlocuteur avec le public et les médias. Le centre bénéficie des conseils d’un réseau d’établissements scientifiques actifs dans le domaine des objets géocroiseurs: Queen’s University de Belfast, United Kingdom Astronomy Technology Centre d’Édimbourg, Muséum d’histoire naturelle de Londres, Université Queen Mary de Londres, Imperial College de Londres et Université de Leicester. De plus, trois centres régionaux, au musée W5 de Belfast, au Muséum d’histoire naturelle de Londres et à l’Observatoire royal d’Édimbourg, ont accès à ses installations et relaient ses expositions. Le site Web du Centre (www.spacecentre.co.uk/Page.aspx/6/NEAR_EARTH_OBJECTS/) propose une exposition virtuelle, une section de documentation à l’intention des enseignants et des médias, et les actualités les plus récentes en matière d’objets géocroiseurs, ainsi qu’une foire aux questions. On peut également y consulter le rapport de l’équipe de travail. Politique La politique du Royaume-Uni, en ce qui concerne les objets géocroiseurs, consiste à reconnaître que la menace qu’ils constituent est réelle, mais que, bien que potentiellement catastrophique, le risque qu’un impact se produise est faible. Elle tient également compte du fait que ces objets ne connaissent pas de frontières et que l’ampleur de leurs effets est telle que le danger qu’ils représentent est à l’échelle du monde et ne peut être écarté efficacement que par la coopération et la coordination internationales. III. Réponses reçues d’organisations internationales et d’autres organismes Comité de la recherche spatiale [Original: anglais] [7 novembre 2011] Les objets géocroiseurs sont des objets qui orbitent autour de la Terre à des distances périhélie inférieures à 1,3 unité astronomique. Leur population évolue constamment et est reconstituée par la grande ceinture d’astéroïdes et les réservoirs cométaires. Elle comprend des objets de diverses compositions et structures internes. Au 20 octobre 2011, il avait été découvert 8 345 objets géocroiseurs. Parmi eux, 832 sont des astéroïdes ayant un diamètre d’environ un kilomètre ou plus et 1 258 ont été classés potentiellement dangereux car il existe une possibilité qu’ils heurtent la Terre. Le nombre d’objets géocroiseurs découverts par année figure dans le document original soumis par le Comité de la recherche spatiale, que l’on peut consulter sur le site Web du Bureau des affaires spatiales (www.unoosa.org). De nos jours, les objets géocroiseurs sont découverts par des programmes d’observation terrestres automatisés. Le Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System (Pan-STARRS) est un outil astronomique qui effectue en continu des observations astrométriques et photométriques d’une grande partie du ciel pour détecter des objets géocroiseurs qui pourraient menacer la Terre. Le télescope Wide-field Infrared Survey Explorer (WISE) de la NASA, bien que visant principalement des objectifs d’astrophysique, fournit de nombreuses données sur les petits objets. Il observe également la plupart des astéroïdes connus de la grande ceinture, fournissant des rayons et des albédos précis pour plus de 100 000 objets et en détectant de nombreux nouveaux. Le programme d’analyse complémentaire NEOWISE découvre et caractérise également de nouveaux objets géocroiseurs chaque jour. Missions spatiales consacrées aux objets géocroiseurs Le projet Origins Spectral Interpretation Resource Identification Security Regolith Explorer a été l’une des trois missions sélectionnées par la NASA en 2010 pour le second tour du prochain concours New Frontiers. Il a pour but d’orbiter autour d’un astéroïde géocroiseur primitif et de rapporter un échantillon sur Terre à des fins d’analyse. La mission MarcoPolo-R a été retenue pour la phase d’évaluation de la troisième mission de classe moyenne de l’Agence spatiale européenne. Elle a pour objectif principal de ramener un échantillon d’astéroïde géocroiseur. Astéroïdes potentiellement dangereux En octobre 2011, deux astéroïdes potentiellement dangereux, classés au niveau 1 (aucun niveau inhabituel de danger) de l’échelle de risque d’impact de Turin étaient connus et faisaient l’objet d’un suivi: 2011 AG5 et 2007 VK184. Union astronomique internationale [Original: anglais] [5 octobre 2011] Activités du Centre des planètes mineures de l’Union astronomique internationale En 2011, de nombreuses activités ont eu lieu au Centre des planètes mineures. Le télescope WISE de la NASA a achevé avec succès une opération de recherche systématique de planètes mineures dans le spectre infrarouge. Les observations optiques au sol de géocroiseurs se sont poursuivies. La fréquence des découvertes de géocroiseurs est plus élevée que dans le passé, entre 1 000 et 1 200 nouveaux objets étant détectés chaque année. Cela est dû dans une large mesure à l’augmentation des découvertes effectuées dans le cadre du projet Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System), exécuté par un consortium d’institutions dirigé par l’Université de Hawaï. Le principal programme de recherche de géocroiseurs est le Catalina Sky Survey, qui en découvre chaque année entre 600 à 800 au moyen de deux télescopes depuis l’Arizona, l’équipe Pan-STARRS étant créditée quant à elle de 250 à 300 découvertes sur les 1 000 à 1 200 escomptées en 2011. La collaboration entre les deux équipes est bonne, celles-ci se partageant le ciel de manière à utiliser plus efficacement le temps de télescope pour observer des zones non couvertes par d’autres programmes d’observation. L’exemple du petit astéroïde 2011 MD, d’environ 10 mètres de diamètre, qui est passé à seulement 12 000 km de la surface de la Terre en juin 2011, montre comment les deux programmes susmentionnés (Catalina Sky Survey et PanSTARRS) et le Centre des planètes mineures gèrent ce type de situation, dont la fréquence augmente. Cet astéroïde a été découvert 48 heures avant qu’il n’atteigne son point de passage le plus proche et les ordinateurs du Centre ont rapidement déterminé qu’il allait frôler la Terre. En outre, les traqueurs d’astéroïdes coopèrent de façon intense dans le monde entier en concentrant leurs observations sur les géocroiseurs dont il faut déterminer plus précisément l’orbite. Le Centre met à la disposition des observateurs un blog sur lequel ceux-ci peuvent fournir en temps réel des informations sur leurs activités de suivi, ce qui contribue à assurer instantanément une meilleure répartition des ressources. Bref, d’une année à l’autre, les découvertes de géocroiseurs augmentent et les géocroiseurs connus sont également étudiés de plus près. Le site Web de l’Union astronomique internationale comprend une page consacrée aux astéroïdes géocroiseurs qui donne des informations sur les passages passés et futurs d’astéroïdes près de la Terre, les grandes étapes de l’étude de ces objets et les conférences et les publications scientifiques sur la question (voir www.iau.org/ public/nea/). Secure World Foundation [Original: anglais] [30 août 2011] La Secure World Foundation (SWF) s’emploie à faciliter l’examen des questions de gouvernance liées à la déviation des géocroiseurs potentiellement menaçants et aux mesures de prévention. En mai, la Fondation a parrainé la Conférence de l’AIA de 2011 sur la défense planétaire à Bucarest. Son conseiller technique, Brian Weeden, a coprésidé la séance sur les cadres juridiques et politiques de la défense planétaire. En août, elle a coorganisé l’équipe de travail sur les géocroiseurs de l’atelier sur les recommandations internationales pour la réduction de la menace des objets géocroiseurs, qui a notamment examiné un projet de mandat pour le groupe de planification des missions et des opérations, dont la création constituait une recommandation clef du rapport de 2008 de l’Association des explorateurs de l’espace au Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique. Conseil consultatif de la génération spatiale [Original: anglais] [2 novembre 2011] En tant que membre de l’Équipe sur les objets géocroiseurs, le Conseil consultatif de la génération spatiale reconnaît l’importance des travaux du Groupe de travail sur les objets géocroiseurs et appuie vigoureusement ses efforts. Comme indiqué dans le plan de travail du Groupe pour 2009, l’Année internationale de l’astronomie a servi de cadre pour susciter chez le public et en particulier chez les jeunes une prise de conscience de la menace que présentent les objets géocroiseurs. Estimant qu’il est nécessaire de sensibiliser les jeunes à ces questions, le Conseil consultatif continue de préparer des programmes d’information destinés à accroître leur participation audelà de l’Année internationale de l’astronomie (2009). En 2011, le groupe de travail sur les géocroiseurs du Conseil consultatif s’est élargi en accueillant plusieurs membres du Conseil qui s’étaient déclarés intéressés par ses travaux. Le concours de dissertation technique “Dévier un astéroïde”, que le Conseil consultatif organise chaque année depuis 2008, invite les étudiants et les jeunes spécialistes à proposer des solutions innovantes pour détecter ou dévier un astéroïde ou mettre en place un système mondial d’alerte aux menaces d’impact. Le lauréat de l’édition de 2011, un doctorant du Royaume-Uni, Alison Gibbings, a proposé une technique pour dévier un astéroïde, ce qui lui a valu d’être interviewé par la National Public Radio aux États-Unis. Les dissertations ont été examinées par des experts et le lauréat s’est vu offrir le voyage pour présenter la sienne au congrès annuel du Conseil consultatif (Congrès de la génération spatiale) ainsi qu’au Congrès international d’astronautique, qui ont eu lieu tous les deux au Cap (Afrique du Sud). Le fait que les deux congrès ont lieu en parallèle permet au lauréat de présenter sa contribution à un public plus large. Ce concours donne aux jeunes la possibilité de participer aux activités relatives aux objets géocroiseurs et d’analyser les questions qui s’y rapportent. Le Conseil consultatif a officiellement coparrainé la deuxième Conférence sur la défense planétaire, qui a eu lieu en mai 2011 à Bucarest, et deux de ses membres siégeaient au comité d’organisation. La veille de la Conférence, le groupe de travail sur les géocroiseurs du Conseil consultatif a organisé à l’Université polytechnique de Bucarest une réunion d’information publique sur l’avenir de la défense planétaire, à laquelle ont assisté environ 150 étudiants et au cours de laquelle ont pris la parole quatre intervenants de haut niveau: Bill Ailor, Marius-Ioan Piso, Dumitru Prunariu et Rusty Schweickart. Cette réunion a trouvé un large écho dans les médias locaux et nationaux et des interviews ont été diffusées sur plusieurs chaînes de télévision roumaines. Le documentaire sur les géocroiseurs que le Conseil consultatif avait réalisé à partir d’interviews d’experts effectuées en 2009 lors de la première Conférence sur la défense planétaire a également été projeté au cours de la réunion. Ce documentaire est disponible sur la chaîne YouTube du Conseil consultatif et est encore fréquemment visionné.
A/AC.105/C.1/100Le Conseil consultatif entend continuer de sensibiliser les jeunes et de les associer à l’étude des objets géocroiseurs, ainsi que d’informer le public de l’actualité dans ce domaine et notamment des travaux de l’Équipe sur les objets géocroiseurs. Il est persuadé qu’une bonne information du public et en particulier des jeunes peut contribuer de façon positive à la recherche de solutions aux problèmes que présentent les objets géocroiseurs.