A_CONF_184_6_EF
Correct misalignment Change languages order
A/CONF.184/6 A-CONF-184-6-e-ocr-.pdf (English)A/CONF.184/6 A-CONF-184-6-f-ocr-.pdf (French)
A/CONF. 184/6 Report of the Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space Vienna, 19-30 July 1999 UNITED NATIONS New York, 1999 NOTE Symbols of United Nations documents are composed of capital letters combined with figures. Mention of such a symbol indicates a reference to a United Nations document. The designations employed and the presentation of the material in this publication do not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of the United Nations concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its authorities, or concerning the delimitation of its frontier or boundaries. A/CONF. 184/6 UNITED NATIONS PUBLICATION Sales No. E.00.I.3 ISBN 92-1-100832-8 A7CONF.184/6 Abbreviations ADEOS Advanced Earth Observing Satellite AFRICOVER Digital Land Cover Database for Africa ALOS Advanced Land Observing Satellite ARTEMIS African Real-Time Environmental Monitoring Information System AVHRR Advanced Very High Resolution Radiometer CBERS China-Brazil Earth Resources Satellite CEOS Committee on Earth Observation Satellites CLIRSEN Centre for Integrated Surveying of Natural Resources CNES Centre national d'etudes spatiales (France) COPINE cooperative information network linking scientists, educators, professionals and decisionmakers in Africa COSPAR Committee on Space Research COSPAS-SARSAT International Search and Rescue Satellite System DLR German Aerospace Center ECA Economic Commission for Africa ECLAC Economic Commission for Latin America and the Caribbean EGNOS European Geostationary Navigation Overlay Service EMS environmental information and modelling system EMPRES Emergency Prevention System for Transboundary Animal and Plant Pests and Diseases ENRIN Environment and Natural Resource Information Networks EPIRB emerging position-indicating radio beacon ESA European Space Agency ESCAP Economic and Social Commission for Asia and the Pacific ESCWA Economic and Social Commission for Western Asia EUMETSAT European Organization for me Exploitation ofMeteorological Satellites EURISY European Association for me International Space Year Eurocontrol European Organization for the Safety of Air Navigation EUTELSAT European Telecommunications Satellite Organization FAME Forest Assessment and Monitoring Environment FAO Food and Agriculture Organization of the United Nations GARS Geological Applications of Remote Sensing GCOS Global Climate Observing System GffiWS Global Information and Early Warning System Gn global information infrastructure GIS Geographic Information System GLONASS Global Navigation Satellite System (Russian Federation) GMPCS global mobile personal communications by satellite GMS Geostationary Meteorological Satellite GNSS global navigation satellite system GOES Geostationary Operational Environmental Satellite GOFC Global Observation of Forest Cover GOMS Geostationary Operational Meteorological Satellite GOOS Global Ocean Observing System 2 A/CONF. 184/6 GPS Global Positioning System GRID Global Resource Information Database GSO geostationary satellite orbit GTOS Global Terrestrial Observing System IAU International Astronomical Union ICAO International Civil Aviation Organization ICSU International Council for Science IGOS Integrated Global Observing Strategy IMO International Maritime Organization MSO International Mobile Satellite Organization INFOCLIMA World Climate Data Information Referral System INFOTERRA International Environment Information System INPE National Institute for Space Research (Brazil) INSAT Indian National Satellite INTELSAT International Telecommunications Satellite Organization Intersputnik International Organization of Space Communications IOMAC Indian Ocean Marine Affairs Cooperation IRS Indian Remote Sensing Satellite ISO International Organization for Standardization ISRO Indian Space Research Organization ITU International Telecommunication Union JERS Japan Earth Resources Satellite Landsat Land Remote Sensing Satellite LEO low-Earth orbit MAB Man and the Biosphere MERCOSUR Southern Cone Common Market NASA National Aeronautics and Space Administration (United States of America) NASDA National Space Development Agency (Japan) NOAA National Oceanic and Atmospheric Admimstration (United States of America) POLDER Polarization of the Earth's Reflectances PRODES Brazilian Amazon Deforestation Survey Project ProMIS Programme Management Information System RAMSES Reconnaissance and Management System of the Environment of Schistocerca RAPIDE African Network for Integration and Development REIMP Regional Environmental Information Management Project RESAP Regional Space Applications Programme for Sustainable Development SeaWiFS Sea-viewing Wide Field-of-view Sensor SOTER Global Soil and Terrain Database SPOT Satellite pour 1'observation de la Terre SPS Standard Positioning Service TCDC technical cooperation among developing countries TOPS technology outreach programme on space for university educators TREES Tropical Ecosystem Environment Observation by Satellite 3 A7CONF.184/6 TRMM Tropical Rainfall Measuring System UNDCP United Nations International Drug Control Programme UNEP United Nations Environment Programme UNESCO United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization UNISPACE 82 Second United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space UNISPACEin Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space UNITAR United Nations Institute for Training and Research VSAT very small aperture terminal WAAS Wide Area Augmentation System WHO World Health Organization WMO World Meteorological Organization 4 A/CONF.184/6 Contents Paragraphs Chapter I. Resolutions adopted by the Conference Resolution 1. The Space Millennium: Vienna Declaration on Space and Human Development Resolution 2. Expression of thanks to the people and Government of Austria Resolution 3. Credentials of representatives to the Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space n. Background and recommendations of the Conference 1-410 2" A. Historical perspective 1-12 25 B. The United Nations and the peaceful uses of outer space 13-20 26 C. Second United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space 21-27 27 D. Enabling environment for space exploration and utilization 28-47 28 E. Genesis of and preparations for the Conference 48-54 31 F. Purpose and objectives of the Conference 55-56 32 G. Harnessing the potential of space at the start of the new millennium 57-410 33 HI. Proceedings of the Conference 411-573 78 A. Attendance and organization of work 411-451 78 B. Summary of the general exchange of views 452-481 82 C. Report of Committee I 482-513 87 D. Report of Committee II 514-533 89 E. Report of the Technical Forum 534-555 90 F. Activities of the Space Generation Forum 556-558 92 G. Report of the Credentials Committee 559-568 93 H. Adoption of the report of the Conference 569-570 94 L Closure of the Conference 571-573 94 Page 6 6 19 19 Annexes I. List of documents II. Report of the Space Generation Forum IE. Conclusions and proposals emanating from the activities of the Technical Forum 5 A/CONF.184/6 I. Resolutions adopted by the Conference Resolution 1 The Space Millennium: Vienna Declaration on Space and Human Development* The States participating in the Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space (UNISPACE III), held in Vienna from 19 to 30 July 1999, I Reaffirming the aims and principles of the Charter of the United Nations, the principles of international law and the relevant resolutions of the General Assembly, Having in mind that humans have always gazed at the sky with wonder and that from such was born the curiosity that drove early astronomers to study the movements of celestial bodies, from which the foundations of modern space science and technology were laid, Recognizing the importance of space science and space applications for the fundamental knowledge of the universe, education, health, environmental monitoring, management of natural resources, disaster management, meteorological forecasting and climate modelling, satellite navigation and communications, and the major contribution that space science and technology make to the well-being of humanity and specifically to economic, social and cultural development, Considering that space transcends national boundaries and interests, permitting the development of global solutions to address common challenges and providing a vantage point from which to view planet Earth, Noting the positive developments in international relations since the Second United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space, held in Vienna from 9 to 21 August 1982,1 Reaffirming the common interest of all humanity in the progress of the exploration and use of outer space for peaceful purposes, and convinced of the need to prevent an arms race Adopted by the Conference at its 10th plsnary meeting, on 30 July 1999. in outer space as an essential condition for the promotion of international cooperation in this regard, Recognizing that outer space should be the province of all humankind, to be utilized for peaceful purposes and in the interests of mamtaining international peace and security, in accordance with international law, including the Charter of the United Nations and as proclaimed in the Treaty on Principles Governing the Activities of States in the Exploration and Use of Outer Space, including the Moon and Other Celestial Bodies,2 Reaffirming General Assembly resolution 51/122 of 13 December 1996, entitled "Declaration on International Cooperation in the Exploration and Use of Outer Space for the Benefit and in the Interest of All States, Taking into Particular Account the Needs of Developing Countries", Recognizing that the orderly conduct of space activities is beneficial to all countries, whether or not they have already become active in space research or have started to utilize space applications, and that active support for space activities is expressed in the observance by States and by international organizations of the provisions of the outer space treaties, Noting with satisfaction that the United Nations conferences on the exploration and peaceful uses of outer space were held in Vienna in 1968 and in 1982, leading to many new initiatives, including the creation of the United Nations Programme on Space Applications and the establishment of regional centres for space science and technology education, affiliated to the United Nations, which are contributing to a better understanding of space technology and to capacity-building in the utilization of space technology at the local level for social and economic development, Noting the benefits and applications of space technologies in addressing the unprecedented challenges to sustainable development, and noting also the effectiveness of space instruments for dealing with the challenges posed by the pollution of the environment, depletion of natural resources, loss of biodiversity and the effects of natural and anthropogenic disasters, Recognizing that significant changes have occurred in the structure and content of world space activity, as reflected in the increasing number of participants in space activities at all levels and the growing contribution of the private sector to the promotion and implementation of space activities, 6 A/CONF.I84/6 Recognizing also that the use of space technology should be in accordance with the principles set out in Agenda 213 for the benefit of all nations and peoples and that its applications should be extended to developing countries, Recognizing further the role played in recent years in the field of space by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, as well as the role of States in the formulation of policies and implementation of international cooperation in that field, Realizing that the above-mentioned challenges can be met for the benefit of all humanity by considering the mutual interests of all parties, sharing space knowledge and resources, coordinating missions and projects between interested States and strengthening international cooperation in the exploration and peaceful uses of outer space, Convinced that efforts should be undertaken to facilitate substantive joint projects between "space-faring" and "nonspace-faring" countries, as well as among developing countries, which could result in the undertaking of projects that are beyond the means of individual countries, Taking note with satisfaction of the valuable contributions of participants of the Technical Forum and the Space Generation Forum to the work of UNISPACE HI, 1. Declare the following as the nucleus of a strategy to address global challenges in the future: (a) Protecting the Earth's environment and managing its resources: action should be taken: (i) To develop a comprehensive, worldwide, environmental monitoring strategy for long-term global observations by building on existing space and ground capabilities, through the coordination of the activities of various entities and organizations involved in such efforts; (ii) To improve the management of the Earth's natural resources by increasing and facilitating the research and operational use of remote sensing data, enhancing the coordination of remote sensing systems and increasing access to, and the affordability of, imagery; (iii) To develop and implement the Integrated Global Observing Strategy so as to enable access to and the use of space-based and other Earth observation data; (iv) To enhance weather and climate forecasting by expanding international cooperation in the field of meteorological satellite applications; (v) To ensure, to the extent possible, that all space activities, in particular those which may have harmful effects on the local and global environment, are carried out in a manner that limits such effects and to take appropriate measures to achieve that objective; (b) Using space applications for human security, development and welfare: action should be taken: (i) To improve public health services by expanding and coordinating space-based services for telemedicine and for controlling infectious diseases; (ii) To implement an integrated, global system, especially through international cooperation, to manage natural disaster mitigation, relief and prevention efforts, especially of an international nature, through Earth observation, communications and other space-based services, making maximum use of existing capabilities and filling gaps in worldwide satellite coverage; (iii) To promote literacy and enhance rural education by improving and coordinating educational programmes and satellite-related infrastructure; (iv) To improve knowledge-sharing by giving more importance to the promotion of universal access to space-based communication services and by devising efficient policies, infrastructure, standards and applications development projects; (v) To improve the efficiency and security of transport, search and rescue, geodesy and other activities by promoting the enhancement of, universal access to and compatibility of space-based navigation and positioning systems; (vi) To assist States, especially developing countries, in applying the results of space research with a view to promoting the sustainable development of all peoples; (c) Advancing scientific knowledge of space and protecting the space environment: action should be taken: (i) To improve the scientific knowledge of near and outer space by promoting cooperative activities in such areas as astronomy, space biology and medicine, space physics, the study of near-Earth objects and planetary exploration; (ii) To improve the protection of the near-Earfh space and outer space environments through further research in and implementation of mitigation measures for space debris; (iii) To improve the international coordination of activities related to near-Earth objects, harmonizing the 7 A/CONF. 184/6 worldwide efforts directed at identification, follow-up observation and orbit prediction, while at me same time giving consideration to developing a common strategy that would include future activities related to near-Earth objects; (iv) To protect the near and outer space environments through further research on designs, safety measures and procedures associated with the use of nuclear power sources in outer space; (v) To ensure that all users of space consider the possible consequences of their activities, whether ongoing or planned, before further irreversible actions are taken affecting future utilization of near-Earth space or outer space, especially in areas such as astronomy, Earth observation and remote sensing, as well as global positioning and navigation systems, where unwanted emissions have become an issue of concern as they interfere with bands in the electromagnetic spectrum already used for those applications; (d) Enhancing education and training opportunities and ensuring public awareness of the importance of space activities: action should be taken: (i) To enhance capacity-building through the development of human and budgetary resources, the training and professional development of teachers, the exchange of teaching methods, materials and experience and the development of infrastructure and policy regulations; (ii) To increase awareness among decision makers and the general public of the importance of peaceful space activities for improving the common economic and social welfare of humanity; (iii) To establish and/or strengthen national mechanisms to coordinate the appropriate development of space activities and foster the participation of all the sectors concerned; (iv) To improve the sharing of information on and use of spin-offs from space activities, in particular between developed and developing countries, by making use of appropriate communications technologies; (v) To encourage all States to provide their children and youth, especially females, through appropriate educational programmes, with opportunities to learn more about space science and technology and their importance to human development and to participate fully in activities related to space science and technology, as an investment in the future; (vi) To create, within the framework of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, a consultative mechanism to facilitate the continued participation of young people from all over the world, especially young people from developing countries and young women, in cooperative space-related activities; (vii) To consider the creation of awards to recognize outstanding contributions in space activity, in particular for youth; (e) Strengthening and repositioning of space activities in the United Nations system: action should be taken: (i) To reaffirm the role of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, its two subcommittees and its secretariat in leading global efforts for the exploration and peaceful use of outer space relating to significant global issues; (ii) To assist in the improvement of the capacitybuilding process in developing countries and countries with economies in transition by emphasizing the development and transfer of knowledge and skills, by ensuring sustainable funding mechanisms for the regional centres for space science and technology education, affiliated to the United Nations, by enhancing support for the United Nations Programme on Space Applications through the provision of adequate resources, and by participating in the implementation of the new strategy of the Programme arising from UNISPACE HI; (iii) To encourage the increased use of space-related systems and services by the specialized agencies and programmes of the United Nations system and by the private sector around the world, where appropriate, in order to support United Nations efforts to promote the exploration and peaceful uses of outer space; (iv) To promote the efforts of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space in the development of space law by inviting States to ratify or accede to, and inviting intergovernmental organizations to declare acceptance of, the outer space treaties4 developed by the Committee and by considering the further development of space law to meet the needs of the international community, taking into particular account the needs of developing countries and countries with economies in transition; (v) To further consider the agenda structure and working methods of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and its two subcommittees to 8 A/CONF.184/6 better reflect issues of global concern, including international cooperation in space activities, taking into particular account die needs of developing countries and countries with economies in transition, as set out in the report of the Committee on its fortieth session;5 (vi) To strengthen the coordination of mutually beneficial activities between the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space and other United Nations entities; (f) Promoting international cooperation: action should be taken to follow up the decision by the States participating in UNISPACE EL: (i) To take note of the recommendations of the regional preparatory conferences for Africa and the Middle East, for Asia and the Pacific, for eastern Europe and for Latin America and the Caribbean that are relevant to efforts made at the global and regional levels, as set forth in sections A and B, respectively, of the annex to the present Declaration, and to call upon the international community, to the extent feasible, to consider those recommendations in appropriate forums; (ii) To establish a special voluntary United Nations fund for the purpose of implementing the recommendations of UNISPACE HL, in particular the activities of the regional centres for space science and technology education, taking into account the recommendations of the regional preparatory conferences. All States should be invited to support the fund financially or in kind in an annual letter from the Secretary-General that will, inter alia, identify priority project proposals for enhancing and assisting technical cooperation activities, in particular for human resource development. The Secretariat will provide annually to the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space a report listing those States which have responded to the Secretary-General's invitation; (iii) To adopt measures aimed at identifying new and innovative sources of financing at the international level, including in the private sector, in order to support the implementation of the recommendations of UNISPACE HI in developing countries; (iv) To encourage all States and international organizations to strengthen their efforts in promoting the peaceful uses of outer space for the benefit and in the interest of all States, taking into particular account the interest of developing countries and countries with economies in transition, by facilitating programmes and activities between "space-faring" and "non-spacefaring" countries, as well as among developing countries, and involving civil society, including industry; 2. Recognize the tremendous achievements of space science and technology to date, look forward with confidence to achieving even greater progress in the future, and stress the vital importance of attaining the goals and executing the actions outlined above and described in detail in the report of UNISPACE HI; 3. Emphasize that the shared objective of sustainable development for all countries will require timely and effective action to achieve the stated goals and that such an endeavour will provide ample scope for space science and technology to play their proper role as major contributors to people's wellbeing; 4. Recommend to the General Assembly that it review and evaluate, within existing resources, the implementation of the recommendations of UNISPACE in after a period of five years, and thereafter as appropriate, and that the reviews be based on preparatory work carried out by the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space, open to the participation of representatives of all Member States, and the specialized agencies of the United Nations system and observers; 5. Recognize that the promotion of bilateral, regional and international cooperation in the field of outer space must be guided by General Assembly resolution 51/122; n Recalling that 4 October 1957 was the date of the launch into outer space of the first human-made Earth satellite, Sputnik I, thus opening the way for space exploration, Recalling also that 10 October 1967 was the date of the entry into force of the Treaty on Principles Governing the Activities of States in the Exploration and Use of Outer Space, including the Moon and Other Celestial Bodies,6 Decide, in order to contribute to the achievement of the objectives of UNISPACE HI, in particular that of increasing awareness among decision makers and civil society of the benefits of the peaceful uses of space science and technology for sustainable development, to invite the General Assembly to declare, according to its procedures, "World Space Week" between 4 and 10 October for the yearly celebration at the international level of the contribution that space science and technology can make to the betterment of the human condition. 9 A/CONF. 184/6 Annex Rpreecpoamrmateonryd actoionnfesr oenf tchees rfoerg itohnea l Tthhei rEdx pUlnoirtaetdi oNna atinodn sP Ceaocneffeurle Uncsees o onf Outer Space 1. In accordance with General Assembly resolution 52/56, the regional preparatory conferences for the Third United Nations Conference on the Exploration and Peaceful Uses of Outer Space (UNISPACE III) were convened in Kuala Lumpur from 18 to 22 May 1998, in Ccncepcion, Chile, from 12 to 16 October 1998, in Rabat from 26 to 30 October 1998 and in Bucharest from 25 to 29 January 1999, for the regions of Asia and the Pacific, Latin America and the Caribbean, Africa and western Asia, and eastern Europe, respectively. The regional preparatory conferences were designed to assist Member States in the regions concerned in formulating recommendations and action plans related to, inter alia: (a) enhancing understanding among Member States of the role and use of space technology in social and economic development; (b) problems associated with implementing space technology and space applications programmes; and (c) improving and facilitating regional and international collaboration. Through the discussions! on issues related to the agenda of UNISPACE III, the regional preparatory conferences also enabled Member States to become familiar with the objectives of UNISPACE IE and to identify issues of priority to each region in advance of the conference. 2. In accordance with the recommendations of the Advisory Committee for UNISPACE III on the text and structure of the Vienna Declaration, the Secretariat classified the recommendations of the regional preparatory conferences, as compiled in documents A/CONF.184/PC/L.5 and Add.l, into two major categories. Section A below contains the recommendations with global implications, and section B contains those with regional implications. The major headings under sections A and B below correspond to those of chapter II, section G, of the report of UNISPACE HI. A. Rimepcolimcamtieonnds ations with global 1. Protecting the environment Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 3. The following was recommended: (a) In order to give adequate consideration to environmental and resource management issues in the regions of Africa and the Middle East, there should be direct participation and active involvement of those regions in international activities and programmes related to Earth observation; (b) At present, there are four Earth observation ground receiving stations, located in Italy, Saudi Arabia, South Africa and Spain, that are able to receive data on several African and Middle Eastern countries. The owners of those stations and the countries that are within their footprints should study the feasibility and desirability of operating the stations on a regional basis (South Africa is proposing to make its station available for such a regional operation); (c) Scientific and research institutions in both Africa and the Middle East should foster scientific collaboration with Earth observation satellite operators in order to ensure that future Earth observation remote sensing systems meet the specific and unique needs of the two regions; (d) There are numerous space-technology-related application projects, both in the operational phase and in the planning phase, that are funded by donor countries and international organizations, including United Nations entities. In order to maximize the beneficial impact of those projects, it is critical that the concerned donors, organizations and the countries benefiting from the projects coordinate and harmonize such development projects and programmes. The United Nations, as well as the Economic Commission for Africa (ECA) and the Economic and Social Commission for Western Asia (ESCWA), should play a leading role in coordinating and harmonizing development projects; (e) The United Nations, in conformity with the Principles Relating to Remote Sensing of the Earth from Outer Space7 and other legal instruments governing space activities, should ensure that all countries enjoy equal access to data and other information from Earth observation satellites; (f) The International Telecommunication Union (ITU) should ensure that experimental frequencies are reserved specifically for the purposes for which they are used at present. The specific frequencies to be reserved include, but 10 A/CONF.184/6 are not limited to, the following: 18.6 and 18.8 GHz, used for the measurement of soil, moisture and vegetation; and the frequency band 174.8 and 191.8 GHz, centred on 183.3 GHz, used for vertical sounding of atmospheric properties, such as humidity. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Asia and the Pacific 4. The following was recommended: (a) In view of the contributions of remote sensing and related technologies towards the well-being of the global community, the promotion of international cooperation in the development and use of remote sensing technologies should be accorded priority in the agenda of UNISPACE HI; (b) The Committee on Earth Observation Satellites should give serious consideration to the standardization of spectral aspects of sensors, data formats and other characteristics of the ground segment, in order to contribute to the development of Earth observation systems, and especially to meet the emerging needs of countries in the region of Asia and the Pacific; (c) Member States should follow a unified approach to developing a standard format for the acquisition, processing and handling of remote sensing data; (d) Satellite operators should maintain reasonable continuity of their services. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Latin America and the Caribbean 5. Action should be taken: (a) To establish, during the decade 2000-2010, a comprehensive strategy for the use of space technology for risk evaluation and for prevention, mitigation and reduction activities in disaster management; (b) To promote the use of space technology for the purpose of achieving a global understanding of climatic phenomena, such as El Nino events, and of taking appropriate prevention measures. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Eastern Europe 6. The following was recommended: (a) Activities involving scientific research and practical applications in the field of remote sensing by satellite should be strengthened;-(b) Cooperation between the national space agencies in eastern Europe and the World Meteorological Organization should be enhanced in order to meet the need for data on global change and to participate actively in the definition of the future Earth observing mission concept; (c) National Earth observation programmes and existing cooperation mechanisms such as the Committee on Earth Observation Satellites and the Integrated Global Observing Strategy partnership should be strengthened. 2. Facilitating and utilizing communications Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 7. The following was recommended: (a) Member States should ensure that global telecommunications designers and operators take into consideration the interests and priorities of the local communities and the telecommunication authorities and relevant bodies of the countries where they operate; (b) In conformity with the Treaty on Principles Governing the Activities of States in the Exploration and Use of Outer Space, including the Moon and Other Celestial Bodies8 and other related legal instruments, the United Nations and ITU should guarantee the equal rights of all countries in the access to and use of space. Geosynchronous orbital slots for countries and regions that do not yet have the capacity to use those slots should be reserved as a matter of right; (c) ITU should facilitate the coordination of orbital slots between countries in Africa and the Middle East and international organizations. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Asia and the Pacific 8. The following was recommended: (a) Satellite operators and service providers should reduce the cost of systems and services for space communications in developing countries in the region. In that effort, the private sector has an important role to play; (b) The international satellite organizations should take into account the needs and limitations of the countries in Asia and the Pacific in future space communications systems and applications. In that connection, entities such as the International Telecommunications Satellite Organization (INTELSAT), the International Mobile Satellite Organization (IMSO) and other space communications entities should 11 A/CONF.184/6 provide communications satellite capacity with the aim of promoting regional space-based services. Recommendation of the Regional Preparatory Conference for Eastern Europe 9. In view of the existence of tables, identifying the purposes and characteristics of active satellites in the geostationary orbit and the services provided by those satellites, that information should be distributed as a background document at UNISPACE III. 3. Improving and using positioning and location capabilities Recommendation of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 10. The United Nations should ensure that there are no restrictions on the accuracy of data, information and technology of global positioning systems and other satellite navigation systems, or on the availability of such systems, in particular for use in civil aviation. 4. Furthering knowledge and building capacity Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Eastern Europe 11. The following was recommended: (a) International organizations should assist Member States in the region in acquiring methodologies for remote sensing by satellite, mcluding software packages; (b) The Office for Outer Spa.ce Affairs of the Secretariat should create a data bank on commercial space projects in general and on commercial telecornmumcation system projects in particular. The data bank could be used to maintain information on such activities as telecommunication systems in low, middle and geostationary orbits. Such a data bank would enable each State to leain about the latest developments and meet its needs in that area and to invest its resources more appropriately. 5. Enhancing education and trainiing opportunities for youth Recommendation of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 12. Member States should take advantage of the Space Generation Forum at UNISPACE HI. The Forum, to be organized by the alumni of the Internationail Space University, will provide the opportunity for aspiring, emerging and established "space-faring" countries to develop the necessary skills, knowledge and contacts among their young and promising space professionals for future advancement. 6. Spin-offs and commercial benefits from space activities: promoting technology development and exchange Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 13. The following was recommended: (a) The United Nations should ensure that no unnecessary restrictions are placed on Member States that are developing their own launch facilities, in particular when such facilities are in conformity with the criteria for the peaceful use of outer space; (b) Member States should request advanced countries to eliminate discriminatory measures in the licensing of space technology to the regions of Africa and the Middle East. 7. Promoting international cooperation Recommendation of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 14. The United Nations should establish, as a matter of urgency, a special fund within the Office for Outer Space Affairs to assist in the implementation of the recommendations of UNISPACE in. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Asia and the Pacific 15. The following was recommended: (a) Member States should fully utilize existing mechanisms of regional and international cooperation such as the Regional Space Applications Programme for Sustainable Development in Asia and the Pacific of the Economic and Social Commission for Asia and the Pacific (ESCAP) and the Committee on Earth Observation Satellites. The coordination involving the United Nations Programme on Space Applications and ESCAP should be further strengthened; (b) Given the wide diversity among the countries in Asia and the Pacific, which include many developing countries, the United Nations should play a more active role in the coordination of space-related activities in the region, with a view to fostering international cooperation; (c) UNISPACE HI should affirm that space-based services for search and rescue, disaster monitoring and 12 A/CONF.184/6 management, and weather-related uses should be free of commercial considerations. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Latin America and the Caribbean 16. The States of Latin America and the Caribbean, meeting within the framework of the Regional Preparatory Conference for Latin America and the Caribbean: (a) Expressed their firm resolve to promote international cooperation in the field of space science and technology as a basic tool for achieving the sustainable development of the less developed countries; (b) Conscious of the need to meet the specific requirements of each region, emphasized the importance of orienting cooperation programmes on the basis of the harmonization of compatible objectives and contributions in accordance with the human and economic capacities available in each State; (c) Expressed their conviction that cooperation projects must assist in developing the potential of each State in terms of its human, technological and economic resources. 17. The following was recommended: (a) Action should be taken to give priority to specific cooperation projects in the field of space that would make an effective contribution to developing the potential of States in terms of human, technological, economic and training resources, in the interests of achieving the best possible results; (b) Action should be taken to facilitate the timely and effective use of the information obtained through space technology as a basic input into the decision-making process, in the public sector and in the private sector; (c) Action should be taken to increase the mterlinking of telecornmunications, remote sensing and space information systems in order to maximize the effectiveness of initiatives directed towards the sustainable development of States. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Eastern Europe 18. The following was recommended: (a) The United Nations should provide adequate resources for the implementation of the recommendations of UNISPACE III; (b) Member States in eastern Europe should be encouraged to actively cooperate and participate in the international scientific and technological research programmes on the International Space Station, as their involvement could provide major economic and social benefits for the region; (c) Member States in the region should take advantage, through international cooperation, of the complementarity of satellite systems for increasing opportunities in space science, technology and applications; (d) With reference to the issue of space debris, the United Nations should ensure that a good balance is achieved between the necessity to preserve outer space for future space activities and the need to maintain conditions for current space activities. Both space agencies and the global scientific community should play an important role in helping the United Nations to achieve that goal; (e) UNISPACE III should discuss legal aspects of space activities, review and assess the current status of space law and promote its farther progressive development based on the Treaty on Principles Governing the Activities of States in the Exploration and Use of Outer Space, including the Moon and Other Celestial Bodies. In studying those and other issues, the Legal Subcommittee of the Committee on the Peaceful Uses of Outer Space should continue to cooperate with other intergovernmental and non-governmental organizations dealing with space law. B. Recommendations of the regional preparatory conferences for UNISPACE III with regional and national implications 1. Protecting the environment Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Africa and the Middle East 19. The following was recommended: (a) The appropriate scientific and technical committees of EGA and ESCWA should cooperate closely to enhance capacity-building in remote sensing and mapping centres already in existence in the regions in the areas of human resources, infrastructure development, acquisition of equipment and policy regulations; (b) The regions of Africa and me Middle East are not totally covered by Earth observation ground receiving stations. The regional commissions of the Economic and Social Council that are responsible for the two regions (ECA and ESCWA) should work with affected countries to ensure that the coverage gap is closed; 13 A/CONF.184/6 (c) Member States are encouraged to put in place prospective, proactive and participatory science and technology policies and to implement space strategies, including the necessary annual budget allocations, in order to derive maximum benefit and to contribute towards enhancing the standard of living of their people; (d) Member States should facilitate and encourage the participation of the private sector in all aspects of space industry development and related applications; (e) ECA and ESCWA should work with Member States in the two regions to determine the ability of the Member States to participate effectively in Earth observation projects. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Asia and the Pacific 20. The following was recommended: (a) Member States should enhance consultations among themselves in planning future Earth observation programmes. They should also fully utilize and enhance research and information networking to promote the exchange of data and research results in the International Geosphere-Biosphere (Global Change) Programme and related Earth studies; (b) Policy and decision makers should be better informed about the immense potential of satellite remote sensing and related technologies for the effective management of resources and, in particular, for disaster prevention and mitigation; (c) Member States in the region should formulate appropriate space-related policies and strive to play an effective role in the delivery of value-added services; (d) In view of the existence of problems encountered in implementing regional cooperative efforts involving data exchange and technology transfer owing to differences in national policies and priorities, Member States should develop more workable and acceptable mechanisms to facilitate coordination and cooperation in that area; (e) Any regional programme should include the exchange of data and the sharing of information derived from data analysis. Recommendations of the Regional Preparatory Conference for Latin America and the Caribbean 21. Action should be taken: (a) To identify and establish, through the competent national authorities, focal points for the exchange of information and >fl*l*«£HtfeJlft4ti HOW TO OBTAIN UNITED NATIONS PUBLICATIONS United Nations publications may be obtained from bookstores and distributors throughout the world. Consult your bookstore or write to: United Nations, Sales Section, New York or Geneva. COMMENT SE PROCURER LES PUBLICATIONS DES NATIONS UNIES Les publications des Nations Unies sont en vente dans les librairies et les agences d£positaires du monde entier. Informez-vous aupres de votre libraire ou adressez-vous a : Nations Unies, Section des ventes, New York ou Geneve. KAK IIO.IY'HITb lOJAHMfl OPI Allll.tAUI1II OEIEJIIHEHHMX HAI1III1 M 3 j a H M f l 0 p r a H H 3 a u H M . OSicjMHemibix HauHfi MOAIIO Kyiwrb B KHHVKHUX wara-3Hnax H arenTCTBax BO Bcex paftotiax vmpa. HaBOjHTe cnpaBKM 06 M3jaimflx B BauieM KHHAHOM Mara3Mne M.TIM nmuHTe no ajpecy: OpraHM3auHH 06ieaHnennbix HauHH, CeKUMH no npojaxe M3jatiHH, Hbio-MopK MJIH XeHeBa. COMO CONSEGUIR PUBLICACIONES DE LAS NACIONES UNIDAS Las publicaciones de las Naciones Unidas estan en venta en librerias y casas distribuidoras en todas partes del mundo. Consulte a su librero o dirijase a: Naciones Unidas, Secci6n de Ventas, Nueva York o Ginebra. Printed in Austria V.99-89551-November 1999-1,650 United Nations publication Sales No. E.00.I.3 ISBN 92-1-100832-8 A/CONF.184/6A/CONF. 184/6 Rapport de la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique Vienne, 19-30 juillet 1999 NATIONS UNIES New York, 1999 NOTE Les cotes des documents des Nations Unies se composent de lettres majuscules et de chiffres. La simple mention d'une cote dans un texte signifie qu'il s'agit d'un document de l'Organisation. Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part du Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. A/CONF. 184/6 PUBLICATION DES NATIONS UNIES Numéro de vente : F.00.I.3 ISBN 92-1-200245-5 A/CONF.184/6 Sigles et acronymes ARTEMIS CEA CEOS CEPALC CESAC CESAO CIUS CNES COPINE COSPAR COSPAS-SARSAT DLR EGNOS ESA EUMETSAT EURISY EUTELSAT FAO GLONASS GNSS GPS IGOS INFOTERRA Inmarsat INPE INTELSAT 1RS ISO ISRO JERS NASA NASDA Observation en temps réel de l'environnement par satellites imageurs en Afrique Commission économique pour l'Afrique Comité sur les activités d'observation de la Terre Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale Conseil international des unions scientifiques Centre national d'études spatiales (France) Réseau coopératif d'information reliant scientifiques, éducateurs et professionnels en Afrique Comité de la recherche spatiale Système international de recherche et de sauvetage par satellite Établissement allemand de recherche aérospatiale Service complémentaire géostationnaire européen de navigation Agence spatiale européenne Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques Association européenne pour l'Année internationale de l'espace Organisation européenne de télécommunication par satellites Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Système mondial de satellites de navigation (Fédération de Russie) Système mondial de navigation par satellite Système mondial de positionnement Stratégie mondiale intégrée d'observation Système international d'information sur l'environnement Organisation internationale de télécommunications mobiles par satellites Institut national de recherches spatiales (Brésil) Organisation internationale des télécommunications par satellites Satellite indien de détection Organisation internationale de normalisation Organisation indienne de recherche spatiale Satellite japonais d'étude de ressources terrestres Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace (États-Unis) Agence spatiale japonaise 2 A/CONF.184/6 NOAA Administration nationale d'étude de l'atmosphère et des océans (États-Unis) OACI Organisation de l'aviation civile internationale OMI Organisation maritime internationale OMM Organisation météorologique mondiale OMS . Organisation mondiale de la santé PNUCID Programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues PNUE Programme des Nations Unies pour l'environnement SIG Système d'information géographique SMOC Système mondial d'observation du climat SMOO Système mondial d'observation des océans SMOT Système mondial d'observation de la Terre SPOT Satellite d'observation de la Terre UAI Union astronomique internationale UIT Union internationale des télécommunications UNESCO Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture UNITAR Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche 3 A/CONF. 184/6 Table des matières Paragraphe Pag* I. Résolutions adoptées par la Conférence 1 Résolution 1 Le Millénaire de l'espace : la Déclaration de Vienne sur l'espace et le développement humain 1 Résolution 2 Remerciements au peuple et au Gouvernement autrichiens 15 Résolution 3 Pouvoirs des représentants à la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique 15 II. Généralités et recommandations de la Conférence 1-410 16 A. Historique 1-12 20 B. L'Organisation des Nations Unies et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique 13-20 21 C. Deuxième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique 21-27 22 D. Un environnement porteur pour l'exploration et l'exploitation de l'espace .. 28-47 23 E. Genèse et préparatifs de la Conférence 48-54 27 F. Objectifs et buts de la Conférence 55-56 28 G. L'exploitation du potentiel de l'espace au seuil du nouveau millénaire 57-410 28 HI. Actes de la Conférence 411-573 79 A. Participation et organisation des travaux 411-451 79 B. Résumé du débat général 452-481 83 C. Rapport de la Commission I 482-513 89 D. Rapport de la Commission. II 514-533 90 E. Rapport du forum technique 534-555 91 F. Rapport du forum de la génération spatiale 556-558 94 G. Rapport de la Commission de vérification des pouvoirs 559-568 94 H. Adoption du rapport de la Conférence 569-570 95 I. Clôture de la Conférence 571-573 95 Annexes I. Liste des documents 100 II. Rapport du Forum de la génération spatiale 111 III. Conclusions et propositions découlant des activités du Forum technique 114 4 A/CONF. 184/6 Chapitre premier Résolutions adoptées par la Conférence Résolution 1 Le Millénaire de l'espace : la Déclaration de Vienne sur l'espace et le développement humain* Les Etats participant à la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III), tenue à Vienne du 19 au 30 juillet 1999, I Réaffirmant les buts et les principes de la Charte des Nations Unies, les principes du droit international et les résolutions pertinentes de l'Assemblée générale, Sachant que les hommes ont depuis toujours admiré les deux avec étonnement et que de cette admiration est née la curiosité qui a poussé les premiers astronomes à étudier le mouvement des corps célestes, jetant ainsi les fondations de la science et des techniques spatiales modernes, Conscients de l'importance des sciences spatiales et des applications des techniques spatiales pour la compréhension de l'univers, l'éducation, la santé, la surveillance de l'environnement, la gestion des ressources naturelles, la gestion des catastrophes, la prévision météorologique et la modélisation du climat, la navigation et les communications par satellite, et la contribution essentielle que les sciences et les techniques spatiales apportent au bien-être de l'humanité et au développement économique, social et culturel en particulier, Considérant que l'espace transcende les frontières et les intérêts nationaux en permettant d'élaborer des solutions globales face aux défis communs, et offre une vision privilégiée de la planète Terre, Notant les développements positifs dans les relations internationales depuis la deuxième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique tenue à Vienne du 9 au 21 août 19821, * Adoptée par la Conférence à sa 10e séance plénière, le 30 juillet 1999. Réaffirmant que le progrès de l'exploration et des utilisation de l'espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques est de l'intérêt commun de l'humanité tout entière, et convaincus de la nécessité de prévenir la course aux armements dans l'espace, condition essentielle de la promotion de la coopération internationale dans ce domaine, Reconnaissant que l'espace extra-atmosphérique devrait être ouvert à l'ensemble de l'humanité pour qu'elle l'exploite à des fins pacifiques et dans l'intérêt du maintien de la paix et de la sécurité internationales, conformément au droit international y compris la Charte des Nations Unies et comme le proclame le Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes2, Réaffirmant la résolution 51/122 de l'Assemblée générale datée du 13 décembre 1996 intitulée «Déclaration sur la coopération internationale en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des besoins des pays en développement», Reconnaissant que la bonne organisation des activités spatiales profite à tous les pays, qu'ils participent ou non aux recherches spatiales et qu'ils aient ou non commencé à utiliser les applications des techniques spatiales, et que le soutien actif des activités spatiales se traduit par le respect, par les États et par les organisations internationales, des dispositions des traités relatifs à l'espace, Notant avec satisfaction que les conférences de l'Organisation des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique se sont tenues à Vienne en 1968 et en 1982 et ont débouché sur un grand nombre de nouvelles initiatives, y compris la création du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et la mise en place de centres régionaux affiliés à l'Organisation des Nations Unies destinés à l'enseignement des sciences et des techniques spatiales, qui contribuent à une meilleure compréhension des techniques spatiales et au renforcement des capacités d'utilisation locale de ces techniques aux fins du développement social et économique, Notant les avantages et les applications qu'offrent les techniques spatiales pour relever les défis sans précédent que représente le développement durable et notant en outre l'efficacité des instruments juridiques relatifs à l'espace pour traiter les problèmes posés par la pollution de l'environnement, l'appauvrissement des ressources naturelles, la perte de diversité biologique et les conséquences des catastrophes, tant naturelles que dues à l'homme, 5 A/CONF.184/6 Reconnaissant que les activités spatiales mondiales ont profondément évolué, aussi bien dans leur structure que dans leur contenu, comme le fait apparaître le nombre croissant de participants à ces activités, à tous les niveaux, et que le secteur privé apporte une contribution de plus en plus importante à la promotion et à l'exécution des activités spatiales, Conscients aussi que le recours aux techniques spatiales doit être conforme aux principes énoncés dans le programme Action 213 au profit de tous les pays et tous les peuples, et que leurs applications doivent être étendues à tous les pays en développement, Appréciant en outre le rôle qu'a joué ces dernières années, dans le domaine spatial, le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, ainsi que la part que les États ont pris dans l'élaboration et la mise en oeuvre des politiques de coopération internationale dans ce domaine, Conscients que les défis susmentionnés pourront être relevés au profit de l'ensemble de l'humanité, en tenant compte des intérêts mutuels de toutes les parties concernées, en partageant les connaissances et les ressources concernant l'espace, en coordonnant les missions et les projets entre États intéressés et en renforçant la coopération internationale dans le domaine de l'exploration et des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, Convaincus qu'il faut engager des efforts pour faciliter les projets fondamentaux communs associant les pays déjà présents dans l'espace et ceux qui ne le sont pas encore, ainsi qu'entre pays en développement, de façon à pouvoir entreprendre des projets qu'aucun pays, individuellement, n'a les moyens de mener à bien, Prenant note avec satisfaction des contributions précieuses des participants au Forum technique et au Forum de la génération spatiale pour les travaux d'UNISPACE III, 1. Déclare que les principes énoncés ci-après constituent le noyau de la stratégie qui permettra de relever les défis mondiaux de demain : a) Protection de l'mvironnement terrestre et gestion des ressources de la Terre : des mesures devraient être prises : i) Pour élaborer une stratégie mondiale intégrée de surveillance de l'environnement qui permette des observations mondiales à long terme en développant les capacités spatiales et terrestres existantes grâce à la coordination des activités des diverses entités et organisations concernées; ii) Pour améliorer la gestion des ressources naturelles de la planète en renforçant et en facilitant la recherche et l'utilisation opérationnelle des données de télédétection, en améliorant la coordination des systèmes de télédétection et en permettant un accès plus large, à un coût abordable, aux images obtenues par ces systèmes; iii) Pour élaborer et mettre en oeuvre la Stratégie mondiale intégrée d'observation de façon à permettre l'accès aux données d'observation, spatiales et autres, de la planète et d'assurer leur meilleure utilisation; iv) Pour améliorer les prévisions météorologiques et climatiques en développant la coopération internationale dans le domaine des applications des satellites météorologiques; v) Pour s'assurer, dans la mesure du possible, que toutes les activités spatiales, en particulier celles qui risquent d'avoir des conséquences néfastes pour l'environnement local et mondial, sont exécutées de façon à limiter ces conséquences, et pour faire le nécessaire afin d'atteindre cet objectif; b) Utilisation des applications spatiales pour la sécurité, le développement et le bien-être de l'humanité : des mesures devraient être prises : i) Pour améliorer les services de santé publique en élargissant et en coordonnant les services faisant appel aux techniques spatiales pour la télémédecine et la lutte contre les maladies infectieuses; ii) Pour mettre en place, grâce en particulier à la coopération internationale, un système mondial intégré qui permette de gérer les efforts destinés à atténuer les effets des catastrophes naturelles, les actions de secours et la prévention, notamment au niveau international, au moyen de l'observation de la Terre, des télécommunications et autres services spatiaux, en exploitant au mieux les capacités existantes et en étendant la couverture satellite à l'ensemble de la planète; iii) Pour promouvoir l'alphabétisation et développer l'éducation dans les zones rurales en améliorant et en coordonnant les programmes éducatifs et les infrastructures faisant appel aux satellites; iv) Pour améliorer le partage des connaissances en accordant une importance accrue à la promotion de l'accès universel aux services de télécommunications spatiales et en élaborant des politiques efficaces, en développant les infrastructures, en adoptant des 6 A/CONF.184/6 normes et en mettant en oeuvre des projets de développement axés sur leurs applications; v) Pour améliorer l'efficacité et la sécurité des transports, les opérations de recherche et de sauvetage, les activités de géodésie et autres en favorisant le perfectionnement des systèmes spatiaux de navigation et de positionnement et l'accès universel à ces systèmes ainsi que la compatibilité entre les systèmes existants; vi) Pour aider les pays, notamment les pays en développement, à tirer parti des acquis de la recherche spatiale en vue de promouvoir le développement durable de tous les peuples; c) Développement des connaissances scientifiques sur l'espace et protection de l'environnement spatial : des mesures devraient être prises : i) Pour améliorer les connaissances scientifiques sur l'espace proche et lointain, en encourageant la coopération dans des domaines tels que l'astronomie, la biologie et la médecine spatiales, la physique spatiale, l'étude des objets proches de la Terre et l'exploration planétaire; ii) Pour améliorer la protection de l'environnement spatial proche et lointain, en poursuivant les recherches sur les mesures permettant de réduire le nombre des débris spatiaux et en les mettant en oeuvre : iii) Pour améliorer la coordination internationale des activités relatives aux objets gravitant sur une orbite proche de la Terre, en harmonisant dans le monde entier les activités d'identification, de suivi et de calcul d'orbite, et en envisageant parallèlement la formulation d'une stratégie commune qui comprendrait les futures activités relatives aux objets gravitant sur une orbite proche de la Terre; iv) Pour protéger l'espace proche et lointain, en poursuivant les recherches en matière de conception, de procédures et de mesures de sécurité dans le domaine de Putilisation des sources d'énergie nucléaires dans l'espace extra-atmosphérique; v) Pour veiller à ce que tous les utilisateurs de l'espace envisagent les conséquences possibles de leurs activités, en cours ou prévues, avant que de nouvelles décisions irréversibles soient prises qui affecteraient la poursuite de l'exploitation de l'espace, proche ou lointain, particulièrement dans des domaines tels que l'astronomie, l'observation de la Terre, la télédétection, les systèmes mondiaux de positionnement et de navigation, où les émissions inopportunes sont déjà préoccupantes du fait de leurs interférences avec les bandes du spectre électromagnétique utilisées; d) Renforcement des possibilités d'éducation et de formation et sensibilisation du public à l'importance des activités spatiales : des mesures devraient être prises : i) Pour accélérer le développement des capacités en termes de ressources humaines et budgétaires, de formation et de perfectionnement des enseignants, d'échange de méthodes, de matériel et d'expériences pédagogiques, d'infrastructures et de réglementation; ii) Pour faire prendre davantage conscience aux décideurs et au grand public de l'importance des activités spatiales pacifiques pour le bien-être économique et social de l'humanité; iii) Pour créer et/ou renforcer les mécanismes nationaux qui permettent de coordonner le développement approprié des activités spatiales, et encourager la participation de tous les secteurs intéressés; iv) Pour développer le partage des informations sur les avantages induits par les activités spatiales ainsi que sur leur utilisation, notamment entre pays dévelop-, pés et pays en développement, en utilisant les techniques de communication appropriées; v) Pour encourager tous les pays à offrir aux enfants et aux jeunes, en particulier aux filles, la possibilité d'approfondir leur connaissance des sciences et techniques spatiales et de leur rôle dans le développement humain, à l'aide de programmes éducatifs appropriés, et de participer pleinement aux activités spatiales, investissant ainsi pour l'avenir; vi) Pour créer, dans le cadre du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, un mécanisme consultatif qui favorise la participation, sur le long terme, des jeunes du monde entier -plus spécialement des jeunes des pays en développement et des jeunes femmes — à la coopération dans le domaine spatial; vii) Pour envisager de créer des prix qui récompensent des apports exceptionnels aux activités spatiales, en particulier venant de jeunes; e) Renforcement et redistribution des activités spatiales au sein du système des Nations Unies : des mesures devraient être prises : i) Pour réaffirmer le rôle du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, de ses deux sous-comités et de son secrétariat dans la conduite des efforts entrepris au niveau mondial pour 7 A/CONF.184/6 explorer l'espace extra-atmosphérique et l'utiliser pacifiquement afin de résoudre les problèmes intéressant l'ensemble de la planète; ii) Pour aider à l'amélioration du processus de renforcement des capacités des pays en développement et des pays en transition, en insistant sur le développement et le transfert des connaissances et des savoirfaire, en instituant des mécanismes de financement régulier des centres régionaux d'enseignement des sciences et techniques spatiales affiliés à l'Organisation des Nations Unies, en fournissant un appui plus important au le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et en participant à l'application de la nouvelle stratégie adoptée par UNISPACEIII; iii) Pour favoriser l'utilisation accrue, par les institutions spécialisées et les programmes des Nations Unies, ainsi que par le secteur privé, partout dans le monde, des systèmes et des services liés à l'espace, comme i l conviendra, afin d'appuyer l'action de l'ONU en faveur de l'exploration et des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique; iv) Pour appuyer les efforts du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique dans le domaine du droit de l'espace en invitant les États à ratifier les traités4 élaborés par le Comité ou à y adhérer, en invitant les organisations intergouvernementales internationales à déclarer qu'elles acceptent ces traités, et en envisageant la poursuite du développement du droit de l'espace pour répondre aux besoins de la communauté internationale, compte tenu en particulier des besoins des pays en développement et des pays à économie en transition; v) Pour examiner de manière plus approfondie la structure de l'ordre du jour et les méthodes de travail du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et de ses deux sous-comités, de sorte qu'elles reflètent mieux les questions présentant un intérêt pour l'ensemble de la planète, et notamment la coopération internationale dans le domaine des activités spatiales, en tenant compte en particulier des besoins des pays en développement et des pays en transition, comme i l est indiqué dans le rapport du Comité sur sa quarantième session5; vi) Pour mieux coordonner, entre le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et les autres organes et organismes des Nations Unies, les activités d'intérêt mutuel; f) Promotion de la coopération internationale : Il conviendrait de prendre des mesures afin de donner suite aux décisions adoptées par les États ayant participé à la Conférence UNISPACE III, à savoir : i) Prendre note des recommandations des conférences régionales préparatoires pour l'Afrique et le Moyen-Orient, pour l'Asie et le Pacifique, pour l'Europe orientale, et pour l'Amérique latine et les Caraïbes qui contribuent aux efforts déployés aux plans mondial et régional, comme i l est énoncé dans les parties A et B, respectivement, de l'annexe à la présente Déclaration, et d'engager la communauté internationale à examiner, dans toute la mesure possible, ces recommandations dans les instances appropriées; ii) Créer un fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la mise en oeuvre des recommandations d'UNISPACE III, en particulier de la réalisation des activités des centres régionaux d'enseignement des sciences et techniques spatiales, compte tenu des recommandations faites par les conférences régionales préparatoires. Tous les États devraient être invités à contribuer au fonds par des apports financiers ou en nature par une lettre annuelle du Secrétaire général où figureront notamment les propositions de projet prioritaires pour renforcer et faire avancer la coopération technique, en particulier en ce qui concerne la mise en valeur des ressources humaines. Le Secrétariat communiquera chaque année au Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique la liste des pays qui auront répondu à l'invitation du Secrétaire général; iii) Prendre des mesures en vue de rechercher des sources de financement nouvelles et novatrices sur le plan international, notamment auprès du secteur privé, afin d'aider les pays en développement à mettre en oeuvre les recommandations d'UNISPACE III; iv) Encourager tous les États et les organisations internationales à redoubler d'efforts pour promouvoir les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des intérêts des pays en développement et des pays en transition, en facilitant la réalisation de programmes et d'activités entre les pays présents dans l'espace et ceux qui ne le sont pas encore, ainsi qu'entre pays en développement, et en y faisant participer la société civile, y compris le secteur privé; 2. Saluent les réalisations spectaculaires dans le domaine des sciences et des techniques spatiales, confiants 8 AJCONF.184/6 que des progrès encore plus grands seront réalisés à l'avenir, et soulignent le caractère vital des objectifs et des actions évoqués ci-dessus et exposés en détail dans le rapport d'UNISPACBIII; 3. Soulignent que, pour réaliser l'objectif commun du développement durable de tous les pays, il faudra prendre en temps voulu les mesures efficaces permettant d'atteindre les objectifs déclarés, et qu'à cet égard les sciences et les techniques spatiales auront toute possibilité d'apporter une contribution décisive au bien-être de l'humanité; 4. Recommandent à l'Assemblée générale d'examiner et d'évaluer, dans la limite des ressources disponibles, l'état d'avancement de l'application des recommandations d'UNISPACE III au bout de cinq ans puis chaque fois que nécessaire, en se fondant sur les travaux préparatoires du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, avec la participation de tous les États Membres de l'Organisation des Nations Unies, des institutions spécialisées des Nations Unies et des observateurs; 5. Conviennent que la promotion de la coopération régionale et internationale dans le domaine spatial doit se fonder sur les principes de la résolution 51/122 de l'Assemblée générale; n Rappelant que le 4 octobre 1957 a été lancé dans l'espace le premier satellite de la Terre conçu par l'homme, Spoutnik 1, qui a ouvert la voie à l'exploration spatiale; Rappelant également que le 10 octobre 1967 est entré en vigueur le Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisations de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes*; 1. Décident, afin de contribuer à la réalisation des objectifs d'UNISPACE III, en particulier pour ce qui est de mieux sensibiliser les décideurs et la société civile aux retombées bénéfiques de l'utilisation pacifique des sciences et techniques spatiales aux fins du développement durable, d'inviter l'Assemblée générale à déclarer, conformément à ses procédures, la semaine du 4 au 10 octobre «Semaine mondiale de l'espace», pour célébrer chaque année, au niveau international, la contribution des sciences et techniques spatiales à l'amélioration de la condition humaine. Annexe Recommandations des conférences régionales préparatoires à la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique 1. En application de la résolution 52/56 de l'Assemblée générale, les conférences régionales préparatoires à la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III) se sont tenues à Kuala Lumpur du 18 au 22 mai 1998, à Concepciôn (Chili) du 12 au 16 octobre 1998, à Rabat du 26 au 30 octobre 1998 et à Bucarest du 25 au 29 janvier 1999 pour les régions Asie et Pacifique, Amérique latine et Caraïbes, Afrique et Moyen-Orient, et Europe orientale respectivement. Ces conférences devaient aider les États Membres des régions concernées à formuler des recommandations et des plans d'action concernant, entre autres : a) l'amélioration de leur compréhension du rôle et de l'utilisation des techniques spatiales dans le domaine du développement économique et social; b) les problèmes liés à l'application des techniques spatiales et aux programmes d'application de ces techniques; et c) l'amélioration et la facilitation de la collaboration aux niveaux régional et international. Grâce aux discussions qui s'y sont tenues sur des questions en rapport avec l'ordre du jour de la Conférence UNISPACE HE, les conférences régionales préparatoires ont également permis au États Membres de se familiariser avec les objectifs d'UNISPACE III et de dresser, avant la Conférence, une liste de priorités propres à chaque région. 2. Comme le Comité consultatif pour UNISPACE III l'avait recommandé au sujet du texte et de la structure de la Déclaration de Vienne, le Secrétariat a classé les recommandations des conférences régionales préparatoires (compilées dans les documents A/CONF. 184/PC/L.5 et Add. 1 ), en deux grandes catégories. Au chapitre A ci-dessous figurent les recommandations de portée mondiale, tandis que celles de portée régionale sont regroupées au chapitre B. Les sous-titres des chapitres A et B ci-dessous correspondent à ceux du chapitre II, section G, du rapport de la Conférence UNISPACE III. 9 A7CONF.184/6 A. Recommandations de portée mondiale 1. Protéger l'environnement Recommandations de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 3. Il a été recommandé ce qui suit : a) Pour pouvoir accorder l'attention qui convient aux questions touchant l'environnement et la gestion des ressources, l'Afrique et le Moyen-Orient devraient participer activement et directement aux activités et programmes internationaux se rapportant à l'observation de la Terre; b) On compte à l'heure actuelle quatre stations au sol capables de recevoir des données concernant plusieurs pays d'Afrique et du Moyen-Orient. Ces stations sont situées en Afrique du Sud, en Arabie Saoudite, en Espagne et en Italie. Leurs exploitants devraient étudier, en collaboration avec les pays qui se trouvent dans leur empreinte, dans quelle mesure il serait possible et souhaitable d'en faire des stations régionales, comme l'Afrique du Sud a proposé de le faire pour celle située sur son territoire; c) Les instituts scientifiques et de recherche d'Afrique et du Moyen-Orient devraient s'attacher à collaborer, sur le plan scientifique, avec les exploitants des satellites d'observation de la Terre afin que les systèmes de télédétection qui seront nus en place à l'avenir répondent aux besoins concrets propres à ces deux régions; d) De nombreux projets relatifs aux applications des techniques spatiales, tant opérationnels qu'en cours de planification, sont financés par des pays et par des organisations internationales, notamment des organismes des Nations Unies. Pour en tirer le meilleur parti, il est essentiel que les bailleurs de fonds, les organisations et les pays bénéficiaires concernés les harmonisent et les coordonnent. L'ONU, et notamment la Commission économique pour l'Afrique (CEA) et la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (CESAO), devraient jouer un rôle moteur en la matière; e) Conformément aux Principes sur la télédétection spatiale7 et aux dispositions d'autres instruments régissant les activités spatiales, l'ONU devrait veiller à ce que tous les pays aient accès, sur un pied d'égalité, aux données et autres informations recueillies par les satellites d'observation de la Terre; f) L'Union internationale des télécommunications (UIT) devrait veiller à ce que les fréquences utilisées à des fins expérimentales demeurent expressément réservées aux fins pour lesquelles elles sont actuellement utilisées. Doivent notamment être réservées les fréquences suivantes : 18,6 GHz et 18,8 GHz pour la mesure des sols, de leur teneur en eau et de la végétation; et la bande de 174,8 à 191,8 GHz, centrée sur 183,3 GHz, utilisée pour le sondage vertical des caractéristiques atmosphériques telles que l'état hygrométrique. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 4. Il a été recommandé ce qui suit : a) Compte tenu de la contribution de la télédétection et des techniques connexes au bien-être de l'humanité, la promotion de la coopération internationale pour leur développement et leur utilisation devrait être privilégiée dans l'ordre du jour d'UNISPACE III; b) Le Comité sur les satellites d'observation de la Terre devrait envisager sérieusement la normalisation des paramètres spectraux des capteurs, du format des données et d'autres caractéristiques du secteur terrien, afin de contribuer au développement des systèmes d'observation de la Terre, en particulier pour répondre aux nouveaux besoins des pays d'Asie et du Pacifique; c) Les États Membres devraient appliquer une approche unifiée pour mettre au point un format type d'acquisition, de traitement et de gestion des données de télédétection; d) Les sociétés d'exploitation de satellites devraient assurer une continuité raisonnable de leurs services. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes 5. Il faudrait prendre des mesures pour : a) Mettre en place, au cours de la période 2000-2010, une stratégie globale d'utilisation des techniques spatiales pour la gestion des catastrophes, à savoir l'évaluation des risques, la prévention et l'atténuation des conséquences des catastrophes; b) Encourager l'utilisation des techniques spatiales pour acquérir une compréhension générale de phénomènes climatiques tels que Le Nifio, et prendre les mesures de prévention appropriées. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 6. Il a été recommandé ce qui suit : a) Il faudrait renforcer les activités de recherche scientifique et les activités portant sur les applications pratiques dans le domaine de la télédétection par satellite; 10 A/CONF.184/6 b) Il faudrait renforcer la coopération entre les agences spatiales nationales des pays d'Europe orientale et l'Organisation météorologique mondiale afin de faire face aux besoins de données sur le changement mondial et de participer activement à la définition de la future mission d'observation de la Terre; c) Il faudrait renforcer les programmes nationaux d'observation de la Terre et les mécanismes de coopération existants tels que le Comité des satellites d'observation de la Terre et le Partenariat pour une stratégie d'observation mondiale intégrée. 2. Faciliter et utiliser les communications Recommandations de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 7. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres devraient veiller à ce que les concepteurs et exploitants de systèmes mondiaux de télécommunications prennent en compte les intérêts et les priorités des communautés locales ainsi que des autorités de télécommunications et des autres organes pertinents des pays où ils opèrent; b) Conformément au Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes8 et à d'autres instruments juridiques, l'ONU et l'UIT devraient garantir à tous les pays le droit d'accéder, sur un pied d'égalité, à l'espace et à ses utilisations. Les créneaux ménagés sur l'orbite géosynchrone, à l'intention des pays et régions qui ne disposent pas encore des moyens de les utiliser, devraient leur être réservés de droit; c) L'UIT devrait faciliter la coordination des créneaux orbitaux entre les pays d'Afrique et du Moyen-Orient et les organisations internationales. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 8. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les sociétés d'exploitation de satellites et les prestataires de services devraient réduire le coût des systèmes et services de communications spatiales dans les pays en développement de la région. Le secteur privé a un rôle important à jouer à cet égard; b) Les organisations internationales de satellites devraient, dans les systèmes de communications spatiales futurs et leurs applications, prendre en compte les besoins et les limitations des pays d'Asie et du Pacifique. A cet égard, des entités telles que l'Organisation internationale des télécommunications par satellites (INTELSAT), l'Organisation internationale de télécommunications mobiles par satellites (Inmarsat) et d'autres entités s'occupant de communications spatiales devraient fournir des capacités de transmission par satellite en vue de faire progresser les services régionaux. Recommandation de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 9. Etant donné qu'il existe des tableaux indiquant les buts et les caractéristiques des satellites actifs en orbite géostationnaire et les services qu'ils fournissent, ces informations devraient être distribuées comme document de référence lors d'UNISPACEIII. 3. Améliorer et utiliser les capacités en matière de positionnement/localisation Recommandation de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 10. L'ONU devrait veiller à ce que, s'agissant des systèmes mondiaux de positionnement et autres systèmes de navigation par satellite, aucune restriction ne soit imposée concernant l'exactitude des données, rinformation et la technologie ou encore la disponibilité de ces systèmes, en particulier pour l'aviation civile. 4. Développer les connaissances et renforcer les capacités Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 11. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les organisations internationales devraient aider les États Membres de la région à acquérir des capacités de télédétection par satellite, y compris des progiciels; b) Le Bureau des affaires spatiales devrait créer une banque de données sur les projets spatiaux commerciaux en général et les projets de systèmes de télécommunications commerciales en particulier. Cette banque de données pourrait servir à stocker des informations sur des activités telles que les systèmes de communication sur orbites basses, moyennes et géosynchrones. Elle permettrait à chaque État de s'informer des évolutions les plus récentes, de faire face à ses besoins dans ce domaine et d'investir ses ressources à meilleur escient. 11 A/CONF.184/6 5. Élagir les possibilités d'éducaiion et de formation pour les jeunes Recommandation de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 12. Les États Membres devraient tirer parti du Forum de la génération spatiale qui se tiendra à l'occasion de la Conférence UNISPACE El. Ce Forum, qui sera organisé par les anciens élèves de l'Université internationale de l'espace, donnera la possibilité aux jeunes spécialistes de pays aspirant à devenir des nations spatiales, à ceux de nouvelles nations spatiales et ceux de nations spatiales déjà établies, de développer leurs compétences et leurs connaissances, et d'établir des contacts pour l'avenir. 6. Retombées et avantages commerciaux des activités spatiales : promotion du développement technologique et des transferts de technologie Recommandations de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 13. Il a été recommandé ce qui suit : a) L'ONU devrait veiller à ce que les États Membres qui se dotent de leurs propres installations de lancement n'aient pas à faire face à des restrictions inutiles, notamment lorsque ces installations sont conformes aux principes régissant l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique; b) Les États Membres devraient demander aux pays avancés de supprimer les mesures discriminatoires concernant l'octroi de licences aux régions de l'Afrique et du Moyen-Orient pour ce qui est des techniques spatiales. 7. Promotion de la coopération internationale Recommandation de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 14. L'Organisation des Nations Unies devrait créer de toute urgence, au sein du Bureau des affaires spatiales, un fonds spécial afin de contribuer à la mise en oeuvre des recommandations d'UNISPACE III. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 15. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres devraient pleinement mettre à contribution les mécanismes de coopération régionale et internationale existants tels que le Programme régional d'application des techniques spatiales pour le développement durable en Asie et dans le Pacifique de la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) et le Comité sur les satellites d'observation de la Terre. Il faudrait renforcer davantage la coordination entre le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et la CESAP; b) Étant donné la grande diversité des pays d'Asie et du Pacifique, au nombre desquels figurent de nombreux pays en développement, l'ONU devrait contribuer plus activement à la coordination des activités spatiales dans la -région, en vue de promouvoir la coopération internationale; c) UNISPACE III devrait réaffirmer que les services fournis dans le cadre d'opérations de recherche et de sauvetage, de la surveillance des risques et de la gestion des catastrophes, ainsi que pour un usage météorologique doivent être exempts de considérations commerciales. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes 16. Les États d'Amérique latine et des Caraïbes, réunis dans le cadre de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes préparatoire à la Conférence UNISPACE H I : a) Expriment la ferme volonté de promouvoir la coopération internationale dans le domaine des sciences et des techniques spatiales en tant que moyen fondamental de réaliser le développement durable des pays les moins avancés; b) Conscients de la nécessité de satisfaire les besoins spécifiques de chaque région, soulignent qu'il importe d'orienter les programmes de coopération en harmonisant les objectifs compatibles et les contributions compte tenu des capacités humaines et économiques disponibles; c) Expriment leur conviction que les projets de coopération doivent contribuer à valoriser le potentiel de chaque État en termes de ressources humaines, technologiques et économiques. 17. Il a été recommandé ce qui suit : a) Accorder la priorité à des projets de coopération précis dans le domaine spatial qui apporteront une contribution véritable au développement du potentiel des États de la région en matière de ressources humaines, technologiques, économiques comme dans le domaine de la formation, en vue d'obtenir les meilleurs résultats possibles; b) Faciliter l'utilisation efficace et opportune des informations obtenues au moyen des techniques spatiales, de façon à ce que ces informations soient intégrées dans les 12 A/CONF. 184/6 processus de prise de décisions, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé; c) Développer les liaisons entre systèmes de télécommunications, de télédétection et d'information spatiale de façon à assurer une efficacité maximale des initiatives prises par les États en vue du développement durable. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 18. Il a été recommandé ce qui suit : a) L'ONU devrait fournir des ressources suffisantes pour la mise en oeuvre des recommandations d'UNISPACE .III; b) Les États Membres d'Europe orientale devraient être encouragés à coopérer et participer activement aux programmes de recherche scientifique et technique internationaux sur la Station spatiale internationale, leur participation étant susceptible de procurer d'importants avantages économiques et sociaux à la région; c) Les États Membres de la région devraient tirer parti, grâce à la coopération internationale, de la complémentarité des systèmes satellites pour ouvrir de nouvelles possibilités dans les domaines des sciences et des techniques spatiales et de leurs applications; d) À propos de la question des débris spatiaux, l'ONU devrait faire en sorte qu'un équilibre satisfaisant soit établi entre la nécessité de préserver l'espace extra-atmosphérique pour les activités futures et celle de maintenir les conditions régissant les activités spatiales actuelles. Les agences spatiales et la communauté scientifique mondiale devraient jouer un rôle important en l'aidant à atteindre cet objectif; e) UNISPACE I I I devrait débattre des aspects juridiques des activités spatiales, examiner et évaluer l'état actuel du droit spatial et promouvoir la poursuite de son développement progressif en partant du Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes. En étudiant ces questions ainsi que d'autres, le Sous-Comité juridique du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique devrait continuer de coopérer avec d'autres organisations intergouvernementales et non gouvernementales s'occupant de droit de l'espace. B. Recommandations de portée régionale et nationale 1. Protéger l'environnement Recommandations de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 19. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les comités scientifiques et techniques compétents de la CEA et de la CESAO devraient établir des liens de coopération étroits de façon à renforcer les capacités des centres de télédétection et de cartographie actuels pour ce qui est des ressources humaines, du développement des infrastructures, de l'acquisition de matériel et de la réglementation; b) S'agissant de l'observation de la Terre, les stations réceptrices au sol ne couvrent pas l'ensemble du continent africain ni du Moyen-Orient. Les commissions régionales compétentes du Conseil économique et social (à savoir la CEA et la CESAO) devraient s'employer, avec les pays concernés, à combler cette lacune; c) Les États Membres sont encouragés à mettre en oeuvre des politiques prospectives, dynamiques et participatives dans les domaines scientifique et technique et à exécuter des stratégies relatives aux applications spatiales, en leur allouant les crédits annuels voulus, de sorte à en tirer le meilleur parti et à élever le niveau de vie des populations; d) Les États Membres devraient faciliter et favoriser la participation du secteur privé dans tous les domaines touchant le développement de l'industrie spatiale et des applications des techniques spatiales; e) La CEA et la CESAO devraient déterminer, avec les États Membres des deux régions, l'aptitude de ces derniers à prendre part de façon constructive à des projets relatifs à l'observation de la Terre. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 20. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres devraient se consulter davantage pour planifier des futurs programmes d'observation de la Terre. Ils devraient aussi pleinement exploiter et développer le travail en réseau dans les domaines de la recherche et de Pinformation afin d'accroître l'échange de données et de résultats de recherche dans le cadre du Programme international géosphère-biosphère (changement mondial) et des études connexes sur la Terre; 13 A/CONF.184/6 b) Les responsables et les décideurs devraient être mieux informés de l'immense potentiel de la télédétection par satellite et des techniques connexes pour une gestion efficace des ressources et, en particulier, pour la prévention des catastrophes naturelles et l'atténuation de leurs effets; c) Les États Membres de la région devraient formuler des politiques spatiales appropriées et s'efforcer de contribuer plus efficacement à la fourniture de services à valeur ajoutée; d) Étant donné les problèmes qui se posent, en raison de politiques et priorités nationales divergentes, dans le domaine de la coopération régionale supposant échange de données et transfert de technologie, les États Membres devraient mettre au point des mécanismes plus fonctionnels et acceptables afin de faciliter la coordination et la coopération; e) Tout programme régional devrait englober l'échange de données et le partage de l'information provenant de l'analyse des données. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes 21. Des mesures devraient être prises pour : a) Identifier et créer, par l'intermédiaire des autorités nationales compétentes, des points de contact pour l'échange d'informations et la diffusion des résultats obtenus dans le cadre de projets régionaux et interrégionaux consacrés à l'étude de l'environnement ainsi qu'à la gestion des ressources naturelles et des catastrophes auxquels ont participé divers secteurs de la société concernés par ces questions; b) Encourager la production de cartes de microzonage des risques (microsismicité, hydrométéorologie, pollution urbaine et rurale, interférométrie, etc.) à l'aide d'images satellite et de systèmes d'information géographique. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 22. Il a été recommandé ce qui suit : a) Il faudrait développer, en utilisant la télédétection par satellite, des systèmes régionaux de surveillance de l'environnement de la mer Noire et de la mer Caspienne, en particulier pour y détecter les nappes de pétrole, suivre les mouvements des navires et surveiller les changements écologiques et climatiques; b) Les décideurs à tous les niveaux devraient être encouragés à s'informer sur l'application pratique de la télédétection dans les activités nationales de développement dont ils sont responsables. 2. Faciliter et utiliser les communications Recommandations de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 23. Il a été recommandé ce qui suit : a) La CEA et la CESAO devraient créer un comité interrégional pour l'Afrique et le Moyen-Orient chargé de coordonner et de faciliter la tenue d'ateliers et de réunions d'experts pour la formulation de politiques régionales et l'adoption de positions concertées au sein des instances internationales, ainsi que la sensibilisation du public aux questions ayant trait aux communications par satellite; b) Les États Membres africains devraient favoriser les organismes régionaux de communication, tels que le Système régional de communications par satellite (RASCOM), et apporter leur soutien aux efforts qu'ils déploient en vue d'offrir et d'exploiter des programmes régionaux de communication par satellite; c) Les États Membres africains devraient favoriser la mise en place d'une connexion intra-africaine, notamment pour ce qui est de la téléphonie, de la transmission des données, de l'enseignement à distance, de la télémédecine et d'Internet. À cet égard, les pays africains, l'ONU et d'autres membres de la communauté internationale sont invités à accorder un soutien et une aide sans réserve à la réalisation du réseau d'information coopératif reliant scientifiques, éducateurs, professionnels et décideurs en Afrique (COPINE), qui est une initiative lancée par le Bureau des affaires spatiales9. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 24. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres devraient tirer parti des techniques spatiales nouvelles et passer directement à des systèmes de télécommunications de pointe; b) Les possibilités offertes par les satellites devraient être utilisées au mieux au service du développement rural. L'industrie privée des télécommunications par satellite devrait également s'occuper de ces problèmes urgents; c) Les secteurs industriels public et privé devraient coopérer au développement des techniques de communications spatiales et de leurs applications. Chaque pays de la 14 A/CONF.184/6 région devrait mettre en place un cadre législatif approprié susceptible d'encourager les investissements; d) Les États Membres devraient, dans toute la mesure possible, utiliser en commun les capacités disponibles des secteurs terrien et spatial; e) Les États Membres devraient j ouer un rôle actif dans l'industrie des communications spatiales et ne pas se contenter d'être de simples utilisateurs des technologies correspondantes; f) L'infrastructure de télécommunications locale devrait être développée au moyen de compétences locales et avec le concours d'organisations tant régionales qu'internationales; g) Les États Membres de la région devraient renforcer le rôle d'instance régionale chargée de formuler une position commune sur les questions de planification et de coordination des fréquences, ainsi que de formation, qui est celui du Conseil Asie-Pacifique des communications par satellite. 3. Améliorer et utiliser les capacités de positionnement/localisation Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 25. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres de la région devraient s'informer davantage sur la navigation par satellite en suivant ou en accueillant des ateliers ou des conférences; b) Les États intéressés d'Europe orientale devraient chercher à participer au Service complémentaire géostationnaire européen de navigation; 4. Développer les connaissances et renforcer les capacités Recommandations de la Conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient 26. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres d'Afrique et du Moyen-Orient sont invités à apporter un soutien sans réserve aux centres régionaux d'enseignement des sciences et techniques spatiales qui se créent, sous les auspices de l'ONU, au Maroc, au Nigeria et au Moyen-Orient pour renforcer les capacités nationales de tous les pays concernés de la région; b) Les États Membres des régions de l'Afrique et du Moyen-Orient sont vivement encouragés à formuler des politiques claires en matière de sciences et de technologie, y compris pour les aspects liés aux activités spatiales, de les soutenir par une volonté politique inébranlable et de les compléter par un programme d'activités de façon que les populations d'Afrique et du Moyen-Orient puissent tirer profit d'une participation active aux programmes scientifiques et techniques visés; c) Des progrès considérables ont été réalisés dans les applications des techniques spatiales au cours des 20 dernières années, mais leur contribution au développement socioéconomique reste moins importante en Afrique que dans d'autres parties du monde. Une des principales raisons de cette situation regrettable est le manque d'engagement. Pour remédier à cette situation, une conférence commune Afrique/Moyen-Orient au niveau des chefs d'État ou des ministres devrait être organisée par le Bureau des affaires spatiales, de préférence avant UNISPACE III, en vue de mieux faire connaître les progrès des techniques spatiales et leur incidence sur le développement économique et social; d) Les États Membres devraient mieux utiliser le personnel scientifique local et lui donner tout l'appui possible pour qu'il puisse établir des liens concrets dans le secteur de la recherche-développement, et participer à des coentreprises avec des organismes et des entreprises ayant des capacités reconnues dans le domaine des sciences et des techniques spatiales. Ils devraient également encourager le secteur privé à investir dans ces coentreprises; e) Les États Membres devraient chercher à développer chez leurs citoyens les connaissances et les compétences nécessaires dans différents domaines des sciences et des techniques spatiales. Ils devraient en particulier, compte tenu du coût relativement faible de la conception, de la construction, du lancement et de l'exploitation de petits satellites, participer au développement, à la conception et à la production de tels satellites, ce qui leur permettrait d'acquérir une bonne connaissance des aspects techniques, de la réalisation et de l'utilisation de ces engins. De tels programmes de petits satellites pourraient être exécutés dans le cadre d'une collaboration régionale; f) Les États Membres devraient systématiquement tirer parti des possibilités offertes par toute une série de programmes internationaux, comme le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, et répondre rapidement aux demandes du Bureau des affaires spatiales, en particulier pour ce qui est de la participation aux réunions, conférences et stages qu'il organise, de façon à se tenir informés de l'évolution des sciences et des techniques spatiales; g) Les États Membres des régions d'Afrique et du Moyen-Orient devraient s'efforcer de formuler ou de 15 A/CONF.184/6 renforcer leurs politiques spatiales nationales dans le contexte de leurs programmes scientifiques et technologiques. Ces politiques devraient prévoir une utilisation optimale des techniques spatiales en vue de favoriser le développement socioéconomique; h) On ne saurait assez souligner combien il importe de sensibiliser les décideurs nationaux aux appb'cations des techniques spatiales. Des moyens multimédias devraient être utilisés à l'échelon national pour rendre ces campagnes intéressantes; i) Pour ce qui est de l'utilisation des applications des techniques spatiales à des fins éducatives, i l faudrait mettre l'accent sur la formation des éducateurs et des formateurs, qui seraient ensuite mieux à même d'élaborer des programmes d'études pour l'enseignement à distance, l'enseignement modulaire et l'éducation permanente; j) Une université virtuelle donne la flexibilité nécessaire pour s'adapter à l'évolution des besoins d'une région. Elle évite les chevauchements d'activités, facilite l'uniformité de la formation et permet d'accéder à une expertise qui peut n'être pas propre à une région donnée mais commune à plusieurs régions. Comme i l existe de nombreux fournisseurs de programmes d'éducation à distance, i l convient de donner la priorité à la création de l'infrastructure nécessaire pour avoir accès à la multitude de ressources déjà disponibles pour l'éducation et la formation; k) Les États Membres d'Afrique et du Moyen-Orient devraient tirer parti des projets et des expériences actuels dans le domaine de l'enseignement à domicile et des universités virtuelles de façon à être prêts à entrer dans l'ère de l'information; 1) Les États Membres devraient utiliser les nouvelles technologies de l'information pour participer activement aux échanges de données d'expérience et de connaissances concernant les activités spatiales, en créant des réseaux de spécialistes à l'intérieur des régions et des pays. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 27. Il a été recommandé ce qui suit : a) Les États Membres de la région, en particulier les pays en développement, devraient oeuvrer de concert au développement des microsatellites; b) Les microsatellites représentant un. domaine nouveau et abordable pour la coopération régionale et le renforcement des capacités spatiales en Asie et dans le Pacifique, les pays de la région devraient s'attacher pleinement à élaborer et exécuter des programmes peu coûteux de microsatellites et de minisatellites; c) Les États Membres devraient mettre en oeuvre, en particulier dans les écoles primaires et secondaires, des programmes d'information du public qui seraient notamment axés sur l'utilité des techniques spatiales dans la vie de tous les jours. Ces programmes devraient être également destinés aux décideurs et aux planificateurs, ainsi qu'à d'autres utilisateurs potentiels, le but étant de leur démontrer l'intérêt des applications des techniques spatiales dans les divers secteurs socioéconomiques; d) L'autonomie financière du Centre pour l'enseignement des sciences et techniques spatiales en Asie et dans le Pacifique est indispensable à la réalisation de ses buts et objectifs. Les États Membres devraient pleinement mettre à profit les installations et moyens d'enseignement offerts par le Centre, qui devrait constamment adapter ses programmes et ses méthodes d'enseignement à l'évolution des techniques spatiales, en particulier quand elles répondent directement aux besoins des pays de la région; e) Le Centre et d'autres institutions et établissements semblables en Asie et dans le Pacifique devraient offrir aux spécialistes de la région, à un coût abordable, des possibilités de se former et d'échanger des données d'expérience adaptées à la région et ne posant pas trop de problèmes de logistique; f) Des outils d'autoformation tels que supports électroniques et didacticiels par modules devraient être mis au point en tenant compte des besoins des pays utilisateurs de la région; g) Les décideurs nationaux devraient donner la priorité absolue à l'éducation en général et à l'enseignement des sciences spatiales en particulier; h) Il faudrait mettre en place un réseau d ' établissements d'enseignement et de formation dans le domaine des sciences et des techniques spatiales dispensant des cours de niveau universitaire supérieur, afin de satisfaire les besoins croissants de la région en ressources humaines qualifiées et bien formées; i) Des mesures doivent être prises afin de promouvoir une coopération intensive entre les États Membres de la région pour leur permettre de tirer parti des applications des techniques spatiales en échangeant des données d'expérience et mettant leurs compétences en commun. À cet égard, des projets communs de grande ampleur peuvent servir de base à la coopération régionale, dont le succès dépendra du renforcement des activités et des programmes nationaux; 16 A/CONF.184/6 j) Pour que la coopération régionale soit couronnée de succès, le secteur social devra bénéficier d'investissements plus importants, notamment la valorisation des ressources humaines. Les États Membres de la région devraient mettre en commun l'expérience qu'ils ont acquise dans les différents domaines des techniques spatiales pour la valorisation des ressources humaines, en échangeant informations techniques et modules de formation; k) Pour faire progresser les activités de recherchedéveloppement dans le domaine spatial dans la région, les États Membres devraient leur affecter des crédits plus importants. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes 28. Il faudrait prendre des mesures pour : a) Créer et/ou renforcer les mécanismes institutionnels gouvernementaux de façon à assurer un développement satisfaisant des activités spatiales et à promouvoir la participation de tous les secteurs intéressés, et donc intensifier la coopération de façon à contribuer de manière efficace à la solution des problèmes socioéconomiques en Amérique latine et dans les Caraïbes; b) Développer, au moyen de mécanismes de coopération régionaux, interrégionaux et internationaux, les capacités des pays de la région, en assurant une formation aux sciences spatiales et à leurs applications dans le domaine de la gestion de l'environnement, tout en veillant à maintenir un équilibre avec les impératifs sociaux et économiques; c) Encourager, avec l'aide, entre autres, du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, la participation de spécialistes de la région à des programmes internationaux de recherche-développement; d) Encourager l'utilisation et l'intégration de données spatiales et d'autres informations dans les programmes et activités des organismes publics des pays de la région afin de faire connaître plus largement les progrès technologiques, en mettant notamment l'accent sur les communications par satellite et les microsatellites; e) Encourager et appuyer la coordination régionale et interrégionale dans le domaine de l'éducation afin de permettre le développement des applications des sciences et techniques spatiales et l'accès à ces applications et, ce faisant, l'échange de matériels d'enseignement et de données d'expérience dans le domaine de l'éducation, y compris les programmes d'enseignement à distance, dans l'intérêt de tous les secteurs de la société; f) Encourager la participation des pays de la région à des projets éducatifs ayant une composante spatiale, tels que les ateliers éducatifs organisés dans le cadre du Marché commun du Sud (MERCOSUR), et l'organisation d'autres ateliers régionaux dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 29. Il a été recommandé ce qui suit : _ a) Chaque État devrait faire participer davantage son personnel qualifié, dans les secteurs de la recherche et du développement industriel, aux programmes actuels et futurs d'utilisation des techniques et technologies spatiales; b) Il faudrait coordonner la formation théorique et pratique du personnel, en particulier du personnel médical jeune (médecins et infirmières) qui sera amené à travailler dans le cadre de projets de télémédecine. Les États intéressés de la région devraient participer, autant que possible, aux réseaux existants de télémédecine, tels que les projets SHARED et EUROMEDNET, qui ont l'appui de l'Agence spatiale italienne et de l'Agence spatiale européenne; c) Les États Membres d'Europe orientale devraient coopérer pleinement à la recherche et à l'exploration spatiales et maintenir le niveau élevé déjà atteint dans les domaines de la recherche, de l'enseignement des sciences spatiales et des applications connexes; d) Les politiques scientifiques et technologiques des États Membres de la région devraient favoriser l'utilisation des techniques spatiales au service du développement durable; e) En utilisant les nouvelles technologies de l'information, les États Membres de la région devraient participer activement à l'échange d'expérience et de connaissances pratiques dans des secteurs complémentaires en créant des réseaux de spécialistes entre régions ou pays; f) Les institutions et organisations nationales s'occupant de sciences et de techniques spatiales et de leurs apphcations devraient utiliser l'Internet pour mettre au point des programmes d'enseignement à distance dans le domaine de l'observation de la Terre, en particulier dans des secteurs d'application tels que la météorologie, l'hydrologie et la protection de l'environnement; g) Les institutions centrales du réseau des établissements d'enseignement et de recherche sur les sciences et techniques spatiales pour les pays d'Europe orientale et d'Europe du Sud-Est devraient élaborer des projets communs comportant des volets scientifiques et technologiques, ainsi 17 A/CONF.184/6 que des volets enseignement et formation, sur une base multidisciplinaire. La promotion de L'enseignement aux niveaux primaire et secondaire devrait également être considérée comme l'un des grands objectifs des activités futures du réseau. Au-delà d'un échange mutuel d'informations, d'autres activités telles que des concours entre étudiants et des cours d'été devraient être entreprises dans le cadre du réseau; h) Les institutions centrales du réseau devraient mettre en place une infrastructure de télécommunications par satellite, y compris, dans chaque pays, des terminaux appropriés logés à l'institution centrale, pour l'enseignement à distance et l'échange en ligne d'informations d'intérêt régional; i) Les États Membres d'Europe orientale devraient mettre au point un programme de microsatellites qui auraient des utilisations opérationnelles telles que la surveillance des risques dans la région, et des retombées à long terme s'agissant de la promotion des sciences et techniques spatiales et de leurs applications. Les résultats de ce programme pourraient contribuer largement à susciter de nouveaux travaux de recherche-développement, y compris l'enseignement et la formation de haut niveau dans les domaines liés à l'espace; j) Dans le domaine de l'enseignement, les applications spatiales devraient conduire, notamment, à former les éducateurs et les formateurs pour leur permettre d'élaborer des programmes d'enseignement adaptés à un apprentissage souple et à l'éducation permanente. 5. Élargir les possibilités d'éducation et de formation pour les jeunes Recommandations de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes 30. Il faudrait prendre des mesures pour : a) Encourager la création de comités pluridisciplinaires chargés de promouvoir l'enseignement des sciences spatiales sous tous leurs aspects, aussi bien au niveau de l'enseignement primaire et secondaire qu'au niveau universitaire, et offrir des possibilités de formation et de recherche, en particulier pour les spécialistes se trouvant dans des régions isolées; b) Identifier les sources potentielles de financement et les organismes internationaux de financement susceptibles de contribuer aux activités destinées à incorporer les sciences et les techniques spatiales dans les programmes scolaires et universitaires. 6. Besoins en matière d'information Recommandation de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 31. Afin de faciliter l'échange nécessaire et fructueux d'informations sur les activités liées à l'espace entre les États d'Europe orientale, ces derniers devraient assurer la mise en place et la maintenance d'une base de données régionale en coopération avec les institutions nationales établies et les organisations internationales compétentes. 7. Retombées et avantages commerciaux des activités spatiales : promotion du développement technologique et des transferts de technologie Recommandations de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 32. Il a été recommandé ce qui suit : a) L'élaboration de projets de petits satellites devrait être considérée comme la meilleure stratégie à adopter par les États Membres de la région souhaitant développer l'industrie spatiale, en raison du coût raisonnable et de la durée de ces projets; b) Par suite de l'évolution des techniques spatiales, il faudrait entreprendre la conception, la construction et l'exploitation en commun de divers petits satellites, ce qui permettrait de développer l'industrie spatiale de la région et de favoriser la recherche, la démonstration de technologies et les applications connexes dans les domaines des communications et de l'observation de la Terre. Les États Membres de la région devraient chercher l'appui nécessaire à de telles entreprises; c) Étant donné l'importance des services liés à l'espace, tels que les télécommunications par satellite, l'utilisation des systèmes mondiaux de localisation et de navigation et les applications d'observation de la Terre, et la tendance croissante à leur commercialisation, les États Membres de la région devraient identifier les mécanismes essentiels pour favoriser la participation du secteur privé aux activités liées aux applications des techniques spatiales; d) Afin de promouvoir les retombées bénéfiques et les applications effectives des techniques spatiales, en particulier dans le cas des pays de la région qui commencent à accéder à l'espace, les États Membres de la région devraient se doter de moyens pour mieux comprendre les technologies associées et accorder un degré élevé de priorité à leur développement au niveau national. Chaque État devrait renforcer ses moyens de recherche de base et de pointe dans les disciplines appropriées. 18 A/CQNF.184/6 8. Promotion de la coopération internationale Recommandations de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique 33. Il a été recommandé ce qui suit : a) La constitution d'une agence spatiale régionale devrait être abordée par étapes, sur la base de travaux préparatoires approfondis; b) Les futurs programmes de satellites en Asie et dans le Pacifique devraient être élaborés par objectifs, par tous ceux qui sont concernés, et en tenant compte des besoins de la région; c) Les États insulaires du Pacifique ont un besoin immédiat d'installations adéquates pour les communications spatiales et pour la surveillance des risques et l'évaluation des effets des catastrophes, et ils pourraient recourir aux techniques de communications spatiales pour faciliter l'échange des données pertinentes. La CESAP devrait prendre l'initiative et les aider dans cet effort. Recommandation de la Conférence régionale pour l'Europe orientale 34. Les réunions scientifiques s'étant révélées être des mécanismes essentiels pour le renforcement de la coopération régionale, les États Membres d'Europe orientale devraient prendre les mesures nécessaires pour assurer l'organisation régulière de telles réunions, comme de besoin, entre leurs établissements scientifiques et de recherche établis et les organisations professionnelles ayant un rapport avec les sciences et les techniques spatiales. (UNISPACE III) ainsi que de l'excellence des installations mises aussi généreusement à sa disposition; 2. Prie le Gouvernement autrichien de faire part à la ville de Vienne et au peuple autrichien de la gratitude de la Conférence pour l'hospitalité et l'accueil chaleureux réservés à tous les participants. Résolution 3 Pouvoirs des représentants à la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique* La troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III), Ayant examiné le rapport de la Commission de vérification des pouvoirs10, Approuve le rapport de ladite Commission. Résolution 2 Remerciements au peuple et au Gouvernement autrichiens* La troisième Conférence des Nations Unies suri 'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III), S'étant réunie à Vienne du 19 au 30 juillet 1999, 1. Exprime sa profonde gratitude au Gouvernement autrichien d'avoir rendu possible la tenue à Vienne de la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique * Adoptée par la Conférence à sa 10e séance plénière, le 30 juillet 1999. 19 A/CONF.184/6 Chapitre II Généralités et recommandations de la Conférence* L'espace extra-atmosphérique est l'apanage de l'humanité tout entière et devrait donc être utilisé à des fins pacifiques. Au XXe siècle, l'humanité a considérablement progressé dans le développement et l'utilisation des sciences et des techniques spatiales pour satisfaire ses besoins. Au seuil d'un nouveau millénaire, la communauté mondiale est confrontée à des défis concernant son développement durable, mais a également d'importantes possibilités de progrès scientifique et de développement socioéconomique. La coopération mondiale dans le domaine des sciences et des techniques spatiales peut aider à relever ces défis et à mettre à profit ces possibilités. Depuis le lancement de Spoutnik-I en 1957, l'homme a placé sur orbite des satellites qui lui fournissent quotidiennement des informations météorologiques et des données qu'il utilise pour la gestion des ressources naturelles et des catastrophes et pour la surveillance de l'environnement, ainsi que pour assurer des liaisons de télécommunications qui réduisent les distances entre les communautés et pourrait se traduire par une plus grande interdépendance des nations. Les satellites scientifiques et les plates-formes orbitales ont permis d'approfondir nos connaissances de l'univers, de la place de notre planète dans l'univers et des interactions de la Terre et du Soleil, source de vie. L'Organisation des Nations Unies s'est beaucoup employée à promouvoir une plus grande coopération internationale dans ces domaines. Créé par l'Assemblée générale en 1959, le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et son Sous-Comité scientifique et technique ainsi que son Sous-Comité juridique ont encouragé la coopération internationale concernant différents aspects des sciences et techniques spatiales et de leurs applications, notamment ceux touchant au développement durable. L'Assemblée a également adopté plusieurs traités et ensembles de principes fixant les règles de base d'une conduite pacifique et fructueuse des activités spatiales. Reconnaissant la nécessité d'un dialogue à l'échelle mondiale sur ces questions essentielles, l'Organisation des Nations Unies a tenu à Vienne, en 1968 et 1982, deux conférences sur l'espace, qui ont débouché sur de nombreu-Le texte qui précède la section A du présent chapitre était initialement le résumé du projet de rapport de la Conférence; le résumé et le projet de rapport ont ensuite été révisés (A/CONF. 184/3 et Corr. 1 à 3 ). Les intertitres correspondent i ceux de la section G du présent chapitre. ses initiatives nouvelles, notamment la création du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, l'expansion du mandat de ce dernier et la création de centres régionaux d'enseignement des sciences et techniques spatiales. Ces initiatives, parmi d'autres, visaient à mettre en place dans les pays en développement les moyens humains et institutionnels nécessaires pour comprendre et utiliser les techniques spatiales au service du développement socioéconomique. Plusieurs organismes des Nations Unies, dans le cadre de leurs mandats respectifs, se sont également associés aux efforts déployés pour atteindre ces objectifs. Pourtant, de nombreux défis subsistent. Aujourd'hui, la croissance démographique soutenue et des modes de production et de consommation intenables mettent de plus en plus à rude épreuve l'environnement de la planète et les rares ressources naturelles disponibles. Chaque année, des catastrophes naturelles causent des dégâts se chiffrant en milliards de dollars et coûtant d'innombrables vies humaines. L'amélioration des capacités dans le domaine spatial et la coopération internationale pourraient aider à résoudre ces problèmes tout en favorisant le progrès économique et social. Il est également nécessaire de trouver des mesures plus efficaces pour réduire les débris spatiaux et améliorer notre compréhension des effets des tempêtes solaires. Afin de relever ces défis et de tirer parti des possibilités nouvelles, l'Assemblée générale a, dans sa résolution 52/56 du 10 décembre 1997, décidé de tenir la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III) à Vienne du 19 au 30 juillet 1999, avec pour Ihème «L'espace auXXIe siècle : retombées bénéfiques pour l'humanité». Cette conférence est une invitation pour la communauté internationale à faire le bilan des faits marquants survenus depuis 1982, notamment les changements géopolitiques, les nombreuses avancées scientifiques et technologiques, les contributions des nouvelles «nations spatiales» et l'important rôle du secteur privé. C'est ainsi que la Conférence avait principalement pour buts : a) D'encourager une utilisation efficace des techniques spatiales pour résoudre les problèmes d'importance régionale ou mondiale; b) De renforcer les capacités des États Membres, en particulier celles des pays en développement, afin qu'ils puissent utiliser les résultats de la recherche spatiale pour leur développement économique et culturel. c) De renforcer la coopération internationale en matière de techniques et sciences spatiales et de leurs applications. 20 A/CONF. 184/6 La Conférence UNISPACE III offrait aux experts et aux décideurs du monde entier une occasion unique de se rencontrer et d'échanger des informations et des idées pour propulser la condition humaine dans le prochain millénaire. L'exploitation du potentiel de l'espace au seuil du nouveau millénaire A. Protéger l'environnement 1. État des connaissances scientifiques relatives à la Terre et à son environnement La planète Terre est confrontée aux menaces croissantes que font peser les modifications rapides de l'environnement, dont le changement climatique et ses conséquences, la déforestation, la désertification et la dégradation des sols, l'appauvrissement continu de la couche d'ozone, les pluies acides et la réduction de la diversité biologique. Ces modifications auraient de lourdes conséquences pour tous les pays et, pourtant, de nombreuses questions scientifiques importantes restent sans réponse. Les satellites peuvent assurer l'observation synoptique, continue et à long terme nécessaire pour approfondir notre connaissance du système terrestre et, combinés avec les techniques de modélisation nous permettre d'étudier des questions comme a) l'influence du Soleil sur l'environnement terrestre; b) la modification du climat mondial; et c) les effets des activités anthropiques et des changements dans la couche d'ozone sur l'environnement et la santé. 2. Environnement, ressources naturelles et télédétection Les prévisions météorologiques fiables et les prévisions climatiques à long terme sont devenues des aspects essentiels de notre vie quotidienne. Dans des domaines, comme les prévisions météorologiques et climatiques, la gestion des catastrophes et la gestion des ressources de la Terre, la télédétection contribue avec succès à l'amélioration de la condition humaine. De plus en plusj les satellites apportent des informations importantes pour l'alerte précoce en cas de catastrophes et l'atténuation de leurs effets ainsi que des informations utiles pour la gestion de l'agriculture, de la sylviculture, des ressources minérales, des ressources en eau et de la pêche. L'acquisition continue de données est nécessaire pour toutes ces applications qui bénéficieront par ailleurs des améliorations et de l'adaptation des techniques de télédétection et des techniques connexes d'analyse des données. Afin de maximiser les avantages des systèmes de télédétection, il faudrait assurer une plus grande disponibilité des données et des produits d'information et en rendre le coût plus abordable; améliorer la fourniture d'information technique, développer la formation et assurer un soutien financier plus important en faveur des pays en développement en vue de faciliter la prise de décisions et l'utilisation des données de télédétection comme des informations qui en découlent dans le processus de développement; et assurer une meilleure coordination des programmes et initiatives en cours et prévus afin d'éviter de répéter les mêmes activités et d'identifier les lacunes. B. Faciliter et utiliser les communications Dans le domaine des télécommunications et de la radiodiffusion, les petits satellites de faible puissance équipés d'antennes à faible gain ont fait place à de grandes plates-formes complexes, beaucoup plus performantes sur les plans du débit, de la précision de pointage, de la réutilisation des très hautes fréquences et de la durée de vie. Ces progrès technologiques, ont entraîné l'apparition progressive de nouveaux services de télécommunications et de nouvelles applications tels que la téléphonie mobile, la transmission de données et d'images, la vidéoconférence, la radiodiffusion audionumérique, le multimédia et l'accès mondial à Internet. La large gamme d'applications envisagée englobe l'enseignement à distance, la formation en entreprise, les groupes de travail collectifs, le télétravail, la télémédecine, le commerce électronique, la vidéo directe à domicile et les reportages d'actualités, sans oublier la diffusion de musique, de logiciels, de données scientifiques et d'informations financières et météorologiques à l'échelle mondiale. Les progrès rapides des technologies de la communication et de l'information ont eu de nombreux effets positifs, mais ont également creusé l'écart entre ceux qui peuvent utiliser ces technologies pour avoir accès — et plus rapidement -à davantage d'informations et ceux qui ne le peuvent pas. Les nouveaux systèmes de télécommunications par satellite peuvent réduire cet écart. C. Améliorer et utiliser les capacités en matière de positionnement/localisation Il existe actuellement deux systèmes mondiaux de navigation par satellite : le Système mondial de localisation (GPS) des États-Unis d'Amérique et le Système mondial de satellites de navigation (GLONASS) de la Fédération de Russie. Ces deux systèmes permettent aux usagers civils d'utiliser gratuitement les signaux émis pour établir la position, la vitesse ou l'heure. Les services offerts dans les domaines des transports et de la cartographie sont principalement utilisés, mais de nouvelles applications se sont fait jour dans des domaines comme la météorologie, la géologie, la navigation par satellite, la synchronisation en télécommunications et les systèmes d'information géographique (SIG). 21 A/CONF.184/6 Pour développer encore les capacités de ces systèmes, les États-Unis d'Amérique procèdent à une amélioration détenninante du GPS et, simultanément, à la mise en place du Système de renforcement à couverture étendue (WAAS), l'Europe met au point le Service complémentaire géostationnaire européen de navigation (EGNOS), et le Japon met en place son système satellitaire de complément multitransport (MSAT). S'agissant de l'Europe, l'étape suivante sera la mise sur orbite d'un système mondial de navigation de deuxième génération, Galileo, qui est en cours de définition initiale. L'acceptation internationale de ces systèmes pour la navigation et d'autres applications civiles dépendra de leur coût, des garanties de liberté et de continuité d'accès offertes aux utilisateurs et de l'amélioration de ces systèmes par superposition ou par renforcement. Une coordination régionale et mondiale est indispensable pour mettre à profit le fort développement actuel des systèmes mondiaux de navigation par satellite pour permettre à tous les usagers de bénéficier de services multimode intégrés de navigation, de synchronisation et de localisation par sateUite. D. Développer les connaissance!! et renforcer les capacités Il ne sera guère possible de développer et d'utiliser les sciences et techniques spatiales, si les ressources humaines ayant les connaissances et les compétences voulues manquent. La recherche, l'enseignement et la formation sont les pierres angulaires du développement des connaissances et participent à l'action globale de renforcement des capacités. De plus, le renforcement des capacités englobe l'élaboration de politiques, la mise en place d'un cadre institutionnel et d'une infrastructure matérielle, l'obtention de concours financiers et l'acquisition d'expérience, grâce à la recherche et aux activités opérationnelles. Un élément essentiel de l'effort pour renforcer les capacités dans les pays en développement est la création, sous les auspices du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, de centres régionaux d'enseignement des sciences et techniques spatiales, centres qui devraient bénéficier du soutien surtout financier des Nations Unies. £. Développer à l'intention des jeunes les possibilités d'éducation et de formation La planification des activités spatiales devrait être assortie de stratégies à long terme appropriées de mise en valeur des ressources humaines, l'accent étant mis sur l'expérience multiculturelle et la formation interdisciplinaire des futurs décideurs et gestionnaires des activités spatiales. Les agences spatiales de certains pa3's entreprennent déjà, à l'intention des jeunes, des activités éducatives et l'Organisation des Nations Unies et d'autres organismes pourraient offrir des moyens de formation théorique et pratique à des étudiants et à déjeunes scientifiques et ingénieurs. Il faudrait également redoubler d'efforts pour permettre aux jeunes d'expérimenter, en ce qui concerne les activités spatiales, des idées et visions originales et novatrices. En conséquence, UNISPACE Ht a invité les jeunes professionnels de l'espace à faire connaître leurs visions et leurs points de vue concernant les activités spatiales futures. F. Besoins en matière d'information et approche globale Les technologies de l'information embrassent tout un faisceau de techniques intéressant l'informatique, les logiciels, la microélectronique, les télécommunications, les bases de données et les réseaux. Les systèmes d'information sont des outils indispensables pour organiser, manipuler et intégrer les données à l'aide d'algorithmes et produire de l'information sous la forme qui convient le mieux au groupe utilisateur visé. Ils sont utiles pour suivre l'actualité, pour la recherche et ses applications, l'enseignement et la formation et la prise de décisions. L'infrastructure dans le domaine de l'information est un élément essentiel du développement de tout pays. La technologie spatiale est un instrument majeur pour la collecte d'informations et sa transmission rapide et sûre sur de vastes étendues géographiques et vers des régions lointaines. Cependant, nombre de pays en développement doivent développer encore leur infrastructure afin d'avoir plus largement accès à l'information. Celle-ci étant une ressource essentielle au développement, et devrait agir dans ce domaine à titre prioritaire. Leur tâche peut être facilitée par le recours à des techniques spatiales appropriées et par l'adoption de normes communes, de réseaux répartis et d'interfaces usagers communes. Par ailleurs, pour résoudre des problèmes environnementaux et autres qui se posent aux échelles mondiale et régionale, il faudra intégrer davantage les réseaux d'information nationaux aux réseaux régionaux et mondiaux. G. Retombées et avantages commerciaux des activités spatiales : promotion du développement technologique et des transferts de technologie Les produits et services issus des techniques spatiales ont amélioré à bien des égards la qualité de la vie à l'échelle mondiale. La recherche-développement spatiale encourage et introduit des innovations dans de nombreux domaines de pointe comme les logiciels et matériels informatiques, l'électronique avancée et les nouveaux matériaux, les télécommunications, les sciences de la santé, la télédétection, les services de lancement et la fabrication de satellites. 22 A/CONF.184/6 Les transports, la surveillance de l'environnement, la sûreté publique, l'informatique et les technologies de l'information, ainsi que divers aspects du développement durable ont également été de grands bénéficiaires des investissements et des retombées des techniques spatiales. Les agences spatiales concluent de plus en plus des partenariats avec le secteur privé pour atteindre leurs objectifs. De surcroît, les entreprises commerciales sont devenues les principaux investisseurs sur certains segments du marché spatial, celui des télécommunications par satellite par exemple. Après les télécommunications, la télédétection, les services de lancement et les systèmes d'information géographique sont probablement les principaux domaines des activités spatiales commerciales. Des milliers de sociétés dans le monde utilisent désormais, directement ou indirectement, les techniques spatiales pour mettre sur le marché de nouveaux produits, procédés et services à des prix sans cesse plus bas et de plus en plus abordables. Dans les pays en développement, les techniques spatiales peuvent servir à s'attaquer avec efficacité aux problèmes économiques et sociaux. Toutefois, i l existe un certains nombres d'obstacles majeurs au transfert de technologie qu'il faut surmonter pour que les pays en cause puissent tirer pleinement parti de ces possibilités. H. Promotion de la coopération internationale Dans sa résolution 51/122 du 13 décembre 1996, l'Assemblée générale a réaffirmé l'engagement des États Membres en faveur de la coopération internationale en matière d'exploration et d'utilisation pacifique de l'espace au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des besoins des pays en développement. La disparition des tensions suscitées par la guerre froide a considérablement modifié la manière dont les puissances spatiales mènent leurs activités intéressant l'espace. Ces pays parmi d'autres ont pris conscience de l'intérêt de travailler ensemble pour définir des objectifs communs et de la nécessité d'utiliser au mieux leurs ressources financières et autres. La station spatiale internationale, à l'heure actueËe le plus grand projet de coopération spatiale internationale, en est un exemple. Les pays qui y participent ont la possibilité d'appliquer des technologies liées à la présence de l'homme dans l'espace et d'entreprendre des recherches, notamment dans le domaine médical. Compte tenu de l'importance qu'elles ont pour tous, la surveillance de renvironnement et la gestion des catastrophes font partie des domaines se prêtant le plus à 1 ' élargissement de la coopération internationale. Pour resserrer la coopération à tous les niveaux, i l convient d'utiliser activement les mécanismes suivants : organisations et arrangements intergouvemementaux et non gouvernementaux internationaux, mécanismes interorganisations ad hoc, accords bilatéraux et régionaux, accords portant sur des programmes déterminés et activités commerciales transnationales. À ce propos, la Conférence UNISPACEIII a noté en particulier l'initiative prise par le Partenariat de la Stratégie mondiale intégrée d'observation (IGOS) visant à relier les utilisateurs et fournisseurs de données satellite et de surface concernant la Terre et à promouvoir la mise au point de produits d'information susceptibles de faire progresser les connaissances scientifiques et d'orienter les activités d'alerte avancée, de détermination des politiques et de prise de décisions dans les domaines du développement durable et de la protection de l'environnement. Le droit international de l'espace tel que l'a élaboré l'Organisation des Nations Unies par l'intermédiaire de son Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique reflète l'importance de la coopération internationale et en détermine le cadre. À ce jour, cinq traités et cinq séries de principes juridiques portant sur des questions touchant les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique ont été élaborés et approuvés par l'Organisation des Nations Unies11. Un consensus multilatéral au niveau de décision le plus élevé pour la réalisation des objectifs communs dans le domaine de 1' espace, tels que définis notamment par l'Assemblée générale dans sa résolution 51/122, est nécessaire pour élargir le soutien politique à la coopération internationale en matière d'activités spatiales. Afin de promouvoir davantage la coopération internationale dans le domaine des utilisations pacifiques de l'espace, l'Organisation des Nations Unies devrait veiller à ce que l'ordre du jour du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et de ses sous-comités englobe toute la gamme des questions en rapport avec les activités spatiales en cours. I l faudrait également prendre des mesures pour améliorer la coordination à l'échelle du système des Nations Unies. Si l'Organisation des Nations Unies et les États Membres mènent à bien toutes ces activités, ils contribueront à l'exploration et à l'utilisation pacifiques et fructueuses de l'espace extra-atmosphérique dans l'intérêt de notre génération et des générations futures. 23 A/CONF.184/6 A. Historique 1. L'humanité s'intéresse à l'espace depuis les temps préhistoriques. Nombre de monuments historiques plusieurs fois millénaires témoignent de civilisations qui ont développé leur propre vision du cosmos à partir d'une somme considérable de connaissances scientifiques et de données sur l'astronomie. 2. Àl'aide de télescopes et d'autres instruments optiques, l'homme a commencé à s'instruire sur le mouvement des planètes et à comprendre l'univers. Il a commencé à s'interroger sur sa place dans l'ordre des choses ainsi que sur la structure puis l'origine et l'avenir de l'univers. L'astronomie est devenue une des branches de la science les plus stimulantes pour l'esprit humain assoiffé de connaissance et désireux d'appréhender la réalité. 3. Cette soif de connaissance sur l'univers s'est accompagnée d'un désir de se libérer des limites de la planète et de pénétrer dans l'espace extra-atmosphérique. L'invention de la poudre et de la flèche enflammée, i l y a un millier d'années en Chine, a lentement fait germer dans l'esprit de l'homme l'idée de voyager dans l'espace au moyen de fusées. À la fin du XIXe siècle, un certain nombre de chercheurs, s'inspirant de romans d'anticipation scientifiques décrivant des voyages dans l'espace, ont rêvé d'explorer l'univers et ont commencé à faire des recherches sur la technologie des fusées. 4. La mise au point des fusées a été accélérée au cours de la Seconde Guerre mondiale par le désir des belligérants d'acquérir des armes plus efficaces . Elle s'est poursuivie essentiellement dans le cadre de la recherche-développement militaire. La première fusée à quitter la planète n'a pas pour autant été lancée à des fins militaires. Elle a servi à lancer un satellite pour la promotion de la science à l'occasion de l'Année géophysique internationale (1957-1958). En octobre 1957, le lancement réussi de Spoutnik-1 a marqué l'avènement de l'ère spatiale et le début des efforts pour garantir l'utilisation de l'espace à des fins pacifiques. 5. Au cours des premières années de l'ère spatiale, le désir d'explorer l'espace extra-atmosphérique a été exacerbé par la concurrence entre les deux grandes puissances spatiales, concurrence qui a permis d'accomplir des progrès rapides dans ce domaine. En avril 1961, Iouri Gagarine est devenu le premier homme à tourner en orbite autour de la Terre. En juillet 1969, la «course» à la Lune a atteint son point culminant lors de l'alunissage réussi d'Apollo 1.1 et des premiers pas de Neil Armstrong et de «Buzz» Aldrin sur la Lune. La rivalité a accru la capacité de l'homme à construire des systèmes spatiaux complexes entraînant non seulement des avancées scientifiques et techniques mais aussi l'amélioration des moyens de gestion des systèmes. 6. Les progrès rapides accomplis dans la mise au point de systèmes scientifiques et techniques, ainsi que dans la gestion de projets scientifiques de grande envergure, ont permis d'observer de plus près les planètes, qu'elles soient proches du Soleil ou évoluent aux confins du système solaire. À ce jour, toutes les planètes du système solaire, à l'exception de Pluton, ont reçu la visite de vaisseaux spatiaux. Une armada internationale de vaisseaux spatiaux scientifiques a également été envoyée pour étudier la comète de Halley lors de son tout dernier passage par la partie intérieure du système solaire, événement qui se produit environ tous les 75 ans. Outre les observations faites avec le télescope spatial Hubble, qui fournit des images nettes des phénomènes célestes, diverses missions envoyées pour explorer divers aspects de l'univers continueront à fournir des indices sur l'origine et l'avenir du cosmos et de l'humanité. 7. Les progrès importants réalisés en matière de développement des sciences et des techniques spatiales ainsi que de leurs applications ont permis à l'homme d'exploiter le dernier territoire vierge qu'est l'espace extra-atmosphérique. Les efforts visant à utiliser l'environnement spatial ont été renforcés pendant la période qui a suivi la fin des missions Apollo. Les stations et les plates-formes spatiale -comme Mir et Skylab -ont permis de mener diverses activités de recherche en orbite. Les satellites d'applications ont permis d'observer la Terre à partir de l'espace et ont facilité les communications sur la planète, ce qui a eu des conséquences considérables pour le développement économique et social de l'humanité. 8. Avec l'avènement de l'ère de l'information, les satellites de télécommunications contribuent à l'expansion des activités commerciales, laissant bien augurer de la croissance de l'industrie spatiale dans d'autres domaines. Les services de lancement sont de plus en plus souvent fournis par des entreprises privées, ce qui incite à abaisser le coût de l'accès à l'espace. Des distributeurs commerciaux diffusent des données et des images à haute résolution recueillies par télédétection de plus en plus nombreuses et variées pour des usages divers. 9. Les techniques spatiales et leurs applications ont aussi permis de recueillir, à l'aide de satellites d'observation de la Terre, des données indispensables à la recherche scientifique sur l'état de notre planète. Ces satellites permettront à l'humanité d'évaluer les effets de l'activité industrielle et, partant, de prendre les mesures voulues pour protéger notre planète qui est fragile. 24 A/CONF.184/6 10. L'exploration scientifique de l'espace extra-atmosphérique, l'exploitation de l'environnement circumterrestre et l'observation de la Terre ont fait prendre conscience à l'homme de l'interdépendance étroite de tous les habitants de la planète. Les réseaux mondiaux mis en place grâce aux satellites de télécommunications mettent en contact des êtres du monde entier, leur permettant ainsi d'échanger des idées en toute liberté et de découvrir leur diversité culturelle. Les données et informations sur l'environnement mondial ont montré que la Terre est vulnérable aux activités de l'homme et ont fait mieux comprendre qu'il fallait agir de concert pour la préserver à l'intention des générations futures. 11. L'exploration de l'espace et son utilisation à des fins pacifiques favorisent l'entente mutuelle grâce à la coopération en vue de résoudre les problèmes qui se posent à l'échelle de la planète et de propager nos civilisations dans l'espace. En 1998, la coopération internationale a franchi, avec le début des travaux de construction de la Station spatiale internationale, un nouveau pas vers la réalisation du rêve qu'a l'homme de vivre dans l'espace et d'en explorer toujours plus avant les confins. 12. Grâce à l'exploration de l'espace, l'homme poursuivra aussi sa quête des origines de l'univers et des moyens d'assurer l'avenir des civilisations humaines. Grâce aux applications des sciences et des techniques spatiales, i l cherchera à améliorer la condition humaine, à protéger l'environnement mondial et à assurer la prospérité des générations à venir. B. L'Organisation des Nations Unies et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique 13. L'Organisation des Nations Unies s'est intéressée aux activités spatiales dès l'avènement de l'ère spatiale. En pleine guerre froide -la communauté internationale s'est de plus en plus inquiétée de ce que l'espace risque de devenir un nouveau champ d'affrontement des superpuissances ou de ce que son exploitation soit réservée à un nombre restreint de pays disposant des moyens nécessaires. En 1958, l'Assemblée générale a créé le Comité spécial des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, composé de 18 membres, le chargeant d'examiner les activités et les ressources de F ONU, de ses institutions spécialisées et d'autres organismes internationaux en ce qui concerne les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, les arrangements à prévoir en matière d'organisation afin de faciliter la coopération internationale en ce domaine dans le cadre de l'Organisation des Nations Unies et les problèmes juridiques que pourraient soulever les programmes d'exploration de l'espace12. 14. Le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extraatmosphérique a été créé en 1959 en qualité d'organe permanent composé de 24 États, Aujourd'hui, il est composé de 61 États1 3. À l'issue de longues consultations entre ses membres, le Comité a décidé, en mars 1962, de mener ses travaux de manière à parvenir à un accord sans procéder à un vote. 15. Comme l'Assemblée générale le lui a demandé en 1961, le Comité sert de point de convergence pour la coopération internationale aux fins de l'exploration et de l'utilisation pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, entretient des liens étroits avec les organisations gouvernementales et non gouvernementales s'intéressant au domaine spatial, assure l'échange d'informations concernant les activités spatiales et contribue à l'étude des moyens propres à favoriser la coopération internationale dans ce domaine14. Le Comité est assisté dans ses travaux par deux sous-comités, le Sous-Comité scientifique et technique et le Sous-Comité juridique, créés en mars 1962. Au fil du temps, ces deux organes ont à leur tour créé divers groupes de travail qu'il a chargés d'examiner des questions particulièrement importantes. 16. Depuis la création du Comité et de ses sous-comités, i l était d'usage de maintenir en poste les membres de leur bureau respectif, les élections se tenant selon que de besoin, lorsque l'un d'entre eux n'était plus en mesure de continuer à s'acquitter de son mandat. Les divers postes se répartissaient alors entre le Groupe des 77, le Groupe des États d'Europe occidentale et autres États et le Groupe des États d'Europe orientale. En 1996 et 1997, sur fond de bouleversements géopolitiques consécutifs à la fin de la guerre froide, le Comité a revu ses méthodes de travail et notamment la composition de son bureau. Il a ainsi décidé d'appliquer les principes de la répartition géographique équitable et de la rotation à la composition de son bureau et des bureaux de ses sous-comités, de raccourcir la durée des sessions des deux sous-comités et d'étoffer l'ordre du jour du Sous-Comité juridique. Les cinq membres des bureaux du Comité et de ses organes subsidiaires15 sont désormais élus pour un mandat de trois ans, leurs fonctions étant réparties à tour de rôle entre les cinq groupes régionaux : Afrique, Asie et Pacifique, Europe orientale, Amérique latine et Caraïbes et Europe occidentale et autres États. 17. Le Bureau des affaires spatiales, qui se compose de la Section des services et des recherches pour le Comité et de la Section des applications des techniques spatiales, assure le secrétariat du Comité et de ses organes subsidiaires. Il est 25 A/CONF.184/6 également chargé d'exécuter le Programme des Nations Unies pour les applications des tecliniques spatiales16. 18. Les délibérations et recommandations du Comité ont débouché sur l'élaboration et l'adoption de cinq traités multilatéraux et de cinq déclarations et séries de principes juridiques (voir par. 361 à 376 ci-après). Outre le développement progressif du droit régissant les activités spatiales, les travaux du Comité ont largement contribué à promouvoir la coopération internationale dans le domaine des sciences et des techniques spatiales. Grâce à l'échange d'informations sur les faits nouveaux intervenant dans le secteur spatial, le Comité a permis aux États Membres de mettre en évidence de nouveaux domaines de coopération. Le Comité a également fixé les grandes orientations pour l'exécution du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, programme qui, par ses actions de foi-mation théorique et pratique, a aidé à donner aux pays en développement les moyens d'utiliser les techniques spatiales et leurs applications et a souvent servi à coordonner ou faciliter la coopération entre pays développés et pays en développement, grâce à ses services techniques consultatifs. 19. Les travaux du Comité ont aussi abouti à la tenue de trois conférences des Nations Unies. Dès 1959, l'Assemblée générale a décidé de convoquer une conférence internationale, sous l'auspice de l'Organisation des Nations Unies, en vue de l'échange de données d'expérience sur les utilisations pacifiques de l'espace et prié le Comité d'élaborer des propositions à cette fin1 7 . Au cours de plusieurs années, le Comité a mené des travaux préparatoires et la Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique s'est réunie à Vienne du 14 au 27 août 1968 pour étudier les retombées bénéfiques de l'exploration de l'espace, les fondements des progrès scientifiques et techniques et les possibilités, pour les États n'ayant pas d'activités spatiales, de tirer parti de la coopération internationale en la matière, compte tenu notamment des besoins des pays en développement18. 20. La Conférence a abouti, entre autres résultats, à la création d'un poste de spécialiste des applications des techniques spatiales dont le titulaire est chargé exclusivement de promouvoir les applications pratiques de ces techniques. Une des premières recommandations que le spécialiste a adressées au Comité concernait la mise en place du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. L'année suivante, le Secrétaire général a été prié d'inscrire au budget de PONU les crédits nécessaires pour l'exécution du programme. C. Deuxième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique 21. En novembre 1978, l'Assemblée générale a adopté la recommandation du Comité concernant la convocation de la deuxième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE 82) et les dispositions en vue de sa préparation1 9 . Elle a décidé que le Comité ferait office de comité préparatoire et le Sous-Comité scientifique et technique de comité consultatif auprès du Comité préparatoire20. 22. La Conférence, qui s'est tenue à Vienne du 9 au 21 août 198221 et à laquelle ont participé les représentants de 94 États Membres et de 45 organisations intergouvernementales et non gouvernementales, s'est penchée sur l'état des sciences et des techniques spatiales, leurs applications, la coopération internationale et le rôle de l'Organisation des Nations Unies dans le domaine. Les recommandations et conclusions d'UNISPACE 82, adoptées par consensus, figurent dans le rapport de la Conférence22. 23. En décembre 198223, l'Assemblée générale a fait siennes les recommandations d'UNISPACE 8224 concernant la coopération internationale dans le domaine de l'exploration et des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique dont l'un des effets les plus importants a été d'étoffer le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et d'en étendre la portée. L'Assemblée a décidé que le Programme devait promouvoir les échanges de données d'expérience sur certaines applications et la coopération dans le domaine des sciences et des techniques spatiales, d'une part entre pays développés et pays en développement, d'autre part entre pays en développement, et favoriser la croissance de «noyaux» de techniciens autochtones et d'une base technique autonome dans les pays en développement. À cet effet, le Programme devait créer im programme de bourses de formation approfondie de techniciens et de spécialistes des applications des techniques spatiales et organiser régulièrement, à l'intention des administrateurs et des responsables, des activités d'application des techniques spatiales et d'élaboration des techniques, ainsi que des utilisateurs, des séminaires sur les applications des techniques spatiales de pointe et sur la mise au point de nouveaux systèmes. Le Programme a aussi été chargé de diffuser, au moyen de réunions de groupes et de séminaires, des informations sur les techniques et les applications nouvelles de pointe et de fournir des services consultatifs sur les projets d'application des techniques spatiales. Un service international d'information spatiale chargé de faciliter 26 A/CONF.184/6 l'accès aux bases de données et sources d'information a également été créé. 24. Appliquant les recommandations d'UNISPACE 82, le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales a traduit les éléments de son mandat étendu en activités opérationnelles dans le domaine des sciences et des techniques spatiales, en particulier au profit des pays en développement. Entre 1971 et 1997, le Programme a organisé 143 ateliers, stages et réunions d'experts dont ont profité environ 7 500 participants. Donnant suite aux recommandations de certains de ces ateliers, le Programme a axé ses activités sur l'enseignement et la formation, notamment en créant, dans chaque région, un centre régional pour l'enseignement des sciences et des techniques spatiales affilié à l'Organisation des Nations Unies. 25. En 1987, le Groupe de travail plénier chargé d'évaluer l'application des recommandations de la deuxième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique a été créé au sein du Sous-Comité scientifique et technique. Il avait pour tâche d'améliorer l'exécution des activités relatives à la coopération internationale, notamment celles qui sont prévues par le Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, et de proposer des mesures concrètes pour renforcer cette coopération et la rendre plus efficace. 26. Dans les recommandations formulées depuis 1987, le Groupe de travail plénier a appelé l'attention de la communauté internationale sur un certain nombre de questions importantes pour promouvoir l'accès de tous les États Membres aux techniques spatiales et à leur utilisation, en particulier au profit des pays en développement. À sa session de 1997, le Groupe de travail, dans ses conclusions sur l'évaluation de l'application des recommandations d'UNISPACE 82, a noté qu'il avait affiné ou interprété plusieurs de ces recommandations en les précisant pour en faciliter l'application. Des progrès majeurs ont ainsi été faits, notamment pour ce qui est du renforcement de la coopération internationale et régionale aux fins du développement continu des activités spatiales dans le monde ainsi que de la promotion des échanges de données d'expérience. Des résultats tangibles ont été enregistrés dans les domaines suivants : mise en place d'un programme de bourses pour des stages et des ateliers de formation approfondie sur les applications de pointe des sciences et des techniques spatiales; réalisation d'une série d'études techniques portant sur des aspects précis des sciences et des techniques spatiales et de leurs applications; enfin, création de centres régionaux pour l'enseignement des sciences et techniques spatiales. Les travaux du Groupe de travail ont également abouti à l'inscription au budget de l'Organisation des Nations Unies de crédits suffisants pour financer les activités en expansion du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. Bien que 200 recommandations et plus faites par UNISPACE 82 aient abouti à de nombreuses mesures positives, il semble que nombre d'entre elles soient restées sans suite. Le Comité a estimé que cette situation n'était pas favorable à un travail constructif. 27. Le Groupe de travail plénier a joué un rôle capital dans la conception et la planification de la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III) et a apporté un concours actif aux travaux préparatoires de la Conférence en ce qui concerne notamment les objectifs, la forme, le lieu et les dates, la participation, l'ordre du jour provisoire, les aspects financiers et les autres manifestations prévues dans le cadre de la Conférence. D. Un environnement porteur pour l'exploration et l'exploitation de l'espace 1. Le rôle croissant des activités spatiales 28. Depuis le début de l'ère spatiale, l'exploration et l'exploitation de l'espace ont eu pour l'humanité des retombées considérables sur les plans scientifique aussi bien qu'économique et social. Les sciences spatiales fournissent une multitude d'informations sur la façon dont l'univers, le système planétaire, le Soleil et la Terre se sont formés. Les scientifiques se servent de puissants télescopes pour remonter jusqu'à l'origine même de l'univers, quelques instants après le «bigbang». Aujourd'hui, l'homme envoie des engins se poser sur Mars ou survoler de près Jupiter et Saturne. Les satellites actuels, dotés d'instruments perfectionnés, renverront sur Terre des données qui permettront aux scientifiques de cartographier ces planètes et de déterminer la composition de leur atmosphère ainsi que d'autres paramètres géophysiques. Ces données servent à définir des mécanismes d'é-. change d'énergie pour les modèles de l'atmosphère planétaire et à les affiner. 29. Il est largement reconnu que les techniques spatiales et leurs applications sont l'un des principaux instruments qui donnent à l'homme les moyens de comprendre l'environnement et de gérer les ressources naturelles ainsi que d'assurer des communications efficaces sur de longues distances et vers les zones rurales. Ces moyens ont favorisé le développement économique, culturel et social, notamment dans les pays développés, auxquels ils ont permis d'accélérer leur processus de croissance. 27 A/CONF.184/6 30. Les satellites d'observation de la Terre sont une source d'informations importantes et impossibles à obtenir par d'autres moyens pour l'étude de la planète. On dénombre actuellement plus de 45 missions spatiales en cours et les agences spatiales civiles prévoient pour les 15 prochaines années quelque 70 autres missions qui emporteront plus de 230 instruments. Ces satellites fournissent les mesures de nombreux paramètres indispensables pour surveiller le système planétaire. Les futures missions permettront d'accroître considérablement la quantité de données recueillies, qui serviront, comme celles obtenues par les satellites actuels, à s'attaquer à des problèmes d'ordre social et économique, dans des domaines tels que la gestion de l'utilisation des sols, la gestion des ressources renouvelables et non renouvelables, la gestion des catastrophes, la santé de la population mondiale et la gestion, de l'agriculture et de la pêche. Ainsi, on dispose déjà d'un outil extrêmement précieux, qui sera considérablement perfectionné au cours des 10 prochaines années. Encore faut-il assurer une coordination au niveau international, détenniner clairement les problèmes que cet outil peut contribuer à résoudre et surtout sensibiliser davantage les utilisateurs potentiels, en particulier les pays en développement. 31. Bien qu'elle soit encore considérée, d'un point de vue commercial, comme une technique nouvelle, la télédétection, traditionnellement utilisée pour la cartographie, l'hydrologie, la topographie et la surveillance des ressources naturelles, est aujourd'hui davantage orientée vers le consommateur, avec des applications dans des domaines tels que la préparation aux catastrophes, les procédures d'indemnisation, le marketing, la délimitation et l'évaluation des biens immobiliers et l'agriculture de précision. Les services à valeur ajoutée que le secteur privé propose en transformant les images satellites en information intéressante pour l'utilisateur constituent un marché en expansion, évalué à 600 millions de dollars É.-U. pour les cinq prochaines années. 32. Les systèmes de communication par satellite, notamment ceux mis au point à l'échelon national par des entités publiques ou commerciales ainsi que par Intermédiaire d'organisations internationales comme l'Organisation internationale des télécommunications par satellites (TNTELSAT), l'Organisation internationale des télécommunications maritimes par sateUites (Inmarsat), l'Organisation européenne des télécommunications par satellites (EUTELSAT) ainsi que l'Organisation internationale des télécommunications spatiales (INTERSPOUTNIK) ont introduit des techniques améliorées et de nouvelles technologies. Les nouveaux services apporteraient, dans les pays développés et dans les pays en développement, des solutions plus efficaces à des problèmes de portée régionale et mondiale, comme améliorer les possibilités de formation, assurer l'accès à des services médicaux adéquats, accroître l'efficacité des opérations d'alerte et de secours en cas de catastrophe et élaborer des stratégies d'adaptation ou d'atténuation des risques face aux changements climatiques. 33. Les communications par satellite deviendront de plus en plus un moteur économique tant pour les pays développés que pour les pays en développement. On estime que le marché mondial du lancement et de l'exploitation de sateUites pour les communications entre points fixes et la radiodiffusion uniquement atteindra au minimum 60 à 80 milliards de dollars pour la période 1997-2005. À cela s'ajoutent 200 à 300 milliards de dollars pour les stations au sol, les terminaux et les services aux utilisateurs. Si le lancement et l'exploitation des sateUites sont réservés aux pays ayant des activités spatiales et aux grandes entreprises, les activités au sol sont accessibles à un nombre d'acteurs beaucoup plus important, en particulier ceux des pays en développement. 34. Les sateUites de météorologie et d'observation de la Terre constituent un véritable réseau international qui observe notre planète en permanence. Ils permettent d'établir des prévisions météorologiques à court et à moyen terme (contribuant ainsi à une meilleure planification des stratégies agricoles et de nombreuses activités quotidiennes) et de donner rapidement l'alerte en cas d'ouragan ou de typhon, ce qui réduit considérablement les pertes matérielles et humaines dans les nombreux pays exposés à ce type de catastrophes. 35. Les systèmes de localisation par satellite tels que le système mondial de localisation GPS et le système mondial de satellites de navigation GLONASS, mis en place au départ à des fins militaires, fournissent désormais gratuitement des signaux non cryptés pour des applications civiles, comme la navigation aérienne et maritime et le transport terrestre. Grâce aux récepteurs GPS, les pilotes, les automobilistes ainsi que d'autres utilisateurs peuvent déterminer leur position avec une précision de 100 mètres. L'emploi d'équipements de navigation utilisateurs combinant des récepteurs GPS et GLONASS permet de gagner en fiabilité et en précision. L'utifisation de techniques de localisation en mode différentiel permet de déterminer la position d'un objet à 1 mètre près. Il s'ensuit déjà une plus grande sécurité, des coûts moindres et une meilleure productivité pour l'utilisateur. En 1994, les services et équipements GPS utifisés pour la cartographie, la topographie ou à d'autres fins ont procuré des recettes totales de 500 millions de dollars. On s'efforce actuellement d'introduire des équipements utilisateurs de type GLONASS sur le marché mondial des services d'aide à la navigation. Les applications de ce type et les retombées bénéfiques de leur utilisation devraient 28 A/CONF.184/6 connaître une progression exponentielle au cours de la prochaine décennie. 36. L'industrie spatiale, dont le chiffre d'affaires est estimé à 77 milliards de dollars et qui employait plus de 800 000 personnes à l'échelon mondial en 1996, est devenue l'un des plus grands secteurs d'activité du monde. Les utilisations commerciales du matériel spatial, notamment des équipements de télécommunication, ainsi que la mise en place d'éléments d'infrastructure, en particulier la fabrication de lanceurs de satellites et de moyens pour installations soL représentent actuellement 53 % du total, le solde provenant des financements publics. En 1996, les recettes commerciales ont dépassé pour la première fois les dépenses publiques. 37. Si l'on veut, en particulier dans les pays en développement, tirer le meilleur parti possible des retombées bénéfiques des techniques spatiales et de leurs applications, il faut tenir compte d'au moins deux problèmes interdépendants, d'ordre général, qui sont liés à l'utilisation des techniques de pointe pour le développement économique et social. Le premier concerne la promotion de la technologie à utiliser et la compréhension des problèmes que pose son utilisation; le second, les moyens de s'assurer que les connaissances sur les techniques de pointe soient effectivement mises au service du développement durable : l'étude de ces problèmes aiderait à mieux comprendre les questions relatives aux techniques, aux technologies et à la gestion, ainsi que les conséquences pratiques de l'utilisation des techniques spatiales, augmentant ainsi les retombées scientifiques, économiques et sociales de l'exploration et de l'exploitation de l'espace, comme c'est déjà le cas dans de nombreux domaines de l'activité humaine. 2. Nouveau contexte international 38. Depuis 1982, date à laquelle s'est tenue la conférence UNISPACE 82, un certain nombre de faits nouveaux sont survenus en ce qui concerne l'exploration de l'espace ou les sciences et les techniques spatiales. Les applications et les utilisations des techniques spatiales ont progressé rapidement, grâce à de nouvelles technologies et techniques qui ont permis d'utiliser plus largement et plus efficacement les applications existantes et de créer de nouvelles applications dans le monde entier. Le nombre de pays ayant des capacités spatiales s'est accru, comme a rapidement augmenté celui des pays faisant usage des techniques spatiales. Des progrès considérables ont été réalisés s'agissant de l'observation de l'atmosphère terrestre, des océans, des terres émergées et de la biosphère depuis l'espace. 39. L'un des principaux faits nouveaux, qui est révélateur du succès des techniques spatiales, est la commercialisation croissante de certaines applications, qui s'est accompagnée d'une intervention accrue du secteur privé qui, fort de son dynamisme entrepreneurial et de son sens des affaires, imprime un nouvel élan au développement des applications spatiales. Dans le même temps, les débouchés étant de plus en plus nombreux, initiatives et investissements se multiplient en faveur de la mise au point de nouvelles techniques. Le secteur public établit avec le secteur privé des partenariats pour diverses phases du processus de recherche-développement, ce qui permet aux deux partenaires d'utiliser au mieux les ressources et favorise l'apparition d'activités commerciales dotées d'un fort potentiel de croissance économique. 40. Le plus grand changement est toutefois de nature géopolitique. Le monde est passé d'une époque d'affrontement à une ère de coopération assortie d'une concurrence commerciale de plus en plus vive. De toute évidence, ce changement géopolitique ne concerne pas seulement l'espace, mais touche aussi à bien des égards les relations entre États. I l n'en a pas moins, dans le domaine spatial, des conséquences importantes qui se manifesteront probablement par la multiplication des projets de coopération. 41. Dans de nombreux domaines, des efforts collectifs devraient être faits pour atteindre des objectifs communs de l'humanité, comme le maintien d'interactions optimales avec la nature. Depuis l'aube de la civilisation, l'humanité vit en concurrence avec la nature. L'interdépendance de l'homme avec l'environnement est largement reconnue, mais la quête inlassable du progrès, du confort et de la sécurité s'est traduite par une sollicitation sans cesse accrue de l'environnement, aux niveaux tant local que planétaire, d'où une transformation plus rapide que jamais de la biosphère. L'environnement ne cesse de subir les conséquences néfastes de l'accroissement rapide de la population, qui s'accompagne d'une expansion des activités humaines, notamment dans le secteur industriel, et d'une pression toujours plus forte pour satisfaire les besoins essentiels des populations. Les conséquences en sont la surexploitation des ressources naturelles, la dégradation de l'environnement et la détérioration des conditions de vie. La dégradation des sols et des zones côtières, la pollution de l'air et de l'eau, la perte de la diversité biologique et la déforestation sont cause des préoccupations croissantes dans le monde. L'explosion démographique, jointe à la rareté des terres disponibles, pourrait provoquer une urbanisation anarchique, entraînant une détérioration encore plus grave des conditions de vie, qui se traduirait par la prolifération des taudis et la propagation des maladies. Les activités anthropiques sont tenues 29 A/CONF. 184/6 pour responsables, au moins en partie, de certains des changements climatiques, tels le réchauffement de la planète et l'appauvrissement de la couche d'ozone, qui risquent à terme de déboucher sur une crise écologique affectant l'ensemble du système biotique de la planète. 42. S'il s'est donné les moyens de modifier l'état de son environnement, l'homme n'en demeure pas moins vulnérable aux forces de la nature. Des phénomènes naturels causent des dégâts sans cesse croissants à la population et à l'infrastructure productive des pays. Outre les pertes humaines et matérielles, ces catastrophes peuvent également entraîner la déstabilisation de structures sociales et politiques. Anomalie du système océan-atmosphère de la zone tropicale du Pacifique, le phénomène dit Le Nifio perturbe fortement les conditions météorologiques dans le monde, pourrait causer des pertes se chiffrant en milliards de dollars des États-Unis et réclamer d'innombrables vies humaines. Des événements climatiques inhabituels et extrêmes, tels que les tempêtes verglaçantes, les inondations et les sécheresses, pourraient provoquer des dégâts estimés à des milliards de dollars par an. À l'échelle mondiale, plus d'un milliard de personnes sont touchées chaque année par des maladies transmises par des vecteurs. Certaines de ces maladies sont cause de souffrances chroniques et d'invalidité. Nombre d'entre elles sont sensibles aux variations météorologiques et à la modification du climat de la planète. On a déjà pu constater l'intérêt qu'une meilleure surveillance par satellite de l'atmosphère, des terres, des zones côtières et des océans présentait pour prévoir des maladies comme le paludisme et le choléra. 43. Dans le monde entier, les populations sont confrontées à la nécessité d'atténuer les effets des activités humaines sur l'environnement et de limiter les dégâts causés à la société par les risques naturels. Grâce aux progrès que les sciences et les techniques ont accomplis au cours du XXe siècle, l'homme est mieux à même de prendre les mesures collectives requises au niveau mondial et d'assurer sa prospérité au XXIe siècle. 44. Les sciences et les techniques spatiales, ainsi que les progrès de l'informatique, ont profondément modifié la vie quotidienne des individus. Les distances n'ont plus le même sens et les communications par satellite ont débouché sur une plus grande interdépendance, faisant que la voix, des textes, des graphiques et des instructions complexes peuvent être transférés d'un endroit à un autre, sur de grandes distances, en un temps extrêmement court. Les progrès de la science et de la technologie des communications ont modifié la nature des relations commerciales et des transactions nationales et internationales, révolutionné l'économie et le secteur bancaire, transformé l'industrie du spectacle et touché de multiples facettes de la vie de tous les jours. Les données fournies par les satellites ont permis de détecter le déclenchement de catastrophes, de surveiller les changements qui se produisent à la surface de la Terre et de mieux comprendre la complexité de la planète. Les prévisions météorologiques et celles relatives aux changements dans le système climatique ont également facilité l'adoption de techniques agricoles appropriées, l'organisation des secours en cas de catastrophe, l'atténuation des dégâts ainsi que la mise en garde contre les catastrophes climatiques. 45. L'enjeu réside dans le resserrement de la coopération au niveau international et dans la mise en commun des techniques et de leurs applications, en vue de maximiser les avantages découlant de l'utilisation des techniques spatiales. Un domaine de coopération internationale qui revêt une importance capitale est l'utilisation des techniques spatiales pour la surveillance et la protection de l'environnement. La communauté internationale a aujourd'hui conscience de la gravité des problèmes posés par la pollution de l'environnement, la dégradation des sols et la déforestation, ainsi que des questions liées aux modifications du climat de la planète. Après l'adoption du programme «Action 21»25 à la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement tenue en 1992, un certain nombre d'initiatives ont été prises, parmi lesquelles l'application des sciences et des techniques spatiales à la surveillance de l'environnement. Les évaluations scientifiques réalisées au niveau international par le Groupe d'experts intergouvememental pour l'étude du changement climatique et la troisième Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, tenue à Kyoto (Japon) du 1" au 10 décembre 1997, mettent en évidence les mesures qui doivent être prises en vue d'appliquer la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques26. 46. L'évolution des sciences et des techniques depuis UNISPACE 82, le nouveau climat politique, la réduction des dépenses publiques et la multitude des nouveaux acteurs, parmi lesquels, au premier plan, plusieurs pays en développement et des entreprises privées, font que les décideurs du secteur public comme du secteur privé, en particulier dans les pays en développement, doivent prendre conscience de l'importance actuelle des applications des techniques spatiales. Celles-ci auront une influence considérable sur la qualité de la vie de chacun des points de vue à la fois économique et social. De nombreuses possibilités de développement économique et social découleront de la croissance attendue de l'industrie spatiale. Les activités spatiales deviendront un élément moteur de l'économie mondiale au XXIe siècle et offriront de nombreuses opportunités, en particulier aux pays en développement. Elles peuvent 30 A/CONF.184/6 également contribuer à réduire l'écart entre pays développés et pays en développement. 47. En résumé, le nouveau contexte offre un cadre favorable à l'essor continu des techniques spatiales et de leurs applications, y compris dans de nouveaux domaines. Parallèlement, le nombre croissant des applications commerciales et l'intervention progressive du secteur privé se traduisent par un nouveau dynamisme, de nouveaux investissements ainsi qu'une plus grande réceptivité aux besoins du marché. Le nouveau contexte est en outre propice à un renforcement de la coopération internationale dans le domaine spatial. Les questions examinées, les débats tenus et les recommandations formulées par UNISPACE HI devraient être situés dans ce contexte. E. Genèse et préparatifs de la Conférence 48. À sa session de 1992, le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique a pris note de la proposition visant à organiser en 1995 une troisième Conférence UNISPACE, de préférence dans un pays en développement. Cette proposition était formulée dans le souci de renforcer l'impulsion induite par les activités menées à l'occasion de l'Année internationale de l'espace, 1992, et de mettre au point des mesures complémentaires et des mécanismes destinés à élargir la portée de la coopération internationale et promouvoir une participation accrue de l'ensemble des pays en développement aux activités spatiales. Sur la base de la recommandation du Comité, l'Assemblée générale a, dans sa résolution 47/67 du 14 décembre 1992, recommandé que les États Membres examinent éventuellement, durant la session de 1993 du Comité, la possibilité d'organiser une troisième Conférence UNISPACE. 49. À sa session de 1993, par l'intermédiaire de son Groupe de travail plénier, le Sous-Comité scientifique et technique a pris note de la recommandation susmentionnée de l'Assemblée générale. Notant que des progrès et des changements considérables étaient intervenus depuis 1982 en matière de techniques spatiales et de leurs applications et que de nombreux bouleversements d'ordre géopolitique et économique s'étaient produits affectant les programmes spatiaux dans le monde entier, le Groupe de travail a estimé qu'il pourrait être utile d'examiner la possibilité de tenir une troisième Conférence UNISPACE. À cet égard, i l a également recommandé que, s'agissant de cette conférence telle que recommandée par l'Assemblée générale, le Comité en examine les buts, les objectifs et les questions d'organisation -dates, lieu, incidences financières, etc. I l a pris note des propositions visant à organiser une troisième Conférence UNISPACE dans un pays en développement dans un proche avenir, éventuellement en 1995, et à ce que luirmême en devienne le comité préparatoire. 50. À sa session de 1993, le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique a fait remarquer que le plus important était de définir une série d'objectifs très précis pour la Conférence, en ajoutant qu'il pourrait être possible d'atteindre ces mêmes objectifs par d'autres moyens, notamment par une intensification des travaux au sein du Comité. 51. Au cours des années suivantes, les États Membres, le Président du Comité et son secrétariat ont, à la demande du Comité et de ses organes subsidiaires, présenté un certain nombre d'idées et de propositions concernant notamment les objectifs et l'ordre du jour d'UNISPACE III, les divers moyens d'atteindre les objectifs de la Conférence, et leurs incidences financières. 52. Compte tenu des recommandations du Sous-Comité, le Comité est convenu, à sa session de 1996, qu'une session extraordinaire du Comité (UNISPACE III), ouverte à tous les États Membres de l'Organisation des Nations Unies, devrait se tenir à l'Office des Nations Unies à Vienne en 1999 ou en 2000. Il s'est accordé avec le Sous-Comité sur un ensemble d'objectifs et est également convenu qu'aucun effort ne devait être épargné pour restreindre les coûts d'UNISPACE III et rester dans les limites des ressources actuelles du Comité et de son secrétariat, en réduisant la durée des sessions du Comité et de ses organes subsidiaires l'année où se tiendrait la Conférence. Ces décisions du Comité ont été approuvées par l'Assemblée générale à sa cinquante et unième session. À la lumière des recommandations du Comité, l'Assemblée, dans sa résolution 51/123 du 13 décembre 1996, a aussi prié le Comité et le Sous-Comité scientifique et technique de faire office de comité préparatoire et de comité consultatif d'UNISPACE III respectivement, et le Bureau des affaires spatiales d'en assurer le secrétariat exécutif. 53. Grâce aux travaux intensifs menés au sein du Groupe de travail plénier, à qui le Comité consultatif avait demandé de lui apporter son concours lors de sa session de 1997, un consensus s'est finalement dégagé au sujet de l'ordre du jour d'UNISPACE III. À cette session, le Comité consultatif a formulé un certain nombre de recommandations supplémentaires concernant la date, la participation, les autres manifestations et les aspects financiers de la Conférence. Par ailleurs, à la même session, tout en approuvant ces recommandations, le Comité préparatoire a arrêté la procédure pour l'élaboration du projet de rapport de la Conférence. 31 A/CONF. 184/6 54. Dans sarésolution 52/56 du 10 décembre 1997, l'Assemblée générale a approuvé la recommandation tendant à tenir la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III) à l'Office des Nations Unies à Vienne du 19 au 30 juillet 1999 en tant que session extraordinaire du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, ouverte à tous les États Membres de l'Organisation des Nations Unies. F. Objectifs et buts delà Conférence 55. La troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique avait pour objet d'examiner et de mettre en lumière les progrès importants accomplis dans le domaine des sciences et des techniques spatiales depuis 1982, en vue d'en faciliter une plus grande utilisation, en particulier par les pays en développement, dans tous les domaines du développement scientifique, économique, social et culturel. Parallèlement, elle a constitué un cadre tout indiqué pour permettre aux États Membres de l'ONU, aux organismes des Nations Unies, aux organisations intergouvernementales et non gouvernementales qui mènent des activités spatiales, ainsi qu'aux industries liées aux activités spatiales, de contribuer à l'élaboration d'un plan pour la coopération internationale dans le domaine des activités spatiales au début du XXIe siècle. Cette manifestation rassemblerait pour la première fois toutes les parties et les différents acteurs intéressés. 56. UNISPACE m, dont le thème était «L'espace au XXIe siècle : retombées bénéfiques pour l'humanité», avait principalement pour but d'encourager une utilisation efficace des techniques spatiales pour résoudre les problèmes d'importance régionale ou mondiale et de renforcer les capacités des États Membres, en particulier celles des pays en développement, afin qu'ils puissent utiliser les applications de la recherche spatiale pour leur développement économique, social et culturel. La Conférence avait également pour objectifs : a) De permettre aux pays en développement de déterminer les applications des techniques spatiales dont ils ont besoin pour leur développement; b) De déterminer comment faciliter l'utilisation des applications des techniques spatiales par les États Membres au service du développement durable, notamment par la participation d'un plus grand nombre de pays en développement aux programmes internationaux de recherche tels que le Programme international pour l'étude de la géosphère et de la biosphère et le Programme mondial de recherche sur le climat; c) D'examiner les différents problèmes liés à l'enseignement, à la formation et à l'assistance technique en ce qui concerne les sciences et les techniques spatiales ainsi que leurs applications destinées à renforcer les capacités locales dans tous les États; d) D'évaluer les activités spatiales et de sensibiliser le grand public aux avantages que présentent les techniques spatiales; e) De renforcer la coopération internationale pour la mise au point et l'utilisation des techniques spatiales et de leurs applications. G. L'exploitation du potentiel de l'espace au seuil du nouveau millénaire 1. Protéger l'environnement a) État des connaissances scientifiques relatives à la Terre et à son environnement i) État d'avancement des sciences de l'environnement et de la Terre 57. Le Soleil est une étoile variable qui fournit la totalité de l'énergie nécessaire à la vie sur Terre. Cette énergie est également la principale force agissant sur l'atmosphère et les systèmes de circulation des océans ainsi que sur le climat de la planète. L'énergie solaire est émise sous forme de rayonnements tels que la lumière visible nécessaire à la photosynthèse des végétaux, et de flux de particules énergétiques. Pour comprendre quelle est l'influence du Soleil sur l'environnement terrestre, i l faut étudier les rayonnements et les flux de particules chargées émis par le Soleil et voir quels sont leurs effets sur le système magnétosphèreionosphère-atmosphère de la Terre, et en particulier sur la couche d'ozone stratosphérique. 58. Les rayons ultraviolets (U V) émis par le Soleil sont la principale source d'énergie de la haute atmosphère terrestre. De petits changements dans l'atmosphère (en ce qui concerne par exemple l'ozone total) peuvent avoir des conséquences considérables en termes de rayons ultraviolets atteignant la surface de la Terre. On sait que l'augmentation des rayons UV multiplie les cas de cancer de la peau et peut influer sur les systèmes microbiologiques en endommageant ou en modifiant leur structure génétique. 59. Pour déterminer le rôle du Soleil dans les changements que connaît la planète, il est essentiel de surveiller, à partir de points éloignés de la Terre, les rayonnements solaires et 32 A/CONF.184/6 leur distribution spectrale, les structures et la composition des couches moyennes et supérieures de l'atmosphère sur un grand nombre de cycles solaires, le vent solaire, les particules énergétiques entrant dans la magnétosphère terrestre et les éjections de matière coronale. 60. La magnétosphère et l'atmosphère de la Terre sont étroitement liées à l'atmosphère et à l'héliosphère solaires. Les variations de l'atmosphère solaire, dont les éruptions et l'éjection de particules chargées depuis sa couronne, ainsi que leur influence sur la magnétosphère et les couches supérieures de l'atmosphère terrestre obéissent à des lois physiques que l'on ne connaît que partiellement. 61. L'interaction variable du Soleil avec la magnétosphère, la ionosphère et les couches supérieures de l'atmosphère terrestre peut créer des conditions susceptibles de présenter des dangers pour les objets spatiaux servant aux prévisions météorologiques, aux communications téléphoniques et autres, à la télévision, à la navigation et à d'autres services importants. Comme exemple d'incident survenu dans la météorologie spatiale, on peut citer la récente défaillance temporaire du satellite de communication Anik E2, qui a été bombardé d'électrons de haute énergie par le Soleil. 62. L'éventualité d'un changement sans précédent du climat mondial qui serait exacerbé par l'activité humaine suscite une grande préoccupation au niveau international, comme en témoigne la Convention-cadre sur les changements climatiques (ONU). Le Groupe d'experts intergouvernemental pour l'étude du changement climatique publie régulièrement, depuis plusieurs années, des études du changement climatique de la planète et de ses conséquences possibles. I l pense que, sur l'ensemble de la planète, les températures en surface augmenteront de façon considérable au cours des cent prochaines années. Les conséquences probables d'un tel réchauffement seront notamment la perturbation des régimes des précipitations et des températures, l'élévation du niveau des mers et des modifications dans la répartition de l'eau douce sur l'ensemble de la Terre. Les effets sur la santé, la vitalité des forêts et la productivité agricole risquent d'être importants. 63. Le climat de la planète est la résultante d'interactions complexes entre l'énergie solaire qui atteint la Terre, l'atmosphère (et sa composition), les océans, le cycle hydrologique, la surface et la végétation terrestres, la cryosphère (champs de neige et de glace, calottes de glace et glaciers) et la géosphère (y compris la topographie des continents et les phénomènes tectoniques, les éruptions volcaniques et la rotation de la Terre). 64. L'histoire de la Terre montre que le climat a changé de nombreuses fois, passant de périodes très froides à d'autres très chaudes à la suite de modifications intervenues dans l'orbite terrestre ou l'activité solaire, d'éruptions volcaniques ou d'autres événements naturels. On s'inquiète aujourd'hui de ce que l'activité de l'homme pourrait influer tout autant sur le changement climatique, à un rythme beaucoup plus rapide que par le passé. I l se peut donc que le temps dont disposent les humains, les végétaux et les animaux pour s'adapter à ce nouvel environnement soit trop court. 65. L'histoire récente du climat montre qu'un réchauffement général de 0,5 °C s'est produit au cours des 100 dernières années. On a observé, en conséquence, une élévation du niveau de la mer dans les zones côtières. Ce réchauffement serait dû aux concentrations de plus en plus fortes de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone (C02) rejeté dans l'atmosphère du fait de l'utilisation de combustibles fossiles pour la production d'énergie et les transports, le méthane (CH4) produit par l'agriculture en quantités de plus en plus importantes à mesure que les surfaces cultivées et le nombre de têtes de bétail augmentent, les oxydes d'azote et peut-être les engrais et les chlorofluorocarbones (CFC) utilisés dans les systèmes de climatisation. Les CFC détruisent par ailleurs la couche d'ozone, permettant ainsi à davantage de rayons ultraviolets B de pénétrer dans l'atmosphère. 66. L'ozone est le seul gaz à effet de serre qui absorbe dans la stratosphère une quantité importante des rayonnements solaires appartenant au domaine ultraviolet du spectre électromagnétique. L'ozone stratosphérique protège la surface terrestre des rayons ultraviolets nocifs et joue un rôle important en contrôlant la structure de température dans la stratosphère. Un appauvrissement de la couche d'ozone stratosphérique pourrait donc provoquer un changement de température à la surface de la Terre. 67. On observe maintenant un appauvrissement de la couche d'ozone partout dans le monde, en particulier au-dessus des hautes latitudes. Le trou de la couche d'ozone situé au-dessus de l'Antarctique est le signe le plus manifeste de ce phénomène, que l'on peut également observer, depuis peu, au cours de l'hiver et du printemps arctiques. I l est démontré de façon irréfutable que cet appauvrissement est imputable aux agressions de plus en plus violentes que des substances à base de chlore et de brome produites par l'homme font subir à l'atmosphère. Des règlements internationaux ont été mis en place pour faire cesser progressivement la production de ces composés, et celle-ci commence à diminuer. Mais comme cette diminution sera lente, il sera indispensable de surveiller la couche d'ozone stratosphérique afin de déterminer si elle se reconstituera comme on le prévoit. 33 A/CONF.184/6 68. Les progrès technologiques réalisés au cours des dernières décennies ont permis d'améliorer de façon considérable les systèmes de transport, les méthodes de production et de distribution des denrées agroalimentaires, l'accès à l'eau et la production et la distribution d'énergie, sans parler des avancées récentes faites par l'informatique, en réponse aux besoins de l'ère de l'information. On se rend compte, rétrospectivement, que ces progrès coûtent très cher en tenues d'environnement. La difficulté est donc de poursuivre sur la voie d'un développement économique, social et technologique durable sans porter davantage atteinte à l'intégrité de l'environnement. 69. En plus des activités humaines, i l y a des causes naturelles à la dégradation de l'environnement planétaire : incendies de forêt, éruptions volcaniques, tremblements de terre, raz-de-marée, ouragans, cyclones, typhons, inondations, sécheresses et phénomènes du type El NifLo. 70. Ces phénomènes naturels, ces activités humaines et leurs effets sur l'environnement peuvent être maintenant observés et détectés à partir de l'espace grâce aux satellites. La préservation de l'espace proche de la Terre est devenue également importante lorsqu'il s'agit de protéger les instruments utiles pour faire un diagnostic sur l'état de la Terre et en particulier pour l'exploration et l'exploitation futures de l'espace extra-atmosphérique. Unnombre croissant d'activités spatiales court des risques du fait de la présence de débris spatiaux d'origine humaine. À l'heure actuelle, plus de 8 000 objets de plus de 10 centimètres de diamètre ont été catalogués et unnombre encore plus important de plus petits objets sont en orbite terrestre, alors que l'on estime à 500 seulement les vaisseaux opérationnels. Une collision avec l'un quelconque de ces objets pourrait endommager ou même détruire un vaisseau spatial opérationnel. On a noté récemment une collision d'un objet catalogué avec un satellite. 71. On peut surveiller l'environnem.ent des débris spatiaux grâce à des observations faites de la Terre au moyen d'appareils optiques et de radars, de détecteurs situés dans l'espace ainsi que par une détermination des dommages microscopiques décelés à la surface des objets ramenés après une longue exposition à l'environnement spatial. Pour évaluer les risques actuels et futurs que peuvent présenter ces débris pour les objets spatiaux opérationnels, on ne peut faire appel qu'à la modélisation car l'observation ne couvre pas l'ensemble des particules ni leur répartition dans l'espace. Deux moyens de limiter ce risque consistent à protéger les vaisseaux de l'impact des débris ou à éviter la collision, et à prendre des mesures pour limiter la création de débris spatiaux car il n'y a actuellement pas de méthode économiquement viable pour éliminer les débris spatiaux. Il convient d'accorder une attention particulière à l'orbite des satellites géostationnaires vu qu'il n'existe aucun mécanisme naturel qui éhmine les débris qui s'y trouvent et qui présentent un risque pour de nombreux vaisseaux opérationnels. 72. Le Sous-Comité scientifique et technique du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique est d'avis que la coopération internationale est nécessaire pour renforcer la base scientifique et technique sur laquelle on peut bâtir des stratégies abordables pour minimiser l'impact potentiel des débris spatiaux sur les activités spatiales futures. En 1995, le Sous-Comité a adopté un plan de travail sur plusieurs années en vue d'examiner la question des techniques de mesure de débris, l'établissement de modèles mathématiques et la caractérisation de l'environnement des débris ainsi que les mesures pour limiter le risque causé par ces objets. Le plan de travail pluriannuel a été réalisé en collaboration avec le Comité de coordination interinstitutions sur les débris spatiaux et l'Académie internationale d'astronautique de 1996 à 1998, et le Sous-Comité a finalisé son rapport technique sur les débris spatiaux en février 1999. 73. Les objets spatiaux, notamment les débris spatiaux, contribuent de manière croissante à la pollution lumineuse de l'espace, ce qui gêne les observations astronomiques à partir de la Terre. Le passage d'un objet spatial artificiel dans le champ de vision d'un télescope astronomique peut nuire aussi bien aux études photographiques qu'aux études photométriques. Le phénomène n'est pas nouveau, mais avec le lancement de systèmes de multisatellites qui peuvent émettre de fréquents éclairs intenses de courte durée, la pollution lumineuse s'accroît. Il y a en outre eu des projets de lancement de grands réflecteurs solaires pour l'éclairage et la transmission d'énergie, et même des projets visant à utiliser des objets spatiaux de grande dimension, réfléchissant une importante quantité de lumière, à des fins de réclame ou de célébration. L'Union astronomique internationale et le Comité de la recherche spatiale (COSPAR) sont violemment opposés à de tels projets qui, en faisant appel à des objets spatiaux à des fins de réclame ou de célébration, modifieraient l'environnement de l'espace extra-atmosphérique et gêneraient les observations astronomiques. Il faut s'efforcer de préserver ou de restaurer les conditions de l'observation astronomique de façon qu'elles soient aussi près de la nature que possible, par tous les moyens utilisables. 74. Le lancement de réflecteurs pour illuminer certaines parties de la surface de la Terre pourrait provoquer une diminution de la diversité biologique. Des recherches devraient donc être entreprises au préalable. 75. Au XXIe siècle, la planète Terre pourrait être exposée au risque éventuel de modifications rapides de Penvironne-34 A/CONF.184/6 ment, notamment le réchauffement du climat, l'élévation du niveau des mers, la déforestation, la désertification et la dégradation des sols, l'appauvrissement de la couche d'ozone, les pluies acides et la réduction de la diversité biologique. Ces modifications risquent d'avoir de lourdes conséquences pour tous les pays, mettant gravement en danger l'existence, la reproduction et le développement des êtres humains ainsi que leur prospérité sur Terre; pourtant, de nombreuses questions scientifiques importantes restent sans réponse. ii) Enjeux et objectifs 76. Les observations nécessaires pour mieux comprendre le système terrestre et adopter les mesures correctrices qui en découleront sont variées et font appel à différentes techniques de mesure, et aux systèmes de traitement des données correspondants. Les satellites permettent d'avoir une vision synoptique de vastes étendues, nécessaire pour situer les mesures locales dans le contexte mondial à l'échelle duquel de nombreux phénomènes environnementaux et climatiques doivent être observés. 77. Pour mieux comprendre l'influence des rayonnements électromagnétiques émis par le Soleil sur l'environnement terrestre, i l faudra se donner les objectifs suivants : a) observer de façon continue et surveiller dans le long terme les rayonnements spectrosolaires et améliorer l'observation et la compréhension de la variabilité de l'activité solaire; b) modéliser la dynamique solaire et ses variations; et c) évaluer les conséquences des variations de l'activité solaire sur le climat terrestre et quantifier, grâce aux observations et aux modélisations, le rôle du Soleil dans le changement climatique tant à court terme (saisonnier ou sur plusieurs années) qu'à long terme (de 10 à 30 ans). Pour mieux comprendre les effets des flux de particules chargées du Soleil sur l'environnement terrestre, il faudra se donner les objectifs suivants : a) étudier les plasmas solaires ainsi que les flux électriques et les plasmas magnétiques qui y sont associés; b) améliorer l'observation et la compréhension des processus physiques qui régissent la thermosphère, la magnétosphère, l'ionosphère et la haute atmosphère de la Terre; c) acquérir une compréhension détaillée, fondée par la théorie, des processus physiques qui lient la Terre au Soleil et améliorer la prévision dans le domaine de la météorologie spatiale; enfin d) caractériser la dynamique, les propriétés et la structure des vents solaires dans leur interaction avec le milieu interstellaire environnant pour former l'héliosphère. 78. Les organisations du monde entier sont encouragées : a) à poursuivre l'examen de la possibilité pratique, technique et économique d'exploiter l'énergie solaire spatiale dans les prochaines; b) à stimuler la coopération internationale et l'échange de données relatifs à l'énergie solaire spatiale; c) à tenir dûment compte des questions concernant l'énergie solaire spatiale, par exemple dans leur rapport avec la santé, l'environnement, la gestion du spectre électromagnétique, l'attribution des orbites et d'autres sujets27. 79. Pour mieux comprendre le changement climatique mondial, il faudra se donner les objectifs suivants : a) caractériser et étudier la variabilité et les tendances à long terme du climat par des observations systématiques à l'échelle mondiale de l'atmosphère, des océans, de la surface de la Terre/biosphère et de la cryosphère et des forces externes qui agissent sur le système climatique; b) comprendre la nature des principaux éléments qui provoquent des modifications du système climatique et déterminer les causes des variations climatiques observées et les processus de rétroaction par lesquels le système climatique réagit; enfin c) évaluer les aspects prévisibles de la variabilité et des changements climatiques à long terme, notamment leurs effets à l'échelon régional, en conjuguant l'observation et la modélisation à l'échelle mondiale. 80. Pour mieux comprendre l'altération de la couche d'ozone et ses effets sur l'environnement et la santé humaine, il faudra se donner les objectifs suivants : a) déterminer la distribution, à l'échelle planétaire, de l'ozone, des éléments traces chimiquement actifs-et les paramètres météorologiques connexes; b) comprendre les processus responsables de la transformation chimique des éléments traces ainsi que le rôle des aérosols dans la modification de la chimie atmosphérique; enfin c) modéliser au plan quantitatif la présence des éléments traces dans le système troposphère-stratosphère, en conjuguant l'observation et la modélisation à l'échelle mondiale. 81. Pour mieux comprendre les effets anthropiques sur renvironnement et la santé humaine, il faudra se donner les objectifs suivants : a) surveiller les polluants atmosphériques/troposphériques, les aérosols et autres éléments chirni-. ques; b) observer et surveiller les polluants charriés par les cours d'eau et déversés dans les lacs et les zones côtières; c) comprendre l'action des effets collatéraux de la technologie sur l'environnement et la modéliser; enfin d) observer et surveiller les effets des phénomènes naturels sur l'environnement mondial. iii) Programmes d'action spécifique 82. Plusieurs activités internationales telles que DIVERSITAS, le programme international pour l'étude de la géosphère et de la biosphère et le programme mondial de recherche sur le climat utilisent des données satellite pour 35 A/CONF.184/6 évaluer et surveiller la situation sur Terre. Il existe également divers programmes internationaux de coordination des systèmes d'observation de la planète, à savoir le Système mondial d'observation du climat, le Système mondial d'observation des océans et le Système mondial d'observation de Penvironnement terrestre. Le Comité des satellites d'observation de la Terre, qui se compose de 20 agences spatiales nationales et organisations spatiales internationales, a engagé des discussions avec les trois systèmes mondiaux et les organisations qui les parrainent, notamment le Groupe international des organismes de financement de la recherche sur le changement mondial, en vue de créer un partenariat pour la détection et la mise en oeuvre d'une stratégie générale d'observation et de surveillance de la Terre, qui permette aux organisations, qui recueillent des données d'élargir leur contribution, d'apporter une aide aux groupes d'utilisateurs et aux décideurs, en particulier dans les pays en développement, et de contribuer à l'amélioration des connaissances scientifiques aux niveaux national, régional et international. 83. La réalisation de ces activités devrait tenir compte des recommandations suivantes formulées pendant UNISPACE I I I : a) Il faudrait établir et mettre à disposition des bases de données homogènes, étalonnées et validées des paramètres de surface (à la fois pour ta terre ferme et pour les océans) des 20 dernières années, afin d'avoir une perspective historique documentée de l'évolution de la Terre; b) 11 faudrait utiliser les bases de données susmentionnées pour améliorer les modèles du changement mondial; c) Il faudrait assurer l'acquisition continue par télédétection de données de qualité de surface; d) Il faudrait tenir compte des besoins des utilisateurs, y compris des pays en développement28. 84. Il a été recommandé : a) Que l'Organisation des Nations Unies poursuive ses travaux sur les débris spatiaux; b) Que des mesures de limitation de la quantité de débris spatiaux soient appliquées uniformément et de façon systématique par l'ensemble de la communauté spatiale internationale; c) Que les études se poursuivent pour réduire la quantité de débris orbitaux29. 85. Les États membres devraient continuer de collaborer, aux niveaux national et régional, ainsi qu'avec les entreprises du secteur et par l'intermédiaire de l'Union internationale des télécommunications, en vue de mettre en place une réglementation adéquate pour préserver des bandes de fréquences à l'usage de la radioastronomie et de la télédétection spatiale, tout comme de trouver et d'appliquer sans tarder des solutions réalisables sur le plan technique destinées à réduire les émissions radioélectriques et autres effets indésirables dus aux satellites de télécommunications30. 86. Les États membres devraient coopérer à la recherche de nouveaux mécanismes qui protégeraient des régions déterminées de la Terre et de l'espace des émissions radioélectriques (zones de silence radioélectrique), et à mettre au point des techniques novatrices qui permettront à la recherche scientifique et aux autres activités spatiales de se partager le spectre radioélectrique et de coexister dans l'espace dans des conditions optimales30. b) Environnement, ressources naturelles et télédétection i) Situation actuelle dam le domaine de l'environnement, des ressources naturelles et des applications de la télédétection 87. En modifiant les paysages, en provoquant des changements dans la composition de l'atmosphère planétaire et en exerçant des pressions sur la biosphère, l'homme a modifié l'état de la Terre. Bien que des efforts considérables soient désormais déployés pour remédier à cette situation, de nombreux signes donnent à penser que l'intervention humaine accélère et fausse les changements naturels. En cherchant à vivre mieux, l'humanité est devenue une force de changement qui agit sur la planète en usant de la nature, qu'elle remodèle et modifie de façon involontaire et souvent imprévisible. 88. Pour prendre des décisions avisées en matière de développement, i l faut disposer d'informations exactes et complètes, notamment sur l'utilisation des terres et l'occupation des sols, les ressources en eau, les ressources agricoles, etc. Ces informations permettent de déterminer les utilisations possibles de ces ressources, les liens qui les associent et les conséquences qu'auraient différents types et niveaux d'exploitation. Le choix entre culture et élevage, les méthodes d'irrigation et le potentiel de ruissellement sont des paramètres courants qu'il convient d'évaluer pour un ensemble donné de sites caractérisés par un climat, des sols et des écosystèmes spécifiques permettant d'envisager différents types d'utilisation des terres. 89. Les applications des données satellitaires sont aujourd'hui nombreuses, et sont présentes aussi bien dans les activités de recherche que dans les activités opérationnelles et commerciales. Ces activités s'exercent aussi bien à l'échelle mondiale qu'aux niveaux régional, national et local dans un grand nombre de domaines. Certaines de ces appli-36 A/CONF.184/6 cations ont trait aux phénomènes météorologiques, aux catastrophes ou à la gestion des ressources terrestres. L'intérêt de la télédétection dans ces domaines est exposé ci-après. Lorsqu'elle respecte les dispositions des Principes sur la télédétection31, l'exploitation commerciale de la télédétection par satellite se fait de la même manière que pour les télécommunications par satellite. Elle permet d'offrir aux utilisateurs des services mieux adaptés et diversifiés, tout en réduisant les coûts des systèmes et des services, ce dont on ne peut que se féliciter. a. Applications dans le domaine des prévisions météorologiques et climatiques 90. Le temps et le climat qu'il fait en un endroit donné sont le résultat d'interactions complexes entre des phénomènes locaux, régionaux et mondiaux de circulation et de dynamique atmosphériques qui eux-mêmes subissent les effets de l'interaction de l'atmosphère avec les océans, la surface terrestre, la végétation et la cryosphère. 91. De nombreux phénomènes météorologiques et climatiques ayant des conséquences directes sur l'économie et le bien-être de la société, les prévisions dans ce domaine revêtent depuis des siècles une importance capitale pour l'homme. Aujourd'hui, les prévisions météorologiques sont faites à partir de modélisations à l'échelle mondiale qui servent de base à d'autres modélisations, à plus haute résolution, d'échelle régionale en vue d'obtenir des prévisions météorologiques plus spécifiques et mieux localisées concernant notamment la température, le vent et les précipitations. 92. On s'attache, en particulier, à se donner les moyens de réaliser des prévisions saisonnières, voire d'une année à l'autre, compte tenu des délais qu'implique toute action de gestion des ressources naturelles et industrielles, telles que ressources agricoles, ressources en eau, production et distribution d'énergie. L'exactitude des prévisions météorologiques est particulièrement importante pour prévenir ou atténuer les effets des catastrophes naturelles. Les modèles utilisés pour la prévision doivent être réactualisés quotidiennement par l'intégration des données d'observation recueillies dans le monde entier. 93. Prévoir la circulation des eaux océaniques profondes comme l'on prévoit la circulation atmosphérique est un objectif réaliste à l'échelle de la décennie. I l importe d'y parvenir pour optimiser la façon dont l'homme exploite l'océan (navigation et gestion des pêcheries en particulier), vu le rôle déterminant que joue celui-ci dans l'évolution des conditions météorologiques et du climat. Un système d'obs e r vation des océans est donc nécessaire, et l'observation depuis l'espace en sera l'un des principaux éléments. 94. Des observations, au sol ou depuis l'espace, sont enregistrées dans le monde entier toutes les trois heures environ dans le cadre des observations de la Veille météorologique mondiale de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), et leurs résultats sont transmis à des centres de traitement qui établissent des prévisions météorologiques pour des périodes allant de 24 heures à une semaine environ. Des prévisions à plus long terme sont également possibles. Le Groupe dé coordination des satellites météorologiques (CGMS) coordonne la coopération entre opérateurs de satellites météorologiques, tant géostationnaires qu'en orbite terrestre basse. Pour étudier des phénomènes dont la périodicité va de la saison à plusieurs années, comme El Niûo, i l faut établir des modèles du couple atmosphère-océan. Ces derniers exigent un volume considérable d'observations du système terrestre pour pouvoir être initialisés, puis pour intégrer des séries chronologiques suffisamment longues. 95. La variabilité interannuelle du couplage océan-atmosphère illustrée par le phénomène Le Nifto (oscillation australe) et la phase froide correspondante, La Nina, aujourd'hui bien connus, a des incidences au niveau planétaire. On sait désormais que l'activité humaine est un facteur potentiel de changement du système à l'échelle mondiale, dans la mesure où elle modifie la composition chimique de l'atmosphère et des océans ainsi que le caractère des terres émergées et de la couverture végétale. L'impact régional potentiel de ces changements sur les zones côtières, les ressources en eau douce, les systèmes de production alimentaire et les écosystèmes naturels revêt un intérêt particulier. 96. Au cours des quelque 10 dernières années, des progrès importants ont été faits dans la technologie d'observation de la Terre et la construction de modèles informatiques complexes du système terrestre. On fait couramment aujourd'hui des prévisions d'anomalies météorologiques détaillées ainsi que de la variabilité climatique interannuelle et du changement climatique mondial. Pour améliorer la précision de ces prévisions, il faut des observations plus complètes à l'échelle mondiale de variables clefs, de meilleures procédures d'étalonnage et, ce qui est important, la maintenance ininterrompue des systèmes d'observation sur de longues périodes. À ce propos, des efforts particuliers sont nécessaires pour assurer la continuité des systèmes de surveillance et l'incorporation des résultats confirmés de recherches ou de la technologie d'observation expérimentale dans des plates-formes opérationnelles stables. 97. Les missions des futurs satellites produiront des observations meilleures et mieux étalonnées des paramètres dont i l est question plus haut, et d'autres encore. On peut 37 A/CONF.184/6 citer, comme exemples de missions, INSAT-2E (Inde), ADEOS-ÏÏ (Japon), Resurs F-l et Nika-Kubany (Fédération de Russie), EOS-AM/EOS-PM et CHEM (États-Unis d'Amérique), NPOESS/EPS (États-Unis d'Amérique/Europe), SeaWifS (États-Unis d'Amérique), ENVISAT (Agence spatiale européenne (ESA)) et Cosmo Skymed (Italie). Les instruments embarqués recueilleront aussi des données sur la concentration et la distribution des gaz à effet de serre, des aérosols et de l'ozone, ainsi que sur la chimie de l'atmosphère et sur les rayonnements solaires, données indispensables à la modélisation du changement climatique. Les instruments interétalonnés32 recueilleront aussi des données sur la concentration et la distribution des gaz à effet de serre, des aérosols et de l'ozone, ainsi que sur la chimie de l'atmosphère et sur les rayonnements solaires, données indispensables à la modélisation du changement climatique. 98. Les missions actuelles consistent à recueillir, à partir de plates-formes géostationnaires ou en orbite polaire, des observations déterminantes de la structure et de la dynamique atmosphériques, de la température superficielle de la mer, des paramètres de surface, des précipitations, des caractéristiques de la surface terrestre, y compris la biodiversité, et de la présence de certains éléments chimiques dans l'atmosphère. On peut citer au nombre de ces systèmes les satellites GMS, GOES, GOMS, INSAT et Meteosat, ainsi que les satellites météorologiques METEOR et NOAAAVHRR, les satellites d'observation de la Terre, Fengyun (Chine), 1RS (Inde), Landsat (États-Unis d'Amérique), SPOT (France), Resurs-01 (Fédération de Russie), Sich (Ukraine), Okean (Fédération de Russie/Ukraine) et le programme international Priroda ainsi que la mission TOPEX/Poseidon (France/États-Unis d'Amérique) sur la circulation océanique et la Mission d'étude des précipitations tropicales (TRMM) (Japon/États-Unis d'Amérique). Les satellites ERS-1 et -2 de l'ESA, SIR-C/X-SAR (Allemagne/Italie/États-Unis d'Amérique), JERS-1 (Japon) et Radarsat-1 (Canada) sont capables, au travers de la couche nuageuse comme de nuit, de fournir les données nécessaires à la cartographie terrestre ainsi que des informations à jour sur les caractéristiques géologiques eu topographiques, la structure atmosphérique, les glaces flottantes, la déforestation, la bathymétrie, les zones côtières, les phénomènes océanographiques et les cultures. Les satellites radar sont particulièrement efficaces pour l'étude, à l'échelle planétaire et avec une haute résolution spatiale et temporelle, des champs de vent et de vagues sur les océans, ainsi que de la dynamique de l'océan mondial et des instabilités climatiques. Les missions météorologiques opérationnelles relèvent du sous-système spatial de la Veille météorologique mondiale. 99. Au cours de la première décennie du prochain millénaire, il devrait être lancé bien plus de 30 nouveaux satellites d'observation de la Terre, qui constitueront des moyens sans précédent de surveiller, à l'échelle mondiale, presque tous les aspects du système climatique terrestre. Afin de tirer profit de ces observations, il faut que progressent parallèlement l'assimilation des données, l'analyse des données et la modélisation. Il faut en particulier améliorer les données de haute résolution dans les projets d'applications régionales et locales. Plusieurs problèmes scientifiques restent à résoudre concernant l'observation et la paramétrisation des processus dans des modèles informatisés théoriques et mathématiques du système terrestre et des sous-systèmes interactifs qui le composent. La quantification et la représentation dans les modèles des cycles hydrologiques et biogéochimiques revêtent une importance particulière. La modélisation des processus biogéochimiques qui englobent le recyclage des éléments nutritifs et du carbone par et à travers les écosystèmes terrestres et marins, est moins avancée que celle de l'atmosphère physique et des océans. 100. Pour ce qui est de l'étude de la Terre et de l'environnement depuis l'espace, des projets relatifs aux applications des satellites sont actuellement menés en Amérique latine et aux Caraïbes, sur des bases interinstitutionnelles et multilatérales entre autres; ils concernent notamment : a) la surveillance des conditions agroclimatiques et hydrologiques à des fins agricoles en Amérique du Sud; b) la mise au point d'une méthode unifiée de surveillance de la désertification par les pays de la région en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE); c) la conduite des recherches sur l'utilisation des terres et l'occupation des sols dans les pays d'Amérique centrale, avec le concours de la NASA; d) l'étude de la biologie océanique, entre des pays d'Amérique latine et la NASA; e) la surveillance de la dynamique des glaciers et des montagnes enneigées dans la zone tropicale andine, en collaboration avec des organismes des Nations Unies et l'ESA, ainsi que l'étude de la dynamique du pôle dans l'hémisphère Sud; f) la surveillance de la couche d'ozone, dans le cadre d'une collaboration entre des pays de la région, la NASA et le Centre de recherches pour le développement international (Canada); g) un projet mondial de cartographie forestière réalisé par l'Agence nationale japonaise pour le développement spatial (NASDA), la NASA et la Communauté européenne, avec l'appui de l'Institut national de recherches spatiales du Brésil (INPE); et h) la fourniture au niveau sous-régional de services de télédétection par la station de Cotopaxi (Equateur) et le Centre d'étude intégrée des ressources naturelles (CLIRSEN) à l'intention de 25 pays d'Amérique latine et des Caraïbes qui se trouvent dans l'empreinte de 2 500 km de diamètre de la station. 38 A/CONF.184/6 b. Applications dans le domaine de la gestion des catastrophes 101. Chaque année, des centaines de catastrophes naturelles frappent les populations de nombreux pays sur tous les continents. Pour la seule année 1996, 180 catastrophes naturelles ont été signalées, dont 50 ont été des catastrophes majeures qui ont donné lieu à une aide internationale. Ces 10 dernières années, 64 catastrophes de très grande ampleur et aux conséquences extrêmement graves se sont produites; 11 s'agit notamment des inondations en Chine en 1991,1996 et 1998, du cyclone Andrew et des ouragans Luis, Marilyn et Mitch, du phénomène El Nino de 1998 ainsi que des inondations survenues dans la zone méditerranéenne de l'Europe en 1997, entre autres. Les pertes économiques sont estimées à environ 400 milliards de dollars pour ces 10 années. 102. Grâce à la mise en oeuvre par les pouvoirs publics de mesures efficaces rendues possibles en partie par les progrès de la science et de la technique, le nombre des victimes a diminué sur l'ensemble de la planète. L'application technologique la plus remarquable est peut-être l'alerte rapide que les satellites météorologiques permettent de lancer en cas de typhons ou d'ouragans, notamment par le biais du Programme de FOMM de surveillance des cyclones tropicaux. 103. Si les pays développés sont ceux qui subissent le plus de pertes économiques dans l'absolu, les pays en développement sont beaucoup plus gravement touchés en valeur relative. On estime que les catastrophes naturelles y sont à l'origine de pertes qui, ramenées au produit national brut (PNB), sont 20 fois supérieures à celles que subissent les pays développés. I l est plus rationnel, d'un point de vue économique, et en particulier dans les pays en développement, de favoriser l'utilisation des techniques spatiales pour engager l'action préventive en vue d'atténuer les effets des catastrophes plutôt que de déployer des secours d'urgence a posteriori. Pour qu'une telle démarche puisse être adoptée, il faut que l'autoprotection entre dans les moeurs. 104. La gestion des catastrophes suppose d'agir sur les fronts suivants : a) atténuation des effets, ce qui nécessite l'établissement de cartes des zones à risque, l'évaluation des risques et la mise en forme des informations en vue d'élaborer des prescriptions en matière d'occupation des sols; b) préparation aux catastrophes, par la prévision et l'alerte rapide; c) secours, c'est-à-dire activités visant à atténuer les effets de la catastrophe après qu'elle est survenue -notamment d'évaluer les dégâts et d'apporter sur place soins de santé, vivres et autres; enfin d) relèvement, en engageant, dès la phase des secours, des mesures à long terme. 105. Les techniques spatiales peuvent jouer un rôle important pour l'alerte rapide et la gestion des effets des catastrophes. Or, un service de soutien opérationnel pour la gestion des catastrophes exploitant les capacités des services spatiaux doit s'appuyer sur les communications par satellite, sur l'imagerie de télédétection (ou les autres services ou produits issus de l'activité spatiale), et sur d'autres informations recueillies au sol. I l est donc nécessaire d'établir une coordination satisfaisante, grâce aux télécommunications, entre, d'une part, les organisations techniques et de recherche qui évaluent les risques et, d'autre part, les organisations chargées d'intervenir en cas d'urgence. 106. Comme il arrive souvent que les catastrophes naturelles détruisent ou perturbent gravement les réseaux terrestres de télécommunications, les satellites de télédétection et de télécommunications jouent désormais un rôle décisif dans l'appui ou l'organisation même des interventions en cas de catastrophe, notamment pour la collecte et la diffusion d'informations en cas d'urgence, et comme solution de rechange pour l'acheminement des communications et la poursuite des activités publiques et économiques. 107. Les données recueillies par les satellites météorologiques et les satellites d'observation de la Terre apportent des éléments essentiels pour la cartographie des zones à risque, l'évaluation des risques, l'alerte rapide, les secours en cas de catastrophe et la reconstruction. Ces données sont particulièrement utiles en combinaison avec les données recueillies au sol et intégrées dans les systèmes d'information géographiques (SIG) afin d'être analysées et exploitées pour la modélisation de scénarios complexes. Les images de télédétection en infrarouge thermique recueillies par les satellites météorologiques peuvent contribuer à l'étude des mécanismes sismiques et se révéler ainsi utiles pour la prévision des séismes. 108. De nombreuses techniques faisant appel à des données d'observation de la Terre sont utilisées avec profit dans la gestion des catastrophes naturelles, mais il faut davantage s'employer à faire de la prévision des catastrophes une réalité et à planifier les interventions. Par ailleurs, une coopération internationale intensive est nécessaire si l'on veut que les données de télédétection et d'autres informations soient mises à profit pour déterrniner des indicateurs relatifs aux zones sujettes à des catastrophes naturelles et élaborer des stratégies et scénarios d'atténuation des effets de ces catastrophes. Il faut de plus intensifier la recherche afin d'intégrer les nouvelles sources de données et les exploiter efficacement. 109. Les systèmes de navigation et de localisation par satellite sont eux aussi un outil prometteur pour la prévision des catastrophes, l'alerte et les activités de secours. Par une 39 A/CONF.184/6 multiplicité d'observations faisant appel à des capteurs au soL il est possible de déterminer à quelques milhmètres près des mouvements relatifs de certaines zones du globe. Il serait possible, sur cette base, d'évaluer et de cartographier les risques sismiques et de prévoir les éruptions volcaniques et les glissements de terrain. L'utilisation d'images optiques ou radar aux fins d'une visualisation stéréoscopique présente elle aussi un intérêt. 110. Le naufrage d'un navire, la chute d'un avion ou simplement une personne égarée dans la nature sont autant de cas de détresse, dans lesquels une assistance immédiate peut déterminer la vie ou la mort. Le Système international de recherche et de sauvetage par satellite (COSPASSARSAT) s'appuie sur un ensemble de récepteurs embarqués à bord de sateUites météorologiques qui relaient en direction d'un réseau de stations au sol les signaux de détresse provenant de balises émettrices. L'analyse de ces signaux permet de situer la position géographique de l'émetteur. Depuis 1982, le système COSPAS-SARSAT a sauvé la vie à plus de 10 000 personnes dans le monde. Le Canada, les États-Unis d'Amérique, l'Inde, la Fédération de Russie et la France assurent la composante spatiale du système, qui est appuyé au sol par de nombreux pays. 111. Consciente de la nécessité d'agir à l'écheUe mondiale pour réduire les effets des catastrophes natureUes, la communauté internationale a proclamé la décennie commençant le 1* janvier 1990 Décennie internationale de la prévention des catastrophes natureUes33. Par la suite, l'Assemblée générale a adopté chaque année des résolutions sur la question des catastrophes, en particulier les résolutions 52/200 du 18 décembre 1997 et 53/185 du 15 décembre 1998, qui visaient à atténuer les effets des catastrophes natureUes comme ceUes provoquées par Le Niûo. Parmi d'autres catastrophes naturelles visées par la Décennie, les infestations acridiennes, en particulier en Afrique, ont de graves conséquences pour les pays sujets à des catastrophes et devraient être maîtrisées grâce à une meiUeure utilisation des techniques spatiales dans le cadre d'une coopération internationale. On constate, à l'approche de la fin de la Décennie, qu'une synergie considérable s'est établie entre responsables de la gestion des catastrophes du monde entier. Le Bureau des affaires spatiales, en coopération avec l'ESA et le secrétariat de la Décennie internationale, a organisé des ateliers régionaux (en Chine en 1991, au Zimbabwe en 1995 et au ChUi en 1996) visant à sensibUiser davantage les décideurs et les responsables des organes de défense et de protection civiles à l'intérêt que présentent les techniques spatiales pour la gestion des catastrophes. Les ateliers régionaux et la Conférence internationale sur les systèmes d'alerte rapide pour la prévention des catastrophes natureUes, qui s'est tenue à Potsdam (Allemagne) en 1998, ont fait des recommandations concernant la nécessité d'utiliser les technologies spatiales dans la planification de la gestion des catastrophes et les activités opérationneUes. Afin de réaliser les objectifs de la Décennie, le projet Satellite avancé d'observation du sol (ALOS) du Japon a été approuvé par le Sous-Comité du Comité scientifique et technique de la Décennie en tant que projet international et régional de la Décennie pour contribuer au renforcement des moyens d'évaluation des risques grâce à l'établissement de cartes des risques naturels en Asie de l'Est. I l sera lancé d'ici à 2002. c. Applications dans le domaine de la gestion des ressources 112. La télédétection par satellite présente plusieurs avantages par rapport aux autres moyens de collecte de données tels que les levés aériens ou au sol. Ces avantages tiennent au moindre coût de l'acquisition des données, à la vitesse et à la facilité relative avec lesqueUes l'imagerie satellitaire est disponible, et à la fréquence élevée de couverture, à quoi s'ajoute l'apparition, récemment, de sateUites de télédétection à haute résolution. La télédétection, qui contribue de façon marquante à répondre aux besoins en information, a un rôle complémentaire par rapport aux autres modes d'acquisition de données spatiales. 113. Les données archivées de télédétection représentent une source précieuse d'informations cohérentes qui permettent de procéder à des études rétrospectives (séries chronologiques), par exemple pour déterminer l'origine d'une poUution marine ou la vitesse de raréfaction d'une ressource. Les archives satellitaires peuvent maintenant être facUement consultées à distance grâce à l'expansion des systèmes d'information et du réseau Internet. 114. Les SIG ne servent pas seulement de bases de données permettant le stockage et la recherche d'informations satellitaires; ce sont aussi des outils de gestion interactifs permettant d'étudier plusieurs options d'affectation des ressources. Les caractéristiques numériques des images et la couverture synoptique des sateUites de télédétection facilitent le traitement des images et leur présentation en produits répondant à des besoins très divers. Cette particularité permet d'élaborer à partir d'une même série d'images différents produits à valeur ajoutée prêts à être intégrés à des SIG et répondant aux besoins spécifiques de catégories d'usagers diverses, et de réaUser ainsi des économies d'écheUe. 115. La cartographie est indispensable pour un grand nombre d'activités de planification et de développement. Or, dans les régions en développement et même dans certains 40 A/CONF.184/6 pays développés, elle est rare ou désuète du fait, en partie, de son coût suivant les procédés classiques. L'accès à l'imagerie satellitaire modifie entièrement la démarche suivie pour établir les cartes et pour les utiliser. Ce sont les images elles-mêmes qui servent de cartes, après avoir été orthorectifiées et annotées. Ces cartes ont alors un contenu informatif plus actuel et sont plus faciles à consulter pour des utilisateurs finals très divers. 116. L'angle de vision très large offert par les images satellitaires permet aux géologues de cartographier des phénomènes géologiques régionaux subtils (failles, accidents tectoniques divers et contacts géomorphologiques ou hthologiques) qui ne sauraient être observés aisément au sol. La représentation cartographique de ces phénomènes facilite la prospection des ressources minérales et des nappes phréatiques, indispensables au développement. 117. En agriculture, la télédétection complète les informations obtenues par des moyens classiques pour établir des statistiques agricoles et déterminer les zones cultivables. On utilise, pour observer les cultures, aussi bien l'image optique à résolution spatiale plus ou moins fine que l'imagerie radar. Cette dernière est particulièrement intéressante pour les zones où, comme les régions tropicales humides ou le nord de l'Europe, la surface terrestre est fréquemment dissimulée par la couverture nuageuse. 118. La surveillance des cultures par images à haute résolution permet de repérer les zones qui manquent d'eau ou d'engrais ou qui sont contaminées par des maladies bien avant que la végétation elle-même ne donne de signes visibles de cet état de choses. Elle permet alors de répartir l'eau de façon optimale et ainsi de l'économiser, tout en améliorant les rendements. Elle permet en outre d'éviter d'utiliser trop d'engrais, ce qui peut avoir des effets nocifs sur l'environnement. 119. Les images satellitaires diachroniques de cultures sont utilisées en conjonction avec des éléments tels que les données météorologiques et la nature des sols pour élaborer des prévisions de récolte plusieurs semaines à l'avance. Cette application présente un intérêt particulièrement évident pour les pays en développement. De telles prévisions permettent en effet de prendre en temps voulu les dispositions relatives au stockage, à l'importation, à l'exportation et à la distribution locale des produits agricoles. De même, prévoir qu'une récolte sera mauvaise (en raison d'une sécheresse, par exemple), permet de prendre à temps des mesures correctives. Ces moyens sont à la base de programmes, tel le système d'alerte rapide de l'Organisation des Nations Unies pour Falimentation et l'agriculture (FAO) qui permet d'anticiper les crises alimentaires et bénéficie à un certain nombre de pays d'Afrique. j 120. On peut prévoir une sécheresse au cours de l'année en comparant les indices de végétation obtenus par satellite à ceux d'une année normale. Dans certains pays en développement, le système d'alerte rapide a déjà permis aux autorités d'atténuer les effets de la sécheresse en organisant une redistribution des denrées alimentaires pour la population et de fourrage pour le bétail. Le système d'alerte rapide ARTEMIS (observation en temps réel de l'environnement par satellite imageur) mis en place pour l'Afrique par la FAO ainsi que le mesures prises par l'INPE au Brésil pour l'étude climatique de certaines régions du pays reposent sur ces moyens. 121. Les applications spatiales offrent d'importantes perspectives dans d'autres domaines liés à l'agriculture et à renvironnement. Les techniques de télédétection sont très utiles pour détecter immédiatement les feux de forêt, quantifier les zones brûlées et surveiller la régénération des boisements. Ces techniques sont également précieuses pour repérer la déforestation et en mesurer la vitesse, en particulier dans les régions forestières étendues. De même, les techniques de télédétection sont très utiles pour déterminer les processus de désertification et les pertes de superficies agricoles qui en résultent, qui ont tous deux un impact sur la diversité biologique. 122. La gestion des zones côtières fait appel aux informations transmises par les satellites concernant des facteurs tels que la qualité de l'eau, les sédiments en suspension et la température de surface des eaux, qui permettent d'observer le déversement des cours d'eau dans la mer et divers paramètres océanographiques. Dans ce domaine, les données satellitaires ont des applications aussi diverses que la localisation précise des zones de pêche potentielles (à partir de la température de surface des eaux), l'observation de la dynamique côtière, la prévision de l'état de la mer pour la navigation, la topographie des fonds marins pour l'exploitation off-shore et l'alerte à la pollution par hydrocarbures. Les satellites radar permettent aussi de mieux surveiller les glaces flottantes et les icebergs pour protéger les activités sous-marines ou guider la navigation dans les régions circumpolaires. 123. Dans les pays développés comme dans le monde en développement, de nombreux organismes reconnaissent l'apport précieux de la télédétection par satellite à la surveillance des zones marines ou côtières. L'IOMAC, organisme indien de coopération maritime, en est un excellent exemple. Par ses consultations techniques et ses projets basés sur les applications spatiales, cet organisme aide les États et institutions qui y coopèrent dans la région de l'océan Indien à formuler une politique appropriée de développement, à prendre certaines mesures de surveillance de l'environne-41 A/CONF.184/6 ment telles que le contrôle de la salubrité de certaines zones de l'océan Indien ou de ses côtes, ou encore à planifier l'aménagement durable des ressources marines. Il s'emploie enfin à faire réaliser aux pays de la région un programme d'analyse de données chronologiques pour constituer une synthèse d'informations spatiales, qui sera régulièrement mise à jour et diffusée. 124. L'accroissement, à l'échelle mondiale, de la demande en eau potable du fait de la croissance démographique rend encore plus nécessaire d'évaluer et de bien gérer les ressources en eau. Les satellites de télédétection fournissent des données sur plusieurs variables hydrologiques déterminantes (précipitations, humidité des sols, évaporation et chutes de neige, par exemple) à une échelle permettant les évaluations. L'évaluation des ressources en eau grâce aux satellites est particulièrement importante pour les régions où i l n'existe pas de véritables réseaux de surveillance hydroclimatologique. 125. De nombreux éléments du cycle hydrologique -réseaux naturels de drainage et de cheminement de l'eau, quantité et qualité des écoulements, failles, accidents divers et artefacts -peuvent être cartographiés ou quantifiés à l'aide d'images satellitaires bien mieux et plus rapidement que par des moyens terrestres. Les données de télédétection permettent de mesurer les hauteurs de neige et leur équivalent en eau et d'estimer les pluies. L'imagerie radar et optique permet de cartographier directement l'ampleur des crues et indirectement d'estimer le volume du ruissellement par bassin versant. D'autres paramètres hydrologiques importants (humidité du sol, évapotranspiration, végétation, occupation des sols et couverture végétale) peuvent également être estimés ou cartographiés à l'aide des techniques de télédétection par satellite. d. Applications dans les domaines de la lutte contre les maladies et des services de santé 126. Les données obtenues par télédétection, combinées à d'autres, ont été utilisées avec succès pour guetter l'apparition de conditions environnementales propices à l'apparition et à la propagation des maladies transmises par certains vecteurs. La prochaine génération de satellites de recherche et d'observation de la Terre, associée aux études sur les relations empiriques entre l'incidence des maladies infectieuses et les changements dans le milieu, apportera une information de plus en plus précise pour donner l'alerte si un problème sanitaire devient imminent. Les systèmes d'alerte rapide sont indispensables pour que l'on puisse se préparer à atténuer les effets d'éventuelles offensives infectieuses. 127. Plusieurs États Membres, en coordination avec des organisations internationales telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Banque mondiale, mènent des activités visant à établir les relations entre certains paramètres environnementaux observables par satellite, tels que la présence d'eau, la température, le couvert végétal, la présence de vecteurs (moustiques, tiques et mouches) et de réservoirs de maladies (cervidés et rongeurs) et la distribution des établissements humains et les structures de migration et d'utilisation des terres. Sur la base de ces relations, il sera possible d'élaborer des modèles prédictifs pour l'action sanitaire contre certaines maladies. Des études en cours tendent à intégrer télédétection et surveillance sanitaire, en vue de mettre au point des systèmes d'alerte rapide aux maladies infectieuses telles que le paludisme, le choléra, l'hantavirus et la fièvre de la vallée du Rift. Dans le cadre d'un projet international de coopération associant une agence spatiale, des organisations internationales et des organisations non gouvernementales, des chercheurs du Brésil, du Cameroun, de la Chine, de l'Egypte, du Kenya, du Mali, du Mexique, du Pérou, de l'Ukraine et du Venezuela reçoivent une formation aux applications sanitaires des techniques spatiales. L'efficacité de la télédétection et des SIG est maximale lorsqu'on les utilise pour éradiquer les maladies endémiques par la détection des réservoirs de maladies et l'identification des vecteurs de maladies. Des programmes à l'échelle régionale devraient être mis en place pour empêcher la réapparition des maladies. 128. Les États devraient davantage faire prendre conscience des possibilités qu'offrent les techniques de télédétection et des mesures requises pour répondre à la nécessité d'enseigner cette discipline au niveau le plus élevé. Dans ce contexte, la participation d'un personnel quaufié, comme les statisticiens et les épidémiologistes, est un moyen nécessaire et efficace d'accélérer le processus de renforcement des capacités. 129. La télémédecine est de plus en plus utilisée dans les situations d'urgence ou de catastrophe entraînant des risques sanitaires. L'OMS fait appel aux systèmes mobiles de communication par satellite pour lutter contre les épidémies, essentiellement en Afrique, dans le cadre de son dispositif d'intervention rapide contre les maladies telle l'onchocercose, ou les maladies à propagation rapide telles que l'infection à virus Ëbola. Les communications vidéo à balayage lent transmises par liaison satellite à vitesse moyenne permettent aussi d'effectuer des consultations médicales à distance, comme cela a par exemple été le cas après le fort séisme qui a récemment ravagé l'Arménie. 42 A/CONF.184/6 ii) Enjeux et objectifs 130. Les informations permettant de prendre des décisions dans des domaines aussi déterminants que les ressources naturelles (agriculture, foresterie, ressources minérales, eau et pêche), Fenvkonnement, les ressources humaines (éducation et services de santé), la prévention ou l'intervention en cas de catastrophe naturelle sont celles dont beaucoup de pays en développement ont le plus besoin. Les succès des applications de télédétection dans ces domaines ont apporté, directement ou indirectement, un certain nombre de bienfaits aux populations. 131. L'aptitude à contrôler les changements qui interviennent dans la végétation et l'utilisation des terres dans les grandes régions productrices du monde revêt une grande importance et la télédétection représente peut-être la meilleure technique en la matière. En effet, de nouveaux systèmes de télédétection par satellite permettent d'améliorer la résolution spatiale, spectrale ou temporelle. À mesure que plus de satellites seront placés sur orbite, l'imagerie de tout emplacement géographique pourra être accessible à intervalles plus rapprochés. 132. L'un des problèmes que pose l'utilisation des données d'observation de la Terre tient à la grande diversité des satellites, qui fournissent des données sous des formats différents, les caractéristiques d'étalonnage étant non moins diverses, chaque satellite nécessitant en outre des améliorations techniques spécifiques pour la réception des données. Les droits d'accès à ces données et l'acquisition de matériel et de logiciels pour les traiter rendent nécessaires des engagements financiers effectifs. La coopération peut jouer un rôle déterminant dans la normalisation des matériels de réception et des logiciels de traitement des données. Elle s'impose aussi pour fédérer les multiples stations de réception au sol dans un cadre coopératif pour que tous les pays aient accès à l'ensemble des données, moyennant un investissement minimal. L'accès aux données est en effet lié à leur prix et à la politique de partage de l'information. 133. Un autre problème auquel sont confrontés les utilisateurs de données d'observation de la Terre, en particulier dans les pays en développement, tient à la quantité des données et à leur heu de stockage. L'abondance des données n'est pas nécessairement synonyme d'accessibilité à tout moment et en toutes circonstances, car il peut parfois être difficile de les retrouver et, même lorsqu'elles sont disponibles, leur intérêt dépend de l'interprétation et de l'analyse qu'on en fait. Or, comme i l y a pléthore, i l est souvent difficile, sans expérience, d'opérer un choix permettant de tirer le meilleur parti possible des moyens disponibles. À cela s'ajoutent les problèmes que posent le stockage et l'archivage des données, leur éHmination à terme, l'obsolescence du matériel et des logiciels, et les politiques de tarification de l'utilisation des données, qui dressent autant d'obstacles à leur utilisation plus généralisée. 134. Le coût des données de télédétection pose lui aussi un problème, en particulier dans certains pays en développement. Depuis quelques années, les produits issus de la télédétection spatiale deviennent de plus en plus des produits commerciaux et le secteur privé s'y intéresse tout particulièrement. L'aide publique est donc devenue moins indispensable. Le coût des données satellitaires se justifie si leur exploitation apporte, dans le cadre d'un projet, des avantages mesurables tels qu'un gain de temps, un abaissement des coûts ou bien des informations détaillées qui n'auraient pu être obtenues par d'autres moyens. Ce coût, s'il est à la baisse, est encore jugé trop élevé par certains pays en développement. I l y a donc encore à faire pour faciliter l'accès de ces pays aux données à un prix abordable. 135. Des satellites opérationnels fournissant des données peu coûteuses permettent de contrôler quotidiennement l'état des ressources en terres et en eau et le rendement des récoltes. La mise à disposition permanente de données gratuites ou peu coûteuses pour cartographier les ressources à l'échelle mondiale revêt une priorité urgente pour la surveillance de l'environnement. 136. L'utilisation finale par les décideurs et les responsables de programmes des informations dérivées de données satellitaires est, elle aussi, une question importante. Grâce aux satellites d'observation de la Terre, nous disposons de données fondamentales sur notre planète et les experts en télédétection évaluent l'état de l'environnement au niveau régional comme à l'échelle mondiale. Or, si ces données révèlent la gravité de problèmes écologiques imputables, par exemple, à une mauvaise gestion des ressources en terres et en eau, aux maladies infectieuses et à la pollution, cette connaissance doit se traduire par des mesures spécifiques pour résoudre des problèmes qui ne sont pas nouveaux. Les satellites d'observation permettent certes d'être alerté très rapidement de l'imminence d'une catastrophe naturelle, mais i l faut encore que les pouvoirs publics prennent des mesures concrètes pour la prévenir ou en atténuer les effets. 137. Étant donné que les catastrophes ne connaissent pas de frontières, il faudrait intensifier la coopération internationale entre exploitants, fournisseurs de données et utilisateurs des divers moyens spatiaux, l'objectif étant de mettre en place le meilleur service qui soit pour améliorer les efforts de sauvetage et l'évaluation des mesures de remise en état. Il est recommandé de centrer cette coopération entre autres sur une fourniture en temps opportun des données et des services provenant des moyens spatiaux. 43 A/CONF.184/6 138. La continuité de la collecte des données satellitaires est essentielle pour la crédibilité et la valeur des informations ainsi obtenues. Pour les questions d'environnement et de développement, les décideurs et les gestionnaires de programmes ont besoin de pouvoir faire fond, dans la pratique, sur ces informations. Si elles sont utilisées avec succès, en termes tant de qualité du produit final que de coûts, une étape décisive vers un recours systématique à ces données pour la planification et la gestion sera alors franchie. Il convient donc de poursuivre les efforts tendant à garantir un accès permanent aux différentes sources de données satellitaires et à en démontrer l'intérêt. 139. Il y a lieu également d'étudier comment coordonner plus étroitement les efforts déployés au niveau international pour procéder à des observations scientifiques de la Terre. Un certain nombre de programmes internationaux ont déjà été engagés en vue d'étudier divers aspects de l'environnement de notre planète. Pour tirer le meilleur parti possible des ressources consacrées à cette étude, i l serait sans doute opportun de recenser les besoins auxquels ces divers programmes d'observationn'ont pas encore permis de répondre, et d'y intégrer le cas échéant certaines activités supplémentaires. Dans tous les cas, il est indispensable de veiller à la compatibilité des données destinées à être échangées. 140. Pour mieux comprendre les phénomènes météorologiques et climatiques et leurs effets sur l'environnement et les activités humaines, il faudra se donner les objectifs suivants : a) Intensifier les observations par télédétection et leur utilisation, de même que les observations au sol, afin de mieux suivre, décrire et comprendre la dynamique de l'atmosphère, y compris les variations du système climatique à différentes échelles de temps, allant de quelques heures à plusieurs mois, plusieurs saisons ou plusieurs années; b) Faire en sorte que les informations ainsi collectées puissent être intégrées à d'autres données dans le cadre de modèles de prévision. L'un des premiers objectifs devrait être d'améliorer les capacités de prévision des phénomènes météorologiques et climatiques ayant une incidence économique et sociale; c) Améliorer la couverture (aussi bien d'un point de vue géographique qu'en termes de paramètres et variables supplémentaires) pour l'étalonnage et la validation des observations actuelles et futures par télédétection; d) Perfectionner les algorithmes d'extraction des données obtenues par télédétection de sorte que les paramètres géophysiques dérivés de ces données soient plus représentatifs des mesures directes; e) Améliorer l'intégration directe des mesures obtenues par satellite dans les modélisations à l'échelle planétaire. f) Encourager le libre accès de tous les pays aux données et aux modèles de simulation utilisés dans les études internationales menées par les institutions spécialisées des Nations Unies. Toutes ces activités devront être menées de manière coordonnée, par l'ensemble des organismes compétents des institutions des Nations Unies et de leurs États Membres. 141. Sur un plan théorique, nul ne conteste l'apport que représentent les techniques spatiales pour la gestion des catastrophes. Cependant, les organismes de protection civile et autres organes intéressés n'y recourent pas encore très largement. I l y aurait donc lieu d'aider ces organismes à découvrir les techniques spatiales se prêtant le mieux à la prévention et à l'intervention en cas de catastrophe, et à se familiariser avec elles. iii) Programmes d'action spécifiques 142. Il faudrait appuyer les efforts que le partenariat de la stratégie intégrée d'observation globale (IGOS)34 a faits pour articuler de façon cohérente les besoins en matière de données provenant de systèmes d'observation de la Terre et pour stimuler la mise au point et l'intégration coordonnés des systèmes de télédétection et d'acquisition des données in situ. L'amélioration rapide de la qualité, de la fréquence et de la netteté des données acquises par satellite doit aller de pair avec un renforcement comparable des activités complémentaires d'observation en surface et de vérification des données sur le terrain. Il est indispensable de renforcer une vaste gamme de programmes de collecte de données et de structures institutionnelles pour traiter, archiver, intégrer et évaluer les données sur l'environnement provenant de toutes les sources afin de constituer les longues séries de données chronologiques fiables qui sont nécessaires pour mener la recherche sur les changements planétaires relatifs à des problèmes environnementaux cruciaux. Il faudrait veiller toutparticuhèrement à renforcer le potentiel des pays en développement en matière de recherche, d'exploitation, de collecte, d'analyse et d'application des données pour combler les graves lacunes qui existent dans les séries de données mondiales et dans leur utilisation, l'objectif étant d'accroître les connaissances locales sur les modifications des ressources environnementales et les pressions qui s'exercent sur elles. Il s'agit là d'une étape essentielle pour combiner les capacités spatiales actuelles et envisagées avec celles dont on dispose au sol et dans les océans, à laquelle devraient participer les organismes internationaux ainsi que 44 AJCOm.184/6 les services et organes nationaux, et aussi les entreprises industrielles. 143. La stratégie intégrée d'observation globale doit être axée sur les besoins des utilisateurs et doit s'adapter et répondre aux besoins en informations de ceux qui élaborent les politiques de l'environnement et des décideurs. À mesure que les systèmes d'observation pour la collecte de données sur l'environnement feront leurs preuves, les gouvernements devraient faciliter la transition entre les programmes de recherche-développement et les programmes opérationnels d'observation de l'environnement grâce à des arrangements institutionnels et des crédits appropriés. Il faut poursuivre systématiquement, en l'élargissant, l'évaluation des besoins des utilisateurs et de la capacité des instruments équipant les satellites de répondre à ces besoins. Il faudrait donc que les agences spatiales s'attachent à satisfaire aux besoins définis, et que les utilisateurs s'efforcent d'utiliser aussi systématiquement que possible les produits de l'observation par satellite dans leurs travaux de modélisation et dans leurs processus décisionnels. 144. Pour progresser en direction d'une stratégie mondiale intégrée, i l conviendrait que l'Organisation des Nations Unies soutienne des initiatives de même nature que celles prises par le CEOS et l'établissement allemand de recherches aérospatiales (DLR) pour installer sur Internet un système de repérage d'informations CEOS, qui permettrait aux utilisateurs des pays en développement de trouver des informations dérivées des données d'observation de la Terre. Ce système devrait permettre aux utilisateurs de trouver, collecter et échanger des données aisément et à faible coût et de gérer leurs propres données et de les échanger entre eux. La possibilité de transformer cette base d'informations en réseau en un cadre international structuré de coopération, qui traiterait aussi bien les données satellitaires que les données recueillies au sol ou d'autres données encore, devrait être étudiée, compte tenu du caractère confidentiel de toute information stratégique. 145. Le Bureau des affaires spatiales du Secrétariat, en coopération avec les organes concernés du système des Nations Unies, les institutions spécialisées, les agences spatiales, les autorités responsables des stations de réception nationales et des entreprises privées, devrait mettre en place un programme visant à promouvoir auprès des utilisateurs institutionnels des pays en développement l'utilisation des données d'observation de la Terre dans les activités de planification et de gestion. On pourrait pour cela repérer les projets nationaux et régionaux en cours d'exécution dans les domaines de la gestion des ressources naturelles, de la surveillance de l'environnement et du développement durable qui pourraient gagner en efficacité par l'utilisation de données optiques, infrarouge ou radar. 146. L'objectif serait que les institutions participant au programme puissent, grâce à des informations détaillées et opportunes dérivées de données satellitaires, améliorer leurs stratégies, leurs décisions et leur gestion. Un tel programme renforcerait les capacités des institutions d'exploiter les données recueillies par satellite dans le cadre de leurs projets et programmes de développement économique et social. Les projets participants seraient sélectionnés selon des critères de garantie du financement pour les aspects du programme ne relevant pas de la télédétection, et de capacité d'exploiter les données satellitaires, que ce soit au sein de l'institution elle-même ou dans le cadre d'un accord de coopération avec une autre institution. Les participants rendraient compte aux décideurs dont ils relèvent des résultats obtenus grâce à l'utilisation des données satellitaires, y compris du point de vue de la réduction des coûts. 147. Le Bureau des affaires spatiales et ses partenaires devraient procéder à une évaluation afin de déterminer de quel type de données satellitaires, et avec quelle couverture, chaque projet participant aurait besoin. On procurerait à chaque projet les données requises et les logiciels nécessaires à leur traitement. Les personnes travaillant à ces projets participeraient à un bref stage de formation en vue d'acquérir une expérience pratique des images réelles et des logiciels qui leur auront été fournis. 148. Ces stages de formation, qui seraient organisés à raison d'un stage par région en développement et par an, pourraient avoir lieu en remplacement de l'une des activités de formation prévues chaque année dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. À cet égard, on pourrait aussi avoir recours aux capacités des centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales. Les frais supplémentaires occasionnés par l'acquisition de matériels spécifiques ou correspondant, éventuellement, aux frais de voyage des experts intervenant au cours du stage seraient très peu élevés. 149. Pour l'Organisation des Nations Unies, les coûts consisteraient essentiellement en mois-homme de travail que pourrait assumer le Bureau des affaires spatiales en modifiant l'ordre de ses priorités, et un coût supplémentaire modeste. Cette activité s'étalerait sur trois ans. En consultation avec les institutions participantes, le Bureau ferait rapport au Sous-Comité scientifique et technique sur les progrès réalisés. Le Bureau des affaires spatiales devrait continuer, dans le cadre de l'élaboration et de la mise en oeuvre du programme décrit aux paragraphes 145 et 146 cidessus, à soutenir les activités des institutions, telles que l'IOMAC, avec lesquelles i l a déjà organisé avec succès des 45 A/CONF.184/6 activités en collaboration. I l devrait également encourager la poursuite de la collaboration avec ces institutions, notamment celles des pays développés, et avec les institutions de financement. 150. La communauté spatiale internationale, à savoir le système des Nations Unies, les agences spatiales et les organisations internationales telles que le CEOS, les organisations non gouvernementales et les industries liées à F espace, devrait engager un vaste programme de promotion de l'utilisation des communications et des données d'observation de la Terre par satellite pour la gestion des catastrophes par les autorités chargées de la protection civile, en particulier dans les pays en développement L'objectif devrait être d'inciter les organismes de protection civile à utiliser les techniques spatiales dans tous les aspects pertinents de leur activité et à s'impliquer de plus en plus activement dans des projets internationaux tels qu'un éventuel système mondial de surveillance des catastrophes. Ce programme devrait s'appuyer sur l'expérience et sur les résultats d'activités achevées et en cours, telles celles mises en oeuvre par l'Organisation des Nations Unies en coopération avec l'ESA (voir par. 111 ci-dessus)) et devrait tenir compte des résolutions adoptées par l'Assemblée générale sur la prévention des catastrophes naturelles. Il devrait également s'inspirer des travaux menés à l'échelon régional, en particulier dans le cadre des conférences préparatoires à UNISPACE III, et donner suite aux recommandations pertinentes de cette dernière. 151. Le programme devrait comprendre les activités décrites ci-après, qui pourraient, dans un premier temps, être mises en oeuvre dans le cadre de projets pilotes : a) Détermination des données correspondant aux besoins de l'utilisateur (autorité chargée de la protection civile) sous l'angle, par exemple, de leur contenu informatif, du délai d'accès, des moyens de livraison, des supports et des formats; b) Établissement d'une procédure de demande de la part de l'utilisateur; c) Consolidation et validation de la procédure de réponse par les fournisseurs de données; d) Validation de la fourniture, de l'interprétation et de la distribution des données et de produits par des programmes de formation aux situations d'urgence; e) Établissement et validation des produits et des services destinés aux activités de prévention de crise et de relèvement correspondant à la demande des utilisateurs; f) Validation de l'ensemble des activités entrant dans le cadre du projet pilote, en coopération étroite avec les utilisateurs. 152. Dans le cadre du programme, le Bureau des affaires spatiales, en collaboration avec le secrétariat de la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles et avec d'autres organismes intéressés, pourrait organiser, à l'échelle régionale, des réunions de travail entre responsables de la protection civile et fournisseurs de techniques spatiales et de services connexes afin de délimiter les domaines dans lesquels une action commune est souhaitable (s'agissant de bases de données régionales, par exemple) et ceux dans lesquels une action institutionnelle individuelle est indispensable. Ces réunions pourraient servir également à recenser les besoins spécifiques des organismes de protection civile auxquels on pourrait répondre par des techniques spatiales. Une fois établis les besoins spécifiques à cet égard, le programme pourrait fournir une assistance technique pour l'acquisition de technologies et de savoir-faire, éventuellement par l'intermédiaire de projets pilotes de démonstration et d'expérimentation des techniques en question. Les réunions de travail pourraient être organisées dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales et des centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales. 153. Un autre élément à prendre en considération est que la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles s'achèvera en 2000 par une réunion qui aura notamment pour objet de favoriser de nouvelles initiatives axées sur ses objectifs. Cette réunion pourrait exploiter les résultats de la Conférence internationale sur les systèmes d'alerte rapide pour la prévention des catastrophes naturelles (voir par. 111 ci-dessus). Cette conférence, qui a réuni 325 participants représentant 73 pays et 21 organisations, a procédé à une évaluation des réalisations de la Décennie et formulé des recommandations concernant les futurs programmes scientifiques et programmes d'action. Le Bureau des affaires spatiales pourrait veiller à ce qu'il soit tenu compte de toutes les recommandations d'UNISPACEIII relatives à la gestion des catastrophes dans les recommandations qui seront adoptées lors de la réunion qui clôturera la Décennie, et à ce que certaines mesures pratiques, telles que le lancement de projets pilotes, y soient incorporées. Enfin, pleinement consciente du rôle crucial joué par les technologies spatiales, en particulier par les satellites de communications mondiales et les satellites d'observation de la Terre, pour la fourniture des données essentielles pour l'établissement de cartes des zones à risque, l'évaluation des risques et l'alerte avancée, ainsi que pour l'organisation en prévision des catastrophes, les secours aux 46 A/CONF.184/6 sinistrés et les activités de réhabilitation, et compte tenu du fait que la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles arrive à son terme cette année, la Conférence estime qu'il faut continuer de tirer parti des nouveaux progrès des techniques spatiales et des activités opérationnelles ainsi que de la synergie qui s'est établie parmi les spécialistes de la gestion des catastrophes. En outre, étant donné que les catastrophes naturelles de plus en plus graves sont une réalité bien concrète et compte tenu de l'expérience acquise au cours de la dernière décennie, l'Assemblée générale devrait donc être invitée à proroger la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles pendant une nouvelle décennie de manière à réduire et à atténuer les effets des catastrophes naturelles dans le monde entier, en particulier dans les pays en développement. 154. L'accès aux données d'observation de la Terre, leur diffusion et leur archivage sont des questions qui prennent de plus en plus d'importance. Dans la mesure où les questions liées aux politiques suivies en la matière, notamment pour ce qui est de la tarification, entravent l'utilisation efficace de ces données, il serait utile, au regard du développement du secteur, que les organismes fournisseurs exposent plus clairement leurs politiques. I l faudrait étudier les avantages et les inconvénients des divers modes de tarification et les évaluer en fonction de la possibilité d'utiliser les données d'observation de la Terre pour des applications déterminées, notamment la gestion des catastrophes et les observations à l'échelle mondiale. Les programmes nationaux et internationaux d'observation de la Terre devraient tirer parti de l'expérience des organisations qui ont défini des politiques en matière de données, telles que l'Agence nationale spatiale japonaise et l'Agence spatiale européenne. 155. Des observations devraient être réalisées en permanence afin de permettre aux décideurs de formuler et de mettre en oeuvre des politiques sanitaires, sociales et économiques rationnelles et efficaces et de procéder à des évaluations aux niveaux local, national, régional et mondial. Pour être mieux à même d'assurer une telle surveillance permanente de l'environnement au niveau national et à l'échelle mondiale, il conviendrait : . . a) D'investir dans de nouveaux systèmes et matériels plus performants de collecte des données, dans l'harmonisation des séries nationales de données et dans l'acquisition de données mondiales; b) De développer les moyens permettant d'évaluer, de prévoir et d'analyser de manière intégrée l'impact sur l'environnement de différents choix politiques; c) De présenter les résultats scientifiques sous des formes facilement utilisables par les décideurs et le grand public; d) D'organiser, à l'intention des scientifiques des pays en développement, des stages et des ateliers de formation à l'utilisation des données satellitaires dans le cadre de la surveillance de l'environnement et de la modélisation des changements. 156. Pour pouvoir exploiter tout le potentiel qu'elle présente en applications opérationnelles pour la surveillance de la Terre, de l'environnement et des catastrophes, la télédétection par satellite doit bénéficier de la fréquence élevée de répétition des passages requise par les applications axées sur le développement durable. I l est possible d'y parvenir en coordonnant les paramètres orbitaux afin d'obtenir un très faible intervalle entre deux observations. Cette coordination, encouragée dans toute la mesure possible, pourrait être facilitée par le CEOS en collaboration avec le Bureau des affaires spatiales, les organisations non gouvernementales intéressées et les industriels. 157. Le Bureau des affaires spatiales devrait, par le truchement du Programme des Nations Unies pour les applications . des techniques spatiales, renforcer l'intérêt des décideurs, des scientifiques et du grand public pour la protection de l'environnement, et établir une liste exhaustive des organismes de diffusion des données ou traitées provenant de satellites d'observation de la Terre et des informations analysées, y compris les modèles utilisés, et les mettre à la disposition des États Membres. 158. Il faudrait que les activités de la FAO relatives à l'utilisation des systèmes d'information géographiques pour l'analyse des observations de la Terre et d'autres données environnementales destinées à aider les décideurs, soient portées plus efficacement à la connaissance des pays en développement. 159. Pour développer la coordination en cours et les initiatives prévues dans le domaine de l'observation de la Terre, i l serait utile de recenser toutes ces initiatives aux niveaux national, régional et mondial. Pour éviter toute dispersion inutile des efforts, i l serait non moins utile d'encourager la participation à ces initiatives de tous les pays qui veulent y contribuer. 160. Il faudrait mettre au point un mécanisme approprié de coopération et de coordination pour établir une synergie entre le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et son secrétariat, le Bureau des affaires spatiales et d'autres organismes internationaux actifs dans ce domaine, tels que la Commission du développement durable, le Programme des Nations Unies pour l'environ-47 A/CONF.184/6 nement, le Fonds pour Penvironnement mondial, la FAO, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), POMM et l'OMS, en particulier pour l'étude de questions aussi importantes que le réchauffement de la planète, le changement climatique, les problèmes sanitaires et le développement durable, de même qu'avec le CEOS pour ce qui est de la coordination des missions satellitaires. 161. Il faudrait diffuser plus largement et plus efficacement les enseignements tirés de l'utilisation des observations de la Terre aux fins du développement durable des pays en développement, et faire mieux connaître en particulier la Mission intégrée de l'Inde en faveur du développement durable et les activités de coopération technique entre pays en développement (CTPD) du Brésil et de la Chine portant sur le lancement de leur propre satellite d'observation de la Terre, le satellite sino-brésilien de téléobservation des ressources terrestres (CBERS). 2. Faciliter et utiliser les communications i) La situation actuelle dans le domaine des télécommunications et de la radiodiffusion 162. S'ils ont accès à des services de télécommunications à un coût abordable, les pays des régions en développement connaîtront une croissance économique bien plus rapide. Les systèmes de télécommunications par satellite complètent et pourraient remplacer les infrastructures au sol et présenter des avantages techniques et/ou économiques par rapport à ces infrastructures, en ce sens qu'ils pourraient fournir des services de télécommunications dans les zones rurales et isolées. Les services satellites à large bande sont le moyen idéal qui permettra à ces régions de se doter d'infrastructures modernes. Les télécommunications par satellite pourraient être aussi la clef de la participation des pays en développement à la mise en place de l'infrastructure mondiale de l'information (voir par. 278 ci-dessous). 163. Ces 10 dernières années, les télécommunications et la télédiffusion par satellite ont considérablement évolué en termes de capacité de services offerts et de coût du segment spatial inférieur (satellites, lanceurs et centres de commande), d'un segment sol (utilisateurs finals et réseaux) et de l'équipement au sol. Les petits satellites de faible puissance équipés d'antennes à faible gain ont été suivis par de grandes stations spatiales complexes qui se caractérisent par une grande puissance d'émission, une plus grande précision de pointage, une plus grande capacité de réutilisation des fréquences et une durée de vie plus longue. Les stations terrestres, autrefois équipées d'antennes de 30 mètres, sont désormais de petites unités, parfois même des unités portables. Avec les progrès de la technologie, de nouveaux services et de nouvelles applications des télécommunications ont fait leur apparition. 164. La fibre optique a multiplié les capacités d'acheminement des lignes terrestres et leur rentabilité, en particulier pour les liaisons nécessitant de fortes capacités et pour les utilisations interactives. Les systèmes satellites conservent néanmoins plusieurs avantages sur la fibre optique : a) la mobilité (les usagers mobiles ne peuvent se connecter directement au réseau de fibres optiques); b) la souplesse (le réaménagement d'une infrastructure terrestre est extrêmement coûteux); c) l'économie en milieu rural et dans les zones isolées, car il n'est pas rentable de déployer un réseau de fibres optiques à forte capacité dans une zone à faible densité de trafic ou au relief accidenté; et d) une vaste zone de couverture pour les systèmes de communication terrestres se trouvant dans la zone concernée peuvent être atteints directement (à un moment donné). C'est pourquoi les satellites et les communications sans fil auront un rôle déterminant à l'avenir dans la mise en place de l'infrastructure mondiale de P information. 165. Les services par satellites nouveaux ou améliorés recouvrent la communication vocale et la transmission de données, de données vidéo et d'images, la vidéoconférence, la vidéo interactive, la diffusion audio et vidéo numérique de loisir ou à d'autres fins, le multimédia et l'accès mondial à Internet. Un vaste éventail d'applications est envisagé, notamment le téléenseignement, la formation en entreprise, les groupes de travail, le télétravail à domicile, la télémédecine, le commerce électronique, l'interconnexion des réseaux (entre réseaux sans fil locaux et réseaux régionaux), la vidéo directe à domicile et la collecte d'informations d'actualité, sans oublier la diffusion de musique, de logiciels, de données scientifiques et d'informations financières et météorologiques à l'échelle mondiale. Les télécommunications par satellite sont par ailleurs indispensables pour permettre la prévention et les interventions d'urgence en cas de catastrophe. Elles permettent -en particulier dans les pays en développement -d'apporter des solutions à des problèmes de portée régionale ou mondiale et d'appuyer les efforts de développement. 166. Les systèmes de communication par satellite se prêtent particulièrement bien au développement et à la généralisation de l'enseignement à distance. Grâce à des applications comme Internet et la vidéoconférence interactive en duplex, écoles primaires et secondaires, universités, bibliothèques, entreprises, établissements et centres d'information de toute nature pourraient accéder aux données et autres renseignements concernant un vaste éventail de matières, pour enrichir leurs programmes. 48 A/CONF.184/6 167. Il est nécessaire d'encourager l'échange entre pays des meilleurs usages et expériences en matière d'éducation à distance a) en organisation des séminaires régionaux et internationaux bien structurés; b) en encourageant et en apportant de l'appui à la rédaction de rapports sur les expériences et les projets et en veillant à ce que ces rapports soient diffusés. Il faudrait aussi encourager la recherche et les études sur la planification, la configuration et l'utilisation des systèmes d'enseignement à distance qui font appel à des techniques d'information et de communication nouvelles et naissantes. Ces systèmes devraient cibler l'éducation des femmes, l'alphabétisation et Funiversalisation de l'enseignement élémentaire. 168. En raison d'obstacles géographiques et d'autres facteurs, dans de nombreux pays, l'accès aux soins de santé d'urgence ou de prévention est limité. Les communications satellites ont un potentiel d'applications concrètes en télémédecine qui devrait contribuer à élargir l'accès aux services de santé partout dans le monde en développement. Des applications de ce type ont été utilisées en situation d'urgence, par exemple pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine, où un service d'assistance hospitalière permanente a été assuré ainsi. Convaincus de la complémentarité entre soins médicaux et télécommunications par satellite, plusieurs organismes internationaux à vocation sanitaire échangent désormais ainsi l'information médicale pour la recherche, l'enseignement ou toute autre fin. 169. Il apparaît de plus en plus qu' il faut étudier la possibilité pratique de mettre en oeuvre des systèmes d'enseignement et de médecine à distance pour former les professionnels de ces deux domaines, en permettant l'accès universel aux moyens de saisie de rinformation tels qu'Internet. 170. En milieu rural, les communications sont un élément particulièrement essentiel du développement. Dans les zones rurales ou isolées, lorsque les moyens d'enseignement et de santé laissent à désirer, l'accès aux nouvelles techniques de télécommunication peut permettre de créer des centres de mise en commun des ressources ou des points d'accès communautaires. Équipés de terminaux de liaison satellite, des centres communautaires polyvalents pourraient servir de points d'accès principal acheminant les communications en large bande. Dans bien des cas, ces centres pourraient être implantés dans un établissement d'enseignement ou un hôpital et desservir de multiples utilisateurs. 171. Les télécommunications par satellite sont également vitales pour diffuser sans délai des informations sur l'amélioration des pratiques culturales, les produits agricoles, les prix des denrées, la lutte phytosanitaire intégrée, les aides publiques, les services bancaires et le crédit, éléments qui ont presque tous une incidence directe sur le développement des zones rurales et devraient donc être traités en priorité. Malheureusement, malgré son coût relativement modique, la mise en place des segments qui permettraient aux collectivités rurales d'accéder aux communications satellites reste, dans bien des cas, peu intéressante d'un point de vue commercial. 172. Les progrès récents de la technique ont permis de mettre au point un nouveau type de système de télécommunications par satellite, utilisant des terminaux terrestres petits et peu coûteux, que l'on désigne par Système mobile mondial de communications personnelles par satellite (GMPCS). 173. Le GMPCS ouvre des perspectives nouvelles en téléphonie individuelle, télécopie mobile à l'échelle mondiale, messagerie, multimédia en large bande, possibilité de se raccorder au moyen d'appareils téléphoniques portables, terminaux d'ordinateur ou ordinateurs portables. Il fait appel à une constellation de satellites garantissant l'acheminement direct jusqu'à l'usager final, où que ce soit dans le monde. 174. Près de 800 sur les 1 100 satellites de télécommunications dont le lancement est prévu au cours des 10 prochaines années seront destinés à des systèmes mobiles. Ces cinq dernières années, la téléphonie mobile s'est développée au rythme effréné de 50 % par an et certains pays doublent actuellement chaque année le nombre de leurs abonnés mobiles. 175. S'il a pour effet d'améliorer la marche des entreprises, le secteur des télécommunications par satellite est lui-même un poids lourd de l'économie mondiale. Le marché mondial des télécommunications par satellite se partage entre un secteur spatial et un secteur de services. Avec l'expansion de la télévision directe à domicile et des services de radiodiffusion audionumérique, et l'introduction des services de communications personnelles et multimédias, le secteur terrestre va absorber plusieurs millions de nouveaux usagers par an. Le marché mondial de l'ensemble des communications par satellite pour la période 1996-2006 est estimé à plus de 600 milliards de dollars. 176. Au cours de la prochaine décennie, avec la convergence des techniques des télécommunications, de l'informatique et de l'audiovisuel, le secteur des télécommunications connaîtra de profonds changements. De nouveaux marchés vont apparaître, et la demande va encore se développer du fait de l'ouverture des marchés à la concurrence, de la mondialisation des équipements, des réseaux et des services, du rôle croissant du secteur privé dans le domaine des télécommunications, et de l'application généralisée des accords conclus en 1997 sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce. Tous ces facteurs contribuent à soutenir la demande en infrastructures de télécommunica-49 A/CONF.184/6 tions et les satellites vont apparaître le plus souvent comme la solution la plus rentable pour permettre la croissance, notamment dans les pays en développement. il) Enjeux et problèmes 177. Les systèmes de radiocommunications sont le secteur du domaine des télécommunications qui connaît l'expansion la plus rapide. D'autres services par voie hertzienne comme le téléappel, la radiodiffusion et la télévision par satellite par abonnement et les systèmes mondiaux de positionnement par satellite connaissent eux aussi un développement rapide dans de nombreux pays. Avec les systèmes de plus en plus perfectionnés d'aide à la navigation et de sécurité maritime et aérienne, les nouveaux systèmes mobiles de transmission de données à partir d'ordinateurs portables, les services tels que le GMPCS et des dizaines d'autres applications nouvelles que l'on met au point, l'attribution des fréquences du spectre radioélectrique devient un problème épineux. C'est pourquoi il a été nécessaire de repenser entièrement le cadre de planification et de coordination de l'Union internationale des télécommunications (UIT), ce qui a conduit, en 1997, la Conférence mondiale des radiocommunications à prendre des décisions majeures. 178. La révolution des technologies de l'information, combinée à celle des télécommunications, a entraîné un formidable essor des capacités de collecte, stockage, traitement, recherche et diffusion de l'information. Si cette évolution a eu énormément de retombées favorables, elle risque aussi de creuser le fossé entre ceux qui ont accès à ces moyens et ceux pour qui cet accès est limité, tant sur le plan de la quantité que sur celui de la rapidité. Bien que les faits montrent que ces mêmes outils technologiques peuvent également servir à combler ce fossé. C 'est assurément dans le sens du nivellement de ces disparités entre pays qu'il faut agir. 179. Pour réduire les inégalités dans l'accès à F information, il est indispensable d'assurer un accès universel aux télécommunications et aux sources d'information, c'est-à-dire aussi bien à la diffusion de données qu'à la téléphonie. Aujourd'hui, la technique permet d'assurer une liaison téléphonique ou de faire parvenir des signaux télévisuels à n'importe quel individu dans le monde, où que ce soit. Faire de cette possibilité une réalité est un enjeu capital qui nécessite une attention immédiate à l'échelle mondiale. 180. L'accès bon marché aux services de télécommunications sera aussi important pour le développement économique au XXIe siècle que Fa été l'énergie à bon marché pour la révolution industrielle au XXe siècle. On estime que la construction de l'infrastructure terrestre nécessaire pour réaliser l'interconnexion de tous les points du globe par fibre optique prendrait 25 ans et absorberait 1 000 à 3 000 milliards de dollars. C'est sur ce plan que les nouvelles techniques de télécommunication par satellite peuvent faire la différence, notamment en ce qui concerne les zones rurales où le trafic est faible et où la densité ne dépasse pas 200 abonnés par kilomètre carré. Ces techniques pourraient offrir pour un faible coût aux pays en développement un large accès aux télécommunications en large bande à fort débit. 181. L'UIT doit être soutenue sans réserve dans sa mission d'attribution des fréquences pour les différents services de radiocommunications spatiales par satellite et de coordination des orbites des satellites géostationnaires et non géostationnaires. Les efforts déployés par FUIT en vue de parvenir à une répartition efficace et plus équitable des ressources du spectre des fréquences électromagnétiques et des orbites doivent être encouragés. Compte tenu des innovations technologiques, i l faudrait que les pays en développement aient accès de façon plus équitable à ces ressources. Il est également indispensable de protéger les bandes limitées de fréquences attribuées aux activités scientifiques et de recherche-développement. 182. La radiodiffusion est le moyen de communication le plus répandu au monde. Il existe plus de 2 milliards de récepteurs dans le monde et il s'en vend plus de 100 millions chaque année. L'une des principales entreprises de l'industrie spatiale cherche à offrir à 3,5 milliards de personnes un service de radiodiffusion numérique bon marché et de haute qualité qui fonctionne en acheminant le signal par un terminal à très faible ouverture en direction d'un satellite géostationnaire. Le satellite retransmet le signal, qui est alors capté sur des millions de récepteurs radio portatifs. 183. La nouvelle infrastructure mondiale de radiodiffusion numérique qui est mise en place permettra aux diffuseurs et aux annonceurs d'atteindre des marchés nouveaux ou mal desservis. Avec ce nouveau type de radio destiné à recevoir des programmes transmis par satellite, les habitants dans le monde entier seront en mesure de suivre des émissions d'une qualité et d'une diversité inégalées. 184. Les très nombreux satellites de télécommunications sur orbite basse, conçus pour fournir des services individuels de télécommunication de grande qualité à l'échelle mondiale, ont l'avantage, par rapport aux satellites géostationnaires, d'être affranchis des problèmes conjugués de temps de propagation assez long et de zone de couverture limitée sous les hautes latitudes. Mais ces satellites introduisent une technologie nouvelle et, pour les pays en développement, la nécessité d'assurer des services technologiques multiples pourrait poser des problèmes. 50 A/CONF.184/6 185. Pour ce qui est de la télémédecine l'OMS, l'UIT et FONU devraient, par l'intermédiaire de leurs groupes de travail compétents, définir et encourager l'adoption d'une infrastructure technique et juridique souple, pouvant être adaptée à la nature des services de santé dans des environnements économiques et culturels différents. iii) Programmes d'action spécifiques 186. Il conviendrait de prendre les mesures spécifiques suivantes : a) Favoriser la création de cadres législatifs et réglementaires propices à l'investissement dans le secteur des télécommunications; b) Aider les pays en développement à déterminer comment les techniques spatiales peuvent les aider à répondre plus facilement à leurs besoins dans le domaine de l'information et des télécommunications; c) Faciliter les échanges entre pays de données d'expérience sur les atouts des télécommunications et de la télédiffusion par satellite pour l'enseignement et le développement, et organiser des cours sur les communications satellites; d) Étudier la mise en place éventuelle de systèmes internationaux et régionaux de radiotélédiffusion et de télécommunications par satellite au service du développement, en tenant compte des besoins des pays en développement; e) Promouvoir par la coopération internationale la mise en place d'une infrastructure pour les télécommunications dans les zones rurales; f) Inviter instamment les pouvoirs publics à mettre en place des services de télécommunications à l'intention des populations rurales. 3. Améliorer et utiliser les moyens de positionnement/localisation i) Situation actuelle dans le domaine des systèmes de navigation et de positionnement/localisation par satellite 187. Les systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) sont des systèmes de radiolocalisation par satellite qui fournissent 24 heures sur 24 et dans toutes les conditions météorologiques à des utilisateurs spécialement équipés, où que ce soit sur terre, dans les airs et dans l'espace, des informations leur permettant de connaître leur position dans les trois dimensions de l'espace, leur vitesse et l'heure exacte. Ces systèmes utilisent des satellites comme points de référence pour calculer les positions à quelques mètres près et même, avec les techniques de pointe, à moins d'un centimètre près. Le système COSPAS-SARSAT (voir par. 113) permet, en cas de détresse, de déterminer la position d'un objet mobile équipé d'une balise émettrice. Servant essentiellement à l'étude et à la protection de l'environnement, le système Argos, qui a été mis au point par le Centre d'études spatiales de France et qui est embarqué à bord des satellites météorologiques sur orbite polaire de la NOAA des États-Unis, permet de déterrniner la position d'un objet mobile où qu'il se trouve à la surface de la Terre (voir par. 110 ci-dessus). 188. Il existe à l'heure actuelle deux systèmes mondiaux de navigation par satellite, le système mondial (GPS) et le système de la Fédération de Russie (GLONASS) (voir par. 35). Depuis leur mise en service, les usagers civils peuvent utiliser gratuitement certains des signaux émis par ces systèmes conçus à des fins militaires pour déterminer une position, une vitesse ou obtenir une synchronisation. Le système GPS est maintenant totalement opérationnel, avec 24 satellites en service et plusieurs satellites de réserve en orbite. Le système GLONASS est lui aussi opérationnel, avec 15 satellites en service actuellement. Il lui est actuellement apporté des améliorations pour renforcer ses capacités et son segment en orbite. Plusieurs solutions, actuellement à l'étude, visent à permettre d'utiliser le système GLONASS comme base d'un système international futur de satellites de navigation de couverture mondiale. 189. Les récepteurs GPS ont été miniaturisés et leur coût a considérablement baissé, ce qui rend cette technologie plus accessible. Ses applications dépassent de loin ses objectifs initiaux -un gain de précision dans la navigation au long cours. Des récepteurs GPS sont aujourd'hui utilisés dans de nombreuses professions : scientifiques, sportifs, agriculteurs, militaires, pilotes, géomètres, randonneurs, chauffeurslivreurs, marins, bûcherons, pompiers et dans bien d'autres activités, où ils facilitent le travail, plus productif et plus sûr. Voitures, navires, avions, engins de terrassement, équipements de tournage de films, machines agricoles et même ordinateurs portables peuvent aujourd'hui en être équipés. 190. Si les services de localisation et de navigation par satellite sont aujourd'hui surtout connus pour leurs applications dans le domaine des transports, l'avenir des systèmes mondiaux de navigation apparaît prometteur car de nouvelles applications continueront d'apparaître au fil de l'évolution des techniques. Les avantages sur les plans économique et social des systèmes de navigation sont considérables. La précision dans la synchronisation, la localisation et la navigation est l'un des aspects déterminants d'une infrastructure mondiale d'information en constante évolution. Les 51 A/CONF.184/6 signaux obtenus grâce aux GNSS contribuent à améliorer constamment la productivité des infrastructures nationales et régionales dans les transports, les télécommunications, l'industrie du pétrole et du gaz, l'agriculture, les finances, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. La recherche sur les applications nouvelles des GSNS laisse entrevoir des perspectives prometteuses dans des domaines tels que le quadrillage sismographique, qui pourrait devenir un instrument précieux pour la prévision des séismes, et les sondages de l'atmosphère par les techniques d'occultation de signaux, qui pourraient un jour permettre une avancée notable en prévision météorologique. 191. Pour améliorer les données de lo calisation que procurent actuellement les GPS, les États-Unis ont entrepris un programme d'amélioration du GPS au terme duquel chaque satellite GPS émettra un signal supplémentaire, ce qui facilitera l'accès des usagers civils à l'un des signaux existants destiné aux usages militaires. À l'heure actuelle, les usagers civils du GPS qui ont besoin d'une précision supérieure à celle offerte par le SPS (Service standard de localisation à fréquence unique) ont recours à des récepteurs semi-sans code à double fréquence ainsi qu'à des techniques différentielles reposant sur le GPS et des signaux radio provenant d'une station de référence connue. Au fur et à mesure que le programme d'amélioration du GPS avancera, les usagers pourront utiliser gratuitement trois signaux présentant des structures de code analogues. À l'avenir, en offrant trois signaux pour les utilisations civiles, les services GPS offriront une plus grande précision en facilitant la correction des distorsions atmosphériques, une meilleure fiabilité grâce à une protection contre les effets des interférences en bande étroite, et une plus grande facilité d'utilisation grâce à une acquisition plus rapide des signaux des satellites. Des activités comparables sont actuellement en cours en ce qui concerne le système GLONASS. 192. Par ailleurs, les États-Unis, le Japon et l'Europe vont installer des systèmes de renfort permettant un contrôle de l'intégrité et offrant des facteurs de correction qui bénéficieront aux usagers en fréquence unique. Le système de renforcement à couverture étendue (WAA.S) des États-Unis, le Service complémentaire géostationnaire européen de navigation (EGNOS) et les autres systèmes analogues feront intervenir des satellites géostationnaires qui diffuseront des données de renfort dans la zone qu'ils desservent. Ces satellites, conçus pour être compatibles entre eux et interopérables, marqueront une étape majeure vers la mise en place d'un système mondial de renfort sans solution de continuité. Ces systèmes permettront également d'effectuer un contrôle indépendant du GPS sur le plan de l'intégrité, apportant ainsi sur le plan international une fiabilité plus grande d'utilisation des signaux satellites. 193. Les Coast Guard des États-Unis procèdent actuellement à l'extension autour de l'Amérique du Nord et à la duplication autour du monde du système de renfort du GPS, afin de renforcer la sécurité et l'efficacité de la navigation dans les ports nationaux et sur les voies d'eau navigables de leur territoire et d'autres systèmes similaires sont actuellement mis en place ailleurs dans le monde. Pour les zones urbaines et les zones montagneuses, où les signaux GPS peuvent être difficiles à recevoir, l'industrie met actuellement au point de nouveaux pseudosatellites GPS, appelés «pseudolites», qui émettent des signaux complémentaires au sol de manière à assurer la continuité et la permanence du service GPS. Les systèmes maritimes et les pseudolites offrent aux pays développés comme aux pays en développement de nouvelles perspectives d'exploitation du GPS et de renforcement de leur infrastructure locale à moindre coût. 194. Afin d'améliorer les informations de localisation obtenues à l'aide des signaux GPS et GLONASS destinés actuellement aux usagers civils, la Commission européenne, l'ESA et l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol) ont commencé à mettre en oeuvre ensemble le système mondial de localisation par satellite connu sous l'appellation de Service complémentaire géostationnaire européen de navigation (EGNOS), qui repose sur un renforcement régional du GPS et du GLONASS. Il fait appel à des modules de navigation embarqués sur des satellites en orbite géostationnaire. L'Europe a entrepris la mise au point du projet Galileo, qui est un système indépendant de satellites de navigation de deuxième génération. 195. Galileo, qui est un système civil dû à l'initiative de l'Union européenne et de l'ESA, a été conçu pour permettre des applications dans de nombreux domaines, de l'agriculture aux transports. I l satisfera aux exigences de l'aviation civile en matière de navigation pour toutes les phases de vol -croisière, approche fine et atterrissage — soit les exigences les plus rigoureuses de la part des usagers de la navigation par satellite. Pour l'aviation civile, le gain de précision dans les informations de localisation signifie une réduction des risques d'accidents, une meilleure navigation par tous temps et une meilleure gestion du trafic. C'est cependant la garantie de la liberté d'accès et la fiabilité de cet accès aux données renforcées de localisation qui seront déterminantes quant à l'acceptation des systèmes mondiaux de navigation par satellite comme aides à la navigation. Pour l'instant, la plupart des usagers civils du GPS n'ont pas accès au signal de localisation plus précis auquel ont accès les militaires et 52 A/CONF.184/6 les utilisateurs civils autorisés, même si le signal GPS civil est accessible à tous gratuitement. ii) Enjeux et problèmes 196. Désormais, avec l'accès à des images satellite à haute résolution, le positionnement avec une précision de moins de 1 mètre est indispensable. Or, grâce à des techniques de mesures différentielles, une telle précision peut être obtenue des systèmes de localisation par satellite. Il sera essentiel de parvenir, dans les années à venir, à une grande précision dans la transformation des images et la liaison entre cellesci, les observations obtenues grâce au Système mondial de navigation par satellite (GNSS) et leur saisie dans les bases de données des systèmes d'information géographique (SIG). 197. L'utilisation du GNSS pose un problème technique majeur : la corrélation croisée entre ses données et les données nationales nécessiterait la mise en place d'un réseau géodésique basé sur ses observations. Ce problème se pose en particulier lorsque des images satellite, en particulier des images à haute résolution, doivent être référencées par rapport à des bases cartographiques nationales. Or, la corrélation croisée et la création d'un réseau géodésique différent exigent des investissements supplémentaires, en temps et en moyens. L'abaissement du coût de la mise en oeuvre de ces bases de données passe par l'adoption de nonnes mondiales communes pour les SIG, qui permette une traduction rapide et aisée des observations GNSS en bases de données cartographiques nationales. L'industrie privée s'emploie à élaborer des nonnes géospatiales communes par rintermédiaire de groupements spontanés tels que le consortium OpenGIS. 198. Bien que certains gouvernements aient déj à approuvé l'utilisation du GPS pour l'aviation, le fonctionnement des systèmes GPS et GLONASS ne satisfait pas entièrement aux exigences de l'aviation civile dans tous les pays. Ces systèmes ont besoin d'être améliorés par un système de superposition ou de renforcement. 199. Plusieurs problèmes d'ordre politique et économique doivent être résolus avant de déployer un nouveau type de système de navigation satellite à l'échelle régionale ou mondiale. iii) Programmes d'action spécifiques 200. Les bandes des fréquences radio dans lesquelles fonctionnent tous les GNSS doit être protégé contre toutes interférences d'autres émissions radio qui pourraient nuire au fonctionnement du matériel des usagers. La Conférence mondiale des radiocommunications examinera en mai 2000 certains problèmes dont FUIT a été saisie et dont la solution aura une incidence notable sur l'utilité des GNSS dans tous les pays. H est en effet capital que les bandes des fréquences radio utilisées par les GNSS soit exempt de toutes interférences pour l'ensemble de leurs usagers, au sol, en l'air ou dans l'espace. 201. La mise enplace d'un système multimodal deradionavigation et de localisation par satellite ne présentant aucune solution de continuité à l'échelle de la planète exige un degré élevé de coopération aux niveaux régional et mondial. Dans ce contexte, les organismes européens ont commencé à établir des contacts à des fins de coordination avec plusieurs autres pays et organismes, dans un double objectif. Il s'agit, d'une part, d'examiner la possibilité d'étendre la couverture de l'EGNOS à d'autres pays ou, tout au moins, d'assurer sa compatibilité avec d'autres systèmes régionaux de renfort et, d'autre part, d'étudier les formes de coopération à retenir pour la conception et la mise en oeuvre du système de deuxième génération. 202. La coordination et la concertation au niveau international doivent se poursuivre pour garantir la compatibilité entre les systèmes actuels et les systèmes futurs de navigation et de localisation, tout en préservant la liberté d'accès aux signaux satellite. Parallèlement, les problèmes techniques liés à l'utilisation du signal de localisation dans le cadre des applications des techniques d'observation de la Terre doivent être résolus par des groupes d'experts. Les pays souhaitant utiliser les GNSS doivent se déclarer favorables à la protection de leurs bandes de fréquences contre toute interférence ou contre toute réattribution de fréquences pour satisfaire des intérêts commerciaux. Une résolution de soutien devrait être communiquée à l'OACI, l'OMI et l'IUT, organismes internationaux jouant un rôle déterminant dans la sécurité des transports et dans la gestion du spectre au niveau international. 203. Pour assurer la sécurité des usages civils dans le monde entier les pays contribuant au fonctionnement des GNSS devraient s'engager à ne pas intentionnellement interrompre les signaux de navigation en cours d'utilisation ou altérer la qualité de ces signaux. 204. Lors de la définition des conditions d'accès au signal mondial de navigation par satellite, i l faudrait veiller à fournir un service continu et gratuit aux usagers civils du monde entier. 53 A/CONF.184/6 4. Développer les connaissances et renforcer les capacités i) La situation actuelle dans le domaine des sciences spatiales et de l'exploration spatiale 205. Le développement des sciences spatiales, tout comme la simple utilisation des techniques qui en sont dérivées, est indissociable des connaissances et des compétences des ressources humaines. La recherche spatiale et l'enseignement des sciences spatiales embrassent à la fois la compréhension des sciences spatiales fondamentales et les éléments qui sous-tendent l'utilisation des techniques spatiales pour diverses applications. En complément, la formation porte sur la façon d'utiliser une technologie donnée. C'est pourquoi la recherche, l'enseignement et la formation sont les pierres angulaires du développement des connaissances et s'inscrivent dans le cadre global du renforcement des capacités. 206. La principale retombée positive du progrès scientifique actuel sera peut-être d'avoir modifié la façon dont l'homme perçoit la place de la planète qu'il habite dans le système solaire et, plus généralement, dans l'univers. La prise de conscience du fait que l'homme n'est pas au centre de l'univers mais s'inscrit simplement dans un système naturel plus grand constitue un changement d'attitude remarquable vis-à-vis du monde qui nous entoure. Cette prise de conscience de l'interdépendance entre l'homme et son milieu naturel a suscité un fort développement de l'intérêt pour cet environnement et de son étude, qui s'étend aux autres planètes, aux étoiles et à l'univers dans son ensemble. 207. Conjointement avec l'ESA, l'Organisation des Nations Unies, par l'intermédiaire du Bureau des affaires spatiales, organise depuis 1991 une série d'ateliers sur les sciences spatiales fondamentales. Les suites données aux recommandations de ces ateliers ont permis de renforcer l'infrastructure scientifique dans les pays en développement. Les participants aux ateliers ont notamment proposé le concept d'un observatoire spatial mondial, mission faisant appel à de petits satellites axée sur le domaine de l'ultraviolet dans le spectre électromagnétique, avec une: participation internationale, dont celle de pays en développement. 208. Outre les multiples axes de recherche fondamentale indiqués aux paragraphes 57 à 86 ci-dessus, i l faut faire avancer les connaissances dans plusieurs autres domaines relatifs à l'espace. En particulier, la protection et la préservation de l'environnement spatial doivent faire l'objet d'une constante attention et d'une recherche continue. C'est ainsi qu'il est indispensable de connaître la taille, la composition et la distribution en altitude des débris pour déterminer les risques qu'ils présentent pour les engins spatiaux sur toutes les orbites et décider des mesures à prendre pour réduire ces risques à l'avenir. 209. Les études sur les objets se trouvant à proximité de la Terre ont nettement gagné en importance avec la découverte d'une quantité anormale d'iridium à la jonction crétacétertiaire. Aucun autre événement n'a démontré de façon aussi claire l'influence d'objets mineurs sur l'évolution de la vie sur Terre. Les études basées sur l'observation des fossiles ont renforcé le caractère interdisciplinaire et international de la planétologie, celle-ci faisant intervenir les concepts fondamentaux de l'histoire de la Terre, de l'évolution des mammifères aux risques naturels contemporains, tant sur Terre que dans l'espace. 210. L'impact de fragments de la comète SL-9 sur Jupiter en 1994 et la découverte récente de l'astéroïde 1997 XF 11 ont rappelé à la communauté internationale les 1 700 objets d'un diamètre supérieur à 1 kilomètre et présumés proches de la Terre, qui n'ont pas encore été vus par les télescopes astronomiques. Certaines agences spatiales ont déjà pris des mesures pour détecter et caractériser les objets proches de la Terre en effectuant des observations à partir d'engins spatiaux et au sol, et en dresser l'inventaire. Des organisations non gouvernementales, telles que l'Union astronomique internationale (UAI), s'efforcent également de coordonner les activités menées au niveau international en vue de détecter ces objets. 211. Promouvoir la culture scientifique à 1 ' échelle mondiale est l'une des grandes ambitions qu'il faut nourrir pour le prochain millénaire. La qualité de vie et la croissance économique dépendent dans une très large mesure des compétences scientifiques et techniques et de la capacité d'incorporer de nouvelles connaissances et de nouveaux mécanismes dans l'activité économique et dans la vie quotidienne de chacun. 212. L'étude des sciences spatiales et l'exploration des planètes sont essentielles pour développer les connaissances dans les axes de recherche susmentionnés. Plus généralement, elles peuvent avoir des retombées fondamentales pour notre avenir car : a) elles constituent un élément de base de l'éducation; b) elles débouchent sur la coopération internationale, qu'elles facilitent aussi; c) elles favorisent le développement technologique; d) elles favorisent, dans les disciplines spatiales, la participation des jeunes scientifiques et ingénieurs; enfin e) elles permettent de mieux comprendre le passé et d'entrevoir ce que sera l'avenir. 213. Parmi les sciences spatiales, l'astronomie est depuis longtemps la discipline fondamentale pour l'enseignement des sciences et le développement de la culture scientifique et mathématique du grand public, ainsi que pour inciter les 54 A/CONF.184/6 enfants à étudier ces matières. Le World Wide Web, l'Internet et les médias permettent aujourd'hui de mettre à la portée de tous les résultats des sciences spatiales et de l'exploration planétaire, ainsi que les retombées sociales et économiques bénéfiques qui en découlent. 214. Il conviendrait de réfléchir à des stratégies susceptibles d'intensifier la coopération internationale dans l'espace, et de les mettre en oeuvre, dès les premiers stades de la planification stratégique35. 215. L'exploration de l'espace devrait être largement utilisée aux fins de l'élaboration de processus et matériaux d'enseignement motivants. Il conviendrait de faire participer tout le monde à l'aventure spatiale, à la découverte de l'espace et à la recherche de la vie pour trouver la place que l'homme occupe dans l'univers et déterminer ce qu'elle signifie pour l'humanité. Tout le monde devrait prendre part aussi bien à la formulation des objectifs de l'activité spatiale qu'à leur réalisation35. 216. Pour les activités spatiales, on aura toujours besoin de jeunes universitaires de tous niveaux spécialisés dans de nombreuses disciplines : sciences, gestion, droit, sciences de l'ingénieur, économie, architecture, communication, médecine, finance, etc. Lès agences spatiales, les entreprises commerciales et les organisations internationales s'intéressant à l'espace insistent sur le fait que de nombreux jeunes spécialistes devraient compléter leur formation en acquérant les outils qui leur permettront de travailler plus efficacement dans un environnement interdisciplinaire, international et donc interculturel. 217. Un système d'enseignement classique, solide et bien conçu, allant du cycle primaire au cycle universitaire, peut constituer une excellente base pour le démarrage ou la poursuite d'activités liées aux sciences et aux techniques spatiales. Un certain nombre d'agences et d'institutions spatiales élaborent en permanence du matériel audiovisuel afin de renforcer le contenu de leurs programmes d'enseignement des sciences, des technologies et des mathématiques pour tous les niveaux. Un grand nombre de ces institutions organisent des cours de formation dans diverses disciplines, et d'autres apportent un soutien pédagogique aux enseignants. 218. L'Union astronomique internationale (UAI), le Comité de la recherche spatiale (COSPAR) et d'autres organisations internationales devraient aider à rassembler et systématiser des informations sur l'expérience accumulée dans l'enseignement de l'astronomie et des sciences spatiales fondamentales, à divers niveaux, dans un cadre aussi bien extrascolaire que scolaire et dans des pays aux situations différentes. Ces informations pourraient aider les États intéressés à dresser un bilan, à se fixer des objectifs nationaux réalistes et à élaborer des stratégies d'enseignement à long terme efficaces, et adaptées aux conditions locales36. 219. Des organisations internationales telles que TUAI et le COSPAR devraient aider à dresser l'inventaire des méthodes et des matériels d'enseignement qui se sont révélés efficaces dans différents pays à tous les niveaux de l'enseignement aussi bien scolaire qu'extrascolaire, du cycle primaire au cycle universitaire. Cet inventaire devrait s'étendre à la formation et au perfectionnement des enseignants et à l'adoption d'éléments multiculturels et multidisciplinaires, selon les besoins. Les matériels devraient être diffusés, en collaboration avec d'autres partenaires, aux États et aux communautés intéressés du monde entier et adaptés aux conditions locales36. 220. Il faudrait instituer une collaboration entre les centres régionaux pour les sciences et les techniques spatiales affiliés à l'Organisation des Nations Unies et TUAI, COSPAR, et d'autres organisations scientifiques, afin de renforcer les parties de leurs programmes ayant trait à l'astronomie et aux sciences spatiales fondamentales pour accroître l'intérêt et l'efficacité de ces programmes dans les sciences spatiales fondamentales, environnementales et appliquées36. 221. Tous les États devraient reconnaître que, pour contribuer efficacement au développement technique, économique et social de leur pays, les scientifiques et ingénieurs spécialistes de l'espace ont besoin d'emplois et d'outils de recherche satisfaisants ainsi que d'une formation appropriée. La mise en place de partenariats avec l'industrie et la sensibilisation du public aux sciences devraient être considérées comme des pas importants vers la réalisation de ces objectif36. 222. Une grande quantité de matériels d'enseignement, couvrant notamment tous les aspects des sciences et des techniques spatiales, est sans cesse produite et mise à jour, notamment par les institutions suivantes : Administration nationale chinoise de l'espace, Agence de l'aviation et de l'espace russe, Centre national d'études spatiales (CNES), Centre spatial national britannique, ESA, Établissement allemand de recherche aérospatiale (DLR), Institut national de recherche spatiale du Brésil, NationaiAeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis, Agence spatiale japonaise (NASDA), Organisation indienne de recherche spatiale, et de nombreux autres organismes s'occupant de l'espace. Lés matériels sont certes conçus essentiellement pour satisfaire les besoins nationaux, mais bien d'autres pays y ont également accès grâce à des accords de coopération. 55 A/CONF.184/6 223. D'autres institutions élaborent également des matériels d'enseignement, comme le Comité de la recherche spatiale, le Comité des satellites d'observation de la Terre, le Conseil international pour la science, la Fédération internationale d'astronautique, la Planetary Society, l'Union astronomique internationale, des organismes du système des Nations Unies et d'autres organisations professionnelles du monde entier qui encouragent la diffusion des acquis des sciences et des techniques spatiales. 224. Outre l'enseignement et la formation des ressources humaines, le renforcement des capacités suppose le développement de l'expérience et de la pratique des programmes de recherche ou des applications opérationnelles de certaines techniques. Il faut, dans ce cadre, définir des politiques, mettre en place les cadres institutionnels et les infrastructures physiques, obtenir le soutien financier nécessaire aux activités choisies, ainsi que l'accès aux sources extérieures fournissant données et informations, et établir des liens de coopération technique avec des institutions ayant des compétences techniques dans des domaines pertinents de recherche ou pour des applications déterminées. 225. L'expérience montre qu'avec l'élargissement de l'accès à l'enseignement des disciplines fondamentales, c'est au gré des projets, de la formation en cours d'emploi, de l'expérience, d'ateliers et d'un partenariat sur des projets communs que s'effectue la transition de cet enseignement aux applications techniques spatiales. 226. Le Bureau des affaires spatiales a engagé, dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, une action visant à mettre en place, dans les pays en développement, des centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales affiliés au système des Nations Unies. Ce projet repose sur l'idée selon laquelle, en mettant en commun leurs ressources limitées en équipement et en personnel hautement qualifié, les pays en développement devraient pouvoir disposer de centres d'enseignement et de formation d'un niveau de qualité international, où les personnels nationaux pourraient acquérir la maîtrise des sciences et techniques spatiales, notamment des appUcations utiles pour les programmes nationaux de développement, comme la télédétection et l'utilisation de l'information géographique, la météorologie par satellite, les télécommunications par satellite et les sciences spatiales fondamentales. 227. Le Centre de formation aux sciences et techniques spatiales pour l'Asie et le Pacifique, affilié au système des Nations Unies, a été constitué en 1995. La composante initiale de ce centre est assurée par l'Organisation indienne de recherche spatiale. Il y est proposé des stages de courte durée et un cursus d'enseignement de neuf mois, auquel fait suite un projet d'application, sur un an, dans un domaine au choix : télédétection, systèmes d'information géographique, communications par satellite, météorologie par satellite, climat mondial ou sciences spatiales. À la fin de 1998, le Centre avait dispensé cinq cours, suivis par environ 80 étudiants. I l devrait devenir un centre névralgique dans la région Asie-Pacifique grâce à des projets de recherche spécifiques, à des services de conseil à l'intention des États Membres de la région et à un enseignement de haut niveau en sciences spatiales et en développement technologique. Pour utiliser au maximum le potentiel de la région, les pays intéressés et le Bureau des affaires spatiales sont encouragés à poursuivre leurs consultations afin de créer le réseau d'établissements associés pour former le Centre. 228. Le Centre régional africain de formation aux sciences et techniques spatiales en langue française et le Centre régional africain de formation aux sciences et techniques spatiales en langue anglaise, tous deux affiliés au système des Nations Unies, ont été créés, au Maroc et au Nigeria respectivement, en 1998. Ils élaboreront leurs programmes d'enseignement, de formation et de recherche et en commenceront la mise en oeuvre dans le courant de l'année 1999. 229. De même, l'Egypte s'est déclarée disposée à établir et à accueillir un centre de formation aux sciences et techniques spatiales en langue arabe qui serait affilié aux Nations Unies. 230. L'étabtissement d'un centre d'enseignement des sciences et techniques spatiales en Asie occidentale est en cours de planification finale. 231. Le Brésil et le Mexique ont été choisis comme pays hôtes pour le Centre régional de formation aux sciences et techniques spatiales pour l'Amérique latine et les Caraïbes affilié au système des Nations Unies. L'accord portant création du Centre a été signé par les deux gouvernements puis ratifié par leurs instances parlementaires en 1997. 232. Pour ce qui est de l'Europe centrale, orientale et du Sud-Est, des discussions entre la Bulgarie, la Grèce, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et la Turquie ont conduit à la création d'un réseau d'établissements d'enseignement et de recherche dans le domaine des sciences et des techniques spatiales. Des experts de ces pays sont convenus de coopérer avec le Bureau des affaires spatiales pour, grâce au soutien de l'Italie, réaliser une étude des caractéristiques techniques, de la conception, du mécanisme de fonctionnement et du financement de ce réseau. 233. Pour aider ces centres, le Bureau des affaires spatiales a constitué un groupe de spécialistes de la recherche et de l'enseignement, auquel il a demandé d'établir des programmes d'enseignement de niveau international dans les domaines de la télédétection et des systèmes d'information géogra-56 A/CONF.184/6 phique, de la météorologie par satellite, des communications par satellite et des sciences spatiales fondamentales. Les programmes ainsi établis ont été communiqués pour avis à des confrères d'origines géographiques diverses et spécialisés dans différents domaines scientifiques. Ces programmes d'enseignement devraient devenir une référence pour les centres. ii) Enjeux et problèmes 234. Le renforcement et le soutien des activités des centres régionaux constitués à l'initiative de l'Organisation des Nations Unies en application de la résolution 45/72 de l'Assemblée générale en date du 11 décembre 1990 appellent un effort concerté de la part de diverses institutions afin d'appuyer, notamment, leurs activités d'enseignement, le développement de leurs infrastructures et leur cadre institutionnel et administratif. 235. Les centres nationaux et régionaux devraient être renforcés, avec l'appui des pays industrialisés et de tous les États membres de l'organisation des Nations Unies37. 236. La valorisation des ressources humaines doit s ' accompagner de la création d'une infrastructure matérielle appropriée. La première étape de la création de cette infrastructure consiste à définir les besoins, lesquels dépendent, d'une manière générale, de ceux du pays concerné et du rôle -établi ou probable -des sciences et de la technologie spatiales dans la satisfaction de ces besoins. 237. Bien que les besoins et les possibilités varient d'un pays à l'autre, l'expérience montre qu'il y a tout intérêt à commencer par les infrastructures nécessaires aux applications, par exemple les ordinateurs et le matériel d'analyse des images obtenues par télédétection, avant de passer (le cas échéant) aux installations de réception des données. Une telle approche permet également de rentabiliser plus rapidement les investissements et de développer les compétences locales. 238. Le financement de cette infrastructure est un domaine dans lequel l'aide internationale peut être nécessaire. Les institutions multilatérales peuvent jouer un rôle majeur dans l'obtention de ce financement ainsi que dans l'insertion d'une telle infrastructure dans des projets qui ne sont pas liés à l'espace, par exemple en incluant une composante diffusion par satellite dans un projet d'enseignement. L'important est de faire comprendre, au niveau national, que ces éléments d'infrastructure doivent s'intégrer dans des projets de développement plus vastes. 239. Les usagers potentiels des techniques spatiales ont souvent besoin de conseils techniques pour définir le type et le niveau des technologies à inclure dans leurs programmes. Pour les décideurs, l'impossibilité de faire un choix en connaissance de cause comporte le risque que la solution technologique retenue se révèle insuffisante et mène à l'échec, ou au contraire qu'elle soit plus ambitieuse que nécessaire et entraîne des coûts disproportionnés en regard des résultats. De nombreux pays en développement sont exposés à ce type de situation. 240. Les organismes dont l'activité touche à l'espace et qui font de l'enseignement ont de plus en plus recours à Internet et, en particulier, au World Wide Web pour toucher leurs destinataires. Or, le Web n'est pas encore véritablement mondial et l'accès à Internet reste limité dans certains pays en développement. Par conséquent, même s'il existe des programmes visant à renforcer l'accès des pays en développement aux outils électroniques, le support écrit reste nécessaire. 241. Opérant dans un cadre moins formel, avec moins de contraintes et des objectifs plus limités, les organisations non gouvernementales peuvent jouer un rôle d'instigateurs et de promoteurs de la coopération internationale, aussi bien auprès de la communauté scientifique que du grand public. Il faudrait par conséquent mettre l'accent sur leur rôle potentiel de catalyseurs dans le domaine de l'enseignement et de l'information. 242. Il serait possible de renforcer les activités d'observation des objets proches de la Terre déployées par les agences spatiales en coordonnant ces activités avec celles des organismes gouvernementaux et des chercheurs au niveau mondial. Les organisations non gouvernementales, en particulier PUAI, peuvent jouer un rôle important à cet égard en fournissant au grand public des informations précises concernant ces objets. 243. L'aide politique et financière en faveur du développement et de l'utilisation des sciences et techniques spatiales peut être renforcée en menant une action de sensibilisation du public, visant à faire comprendre et apprécier les retombées bénéfiques des activités spatiales. Bien que chacune des institutions actives dans le domaine spatial diffuse des informations auprès du public, les résultats n'en sont pas pleinement satisfaisants. Ce domaine d'intervention mérite donc un rang de priorité plus élevé. 244. Pour faire évoluer l'opinion des décideurs et renforcer la coopération internationale dans le domaine des sciences spatiales fondamentales, le Bureau des affaires spatiales, de concert aves les États intéressés et les institutions s'occupant de l'espace, pourrait coordonner la constitution d'un réseau qui permettrait d'obtenir des informations sur les activités menées à l'échelle nationale, la façon dont elles sont planifiées et les résultats qu'on en attend à moyen et long terme, 57 A/CONF.184/6 ainsi que sur les projets en cours et les résultats de ceux qui ont été menés à bien. iii) Programmes d'action spécifiques 245. Il faudrait poursuivre l'assistance aux activités en cours comme la série d'ateliers ONU/ES A sur les sciences spatiales fondamentales, organisées avec succès entre 1991 et 199938. 246. Il faudrait offrir des incitations appropriées aux enseignants et encourager la coopération entre enseignants du secondaire à l'occasion de réunions spécialisées, forums, cours d'été et réseaux. Il faudrait également étudier la question de la reconnaissance des diplômes universitaires afin de facibter les échanges d'étudiants entre universités et centres de formation et proposer des enseignements dans le domaine des applications spatiales. Il faudrait également organiser des enseignements communs et accorder des diplômes communs dans le domaine des sciences et des techniques spatiales37. 247. Les agences spatiales, les centres spatiaux et le secteur privé devraient contribuer au développement de l'enseignement de différentes applications des techniques spatiales (télédétection, communications, planétologie, détermination d'orbite, etc.). À cet égard, chaque nouveau programme spatial devrait comprendre des objectifs en matière d'éducation et de formation. Pour cela, ingénieurs, chercheurs et pédagogues devraient déterminer ensemble quels investissements financiers sont nécessaires, quelle est la nature des informations et données à acquérir et de quelle façon elles peuvent être diffusées. Il faudrait intensifier le dialogue, directement ou par l'intermédiaire d'associations spécialement constituées, entre agences spatiales, universités et entités du secteur privé37. 248. Le Bureau des affaires spatiales, conjointement avec chacun des centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales associés à l'Organisation des Nations Unies, devrait s'engager dans une démarche internationale impliquant les agences spatiales, les institutions spécialisées du système des Nations Unies, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales et le secteur privé, dans le but de consolider la qualité des programmes d'enseignement et la viabilité à long terme de ces centres. La réorientation de certaines activités de coopération que le Bureau mène déjà, par exemple avec PESA, la Société internationale de photogrammétrie et de télédétection et la Planetary Society, ou la mise en route d'activités supplémentaires cofinancées avec de nouveaux bailleurs de fonds irait dans ce sens. 249. Il faudrait encourager de nouvelles initiatives telles que celles lancées par le Comité de la recherche spatiale et l'Union astronomique internationale visant à l'organisation, en collaboration avec les centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales, d'ateliers consacrés à des thèmes plus spécifiques38. 250. Ces centres doivent être reconnus à leur juste valeur, comme assurant la formation de personnels capables de contribuer aux programmes de développement économique et social, de sorte que puisse être mis en place, pour chaque centre, un mécanisme de financement autonome soutenu essentiellement par la région, des pays donateurs, des organisations internationales et le secteur privé. Les États Membres pour lesquels les centres régionaux ont été créés devraient donc apporter leur plein soutien et participer activement aux programmes qui y sont mis en oeuvre. La mission de sensibilisation qu'accompliront les anciens élèves de ces centres sera décisive à cet égard. 251. Pour appuyer directement les programmes d ' enseignement, on pourrait mener les actions suivantes : a) Promouvoir la conclusion d'accords de coopération entre les centres et les institutions précitées. Les domaines et les modalités de coopération seraient à négocier entre les universités, sur une base acceptable pour tous les partenaires. On pourrait prévoir l'échange de chercheurs et d'enseignants; un appui consultatif technique aux diplômés menant des projets pilotes dans leur pays d'origine; des stages de courte durée et des ateliers conçus et organisés en vue de développer les capacités des participants au-delà du niveau de base; b) Promouvoir l'acquisition, par les centres, de matériel audiovisuel et de supports pédagogiques disponibles en ligne; c) Aider les centres à obtenir les prestations d'intervenants régionaux et internationaux; d) Aider les centres à orienter certaines de leurs activités vers des domaines d'intérêt régional et international; e) Constituer un fonds spécial ou un autre mécanisme de soutien aux centres favorisant la participation de personnes originaires des régions desservies aux programmes d'enseignement et de formation des centres. 252. Pour soutenir le développement de l'infrastructure des centres et leur fonctionnement, d'autres initiatives pourraient être prises, comme suit : a) Aider les centres à formuler, à l'intention des institutions de financement, des propositions de partage des coûts relatifs à leur mise en route; 58 A/CONF.184/6 b) Aider les centres à nouer avec l'industrie des contacts débouchant sur des partenariats dans les domaines d'intérêt commun; c) Aider les centres à mettre au point des moyens de diffuser efficacement l'information sur leurs réalisations, aux niveaux régional et international, de manière à faciliter l'obtention des concours nécessaires pour assurer leur viabilité à long terme; d) Aider les centres à tirer parti des matériels d'enseignement et des possibilités de formation accessibles grâce à Internet et au World Wide Web, et à échanger entre eux des documents et des données d'expérience. 253. Les coûts pour l'Organisation des Nations Unies correspondraient essentiellement à un certain nombre de mois de travail qui pourraient être couverts dans les limites -des ressources existantes du Bureau des affaires spatiales et moyennant quelques modiques dépenses supplémentaires. Le calendrier des activités s'étalerait sur trois ans. En consultation avec les organismes participants, le Bureau rendrait compte des progrès accomplis au Sous-Comité scientifique et technique. 254. L'ONU assure avec efficacité la diffusion de l'information et le développement des communications auprès des scientifiques et des enseignants dans les pays en développement. Elle pourrait également animer des opérations de diffusion de matériel éducatif pour faire connaître les informations et conclusions les plus récentes concernant l'exploration spatiale. L'appui des organismes spatiaux et scientifiques nationaux, des organismes d'enseignement et des ONG est indispensable à la réalisation et à la distribution de ce matériel. 255. Les pays intéressés peuvent apporter leurs compétences et participer à des missions ou à d'autres activités spatiales, non seulement en préparant des programmes éducatifs, mais aussi en participant à la constitution de bases de données sur les missions spatiales, en fournissant des instruments et des composants, en associant des experts à des équipes de chercheurs ou de techniciens et en prenant part à des activités de fabrication ou de production. À cette fin, les divers appels d'offres régulièrement publiés par les agences spatiales pour obtenir une participation à des projets de recherche ou des projets pilotes devraient être largement diffusés. 256. Outre l'accent qu'elle fera porter sur les applications des techniques spatiales, l'ONU pourrait élaborer, à l'intention des pays en développement, des programmes d'information et de formation fondés sur les résultats des activités entreprises dans le domaine des sciences spatiales et de l'exploration planétaire. Des ateliers et des colloques destinés à aider les scientifiques à répondre aux avis d'appels d'offres de participation à des missions spatiales, ou s'adressant à des éducateurs et à d'autres personnes qui s'intéressent d'une manière plus générale aux sciences spatiales et à l'exploration planétaire, pourraient être organisés dans le cadre et avec les ressources du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. 257. Un fonctionnaire du Bureau des affaires spatiales pourrait être chargé de la coordination en vue de faciliter la participation des scientifiques et ingénieurs des pays en développement aux grands projets et programmes spatiaux internationaux. Il faudrait continuer d'organiser des ateliers et des colloques à l'intention des scientifiques et des éducateurs des pays en développement afin de leur permettre de participer plus facilement aux missions spatiales et d'en tirer un meilleur parti. Les résultats des activités antérieures devraient être examinés et exploités dans le cadre de ces ateliers, pour lesquels on devrait continuer de faire appel au milieu professionnel international par l'intermédiaire, par exemple, de l'UAI ou du COSPAR. 258. Une plus grande coordination s'impose afin de recenser et de caractériser les objets proches de la Terre, avec la participation d'organisations non gouvernementales, de chercheurs et d'associations d'astronomes amateurs, notamment des pays en développement. Les agences spatiales exerçant déjà des activités dans le domaine de l'observation de ces objets et l'UAI pourraient jouer un rôle important en mettant en place un mécanisme de coordination de ces observations, et en se chargeant d'informer le public de la découverte éventuelle de tout objet présentant un danger important pour la Terre. 259. Il est recommandé : a) Que l'ONU prenne l'initiative d'inviter tous les États Membres à soutenir la recherche sur les objets proches de la Terre, les astéroïdes et les comètes dans leur propre pays, à travers la création d'un centre national ou régional du type «Spaceguard» et qu'elle encourage l'éducation et l'information concernant ces objets; b) Que tout soit mis en oeuvre pour apporter une aide financière à la recherche sur les objets proches de la Terre, à la fois théorique et basée sur des observations (au sol et depuis l'espace), et particulièrement pour stimuler les échanges et la formation de jeunes astronomes des pays en développement; c) Que l'ONU soutienne et favorise une participation plus importante des chercheurs et des observatoires qui sont en mesure d'observer l'hémisphère australe39. 59 A/CONF.184/6 260. Le Bureau des affaires spatiales, dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, pourrait organiser périodiquement, par exemple tous les deux ou trois ans, des réunions internationales de chercheurs éminents dans les domaines de l'astronomie, de l'exploration planétaire, de l'astrophysique, de la paléontologie, de l'astronautique et du droit de l'espace sur la question des objets proches de la Terre. 261. Il est recommandé de s'efforcer de mieux enseigner les sciences spatiales et, pour ce faire, recourir à des applications spatiales telles que les observations recueillies à partir de satellites (par exemple, des images satellite) et les systèmes de communication. De fait, i l est de plus en plus facile et de moins en moins coûteux de consulter des bases de données, d'accéder librement à des sites de la toile consacrés à l'observation de la Terre et d'avoir accès à des cours de formation des enseignants à la télédétection par le biais de réseaux de satellites plutôt que par d'autres moyens de transmission Cela vaut aussi bien pour les pays développés, où le prix des télécommunications est souvent élevé, que pour les régions étendues et peu peuplées ou les pays en développement40. 262. En l'absence d'enseignants dûment formés, i l est difficile de prendre conscience des retombées bénéfiques des activités spatiales. La formation initiale et le recyclage des enseignants en la matière devraient donc faire partie des stratégies de valorisation des ressources humaines à long terme. Les programmes spatiaux sont par essence multidisciplinaires -faisant intervenir les questions d'environnement, la biologie, la géographie, la physique, l'astronomie, les télécommunications, Finformatique et d'autres sujets encore. Ils sont mondiaux pour ce qui est de leur portée, mais locaux pour ce qui est de leurs applications. Ils constituent une plate-forme idéale pour les activités multidisciplinaires qui stimulent les enseignants et permettent de jeter des ponts entre matières et entre frontières, d'assurer une formation sur place et, pour les élèves, d'ouvrir des horizons nouveaux40. 263. Il est recommandé que l'Organisation des Nations Unies et l'UNESCO engagent vivement les organes de décision compétents des ministères de l'éducation à formuler des politiques nationales d'enseignement et des sciences fondamentales de l'espace, car c'est là le meilleur moyen de répondre aux besoins et aux exigences des générations présentes et à venir40. 5. Élargir les possibilités d'éducation et de formation pour les jeunes i) Situation concernant l'importance de l'éducation et de la formation des jeunes à l'espace 264. La valorisation continue des ressources humaines est essentielle pour le développement scientifique et technologique, mais aussi économique, social et culturel de tout pays. Dans certains domaines, les activités humaines portent la marque de l'évolution rapide des sciences et des technologies et de leur capacité à passer les frontières en ayant des incidences sociales, économiques et culturelles considérables sur la société à l'échelle mondiale. Les stratégies de valorisation des ressources humaines dans ces domaines devraient s'inscrire dans de vastes perspectives à long terme concernant l'orientation future des activités humaines. Elles ne pourraient être élaborées sans une coopération internationale qui vise à élargir les possibilités d'éducation pour les générations futures, afin de leur permettre de répondre aux besoins de plus en plus diversifiés des sociétés à venir. 265. Conformément à l'article 55 de la Charte des Nations Unies, la promotion de la coopération internationale dans le domaine de l'éducation est l'un des grands objectifs de l'Organisation des Nations Unies. Dans le cadre de son programme relatif aux utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, cette dernière continue d'offrir des possibilités d'éducation et de formation aux sciences et techniques spatiales et à leurs applications, en particulier dans le cadre du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales. Certaines de ces activités pourraient également s'adresser aux jeunes, qui seront les décideurs de demain. 266. Certaines agences spatiales organisent des activités pour les jeunes de leur pays, les incitant à approfondir leur connaissance des sciences et techniques spatiales, et à envisager de travailler et de vivre dans l'espace. Il existe également des organisations non gouvernementales qui, comme le Young Astronauts Club, regroupent des jeunes intéressés par les activités spatiales, organisent à leur intention des activités sur le thème de l'espace et les aident par ailleurs à entrer en contact avec d'autres jeunes qui, dans d'autres pays, partagent leur intérêt. Non seulement ces activités pédagogiques encouragent les futurs scientifiques et ingénieurs à poursuivre leur carrière dans des secteurs liés à l'espace, elles contribuent également à élever le niveau des connaissances scientifiques à l'école. Certaines des activités d'éducation et de formation des jeunes organisées au niveau national par les agences spatiales et les organisations non gouvernementales peuvent servir d'exemple à d'autres pays. 60 A/CONF.184/6 267. Dans le domaine spatial, nombreuses sont les activités qui nécessitent entre le moment où le concept de la mission est défini et celui où la mission elle-même est menée, beaucoup de temps avant de porter leurs fruits. La planification des activités spatiales devrait donc s'accompagner de stratégies de valorisation des ressources humaines adaptées et à long terme. Étant donné le renforcement de la coopération internationale dans le domaine des activités spatiales etrimportance croissante des retombées socioéconomiques bénéfiques des applications spatiales, les activités pédagogiques destinées aux futurs décideurs et gestionnaires devraient mettre l'accent sur une approche multiculturelle et une formation interdisciplinaire. 268. À cet égard, l'Université internationale de l'espace est un succès. Chaque été, à la session annuelle de l'Université, une centaine de jeunes de 25 à 35 ans viennent du monde entier pour suivre une formation interdisciplinaire de 10 semaines au cours de laquelle ils sont initiés à divers aspects des activités spatiales, allant de la fabrication dans l'espace au droit de l'espace, et apprennent à travailler ensemble dans un environnement multiculturel. L'Université propose désormais un programme postuniversitaire sur une année et organise des stages de courte durée à l'intention de jeunes professionnels. Elle étend également ses activités pédagogiques en vue d'attirer plus de participants des pays en développement. L'un de ses grands objectifs est de former les futurs responsables des activités spatiales. Sa réussite à cet égard est remarquable, puisqu'un nombre croissant de ses anciens élèves travaillent dans diverses agences spatiales et dans des instituts de recherche, des organisations internationales et des industries liés au domaine spatial. 269. Depuis 10 ans, le Centre européen de recherche en droit de l'espace organise, en collaboration avec plusieurs universités des États Membres de l'ESA, des cours d'été sur les problèmes juridiques liés aux activités spatiales. Chaque année, une quarantaine d'étudiants en droit suivent ces cours, qui contribuent de ce fait à promouvoir la formation juridique dans le domaine des activités spatiales. ii) Enjeux et problèmes 270. La participation des jeunes aux activités d'éducation . et de formation du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales est encore limitée. L'Organisation des Nations Unies devrait continuer de proposer des cours et des formations aux décideurs, scientifiques et ingénieurs qui ont une influence directe et immédiate sur le développement socioéconomique des pays en développement, mais elle pourrait dans le même temps, en collaboration avec d'autres organismes compétents du système des Nations Unies, offrir des possibilités analogues aux étudiants ainsi qu'aux jeunes scientifiques et ingénieurs appelés à devenir, dans différentes régions du monde, les futurs responsables des activités spatiales. Les programmes d'éducation et de formation devraient inclure les sciences et techniques spatiales et leurs applications. Cela contribuerait à la valorisation des ressources humaines nécessaires pour assurer une exploitation continue des applications spatiales au service du développement économique et social. 271. Puisque la jeune génération sera concernée par les plans actuellement élaborés dans le domaine des activités spatiales, des efforts devraient également être faits, chaque fois que possible, pour lui donner la possibilité d'exprimer ses idées et ses visions au sujet de ces activités. Les acteurs du secteur spatial pourraient aussi, au niveau international, tirer parti de ses idées originales et novatrices, qui peuvent être totalement indépendantes des politiques établies et des positions officielles des États Membres ou des organisations internationales. Si, parallèlement, les jeunes étaient encouragés à participer à un forum international consacré à l'élaboration, au niveau intergouvernemental, d'un plan de coopération international dans le domaine spatial, ils y trouveraient peut-être la motivation indispensable pour mettre ledit plan à exécution. 272. À la lumière de ce qui précède, le Comité préparatoire est, à sa session de 1998, convenu que le Forum de la génération spatiale devrait être organisé dans le cadre du Forum technique de la Conférence UNISPACE III. Une table ronde visant à sensibiliser davantage les instances publiques à l'utilité de l'inclusion des techniques spatiales et de leurs applications dans les programmes d'enseignement européens serait prévue par l'Association européenne pour l'Année internationale de l'espace (EURISY). Pour les étudiants de troisième cycle et les jeunes professionnels, les associations d'anciens élèves de l'Université internationale de l'espace organiseraient des réunions parallèles à la Conférence, en vue de présenter aux responsables des programmes actuels la conception et la vision que de jeunes professionnels d'origines géographiques diverses ont des futures entreprises spatiales. 273. Il est également souhaitable que certaines entreprises communes intereuropéennes d'observation de la Terre aux fins de l'enseignement primaire et secondaire soient, avec le concours de l'ONU, portées à la connaissance de pays non européens, ce qui contribuerait à étoffer les ressources en images satellite et à enrichir les bases de données sur l'observation de la Terre qui se créent actuellement sur la toile, ainsi que l'a recommandé la réunion de l'Association européenne pour l'Année internationale de l'espace (EURISY) au sujet de l'intégration de l'observation de la Terre dans les programmes d'enseignement secondaire (Frascati, 61 A/CONF.184/6 25-27 mai 1998). On pourra ainsi inciter les élèves à s'intéresser à la recherche personnelle, à développer leur aptitude à visualiser des concepts et à approfondir leurs connaissances en informatique40. 274. Il est maintenant suggéré, en se fondant sur les données d'expérience d'EURISY et d'autres initiatives transfrontières, d'aborder cette question sous un angle mondial et, pour ce faire, de créer un partenariat international pour la coopération dans le domaine de l'enseignement des sciences spatiales, dans l'esprit de la stratégie d'observation mondiale intégrée40. iii) Conception et vision des jeunes 275. Les 160 participants aù Forum de la génération spatiale venaient de 60 pays. Leurs spécialisations couvraient tous les domaines de l'espace, y compris la science, la technologie, le droit, l'éthique, l'art, la littérature, l'anthropologie, l'architecture et de nombreux autres domaines ayant des liens avec l'espace. Tous sont intervenus entant qu'individus motivés, mus par leur conscience et par leur conviction que l'espace avait le pouvoir de changer en mieux l'humanité. Les participants ont exprimé l'espoir et la conviction que l'avenir des habitants de la Terre serait guidé par des principes d'éthique, ce qui supposait que ces derniers comprennent les conséquences à long terme de leurs entreprises et que tous les peuples avancent unis. Toutes les recommandations du Forum de la génération spatiale (A/CONF/184.1/L.11 et Corr.l) figurent à l'annexe II de son rapport à la Conférence. Le Forum a proposé que ses recommandations fassent l'objet d'un suivi continu41. 6. Besoins en matière d'information et approche globale i) Situation concernant les systèmes d'information destinés à la recherche et leurs applications 276. Les systèmes d'information sont des outils indispensables pour organiser, manipuler et intégrer des données à l'aide d'algorithmes et produire des résultats sous la forme la mieux adaptée au groupe qui les utilisera. La technologie de l'information embrasse tout un faisceau de technologies de pointe dans les domaines de Pinformatique, des logiciels, de la micro-électronique, des télécommunications, des bases de données et des réseaux. De ce fait, la technologie de l'information, au sens large, englobe non seulement des technologies de traitement touchant à l'information, mais aussi des technologies concernant les télécommunications et le transfert électronique de l'information. La technologie spatiale, devenue un instrument majeur de collecte et de communication rapide et fiable de l'information sur de longues distances et vers des régions lointaines, est un apport déterminant au secteur de la technologie de l'information. À une époque où les ressources sont rares, les agences spatiales et les organismes de financement s'efforcent d'éviter les chevauchements et les lacunes et de rentabiliser leurs investissements. Les gouvernements et les organisations internationales craignent naturellement que des programmes qui, tout à fait logiquement, ont été lancés à divers moments et à divers endroits pour répondre à des besoins différents demeurent fragmentés et isolés, alors même que des synergies seraient possibles. Il est en particulier apparent qu'il faut mettre en place un cadre stratégique et un mécanisme de planification pour rassembler les observations obtenues par télédétection et au sol dans le cadre de programmes de recherche et d'activités opérationnelles. C'est pourquoi les initiatives IGOS viennent à point nommé. 277. L'évolution rapide de l'industrie de la technologie de l'information et la prolifération des ordinateurs ont modifié le champ d'application du traitement de l'information, que ce soit en termes d'applications ou de soutien technologique. Actuellement, des ordinateurs sont capables de traiter non seulement du texte et des chiffres, mais aussi de générer des cartes et des images numériques, aussi bien de manière autonome qu'avec des données tabulaires, et de les fusionner pour arriver à une nouvelle perception -la visualisation spatiale de l'information. 278. Les infrastructures d'information sont devenues un élément essentiel du développement de tout pays. D'une manière générale, le concept d'infrastructure mondiale de l'information se perçoit dans la perspective fondamentale de la liberté de communication et d'accès à l'information. L'infrastructure mondiale de l'information va dans le sens de l'accès sans réserve, du service universel, de l'affranchissement par rapport aux contraintes réglementaires, de la concurrence et de l'investissement privé. Les principes fondamentaux sur lesquels repose une infrastructure nationale de l'information sont le «droit de savoir» et le «droit à l'information». La nécessité de développer une infrastructure nationale de l'information repose sur le droit d'accès aux données appartenant au domaine public et intéressant les usagers, sur les droits des citoyens, sur l'universalité de l'accès et sur l'accès aux données financières. 279. Les systèmes d'information sont l'élément central des infrastructures de l'information, tant nationales que mondiale. S'il n'est pas indispensable d'organiser des systèmes d'information multiples aux niveaux mondial et local, il faut en revanche un mécanisme d'extraction et d'échange permettant l'agrégation des informations de la base au sommet. Beaucoup de pays ont des infrastructures nationales de l'information dans lesquelles l'accès est reconnu comme 62 A/CONF.184/6 un. droit fondamental, tandis que de nombreux pays en développement doivent cependant développer et renforcer leurs infrastructures de l'information pour se servir de l'intermédiaire comme d'une ressource essentielle au développement. 280. Pour exercer efficacement les fonctions de planification et de développement, il faut disposer de toute une série de données sur les ressources matérielles et naturelles, les ressources humaines, les pratiques sociales et les aspects économiques. Les bases de données ayant pour noyau un SIG sont les éléments de construction des systèmes d'information; à l'avenir, i l conviendra de mettre l'accent sur l'organisation de bases de données spatiales utilisant les SIG. Les images spatiales vont constituer la forme la plus importante d'entrée dans les bases de données SIG, puisqu'elles permettent de suivre de manière continue les modifications de l'environnement. Les capacités de modélisation et d'intégration qu'offrent les SIG permettent des analyses rapides et fiables d'hypothèses reposant sur des situations réelles ou probables et de générer des «visualisations» en réponse aux interrogations des usagers. 281. L'un des principaux intérêts de ces systèmes est leur capacité de traitement des données. Tout d'abord, ils autorisent l'introduction de données d'origine, de nature et de format différents. Ensuite, ils offrent aux opérateurs une grande souplesse pour ce qui est de la manipulation des données et de leur affichage sous la forme choisie par l'utilisateur. Enfin, ils permettent d'intégrer les données dans des produits à valeur ajoutée dont le contenu informationnel est supérieur aux données proprement dites et est adapté en fonction des besoins des utilisateurs. La puissance de ces outils dépend non seulement de leurs caractéristiques techniques, mais aussi de la qualité des données, et en particulier de la capacité de tenir la base de données à jour en y incorporant de nouvelles informations. L'observation de la Terre depuis l'espace constitue une source cohérente, objective et régulière de données pour les systèmes d'information. 282. Les systèmes d'information sont par conséquent utiles pour la surveillance, l'observation d'un événement, la planification et les activités de prévention, c'est-à-dire aussi bien pour la recherche que pour ses applications et pour la prise de décisions. 283. Ils sont également nécessaires pour l'éducation et la formation, car ils facilitent le transfert de savoir-faire des pays développés vers les pays en développement et leurs institutions, ce qui est une condition du développement durable. La formation doit se faire à tous les niveaux et doit concerner aussi bien les spécialistes que ceux qui sont chargés d'interpréter les données, les étudiants et les enseignants, les décideurs et les responsables de projets. Par ailleurs, il est également nécessaire d'organiser des stages de formation en cours d'emploi et des activités de suivi. 284. L'implantation de bases de données fondamentales sur leWeb a créé une demande de compatibilité des bases ainsi accessibles, et l'universalité d'accès. Cette évolution a déclenché à son tour une demande de standardisation et d'outils moins coûteux. 285. Avec la mise au point de plusieurs nouveaux systèmes d'information, la protection des droits de propriété intellectuelle est devenue l'une des questions les plus débattues, comme on a pu le voir à l'occasion des discussions au sujet de la protection mondiale de la propriété intellectuelle dans les bases de données. Plusieurs initiatives de caractère réglementaire ont été engagées à ce sujet. ii) Enjeux et problèmes 286. L'une des mesures importantes qu'il convient de prendre pour résoudre les problèmes qui se posent au niveau mondial ou régional est d'identifier les principaux problèmes de portée planétaire, tels que l'appauvrissement de la couche d'ozone, la modification du littoral, le changement climatique, les phénomènes météorologiques extrêmes, la perte de biodiversité, la désertification, la déforestation et les interactions entre les terres, les océans et l'atmosphère, en particulier des phénomènes climatiques extrêmes comme Le Nifio et la Nina, que les technologies spatiales pourraient permettre de comprendre et de résoudre plus facilement. 287. Au niveau local ou à l'échelle nationale, i l s'agirait d'utiliser Pimage-satellite haute définition pour apporter des solutions aux problèmes d'intérêt direct pour les populations : récoltes, eaux, utilisation des sols, urbanisation, guidage, pollution, etc. Toutes ces questions ont un commun dénominateur, à savoir la nécessité de disposer de systèmes intégrés d'information sous forme répartie, mais interconnectés en réseaux assez puissants pour constituer l'«épine dorsale» des activités de développement au niveau national et de recherche au niveau mondial. Tous les pays devraient tendre vers cet objectif. 288. Les sources de la plupart des informations nécessaires aux travaux de recherche-développement fiés à l'environnement sont les mêmes, à savoir les observations sur le terrain, les mesures au sol, les données de télédétection aérienne et spatiale, les archives et les bases de données et, enfin, les informations complémentaires tirées de l'expérience et des statistiques. Toutefois, bien qu'un grand nombre de ces données viennent des gouvernements et des universités ou autres cadres de recherche, elles sont souvent difficiles à trouver, éparpillées entre de nombreuses sources et mal 63 A/CONF.184/6 documentées, ou impossibles à obtenir sur un support approprié ou sous un format facilement lisible. 289. Pour l'accès universel à l'information, des métadonnées normalisées et régulièrement tenues à jour pour l'accès, la recherche et l'échange d'informations sont importantes. La poursuite de la mise au point de moteurs de localisation de l'information facilitant la recherche et l'accès aux informations, tels que le système de repérage d'information du Comité sur les satellites d'observation de la Terre (CEOS) (voir par. 144 ci-dessus), et la formation à l'utilisation de ces moteurs sont elles aussi déterminantes. 290. Étant donné que les décideurs s'orientent vers une approche des problèmes de la planète et de la gestion de ses ressources inspirée par l'idée de développement durable, i l devient urgent de disposer de données et d'informations sous une forme commode tant du point de vue de leur accès que de leur compréhension. L'utilité des données spatiales (sous forme cartographique) pour la prise de décisions et le rôle qu'elles peuvent jouer dans la planification et le développement devrait être généralement reconnue. 291. En ce qui concerne la collecte des données et leur incorporation dans les systèmes d'information aux fins du développement humain, les deux points fondamentaux à prendre en considération sont les besoins des utilisateurs, qui doivent être définis en priorité, et la continuité dans laquelle les données et les services doivent s'inscrire. 292. L'ONU, les États Membres et les agences spatiales sont invités à soutenir activement les initiatives suivantes : a) Reconnaître l'importance des données géospatiales et d'autres informations pour résoudre les importantes questions écologiques, économiques et sociales auxquelles est confrontée l'humanité; b) Reconnaître l'importance, d'une part, des données spatiales, d'autre part, de technologies spatiales telles que les communications, l'observation de la Terre et la localisation géographique et leur interaction; c) Faciliter la mise au point de données géospatiales fondamentales et utiles sous une forme pouvant convenir à de nombreuses applications; d) Encourager le partage des données géospatiales. Les métadonnées, en particuliers, devraient être aussi largement accessibles que possible; e) Encourager les industriels, de manière appropriée, à collaborer à la conception et à la réalisation d'infrastructures de données spatiales; f) Communiquer, collaborer et participer aux nombreux réseaux existant aux niveaux national, sous-régional, régional et mondial; g) Reconnaître l'importance de la formation, du transfert de technologie et du renforcement des capacités pour aider à gérer l'application de ces technologies42. 293. La protection des droits de propriété intellectuelle est elle aussi une question préoccupante. Avec le perfectionnement constant des techniques de traitement des données appliquées dans les systèmes d'observation, de plus en plus d'organismes, notamment de nature commerciale, vont fournir des systèmes d'observation, des capacités de traitement des données et des produits à valeur ajoutée. Les questions de propriété intellectuelle en matière d'information sur l'environnement sont complexes et en constante évolution, aussi nécessitent-elles une grande attention. Il faudrait envisager d'élaborer un ensemble de mesures conçues de manière à protéger les droits de propriété intellectuelle sans pour autant restreindre les possibilités de communication des données et des informations, non seulement pour les utilisations directes, mais aussi à d'autres fins utiles telles que la recherche, en gardant à l'esprit que la question des droits de propriété intellectuelle relève de la compétence de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). iii) Programmes d'action spécifiques 294. Pour établir une infrastructure globale comprenant les éléments énumérés ci-dessous, les pays doivent agir au niveau national sans perdre de vue la nécessité de coordonner leurs actions au niveau international : a) Bases de données. Les éléments clefs de l'infrastructure sont les bases de données. La mise au point et la construction de ces bases, à des fins variées et pour des utilisateurs divers (secteur privé, secteur public, communauté scientifique et gouvernement) est la principale tâche à accomplir pour permettre le développement systématique de cette infrastructure. Les bases de données devraient contenir des renseignements sur l'évolution des sciences et des techniques spatiales ainsi que de leurs applications, sur les établissements d'enseignement et de formation à vocation spatiale ainsi que sur les experts et les organisations actifs dans ces domaines. Dans la plupart des pays, il s'agira avant tout de convertir des quantités considérables de données analogiques en données numériques; b) Réseau. L'élément fondamental du fonctionnement d'un système d'information est la dorsale par laquelle l'information est acheminée d'un point à un autre. Avec les progrès rapides de la technologie apparaissent des configurations de réseau qui offrent des capacités de connexion 64 A/CONF.184/6 élevées en large bande grâce aux fibres optiques et diverses autres techniques autorisant des capacités de transmission qui atteignent les 100 Mb par seconde et offrant une mise en réseau des communications atteignant jusqu'à 2 Mb par seconde avec des terminaux à très petite ouverture et une diffusion grande vitesse par satellite. La dorsale du réseau devra donc combiner communications satellite et terriennes. L'avantage des communications par satellite réside dans leur portée régionale et dans la possibilité de desservir des terminaux à très petite ouverture sans station pivot et d ' assurer des services d'information à «domicile». Les pays en développement sont engagés à tirer parti des nouvelles techniques pour l'élaboration d'infrastructures nationales d'information et de communication; c) Normes. Les normes concernant les bases de données (formats, échange de données et interopérabilité) et les réseaux (passerelles et protocoles, matériel et logiciels de communication) sont un élément important des systèmes d'information. Les normes permettent aux applications et aux techniques de fonctionner ensemble. Les travaux réalisés en matière de normes, formats et bases de données par le CEOS devraient être encouragés et adoptés par d'autres organismes chaque fois que cela est possible et opportun. Les usagers doivent être étroitement associés à la mise au point de ces normes, car le produit final doit être convivial, accessible à un coût raisonnable et utilisable sur une longue durée. L'adoption et l'utilisation des normes nécessitent également des ressources. I l se peut que l'adoption des normes soit lente, en partie du fait que, souvent, ceux qui en bénéficient ne sont pas ceux qui ont supporté le coût de leur élaboration et de leur mise en place. Les États peuvent favoriser l'adoption de normes en prescrivant leur utilisation; d) Interface usager. Pour ce qui est de la conception des systèmes d'information, le type d'usager devant avoir accès au système et le niveau des applications ou services disponibles en amont grâce à ce système sont déterminants. Pour certaines applications, le niveau de pénétration devra être celui des ménages, et les capacités incluront un accès en ligne à des applications vidéo, telles que des programmes éducatifs passant par Internet. e) Réseau d'information coopératif africain reliant les scientifiques, les éducateurs, les professionnels et les décideurs des institutions africaines (COPINE). Les efforts déployés par le Bureau des affaires spatiales en vue d'établir un réseau d'information par satellite dans le cadre de l'initiative COPINE destinée à de nombreux pays africains sont reconnus. Le COPINE apparaît comme un mécanisme de développement potentiel et il est nécessaire de faire de cette initiative un programme concret. Les pays participants sont encouragés à s'engager dans la mise en place du COPINE. En outre, le rôle prévu pour ce dernier dans le cadre du développement durable justifie qu'il soit financé en particulier en faveur des pays qui en ont besoin, par le biais des mécanismes de financement de l'Organisation des Nations Unies et d'autres organismes internationaux. Une initiative du type du COPINE devrait être étendue à d'autres pays en développement. 295. L'accès à des informations claires et actualisées sur les questions techniques et sur les résultats de leur application est indispensable pour tirer pleinement parti des sciences et techniques spatiales. Par ailleurs, i l faudrait encourager la participation à des ateliers et à des conférences thématiques ainsi que l'accès au réseau international de courrier électronique et à Internet. 7. Retombées et avantages commerciaux des activités spatiales — promotion du développement technologique et des transferts de technologie i) La situation dans le domaine des activités commerciales et dérivées 296. Les activités spatiales font appel à certains des domaines les plus importants de la technologie de pointe : développement de logiciels et de matériels, électronique perfectionnée, télécommunications, construction de satellites, sciences de la vie, matériaux de pointe et technologie de lancement. Elles renvoient également à certains aspects parmi les plus importants du commerce mondial et de la politique internationale : marchés mondiaux, accès aux régions isolées, concurrence et subventions publiques, et normalisation et réglementation internationales. 297. Les produits et services résultant directement des techniques spatiales et, indirectement, de multiples retombées de ces techniques contribuent à de nombreux égards à améliorer la qualité de la vie de la société. Certains avantages découlent directement de la technologie, comme c'est le cas de la télémédecine, de l'enseignement à distance et des télécommunications en cas d'urgence. D'autres se retrouvent dans des milliers de produits qui ont pu être obtenus grâce à l'application de techniques issues des activités spatiales et qui sont utilisés dans des domaines comme la valorisation des ressources humaines, la surveillance de l'environnement et la gestion des ressources naturelles, la santé publique, la médecine et la sûreté publique, les télécommunications, l'informatique et les technologies de l'information, l'industrie, les techniques de fabrication et les transports. 298. L'exploitation à des fins commerciales de certaines activités spatiales a été une évolution extrêmement positive. 65 A/CONF.184/6 Grâce à de nombreux partenariats, parfois avec des entreprises de pays en développement, les systèmes et les services commerciaux donnent naissance, par exemple, à des constellations toujours plus nombreuses de satellites de télécommunications, qui doivent leur existence au secteur privé international, qui assure les investissements financiers, la fabrication, le fonctionnement et la mise sur le marché. Le domaine de la télédétection, parmi d'autres, a également été tributaire, dans certains cas, d'investissements privés. 299. Les télécommunications par satellite constituent l'activité la plus développée du marché spatial. Selon certaines études, de 262 à 313 satellites de télécommunications, d'une valeur marchande estimée entre 24 et 29 milliards de dollars, seront mis sur orbite géostationnaire entre 1996 et 2006. Pour se faire une idée de l'ampleur de ce marché potentiel, i l faudrait ajouter à cela les chiffres correspondant aux constellations de sateUites utiUsées pour la téléphonie mobUe et les applications multimédia. 300. La mise au point de lanceurs a d'abord été assurée par les États avant d'être transférée en grande partie à des entreprises commerciales s'occupant de la fabrication et de l'exploitation Celles-ci ont créé un marché lucratif, dont on estime qu'U représentera 45 milliards de doUars pour la période 1998-2007, et qui est de plus en plus animé par les exploitants commerciaux de sateUites placés sur les divers types d'orbites. Le marché est encore dominé par les services de lancement sur orbite géostationnaire, nécessitant des lanceurs lourds. Les nouveUes appUcations, comme la télévision numérique, le multimédia, la téléphonie rurale, la radiodiffusion audionumérique, les services mobiïes et les services de transmission de données à grande vitesse, seront relayées par des sateUites de plus grande taiUe et continueront d'alimenter la croissance du marché. 301. On prévoit que les agences spatiales et les instituts de recherche (universitaires et gouvernementaux) doublent leur demande de petits lanceurs consommables, du fait principalement de l'énorme succès des satellites de petite taiUe et des nanosatellites; le secteur privé pour sa part sera à l'origine d'une demande encore plus importante, portant avant tout sur des constellations plus nombreuses de sateUites plus lourds pour gagner en productivité. Cette tendance devrait se poursuivre en ce qui concerne les sateUites placés sur orbites basse, moyenne et géostatioimaire. Une autre tendance concernant l'ensemble des lancements, indépendamment de l'orbite des satellites, est la baisse des prix qui devrait être facilitée par l'utiUsation aussi bien de lanceurs non récupérables que de lanceurs réutilisables et d'autres techniques de lancement. 302. Après les télécommunications, la télédétection et les systèmes d'information géographique (SIG) ainsi que les sateUites multimédia sont probablement parmi les applications commerciales les plus importantes. Avec le lancement des 20 nouveaux sateUites de télédétection prévus d'ici à 2002, on disposera de moyens considérablement accrus pour recueillir des données. Les nouveaux systèmes seront dotés de meiUeures résolutions spectrale et spatiale, à quoi s'ajouteront une puissance de calcul et une capacité de compression des données accrues et peu coûteuses. ParaUèlement, les applications répondront davantage aux besoins des utilisateurs et seront plus conviviales. 303. Les SIG deviendront un outil essentiel pour analyser les données et présenter des informations dans le cadre d'études de marché ou d'analyses géopolitiques, ainsi que pour diverses autres applications telles que les études sur l'environnement et la planification de la gestion des catastrophes. On pense que ces systèmes pourraient générer un chiffre d'affaires de 5 miUiards de doUars d'ici à l'an 2000. 304. La prestation de services d'information dans un cadre commercial deviendra un secteur clef pour les investissements privés, puisque la demande devrait être multipliée par trois ou quatre. La production d'images satellite à valeur ajoutée et leur intégration dans les bases de données des SIG pour réaliser des modèles, étudier des scénarios et faire des recommandations d'actions spécifiques sont des domaines dans lesquels le secteur privé pourra jouer un rôle particulièrement important. Les sateUites commerciaux de télédétection sont conçus pour fournir à des publics ciblés des données et des services de grande qualité. La viabilité commerciale et le coût des services de traitement des données restent à déterminer. 305. On estime qu'en 1997, les différentes activités liées au marché mondial des satelUtes civils d'observation de la Terre ont représenté les chiffres d'affaires suivants : 580 à 620 millions de doUars pour les satellites, y compris les satellites de météorologie et de télédétection; 230 à 250 millions de doUars pour les lancements; 60 miUions de doUars pour la vente de données brutes; 280 à 300 millions de doUars correspondant aux équipements au sol utiUsés pour la réception, le stockage et le traitement des données recueil-Ues par les satellites; et 830 à 850 millions de dollars pour la distribution, le traitement et l'interprétation des données, ainsi que pour les produits et services à valeur ajoutée. ActueUement, c'est d'abord dans le secteur pubUc, puis dans les entreprises privées et les universités que l'on trouve la plupart des utilisateurs de ces données et services. Au cours des dix prochaines années, selon la manière dont évolueront certains secteurs d'avenir (immobilier, services aux coUectivités, services juridiques, assurances, agriculture de précision et télécommunications, par exemple), on s'attend à ce que ce marché triple, voire quintuple. 66 A/CONF.184/6 306. À lui seul, le marché des équipements GPS est passé de 0,5 milliard de dollars environ en 1993 à 2 milliards de dollars en 1996, et i l devrait atteindre 6 à 8 milliards de dollars en 2000. Les applications civiles au sol (systèmes de navigation pour les véhicules automobiles, géodésie, SIG, ingénierie de précision et domaines nouveaux comme l'agriculture de précision43), qui constituent déjà près de 90 % de ce marché, continueront de se développer. Ce succès est dû au fait que les systèmes GPS ont considérablement gagné en précision et que le prix des appareils a énormément baissé. Le GPS est donc en passe de créer de nouveaux débouchés en fournissant en temps réel des données précises qui peuvent être associées à d'autres types d'informations. 307. L'utilisation des systèmes GPS a de multiples retombées, et cet outil est appelé à devenir un produit de consommation courante. En fait, tout donne à penser que ces systèmes cesseront d'être des dispositifs autonomes pour devenir des équipements de série intégrés dans divers produits multifonctionnels, tels que les appareils de communication personnelle sans fil, ce qui se traduira par une baisse considérable des prix. 308. Les techniques spatiales n'ont pas seulement des applications sur Terre. La fabrication dans l'espace, en cours de développement, consiste à tirer profit de l'absence de pesanteur et du vide spatial pour produire, traiter et fabriquer des matériaux à des fins commerciales. Cette définition très vaste englobe des activités touchant l'industrie et la recherche, telles que la production en apesanteur de médicaments, d'alliages, de plastique ou de verre; le traitement et l'analyse des matières organiques; ainsi que l'étude de la physiologie et du comportement des êtres humains, des animaux et des plantes dans cet environnement tout à fait particulier qu'est l'espace. 309. Tout donne à penser que l'utilisation concrète de technologies spatiales et extra-atmosphériques dépendra dans une large mesure des progrès des sciences de la vie, notamment de tout ce qui touche à la médecine spatiale, la physiologie, la psychologie et la biologie. Ainsi, le système de soutien médical mis au point par des spécialistes russes aux fins des vols spatiaux habités fait que les équipages peuvent désormais rester un an et demi à bord de leur engin sans que leur santé ni leur aptitude à accomplir leurs tâches en soient affectées. Les travaux de recherche que mène depuis de nombreuses années, dans des domaines variés, l'Institut des problèmes biomédicaux -qui est un centre national de recherche de la Fédération de Russie -notamment, grâce à une large coopération internationale, à bord des stations orbitales Salyout et Mir ou au cours de vols non habités de biosatellites dans le cadre du programme BION, ou encore dans des expériences de simulation au sol, ont permis d'élargir considérablement le champ des connaissances en médecine, en physiologie et en biologie -en particulier en ce qui concerne les mécanismes d'adaptation de l'organisme humain à des facteurs environnementaux divers, les mécanismes de régulation des fonctions physiologiques, la radiobiologie et les principes qui sont à la base des concepts de «normes physiologiques» et d'«état de transition» (prélatence) -et de mettre au point des moyens efficaces d'optimiser l'état physiologique et psychologique de l'organisme. Ce type de données est d'un intérêt exceptionnel au regard des soins de santé. 310. Il sera possible de créer de nouveaux matériaux car l'absence de gravité permet de réaliser des mélanges parfaitement homogènes de matériaux ayant des masses et des densités très différentes. Les alliages ainsi obtenus posséderont des propriétés physiques qui ne pourraient être obtenues sur Terre. Ils permettraient de fabriquer des ordinateurs beaucoup plus rapides, des batteries plus petites et beaucoup plus puissantes pour équiper les voitures électriques de demain, ainsi qu'un grand nombre d'autres produits nouveaux. 311. L'espace pourrait également être l'endroit idéal pour mettre en orbite des plates-formes qui transmettraient de l'énergie par l'intermédiaire de miroirs optiques et de techniques à micro-ondes. L'énergie provenant du Soleil ou de sources éloignées sur la Terre pourrait alors être envoyée là où elle est nécessaire. 312. Les techniques spatiales constituent aujourd'hui une gigantesque mine de savoir-faire qu'exploitent des milliers de sociétés dans le monde pour commercialiser de nouveaux produits, procédés et services à des prix plus compétitifs. Ces conséquences indirectes de l'application des techniques spatiales, que l'on tenait auparavant pour des sous-produits des activités de recherche-développement, sont de plus en plus souvent considérées comme des retombées directes et des éléments déterminants de la politique industrielle. Les industries extérieures au secteur spatial sont sans cesse en quête de techniques, de procédés et de matériaux nouveaux pour rester compétitives dans leur domaine, et la plupart des innovations technologiques dérivées ont leur origine dans l'industrie spatiale. 313. Les programmes concernant les transferts de technologie et les techniques dérivées (c'est-à-dire ceux grâce auxquels des produits et procédés sont apparus en tant qu'applications secondaires des techniques spatiales), élaborés par les agences spatiales nationales et internationales, sont désormais conçus dans une optique commerciale, qui tient compte de la demande et vise des segments bien déterminés du marché. Aussi les techniques spatiales n'appa-67 A/CONF.184/6 raissent-elles plus comme des produits et des procédés de luxe, mais comme un réservoir de solutions potentielles pour l'industrie. 314. Si Paajuisition, l'adaptation et l'assimilation simultanées de connaissances de pointe sont peut-être souhaitables, elles ne sont pas toujours réalisables. De nombreux pays essayent de surmonter cet obstacle en adoptant différentes stratégies en fonction de leur environnement politique, social et économique et de leur stade de développement économique. Les scénarios de développement et d'échange de technologies sont diversement axés sur les questions «Sous quelle forme?», «Où?» et «Combien?». En conséquence, de nombreux pays mettent au point des stratégies visant non seulement à appliquer les technologies étrangères, mais aussi à mettre en route le processus indispensable pour assurer la formation de leurs propres spécialistes et leur indépendance technologique. Les pays en développement, en particulier, sont confrontés à des difficultés pour pénétrer la sphère des technologies spatiales de pointe, essentiellement faute de ressources financières et du fait d'un accès limité aux équipements de base, du manque de connaissances technologiques et d'outils de formation. 315. On entend par transfert de technologie toutes les activités qui aboutissent à l'acquisition de connaissances ainsi qu'à l'adaptation et leur approfondissement par le bénéficiaire. Dans le domaine spatial, les pays en développement ont particulièrement besoin de technologies qui, dans les pays industrialisés, sont déjà considérées comme opérationnelles, telles les technologies de l'information (informatique, fibres optiques, satellites et télécommunications) qui permettent, grâce aux réseaux électroniques, de transférer, traiter et stocker rapidement les informations et les données, quelle que soit leur forme. Aujourd'hui, ces technologies accélèrent la mondialisation du fait de leur emploi de plus en plus systématique dans tous les secteurs de la production et des services. S'agissant de leur mise au point et de leur application dans les pays en développement, les secteurs de la santé, de l'éducation ainsi que de l'environnement et de l'agriculture notamment sont prioritaires. 316. Un autre secteur prioritaire est celui de la mise au point des techniques relatives aux petits satellites et aux minisatellites, qui sont susceptibles d'offrir à de nombreux pays la possibilité d'accéder à faible coût aux activités spatiales, grâce à l'élaboration rapide de programmes spatiaux nationaux totalement intégrés. Jusqu'à une date récente, les missions spatiales supposaient l'élaboration à grands frais de satellites très complexes, ce que seules les grandes agences spatiales pouvaient entreprendre. Or, la miniaturisation des composants et le recours aux nanotechnologies, comme c'est le cas pour les petits satellites, offrent aux pays ne consacrant qu'un budget modeste au secteur un accès rapide aux activités spatiales, pour un coût abordable. De tels programmes spatiaux nationaux recourant aux minisatellites peuvent entraîner l'apparition de nouvelles industries, et ils améliorent les possibilités de transfert des connaissances aux échelles tant locale qu'internationale. En outre, les programmes de petits et de minisatellites font appel à des technologies de pointe qui, une fois transférées vers l'industrie, ont des retombées bénéfiques concrètes pour les États comme pour la communauté internationale, et offrent de bonnes possibilités de coopération internationale. ii) Enjeux et problèmes 317. La Déclaration sur la coopération internationale en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des besoins des pays en développement, adoptée par l'Assemblée générale dans sa résolution 51 II 22 du 13 décembre 1996, offre une base sûre pour promouvoir le développement technologique et les transferts de technologie. 318. Bien qu'il offre une multitude de nouvelles possibilités et de nombreux débouchés potentiels à l'industrie et aux entreprises, l'espace est encore perçu par beaucoup comme la dernière frontière et non comme un marché prêt à se développer. Or, la réduction maximale des coûts de développement est un impératif incontournable pour que les applications novatrices mentionnées ci-dessus, et bien d'autres, deviennent réalité. Le souci de rentabilité et d'efficacité passe donc au premier plan. Ainsi, pour assurer des débouchés à un secteur d'avenir comme la fabrication dans l'espace, i l est indispensable de réduire considérablement les coûts liés à la mise en place des infrastructures spatiales de base. Les gouvernements auraient également un rôle à jouer en incitant et en aidant le secteur privé à intervenir davantage dans le domaine spatial pour faire de ce dernier un secteur d'activité commerciale comme les autres. 319. Réussir le transfert, depuis les institutions de recherche-développement vers l'industrie, des technologies liées à l'espace et des retombées des activités spatiales nécessite des méthodes et des infrastructures appropriées, ainsi qu'une attitude claire de la part du gouvernement et son soutien en la matière. Il serait notamment impératif de créer des structures qui, au sein des agences spatiales nationales ou d'autres organes gouvernementaux actifs dans le domaine technologique, seraient chargées du transfert des technologies; d'encourager les mécanismes de commercialisation en accordant une attention particulière à la promotion des technologies et de leurs retombées; de mettre en place des incitations financières et fiscales à l'intention des innova-68 A/CONF.184/6 teurs, des entrepreneurs et des investisseurs; et de créer les réseaux d'éducation et de formation nécessaires. 320. Il est particulièrement préoccupant qu'au niveau mondial, les techniques permettant de recueillir des données et des informations relatives à l'environnement ne soient pas suffisamment accessibles. Un meilleur accès contribuerait notamment à l'application au niveau national des accords et protocoles internationaux, faciliterait la formulation de stratégies nationales de protection de l'environnement dans une perspective globale et, de manière générale, améliorerait la planification des politiques et la gestion de l'environnement. 321. Les transferts de technologie des pays qui mènent des activités spatiales vers les pays en développement pourraient être encouragés en offrant aux scientifiques et aux ingénieurs des pays en développement davantage de possibilités de se former à l'application des technologies existantes. Cela leur permettrait de mieux comprendre dans quel sens évoluent les techniques spatiales et faciliterait, au niveau national, la prise des décisions, en particulier en ce qui concerne Pattribution des priorités aux activités de recherche-développement à mener dans le domaine spatial. 322. Il faut que soit créé dans les pays destinataires un environnement qui suscite un transfert permanent de technologies. Cela suppose qu'une quantité suffisante de personnes soient convenablement formées, que les infrastructures et les institutions soient spécialement adaptées, que les grands choix de politique s'y prêtent, qu'un soutien financier à long terme soit assuré et que le secteur privé ait la possibilité de participer aux transferts de technologie. Les applications des techniques spatiales deviendraient alors réellement opérationnelles dans les pays en développement, et elles seraient pleinement intégrées aux activités de développement. 323. Les possibilités de formation offertes aux pays en développement pourraient aussi accroître les débouchés pour rindustrie spatiale des pays déjà présents dans l'espace. Le fait que certains pays en développement aient conclu des accords commerciaux pour le transfert de technologies relatives aux petits satellites l'illustre bien. 324. Bien qu'il existe entre pays en développement plusieurs programmes de coopération, essentiellement bilatéraux, dans le domaine du transfert des technologies spatiales, les mécanismes actuels de promotion de la coopération Sud-Sud pour la mise au point et le transfert de technologie sont inadaptés. Les mécanismes qui permettent aux organismes donateurs de financer des projets de transfert de technologie à l'échelon régional, comme les réseaux régionaux d'information, sont insuffisants du fait des contraintes, d'ordre politique, qui jouent fortement en faveur des accords bilatéraux. 325. Les problèmes que les pays en développement rencontrent en ce qui concerne le transfert et les applications des techniques spatiales peuvent se résumer comme suit : a) accès limité à l'information; b) nombre insuffisant de centres de formation spécialisée; c) infrastructure nationale pour les transferts de technologie peu efficace; d) manque de fournisseurs qualifiés; e) insuffisance des moyens financiers et des opportunités d'investissement; f) incompatibilité de la législation nationale sur le transfert de technologie entre bénéficiaires et donateurs; g) manque de coopération et de collaboration internationales efficaces. Ces problèmes pourraient être partiellement résolus ou minimisés à l'aide de mécanismes efficaces de coopération internationale. iii) Programmes d'action spécifiques 326. Il convient d'améliorer l'efficacité des mécanismes actuels en vue de renforcer la collaboration entre les pays pour les questions relatives au développement ainsi que pour les problèmes d'environnement de dimension mondiale. L'échange des technologies doit être conçu de façon efficace, à la fois pragmatique et rentable, et conformément aux termes de la Déclaration sur la coopération internationale en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des besoins des pays en développement. Les techniques à transférer devraient être adaptées aux conditions locales et les arrangements conclus devraient prévoir Une mise à jour périodique. Ce type de transfert doit porter aussi bien sur le savoir-faire que sur la compréhension des principes fondamentaux sur lesquels repose la technologie concernée, et prévoit pour cela une formation du personnel aux techniques et matériels utilisés. Le cas échéant, les accords devraient aussi prendre en compte la nécessité de protéger les droits de propriété intellectuelle. 327. En établissant son programme spatial, chaque pays pourrait considérer que les petits satellites sont l'un des instruments les plus performants pour créer un potentiel spatial national et le développer. Étant donné que les petits satellites offrent aussi une possibilité idéale de formation, les pays sont invités à inclure des programmes de formation basés sur les petits satellites dans leurs programmes spatiaux et dans leurs plans de coopération internationale. 328. Compte tenu de l'actuelle répartition géographique des activités spatiales, l'utilisation commerciale des applications spatiales, les transferts de technologie et la mise au point de techniques dérivées profitent principalement aux pays développés et à un petit nombre de pays en développement 69 A/CONF.184/6 techniquement avancés. Or, les systèmes spatiaux sont neutres d'un point de vue géographique et, s'ils étaient utilisés davantage par les pays et régions les moins avancés, ils pourraient mieux contribuer à leur développement social, économique et humain. 329. Étant donné qu'il importe de garantir aux pays en développement un accès suffisant aux techniques et applications spatiales utiles à leur développement durable, et que de nombreux avantages commerciaux s'offrent tant aux fournisseurs de techniques spatiales qu'aux bénéficiaires et aux utilisateurs de ces techniques, les États Membres devraient accorder une attention particulière à la coopération internationale en matière de transfert et d'applications des techniques spatiales. À cet égard, i l est essentiel de mettre en place un cadre juridique international adapté, qui porte sur des questions telles que les droits de propriété intellectuelle, les marques de fabrique, le droit d'auteur et les licences étrangères. Les organismes des Nations Unies ont un rôle important à jouer pour encourager la coopération internationale dans ce domaine. I l serait utile, aux fins de cette coopération, d'envisager des partenariats entre les secteurs public et privé, lorsque approprié, prévoyant des dispositions adéquates pour le partage des risques et la mise au point de systèmes opérationnels tirant parti des résultats probants de la recherche-développement. 330. Outre la valorisation des ressources humaines, par l'initiation aux sciences et techniques et la promotion, de la coopération Sud-Sud, les centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales et les institutions nationales pertinentes en place devraient prévoir des programmes de formation spécifiques en vue de contribuer au développement des compétences locales et régionales, donc, en définitive, au succès du transfert des technologies et des compétences. 331. Afin d'attirer les investissements indispensables pour assurer le succès de la mise au point d'activités liées à l'espace et de projets de transfert de technologie, i l est indispensable que chaque pays crée des conditions propices à de tels investissements lorsqu'elles n'existent pas. Les pouvoirs publics doivent montrer leur détermination politique à introduire de nouvelles techniques et à mettre en place une infrastructure appropriée. De même, la stabilité politique, sociale et économique favoriserait dans une large mesure les investissements étrangers dans les marchés émergents. Il conviendrait également d'encourager l'investissement local et étranger pour faciliter l'adaptation aux besoins locaux des techniques acquises à l'étranger. 332. Les cartes établies à partir des données d'observation de la Terre et d'autres informations de même que les données géospatiales sont aussi importantes pour le développement que les réseaux de transport, le système de soins de santé, les télécommunications ou l'éducation. La création d'une irifrastructure nationale en la matière devrait donc recevoir la même attention que le développement de l'infrastructure dans d'autres domaines. 333. Pour cela, les gouvernements doivent devenir des clients et des utilisateurs plus avisés. Ils devraient encourager l'industrie locale afin qu'elle puisse répondre aux besoins, utiliser plus efficacement les données et les compléter, et identifier et exploiter de nouveaux marchés. De plus, la création d'une industrie locale pourrait réduire la dépendance à l'égard de la technologie et des services importés. 334. Le Bureau des affaires spatiales devrait développer le programme d'information sur les techniques spatiales, à l'intention des enseignants d'université visant à faciliter le transfert de ces techniques dans la mesure où il permettrait aux enseignants des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés, d'intégrer dans les programmes de leurs institutions les aspects des techniques spatiales qui leur seraient utiles. Grâce à son effet multiplicateur au niveau des étudiants, ce programme sensibiliserait mieux l'opinion locale aux avantages des techniques spatiales, compte tenu des préoccupations locales à moyen et à long terme, et il contribuerait ainsi à la création d'un environnement plus favorable à l'acquisition, à l'adaptation et à l'approfondissement des connaissances qu'entraîne le transfert des techniques spatiales. 335. L'efficacité de nombreux stages spécialisés de formation aux techniques spatiales souffre souvent du fait qu' après leur formation, les enseignants des universités, dans bien des pays les moins avancés, n'ont pas accès aux capitaux de démarrage qui leur permettraient d'organiser des démonstrations illustrant la capacité opérationnelle des techniques spatiales pour résoudre les problèmes locaux. L'objectif de ce programme serait d'apporter à ces enseignants un soutien financier et technique modeste (qui ne dépasserait pas 10 000 dollars par bourse) pour leur permettre de mettre en oeuvre, surplace, des activités concrètes dans le domaine des techniques spatiales, et d'enrichir les connaissances pratiques de leurs étudiants. 336. Ce programme serait au départ destiné au réseau d'enseignants des universités des pays en développement, dans toutes les régions qui ont participé aux stages de formation spécialisés sur les techniques spatiales (tels les stages de formation d'enseignants aux techniques de télédétection organisés par l'ONU) ou qui appartiennent aux centres régionaux de formation aux sciences et aux techniques spatiales. Ce programme aurait également un site sur le World Wide Web grâce auquel les éducateurs pourraient échanger des données d'expérience, consulter des spécialis-70 A/CONF.184/6 tes des questions spatiales et entrer en relation avec les institutions disposées à appuyer les démonstrations sur les techniques spatiales organisées par les membres du réseau ou à y contribuer de quelque manière que ce soit. L'appui au titre de ce programme serait accordé, en fonction de leurs mérites et sur la base d'un concours régional, aux enseignants candidats. Le coût annuel d'un tel programme est estimé à environ 200 000 dollars (soit 20 bourses de 10 000 dollars chacune). 337. Le Bureau des affaires spatiales pourrait, au titre des activités prioritaires du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, aider les pays en développement à obtenir des financements pour des projets élaborés à l'issue de ces stages et ateliers de formation. Seraient sélectionnés les projets susceptibles de donner lieu à l'utilisation durable et au développement de techniques spatiales au niveau local. Cette aide supposerait entre autres une première évaluation des propositions, l'apport de conseils pour leur élaboration, la communication d'informations relatives aux sources de financement potentielles et aux procédures à suivre pour la présentation des demandes ainsi que, le cas échéant, la présentation, directement par le Bureau, d'un ou de plusieurs projets à des organismes de financement ou à des donateurs. Le Bureau des affaires spatiales utiliserait les ressources dont i l dispose pour aider les États membres intéressés à préparer de tels projets et à chercher les ressources nécessaires à leur financement. 8. Promotion de la coopération internationale a) Utilisation des techniques spatiales dans le système des Nations Unies 338. Plusieurs organismes du système des Nations Unies contribuent à promouvoir la coopération internationale dans le domaine de l'utilisation des techniques spatiales et de leurs applications. D'importantes activités liées à l'espace ou utilisant le milieu spatial sont actuellement menées dans des domaines tels que la télédétection et les SIG, les communications et la navigation, la météorologie et l'hydrologie, les sciences spatiales ainsi que la prévention des catastrophes naturelles. Elles vont des programmes d'enseignement et de formation aux applications opérationnelles des techniques. Le rapport annuel du Secrétaire général intitulé «Coordination des activités des organismes des Nations Unies concernant l'espace : programme de travail pour 1998,1999 et les années suivantes»44 contient des informations détaillées sur les activités que les organismes du système prévoient pour les deux prochaines années. Les p aragraphes 339 à 360 ci-après résument et analysent les éléments d'information fournis dans ledit rapport sur le programme de travail pour 1998, 1999 et les années suivantes. 339. Les activités menées en rapport avec l'espace dans le cadre du système des Nations Unies font appel à des techniques spatiales teËes que les satellites de télédétection et les satellites de télécommunications. Les principaux objectifs que se sont fixés plusieurs organisations oeuvrant dans ce domaine sont les suivants : a) faire progresser les sciences de la Terre; b) protéger l'environnement; c) gérer les ressources naturelles; d) gérer les effets des catastrophes; e) améliorer les communications par satellite; et f) perfectionner les moyens de navigation et de localisation. D'autres objectifs importants concernent les systèmes d'alerte rapide devant permettre d'assurer la sécurité alimentaire, les prévisions météorologiques, l'urbanisme, les établissements humains et la détection des cultures illicites. Pour atteindre ces objectifs, les organisations : a) tiennent des réunions intergouvernementales; b) élaborent des programmes de formation et d'enseignement; c) fournissent des services consultatifs techniques et exécutent des projets pilotes; et d) diffusent des informations. 340. Chaque organisation poursuit plusieurs objectifs précis et adopte des stratégies distinctes, selon le mandat qui est le sien. Néanmoins, toutes les activités spatiales entreprises dans le cadre du système des Nations Unies ont pour but suprême de promouvoir le développement durable, en particulier dans les régions en développement. i) Progrès des sciences de la Terre 341. Nombreuses sont les organisations qui jugent essentiel d'assurer l'accès aux données scientifiques concernant différents aspects de la planète afin de faciliter la planification et l'exécution des activités de développement socioéconomique. C'est là un des domaines dans lesquels les organismes du système redoublent d'efforts pour coordonner leurs activités. Le Bureau des affaires spatiales, la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), le PNUE, la FAO, l'UNESCO et l'OMM participent aux travaux du CEOS, dont ils sont membres associés, et contribuent à la mise au point de la Stratégie mondiale intégrée d'observation (IGOS). La coopération et la coordination interinstitutions sont également jugées cruciales pour la planification et l'exploitation des trois systèmes mondiaux d'observation, à savoir le Système mondial d'observation du climat (SMOC), le Système mondial d'observation des océans (SMOO) et le Système mondial d'observation de la Terre (SMOT)45. Afin d'examiner conjointement les éléments qui, dans ces trois systèmes, ont trait à l'espace, le PNUE, la FAO, l'UNESCO et l'OMM participent aux 71 A/CONF.184/6 activités du Groupe de travail des questions spatiales dans le cadre des systèmes mondiaux d'observation. 342. L'OMM centralise les initiatives menées au niveau international pour améliorer l'acquisition des données destinées à la recherche sur le climat et l'atmosphère ainsi qu'à la météorologie et à l'hydrologie. En particulier, elle exécute et coordonne les activités entreprises dans le cadre du programme de veille météorologique mondiale et de celui de veille de l'atmosphère globale, du Système mondial d'information sur les données climatologiques (TNFOCLIMA), du Système d'observation du cycle hydrologique mondial et du Programme climatologique mondial46. La CESAP, la FAQ et l'UNESCO aident également les pays en développement à renforcer leurs capacités en matière de météorologie et d'hydrologie. Certaines activités concernent d'autres disciplines des sciences de la Terre, avec par exemple le programme sur les applications géologiques de la télédétection (GARS) de l'UNESCO. ii) Protection de l'environnement 343. De nombreux organismes et organisations, notamment la Commission économique pour FAfrique (CEA), la CESAP, la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (CESAO), la Commission du développement durable, le PNUE, l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), la FAO, l'UNESCO et l'OMM, oeuvrent pour la surveillance et la protection de l'environnement. 344. Le PNUE mène des activités à la fois variées et étendues, qui visent à perfectionner les systèmes existants d'information sur l'environnement et à en créer de nouveaux, à renforcer les moyens pour évaluer l'environnement et établir des rapports sur son état, à protéger les milieux côtier et marin, à promouvoir l'utilisation des données environnementales pour le développement agricole, à préserver la diversité biologique ainsi qu'à prévenir et régler les différends liés à l'environnement. Pour ce faire, il a recours aux centres administrant sa base de données sur les ressources mondiales (GRID), à ses réseaux d'information sur l'environnement et les ressources naturelles (ENRIN), aux systèmes d'information sur l'environnement et au Système international d'information sur l'environnement (INFOTERRA), pour ne citer qu'eux. 345. La FAO participe elle aussi à la protection de l'environnement, en particulier en Afrique, où elle mène des activités dans le cadre du système ARTEMIS (voir par. 120 cidessus), du Programme FAME d'évaluation des forêts et de surveillance de l'environnement, et du Projet de gestion régionale des informations relatives à l'environnement pour l'Afrique centrale. Ses activités en rapport avec la base de données numériques sur la couverture des sols pour l'Afrique (AFRICOVER), projet interinstitutions qui a vu le jour lors de la réunion interorganisations sur les activités spatiales, contribuent à renforcer les capacités des institutions et des autorités locales en matière de protection de l'environnement. De même, en Amérique latine et aux Caraïbes, des programmes et études portant sur la protection de l'environnement sont menés en coopération avec diverses organisations et institutions multilatérales. On retiendra notamment l'élaboration d'un système d'information sur l'environnement et de modébsation destiné à être utilisé aux fins du développement durable; l'étendue des écosystèmes tropicaux dans le cadre du projet TREES (observation par satellite de l'environnement dans les écosystèmes tropicaux); la surveillance par satellite de la forêt amazonienne au Brésil (projet brésilien d'étude de la déforestation en Amazonie, PRODES); et le projet pilote international de surveillance des forêts (GOFC). 346. Si les organisations et organismes des Nations Unies poursuivent plusieurs objectifs précis en matière de protection de l'environnement, ils s'attachent avant tout à résoudre des problèmes d'importance régionale et mondiale à l'aide des techniques spatiales. On citera, à titre d'exemple, la surveillance de la dégradation des sols, de la sécheresse et de la désertification menée par la CEA, la CESAO, le PNUE, la FAO et l'UNITAR par l'intermédiaire des systèmes d'information sur la désertification; la protection des milieux côtier et marin, assurée par le PNUE, l'UNESCO et l'OMM; et l'action visant à préserver la diversité biologique, menée par le PNUE, la FAO et l'UNESCO, en particulier dans le cadre de son programme L'homme et la biosphère. iii) Gestion des ressources naturelles 347. De nombreux projets relatifs à la protection de l'environnement visent aussi à améliorer la gestion des ressources naturelles. On mentionnera notamment la base AFRICOVER, le programme FAME et le projet d'évaluation des ressources forestières de la FAO, les réseaux ENRIN et GRID du PNUE et le Programme L'homme et la biosphère de l'UNESCO, cette dernière collaborant avec le PNUE dans le domaine de la gestion forestière. En ce qui concerne la gestion des sols, le PNUE coopère avec la FAO en vue d'enrichir sa base de données numériques sur les sols et les reliefs à l'échelle mondiale (SOTER). 348. La FAO mène elle aussi d'amples activités opérationnelles en rapport avec l'espace, qui portent sur la gestion des sols, des forêts, des zones marines, océaniques et côtières ainsi que des ressources en eau. Plusieurs autres organismes se consacrent avant toute chose à la gestion des sols : la 72 A/CONF.184/6 CEA, la CESAP, le PNUE et la FAO fournissent des services consultatifs techniques dans ce domaine, la CEA axant plus particulièrement ses activités sur la mise au point de systèmes d'information sur les sols et l'établissement de cartes du couvert végétal, avec le concours de la FAO, en particulier dans le cadre de la base AFRICOVER. iv) Gestion des effets des catastrophes 349. La gestion des effets des catastrophes est un autre domaine où nombre d'organisations mènent des activités spatiales. On citera notamment le Bureau des affaires spatiales, le Secrétariat de la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles, la CESAP, l'UNESCO, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), l'UIT et l'Organisation maritime internationale (OMI). Si les satellites de télédétection tout comme les satellites de télécommunications permettent d'améliorer la gestion des effets des catastrophes, l'UIT met plus particulièrement l'accent sur l'utilisation des satellites de télécommunications pour les oemmunications en cas de catastrophe, en collaboration avec le Secrétariat de la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles et de F OMI. Le programme de veille météorologique mondiale de FOMM, qui repose sur l'utilisation combinée des satellites1 météorologiques et des moyens de télécommunications, et comprend un programme concernant les cyclones tropicaux et un programme d'intervention en cas d'urgence, vise à fournir des données obtenues par satellite permettant de donner l'alerte, d'atténuer les effets et d'organiser les secours en cas de catastrophe naturelle. Les activités de l'UNESCO, notamment celles entreprises dans le cadre du programme GARS, sont davantage orientées vers l'utilisation de la télédétection et des SIG pour livrer des informations sur les risques naturels d'origine géologique. Enfin, les activités menées par la CESAP dans ce domaine portent sur l'utilisation des satellites météorologiques. 350. Bien que n'exerçant actuellement aucune activité opérationnelle en rapport avec l'espace, le Secrétariat de la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles coordonne les initiatives internationales visant à renforcer la gestion des effets des catastrophes. Il est chargé d'appliquer les recommandations de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles, qui s'est tenue à Yokohama (Japon) du 23 au 27 mai 1994, et i l a plus particulièrement pour mission de mettre en place des systèmes internationaux d'alerte précoce en cas de catastrophe et de perfectionner les systèmes existants. Dans la perspective de la fin de la Décennie, i l organise des réunions scientifiques et techniques dans le cadre desquelles est envisagée l'utilisation des satellites de télédétection et de télécommunications. v) Amélioration des communications par satellite 351. Afin d'améliorer les différents types de communications par satellite, FUIT mène de nombreuses activités, qui vont des programmes de formation et d'enseignement à la fourniture de services consultatifs techniques en passant par l'exécution de projets pilotes, la ciiffusion de publications et l'organisation de réunions internationales telles que la Conférence mondiale des radiocommunications, la Conférence mondiale pour le développement des télécommunications et le Forum mondial des politiques de télécommunication. Ses activités portent sur des domaines tels que les aspects techniques et réglementaires des télécommunications, des radiocommunications et des communications par satellite. 352. Il faudrait envisager la contribution éventuelle du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique aux préparatifs du Sommet mondial sur la société de l'information, dont l'Union internationale des télécommunications envisage la tenue éventuelle, en vue de veiller à ce que l'ordre du jour du Sommet comporte des questions relatives à l'espace. 353. En ce qui concerne l'utilisation des satellites pour le développement des zones rurales et des régions isolées, la CESAP organise des formations et des cours d'enseignement, tandis que la CEA diffuse des publications sur la question. Pour ce qui est du téléenseignement, l'UNESCO, en collaboration avec FUIT, exécute actuellement un projet pilote visant à aider les enseignants du primaire dans les pays en développement et met en place un réseau de communication par satellite dans un certain nombre de pays. L'UNESCO s'intéresse également au recours à des laboratoires virtuels aux fins de la collaboration à distance entre scientifiques de pays en développement ainsi qu'entre scientifiques de pays en développement et de pays industrialisés. La CESAP a pour sa part entrepris un projet d'étude plus particulièrement consacré à l'enseignement par satellite. Plusieurs organismes et organisations s'attachent à constituer des réseaux d'information par satellite à diverses fins : le Bureau des affaires spatiales, par le biais de son réseau d'information coopératif reliant les scientifiques, les enseignants, les professionnels et les décideurs en Afrique (COPINE), en vue de favoriser les échanges d'informations sur ce continent; le PNUE, par l'intermédiaire de son projet Mercure, de son réseau UNEPnet et du système INFOTERRA, afin d'améliorer plusieurs aspects de la gestion des informations sur l'environnement; et l'UNESCO, dans le cadre du Réseau africain pour l'intégration et le développe-73 A/CONF.184/6 ment (RAPIDE), en vue de renforcer la présence du continent africain sur Internet. 354. Des organisations et organismes tels que le Bureau des affaires spatiales, la CEA, la CESAP, le PNUE, l'UNITAR, la FAO et l'UNESCO mettent également l'accent sur l'utilisation combinée des technologies de l'information et des satellites de télécommunications, afin d'améliorer la gestion des informations et de mettre sur pied des infrastructures de l'information fiables. vi) Amélioration des moyens de navigation et de localisation 355. L'importance que revêtent les techniques de navigation et de localisation par satellite est largement reconnue au sein du système des Nations Unies. L'OACI encourage l'utilisation des satellites pour la communication, la navigation et les activités de surveillance afin de faciliter la gestion du trafic aérien mondial. Elle s'intéresse également aux aspects juridiques découlant de ces activités de surveillance et notamment à la mise en place d'un cadre juridique pour le Système mondial de satellites de navigation, dont les aspects relatifs à la navigation maritime relèvent de l'OMI. L'OACI et l'OMI s'attachent ensemble à promouvoir l'utilisation multimodale du Système afin que les services fournis répondent aux besoins des usagers tant maritimes qu'aéronautiques. 356. L'OMI collabore également avec l'UIT en vue de développer les services de radiocommunications maritimes et, en particulier, de mettre en place le Système mondial de détresse et de sécurité en mer, à l'élaboration duquel participent aussi POMM, par l'intermédiaire de son système de radiodiffusion maritime, l'Organisation hydrographique internationale, Inmarsat et COSPAS-SARSAT. L'UIT examine également les caractéristiques des radiobalises de détresse à localisation par satellite pour les opérations de sauvetage. vii) Autres applications importantes des techniques spatiales 357. Les techniques spatiales et leurs applications sont utilisées pour exécuter des projets pilotes de développement dans nombre d'autres domaines. Par exemple, la FAO fournit des informations sur la sécurité alimentaire et exploite son système d'alerte rapide par le biais de son Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR), de son système régional d'alerte rapide en cas de famine et de sa base AFRICO VER Le SMIAR sert également au développement et à la gestion de l'agriculture. La CEA. collabore avec la FAO à l'exploitation de ces systèmes sur le continent africain. 358. La FAO utilise également les satellites de télédétection pour gérer les ressources halieutiques, pour lutter contre les maladies dans le cadre de son Système de prévention et de réponse rapide contre les ravageurs et les maladies transfrontières des animaux et des plantes (EMPRES), pour déterminer les zones infestées par le criquet à l'aide du Système de reconnaissance et de gestion de l'environnement du criquet pèlerin (RAMSES) et de la base AFRICOVER, et pour détecter les cultures illicites. Elle collabore avec le Programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues (PNUCID) dans le cadre de projets pilotes visant à localiser les zones de culture de plantes servant à la fabrication de stupéfiants grâce aux données obtenues par les satellites de télédétection. Le Bureau des affaires spatiales fournit également des services consultatifs techniques au PNUCID en vue d'aider ce dernier à concevoir et à exploiter un système permettant de détecter les cultures illicites de coca et de pavot à opium. 359. L'OMM a joué un rôle précurseur dans l'amélioration des services de prévision météorologique grâce aux satellites. Dans le cadre de son programme de veille météorologique mondiale, eEe fait en sorte que chaque pays ait accès aux informations dont il a besoin pour fournir des services météorologiques quotidiens, ainsi que pour la planification et la recherche à long terme. Les activités liées aux services météorologiques contribuent également à la sécurité du trafic aérien et maritime. En collaboration avec la Commission océanographique intergouvernementale, l'OMM continue d'améliorer la diffusion des données météorologiques et océanographiques aux navires en mer. Elle collabore également avec l'OACI en vue de concevoir et de mettre en service le Système mondial de prévisions de zone, qui a pour but de fournir des prévisions météorologiques aéronautiques pour l'aviation commerciale. 360. D'autres utilisations des techniques spatiales et de leurs applications sont envisagées, voire déjà incorporées dans des projets et des études pilotes sur le développement économique et social, notamment par la CESAO en matière d'urbanisme; par le PNUE en vue de concevoir une base de données démographiques dans le cadre de son réseau GRID; et par l'UNITAR pour la mise au point de systèmes d'information sur les villes. Le PNUE participe à l'action que l'ONU mène en faveur de l'installation des réfugiés en utilisant sa base de données sur la planification des interventions d'urgence pour les zones situées autour des camps de réfugiés. Par ailleurs, la FAO met actuellement au point un système informatique de gestion des programmes afin de fournir des éléments d'information sur la planification, la 74 A/CONF.184f6 coordination, l'exécution, le suivi et l'évaluation des programmes d'aide humanitaire, d'aide d'urgence et d'aide au développement et d'appuyer ainsi le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies et le PNUD dans leur action. L'UNESCO exécute un programme d'archéologie spatiale dans le cadre duquel des satellites de télédétection sont utilisés pour des recherches sur les sites archéologiques. Elle continue également d'étudier un certain nombre de sites culturels et de villes historiques à l'aide de la télédétection et des SIG. b) Droit international de l'espace i) Etat du droit international de l'espace 361. Le droit international de l'espace, tel que l'a élaboré F ONU -plus précisément le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et son Sous-Comité juridique -montre l'importance que la communauté mondiale attache à la coopération internationale dans le domaine de l'exploration et de l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique. A ce jour, cinq traités et cinq ensembles de principes juridiques relatifs aux utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique ont été élaborés dans le cadre de l'ONU, instaurant un régime juridique stable aux fins des activités spatiales. 362. Les principes juridiques internationaux énoncés dans les cinq traités47 disposent que l'exploration et l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique «sont l'apanage de l'humanité tout entière»48 et que l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, ne peut faire l'objet d'appropriation nationale. Ils établissent également que l'espace extra-atmosphérique peut être exploré librement. Les traités interdisent en outre d'installer des armes nucléaires ou tout autre type d'armes de destruction massive dans l'espace et disposent que les États ont la responsabilité internationale des activités nationales dans l'espace, qu'ils sont responsables des dommages causés par des objets spatiaux, de la sécurité et du sauvetage des objets lancés dans l'espace et des astronautes, qu'ils ne doivent pas faire obstacle aux activités spatiales, qu'ils doivent éviter toute contamination dangereuse des corps célestes ou dégradation du milieu terrestre, qu'ils sont responsables de la notification et l'immatriculation des objets lancés dans l'espace, de la recherche scientifique et la prospection des ressources naturelles dans l'espace, ainsi que du règlement des différends. Chacun de ces traités insiste particulièrement sur le fait que l'espace extra-atmosphérique, les activités dont celui-ci fait l'objet et les avantages pouvant en découler doivent servir à améliorer le bien-être de tous les pays et de l'humanité, et tend à promouvoir la coopération internationale dans les activités spatiales. 363. Les deux déclarations et les trois séries de principes juridiques49 adoptées par l'Assemblée générale prévoient l'application du droit international et la promotion de la coopération internationale dans les activités spatiales, la diffusion et l'échange d'informations grâce à la télévision directe transnationale par satellite, la mise en commun des données issues de l'observation des ressources terrestres par satellite et, enfin, l'établissement de normes générales régissant l'utilisation, en toute sécurité, des sources d'énergie nucléaires nécessaires à l'exploration et à l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique. 364. Le Comité des utilisations pacifiques de F espace extraatmosphérique et son Sous-Comité juridique étudient à l'heure actuelle la question de l'examen et de la révision éventuelle des principes relatifs à l'utilisation de sources d'énergie nucléaires dans l'espace; les questions relatives à la définition et à la délimitation de l'espace extra-atmosphérique ainsi qu'aux caractéristiques et à l'utilisation de l'orbite des satellites géostationnaires, notamment des moyens permettant de l'utiliser de façon rationnelle et équitable, sans porter atteinte au rôle de FUIT; ainsi que la question relative à l'examen de l'état d'avancement des cinq instruments juridiques internationaux relatifs à l'espace extra-atmosphérique. Lorsque l'on traite de ces questions, il importe de prendre en compte les nouveaux développements, concernant par exemple l'orbite géostationnaire, à la lumière des recommandations d'UNISPACE 82, qui ont été intégrées aux instruments juridiques élaborés par d'autres organismes des Nations Unies. Cela vaut pour FUIT s'agissant de la garantie d'accès équitable conformément aux décisions des conférences internationales ainsi qu'à la Constitution et aux normes de cette organisation. Cela vaut également pour les progrès accomplis dans l'étude de ces thèmes sur la base des propositions formulées et des accords obtenus au sein du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, notamment s'agissanf de l'affirmation selon laquelle l'orbite géostationnaire fait partie intégrante de l'espace extra-atmosphérique. 365. D'autres organisations intergouvernementales, en particulier celles du système des Nations Unies, contribuent également à la mise en place du régime juridique relatif à la coopération internationale dans le domaine spatial. On citera notamment FUIT, l'OMPI, FOMM et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AJEA). En outre, des traités et accords multilatéraux et bilatéraux ont non seulement donné naissance à des organisations et organismes internationaux ou régionaux oeuvrant dans le domaine spatial, tels que l'ESA, l'Organisation internationale des télécommunications par satellite, l'Organisation arabe des communications par satellite, l'Organisation européenne pour l'exploitation de 75 A/CONF.184/6 satellites météorologiques (EUMETSAT), Inmarsat et l'Organisation internationale des télécommunications spatiales (Interspoutnik), ils ont aussi donné lieu à des programmes de coopération, comme le Conseil de coopération internationale dans le domaine de la recherche et des utilisations de l'espace, le système de satellites de recherche et de sauvetage COSPAS-SARSAT et la Station spatiale internationale. Quelques États et groupes d'États ont également complété le droit de l'espace en adoptant des législations nationales et en concluant, au sein des groupes, des accords régissant leurs activités spatiales ainsi que leurs objectifs dans le cadre de projets de coopération internationale. ii) Enjeux et objectifs 366. L'ONU est parvenue à élaborer progressivement (conformément à l'article 13 de la Charte des Nations Unies), sous forme de traités et de déclarations, un ensemble de principes et de normes relatifs aux activités spatiales qui est considéré comme une branche bien établie du droit international régissant les activités spatiales. Avec la multiplication des activités spatiales, des questions nouvelles, très techniques, se sont posées au cours des dernières années comme, notamment, celles des débris spatiaux, de l'utilisation de sources d'énergie nucléaires dans l'espace et de la protection des droits de propriété intellectuelle. Elles suscitent de nombreux problèmes juridiques délicats qui exigent des solutions créatives fondées sur la coopération internationale si l'on veut que le droit international de l'espace suive l'évolution rapide des techniques et des activités spatiales. Ces solutions devraient être recherchées dans le respect des principes, des déclarations et des résolutions adoptés par l'Assemblée générale des Nations Unies et en tenant compte des besoins des pajrs en développement. 367. Les nouvelles techniques spatiales sont également à l'origine d'activités visant à exploiter autant que possible les ressources naturelles de l'espace extra-atmosphérique et des différents corps célestes. Face à l'absence apparente de consensus international autour des principes énoncés dans l'Accord sur la Lune, comme en témoigne le nombre relativement faible de pays ayant ratifié cet instrument, il faudrait examiner et étudier plus en détail les problèmes pratiques que posent, au regard du droit international, l'appropriation de ces ressources et l'accès équitable à celles-ci. 368. Depuis la Conférence UNISPACE 82 (voir par. 21 à 27 ci-dessus), la communauté internationale a assisté à une accélération notable de la commercialisation et de la privatisation des activités spatiales, qui s'est traduite par une forte augmentation du nombre d'intervenants privés dans l'utilisation, l'exploration et l'exploitation de l'espace extra-atmosphérique, ainsi que par la multiplication de leurs activités. Les télécommunications, la navigation et le positionnement par satellite, la fourniture d'équipements et de services de lancement ainsi que la télédétection sont parfois d'ores et déjà des activités privées florissantes. De même, des activités comme le tourisme dans l'espace, l'exploitation minière d'astéroïdes et d'autres corps célestes et l'élimination des déchets dans l'espace sont sérieusement considérées comme des débouchés possibles pour le secteur spatial privé dans un tout proche avenir. Elles ont donné naissance à de nouveaux enjeux juridiques. 369. Les États Membres de l'Organisation des Nations Unies devraient engager un débat sur les nouveaux problèmes juridiques pertinents pour chercher à les résoudre, et en particulier reconnaître la nécessité de prendre en considération le rôle croissant des entreprises privées lors de l'élaboration de nouvelles lois. S'agissant de la protection de l'environnement, l'établissement de normes de lancement et la réalisation d'études d'impact sur l'environnement devraient être examinés. Les institutions spécialisées devraient envisager de formuler des normes et des pratiques recommandées ainsi que des modèles de partenariats entre les secteurs public et privé dans les domaines respectifs de leurs activités spatiales. Le concept de «service public» et ses diverses manifestations devraient être encore affinés en accordant une attention particulière à l'intérêt du public en général et aux besoins des pays en développement. Les principes qui régissent les pratiques commerciales équitables devraient être renforcés. Une attention devrait être accordée aux divers aspects des questions de responsabilité et de sécurité de propriété en vue de parvenir à un cadre mondial cohérent. Les organisations internationales compétentes devraient organiser des forums conjoints efficaces et bien ciblés50. 370. Le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique devrait se pencher sur les aspects juridiques de la question des débris spatiaux. Il devrait aussi examiner les questions juridiques relatives aux orbites terrestres basses, en tenant compte des récents changements apportés à la convention de l'UIT concernant la situation de ces orbites en tant que ressources naturelles limitées. Il faudrait aborder aussi la question de la propriété concernant les engins spatiaux50. 371. Les États Membres devraient envisager la mise au point de mécanismes efficaces de règlement des différents résultant de la commercialisation de l'espace. Ces mécanismes devraient tenir compte des règles d'arbitrage appliquées au niveau international pour régler les différends50. 372. Tout aussi préoccupant est le fait que de nombreux États ne soient pas encore parties aux traités relatifs à 76 A/CONF.184/6 l'espace extra-atmosphérique conclus dans le cadre de l'ONU. Bien que, chaque année, l'Assemblée générale invite dans ses résolutions les États à envisager de ratifier les traités ou d'y adhérer, ceux-ci souhaitent apparemment de moins en moins se lier aux dispositions des traités successifs51, ce qui tend à affaiblir l'autorité normative des accords internationaux les plus récents. Le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et son Sous-Comité juridique ont demandé l'avis des États concernant les obstacles qui s'opposent à la ratification des cinq instruments juridiques internationaux relatifs à l'espace extra-atmosphérique52 et ils ont commencé à examiner lesdits instruments en vue d'engager un débat sur la question. Cette initiative a également permis de constater, dans les faits, que l'application par les États des dispositions contenues dans les traités auxquels ils sont parties est loin d'être optimale, situation qui exige elle aussi d'être examinée immédiatement. À cet égard, les États sont instamment priés de veiller à ce que leur législation nationale soit conforme aux traités. 373. Il convient de renforcer le rôle du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et de son Sous-Comité, en tant qu'organes chargés d'élaborer les principes et les règles régissant l'espace ex tra-atmosphérique, afin de faire face à la rapide évolution de ce domaine d'activité. À cette fin, les deux organes devront peut-être examiner les questions que les États Membres ont déjà suggéré d'inscrire à l'ordre du jour du Sous-Comité : aspects commerciaux des activités spatiales (par exemple, droits de propriété, assurance et responsabilité); aspects juridiques de la question des débris spatiaux et examen des normes actuelles de droit international applicables à ceux-ci; étude comparative des principes du droit international de l'espace et du droit international de l'environnement; examen des principes régissant la télévision directe et la télédétection, afin de transformer éventuellement ces textes en traités; examen des procédures résultant de l'Accord relatif à l'application de la partie X I de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer en tant que moyen possible de favoriser un plus grand nombre d'adhésions à l'Accord sur la Lune; et aménagement de la Convention sur l'immatriculation des objets lancés dans l'espace extra-atmosphérique53. L'accord auquel est parvenu le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique au cours de sa quarante-deuxième session, en 1999, concernant la réaménagement de l'ordre du jour de ses deux sous-comités devrait permettre d'élargir de façon substantielle l'ampleur des travaux du Sous-Comité juridique. 374. Le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique de l'Organisation des Nations Unies devrait analyser s'il est souhaitable de rédiger un traité relatif à la télédétection reprenant les Principes sur la télédétection (résolution 41/65 de l'Assemblée générale, annexe, du 3 décembre 1986), en tenant tout particufièrement compte de la croissance marquée des services commerciaux de télédétection et en préservant le principe de l'accès non discriminatoire aux données54. 375. Le Sous-Comité juridique et le Sous-Comité scientifique et technique devraient, en général, se réunir de telle façon que leur interaction puisse être renforcée54. 376. Le Comité des utifisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique devrait aussi examiner les aspects juridiques et autres se rapportant aux systèmes mondiaux de navigation par satellite54. c) État et avenir de la coopération internationale i) État de la coopération internationale 377. L'Assemblée générale, dans sa résolution 51/122, a adopté la Déclaration sur la coopération internationale en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace au profit et dans l'intérêt de tous les États, compte tenu en particulier des besoins des pays en développement. L'adoption de cette déclaration a constitué un nouveau succès pour l'ONU dans la mise en place du régime juridique international régissant les activités spatiales, et a également permis aux États Membres de réaffirmer leur engagement en faveur de la coopération internationale pour les utifisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique au profit des pays, en tenant compte en particulier des besoins des pays en développement. 378. L'apaisement des tensions suscitées par la guerre froide au cours de la dernière décennie a considérablement modifié la manière dont les pays mènent leurs activités spatiales. Les précieuses ressources qui étaient autrefois soumises à des considérations stratégiques inconciliables peuvent à présent servir à renforcer la coopération. La mutation rapide de la situation économique mondiale a favorisé le resserrement de la coopération entre les États, qui reconnaissent désormais l'urgence de problèmes mondiaux longtemps négligés. En conséquence, la coopération internationale a créé un état d'esprit qui a conduit tous ceux qui participent aux activités spatiales à admettre les avantages du travail en collaboration pour recenser des objectifs communs et la nécessité d'optimiser les ressources existantes, financières et autres. 379. Cela étant, le resserrement de la coopération internationale se heurte encore à certains obstacles, notamment aux restrictions budgétaires dont font l'objet les programmes spatiaux dans les principaux pays menant des activités 77 A/CONF.184/6 spatiales et à la difficulté qu'éprouvent les pays en développement à obtenir un financement pour les programmes de coopération et à y participer. Aussi n'a-t-il jamais été aussi essentiel, dans l'histoire de l'exploration spatiale, de stimuler et d'encourager la coopération internationale. 380. La protection de l'environnement, l'avènement de l'ère de l'information et la poursuite de l'exploration du système solaire ne sont que quelques-uns des principaux domaines où les techniques spatiales pourront jouer un rôle prépondérant dans les prochaines années et il existe déjà de nombreux mécanismes multilatéraux pour favoriser une plus grande coopération internationale, en particulier pour aider les pays en développement. D'autres activités exigeront peut-être la création de tels mécanismes, mais l'élargissement de la coopération se heurte à bien des obstacles. Sans des efforts soutenus en faveur de la coopération internationale, de nombreux pays en développement risquent de ne jamais pouvoir acquérir les moyens scientifiques et éducatifs suffisants pour entreprendre des programmes durables dans le domaine des techniques spatiales et de leurs applications. La bonne marche de nombreuses activités spatiales nationales, comme les télécommunications et la radiodiffusion par satellite, suppose une coordination internationale. 381. Reconnaissant qu'il est de la plus haute importance d'offrir, sur une base non discriminatoire, un accès rapide, fiable et abordable à l'espace extra-atmosphérique, afin de mener à bonne fin les activités spatiales, la promotion de la coopération internationale en matière de services de lancement est actuellement essentielle. 382. Pour resserrer la coopération internationale, il faudrait renforcer les différents mécanismes et circuits de coopération existants, à savoir les mécanismes intergouvernementaux, les organisations intergouvemementales ou privées55, les mécanismes interinstitutions ad hoc56, les activités industrielles transnationales57 et les organisations non gouvernementales internationales. Les mécanismes intergouvemementaux correspondent à la coopération bilatérale existant actuellement entre pays en développement58 et à la coopération multilatérale, qui peut revêtir diverses formes -mécanismes institutionnels permanents comme le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, le Programme régional pour les applications des techniques spatiales au développement écologiquement durable sous les auspices de la CESAP, le Forum de l'Agence spatiale régionale pour l'Asie et le Pacifique en coordination avec l'Agence nationale japonaise pour le développement spatial et l'Institut japonais des sciences spatiales et astronautiques, la coopération multilatérale Asie-Pacifique dans le domaine des techniques et des activités spatiales ou ESA, ou encore mécanismes ad hoc comme la série de conférences sur l'espace pour les Amériques tenues en Amérique latine et dans les Caraïbes, dont la dernière, à savoir la troisième Conférence de l'espace pour les Amériques qui a eu lieu à Punta del Este (Uruguay) du 4 au 8 novembre 1996, a adopté un plan d'action pour la coopération régionale59, et mécanismes de coopération pour un projet précis, comme la Station spatiale internationale. 383. De nombreuses puissances spatiales organisent également des programmes, des études et des séminaires bilatéraux ou régionaux d'assistance technique. S'il convient, au niveau international, de continuer d'étudier des mécanismes de coopération nouveaux et novateurs susceptibles de satisfaire au mieux les besoins des pays participants, il n'en faut pas moins renforcer certains des mécanismes dont l'efficacité a été prouvée. Il importe aussi de coordonner les programmes d'aide de sorte qu'ils se complètent. Il est primordial que chaque pays puisse disposer d'un éventail aussi large que possible de modalités de coopération internationale pour qu'il tire le meilleur profit des activités spatiales sur les plans scientifique et technologique, économique et social, ainsi qu'industriel. Étant donné la capacité considérable du World Wide Web pour la diffusion d'informations, il faudrait encourager la création d'une source commune d'information sur Internet afin de permettre à chaque pays de disposer plus facilement de l'éventail de modalités susmentionné. ii) Enjeux et problèmes 384. Comme pour de nombreux autres cas de transferts de technologie et projets de coopération, le bénéficiaire doit avant tout pouvoir conserver ou exploiter la technologie longtemps après le retrait du donateur. Il est donc essentiel de privilégier l'enseignement et la formation des scientifiques et autres utilisateurs pour que la technologie soit pleinement mise à profit. 385. La surveillance de l'environnement est, semble-t-il, la discipline qui contribuera le plus à resserrer la coopération internationale. Il est désormais universellement admis que la Terre est un système unifié, où tout événement survenant dans une région donnée peut avoir un effet sur une autre région. Or, aucun organisme ni pays ne dispose à l'heure actuelle de ressources suffisantes pour entreprendre les programmes intégrés nécessaires à la compréhension de tous les aspects des sciences de la Terre. I l conviendrait de renforcer la coopération internationale en la matière. 386. Le rôle croissant du secteur privé dans les activités spatiales et, parallèlement, la contraction du financement public en faveur des programmes spatiaux reflètent la tendance économique générale. À cet égard, il importe 78 A/CONF.184/6 d'encourager la participation du secteur privé comme un partenaire potentiel pour les activités futures. Pour ce faire, on pourrait notamment recenser les projets qui pourraient bénéficier de sa participation, tout en favorisant une concurrence loyale dans ce domaine. 387. L'intervention accrue du secteur privé est liée au coût de nombreuses activités spatiales, qui se décompose en deux éléments : premièrement, le coût de l'acquisition des données ou des techniques nécessaires et, deuxièmement, le coût des activités spatiales proprement dites. Pour la plupart des pays en développement et des pays à économie en transition, l'acquisition d'ensembles coûteux de données est un énorme obstacle à une plus grande participation aux activités spatiales. Toutefois, à mesure qu'un nombre croissant d'entreprises privées commenceront à fournir des données, le jeu de l'offre et de la demande devrait faire baisser les prix et rendre ces données plus abordables. 388. Aucun pays ne peut, à lui seul, financer des projets, en particulier les grandes missions d'exploration spatiale au moyen d'engins habités, dont le coût est considérable. Dans le cadre de la Station spatiale internationale, 16 pays mettent en commun leurs ressources afin de partager les charges techniques et financières d'un projet ambitieux qui pourrait avoir de nombreuses retombées pour l'humanité. Citons comme autre exemple IGOS, où les agences spatiales et les organismes de financement s'efforcent d'éviter les chevauchements de mesures spatiales et de surface et de combler les lacunes existant dans le domaine des observations et des données relatives à l'environnement, l'objectif étant de rentabiliser au maximum l'investissement consenti. 389. Les futurs programmes relatifs aux sciences de la vie dans l'espace devraient, dans la mesure du possible, être élaborés dans le cadre d'une coopération internationale et interdisciplinaire tenant compte de tous les éléments des programmes spatiaux (recherche de qualité, parrainage industriel, plans de commercialisation des retombées, programmes d'information du grand public, et participation de chercheurs originaires de pays en développement)60. 390. Il faudrait promouvoir l'accès des chercheurs originaires des États non représentés dans le groupe de travail sur les sciences de la vie dans l'espace à la Station spatiale internationale60. 391. Les projets de coopération internationale devraient notamment s'employer à doter les pays en développement des moyens leur permettant de dépasser leur condition d'usagers et de générer leurs propres capacités en matière de sciences et techniques spatiales, mettant davantage l'accent sur la valorisation des ressources humaines et financières. 392. Comme il est indiqué ci-dessus aux paragraphes 338 à 360, divers organismes des Nations Unies appliquent des techniques spatiales à des fins de développement. Ces activités sont en principe coordonnées par la Réunion interorganisations sur les activités spatiales, afin d'éviter les chevauchements inutiles dans la planification des activités futures et d'étudier la possibilité d'une collaboration entre institutions pour l'exécution conjointe des activités actuelles et futures, mais ce mécanisme interinstitutions est limité dans son efficacité, notamment en ce qui concerne les activités approuvées par les États membres des organisations intéressées, lorsqu'une bonne coordination supposerait de modifier les activités prévues. iii) Programmes d'action spécifiques 393. L'appui apporté à divers programmes est souvent subordonné à la quantité et à la nature des informations dont on dispose à leur sujet. Dans un certain nombre de pays, tant le grand public que les pouvoirs publics devraient mieux connaître les avantages pratiques qu'offrent nombre de techniques spatiales. Une meilleure connaissance de ces avantages inciterait probablement à utiliser plus largement les applications des techniques spatiales dans le cadre des programmes de développement. À cette fin, la communauté spatiale devrait insister sur le fait que la coopération internationale est indispensable pour tirer parti des avantages offerts par les techniques spatiales, l'objectif étant de parvenir à un développement durable. 394. Pour renforcer l'appui politique en faveur d'une coopération internationale dans le domaine spatial, il faudrait qu'un consensus politique multilatéral se dégage au niveau de décision le plus élevé autour d'objectifs communs mis en évidence, notamment, dans la résolution 51/122 de l'Assemblée générale. À cette fin, il faudrait faire davantage pour inscrire les questions spatiales à l'ordre du jour des réunions multilatérales des chefs d'État61. La même approche pourrait être pratiquée pour renforcer l'appui politique en faveur d'une coopération internationale entre législateurs. On pourrait envisager d'organiser des réunions multilatérales spéciales pour permettre aux législateurs partisans des activités spatiales d'examiner les objectifs à poursuivre en commun dans ce domaine. 395. Pour tirer pleinement parti des applications des techniques spatiales, les pays en développement doivent acquérir leurs propres capacités et savoir-faire. Aussi les activités d'enseignement et de formation doivent-elles être renforcées et s'appuyer sur des programmes bilatéraux et multilatéraux adaptés aux besoins nationaux, qui devraient aussi envisager de renforcer les centres régionaux de forma-79 A/CONF.184/6 tion aux sciences et techniques spatiales créés avec l'aide del'ONU. 396. L'Organisation des Nations Unies devrait créer, de toute urgence, un fonds spécial s'appuyant sur des contributions volontaires afin de contribuer à la mise en oeuvre des recommandations d'UNISPACE III, notamment de celles qui visent en particulier des projets dans les pays en développement, afin de faire mieux connaître l'évolution des technologies spatiales et leur impact sur le développement social et économique. Le fonds spécial de contributions volontaires des Nations Unies (Fonds pour la mise en oeuvre des recommandations d'UNISPACE III) remplacera l'actuel fond d'UNISPACE 82 pour les applications des techniques spatiales. Les sommes restantes de l'actuel fonds seront transférées au nouveau fonds. 397. Les mécanismes internationaux existants devraient être mis à profit pour étudier la possibilité de perfectionner les applications des techniques spatiales qui ont de fortes chances de donner de bons résultats et qui contribuent à satisfaire des besoins à l'échelle mondiale. Lorsque de tels mécanismes n'existent pas, il faut les instituer et envisager de nouvelles formes de coopération qui présentent des intérêts et des avantages mutuels. Parmi ces applications, on citera, sans que la liste soit exhaustive : a) Les activités communes dans le domaine de l'information et des télécommunications, en particulier au profit des pays en développement, utilisant les installations et sateUites existants; b) Un système d'atténuation des effets des catastrophes utilisant les satellites de recherche scientifique, d'observation de la Terre, de collecte de données et de cartographie associés à un système d'intégration et de diffusion des données en temps quasi réel; c) Un système d'observation de la Terre rentable sur le plan économique. 398. Il est nécessaire de chercher des solutions innovantes pour aider les pays en développement à faire face à leurs besoins en matière de techniques spatiales et de leurs applications. À cet égard, on a formulé quelques propositions qui doivent être étudiées et précisées davantage62. 399. Les agences nationales chargées des activités spatiales devraient mettre en commun leurs informations concernant le choix, et le financement de projets dans le domaine des sciences spatiales, ce qui lèverait un obstacle au développement de la recherche dans ce domaine. Il faudrait encourager et faciliter la coopération entre puissances spatiales et pays en développement pour l'élaboration et l'exécution de projets communs. 400. Les partenariats et la coopération, au niveau international, entre les pays et entreprises exploitant ou utilisant la Station spatiale internationale et les pays n'ayant encore aucune activité en relation avec la station devraient être encouragés63. 401. Des informations relatives à l'utilisation de la Station -spatiale internationale devraient être diffusées partout dans le monde afin de sensibiliser davantage à ces questions les pays n'ayant encore aucune activité en rapport avec la station63. 402. Des mécanismes susceptibles de faciliter l'accès à la Station spatiale internationale des points de vue technique et financier (prêts de la Banque mondiale, par exemple) devraient être favorisés afin de simplifier l'utilisation de la station, en particulier pour les pays en développement63. 403. Les mécanismes existants ne permettent encore guère de définir et de coordonner les besoins des utilisateurs en matière de surveillance de l'environnement terrestre. Ils devraient donc être renforcés en vue de favoriser la coordination des besoins dans ce domaine entre les exploitants et les utilisateurs de satellites afin de déterminer, avec plus d'efficacité et de manière unifiée, les données nécessaires pour faciliter la conception et l'exploitation des futurs systèmes d'observation de la Terre. 404. Les États Membres devraient être encouragés à réduire la pollution du ciel due à la lumière et à d'autres causes, de façon à économiser l'énergie, protéger l'environnement, assurer la sécurité et le confort nocturnes, et oeuvrer à l'essor de l'économie nationale et de la science64. 405. Il faudrait accorder une plus grande attention à la protection des droits de propriété intellectuelle étant donné la progression de rexploitation commerciale et de la privatisation des activités spatiales. Toutefois, la protection et le respect de ces droits devraient tenir compte des principes juridiques internationaux fixés par l'Organisation des Nations Unies sous forme de traités et de déclarations, tel le principe de non-appropriation de l'espace extra-atmosphérique, ainsi que d'autres conventions internationales pertinentes65. 406. Il faudrait examiner plus avant la possibilité d'harmoniser davantage les normes et lois internationales relatives aux droits de propriété intellectuelle dans l'espace afin d'améliorer la coordination et la coopération internationales, tant entre États qu'entre entités du secteur privé. On pourrait en particulier étudier et préciser l'éventuelle nécessité d'établir des règles ou principes concernant notamment la possibilité d'appliquer les lois nationales dans l'espace, la possession et l'utilisation des droits de propriété intellectuelle liés aux 80 A/CONF.184/6 activités spatiales ou les règles en matière de contrats et de licences65. 407. Tous les États devraient veiller à protéger comme il se doit les droits de propriété intellectuelle liés aux techniques spatiales, tout en favorisant et facilitant la libre circulation des connaissances scientifiques fondamentales65. 408. Il faudrait encourager la mise sur pied d'activités de formation aux droits de propriété intellectuelle liés aux activités spatiales65. 409. On pourrait renforcer le rôle de l'ONU dans la promotion de la coopération internationale en vue de l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique de la manière suivante : a) En élargissant la mission du Sous-Comité scientifique et technique, conformément à la nouvelle conception de l'ordre du jour approuvé par le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique à sa quarante-deuxième session en 199966, notamment en renforçant les partenariats avec les entreprises grâce à l'organisation, au cours de la session annuelle, d'un colloque industriel d'une journée permettant de fournir aux États Membres des informations actualisées sur les produits et services disponibles sur le marché ainsi que sur les activités menées dans le domaine spatial, et permettant aux dirigeants de l'industrie spatiale d'exprimer leurs préoccupations et d'émettre des suggestions de préférence visant à promouvoir, en particulier, les intérêts des pays en développement; b) L'élargissement du mandat du Sous-Comité juridique conformément à la nouvelle conception de l'ordre du jour approuvée par le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique à sa quarante-deuxième session, en 199966, compte tenu des recommandations pertinentes de la Déclaration de Vienne sur l'espace et le développement humain; c) Le renforcement de la coordination des activités spatiales au sein du système des Nations Unies, sans préjudice du rôle et des fonctions du Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique ou d'autres organismes intergouvernementaux, notamment par : i) La création d'un groupe consultatif intergouvernemental spécial composé des présidents des organes intergouvernementaux chargés des activités spatiales des organisations du système, qui se réunirait pendant une journée pour examiner les questions relatives à la coordination interinstitutions, et informerait ensuite les organes intergouvernementaux correspondants de toute recommandation importante de la Réunion interorganisations sur les activités spatiales; ii) Un examen plus critique de la coordination interinstitutions par les organes intergouvemementaux susmentionnés, en vue de formuler des orientations permettant aux secrétariats chargés d'exécuter les activités spatiales de déterminer les domaines dans lesquels la coordination doit être renforcée; d) En renforçant les activités du Programme des Nations Unies pour les applications des techniques spatiales, notamment celles qui concernent la sensibilisation, comme suit : i) Encourager les États Membres à participer ensemble, aux plans régional et international, à diverses activités liées aux sciences et aux techniques spatiales, en facilitant et en appuyant l'élaboration et la mise en oeuvre de projets destinés à répondre aux ... besoins opérationnels des États Membres; ii) Apporter un appui aux centres régionaux d'enseignement des sciences et des techniques spatiales affiliés à l'Organisation des Nations Unies en élaborant un programme de