V0657452_V0657453A_EF
Correct misalignment Change languages order
V0657452.doc (english) V0657453A.doc (french)
United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International ContractsConvention des Nations Unies sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
United NationsNations Unies
UNITED NATIONS CONVENTION ON THE USE OF ELECTRONIC COMMUNICATIONS IN INTERNATIONAL CONTRACTSCONVENTION DES NATIONS UNIES SUR L’UTILISATION DE COMMUNICATIONS ÉLECTRONIQUES DANS LES CONTRATS INTERNATIONAUX
UNITED NATIONSNATIONS UNIES
20062006
ContentsTable des matières
PagePage
United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International ContractsConvention des Nations Unies sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
Chapter I.1
Sphere of applicationChapitre I. Sphère d’application
Article 1.2
Scope of applicationArticle 1. Champ d’application 2
Article 2.Article 2. Exclusions
Exclusions2
Article 3.Article 3. Autonomie des parties
Party autonomy2
Chapter II.Chapitre II. Dispositions générales
General provisions3
Article 4.Article 4. Définitions
Definitions3
Article 5.Article 5. Interprétation
Interpretation3
Article 6.Article 6. Lieu de situation des parties
Location of the parties4
Article 7.Article 7. Obligations d’information
Information requirements4
Chapter III.Chapitre III. Utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
Use of electronic communications in international contracts5
Article 8.Article 8. Reconnaissance juridique des communications électroniques
Legal recognition of electronic communications5
Article 9.Article 9. Conditions de forme
Form requirements5
Article 10. Time and place of dispatch and receipt of electronic communicationsArticle 10. Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques 6
Article 11. Invitations to make offersArticle 11. Invitations à l’offre 6
Article 12. Use of automated message systems for contract formationArticle 12. Utilisation de systèmes de messagerie automatisés pour la formation des contrats
Article 13. Availability of contract terms6 Article 13. Mise à disposition des clauses contractuelles 7
Article 14. Error in electronic communicationsArticle 14. Erreur dans les communications électroniques 7
Chapter IV.Chapitre IV. Dispositions finales
Final provisions8
Article 15. DepositaryArticle 15. Dépositaire 8
Article 16. Signature, ratification, acceptance or approvalArticle 16. Signature, ratification, acceptation ou approbation 8
Article 17. Participation by regional economic integration organizationsArticle 17. Participation d’organisations régionales d’intégration économique 8
Article 18. Effect in domestic territorial unitsArticle 18. Effet dans les unités territoriales nationales
Article 19. Declarations on the scope of application9 Article 19. Déclarations concernant le champ d’application 9
Article 20. Communications exchanged under other international conventionsArticle 20. Communications échangées conformément à d’autres conventions internationales
Article 21. Procedure and effects of declarations9 Article 21. Procédure et effets des déclarations 10
Article 22. ReservationsArticle 22. Réserves
Article 23. Entry into force11 Article 23. Entrée en vigueur
Article 24. Time of application11 Article 24. Moment de l’application
Article 25. Denunciations11 Article 25. Dénonciation
Explanatory note by the UNCITRAL Secretariat on the United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International Contracts11 Note explicative du secrétariat de la CNUDCI relative à la Convention sur l’utilisation de communications électyroniques dans les contrats internationaux 12
Paragraphs PageParagraphes Page
IntroductionI. Introduction
1-21-2 12
Main features of the ConventionII. Principales caractéristiques de la Convention
3-203-20 12
Sphere of application (articles 1 and 2)A. Sphère d’application (articles 1 et 2)
5-75-7 12
Location of the parties and information requirements (articles 6 and 7)B. Lieu de situation des parties et obligations d’information (articles 6 et 7)
8-98-9 13
Treatment of contracts (articles 8, 11, 12 and 13)C. Traitement des contrats (articles 8, 11, 12 et 13)
10-1210-12 13
Form requirements (article 9)D. Conditions de forme (article 9)
13-1413-14 14
Time and place of dispatch and receipt of electronic communications (article 10)E. Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques (article 10)
15-1715-17 15
Relationship to other international instruments (article 20)F. Relation avec d’autres instruments internationaux (article 20)
18-2018-20 15
Summary of preparatory workIII. Résumé des travaux préparatoires
21-4321-43 16
Article-by-article remarksIV. Observations article par article
44-32444-324 24
PreamblePréambule
44-5244-52 24
Chapter I.Chapitre I.
Sphere of applicationSphère d’application
53-8953-89 26
Article 1. Scope of applicationArticle 1. Champ d’application
53-6953-69 26
Article 2. ExclusionsArticle 2. Exclusions
70-8370-83 30
Article 3. Party autonomyArticle 3. Autonomie des parties
84-8984-49 34
Chapter II.Chapitre II.
General provisionsDispositions générales
90-12890-128 36
Article 4. DefinitionsArticle 4. Définitions
90-10690-106 36
Article 5. InterpretationArticle 5. Interprétation
107107 39
Article 6. Location of the partiesArticle 6. Lieu de situation des parties
108-121108-121 40
Article 7. Information requirementsArticle 7. Obligations d’information
122-128122-128 43
Chapter III.Chapitre III. Utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
Use of electronic communications in international contracts129-250 46
129-250 Article 8. Legal recognition of electronic communicationsArticle 8. Reconnaissance juridique des communications électroniques
129-132129-132 46
Article 9. Form requirementsArticle 9. Conditions de forme
133-170133-170 47
Article 10. Time and place of dispatch and receipt of electronic communicationsArticle 10. Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques
171-196171-196 57
Article 11. Invitations to make offersArticle 11. Invitations à l’offre
197-207197-207 64
Article 12. Use of automated message systems for contracts formationArticle 12. Utilisation de systèmes de messagerie automatisés pour la formation de contrats
208-215208-215 68
Article 13. Availability of contract termsArticle 13. Mise à disposition des clauses contractuelles
216-223216-223 70
Article 14. Error in electronic communicationsArticle 14. Erreur dans les communications électroniques
224-250224-250 72
Chapter IV.Chapitre IV. Dispositions finales
Final provisions251-324 80
251-324Article 15. Dépositaire
Article 15. Depositary251-252 80
251-252Article 16. Signature, ratification, acceptation ou approbation
Article 16. Signature, ratification, acceptance or approval253-256 80
253-256 Article 17. Participation by regional economic integration organizationsArticle 17. Participation d’organisations régionales d’intégration économique
257-270257-270 81
Article 18. Effect in domestic territorial unitsArticle 18. Effet dans les unités territoriales nationales
271-276271-276 85
Article 19. Declarations on the scope of applicationArticle 19. Déclarations concernant le champ d’application
277-286277-286 86
Article 20. Communications exchanged under other international conventionsArticle 20. Communications échangées conformément à d’autres conventions internationales
287-303287-303 89
Article 21. Procedure and effects of declarationsArticle 21. Procédure et effets des déclarations
304-310304-310 94
Article 22. ReservationsArticle 22. Réserves
311-317311-317 95
Article 23. Entry into forceArticle 23. Entrée en vigueur
318-320318-320 97
Article 24. Time of applicationArticle 24. Moment de l’application
321-324321-322 98 Article 25. Dénonciation 323-324 98
United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International ContractsConvention des Nations Unies sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
The States Parties to this Convention,Les États Parties à la présente Convention,
Reaffirming their belief that international trade on the basis of equality and mutual benefit is an important element in promoting friendly relations among States,Réaffirmant leur conviction que le commerce international sur la base de l’égalité et des avantages mutuels constitue un élément important susceptible de promouvoir les relations amicales entre les États,
Noting that the increased use of electronic communications improves the efficiency of commercial activities, enhances trade connections and allows new access opportunities for previously remote parties and markets, thus playing a fundamental role in promoting trade and economic development, both domestically and internationally,Notant que l’usage accru des communications électroniques améliore l’efficacité des activités commerciales, renforce les relations commerciales et offre de nouvelles possibilités de débouchés à des parties et à des marchés auparavant isolés, jouant ainsi un rôle fondamental dans la promotion du commerce et du développement économique, aux niveaux tant national qu’international,
Considering that problems created by uncertainty as to the legal value of the use of electronic communications in international contracts constitute an obstacle to international trade,Considérant que les problèmes créés par les incertitudes quant à la valeur juridique de l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux constituent un obstacle au commerce international,
Convinced that the adoption of uniform rules to remove obstacles to the use of electronic communications in international contracts, including obstacles that might result from the operation of existing international trade law instruments, would enhance legal certainty and commercial predictability for international contracts and help States gain access to modern trade routes,Convaincus que l’adoption de règles uniformes pour éliminer les obstacles à l’utilisation des communications électroniques dans les contrats internationaux, notamment les obstacles pouvant résulter de l’application des instruments de droit commercial international existants, renforcerait la sécurité juridique et la prévisibilité commerciale pour les contrats internationaux et aiderait les États à accéder aux circuits commerciaux modernes,
Being of the opinion that uniform rules should respect the freedom of parties to choose appropriate media and technologies, taking account of the principles of technological neutrality and functional equivalence, to the extent that the means chosen by the parties comply with the purpose of the relevant rules of law,Estimant que des règles uniformes devraient respecter la liberté des parties de choisir les supports et technologies appropriés, en tenant compte des principes de neutralité technologique et d’équivalence fonctionnelle, dans la mesure où les moyens choisis par celles-ci sont conformes à l’objet des règles de droit applicables en la matière,
Desiring to provide a common solution to remove legal obstacles to the use of electronic communications in a manner acceptable to States with different legal, social and economic systems,Désireux de trouver une solution commune pour lever les obstacles juridiques à l’utilisation des communications électroniques d’une manière qui soit acceptable pour les États dotés de systèmes juridiques, sociaux et économiques différents,
Have agreed as follows:Sont convenus de ce qui suit:
Chapter IChapitre premier. Sphère d’application
Sphere of application Article 1 Scope of applicationArticle premier. Champ d’application
1. This Convention applies to the use of electronic communications in connection with the formation or performance of a contract between parties whose places of business are in different States.1. La présente Convention s’applique à l’utilisation de communications électroniques en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat entre des parties ayant leur établissement dans des États différents.
2. The fact that the parties have their places of business in different States is to be disregarded whenever this fact does not appear either from the contract or from any dealings between the parties or from information disclosed by the parties at any time before or at the conclusion of the contract.2. Il n’est pas tenu compte du fait que les parties ont leur établissement dans des États différents lorsque ce fait ne ressort ni du contrat, ni de transactions effectuées entre les parties, ni de renseignements donnés par elles à un moment quelconque avant la conclusion ou lors de la conclusion du contrat.
3. Neither the nationality of the parties nor the civil or commercial character of the parties or of the contract is to be taken into consideration in determining the application of this Convention.3. Ni la nationalité des parties, ni le caractère civil ou commercial des parties ou du contrat ne sont pris en considération pour l’application de la présente Convention.
Article 2Article 2. Exclusions
Exclusions 1. This Convention does not apply to electronic communications relating to any of the following:1. La présente Convention ne s’applique pas aux communications électroniques qui ont un rapport avec l’un quelconque des éléments suivants:
(a) Contracts concluded for personal, family or household purposes;a) Contrats conclus à des fins personnelles, familiales ou domestiques;
(b) (i) Transactions on a regulated exchange; (ii) foreign exchange transactions; (iii) inter-bank payment systems, inter-bank payment agreements or clearance and settlement systems relating to securities or other financial assets or instruments; (iv) the transfer of security rights in sale, loan or holding of or agreement to repurchase securities or other financial assets or instruments held with an intermediary.b) i) Opérations sur un marché boursier réglementé; ii) opérations de change; iii) systèmes de paiement interbancaire, accords de paiement interbancaire ou systèmes de compensation et de règlement portant sur des valeurs mobilières ou d’autres instruments ou actifs financiers; iv) transfert de sûretés portant sur des valeurs mobilières ou sur d’autres instruments ou actifs financiers détenus auprès d’intermédiaires, ou vente, prêt, détention ou convention de rachat de ces valeurs, actifs ou instruments.
2. This Convention does not apply to bills of exchange, promissory notes, consignment notes, bills of lading, warehouse receipts or any transferable document or instrument that entitles the bearer or beneficiary to claim the delivery of goods or the payment of a sum of money.2. La présente Convention ne s’applique pas aux lettres de change, aux billets à ordre, aux lettres de transport, aux connaissements, aux récépissés d’entrepôt ni à aucun document ou instrument transférable donnant le droit au porteur ou au bénéficiaire de demander la livraison de marchandises ou le paiement d’une somme d’argent.
Article 3Article 3. Autonomie des parties
Party autonomy The parties may exclude the application of this Convention or derogate from or vary the effect of any of its provisions.Les parties peuvent exclure l’application de la présente Convention ou déroger à l’une quelconque de ses dispositions ou en modifier les effets.
Chapter IIChapitre II. Dispositions générales
General provisions Article 4 DefinitionsArticle 4. Définitions
For the purposes of this Convention:Aux fins de la présente Convention:
(a) “Communication” means any statement, declaration, demand, notice or request, including an offer and the acceptance of an offer, that the parties are required to make or choose to make in connection with the formation or performance of a contract;a) Le terme “communication” désigne toute mention, déclaration, mise en demeure, notification ou demande, y compris une offre et l’acceptation d’une offre, que les parties sont tenues d’effectuer ou choisissent d’effectuer en relation avec la formation ou l’exécution d’un contrat;
(b) “Electronic communication” means any communication that the parties make by means of data messages;b) Le terme “communication électronique” désigne toute communication que les parties effectuent au moyen de messages de données;
(c) “Data message” means information generated, sent, received or stored by electronic, magnetic, optical or similar means, including, but not limited to, electronic data interchange, electronic mail, telegram, telex or telecopy;c) Le terme “message de données” désigne l’information créée, transmise, reçue ou conservée par des moyens électroniques, magnétiques ou optiques ou des moyens analogues, notamment, mais non exclusivement, l’échange de données informatisées (EDI), la messagerie électronique, le télégramme, le télex ou la télécopie;
(d) “Originator” of an electronic communication means a party by whom, or on whose behalf, the electronic communication has been sent or generated prior to storage, if any, but it does not include a party acting as an intermediary with respect to that electronic communication;d) Le terme “expéditeur” d’une communication électronique désigne la partie par laquelle, ou au nom de laquelle, la communication électronique a été envoyée ou créée avant d’avoir été éventuellement conservée, mais non la partie qui agit en tant qu’intermédiaire pour cette communication;
(e) “Addressee” of an electronic communication means a party who is intended by the originator to receive the electronic communication, but does not include a party acting as an intermediary with respect to that electronic communication;e) Le terme “destinataire” d’une communication électronique désigne la partie à qui l’expéditeur a l’intention d’adresser la communication électronique, mais non la partie qui agit en tant qu’intermédiaire pour cette communication;
(f) “Information system” means a system for generating, sending, receiving, storing or otherwise processing data messages;f) Le terme “système d’information” désigne un système utilisé pour créer, envoyer, recevoir, conserver ou traiter de toute autre manière des messages de données;
(g) “Automated message system” means a computer program or an electronic or other automated means used to initiate an action or respond to data messages or performances in whole or in part, without review or intervention by a natural person each time an action is initiated or a response is generated by the system;g) Le terme “système de messagerie automatisé” désigne un programme informatique, un moyen électronique ou un autre moyen automatisé utilisé pour entreprendre une action ou pour répondre en tout ou en partie à des messages de données ou à des opérations, sans intervention ou contrôle d’une personne physique à chaque action entreprise ou réponse produite;
(h) “Place of business” means any place where a party maintains a non-transitory establishment to pursue an economic activity other than the temporary provision of goods or services out of a specific location.h) Le terme “établissement” désigne tout lieu où une partie dispose d’une installation non transitoire pour mener une activité économique, autre que la fourniture temporaire de biens ou de services, et à partir d’un lieu déterminé.
Article 5 InterpretationArticle 5. Interprétation
1. In the interpretation of this Convention, regard is to be had to its international character and to the need to promote uniformity in its application and the observance of good faith in international trade.1. Pour l’interprétation de la présente Convention, il est tenu compte de son caractère international et de la nécessité de promouvoir l’uniformité de son application ainsi que d’assurer le respect de la bonne foi dans le commerce international.
2. Questions concerning matters governed by this Convention which are not expressly settled in it are to be settled in conformity with the general principles on which it is based or, in the absence of such principles, in conformity with the law applicable by virtue of the rules of private international law.2. Les questions concernant les matières régies par la présente Convention qui ne sont pas expressément tranchées par elle sont réglées selon les principes généraux dont elle s’inspire ou, à défaut de ces principes, conformément à la loi applicable en vertu des règles du droit international privé.
Article 6Article 6. Lieu de situation des parties
Location of the parties1. Aux fins de la présente Convention, une partie est présumée avoir son établissement au lieu qu’elle a indiqué, sauf si une autre partie démontre que la partie ayant donné cette indication n’a pas d’établissement dans ce lieu.
1. For the purposes of this Convention, a party’s place of business is presumed to be the location indicated by that party, unless another party demonstrates that the party making the indication does not have a place of business at that location. 2. If a party has not indicated a place of business and has more than one place of business, then the place of business for the purposes of this Convention is that which has the closest relationship to the relevant contract, having regard to the circumstances known to or contemplated by the parties at any time before or at the conclusion of the contract.2. Dans le cas où une partie n’a pas indiqué d’établissement et a plus d’un établissement, l’établissement à prendre en considération aux fins de la présente Convention est celui qui a la relation la plus étroite avec le contrat considéré, compte tenu des circonstances connues des parties ou envisagées par elles avant ou au moment de la conclusion du contrat.
3. If a natural person does not have a place of business, reference is to be made to the person’s habitual residence.3. Si une personne physique n’a pas d’établissement, sa résidence habituelle en tient lieu.
4. A location is not a place of business merely because that is: (a) where equipment and technology supporting an information system used by a party in connection with the formation of a contract are located; or (b) where the information system may be accessed by other parties.4. Un lieu ne constitue pas un établissement du seul fait qu’il s’agit de l’endroit: a) où se trouvent le matériel et la technologie sur lesquels s’appuie un système d’information utilisé par une partie en relation avec la formation d’un contrat; ou b) où d’autres parties peuvent accéder à ce système d’information.
5. The sole fact that a party makes use of a domain name or electronic mail address connected to a specific country does not create a presumption that its place of business is located in that country.5. Le seul fait qu’une partie utilise un nom de domaine ou une adresse électronique associés à un pays particulier ne constitue pas une présomption que son établissement est situé dans ce pays.
Article 7Article 7. Obligations d’information
Information requirements Nothing in this Convention affects the application of any rule of law that may require the parties to disclose their identities, places of business or other information, or relieves a party from the legal consequences of making inaccurate, incomplete or false statements in that regard.Aucune disposition de la présente Convention n’a d’incidence sur l’application d’une règle de droit obligeant les parties à communiquer leur identité, leur établissement ou toute autre information, ni n’exonère une partie des conséquences juridiques auxquelles elle s’exposerait en faisant des déclarations inexactes, incomplètes ou fausses à cet égard.
Chapter IIIChapitre III. Utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
Use of electronic communications in international contracts Article 8 Legal recognition of electronic communicationsArticle 8. Reconnaissance juridique des communications électroniques
1. A communication or a contract shall not be denied validity or enforceability on the sole ground that it is in the form of an electronic communication.1. La validité ou la force exécutoire d’une communication ou d’un contrat ne peuvent être contestées au seul motif que cette communication ou ce contrat est sous forme de communication électronique.
2. Nothing in this Convention requires a party to use or accept electronic communications, but a party’s agreement to do so may be inferred from the party’s conduct.2. Aucune disposition de la présente Convention n’oblige une partie à utiliser ou à accepter des communications électroniques, mais le fait qu’elle y consent peut être déduit de son comportement.
Article 9 Form requirementsArticle 9. Conditions de forme
1. Nothing in this Convention requires a communication or a contract to be made or evidenced in any particular form.1. Aucune disposition de la présente Convention n’exige qu’une communication ou un contrat soit établi ou constaté sous une forme particulière.
2. Where the law requires that a communication or a contract should be in writing, or provides consequences for the absence of a writing, that requirement is met by an electronic communication if the information contained therein is accessible so as to be usable for subsequent reference.2. Lorsque la loi exige qu’une communication ou un contrat soit sous forme écrite, ou prévoit des conséquences juridiques en l’absence d’un écrit, une communication électronique satisfait à cette exigence si l’information qu’elle contient est accessible pour être consultée ultérieurement.
3. Where the law requires that a communication or a contract should be signed by a party, or provides consequences for the absence of a signature, that requirement is met in relation to an electronic communication if:3. Lorsque la loi exige qu’une communication ou un contrat soit signé par une partie, ou prévoit des conséquences en l’absence d’une signature, cette exigence est satisfaite dans le cas d’une communication électronique:
(a) A method is used to identify the party and to indicate that party’s intention in respect of the information contained in the electronic communication; anda) Si une méthode est utilisée pour identifier la partie et pour indiquer la volonté de cette partie concernant l’information contenue dans la communication électronique; et
(b) The method used is either:b) Si la méthode utilisée est:
(i) As reliable as appropriate for the purpose for which the electronic communication was generated or communicated, in the light of all the circumstances, including any relevant agreement; ori) Soit une méthode dont la fiabilité est suffisante au regard de l’objet pour lequel la communication électronique a été créée ou transmise, compte tenu de toutes les circonstances, y compris toute convention en la matière;
(ii) Proven in fact to have fulfilled the functions described in subparagraph (a) above, by itself or together with further evidence.ii) Soit une méthode dont il est démontré dans les faits qu’elle a, par ellemême ou avec d’autres preuves, rempli les fonctions visées à l’alinéa a cidessus.
4. Where the law requires that a communication or a contract should be made available or retained in its original form, or provides consequences for the absence of an original, that requirement is met in relation to an electronic communication if:4. Lorsque la loi exige qu’une communication ou un contrat soit disponible ou conservé sous sa forme originale, ou prévoit des conséquences juridiques en l’absence d’un original, cette exigence est satisfaite dans le cas d’une communication électronique:
(a) There exists a reliable assurance as to the integrity of the information it contains from the time when it was first generated in its final form, as an electronic communication or otherwise; anda) S’il existe une garantie fiable quant à l’intégrité de l’information qu’elle contient à compter du moment où elle a été créée pour la première fois sous sa forme définitive, en tant que communication électronique ou autre; et
(b) Where it is required that the information it contains be made available, that information is capable of being displayed to the person to whom it is to be made available.b) Si, lorsqu’il est exigé que l’information qu’elle contient soit disponible, cette information peut être présentée à la personne à laquelle elle doit être rendue disponible.
5. For the purposes of paragraph 4 (a):5. Aux fins de l’alinéa a du paragraphe 4:
(a) The criteria for assessing integrity shall be whether the information has remained complete and unaltered, apart from the addition of any endorsement and any change that arises in the normal course of communication, storage and display; anda) L’intégrité de l’information s’apprécie en déterminant si celle-ci est restée complète et n’a pas été altérée, exception faite de l’ajout de tout endossement et de toute modification susceptible d’intervenir dans le processus normal de la communication, de la conservation et de l’affichage; et
(b) The standard of reliability required shall be assessed in the light of the purpose for which the information was generated and in the light of all the relevant circumstances.b) Le niveau de fiabilité requis s’apprécie au regard de l’objet pour lequel l’information a été créée et à la lumière de toutes les circonstances y ayant trait.
Article 10Article 10. Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques
Time and place of dispatch and receipt of electronic communications 1. The time of dispatch of an electronic communication is the time when it leaves an information system under the control of the originator or of the party who sent it on behalf of the originator or, if the electronic communication has not left an information system under the control of the originator or of the party who sent it on behalf of the originator, the time when the electronic communication is received.1. Le moment de l’expédition d’une communication électronique est le moment où cette communication quitte un système d’information dépendant de l’expéditeur ou de la partie qui l’a envoyée au nom de l’expéditeur, ou bien, si la communication électronique n’a pas quitté un système d’information dépendant de l’expéditeur ou de la partie qui l’a envoyée au nom de l’expéditeur, le moment où elle est reçue.
2. The time of receipt of an electronic communication is the time when it becomes capable of being retrieved by the addressee at an electronic address designated by the addressee.2. Le moment de la réception d’une communication électronique est le moment où cette communication peut être relevée par le destinataire à une adresse électronique que celui-ci a désignée.
The time of receipt of an electronic communication at another electronic address of the addressee is the time when it becomes capable of being retrieved by the addressee at that address and the addressee becomes aware that the electronic communication has been sent to that address.Le moment de la réception d’une communication électronique à une autre adresse électronique du destinataire est le moment où cette communication peut être relevée par le destinataire à cette adresse et où celui-ci prend connaissance du fait qu’elle a été envoyée à cette adresse.
An electronic communication is presumed to be capable of being retrieved by the addressee when it reaches the addressee’s electronic address.Une communication électronique est présumée pouvoir être relevée par le destinataire lorsqu’elle parvient à l’adresse électronique de celui-ci.
3. An electronic communication is deemed to be dispatched at the place where the originator has its place of business and is deemed to be received at the place where the addressee has its place of business, as determined in accordance with article 6.3. Une communication électronique est réputée avoir été expédiée du lieu où l’expéditeur a son établissement et avoir été reçue au lieu où le destinataire a son établissement, ces lieux étant déterminés conformément à l’article 6.
4. Paragraph 2 of this article applies notwithstanding that the place where the information system supporting an electronic address is located may be different from the place where the electronic communication is deemed to be received under paragraph 3 of this article.4. Le paragraphe 2 du présent article s’applique même si le lieu où est situé le système d’information qui constitue le support de l’adresse électronique est différent du lieu où la communication électronique est réputée avoir été reçue selon le paragraphe 3 du présent article.
Article 11Article 11. Invitations à l’offre
Invitations to make offersUne proposition de conclure un contrat effectuée par l’intermédiaire d’une ou plusieurs communications électroniques qui n’est pas adressée en particulier à une ou plusieurs parties mais qui est généralement accessible à des parties utilisant des systèmes d’information, y compris à l’aide d’applications interactives permettant de passer des commandes par l’intermédiaire de ces systèmes d’information, doit être considérée comme une invitation à l’offre, à moins qu’elle n’indique clairement l’intention de la partie effectuant la proposition d’être liée en cas d’acceptation.
A proposal to conclude a contract made through one or more electronic communications which is not addressed to one or more specific parties, but is generally accessible to parties making use of information systems, including proposals that make use of interactive applications for the placement of orders through such information systems, is to be considered as an invitation to make offers, unless it clearly indicates the intention of the party making the proposal to be bound in case of acceptance. Article 12Article 12. Utilisation de systèmes de messagerie automatisés pour la formation des contrats
Use of automated message systems for contract formation A contract formed by the interaction of an automated message system and a natural person, or by the interaction of automated message systems, shall not be denied validity or enforceability on the sole ground that no natural person reviewed or intervened in each of the individual actions carried out by the automated message systems or the resulting contract.La validité ou la force exécutoire d’un contrat formé par l’interaction d’un système de messagerie automatisé et d’une personne physique, ou bien par l’interaction de systèmes de messagerie automatisés ne peuvent être contestées au seul motif qu’une personne physique n’est pas intervenue ou n’a pas contrôlé chacune des opérations exécutées par les systèmes ni le contrat qui en résulte.
Article 13Article 13. Mise à disposition des clauses contractuelles
Availability of contract termsAucune disposition de la présente Convention n’a d’incidence sur l’application d’une règle de droit obligeant une partie qui négocie tout ou partie des clauses d’un contrat en échangeant des communications électroniques à mettre d’une manière déterminée à la disposition de l’autre partie les communications électroniques contenant les clauses contractuelles, ni n’exonère une partie des conséquences juridiques auxquelles elle s’exposerait en ne le faisant pas.
Nothing in this Convention affects the application of any rule of law that may require a party that negotiates some or all of the terms of a contract through the exchange of electronic communications to make available to the other party those electronic communications which contain the contractual terms in a particular manner, or relieves a party from the legal consequences of its failure to do so. Article 14 Error in electronic communicationsArticle 14. Erreur dans les communications électroniques
1. Where a natural person makes an input error in an electronic communication exchanged with the automated message system of another party and the automated message system does not provide the person with an opportunity to correct the error, that person, or the party on whose behalf that person was acting, has the right to withdraw the portion of the electronic communication in which the input error was made if:1. Lorsqu’une personne physique commet une erreur de saisie dans une communication électronique échangée avec le système de messagerie automatisé d’une autre partie et que le système de messagerie automatisé ne lui donne pas la possibilité de corriger l’erreur, cette personne, ou la partie au nom de laquelle elle agissait, peut exercer un droit de retrait de la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur de saisie a été commise si:
(a) The person, or the party on whose behalf that person was acting, notifies the other party of the error as soon as possible after having learned of the error and indicates that he or she made an error in the electronic communication; anda) La personne, ou la partie au nom de laquelle elle agissait, avise l’autre partie de l’erreur aussitôt que possible après en avoir pris connaissance et lui signale qu’elle a commis une erreur dans la communication électronique; et
(b) The person, or the party on whose behalf that person was acting, has not used or received any material benefit or value from the goods or services, if any, received from the other party.b) La personne, ou la partie au nom de laquelle elle agissait, n’a pas tiré d’avantage matériel ou de contrepartie des biens ou services éventuellement reçus de l’autre partie ni utilisé un tel avantage ou une telle contrepartie.
2. Nothing in this article affects the application of any rule of law that may govern the consequences of any error other than as provided for in paragraph 1.2. Aucune disposition du présent article n’a d’incidence sur l’application d’une règle de droit régissant les conséquences d’une erreur autre que celle visée au paragraphe 1.
Chapter IVChapitre IV. Dispositions finales
Final provisions Article 15 DepositaryArticle 15. Dépositaire
The Secretary-General of the United Nations is hereby designated as the depositary for this Convention.Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies est désigné comme dépositaire de la présente Convention.
Article 16 Signature, ratification, acceptance or approvalArticle 16. Signature, ratification, acceptation ou approbation
1. This Convention is open for signature by all States at United Nations Headquarters in New York from 16 January 2006 to 16 January 2008.1. La présente Convention est ouverte à la signature de tous les États au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York du 16 janvier 2006 au 16 janvier 2008.
2. This Convention is subject to ratification, acceptance or approval by the signatory States.2. La présente Convention est sujette à ratification, acceptation ou approbation par les États signataires.
3. This Convention is open for accession by all States that are not signatory States as from the date it is open for signature.3. La présente Convention est ouverte à l’adhésion de tous les États qui ne sont pas signataires à partir de la date à laquelle elle est ouverte à la signature.
4. Instruments of ratification, acceptance, approval and accession are to be deposited with the Secretary-General of the United Nations.4. Les instruments de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion sont déposés auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.
Article 17Article 17. Participation d’organisations régionales d’intégration économique
Participation by regional economic integration organizations 1. A regional economic integration organization that is constituted by sovereign States and has competence over certain matters governed by this Convention may similarly sign, ratify, accept, approve or accede to this Convention.1. Une organisation régionale d’intégration économique constituée par des États souverains et ayant compétence sur certaines matières régies par la présente Convention peut elle aussi signer, ratifier, accepter, approuver la présente Convention ou y adhérer.
The regional economic integration organization shall in that case have the rights and obligations of a Contracting State, to the extent that that organization has competence over matters governed by this Convention.En pareil cas, elle aura les mêmes droits et obligations qu’un État contractant, dans la mesure où elle a compétence sur des matières régies par la présente Convention.
Where the number of Contracting States is relevant in this Convention, the regional economic integration organization shall not count as a Contracting State in addition to its member States that are Contracting States.Lorsque le nombre d’États contractants est pertinent pour l’application des dispositions de la présente Convention, l’organisation régionale d’intégration économique n’est pas comptée comme État contractant en plus de ses États membres qui sont des États contractants.
2. The regional economic integration organization shall, at the time of signature, ratification, acceptance, approval or accession, make a declaration to the depositary specifying the matters governed by this Convention in respect of which competence has been transferred to that organization by its member States.2. Au moment de la signature, de la ratification, de l’acceptation, de l’approbation ou de l’adhésion, l’organisation régionale d’intégration économique effectue auprès du dépositaire une déclaration indiquant les matières régies par la présente Convention pour lesquelles ses États membres lui ont transféré leur compétence.
The regional economic integration organization shall promptly notify the depositary of any changes to the distribution of competence, including new transfers of competence, specified in the declaration under this paragraph.Elle informe sans retard le dépositaire de toute modification intervenue dans la répartition de compétence, y compris de nouveaux transferts de compétence, précisée dans la déclaration faite en vertu du présent paragraphe.
3. Any reference to a “Contracting State” or “Contracting States” in this Convention applies equally to a regional economic integration organization where the context so requires.3. Toute référence à “État contractant” ou “États contractants” dans la présente Convention s’applique également à une organisation régionale d’intégration économique, lorsque le contexte requiert qu’il en soit ainsi.
4. This Convention shall not prevail over any conflicting rules of any regional economic integration organization as applicable to parties whose respective places of business are located in States members of any such organization, as set out by declaration made in accordance with article 21.4. La présente Convention ne peut prévaloir sur aucune règle contraire d’une organisation régionale d’intégration économique applicable aux parties dont les établissements respectifs sont situés dans les États membres d’une telle organisation, comme précisé par une déclaration faite conformément à l’article 21.
Article 18Article 18. Effet dans les unités territoriales nationales
Effect in domestic territorial units 1. If a Contracting State has two or more territorial units in which different systems of law are applicable in relation to the matters dealt with in this Convention, it may, at the time of signature, ratification, acceptance, approval or accession, declare that this Convention is to extend to all its territorial units or only to one or more of them, and may amend its declaration by submitting another declaration at any time.1. Si un État contractant comprend deux unités territoriales ou plus dans lesquelles des systèmes de droit différents s’appliquent aux matières régies par la présente Convention, il peut, au moment de la signature, de la ratification, de l’acceptation, de l’approbation ou de l’adhésion, déclarer que la présente Convention s’appliquera à toutes ses unités territoriales ou uniquement à l’une ou plusieurs d’entre elles et peut à tout moment modifier sa déclaration en faisant une nouvelle déclaration.
2. These declarations are to be notified to the depositary and are to state expressly the territorial units to which the Convention extends.2. Ces déclarations sont notifiées au dépositaire et désignent expressément les unités territoriales auxquelles la Convention s’applique.
3. If, by virtue of a declaration under this article, this Convention extends to one or more but not all of the territorial units of a Contracting State, and if the place of business of a party is located in that State, this place of business, for the purposes of this Convention, is considered not to be in a Contracting State, unless it is in a territorial unit to which the Convention extends.3. Si, en vertu d’une déclaration faite conformément au présent article, la présente Convention s’applique à l’une ou plusieurs des unités territoriales d’un État contractant, mais non pas à toutes, et si l’établissement d’une partie est situé dans cet État, cet établissement est considéré, aux fins de la présente Convention, comme n’étant pas situé dans un État contractant, à moins qu’il ne soit situé dans une unité territoriale à laquelle la Convention s’applique.
4. If a Contracting State makes no declaration under paragraph 1 of this article, the Convention is to extend to all territorial units of that State. Article 194. Si un État contractant ne fait pas de déclaration en vertu du paragraphe 1 du présent article, la Convention s’applique à toutes les unités territoriales de cet État.
Declarations on the scope of applicationArticle 19. Déclarations concernant le champ d’application
1. Any Contracting State may declare, in accordance with article 21, that it will apply this Convention only:1. Tout État contractant peut déclarer, conformément à l’article 21, qu’il appliquera la présente Convention uniquement:
(a) When the States referred to in article 1, paragraph 1, are Contracting States to this Convention; ora) Lorsque les États visés au paragraphe 1 de l’article premier sont des États contractants à la présente Convention; ou
(b) When the parties have agreed that it applies.b) Lorsque les parties sont convenues qu’elle s’applique.
2. Any Contracting State may exclude from the scope of application of this Convention the matters it specifies in a declaration made in accordance with article 21.2. Tout État contractant peut exclure du champ d’application de la présente Convention les matières spécifiées dans une déclaration faite conformément à l’article 21.
Article 20Article 20. Communications échangées conformément à d’autres conventions internationales
Communications exchanged under other international conventions 1. The provisions of this Convention apply to the use of electronic communications in connection with the formation or performance of a contract to which any of the following international conventions, to which a Contracting State to this Convention is or may become a Contracting State, apply:1. Les dispositions de la présente Convention s’appliquent à l’utilisation de communications électroniques en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat auquel s’applique l’une quelconque des conventions internationales ci-après dont un État contractant à la présente Convention est un État contractant ou peut le devenir:
Convention on the Recognition and Enforcement of Foreign Arbitral Awards (New York, 10 June 1958);Convention pour la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales étrangères (New York, 10 juin 1958);
Convention on the Limitation Period in the International Sale of Goods (New York, 14 June 1974) and Protocol thereto (Vienna, 11 April 1980);Convention sur la prescription en matière de vente internationale de marchandises (New York, 14 juin 1974) et Protocole y relatif (Vienne, 11 avril 1980);
United Nations Convention on Contracts for the International Sale of Goods (Vienna, 11 April 1980);Convention des Nations Unies sur les contrats de vente internationale de marchandises (Vienne, 11 avril 1980);
United Nations Convention on the Liability of Operators of Transport Terminals in International Trade (Vienna, 19 April 1991);Convention des Nations Unies sur la responsabilité des exploitants de terminaux de transport dans le commerce international (Vienne, 19 avril 1991);
United Nations Convention on Independent Guarantees and Stand-by Letters of Credit (New York, 11 December 1995);Convention des Nations Unies sur les garanties indépendantes et les lettres de crédit stand-by (New York, 11 décembre 1995);
United Nations Convention on the Assignment of Receivables in International Trade (New York, 12 December 2001).Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international (New York, 12 décembre 2001).
2. The provisions of this Convention apply further to electronic communications in connection with the formation or performance of a contract to which another international convention, treaty or agreement not specifically referred to in paragraph 1 of this article, and to which a Contracting State to this Convention is or may become a Contracting State, applies, unless the State has declared, in accordance with article 21, that it will not be bound by this paragraph.2. Les dispositions de la présente Convention s’appliquent en outre aux communications électroniques se rapportant à la formation ou à l’exécution d’un contrat auquel s’applique une autre convention ou un autre traité ou accord international non expressément mentionné au paragraphe 1 du présent article dont un État contractant à la présente Convention est un État contractant ou peut le devenir, sauf si cet État a déclaré, conformément à l’article 21, qu’il ne sera pas lié par le présent paragraphe.
3. A State that makes a declaration pursuant to paragraph 2 of this article may also declare that it will nevertheless apply the provisions of this Convention to the use of electronic communications in connection with the formation or performance of any contract to which a specified international convention, treaty or agreement applies to which the State is or may become a Contracting State.3. Un État qui fait une déclaration en application du paragraphe 2 du présent article peut également déclarer qu’il appliquera néanmoins les dispositions de la présente Convention à l’utilisation de communications électroniques en rapport avec la formation ou l’exécution de tout contrat auquel s’applique une convention, un traité ou un accord international spécifié dont cet État est un État contractant ou peut le devenir.
4. Any State may declare that it will not apply the provisions of this Convention to the use of electronic communications in connection with the formation or performance of a contract to which any international convention, treaty or agreement specified in that State’s declaration, to which the State is or may become a Contracting State, applies, including any of the conventions referred to in paragraph 1 of this article, even if such State has not excluded the application of paragraph 2 of this article by a declaration made in accordance with article 21.4. Tout État peut déclarer qu’il n’appliquera pas les dispositions de la présente Convention à l’utilisation de communications électroniques en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat auquel s’applique une convention, un traité ou un accord international qu’il a spécifié dans sa déclaration et dont il est un État contractant ou peut le devenir, y compris l’une quelconque des conventions mentionnées au paragraphe 1 du présent article, même s’il n’a pas exclu l’application du paragraphe 2 du présent article dans une déclaration faite conformément à l’article 21.
Article 21Article 21. Procédure et effets des déclarations
Procedure and effects of declarations 1. Declarations under article 17, paragraph 4, article 19, paragraphs 1 and 2, and article 20, paragraphs 2, 3 and 4, may be made at any time. Declarations made at the time of signature are subject to confirmation upon ratification, acceptance or approval.1. Des déclarations peuvent être faites à tout moment en vertu du paragraphe 4 de l’article 17, des paragraphes 1 et 2 de l’article 19 et des paragraphes 2, 3 et 4 de l’article 20. Les déclarations faites lors de la signature sont sujettes à confirmation lors de la ratification, de l’acceptation ou de l’approbation.
2. Declarations and their confirmations are to be in writing and to be formally notified to the depositary.2. Les déclarations et leur confirmation sont faites par écrit et formellement notifiées au dépositaire.
3. A declaration takes effect simultaneously with the entry into force of this Convention in respect of the State concerned.3. Les déclarations prennent effet à la date de l’entrée en vigueur de la présente Convention à l’égard de l’État concerné.
However, a declaration of which the depositary receives formal notification after such entry into force takes effect on the first day of the month following the expiration of six months after the date of its receipt by the depositary.Cependant, une déclaration dont le dépositaire reçoit notification formelle après cette date prend effet le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois à compter de la date de sa réception par le dépositaire.
4. Any State that makes a declaration under this Convention may modify or withdraw it at any time by a formal notification in writing addressed to the depositary. The modification or withdrawal is to take effect on the first day of the month following the expiration of six months after the date of the receipt of the notification by the depositary. Article 224. Tout État qui fait une déclaration en vertu de la présente Convention peut à tout moment la modifier ou la retirer par notification formelle adressée par écrit au dépositaire. La modification ou le retrait prend effet le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois après la date de réception de la notification par le dépositaire.
ReservationsArticle 22. Réserves
No reservations may be made under this Convention.Aucune réserve ne peut être faite en vertu de la présente Convention.
Article 23 Entry into forceArticle 23. Entrée en vigueur
1. This Convention enters into force on the first day of the month following the expiration of six months after the date of deposit of the third instrument of ratification, acceptance, approval or accession.1. La présente Convention entre en vigueur le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois après la date du dépôt du troisième instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.
2. When a State ratifies, accepts, approves or accedes to this Convention after the deposit of the third instrument of ratification, acceptance, approval or accession, this Convention enters into force in respect of that State on the first day of the month following the expiration of six months after the date of the deposit of its instrument of ratification, acceptance, approval or accession.2. Lorsqu’un État ratifie, accepte ou approuve la présente Convention ou y adhère après le dépôt du troisième instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion, la présente Convention entre en vigueur à l’égard de cet État le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois après la date du dépôt de son instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.
Article 24 Time of application This Convention and any declaration apply only to electronic communications that are made after the date when the Convention or the declaration enters into force or takes effect in respect of each Contracting State.Article 24. Moment de l’application
Article 25La présente Convention et toute déclaration s’appliquent uniquement aux communications électroniques qui sont échangées après la date à laquelle la Convention ou la déclaration entre en vigueur ou prend effet à l’égard de chaque État contractant.
DenunciationsArticle 25. Dénonciation
1. A Contracting State may denounce this Convention by a formal notification in writing addressed to the depositary.1. Un État contractant peut dénoncer la présente Convention par une notification formelle adressée par écrit au dépositaire.
2. The denunciation takes effect on the first day of the month following the expiration of twelve months after the notification is received by the depositary.2. La dénonciation prend effet le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de douze mois à compter de la réception de la notification par le dépositaire.
Where a longer period for the denunciation to take effect is specified in the notification, the denunciation takes effect upon the expiration of such longer period after the notification is received by the depositary.Lorsqu’un délai plus long est spécifié dans la notification, la dénonciation prend effet à l’expiration du délai en question à compter de la réception de la notification par le dépositaire.
DONE at New York this twenty-third day of November two thousand and five, in a single original, of which the Arabic, Chinese, English, French, Russian and Spanish texts are equally authentic.FAIT à New York, ce vingt-troisième jour de novembre de l’an 2005 en un seul original, dont les versions anglaise, arabe, chinoise, espagnole, française et russe font également foi.
IN WITNESS WHEREOF the undersigned plenipotentiaries, being duly authorized by their respective Governments, have signed this Convention.EN FOI DE QUOI, les plénipotentiaires soussignés, à ce dûment autorisés par leurs gouvernements respectifs, ont signé la présente Convention.
Explanatory note by the UNCITRAL secretariat on the United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International Contracts*Note explicative du secrétariat de la CNUDCI relative à la Convention sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux*
I.I.
IntroductionIntroduction
1. The United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International Contracts (hereinafter the “Electronic Communications Convention” or the “Convention”) was prepared by the United Nations Commission on International Trade Law (UNCITRAL) between 2002 and 2005.1. La Convention des Nations Unies sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux (ci-après “la Convention sur les communications électroniques” ou “la Convention”) a été élaborée par la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) entre 2002 et 2005.
The General Assembly adopted the Convention on 23 November 2005 by its resolution 60/21 and the Secretary-General opened it for signature on 16 January 2006.L’Assemblée générale l’a adoptée le 23 novembre 2005 par sa résolution 60/21 et le Secrétaire général l’a ouverte à la signature le 16 janvier 2006.
2. When it approved the final draft for adoption by the General Assembly, at its thirty-eighth session (Vienna, 4-15 July 2005), UNCITRAL requested the Secretariat to prepare explanatory notes on the new instrument.2. Lorsqu’à sa trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005), la CNUDCI a approuvé la version finale du projet de Convention en vue de son adoption par l’Assemblée générale, elle a prié le secrétariat d’établir des notes explicatives sur le nouvel instrument.
At its thirty-ninth session (New York, 19 June-7 July 2006), UNCITRAL took note of the explanatory notes prepared by the Secretariat and requested the Secretariat to publish the notes together with the text of the Convention.À sa trente-neuvième session (New York, 19 juin-7 juillet 2006), elle a pris acte des notes explicatives établies par le secrétariat et a prié ce dernier de les publier avec le texte de la Convention.
II.II.
Main features of the ConventionPrincipales caractéristiques de la Convention
3. The purpose of the Electronic Communications Convention is to offer practical solutions for issues related to the use of electronic means of communication in connection with international contracts.3. La Convention sur les communications électroniques vise à offrir des solutions pratiques aux problèmes liés à l’utilisation de moyens de communication électroniques en rapport avec des contrats internationaux.
4. The Convention is not intended to establish uniform rules for substantive contractual issues that are not specifically related to the use of electronic communications.4. La Convention n’est pas censée établir des règles uniformes sur des questions de fond concernant les contrats qui ne sont pas spécifiquement liées à l’utilisation de communications électroniques.
However, a strict separation between technology-related and substantive issues in the context of electronic commerce is not always feasible or desirable.Toutefois, un cloisonnement étanche entre les questions techniques et les questions de fond dans le contexte du commerce électronique n’est pas toujours possible ni souhaitable.
Therefore, the Convention contains a few substantive rules that extend beyond merely reaffirming the principle of functional equivalence where substantive rules are needed in order to ensure the effectiveness of electronic communications.C’est pourquoi la Convention contient un petit nombre de règles de fond allant au-delà de la simple réaffirmation du principe de l’équivalence fonctionnelle lorsque de telles règles sont nécessaires pour assurer l’efficacité des communications électroniques.
A.A.
Sphere of application (articles 1 and 2)Sphère d’application (articles 1 et 2)
5. The Electronic Communications Convention applies to the “use of electronic communications in connection with the formation or performance of a contract between parties whose places of business are in different States”.5. La Convention sur les communications électroniques s’applique à “l’utilisation de communications électroniques en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat entre des parties ayant leur établissement dans des États différents”.
“Electronic communication” includes any statement, declaration, demand, notice or request, including an offer and the acceptance of an offer, made by electronic, magnetic, optical or similar means in connection with the formation or performance of a contract.Le terme “communication électronique” désigne toute mention, déclaration, mise en demeure, notification ou demande, y compris une offre et l’acceptation d’une offre, faite par des moyens électroniques, magnétiques ou optiques ou des moyens analogues en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat.
The word “contract” in the Convention is used in a broad way and includes, for example, arbitration agreements and other legally binding agreements whether or not they are usually called “contracts”.Le terme “contract” est utilisé dans la Convention dans un sens large et désigne, par exemple, des conventions d’arbitrage et d’autres accords juridiquement contraignants, qu’ils soient ou non habituellement appelés “contrats”.
6. The Convention applies to international contracts, that is, contracts between parties located in two different States, but it is not necessary for both of those States to be contracting States of the Convention.6. La Convention s’applique aux contrats internationaux, c’est-à-dire aux contrats entre parties situées dans deux États différents, sans qu’il soit nécessaire que ces deux États soient des États contractants à la Convention.
However, the Convention only applies when the law of a contracting State is the law applicable to the dealings between the parties, which is to be determined by the rules on private international law of the forum State, if the parties have not validly chosen the applicable law.Toutefois, celle-ci ne s’applique que lorsque la loi applicable aux opérations entre les parties est celle d’un État contractant, ce qui doit être déterminé par les règles de droit international privé de l’État du for en l’absence de choix valable des parties.
7. The Convention does not apply to electronic communications exchanged in connection with contracts entered into for personal, family or household purposes.7. La Convention ne s’applique pas aux communications électroniques échangées en rapport avec des contrats conclus à des fins personnelles, familiales ou domestiques.
However, unlike the corresponding exclusion under article 2 (a) of the United Nations Convention on Contracts for the International Sale of Goods (the “United Nations Sales Convention”), the exclusion of these transactions under the Electronic Communications Convention is an absolute one, meaning that the Convention would not apply to contracts entered into for personal, family or household purposes, even if the particular purpose of the contract was not apparent to the other party.Cependant, à la différence de la Convention des Nations Unies sur les contrats de vente internationale de marchandises (Convention des Nations Unies sur les ventes) (art. 2 a)), la Convention sur les communications électroniques prévoit une exclusion absolue, si bien qu’elle ne s’appliquera pas aux contrats conclus à des fins personnelles, familiales ou domestiques, même si l’autre partie ne sait pas que ces contrats ont été conclus à ces fins particulières.
Furthermore, the Convention does not apply to transactions in certain financial markets subject to specific regulation or industry standards.En outre, elle ne s’applique pas aux opérations effectuées sur certains marchés financiers soumis à des normes sectorielles ou des règles spécifiques.
These transactions have been excluded because the financial service sector is already subject to well-defined regulatory controls and industry standards that address issues relating to electronic commerce in an effective way for the worldwide functioning of that sector.Ces opérations ont été exclues parce que le secteur des services financiers est déjà soumis à des mesures réglementaires de contrôle et à des normes sectorielles bien définies traitant des questions liées au commerce électronique de façon efficace pour le fonctionnement mondial de ce secteur.
Lastly, the Convention does not apply to negotiable instruments or documents of title, in view of the particular difficulty of creating an electronic equivalent of paper-based negotiability, a goal for which special rules would need to be devised.Enfin, la Convention ne s’applique pas aux instruments négociables, ni aux titres représentatifs, étant donné qu’il serait particulièrement difficile de créer un équivalent électronique pour les instruments papier négociables, objectif qui nécessiterait l’élaboration de règles spéciales.
B.B.
Location of the parties and information requirements (articles 6 and 7)Lieu de situation des parties et obligations d’information (articles 6 et 7)
8. The Electronic Communications Convention contains a set of rules dealing with the location of the parties.8. La Convention sur les communications électroniques contient un ensemble de règles traitant du lieu de situation des parties.
The Convention does not contemplate a duty for the parties to disclose their places of business, but establishes a certain number of presumptions and default rules aimed at facilitating a determination of a party’s location.Elle n’impose pas aux parties l’obligation d’indiquer où se trouve leur établissement, mais établit un certain nombre de présomptions et de règles supplétives destinées à faciliter la détermination de leur lieu de situation.
It attributes primary — albeit not absolute — importance to a party’s indication of its relevant place of business.Elle attribue une importance primordiale – mais non absolue – à l’indication fournie par une partie quant à son établissement.
9. The Convention takes a cautious approach to peripheral information related to electronic messages, such as Internet Protocol addresses, domain names or the geographic location of information systems, which despite their apparent objectivity have little, if any, conclusive value for determining the physical location of the parties.9. Les rédacteurs de la Convention se sont montrés prudents en ce qui concerne les renseignements annexes associés aux messages électroniques tels que les adresses de protocole IP, les noms de domaine ou l’implantation géographique de systèmes d’information qui, malgré leur apparente objectivité, ne sont guère voire pas du tout utiles pour déterminer le lieu de situation exact des parties.
C.C.
Treatment of contracts (articles 8, 11, 12 and 13)Traitement des contrats (articles 8, 11, 12 et 13)
10. The Electronic Communications Convention affirms in article 8 the principle contained in article 11 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce that contracts should not be denied validity or enforceability solely because they result from the exchange of electronic communications.10. La Convention sur les communications électroniques affirme dans son article 8 le principe contenu dans l’article 11 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique selon lequel la validité ou la force exécutoire des contrats ne devraient pas être déniées au seul motif qu’ils résultent de l’échange de communications électroniques.
The Convention does not venture into determining when offers and acceptances of offers become effective for purposes of contract formation.Elle ne prétend pas déterminer le moment où les offres et leur acceptation prennent effet aux fins de la formation de contrats.
11. Article 12 of the Convention recognizes that contracts may be formed as a result of actions by automated message systems (“electronic agents”), even if no natural person reviewed each of the individual actions carried out by the systems or the resulting contract.11. Selon l’article 12 de la Convention, des contrats peuvent être formés à la suite d’actions exécutées par des systèmes de messagerie automatisés (“agents électroniques”), même si aucune personne physique n’a examiné chacune des actions exécutées par ces systèmes ni le contrat qui en résulte.
However, article 11 clarifies that the mere fact that a party offers interactive applications for the placement of orders — whether or not its system is fully automated — does not create a presumption that the party intended to be bound by the orders placed through the system.Toutefois, l’article 11 précise que le simple fait qu’une partie propose des applications interactives permettant de passer des commandes – que son système soit entièrement automatisé ou non – n’établit pas la présomption qu’elle avait l’intention d’être liée par les commandes passées par l’intermédiaire de ce système.
12. Consistently with the decision to avoid establishing a duality of regimes for electronic and paper-based transactions, and consistent with the facilitative — rather than regulatory — approach of the Convention, article 13 defers to domestic law on matters such as any obligations that the parties might have to make contractual terms available in a particular manner.12. Conformément à la décision d’éviter d’instituer deux régimes pour les opérations électroniques et les contrats papier, et compte tenu du caractère facilitant – et non réglementaire – de la Convention, l’article 13 s’en remet au droit interne pour des questions telles que les obligations que pourraient avoir les parties de mettre à disposition les clauses contractuelles d’une manière particulière.
However, the Convention deals with the substantive issue of input errors in electronic communications in view of the potentially higher risk of mistakes being made in real-time or nearly instantaneous transactions entered into by a natural person communicating with an automated message system.Toutefois, la Convention traite de la question de fond des erreurs de saisie dans les communications électroniques, compte tenu du risque potentiellement plus élevé d’erreurs lors d’opérations en temps réel ou quasi instantanées réalisées par une personne physique communiquant par l’intermédiaire d’un système de messagerie automatisé.
Article 14 provides that a party who makes an input error may withdraw the part of the communication in question under certain circumstances.L’article 14 prévoit qu’une partie qui commet une erreur de saisie dans une communication peut retirer celle-ci dans certaines circonstances.
D.D.
Form requirements (article 9)Conditions de forme (article 9)
13. Article 9 of the Electronic Communications Convention reiterates the basic rules contained in articles 6, 7 and 8 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce concerning the criteria for establishing functional equivalence between electronic communications and paper documents — including “original” paper documents — as well as between electronic authentication methods and handwritten signatures.13. L’article 9 de la Convention sur les communications électroniques réaffirme les règles fondamentales des articles 6, 7 et 8 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique concernant les critères d’établissement de l’équivalence fonctionnelle entre, d’une part, les communications électroniques et les documents papier – y compris les documents papier “originaux” – et, d’autre part, les méthodes d’authentification électronique et les signatures manuscrites.
However, unlike the Model Law, the Convention does not deal with record retention, as it was felt that such a matter was more closely related to rules of evidence and administrative requirements than to contract formation and performance.Cependant, contrairement à la Loi type, la Convention ne traite pas de la conservation des enregistrements, car on a estimé que cette question se rapportait davantage aux règles de preuve et aux conditions administratives qu’à la formation et à l’exécution des contrats.
14. It should be noted that article 9 establishes minimum standards to meet form requirements that may exist under the applicable law.14. Il faut noter que l’article 9 établit des normes minimales pour satisfaire aux conditions de forme que peut imposer la loi applicable.
The principle of party autonomy in article 3, which is also contained in other UNCITRAL instruments, such as in article 6 of the United Nations Sales Convention, should not be understood as allowing the parties to go as far as relaxing statutory requirements on signature in favour of methods of authentication that provide a lesser degree of reliability than electronic signatures.Le principe de l’autonomie des parties énoncé dans l’article 3, qui figure également dans d’autres instruments de la CNUDCI, notamment l’article 6 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, ne devrait pas être interprété comme autorisant les parties à aller jusqu’à relâcher les exigences légales concernant la signature au profit de méthodes d’authentification moins fiables que la signature électronique.
Generally, it was understood that party autonomy did not mean that the Electronic Communications Convention empowered the parties to set aside statutory requirements on form or authentication of contracts and transactions.Il était généralement entendu que l’autonomie des parties ne signifiait pas que la Convention sur les communications électroniques habilitait celles-ci à écarter les exigences légales concernant la forme ou l’authentification des contrats et des opérations.
E.E.
Time and place of dispatch and receipt of electronic communications (article 10)Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques (article 10)
15. As is the case under article 15 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, the Electronic Communications Convention contains a set of default rules on time and place of dispatch and receipt of electronic communications, which are intended to supplement national rules on dispatch and receipt by transposing them to an electronic environment.15. Comme l’article 15 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, la Convention contient une série de règles supplétives sur le moment et le lieu de l’expédition et de la réception des communications électroniques, qui visent à compléter les règles nationales relatives à l’expédition et à la réception en les transposant dans un environnement électronique.
The differences in wording between article 10 of the Convention and article 15 of the Model Law are not intended to produce a different practical result, but rather are aimed at facilitating the operation of the Convention in various legal systems, by aligning the formulation of the relevant rules with general elements commonly used to define dispatch and receipt under domestic law.Les différences de formulation entre l’article 10 de la Convention et l’article 15 de la Loi type ne visent pas à produire un effet différent dans la pratique, mais à faciliter l’application de la Convention dans divers systèmes juridiques, en alignant la formulation des règles pertinentes sur des éléments généraux couramment utilisés pour définir l’expédition et la réception en droit interne.
16. Under the Convention, “dispatch” occurs when an electronic communication leaves an information system under the control of the originator, whereas “receipt” occurs when an electronic communication becomes capable of being retrieved by the addressee, which is presumed to happen when the electronic communication reaches the addressee’s electronic address.16. Aux termes de la Convention, l’“expédition” a lieu lorsqu’une communication électronique quitte un système d’information dépendant de l’expéditeur, alors que la “réception” a lieu lorsqu’une communication électronique peut être relevée par le destinataire, ce qui est présumé survenir lorsque la communication électronique parvient à l’adresse électronique de ce dernier.
The Convention distinguishes between delivery of communications to specifically designated electronic addresses and delivery of communications to an address not specifically designated.La Convention établit une distinction entre la transmission de communications à des adresses électroniques spécialement désignées et la transmission de communications à une adresse non désignée.
In the first case, a communication is received when it reaches the addressee’s electronic address (or “enters” the addressee’s “information system” in the terminology of the Model Law).Dans le premier cas, une communication est reçue au moment où elle parvient à l’adresse électronique du destinataire (ou, pour reprendre la terminologie de la Loi type au moment où elle “entre dans le système d’information” du destinataire).
For all cases where the communication is not delivered to a designated electronic address, receipt under the Convention only occurs when (a) the electronic communication becomes capable of being retrieved by the addressee (by reaching an electronic address of the addressee) and (b) the addressee actually becomes aware that the communication was sent to that particular address.Dans tous les cas où la communication n’est pas transmise à une adresse électronique désignée, une réception conforme aux termes de la Convention n’a lieu que a) lorsque la communication électronique peut être relevée par le destinataire (en atteignant une adresse électronique du destinataire) et b) lorsque le destinataire prend effectivement connaissance du fait que la communication a été envoyée à cette adresse particulière.
17. Electronic communications are presumed to be dispatched and received at the parties’ places of business.17. Les communications électroniques sont présumées être expédiées et reçues au niveau des établissements des parties.
F.F.
Relationship to other international instruments (article 20)Relation avec d’autres instruments internationaux (article 20)
18. UNCITRAL hopes that States may find the Electronic Communications Convention useful to facilitate the operation of other international instruments — particularly trade-related ones.18. La CNUDCI espère que les États jugeront la Convention sur les communications électroniques utile pour faciliter l’application d’autres instruments internationaux, particulièrement ceux qui ont trait au commerce.
Article 20 intends to offer a possible common solution for some of the legal obstacles to electronic commerce under existing international instruments in a manner that obviates the need for amending individual international conventions.L’article 20 vise à proposer pour certains des obstacles juridiques au commerce électronique recensés dans les instruments internationaux existants une éventuelle solution commune qui évite d’avoir à réviser les instruments en question.
19. In addition to those instruments which, for the avoidance of doubt, are listed in paragraph 1 of article 20, the provisions of the Convention may also apply, pursuant to paragraph 2 of article 20, to electronic communications exchanged in connection with contracts covered by other international conventions, treaties or agreements, unless such application has been excluded by a contracting State.19. Les dispositions de la Convention peuvent s’appliquer, non seulement aux instruments qui, pour éviter tout doute, sont énumérés au paragraphe 1 de l’article 20 mais aussi, comme le prévoit le paragraphe 2 de cet article, aux communications électroniques échangées en rapport avec des contrats régis par d’autres conventions, traités ou accords internationaux, sauf si cette application a été exclue par un État contractant.
The possibility of excluding this expanded application of the Convention has been added to take into account possible concerns of States that may wish to ascertain first whether the Convention would be compatible with their existing international obligations.La possibilité de ne pas accepter cette application élargie de la Convention a été prévue pour tenir compte des préoccupations éventuelles des États qui souhaitent peut-être d’abord vérifier si cette dernière sera compatible avec leurs obligations internationales actuelles.
20. Paragraphs 3 and 4 of article 20 offer further flexibility by allowing States to add specific conventions to the list of international instruments to which they would apply the provisions of the Convention — even if the State has submitted a general declaration under paragraph 2 — or to exclude certain specific conventions identified in their declarations.20. Les paragraphes 3 et 4 de l’article 20 offrent une souplesse supplémentaire en permettant aux États d’ajouter à la liste des instruments internationaux des conventions auxquelles ils appliqueront les dispositions de la Convention – même s’ils ont adressé une déclaration générale en application du paragraphe 2 – ou d’exclure certaines conventions mentionnées dans leur déclaration.
It should be noted that declarations under paragraph 4 of this article would exclude the application of the Convention to the use of electronic communications in respect of all contracts to which another international convention applies.Il est à noter que les déclarations faites conformément au paragraphe 4 excluront l’application de la Convention à l’utilisation de communications électroniques en rapport avec tous les contrats auxquels s’applique une autre convention internationale.
III.III.
Summary of preparatory workRésumé des travaux préparatoires
At its thirty-third session (New York, 17 June-7 July 2000), UNCITRAL held a preliminary exchange of views on proposals for future work in the field of electronic commerce.À sa trente-troisième session (New York, 17 juin-7 juillet 2000), la CNUDCI a procédé à un échange de vues préliminaire sur les travaux futurs proposés dans le domaine du commerce électronique.
The three suggested topics were electronic contracting, considered from the perspective of the United Nations Sales Convention; online dispute settlement; and dematerialization of documents of title, in particular in the transport industry.Trois sujets ont été suggérés: les contrats électroniques, considérés du point de vue de la Convention des Nations Unies sur les ventes; le règlement en ligne des litiges; et la dématérialisation des titres représentatifs, en particulier dans l’industrie des transports.
The Commission welcomed those suggestions.La Commission a favorablement accueilli ces suggestions.
The Commission generally agreed that, upon completing the preparation of the Model Law on Electronic Signatures, the Working Group on Electronic Commerce would be expected to examine, at its thirty-eighth session, some or all of the above-mentioned topics, as well as any additional topic, with a view to making more specific proposals for future work by the Commission at its thirty-fourth session, in 2001.Elle est convenue d’une manière générale que, lorsqu’il aurait achevé l’élaboration de la Loi type sur les signatures électroniques, le Groupe de travail sur le commerce électronique devrait examiner, à sa trente-huitième session, une partie ou la totalité des sujets susmentionnés, ainsi que tout autre sujet supplémentaire, afin de lui présenter à sa trente-quatrième session en 2001 des propositions plus précises sur les travaux qu’elle pourrait entreprendre dans l’avenir.
It was agreed that work to be carried out by the Working Group could involve consideration of several topics in parallel as well as preliminary discussion of the contents of possible uniform rules on certain aspects of the above-mentioned topics.Il a été convenu que le Groupe de travail pourrait être amené à étudier plusieurs sujets en parallèle et à procéder à un examen préliminaire de la teneur d’éventuelles règles uniformes sur certains aspects des sujets susmentionnés.
23. The Working Group considered those proposals at its thirty-eighth session (New York, 12-23 March 2001), on the basis of a set of notes dealing with a possible convention to remove obstacles to electronic commerce in existing international conventions (A/CN.9/WG.IV/WP.89); dematerialization of documents of title (A/CN.9/WG.IV/WP.90); and electronic contracting (A/CN.9/WG.IV/WP.91). The Working Group held an extensive discussion on issues related to electronic contracting (A/CN.9/484, paras. 94-127). The Working Group concluded its deliberations by recommending to the Commission that it should start work towards the preparation of an international instrument dealing with certain issues in electronic contracting on a priority basis. At the same time, the Working Group recommended that the Secretariat be entrusted with the preparation of the necessary studies concerning three other topics considered by the Working Group: (a) a comprehensive survey of possible legal barriers to the development of electronic commerce in international instruments; (b) a further study of the issues related to transfer of rights by electronic means, in particular rights in tangible goods and mechanisms for publicizing and keeping a record of acts of transfer or the creation of security interests in such goods; and (c) a study discussing the UNCITRAL Model Law on International Commercial Arbitration, as well as the UNCITRAL Arbitration Rules, to assess their appropriateness for meeting the specific needs of online arbitration (A/CN.9/484, para. 134).23. Le Groupe de travail a examiné ces suggestions à sa trente-huitième session (New York, 12-23 mars 2001) sur la base d’une série de notes concernant une éventuelle convention destinée à éliminer les obstacles au commerce électronique dans les conventions internationales existantes (A/CN.9/WG.IV/WP.89), la dématérialisation des titres représentatifs (A/CN.9/WG.IV/WP.90), et les contrats électroniques (A/CN.9/WG.IV/WP.91). Le Groupe de travail a eu des discussions approfondies sur les questions concernant les contrats électroniques (A/CN.9/484, par. 94 à 127). Il a conclu ses délibérations en recommandant à la Commission de commencer à titre prioritaire les travaux en vue de l’élaboration d’un instrument international sur certaines questions touchant les contrats électroniques. En même temps, il a recommandé que le secrétariat soit chargé de réaliser les études nécessaires sur trois autres sujets qu’il avait envisagés: a) une étude complète des éventuels obstacles juridiques au développement du commerce électronique dans les instruments internationaux; b) une autre étude sur les questions liées au transfert de droits par des moyens électroniques, en particulier de droits sur des biens meubles corporels, et les systèmes de publication et d’enregistrement des actes de transfert ou de création de sûretés sur de tels biens; et c) une étude de la Loi type de la CNUDCI sur l’arbitrage commercial international, ainsi que du Règlement d’arbitrage de la CNUDCI, afin de déterminer s’ils répondent aux besoins spécifiques de l’arbitrage en ligne (A/CN.9/484, par. 134).
24. At the thirty-fourth session of the Commission (Vienna, 25 June-13 July 2001), there was wide support for the recommendations made by the Working Group, which were found to constitute a sound basis for future work by the Commission.24. À la trente-quatrième session de la Commission (Vienne, 25 juin-13 juillet 2001), les participants ont largement appuyé les recommandations du Groupe de travail, estimant qu’elles constituaient une base solide pour les travaux futurs de la Commission.
Views varied, however, as regards the relative priority to be assigned to the different topics.Cependant, les vues divergeaient en ce qui concerne l’ordre de priorité à attribuer aux différents sujets.
One line of thought was that a project aimed at removing obstacles to electronic commerce in existing instruments should have priority over the other topics, in particular over the preparation of a new international instrument dealing with electronic contracting.Certains étaient d’avis qu’un projet visant à éliminer les obstacles au commerce électronique dans les instruments existants devrait avoir la priorité sur les autres sujets, en particulier sur l’élaboration d’un nouvel instrument international sur les contrats électroniques.
The prevailing view, however, was in favour of the order of priority that had been recommended by the Working Group.Cependant, l’opinion dominante a été favorable à l’ordre de priorité qui avait été recommandé par le Groupe de travail.
It was pointed out, in that connection, that the preparation of an international instrument dealing with issues of electronic contracting and the consideration of appropriate ways for removing obstacles to electronic commerce in existing uniform law conventions and trade agreements were not mutually exclusive.Il a été souligné, à cet égard, que l’élaboration d’un instrument international sur les contrats électroniques et l’examen de moyens appropriés pour éliminer les obstacles au commerce électronique dans les conventions portant loi uniforme et les accords commerciaux existants n’étaient pas incompatibles.
The Commission was reminded of the common understanding reached at its thirty-third session that work to be carried out by the Working Group could involve consideration of several topics in parallel.Il a été rappelé à la Commission qu’elle était convenue, à sa trente-troisième session, que le Groupe de travail pourrait être amené à étudier plusieurs sujets en parallèle.
In order to give States sufficient time to hold internal consultations, the Commission accepted that suggestion and decided that the first meeting of the Working Group on issues of electronic contracting should take place in the first quarter of 2002.Afin de donner aux États suffisamment de temps pour mener des consultations internes, la Commission a accepté cette suggestion et décidé que la première réunion du Groupe de travail sur les contrats électroniques aurait lieu au cours du premier trimestre de 2002.
25. At its thirty-ninth session (New York, 11-15 March 2002), the Working Group considered a note by the Secretariat discussing selected issues on electronic contracting, which contained in its annex I an initial draft tentatively entitled “Preliminary draft convention on [international] contracts concluded or evidenced by data messages” (see A/CN.9/WG.IV/WP.95).25. À sa trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002), le Groupe de travail a examiné une note du secrétariat portant sur certaines questions relatives aux contrats électroniques, qui contenait, dans son annexe I, un projet initial provisoirement intitulé “Avant-projet de convention sur les contrats [internationaux] conclus ou constatés au moyen de messages de données” (voir A/CN.9/WG.IV/WP.95).
The Working Group further considered a note by the Secretariat transmitting comments that had been formulated by an ad hoc expert group established by the International Chamber of Commerce to examine the issues raised in document A/CN.9/WG.IV/WP.95 and the draft provisions set out in its annex I (A/CN.9/WG.IV/WP.96, annex).Il a en outre examiné une note du secrétariat transmettant les commentaires formulés par un groupe spécial d’experts de la Chambre de commerce internationale chargé d’examiner les problèmes soulevés dans le document A/CN.9/WG.IV/WP.95 et les projets de dispositions figurant dans l’annexe I de ce document (A/CN.9/ WG.IV/WP.96, annexe).
26. The Working Group considered first the form and scope of the preliminary convention (see A/CN.9/509, paras. 18-40). The Working Group agreed to postpone discussion on exclusions from the Convention until it had had an opportunity to consider the provisions related to location of the parties and contract formation. In particular, the Working Group decided to proceed with its deliberations by first taking up articles 7 and 14, both of which dealt with issues related to the location of the parties (see A/CN.9/509, paras. 41-65). After it had completed its initial review of those provisions, the Working Group proceeded to consider the provisions dealing with contract formation in articles 8 to 13 (A/CN.9/509, paras. 66-121). The Working Group concluded its deliberations on the Convention with a discussion of draft article 15 (A/CN.9/509, paras. 122-125). The Working Group agreed that it should consider articles 2 to 4, dealing with the sphere of application of the Convention, and articles 5 (Definitions) and 6 (Interpretation), at its fortieth session. The Working Group requested the Secretariat to prepare a revised version of the preliminary convention, based on those deliberations and decisions, for consideration by the Working Group at its fortieth session.26. Le Groupe de travail a examiné dans un premier temps la forme et le champ d’application de l’avant-projet de convention (A/CN.9/509, par. 18 à 40). Il est convenu de ne pas aborder la question des exclusions avant d’avoir eu la possibilité d’étudier les dispositions concernant le lieu de situation des parties et la formation des contrats. En particulier, il a décidé d’examiner tout d’abord les articles 7 et 14, qui traitaient tous deux de questions relatives au lieu de situation des parties (A/CN.9/509, par. 41 à 65). Après avoir terminé l’examen initial de ces dispositions, il est passé aux dispositions relatives à la formation des contrats figurant aux articles 8 à 13 (A/CN.9/509, par. 66 à 121). Il a conclu ses délibérations sur le projet de convention en examinant le projet d’article 15 (A/CN.9/509, par. 122 à 125). Il est convenu d’examiner les articles 2 à 4, traitant de la sphère d’application du projet de convention, et les articles 5 (Définitions) et 6 (Interprétation) à sa quarantième session. Il a prié le secrétariat d’établir, en se fondant sur ces délibérations et décisions, une version révisée de l’avant-projet de convention qui lui serait soumise pour examen à sa quarantième session.
27. Furthermore, at the closing of that session, the Working Group was informed of the progress that had been made by the Secretariat in connection with the survey of possible legal obstacles to electronic commerce in existing trade-related instruments. The Working Group noted that the Secretariat had begun the work by identifying and reviewing trade-relevant instruments from among the large number of multilateral treaties that were deposited with the Secretary-General. The Secretariat had identified 33 treaties as being potentially relevant for the survey and analysed possible issues that might arise from the use of electronic means of communication under those treaties. The preliminary conclusions reached by the Secretariat in relation to those treaties were set out in a note by the Secretariat (A/CN.9/WG.IV/WP.94). The Working Group took note of the progress that had been made by the Secretariat in connection with the survey, but did not have sufficient time to consider the preliminary conclusions of the survey. The Working Group requested the Secretariat to seek the views of member and observer States on the survey and the preliminary conclusions indicated therein and to prepare a report compiling such comments for consideration by the Working Group at a later stage. The Working Group requested the Secretariat to seek the views of other international organizations, including organizations of the United Nations system and other intergovernmental organizations, as to whether there were international trade instruments in respect of which those organizations or their member States acted as depositaries that those organizations would wish to be included in the survey being conducted by the Secretariat (A/CN.9/509, para. 16).27. Le Groupe de travail a également été informé, à la fin de sa session, des progrès accomplis par le secrétariat dans l’étude des obstacles juridiques éventuels au développement du commerce électronique dans les instruments internationaux existants. Il a noté que le secrétariat avait commencé cette étude en identifiant et en analysant, parmi les nombreux traités multilatéraux déposés auprès du Secrétaire général, les instruments relatifs au commerce. Le secrétariat avait recensé 33 traités susceptibles d’être pertinents pour l’étude et avait analysé les problèmes éventuels qui pourraient découler de l’utilisation des moyens électroniques de communication dans le cadre de ces traités. Ses conclusions préliminaires en ce qui concerne ces traités ont été présentées dans une note du secrétariat (A/CN.9/WG.IV/WP.94). Le Groupe de travail a pris acte des progrès accomplis par le secrétariat en ce qui concerne cette étude, mais n’a pas eu suffisamment de temps pour en examiner les conclusions préliminaires. Il a prié le secrétariat de demander aux États membres et aux États dotés du statut d’observateur de donner leur opinion sur l’étude et sur les conclusions préliminaires qui y étaient formulées, et de récapituler ces opinions dans un rapport qu’il examinerait ultérieurement. Il l’a également prié de demander à d’autres organisations internationales, notamment les organisations du système des Nations Unies et d’autres organisations intergouvernementales, s’il existait des instruments internationaux relatifs au commerce dont ces organisations ou leurs États membres étaient dépositaires et qu’elles aimeraient voir figurer dans cette étude (A/CN.9/509, par. 16).
28. The Commission considered the Working Group’s report at its thirty-fifth session (New York, 17-28 June 2002). The Commission noted with appreciation that the Working Group had started its consideration of a possible international instrument dealing with selected issues on electronic contracting. The Commission reaffirmed its belief that an international instrument dealing with certain issues of electronic contracting might be a useful contribution to facilitate the use of modern means of communication in cross-border commercial transactions. The Commission commended the Working Group for the progress made in that regard. However, the Commission also took note of the varying views that had been expressed within the Working Group concerning the form and scope of the instrument, its underlying principles and some of its main features. The Commission noted, in particular, the proposal that the Working Group’s considerations should not be limited to electronic contracts, but should apply to commercial contracts in general, irrespective of the means used in their negotiation. The Commission was of the view that member and observer States participating in the Working Group’s deliberations should have ample time for consultations on those important issues. For that purpose, the Commission considered that it might be preferable for the Working Group to postpone its discussions on a possible international instrument dealing with selected issues on electronic contracting until its forty-first session, to be held in New York from 5 to 9 May 2003.28. La Commission a examiné le rapport du Groupe de travail à sa trente-cinquième session (New York, 17-28 juin 2002). Elle a noté avec satisfaction que ce dernier avait commencé à examiner le texte d’un éventuel instrument international sur certaines questions touchant les contrats électroniques. Elle a réaffirmé sa conviction qu’un tel instrument pourrait contribuer à faciliter l’utilisation de moyens modernes de communication dans le cadre d’opérations commerciales transfrontières et a félicité le Groupe de travail pour les progrès réalisés à ce sujet. Elle a également pris note des différents points de vue qui avaient été exprimés au sein du Groupe de travail en ce qui concerne la forme et le champ d’application de cet instrument, ses principes fondamentaux et certaines de ses principales caractéristiques. Elle a noté, en particulier, la proposition tendant à ce que les débats du Groupe de travail ne soient pas limités aux contrats électroniques, mais portent également sur les contrats commerciaux en général, quels que soient les moyens utilisés pour les négocier. Elle a estimé que les États membres et les États dotés du statut d’observateur qui participaient aux délibérations du Groupe de travail devraient disposer de tout le temps nécessaire pour tenir des consultations sur ces questions importantes. Elle a donc jugé qu’il serait peut-être préférable que le Groupe de travail reporte à sa quarante et unième session, devant se tenir à New York du 5 au 9 mai 2003, l’examen d’un éventuel instrument international traitant de certaines questions touchant les contrats électroniques.
29. As regards the Working Group’s consideration of possible legal obstacles to electronic commerce that might result from trade-related international instruments, the Commission reiterated its support for the efforts of the Working Group and the Secretariat in that respect.29. En ce qui concerne l’étude des éventuels obstacles juridiques au développement du commerce électronique pouvant découler des instruments internationaux relatifs au commerce, la Commission a réaffirmé son appui aux efforts déployés par le Groupe de travail et le secrétariat.
The Commission requested the Working Group to devote most of its time at its fortieth session, in October 2002, to a substantive discussion of various issues that had been raised in the Secretariat’s initial survey (A/CN.9/WG.IV/WP.94).Elle a prié le Groupe de travail de réserver la majeure partie de sa quarantième session, en octobre 2002, à un débat de fond sur les diverses questions qui avaient été soulevées dans l’étude initiale du secrétariat (A/CN.9/WG.IV/WP.94).
30. At its fortieth session (Vienna, 14-18 October 2002), the Working Group reviewed the survey of possible legal barriers to electronic commerce contained in document A/CN.9/WG.IV/WP.94. The Working Group generally agreed with the analysis and endorsed the recommendations that had been made by the UNCITRAL secretariat (see A/CN.9/527, paras. 24-71). The Working Group agreed to recommend that the UNCITRAL secretariat take up the suggestions for expanding the scope of the survey so as to review possible obstacles to electronic commerce in additional instruments that had been proposed for inclusion in the survey by other organizations and to explore with those organizations the modalities for carrying out the necessary studies, taking into account the possible constraints put on the secretariat by its current workload. The Working Group invited member States to assist the UNCITRAL secretariat in that task by identifying appropriate experts or sources of information in respect of the various specific fields of expertise covered by the relevant international instruments. The Working Group used the remaining time at that session to resume its deliberations on the preliminary convention (see A/CN.9/527, paras. 72-126).30. À sa quarantième session (Vienne, 14-18 octobre 2002), le Groupe de travail a examiné l’étude des éventuels obstacles juridiques au développement du commerce électronique parue sous la cote A/CN.9/WG.IV/WP.94. D’une manière générale, il a souscrit à l’analyse du secrétariat de la CNUDCI et a fait siennes les recommandations formulées par ce dernier (voir A/CN.9/527, par. 24 à 71). Il est convenu de lui recommander de donner suite aux suggestions tendant à élargir le champ de l’étude en la faisant porter également sur les obstacles au commerce électronique qui pourraient découler d’autres instruments dont d’autres organisations avaient proposé l’inclusion et en examinant avec ces organisations les modalités d’exécution des études nécessaires, compte tenu des contraintes que pourrait imposer au secrétariat sa charge de travail actuelle. À cet égard, il a invité les États membres à aider le secrétariat de la CNUDCI dans cette tâche en recensant les experts compétents ou les sources d’informations pertinentes dans les divers domaines de compétence correspondant aux instruments internationaux en question. Le Groupe de travail a utilisé le temps restant à cette session pour reprendre ses travaux sur l’avant-projet de convention (voir A/CN.9/527, par. 72 à 126).
31. The Working Group resumed its deliberations on the preliminary convention at its forty-first session (New York, 5-9 May 2003). The Working Group noted that a task force that had been established by the International Chamber of Commerce had submitted comments on the scope and purpose of the Convention (A/CN.9/WG.IV/WP.101, annex). The Working Group generally welcomed the work being undertaken by private-sector representatives, such as the International Chamber of Commerce, which was considered to complement usefully the work being undertaken in the Working Group to develop an international convention. The decisions and deliberations of the Working Group with respect to the Convention are reflected in chapter IV of the report on its forty-first session (see A/CN.9/528, paras. 26-151).31. Le Groupe de travail a repris ses délibérations sur l’avant-projet de convention à sa quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003). Il a noté qu’un groupe d’étude de la Chambre de commerce internationale avait soumis des commentaires sur le champ d’application et l’objet de la Convention (A/CN.9/WG.IV/WP.101, annexe). Il s’est dans l’ensemble félicité des travaux entrepris par les organisations représentant le secteur privé, telles que la Chambre de commerce internationale, estimant qu’ils complétaient utilement ceux qu’il réalisait en vue d’élaborer une convention internationale. Ses décisions et délibérations concernant le projet de convention sont présentées au chapitre IV du rapport sur les travaux de sa quarante et unième session (A/CN.9/528, par. 26 à 151).
32. In accordance with a decision taken at its fortieth session (see A/CN.9/527, para. 93), the Working Group also held a preliminary discussion on the question of excluding intellectual property rights from the Convention (see A/CN.9/528, paras. 55-60). The Working Group agreed that the Secretariat should be requested to seek the specific advice of relevant international organizations, such as the World Intellectual Property Organization (WIPO) and the World Trade Organization, as to whether, in the view of those organizations, including contracts that involved the licensing of intellectual property rights in the scope of the Convention so as to expressly recognize the use of data messages in the context of those contracts might negatively interfere with rules on the protection of intellectual property rights. It was agreed that whether or not such exclusion was necessary would ultimately depend on the substantive scope of the Convention.32. Conformément à une décision prise à sa quarantième session (A/CN.9/527, par. 93), le Groupe de travail a également examiné à titre préliminaire la question de l’exclusion des droits de propriété intellectuelle de la Convention (A/CN.9/528, par. 55 à 60). Il est convenu de prier le secrétariat de demander aux organisations internationales compétentes, telles que l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l’Organisation mondiale du commerce, de donner leur avis sur la question de savoir si le fait d’inclure dans le champ d’application de la Convention des contrats autorisant l’utilisation de ce type de droits afin de reconnaître expressément l’utilisation de messages de données dans le contexte de ces contrats pourrait porter préjudice aux règles sur la protection des droits de propriété intellectuelle. Il a estimé que la réponse à la question de savoir si une telle exclusion était ou non nécessaire dépendrait en fin de compte du champ d’application matériel de la Convention.
33. At its thirty-sixth session (Vienna, 30 June-11 July 2003), the Commission noted the progress made by the UNCITRAL secretariat in connection with a survey of possible legal barriers to the development of electronic commerce in international trade-related instruments.33. À sa trente-sixième session (Vienne, 30 juin-11 juillet 2003), la Commission a pris note des progrès réalisés par son secrétariat dans l’étude des éventuels obstacles juridiques au développement du commerce électronique dans les instruments internationaux relatifs au commerce.
The Commission reiterated its belief in the importance of that project and its support for the efforts of the Working Group and the UNCITRAL secretariat in that respect.Elle s’est de nouveau déclarée convaincue de l’importance de ce projet et a réitéré son appui aux efforts qu’y consacraient le Groupe de travail et le secrétariat.
The Commission noted that the Working Group had recommended that the UNCITRAL secretariat expand the scope of the survey to review possible obstacles to electronic commerce in additional instruments that had been proposed to be included in the survey by other organizations and to explore with those organizations the modalities for carrying out the necessary studies, taking into account the possible constraints put on the secretariat by its current workload.Elle a noté que le Groupe de travail avait recommandé au secrétariat d’élargir le champ de l’étude en la faisant porter également sur les obstacles éventuels au commerce électronique qui pourraient découler d’autres instruments dont d’autres organisations avaient proposé l’inclusion, et d’examiner avec ces organisations les modalités d’exécution des études nécessaires, compte tenu des contraintes que pourrait imposer au secrétariat sa charge de travail actuelle.
The Commission called on member States to assist the UNCITRAL secretariat in that task by inviting appropriate experts or sources of information in respect of the various specific fields of expertise covered by the relevant international instruments.Elle a invité les États membres à aider le secrétariat dans cette tâche en recensant les experts compétents ou les sources d’informations pertinentes dans les divers domaines de compétence correspondant aux instruments internationaux en question.
34. The Commission further noted with appreciation that the Working Group had continued its consideration of a preliminary convention dealing with selected issues related to electronic contracting. The Commission reaffirmed its belief that the instrument under consideration would be a useful contribution to facilitate the use of modern means of communication in cross-border commercial transactions. The Commission observed that the form of an international convention had been used by the Working Group thus far as a working assumption, but that did not preclude the choice of another form for the instrument at a later stage of the Working Group’s deliberations.34. La Commission a en outre noté avec satisfaction que le Groupe de travail avait poursuivi l’examen d’un avant-projet de convention traitant de certaines questions touchant les contrats électroniques et a réaffirmé sa conviction qu’un tel instrument pourrait contribuer à faciliter l’utilisation de moyens modernes de communication dans le cadre d’opérations commerciales transfrontières. Elle a observé que, si le Groupe de travail avait jusque-là retenu l’hypothèse de travail selon laquelle l’instrument pourrait prendre la forme d’une convention internationale, cela n’excluait pas qu’il en choisisse une autre à un stade ultérieur de ses délibérations.
35. The Commission was informed that the Working Group had exchanged views on the relationship between the preliminary convention and the Working Group’s efforts to remove possible legal obstacles to electronic commerce in existing international instruments relating to international trade (see A/CN.9/528, para. 25). The Commission expressed support for the Working Group’s efforts to tackle both lines of work simultaneously.35. La Commission a été informée que le Groupe de travail avait procédé à un échange de vues sur les liens entre l’avant-projet de convention et les efforts qu’il déployait pour lever les éventuels obstacles juridiques au commerce électronique dans les instruments internationaux relatifs au commerce international (A/CN.9/528, par. 25). Elle a exprimé son appui aux efforts que déployait le Groupe de travail pour étudier les deux sujets en parallèle.
36. The Commission was informed that the Working Group had held a preliminary discussion on the question of whether intellectual property rights should be excluded from the convention (see A/CN.9/528, paras. 55-60). The Commission noted the Working Group’s understanding that its work should not be aimed at providing a substantive law framework for transactions involving “virtual goods”, nor was it concerned with the question of whether and to what extent “virtual goods” were or should be covered by the United Nations Sales Convention. The question before the Working Group was whether and to what extent the solutions for electronic contracting being considered in the context of the preliminary convention could also apply to transactions involving licensing of intellectual property rights and similar arrangements. The Secretariat was requested to seek the views of other international organizations on the question, in particular WIPO.36. La Commission a été informée que le Groupe de travail avait examiné à titre préliminaire la question de l’exclusion des droits de propriété intellectuelle de la convention (A/CN.9/528, par. 55 à 60). Elle a noté que le Groupe de travail estimait que ses travaux ne devaient pas viser à élaborer des règles de droit matériel applicables aux opérations concernant des “biens virtuels”, ni à savoir si et dans quelle mesure les “biens virtuels” étaient ou devraient être régis par la Convention des Nations Unies sur les ventes. La question qui occupait le Groupe de travail était celle de savoir si et dans quelle mesure les solutions concernant les contrats électroniques qui étaient envisagées dans le cadre de l’avant-projet de convention pouvaient également s’appliquer à des opérations supposant l’octroi de licences touchant la propriété intellectuelle et d’autres arrangements similaires. Le secrétariat a été prié de prendre l’avis d’autres organisations internationales, en particulier de l’OMPI.
37. At its forty-second session (Vienna, 17-21 November 2003), the Working Group began its deliberations by holding a general discussion on the scope of the preliminary convention. The Working Group, inter alia, noted that a task force had been established by the International Chamber of Commerce to develop contractual rules and guidance on legal issues related to electronic commerce, tentatively called “e-Terms 2004”. The Working Group welcomed the work being undertaken by the International Chamber of Commerce, which was considered to complement usefully the work being undertaken in the Working Group to develop an international convention. The Working Group was of the view that the two lines of work were not mutually exclusive, in particular since the convention dealt with requirements that were typically found in legislation, and legal obstacles, being statutory in nature, could not be overcome by contractual provisions or non-binding standards. The Working Group expressed its appreciation to the International Chamber of Commerce for the interest in carrying out its work in cooperation with UNCITRAL and confirmed its readiness to provide comments on drafts that the International Chamber of Commerce would be preparing (see A/CN.9/546, paras. 33-38).37. À sa quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003), le Groupe de travail a commencé ses délibérations par un échange de vues général sur le champ d’application de l’avant-projet de convention. Il a noté, entre autres, que la Chambre de commerce internationale avait chargé un groupe de travail d’élaborer des dispositions contractuelles et des principes directeurs concernant les questions juridiques liées au commerce électronique, intitulés provisoirement “E-terms 2004”. Il a accueilli avec satisfaction la tâche entreprise par la Chambre de commerce internationale, estimant qu’elle complétait utilement sa propre tâche visant à élaborer une convention internationale. Il a été d’avis que les deux entreprises n’étaient pas incompatibles, du fait en particulier que la convention traitait de questions normalement régies par des textes législatifs et que les obstacles juridiques, étant de nature légale, ne pouvaient pas être surmontés par des dispositions contractuelles ou des normes non contraignantes. Le Groupe de travail a remercié la Chambre de commerce internationale d’avoir exprimé le souhait de mener ses travaux en coopération avec la CNUDCI et a confirmé qu’il était disposé à présenter ses commentaires concernant les projets de textes que celle-ci établirait (A/CN.9/546, par. 33 à 38).
38. The Working Group proceeded to review articles 8 to 15 of the revised preliminary convention contained in the annex to a note by the Secretariat (A/CN.9/WG.IV/WP.103). The Working Group agreed to make several amendments to those provisions and requested the Secretariat to prepare a revised draft for future consideration (see A/CN.9/546, paras. 39-135).38. Le Groupe de travail a ensuite examiné les articles 8 à 15 de la version révisée de l’avant-projet de convention figurant à l’annexe d’une note du secrétariat (A/CN.9/WG.IV/WP.103). Il est convenu d’apporter plusieurs modifications à ces dispositions et a prié le secrétariat d’établir une version révisée pour examen ultérieur (A/CN.9/546, par. 39 à 135).
39. The Working Group continued its work on the preliminary convention at its forty-third session (New York, 15-19 March 2004) on the basis of a note by the Secretariat that contained a revised version of the preliminary convention (A/CN.9/WG.IV/WP.108). The deliberations of the Working Group focused on draft articles X, Y and 1 to 4 (see A/CN.9/548, paras. 13-123). The Working Group agreed that it should endeavour to complete its work on the convention with a view to enabling its review and approval by the Commission in 2005.39. Le Groupe de travail a poursuivi ses travaux sur l’avant-projet de convention à sa quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) en se fondant sur une note du secrétariat contenant une version révisée de cet avant-projet (A/CN.9/WG.IV/WP.108). Il a débattu essentiellement des projets d’articles X, Y et 1 à 4 (A/CN.9/548, par. 13 à 123). Il est convenu qu’il devrait s’efforcer d’achever ses travaux relatifs à la convention afin que la Commission puisse examiner et approuver celle-ci en 2005.
40. At its thirty-seventh session (New York, 14-25 June 2004), the Commission took note of the reports of the Working Group on the work of its forty-second and forty-third sessions (A/CN.9/546 and A/CN.9/548, respectively).40. À sa trente-septième session (New York, 14-25 juin 2004), la Commission a pris note des rapports du Groupe de travail sur les travaux de ses quarante-deuxième et quarante-troisième sessions (A/CN.9/546 et A/CN.9/548, respectivement).
The Commission was informed that the Working Group had undertaken a review of articles 8 to 15 of the revised text of the preliminary convention at its forty-second session.Elle a été informée que le Groupe de travail avait commencé à examiner les articles 8 à 15 du texte révisé de l’avant-projet de convention à sa quarante-deuxième session.
The Commission noted that the Working Group, at its forty-third session, had reviewed articles X and Y as well as articles 1 to 4 of the convention and that the Working Group had held a general discussion on draft articles 5 to 7 bis.Elle a noté qu’à sa quarante-troisième session, il avait examiné les articles X et Y ainsi que les articles 1 à 4 de la Convention et avait débattu de manière générale des projets d’articles 5 à 7 bis.
The Commission expressed its support for the efforts by the Working Group to incorporate in the convention provisions aimed at removing possible legal obstacles to electronic commerce that might arise under existing international trade-related instruments.Elle a exprimé son appui aux efforts que déployait le Groupe de travail pour incorporer dans la Convention des dispositions visant à lever les éventuels obstacles juridiques au commerce électronique pouvant découler des instruments internationaux relatifs au commerce international.
The Commission was informed that the Working Group had agreed that it should endeavour to complete its work on the convention with a view to enabling its review and approval by the Commission in 2005.Elle a été informée que le Groupe de travail était convenu qu’il devrait s’efforcer d’achever ses travaux relatifs à la Convention, afin qu’elle puisse examiner et approuver celle-ci en 2005.
The Commission expressed its appreciation for the Working Group’s endeavours and agreed that a timely completion of the Working Group’s deliberations on the convention should be treated as a matter of importance.Elle s’est félicitée des efforts du Groupe de travail et a convenu que l’achèvement dans les délais prévus des délibérations de ce dernier sur la Convention devait être considéré comme une question importante.
41. The Working Group resumed its deliberations at its forty-fourth session (Vienna, 11-22 October 2004), on the basis of a newly revised preliminary convention contained in the annex to a note by the Secretariat (A/CN.9/WG.IV/WP.110). The Working Group reviewed and adopted draft articles 1 to 14, 18 and 19 of the convention. The relevant decisions and deliberations of the Working Group are reflected in its report on the work of its forty-fourth session (A/CN.9/571, paras. 13-206). At that time, the Working Group also held an initial exchange of views on the preamble and the final clauses of the convention, including proposals for additional provisions in chapter IV. In the light of its deliberations on chapters I, II and III and articles 18 and 19 of the convention, the Working Group requested the Secretariat to make consequential changes in the draft final provisions in chapter IV. The Working Group also requested the Secretariat to insert within square brackets in the final draft to be submitted to the Commission the draft provisions that had been proposed for addition to the text considered by the Working Group (A/CN.9/WG.IV/WP.110). The Working Group requested the Secretariat to circulate the revised version of the convention to Governments for their comments, with a view to consideration and adoption of the convention by the Commission at its thirty-eighth session, in 2005.41. Le Groupe de travail a repris ses délibérations à sa quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004), en se fondant sur la nouvelle version révisée de l’avant-projet figurant à l’annexe d’une note du secrétariat (A/CN.9/WG.VI/WP.110). Il a examiné et adopté les projets d’articles 1 à 14, 18 et 19 de la Convention. Ses décisions et délibérations pertinentes sont présentées dans son rapport sur les travaux de sa quarante-quatrième session (A/CN.9/571, par. 13 à 206). Il a alors eu un premier échange de vues sur le préambule et les dispositions finales de la Convention, y compris sur des propositions tendant à ajouter de nouvelles dispositions au chapitre IV. À la lumière de ses délibérations sur les chapitres premier, II et III et sur les articles 18 et 19 de la Convention, il a demandé au secrétariat de modifier en conséquence le projet de texte des dispositions finales au chapitre IV. Il a également demandé au secrétariat d’insérer entre crochets dans le projet final à soumettre à la Commission les projets de dispositions qu’il avait été proposé d’ajouter au texte qu’il avait examiné (A/CN.9/WG.IV/WP.110). Il a prié le secrétariat de communiquer la version révisée de la Convention aux gouvernements pour observations, afin que la Commission l’examine et l’adopte à sa trente-huitième session en 2005.
42. A number of Governments and international organizations submitted written comments on the convention (see A/CN.9/578 and Add. 1-17). UNCITRAL considered the convention and the comments received at its thirty-eighth session (Vienna, 4-15 July 2005). UNCITRAL agreed to make a few substantive amendments to the draft text and submitted it to the General Assembly for adoption. The deliberations of UNCITRAL are reflected in the report on the work of its thirty-eighth session.42. Un certain nombre de gouvernements et d’organisations internationales ont présenté des observations écrites sur la convention (voir A/CN.9/578 et Add.1 à 17). La CNUDCI a examiné la Convention et les observations reçues à sa trentehuitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005), et est convenue d’apporter quelques modifications de fond au projet de texte avant de le soumettre à l’Assemblée générale pour adoption. Les délibérations de la CNUDCI figurent dans le rapport sur les travaux de sa trente-huitième session.
43. The General Assembly adopted the Convention on 23 November 2005 and the Secretary-General opened it for signature, from 16 January 2006 to 16 January 2008, by its resolution 60/21, which read as follows:43. L’Assemblée générale a adopté la Convention le 23 novembre 2005 par sa résolution 60/21 et le Secrétaire général l’a ouverte à la signature du 16 janvier 2006 au 16 janvier 2008. La résolution 60/21 est libellée comme suit:
The General Assembly,L’Assemblée générale,
Recalling its resolution 2205 (XXI) of 17 December 1966, by which it established the United Nations Commission on International Trade Law with a mandate to further the progressive harmonization and unification of the law of international trade and in that respect to bear in mind the interests of all peoples, in particular those of developing countries, in the extensive development of international trade,Rappelant sa résolution 2205 (XXI) du 17 décembre 1966, par laquelle elle a créé la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international en lui donnant pour mandat d’encourager l’harmonisation et l’unification progressives du droit commercial international et, ce faisant, de prendre en considération l’intérêt qu’ont tous les peuples, particulièrement ceux des pays en développement, à un large développement du commerce international,
Considering that problems created by uncertainties as to the legal value of electronic communications exchanged in the context of international contracts constitute an obstacle to international trade,Considérant que l’incertitude qui règne quant à la valeur juridique des communications électroniques échangées dans le contexte des contrats internationaux fait obstacle au commerce international,
Convinced that the adoption of uniform rules to remove obstacles to the use of electronic communications in international contracts, including obstacles that might result from the operation of existing international trade law instruments, would enhance legal certainty and commercial predictability for international contracts and may help States gain access to modern trade routes,Convaincue que l’adoption de règles uniformes propres à éliminer les obstacles à l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux, y compris ceux que peut engendrer l’application des instruments juridiques relatifs au commerce international existants, renforcerait la certitude juridique et la prévisibilité commerciale des contrats internationaux et pourrait aider les États à avoir accès aux itinéraires commerciaux modernes,
Recalling that, at its thirty-fourth session, in 2001, the Commission decided to prepare an international instrument dealing with issues of electronic contracting, which should also aim at removing obstacles to electronic commerce in existing uniform law conventions and trade agreements, and entrusted its Working Group IV (Electronic Commerce) with the preparation of a draft,Rappelant qu’à sa trente-quatrième session, en 2001, la Commission a décidé d’élaborer, sur les questions relatives aux contrats électroniques, un instrument international qui devait notamment viser à éliminer les obstacles au commerce électronique dans les conventions portant droit uniforme et les accords commerciaux existants, et qu’elle a chargé le Groupe de travail IV (Commerce électronique) d’élaborer un projet de texte,
Noting that the Working Group devoted six sessions, from 2002 to 2004, to the preparation of the draft Convention on the Use of Electronic Communications in International Contracts, and that the Commission considered the draft Convention at its thirty-eighth session, in 2005,Notant que le Groupe de travail a consacré six sessions, de 2002 à 2004, à l’élaboration du projet de convention sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux, projet que la Commission a examiné à sa trente-huitième session, en 2005,
Being aware that all States and interested international organizations were invited to participate in the preparation of the draft Convention at all the sessions of the Working Group and at the thirty-eighth session of the Commission, either as members or as observers, with a full opportunity to speak and make proposals,Gardant à l’esprit que tous les États et les institutions internationales intéressées ont été invités à participer à l’élaboration du projet de convention à toutes les sessions du Groupe de travail ainsi qu’à la trente-huitième session de la Commission, en qualité de membres ou d’observateurs, et qu’ils ont eu tout loisir de faire des déclarations et des propositions,
Noting with satisfaction that the text of the draft Convention was circulated for comments before the thirty-eighth session of the Commission to all Governments and international organizations invited to attend the meetings of the Commission and the Working Group as observers, and that the comments received were before the Commission at its thirty-eighth session,Notant avec satisfaction que le texte du projet de convention a été distribué, pour observations, avant la trente-huitième session de la Commission, à tous les gouvernements et aux organisations internationales invitées à participer aux travaux de la Commission et du Groupe de travail en qualité d’observateurs, et que la Commission a été saisie des observations reçues à sa trente-huitième session,
Taking note with satisfaction of the decision of the Commission at its thirty-eighth session to submit the draft Convention to the General Assembly for its consideration,Notant également avec satisfaction la décision prise par la Commission à sa trente-huitième session de lui présenter le projet de convention pour examen,
Taking note of the draft Convention approved by the Commission,Prenant note du projet de convention adopté par la Commission,
1. Expresses its appreciation to the United Nations Commission on International Trade Law for preparing the draft Convention on the Use of Electronic Communications in International Contracts;201. Remercie la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international d’avoir élaboré le projet de convention sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux20;
2. Adopts the United Nations Convention on the Use of Electronic Communications in International Contracts, which is contained in the annex to the present resolution, and requests the Secretary-General to open it for signature;2. Adopte la Convention des Nations Unies sur l’utilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux, dont le texte figure en annexe à la présente résolution, et prie le Secrétaire général de l’ouvrir à la signature;
3. Calls upon all Governments to consider becoming party to the Convention.3. Invite tous les États à envisager de devenir parties à la Convention.
IV.IV.
Article-by-article remarksObservations article par article
PreamblePréambule
1. Essential objectives of the Convention1. Objectifs fondamentaux de la Convention
44. The preamble is intended to serve as a statement of the general principles on which the Electronic Communications Convention is based and which, under article 5, may be used in filling the gaps left in the Convention.44. Le préambule énonce les principes généraux dont s’inspire la Convention sur les communications électroniques et qui, conformément à l’article 5, peuvent être utilisés pour combler les silences de cette dernière.
45. The essential objective of the Convention is reflected in the fourth paragraph of the Preamble, that is, to establish uniform rules intended to remove obstacles to the use of electronic communications in international contracts, including obstacles that might result from the operation of existing international trade law instruments, with a view to enhancing legal certainty and commercial predictability.45. L’objectif fondamental de la Convention est exposé au quatrième alinéa du préambule, à savoir établir des règles uniformes destinées à éliminer les obstacles à l’utilisation des communications électroniques dans les contrats internationaux, notamment les obstacles pouvant résulter de l’application des instruments de droit commercial international existants, afin de renforcer la sécurité juridique et la prévisibilité commerciale.
2. Main principles on which the Convention is based2. Principes essentiels dont s’inspire la Convention
46. The fifth paragraph of the Preamble makes reference to two principles that have guided the entire work of UNCITRAL in the area of electronic commerce: technological neutrality and functional equivalence.46. Le cinquième alinéa du préambule fait référence à deux principes qui ont guidé l’ensemble des travaux de la CNUDCI dans le domaine du commerce électronique: la neutralité technologique et l’équivalence fonctionnelle.
Technological neutralityNeutralité technologique
47. The principle of technological neutrality means that the Electronic Communications Convention is intended to provide for the coverage of all factual situations where information is generated, stored or transmitted in the form of electronic communications, irrespective of the technology or the medium used.47. Le principe de la neutralité technologique signifie que la Convention sur les communications électroniques est destinée à couvrir toutes les situations de fait dans lesquelles une information est créée, conservée ou transmise sous forme de communication électronique, indépendamment de la technologie ou du support utilisé.
For that purpose, the rules of the Convention are “neutral” rules; that is, they do not depend on or presuppose the use of particular types of technology and could be applied to communication and storage of all types of information.À cette fin, les règles de la Convention sont “neutres”, c’est-à-dire qu’elles ne présupposent pas l’utilisation de types particuliers de technologies ni n’en dépendent et pourraient s’appliquer à la communication et à la conservation de tous les types d’information.
48. Technological neutrality is particularly important in view of the speed of technological innovation and development, and helps to ensure that the law is able to accommodate future developments and does not quickly become dated.48. La neutralité technologique revêt une importance particulière au vu de la rapidité des innovations et des progrès technologiques, et aide à faire en sorte que la loi puisse s’adapter aux évolutions futures sans devenir rapidement dépassée.
One of the consequences of the approach taken by the Convention, similarly to the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, which preceded the Convention, is the adoption of new terminology, aimed at avoiding any reference to particular technical means of transmission or storage of information.L’une des conséquences de l’approche suivie dans la Convention, comme dans le cas de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, qui l’a précédée, est l’adoption d’une nouvelle terminologie, destinée à éviter toute référence à des moyens techniques particuliers de transmission ou de conservation de l’information.
Indeed, language that directly or indirectly excludes any form or medium by way of a limitation in the scope of the Convention would run counter to the purpose of providing truly technologically neutral rules.En effet, un libellé qui exclurait, directement ou indirectement, une forme ou un support en limitant le champ d’application de la Convention serait contraire à l’intention d’élaborer des règles véritablement neutres sur le plan technologique.
Lastly, technological neutrality encompasses also “media neutrality”: the focus of the Convention is to facilitate “paperless” means of communication by offering criteria under which they can become equivalents of paper documents, but the Convention is not intended to alter traditional rules on paper-based communications or create separate substantive rules for electronic communications.Enfin, la neutralité technologique comprend également la “neutralité des supports”: la Convention a pour but de faciliter les moyens de communication “sans papier” en fournissant des critères leur permettant de devenir l’équivalent des documents papier, mais elle ne vise pas à modifier les règles traditionnelles sur les communications papier ni à créer des règles matérielles séparées pour les communications électroniques.
49. The concern to promote media neutrality raises other important points.49. Le souci de promouvoir la neutralité des supports soulève d’autres points importants.
In the world of paper documents it is impossible to guarantee absolute security against fraud and transmission errors.Dans le domaine des documents papier, il est impossible de garantir une sécurité absolue contre la fraude et les erreurs de transmission.
The same risk exists in principle for electronic communications.Le même risque existe en principe pour les communications électroniques.
Conceivably, the law could attempt to mirror the stringent security measures that are used in communication between computers.Certes, la loi pourrait tenter de reproduire les mesures de sécurité rigoureuses utilisées dans la communication entre ordinateurs.
However, it may be more appropriate to graduate security requirements in steps similar to the degrees of legal security encountered in the paper world and to respect the gradation, for example, of the different levels of handwritten signature seen in documents of simple contracts and notarized acts.Toutefois, il pourrait être plus indiqué de prévoir différents niveaux d’exigence semblables aux degrés de sécurité juridique existant dans le monde papier, et de respecter, par exemple, la gradation prévue pour la signature manuscrite suivant qu’il s’agit d’un contrat sous seing privé ou d’un acte notarié.
Hence the flexible notion of reliability “appropriate for the purpose for which the electronic communication was generated” as set out in article 9.D’où la notion souple de fiabilité “suffisante au regard de l’objet pour lequel la communication électronique a été créée” à l’article 9.
Functional equivalenceÉquivalence fonctionnelle
50. The Convention is based on the recognition that legal requirements prescribing the use of traditional paper-based documentation constitute a significant obstacle to the development of modern means of communication.50. La Convention part de la constatation que les prescriptions légales exigeant l’utilisation d’une documentation papier traditionnelle constituent un obstacle important au développement des moyens de communication modernes.
An electronic communication, in and of itself, cannot be regarded as an equivalent of a paper document because it is of a different nature and does not necessarily perform all conceivable functions of a paper document.Une communication électronique ne saurait en soi être considérée comme l’équivalent d’un document papier parce qu’elle est d’une nature différente et ne remplit pas nécessairement toutes les fonctions imaginables d’un tel document.
Indeed, while paper-based documents are readable by the human eye, electronic communications are not — unless they are printed to paper or displayed on a screen.En effet, alors que les documents papier sont lisibles par l’œil humain, les communications électroniques ne le sont pas, sauf si elles sont imprimées sur papier ou affichées sur écran.
The Convention deals with possible impediments to the use of electronic commerce posed by domestic or international form requirements by way of an extension of the scope of notions such as “writing”, “signature” and “original”, with a view to encompassing computer-based techniques.La Convention traite des obstacles éventuels à l’utilisation du commerce électronique que constituent les prescriptions de forme, nationales ou internationales, en élargissant la définition de termes comme “écrit”, “signature” et “original” afin d’y inclure les techniques informatiques.
51. In pursuing that purpose, the Convention relies on the “functional equivalent approach” already used by UNCITRAL in the Model Law on Electronic Commerce.51. À cette fin, la Convention s’appuie sur “l’approche de l’équivalent fonctionnel” déjà utilisée par la CNUDCI dans sa Loi type sur le commerce électronique.
The functional equivalent approach is based on an analysis of the purposes and functions of the traditional paper-based requirement with a view to determining how those purposes or functions could be fulfilled through electronic-commerce techniques.Cette approche consiste à analyser les objectifs et les fonctions de l’exigence traditionnelle de documents papier afin de déterminer comment ces objectifs pourraient être atteints ou ces fonctions assurées avec les techniques du commerce électronique.
The Convention does not attempt to define a computer-based equivalent to any particular kind of paper document.La Convention ne cherche pas à définir un équivalent informatique pour un type particulier de document papier.
Instead, it singles out basic functions of paper-based form requirements, with a view to providing criteria which, once they are met by electronic communications, enable such electronic communications to enjoy the same level of legal recognition as corresponding paper documents performing the same function.Elle s’attache plutôt à isoler les fonctions essentielles de l’exigence d’un document papier afin de dégager des critères qui, s’ils sont remplis par des communications électroniques, permettent à ces dernières d’obtenir le même niveau de reconnaissance juridique que leurs équivalents papier remplissant la même fonction.
52. The Convention is intended to permit States to adapt their domestic legislation to developments in communications technology applicable to trade law without necessitating the wholesale removal of the paper-based requirements themselves or disturbing the legal concepts and approaches underlying those requirements.52. La Convention est destinée à permettre aux États d’adapter leur législation interne aux progrès des technologies de communication applicables au droit commercial, sans avoir à éliminer totalement l’exigence même de documents papier ni toucher aux concepts et principes juridiques fondant cette exigence.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 160-163CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 160 à 163
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, para. 82Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 82
Chapter I.Chapitre premier.
Sphere of applicationSphère d’application
Article 1. Scope of applicationArticle premier. Champ d’application
1. Substantive scope of application1. Champ d’application matériel
53. The primary purpose of the Electronic Communications Convention is to facilitate international trade by removing possible legal obstacles or uncertainty concerning the use of electronic communications in connection with the formation or performance of contracts concluded between parties located in different countries. However, the Convention does not deal with substantive law issues related to the formation of contracts or with the rights and obligations of the parties to a contract concluded by electronic means. By and large, international contracts are subject to domestic law, except for the very few types of contract to which a uniform law applies, such as sales contracts falling under the United Nations Sales Convention. In preparing the Electronic Communications Convention, UNCITRAL therefore was mindful of the need to avoid creating a duality of regimes for contract formation: a uniform regime for electronic contracts under the new Convention and a different, not harmonized regime, for contract formation by any other means (see A/CN.9/527, para. 76).53. L’objectif principal de la Convention sur les communications électroniques est de faciliter le commerce international en écartant les obstacles ou l’insécurité juridiques éventuels concernant l’utilisation de communications électroniques dans la formation ou l’exécution des contrats conclus entre des parties situées dans des pays différents. Toutefois, la Convention ne s’intéresse pas aux questions de droit matériel liées à la formation des contrats ni aux droits et obligations des parties à un contrat conclu par des moyens électroniques. En règle générale, les contrats internationaux sont soumis au droit national, à l’exception des quelques catégories de contrats qui sont régis par un droit uniforme, tels que les contrats de vente relevant de la Convention des Nations Unies sur les ventes. En élaborant la Convention sur les communications électroniques, la CNUDCI a donc tenu compte de la nécessité d’éviter de créer une dualité de régimes pour la formation des contrats: un régime uniforme, sous l’empire de la nouvelle Convention, pour les contrats électroniques et un régime différent, non harmonisé, pour les contrats formés par d’autres moyens (voir A/CN.9/527, par. 76).
54. UNCITRAL nevertheless recognized that a strict separation between technical and substantive issues in the context of electronic commerce was not always feasible or desirable. Since the Convention was intended to offer practical solutions to issues related to the use of electronic means of communication for commercial contracting, a few substantive rules were needed beyond the mere reaffirmation of the principle of functional equivalence (see A/CN.9/527, para. 81). Examples of provisions that highlight the interplay between technical and substantive rules include article 6 (Location of the parties), article 9 (Form requirements), article 10 (Time and place of dispatch and receipt of electronic communications), article 11 (Invitations to make offers) and article 14 (Error in electronic communications). As much as possible, however, these provisions focus only on particular issues raised by the use of electronic communications, leaving aspects of substantive law to other regimes such as the United Nations Sales Convention (see A/CN.9/527, paras. 77 and 102).54. La CNUDCI a cependant reconnu qu’un cloisonnement étanche entre questions techniques et questions de fond dans le contexte du commerce électronique n’était pas toujours possible ni souhaitable. Étant donné que la Convention était destinée à offrir des solutions pratiques aux problèmes liés à l’utilisation de moyens de communication électroniques pour la conclusion de contrats commerciaux, quelques règles de fond allant au-delà de la simple réaffirmation du principe de l’équivalence fonctionnelle étaient nécessaires (A/CN.9/527, par. 81). Parmi les dispositions qui font apparaître l’interaction entre les règles techniques et les règles de fond, on trouve les articles 6 (Lieu de situation des parties), 9 (Conditions de forme), 10 (Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques), 11 (Invitations à l’offre) et 14 (Erreur dans les communications électroniques). Toutefois, ces dispositions ne concernent, autant que possible, que des aspects particuliers de l’utilisation des communications électroniques, les questions de droit matériel étant laissées à d’autres régimes, tels que celui de la Convention des Nations Unies sur les ventes (voir A/CN.9/527, par. 77 et 102).
“in connection with the formation or performance of a contract”“en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat”
55. The Electronic Communications Convention applies to any exchange of electronic communications related to the formation or performance of a contract. The Convention is meant also to apply to communications that are made at a time when no contract — and possibly not even negotiation of a contract — has yet come into being (see A/CN.9/548, para. 84). Article 11, dealing with invitations to make offers, is an example of such a case. However, the Convention is not confined to the context of contract formation, as electronic communications are used for the exercise of a variety of rights arising out of the contract (such as notices of receipt of goods, notices of claims for failure to perform or notices of termination) or even for performance, as in the case of electronic fund transfers (see A/CN.9/509, para. 35).55. La Convention sur les communications électroniques s’applique à tout échange de communications électroniques en rapport avec la formation ou l’exécution d’un contrat. Elle est destinée à s’appliquer également aux communications échangées avant qu’un contrat ne soit conclu, voire avant que la négociation de ce contrat ait commencé (voir A/CN.9/548, par. 84). L’article 11, relatif aux invitations à l’offre, illustre ce cas de figure. Toutefois, la Convention ne se limite pas à la formation des contrats, étant donné que les communications électroniques sont utilisées pour l’exercice de divers droits nés du contrat (par exemple pour les avis de réception des marchandises, les avis de réclamation en cas d’inexécution ou les avis de résiliation) ou même pour l’exécution de celui-ci, comme dans le cas des transferts électroniques de fonds (voir A/CN.9/509, par. 35).
56. The focus of the Convention is on the relations between the parties to an existing or contemplated contract. Thus, the Convention is not intended to apply to the exchange of communications or notices between the parties to a contract and third parties, merely because those communications have a “connection” to a contract covered by the Convention when the dealings between those parties are not themselves subject to the Convention. For example, if domestic law requires notification to a public authority in respect of a contract to which the Convention applies (for instance, in order to obtain an export licence), the Convention does not apply to the form in which the domestic notification can be made (see A/CN.9/548, para. 83).56. La Convention porte sur les relations entre les parties à un contrat existant ou envisagé. Elle n’est donc pas destinée à s’appliquer à l’échange de communications ou de notifications entre les parties à un contrat et des tiers, simplement parce que ces communications auraient un “rapport” avec un contrat régi par la Convention, lorsque les transactions effectuées entre ces parties ne relèvent pas elles-mêmes de la Convention. Si le droit interne exige, par exemple, qu’une notification soit adressée à une autorité publique concernant un contrat auquel la Convention s’applique (par exemple, en vue d’obtenir une licence d’exportation), la Convention ne régit pas la forme sous laquelle cette notification peut être faite (voir A/CN.9/548, par. 83).
57. In the context of the Convention, the word “contract” should be understood broadly so as to cover any form of legally binding agreement between two parties that is not explicitly or implicitly excluded from the Convention, whether or not the word “contract” is used by the law or the parties to refer to the agreement in question.57. Dans le contexte de la Convention, le mot “contrat” devrait être interprété de manière large comme visant toute forme d’accord juridiquement contraignant entre deux parties qui n’est pas, explicitement ou implicitement, exclu de la Convention, que le mot “contrat” soit ou non utilisé par la loi ou les parties pour faire référence à l’accord en question.
Thus, the Convention applies to arbitration agreements in electronic form, even though the Convention on the Recognition and Enforcement of Foreign Arbitral Awards (New York, 1958) and most domestic laws do not use the word “contract” to refer to them.La Convention s’applique donc aux conventions d’arbitrage sous forme électronique, même si la Convention pour la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales étrangères (New York, 1958) et la plupart des lois nationales n’utilisent pas le mot “contrat” pour désigner ces conventions.
“parties” and “places of business”“parties” et “établissement”
58. As used in the Electronic Communications Convention, the word “parties” includes both natural persons and legal entities.58. Le terme “parties” tel qu’il est utilisé dans la Convention sur les communications électroniques, désigne à la fois les personnes physiques et les personnes morales.
However, a few provisions of the Convention refer specifically to “natural persons” (for instance, art. 14).Toutefois, quelques dispositions de la Convention font spécifiquement référence aux “personnes physiques” (par exemple, l’article 14).
59. The Convention applies to international contracts regardless of their nature and qualification under domestic law. However, the reference to “places of business” in article 1 provides a general indication of the trade-related nature of the contracts to which the Convention is intended to apply (see further paras. 70-74 below).59. La Convention s’applique aux contrats internationaux indépendamment de leur nature et de leur qualification en droit interne. Toutefois, la mention de l’“établissement” à l’article premier fournit une indication générale de la nature commerciale des contrats auxquels la Convention est destinée à s’appliquer (voir, pour plus de détails, par. 70 à 74 ci-dessous).
2. Geographic scope of application2. Champ d’application géographique
60. The Electronic Communications Convention is only concerned with international contracts so as not to interfere with domestic law (see A/CN.9/509, para. 31 and A/CN.9/528, para. 33). For the purposes of the Convention, a contract is international if the parties have their places of business in different States, but the Convention does not require that both States should be contracting States of the Convention, so long as the law of a contracting State applies to the dealings of the parties (see A/CN.9/571, para. 19).60. La Convention sur les communications électroniques ne porte que sur les contrats internationaux pour ne pas empiéter sur le droit interne (A/CN.9/509, par. 31; A/CN.9/528, par. 33). Elle considère qu’un contrat est international si les parties ont leur établissement dans des États différents, sans exiger toutefois que ceux-ci soient tous deux des États parties du moment que la loi d’un État contractant s’applique aux opérations des parties (voir A/CN.9/571, par. 19).
61. The definition of the geographic scope of application of the Convention differs, therefore, from the general rule in article 1 (a) of the United Nations Sales Convention, which — for those States that have excluded the application of the United Nations Sales Convention by virtue of the rules of private international law — makes that Convention applicable only if both parties are located in contracting States.61. La définition du champ d’application géographique de la Convention diffère donc de la règle générale posée à l’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article premier de la Convention des Nations Unies sur les ventes, qui – pour les États qui ont exclu l’application de cette dernière en vertu des règles de droit international privé – rend celle-ci applicable uniquement si les deux parties sont situées dans des États contractants.
However, the definition of the Electronic Communications Convention’s geographic field of application is not entirely new and has been used, for example, in article 1 of the Uniform Law on the International Sale of Goods, adopted as an annex to the Convention relating to a Uniform Law on the International Sale of Goods (The Hague, 1964).La définition du champ d’application géographique de la Convention sur les communications électroniques n’est cependant pas entièrement nouvelle et avait été utilisée, par exemple, à l’article premier de la Loi uniforme sur la vente internationale des objets mobiliers corporels, adoptée comme annexe à la Convention portant loi uniforme sur la vente internationale des objets mobiliers corporels (La Haye, 1964).
62. In the context of the United Nations Sales Convention, the need for both countries involved to be contracting States was introduced to allow the parties to determine easily whether or not that Convention applied to their contract, without having to resort to rules of private international law to identify the applicable law. The possibly narrower geographic field of application offered by that option was compensated for by the advantage of the enhanced legal certainty it provided. UNCITRAL had initially contemplated for the new Electronic Communications Convention a rule similar to paragraph 1 (a) of article 1 of the United Nations Sales Convention to ensure consistency between the two texts (see A/CN.9/509, para. 38). However, as the deliberations progressed and the impact of the Electronic Communications Convention became clearer, the need for parallelism between that Convention and the United Nations Sales Convention was questioned since it was felt that their respective scopes of application were in any event independent of each other (see A/CN.9/548, para. 89).62. Dans la Convention des Nations Unies sur les ventes, on avait exigé que les deux pays concernés soient des États contractants pour permettre aux parties de déterminer facilement si elle régissait ou non leur contrat, sans qu’elles aient à recourir aux règles de droit international privé pour vérifier quelle était la loi applicable. Le champ d’application géographique plus restreint qui pouvait résulter de cette option était compensé par la sécurité juridique accrue qu’elle offrait. La CNUDCI avait initialement envisagé pour la nouvelle Convention sur les communications électroniques une règle semblable à celle établie au paragraphe 1 a) de l’article premier de la Convention des Nations Unies sur les ventes pour que les deux textes soient cohérents (voir A/CN.9/509, par. 38). Toutefois, à mesure que les délibérations progressaient et que les effets de la Convention se précisaient, la nécessité d’un parallélisme entre cette dernière et la Convention des Nations Unies sur les ventes a été mise en doute car on a estimé que leurs champs d’application respectifs étaient en tout état de cause indépendants (voir A/CN.9/548, par. 89).
63. Two main reasons eventually led UNCITRAL to do away with the requirement of double participation in the Electronic Communications Convention. First, it was felt that the application of the Convention would be simplified and its practical reach greatly enhanced if it were simply to apply to international contracts, that is, contracts between parties in two different States, without the cumulative requirement that both those States should also be contracting States of the Convention (see A/CN.9/548, para. 87). Secondly, UNCITRAL considered that, to the extent that several provisions of the Convention were intended to support or facilitate the operation of other laws in an electronic environment (such as, for example, arts. 8 and 9), requiring that both parties be located in contracting States would lead to the undesirable result that a court in a contracting State might be mandated to interpret the provisions of its own laws (for instance, in respect of form requirements) in different ways, depending on whether or not both parties to an international contract were located in contracting States of the Convention (see A/CN.9/548, para. 87; see also A/CN.9/571, para. 17).63. Deux raisons principales ont finalement conduit la CNUDCI à écarter l’exigence de double participation à la Convention sur les communications électroniques. Tout d’abord, il a été estimé que l’application de la Convention serait facilitée et sa portée pratique considérablement augmentée si l’on disposait simplement qu’elle s’appliquerait aux contrats internationaux, c’est-à-dire aux contrats conclus entre des parties situées dans deux États différents, sans exiger en plus que ces deux États soient également parties à la Convention (voir A/CN.9/548, par. 87). Ensuite, la CNUDCI a considéré que, comme plusieurs dispositions de la Convention (par exemple, les articles 8 et 9) visaient à faciliter l’application d’autres lois dans un environnement électronique, le fait d’exiger des deux parties qu’elles soient situées dans des États contractants conduirait à la situation inacceptable où un tribunal dans un État contractant pourrait se voir contraint d’interpréter les dispositions de la législation nationale (concernant par exemple les exigences de forme) de différentes façons, selon que les deux parties à un contrat international se trouvaient ou non dans des États contractants (voir A/CN.9/548, par. 87; voir également A/CN.9/571, par. 17).
64. Contracting States may however reduce the reach of the Convention by declarations made under article 19, for example by declaring that they will apply the Convention only to electronic communications exchanged between parties located in contracting States.64. Les États contractants peuvent cependant réduire la portée de la Convention par des déclarations faites au titre de l’article 19, par exemple en indiquant qu’ils n’appliqueront la Convention qu’aux communications électroniques échangées entres des parties situées dans des États contractants.
3. Relationship to private international law3. Relation avec le droit international privé
65. It was understood by UNCITRAL that the Electronic Communications Convention applied when the law of a contracting State was the law applicable to the dealings between the parties.65. La CNUDCI a estimé que la Convention sur les communications électroniques s’appliquait lorsque la loi applicable aux opérations entre les parties était celle d’un État contractant.
Whether the law of a contracting State applies to a transaction is a question to be determined by the rules of private international law of the forum State, if the parties have not validly chosen the applicable law.L’application de cette loi à une opération doit être déterminée par les règles de droit international privé de l’État du for en l’absence de choix valable des parties.
Accordingly, if a party seizes the court of a non-contracting State, the court would refer to the private international law rules of the State in which it is located, and if those rules designate the law of a contracting State to the Convention, the Convention would apply as part of the substantive law of that State, notwithstanding that the State of the court seized is not a party to the Convention.En conséquence, si une partie saisit le tribunal d’un État non contractant, ce tribunal se reportera aux règles de droit international privé de son État et, si ces règles désignent la loi d’un État contractant, la Convention s’appliquera en tant qu’élément du droit matériel de cet État, bien que l’État du for n’y soit pas partie.
If a party seizes the court of a contracting State, the court would equally refer to its own rules of private international law and, if they designate the substantive law of that State or of any other State party to the Convention, the Convention would apply.Si une partie saisit le tribunal d’un État contractant, ce tribunal se reportera également à ses propres règles de droit international privé et, si ces règles désignent le droit matériel de ce même État ou de tout autre État partie à la Convention, cette dernière s’appliquera.
In either case, the court should take into account any possible declarations made pursuant to article 19 or 20 by the contracting State whose law applies.Dans les deux cas, le tribunal devrait tenir compte des éventuelles déclarations faites au titre des articles 19 ou 20 par l’État contractant dont la loi s’applique.
66. The Convention contains rules of private law applicable to contractual relations.66. La Convention contient des règles de droit privé applicables aux relations contractuelles.
Nothing in the Convention creates any obligation for States that do not ratify or accede to the Convention.Aucune de ses dispositions ne crée d’obligation pour les États qui ne la ratifient pas ou qui n’y adhèrent pas.
The courts in a non-contracting State will apply the provisions of the Convention only when their own rules of private international law indicate that the law of a contracting State is applicable, in which case the Convention would apply as part of that foreign State’s legal system.Les tribunaux d’un État qui n’est pas partie à la Convention n’appliqueront les dispositions de cette dernière que si leurs propres règles de droit international privé indiquent que la loi d’un État contractant est applicable, auquel cas la Convention s’appliquera en tant qu’élément du système juridique de cet État étranger.
The application of foreign law is a common result of any system of private international law and has been traditionally accepted by most countries.L’application d’un droit étranger est un résultat courant de tout système de droit international privé et a été acceptée de longue date par la plupart des pays.
The Convention has not introduced any new element to this situation.La Convention n’a rien apporté de nouveau à cette situation.
4. International nature disregarded when not apparent4. Il n’est pas tenu compte de la nature internationale du contrat lorsqu’elle n’est pas manifeste
67. Paragraph 2 of article 1 of the Electronic Communications Convention contains a rule similar to article 1, paragraph 2, of the United Nations Sales Convention. According to this provision, the Electronic Communications Convention does not apply to an international contract when it is not apparent either from the contract or from the dealings between the parties that they are located in two different States. In those cases, the Convention gives way to the application of domestic law. The incorporation of this rule in the Convention is intended to protect the legitimate expectations of parties that assume to operate under their domestic regime given the absence of a clear indication to the contrary (see A/CN.9/528, para. 45).67. Le paragraphe 2 de l’article premier contient une règle semblable à celle du paragraphe 2 de l’article premier de la Convention des Nations Unies sur les ventes. D’après cette disposition, la Convention sur les communications électroniques ne s’applique pas à un contrat international s’il ne ressort ni du contrat ni des transactions effectuées entre les parties que ces dernières sont situées dans deux États différents. En pareils cas, c’est la loi nationale et non la Convention qui s’applique. L’intégration de cette règle dans la Convention est destinée à protéger les attentes légitimes des parties qui, en l’absence d’indication contraire manifeste, supposent que leurs opérations sont soumises à leur loi nationale (voir A/CN.9/528, par. 45).
5. “Civil” or “commercial” character, as well as nationality of the parties, are irrelevant5. Le caractère “civil” ou “commercial”, de même que la nationalité des parties, sont sans importance
68. As is the case for the United Nations Sales Convention, the application of the Electronic Communications Convention does not depend on whether the parties are considered “civil” or “commercial”.68. Comme pour la Convention des Nations Unies sur les ventes, l’application de la Convention ne dépend pas de la nature “civile” ou “commerciale” des parties.
Therefore, for the purpose of determining the scope of the Electronic Communications Convention, it does not matter whether a party is a merchant or not in a particular legal system that applies special rules to commercial contracts different from the general rules of contract law.C’est pourquoi, afin de déterminer la portée de la Convention sur les communications électroniques, il importe peu qu’une partie soit ou non un commerçant dans un système juridique particulier qui soumet les contrats commerciaux à des règles spéciales, différentes des règles générales du droit des contrats.
The Convention avoids conflicts that arise between the so-called “dualistic” systems, which distinguish between the civil and commercial character of the parties or the transaction, and “monistic” legal systems, which do not make that distinction.La Convention évite les conflits entre les systèmes dits “dualistes”, qui distinguent entre le caractère civil et commercial des parties ou de l’opération, et les systèmes “monistes”, qui ne font pas cette distinction.
69. The nationality of the parties is also irrelevant.69. La nationalité des parties n’est pas non plus prise en compte.
Thus, the Convention applies to nationals of non-contracting States who have their places of business within a contracting State and even a non-contracting State, as long as the law applicable to the contract is the law of a contracting State.La Convention s’applique donc aux nationaux des États non contractants qui ont leur établissement dans un État contractant, voire dans un État non contractant, du moment que la loi applicable au contrat est celle d’un État contractant.
Under certain circumstances, a contract between two nationals of the same State may also be governed by the Convention, for instance because one of the parties has its place of business or habitual residence in a different country and this fact was known to the other party.Dans certaines circonstances, un contrat entre deux nationaux du même État peut aussi être régi par la Convention, par exemple lorsque l’une des parties a son établissement ou sa résidence habituelle dans un pays différent et que ce fait était connu de l’autre partie.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 16-24CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 16 à 24
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 14-27Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 14 à 27
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 71-97Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 71 à 97
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 32-48Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 32 à 48
Working Group IV, 40th session (Vienna, 14-18 October 2002) A/CN.9/527, paras. 73-81Groupe de travail IV, quarantième session (Vienne, 14-18 octobre 2002) A/CN.9/527, par. 73 à 81
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 28-40Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 28 à 40
Article 2. ExclusionsArticle 2. Exclusions
1. Contracts for personal, family or household purposes1. Contrats conclus à des fins personnelles, familiales ou domestiques
70. As is the case for other instruments previously prepared by UNCITRAL, the Electronic Communications Convention does not apply to contracts concluded for “personal, family or household purposes”.70. De même que d’autres instruments précédemment élaborés par la CNUDCI, la Convention sur les communications électroniques ne s’applique pas aux contrats conclus “à des fins personnelles, familiales ou domestiques”.
Rationale of exclusionRaison de l’exclusion
71. There was general agreement within UNCITRAL on the importance of excluding contracts negotiated for personal, family or household purposes since a number of rules in the Convention would not be appropriate in their context.71. La CNUDCI est convenue, dans son ensemble, de l’importance d’exclure les contrats négociés à des fins personnelles, familiales ou domestiques étant donné qu’un certain nombre de règles de la Convention ne pourraient leur être appliquées.
72. For example, a rule such as that contained in article 10, paragraph 2, which presumes receipt of an electronic communication from the moment that the electronic communication becomes capable of being retrieved by the addressee, might not be appropriate in the context of transactions involving consumers, because consumers could not be expected to check their electronic mail regularly nor be able to distinguish easily between legitimate commercial messages and unsolicited mail (“spam”). It was considered that individuals acting for personal, family or household purposes should not be held to the same standards of diligence as entities or persons engaged in commercial activities (see A/CN.9/548, para. 101).72. Par exemple, une règle comme celle du paragraphe 2 de l’article 10, où une communication électronique est présumée reçue à partir du moment où elle peut être relevée par le destinataire, pourrait être inappropriée dans le contexte des opérations de consommateurs, car on ne pourrait attendre de ces derniers qu’ils consultent leur courrier électronique régulièrement ni qu’ils soient capables de faire facilement une distinction entre des messages commerciaux légitimes et des courriers électroniques non sollicités (“spam”). On a considéré qu’il ne faudrait pas imposer aux particuliers agissant à des fins personnelles, familiales ou domestiques les mêmes normes de diligence qu’aux personnes morales ou physiques exerçant des activités commerciales (voir A/CN.9/548, par. 101).
73. Another example of possible tension is the treatment of errors and the consequences of errors in the Convention, which is far from the level of detail that would typically be found in consumer protection rules.73. Un autre exemple de tension possible est le traitement des erreurs et de leurs conséquences dans la Convention, qui est loin d’atteindre le niveau de détail que l’on trouverait généralement dans les règles de protection des consommateurs.
Also, consumer protection rules typically require vendors to make the contract terms available to consumers in an accessible manner.Ainsi, ces règles obligent généralement les vendeurs à mettre à la disposition des consommateurs les clauses du contrat d’une manière accessible.
They often set forth conditions for the enforcement of standard contractual terms and conditions against consumers and specify the conditions under which a consumer could be presumed to have expressed his or her consent to terms and conditions incorporated by reference into the contract.Elles énoncent souvent les conditions d’exécution des clauses contractuelles types à l’encontre d’un consommateur et celles dans lesquelles un consommateur pourrait être présumé avoir exprimé son consentement aux conditions incorporées par référence dans le contrat.
None of those issues are dealt with in the Convention in a manner that would offer the degree of protection that consumers enjoy in several legal systems (see A/CN.9/548, para. 102).Aucune de ces questions n’est traitée dans la Convention d’une manière qui offrirait le degré de protection dont bénéficient les consommateurs dans plusieurs systèmes juridiques (voir A/CN.9/548, par.102).
Exclusion not limited to consumer contractsUne exclusion qui ne se limite pas aux contrats de consommation
74. In the context of the United Nations Sales Convention, the phrase “personal, family or household purposes” is commonly understood as referring to consumer contracts.74. Dans la Convention des Nations Unies sur les ventes, les mots “pour un usage personnel, familial ou domestique” sont généralement compris comme faisant référence aux contrats de consommation.
However, in the context of the Electronic Communications Convention, which is not limited to electronic communications related to purchase transactions, the words in subparagraph 1 (a) of article 2 have a broader meaning and would cover, for example, communications related to contracts governed by family law and the law of succession, such as matrimonial property contracts, to the extent that they are entered into for “personal, family or household purposes”.En revanche, dans la Convention sur les communications électroniques, qui ne se limite pas aux communications électroniques concernant des opérations d’achat, les mots du paragraphe 1 a) de l’article 2 ont un sens plus large et couvriraient, par exemple, les communications en rapport avec des contrats régis par le droit de la famille et le droit des successions, comme les contrats de mariage, dans la mesure où ils sont conclus “à des fins personnelles, familiales ou domestiques”.
Absolute nature of exclusionNature absolue de l’exclusion
75. Unlike the corresponding exclusion under article 2, subparagraph (a), of the United Nations Sales Convention, the exclusion of contracts entered for personal, family or household purposes under the Electronic Communications Convention is an absolute one, meaning that the Convention does not apply to contracts entered into for personal, family or household purposes, even if the purpose of the contract is not apparent to the other party.75. À la différence de l’alinéa a) de l’article 2 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, la Convention sur les communications électroniques prévoit une exclusion absolue des contrats conclus à des fins personnelles, familiales ou domestiques, si bien qu’elle ne s’applique pas à ce type de contrats même si l’autre partie ne sait pas que le contrat a été conclu à ces fins.
76. According to its article 2, subparagraph (a), the United Nations Sales Convention does not apply to sales of goods bought for personal, family or household use “unless the seller, at any time before or at the conclusion of the contract, neither knew nor ought to have known that the goods were bought for any such use”. That qualification was intended to promote legal certainty. Without it, the applicability of the United Nations Sales Convention would depend entirely on the seller’s ability to ascertain the purpose for which the buyer had bought the goods. As a result, the personal, family or household purpose of a sales contract cannot be held against the seller, for the purpose of excluding the applicability of the United Nations Sales Convention, if the seller did not know or could not have been expected to know (for instance, having regard to the number or nature of items bought) that the goods were being bought for such purpose. The drafters of the United Nations Sales Convention assumed that there might be situations where a sales contract would fall under that Convention, despite the fact of it having being entered into by a consumer, for example. The legal certainty gained with the provision appeared to have outweighed the risk of covering transactions intended to have been excluded. It was observed, moreover, that, as indicated in the commentary on the draft Convention on Contracts for the International Sale of Goods, which had been prepared at the time by the Secretariat, article 2, subparagraph (a), of the United Nations Sales Convention was based on the assumption that consumer sales were international transactions only in “relatively few cases” (see A/CN.9/527, para. 86).76. Aux termes de l’alinéa a) de son article 2, la Convention des Nations Unies sur les ventes ne régit pas les ventes de marchandises achetées pour un usage personnel, familial ou domestique, “à moins que le vendeur, à un moment quelconque avant la conclusion ou lors de la conclusion du contrat, n’ait pas su et n’ait pas été censé savoir que ces marchandises étaient achetées pour un tel usage”. Cette exception vise à accroître la sécurité juridique. Sans elle, l’applicabilité de la Convention des Nations Unies sur les ventes dépendrait entièrement de la possibilité qu’aurait le vendeur de déterminer l’usage auquel l’acheteur destine les marchandises. Ainsi, le fait qu’un contrat de vente a été conclu à des fins personnelles, familiales ou domestiques ne peut être opposé au vendeur, pour exclure l’applicabilité de la Convention sur les ventes, si celui-ci ne savait pas ou n’était pas censé savoir (par exemple en raison du nombre ou de la nature des articles achetés) que les marchandises étaient destinées à un tel usage. Les rédacteurs de la Convention des Nations Unies sur les ventes avaient estimé qu’il pourrait y avoir des cas où la Convention s’appliquerait à un contrat de vente en dépit du fait que celui-ci avait été conclu avec un consommateur, par exemple. La sécurité juridique offerte par cette disposition semblait l’avoir emporté sur le risque de voir la Convention sur les ventes s’appliquer à des opérations que l’on souhaitait exclure de son champ d’application. On a fait observer en outre que, comme le secrétariat l’avait indiqué dans le commentaire du projet de Convention sur les contrats de vente internationale de marchandises qu’il avait alors établi, l’alinéa a) de l’article 2 de la Convention des Nations Unies sur les ventes était fondé sur l’hypothèse que les ventes à des consommateurs n’étaient des opérations internationales que dans “des cas relativement rares” (A/CN.9/527, par. 86).
77. In the case of the Electronic Communications Convention, however, UNCITRAL felt that the formulation of article 2, subparagraph (a), of the United Nations Sales Convention might be problematic, as the ease of access afforded by open communication systems not available at the time of the preparation of the United Nations Sales Convention, such as the Internet, greatly increased the likelihood of consumers purchasing goods from a seller established in another country (see A/CN.9/527, para. 87). Having recognized that certain rules of the Electronic Communications Convention might not be appropriate in the context of consumer transactions, UNCITRAL agreed that consumers should be completely excluded from the reach of the Convention (see A/CN.9/548, paras. 101 and 102).77. La CNUDCI a toutefois estimé que, dans le cas de la Convention sur les communications électroniques, le libellé de l’alinéa a) de l’article 2 de la Convention des Nations Unies sur les ventes pourrait poser un problème, car la facilité d’accès offerte par les systèmes de communication ouverts, comme Internet, qui n’étaient pas disponibles à l’époque où la Convention sur les ventes a été élaborée, augmentait considérablement la probabilité que des consommateurs achètent des marchandises à un vendeur établi à l’étranger (voir A/CN.9/527, par. 87). Ayant admis que certaines règles de la Convention sur les communications électroniques pouvaient être inadaptées dans le contexte des opérations de consommateurs, la CNUDCI est convenue d’exclure complètement les consommateurs de son champ d’application (voir A/CN.9/548, par. 101 et 102).
2. Specific financial transactions2. Opérations financières particulières
78. Paragraph 1 (b) of article 2 lists a number of transactions excluded from the scope of application of the Electronic Communications Convention. They relate essentially to certain financial service markets governed by well-defined regulatory and contractual rules that already address issues relating to electronic commerce in a manner that allows for their effective worldwide functioning. Given the inherently cross-border nature of those markets, UNCITRAL considered that this exclusion should not be left for country-based declarations under article 19 (see A/CN.9/527, para. 95; A/CN.9/528, para. 61; A/CN.9/548, para. 109; and A/CN.9/571, para. 62).78. L’alinéa b) du paragraphe 1 de l’article 2 énumère un certain nombre d’opérations qui sont exclues du champ d’application de la Convention. Il s’agit essentiellement d’opérations liées à certains marchés de services financiers soumis à des règles de caractère réglementaire et contractuel bien définies qui traitent déjà des questions de commerce électronique d’une façon qui leur permet de fonctionner efficacement au niveau mondial. En raison de la nature intrinsèquement transfrontière de ces marchés, la CNUDCI a estimé que cette exclusion ne devrait pas être reléguée à des déclarations faites par les pays conformément à l’article 19 (voir A/CN.9/527, par. 95; A/CN.9/528, par. 61; A/CN.9/548, par. 109; et A/CN.9/571, par. 62).
79. It should be noted that this provision does not contemplate a broad exclusion of financial services per se, but rather specific transactions such as payment systems, negotiable instruments, derivatives, swaps, repurchase agreements (repos), foreign exchange, securities and bond markets.79. Il convient de noter que cette disposition n’envisage pas d’exclure d’une manière générale les services financiers en tant que tels, mais des opérations particulières telles que les systèmes de paiement, les instruments négociables, les produits dérivés, les échanges financiers (“swap”), les conventions de rachat, les marchés des devises, des valeurs mobilières et des obligations.
The criterion for the exclusion in paragraph 1 (b) of article 2 is not the type of the asset being traded but the method of settlement used.Le critère d’exclusion appliqué à l’alinéa b) n’est pas le type d’actif faisant l’objet de l’opération mais le mode de règlement utilisé.
In addition, not every regulated trading activity is excluded but trading under the auspices of a regulated exchange is (e.g. stock exchange, securities and commodities exchange, foreign currency exchange and precious metal exchange).En outre, ne sont pas exclues toutes les opérations réglementées, mais uniquement les opérations effectuées sur un marché boursier réglementé (par exemple marché des valeurs mobilières, des marchandises, des devises, des métaux précieux).
As a result, the use of electronic communications in connection with trading of securities, commodities, foreign currency or precious metals outside a regulated exchange is not necessarily excluded merely because it is in connection with the trading of securities (e.g. an e-mail sent by an investor to his or her broker, instructing the latter to buy or sell securities).De ce fait, l’utilisation de communications électroniques dans les opérations sur des valeurs mobilières, des marchandises, des devises ou des métaux précieux effectuées en dehors d’un marché réglementé n’est pas nécessairement exclue simplement parce qu’elle est liée à des opérations sur des valeurs mobilières (par exemple, un courriel envoyé par un investisseur à son courtier donnant pour instruction à ce dernier de vendre ou d’acheter des valeurs).
3. Negotiable instruments, documents of title and similar documents3. Instruments négociables, titres représentatifs et documents similaires
80. Paragraph 2 of article 2 excludes negotiable instruments and similar documents because the potential consequences of unauthorized duplication of documents of title and negotiable instruments — and generally any transferable instrument that entitles the bearer or beneficiary to claim the delivery of goods or the payment of a sum of money — make it necessary to develop mechanisms to ensure the singularity of those instruments.80. Le paragraphe 2 de l’article 2 exclut les instruments négociables et documents similaires car les conséquences éventuelles de la reproduction non autorisée de titres représentatifs et d’instruments négociables – et, de manière générale, de tout instrument transférable donnant au porteur ou au bénéficiaire le droit de demander la remise de marchandises ou le paiement d’une somme d’argent – rendent nécessaire l’élaboration de mécanismes pour garantir l’unicité de ces instruments.
81. The issues raised by negotiable instruments and similar documents, in particular the need for ensuring their uniqueness, go beyond simply ensuring the equivalence between paper and electronic forms, which is the main aim of the Electronic Communications Convention and justifies the exclusion provided in paragraph 2 of the article. UNCITRAL was of the view that finding a solution for this problem required a combination of legal, technological and business solutions, which had not yet been fully developed and tested (see A/CN.9/571, para. 136).81. Le traitement des questions soulevées par les instruments négociables et documents similaires, en particulier la nécessité de garantir leur unicité, ne se limite pas à assurer simplement l’équivalence entre la forme papier et la forme électronique, ce qui est l’objectif principal de la Convention sur les communications électroniques et justifie l’exclusion prévue au paragraphe 2 de cet article. La CNUDCI a estimé que, pour régler ce problème, il fallait recourir à une combinaison de solutions juridiques, technologiques et commerciales, qui n’étaient pas encore entièrement au point et éprouvées (voir A/CN.9/571, par. 136).
4. Individual exclusions4. Exclusions particulières
82. During the preparation of the Electronic Communications Convention, there were suggestions to include a number of other transactions to the list of excluded matters in article 2, such as contracts that created or transferred rights in real estate (except for rental rights), contracts requiring by law the involvement of courts, public authorities or professions exercising public authority, contracts of suretyship granted by and on collateral securities furnished by persons acting for purposes outside their trade, business or profession and contracts governed by family law or by the law of succession (see A/CN.9/548, para. 110).82. Lors de l’élaboration de la Convention sur les communications électroniques, il a été proposé d’ajouter un certain nombre d’autres opérations à la liste des matières exclues par l’article 2, telles que les contrats qui créent ou transfèrent des droits sur des biens immobiliers, à l’exception des droits de location, les contrats pour lesquels la loi requiert l’intervention des tribunaux, des autorités publiques ou de professions exerçant une autorité publique, les contrats de sûretés et garanties fournis par des personnes agissant à des fins qui n’entrent pas dans le cadre de leurs activités professionnelles et commerciales, et les contrats relevant du droit de la famille ou du droit des successions (voir A/CN.9/548, par. 110).
83. The preponderant view within UNCITRAL was not in favour of the proposed exclusions. Some matters would automatically be excluded under article 1, paragraph 1, or article 2, paragraph 1 (a). Other matters were regarded as territory-specific issues that should be better dealt with at the domestic level. UNCITRAL took note of the fact that some States already admitted the use of electronic communications in connection with some, if not all, of the matters contemplated in the proposed exclusions. It was felt that the adoption of an extensive list of exemptions would have the effect of imposing those exclusions even for States that saw no reason for preventing the parties to those transactions from using electronic communications (see A/CN.9/571, para. 63), a result which would hinder the adaptation of the law to technological evolution (see A/CN.9/571, para. 65). However, States that feel that electronic communications should not be authorized in particular cases still have the option of making individual exclusions by declarations under article 19.83. L’avis qui a prévalu au sein de la CNUDCI était défavorable aux exclusions proposées. Certaines matières seraient automatiquement exclues par le jeu du paragraphe 1 de l’article premier ou du paragraphe 1 a) de l’article 2. D’autres, qui étaient considérées comme rattachées à un territoire particulier, seraient mieux traitées au niveau national. La CNUDCI a pris note du fait que certains États admettaient déjà l’utilisation de communications électroniques en rapport avec certaines, voire la totalité, des matières visées dans les exclusions proposées. Il a été estimé que l’adoption d’une longue liste d’exclusions aurait pour effet d’imposer aussi ces exclusions aux États qui ne voyaient aucune raison d’empêcher les parties aux opérations mentionnées d’utiliser des communications électroniques (voir A/CN.9/571, par. 63), ce qui ne permettrait pas d’adapter la loi à l’évolution technologique (voir A/CN.9/571, par. 65). Toutefois, les États qui estiment que les communications électroniques ne devraient pas être autorisées dans des cas particuliers ont toujours la possibilité de les exclure individuellement en faisant des déclarations en vertu de l’article 19.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 25-30CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 25 à 30
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 59-69; see also para. 136Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 59 à 69; voir aussi par. 136
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 98-111; see also paras. 112-118 (on a related draft article since deleted)Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 98 à 111; voir aussi par. 112 à 118 (relatifs à un projet d’article connexe supprimé depuis)
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 49-64, see also paras. 65-69 (on a related draft article since deleted)Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 49 à 64; voir aussi par. 65 à 69 (relatifs à un projet d’article connexe supprimé depuis)
Working Group IV, 40th session (Vienna, 14-18 October 2002) A/CN.9/527, paras. 82-98; see also paras. 99-104 (on a related draft article since deleted)Groupe de travail IV, quarantième session (Vienne, 14-18 octobre 2002) A/CN.9/527, par. 82 à 98; voir aussi par. 99 à 104 (relatifs à un projet d’article connexe supprimé depuis)
Article 3. Party autonomyArticle 3. Autonomie des parties
1. Extent of power to derogate1. Étendue du pouvoir de dérogation
84. In preparing the Electronic Communications Convention, UNCITRAL was mindful of the fact that, in practice, solutions to the legal difficulties raised by the use of modern means of communication were mostly sought within contracts.84. En élaborant la Convention sur les communications électroniques, la CNUDCI a été attentive au fait que, dans la pratique, les difficultés juridiques que soulevait l’utilisation des moyens modernes de communication étaient généralement réglées par voie contractuelle.
The Convention reflects the view of UNCITRAL that party autonomy is vital in contractual negotiations and should be broadly recognized by the Convention.La Convention reflète la position de la CNUDCI selon laquelle l’autonomie des parties est vitale dans les négociations contractuelles et devrait être largement reconnue par ses dispositions.
85. At the same time, it was generally accepted that party autonomy did not extend to setting aside statutory requirements that imposed, for instance, the use of specific methods of authentication in a particular context. This is particularly important in connection with article 9 of the Convention, which provides criteria under which electronic communications and their elements (e.g. signatures) may satisfy form requirements, which are normally of a mandatory nature since they reflect decisions of public policy. Party autonomy does not allow the parties to relax statutory requirements (for example, on signature) in favour of methods of authentication that provide a lesser degree of reliability than electronic signatures, which is the minimum standard recognized by the Convention (see A/CN.9/527, para. 108; see also A/CN.9/571, para. 76).85. Dans le même temps, il a été généralement admis que cette autonomie n’allait pas jusqu’à écarter les conditions légales qui, par exemple, imposaient l’utilisation de méthodes spécifiques d’authentification dans un contexte particulier. Cet aspect est particulièrement important au regard de l’article 9 de la Convention, qui fournit des critères en vertu desquels les communications électroniques et leurs composantes (par exemple, les signatures) peuvent remplir des conditions de forme, qui ont normalement un caractère impératif puisqu’elles émanent de décisions d’ordre public. L’autonomie des parties ne permet pas à ces dernières d’apporter des tempéraments aux exigences légales (par exemple, sur la signature) au profit de méthodes d’authentification moins fiables que la signature électronique, laquelle est la norme minimale reconnue par la Convention (voir A/CN.9/527, par. 108; voir également A/CN.9/571, par. 76).
86. Nevertheless, as provided in article 8, paragraph 2, the Convention does not require the parties to accept electronic communications if they do not want to.86. Néanmoins, comme le prévoit le paragraphe 2 de l’article 8, la Convention n’oblige pas les parties à accepter les communications électroniques si elles ne le souhaitent pas, ce qui signifie également, par exemple, qu’elles peuvent choisir de ne pas accepter les signatures électroniques (voir A/CN.9/527, par.
This also means, for instance, that the parties may choose not to accept electronic signatures (see A/CN.9/527, para. 108).108).
87. Under the Convention, party autonomy applies only to provisions that create rights and obligations for the parties, and not to the provisions of the Convention that are directed to contracting States (see A/CN.9/571, para. 75).87. Dans la Convention, l’autonomie des parties s’applique uniquement aux dispositions qui créent des droits et des obligations pour les parties, et non à celles qui s’adressent aux États contractants (voir A/CN.9/571, par. 75).
2. Form of derogation2. Forme de la dérogation
88. Article 3 is intended to apply not only in the context of relationships between originators and addressees of data messages but also in the context of relationships involving intermediaries.88. L’article 3 a pour vocation de s’appliquer non seulement dans les rapports entre l’expéditeur et le destinataire des messages de données, mais aussi dans les rapports faisant intervenir des intermédiaires.
Thus, the provisions of the Electronic Communications Convention can be varied either by bilateral or multilateral agreements between the parties, or by system rules agreed to by them.Ainsi, il peut être dérogé aux dispositions de la Convention sur les communications électroniques soit par convention bilatérale ou multilatérale entre les parties soit par des “règles de système” convenues par elles.
89. It was the understanding of UNCITRAL that derogations from the Convention did not need to be explicitly made but could also be made implicitly, for example by parties agreeing to contract terms at variance with the provisions of the Convention (see A/CN.9/548, para. 123).89. La CNUDCI a estimé que les dérogations à la Convention ne devaient pas nécessairement être explicites, mais pourraient également être implicites, par exemple dès lors que les parties conviennent de clauses contractuelles qui diffèrent des dispositions de la Convention (voir A/CN.9/548, par. 123).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 31-34CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 31 à 34
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 70-77Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 70 à 77
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 119-124Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 119 à 124
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 70-75Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 70 à 75
Working Group IV, 40th session (Vienna, 14-18 October 2002) A/CN.9/527, paras. 105-110Groupe de travail IV, quarantième session (Vienne, 14-18 octobre 2002) A/CN.9/527, par. 105 à 110
Chapter II.Chapitre II.
General provisionsDispositions générales
Article 4. DefinitionsArticle 4. Définitions
90. Most of the definitions contained in article 4 are based on definitions used in the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce.90. La plupart des définitions contenues dans l’article 4 sont fondées sur les définitions utilisées dans la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique.
“Communication”“Communication”
91. The definition of “communication” is intended to make clear that the Electronic Communications Convention applies to a wide range of exchanges of information between parties to a contract, whether at the stage of negotiations, during performance or after a contract has been performed.91. La définition du terme “communication” vise à indiquer clairement que la Convention sur les communications électroniques s’applique à une gamme étendue d’échanges d’informations entre les parties à un contrat, que ce soit au stade des négociations, ou encore durant ou après l’exécution du contrat.
“Electronic communication” and “data message”“Communication électronique” et “message de données”
92. The definition of “electronic communication” establishes a link between the purposes for which electronic communications may be used and the notion of “data messages”, which already appeared in the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce and has been retained in view of the wide range of techniques it encompasses, beyond purely “electronic” techniques (see A/CN.9/571, para. 80).92. La définition de la “communication électronique” crée un lien entre les fins auxquelles les communications électroniques peuvent être utilisées et la notion de “messages de données”, qui apparaissait déjà dans la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique et qui a été conservée compte tenu du large éventail de techniques, autres que celles purement “électroniques”, qu’elle englobe (voir A/CN.9/571, par. 80).
93. The aim of the definition of “data message” is to encompass all types of messages that are generated, stored, or communicated in essentially paperless form.93. La définition du terme “message de données” a pour objectif d’englober tous les types de messages créés, conservés ou envoyés essentiellement sans support papier.
For that purpose, all means of communication and storage of information that might be used to perform functions parallel to the functions performed by the means listed in the definition are intended to be covered by the reference to “similar means”, although, for example, “electronic” and “optical” means of communication might not be, strictly speaking, similar.À cette fin, tous les moyens de communication et de conservation de l’information pouvant être utilisés pour des fonctions parallèles à celles qui sont assurées grâce aux moyens énumérés dans la définition sont censés être pris en compte par la référence aux “moyens analogues”, encore que les moyens de communication “électroniques” et “optiques”, par exemple, ne soient probablement pas, à strictement parler, analogues.
For the purposes of the Convention, the word “similar” connotes “functionally equivalent”.Aux fins de la Convention, le mot “analogue” signifie “équivalent du point de vue fonctionnel”.
The reference to “similar means” indicates that the Convention is not intended only for application in the context of existing communication techniques but also to accommodate foreseeable technical developments.La référence aux “moyens analogues” indique que la Convention n’a pas été conçue uniquement pour être applicable dans le contexte des techniques de communication actuelles, mais aussi pour tenir compte des progrès techniques prévisibles.
94. The examples mentioned in the definition of “data message” highlight that this definition covers not only electronic mail but also other techniques that may still be used in the chain of electronic communications, even if some of them (such as telex or telecopy) may not appear to be novel (see A/CN.9/571, para. 81). The reference to “Electronic Data Interchange (EDI)” has been retained in the definition of “data messages” for illustrative purposes only, in view of the widespread use of EDI messages in electronic communications of messages from computer to computer. According to the definition of EDI adopted by the Working Party on Facilitation of International Trade Procedures of the Economic Commission for Europe, which is the United Nations body responsible for the development of technical standards related to United Nations rules for Electronic Data Interchange for Administration, Commerce and Transport (UN/EDIFACT), EDI means the electronic transfer from computer to computer of information using an agreed standard to structure the information.94. Les exemples cités dans la définition du terme “message de données” montrent bien que celle-ci englobe non seulement la messagerie électronique, mais aussi d’autres techniques qui peuvent encore être utilisées dans la chaîne des communications électroniques, même si certaines (comme le télex ou la télécopie) ne sont pas vraiment nouvelles (voir A/CN.9/571, par. 81). La référence à l’“échange de données informatisées (EDI)” a été conservée dans la définition uniquement comme exemple, au vu de l’usage très répandu des messages EDI dans les communications électroniques entre ordinateurs. D’après la définition de l’EDI adoptée par le Groupe de travail de la facilitation des procédures du commerce international de la Commission économique pour l’Europe, organisme des Nations Unies chargé d’élaborer les normes techniques relatives aux Règles des Nations Unies concernant l’échange de données informatisées pour l’administration, le commerce et le transport (EDIFACT/ONU), ce terme désigne la transmission électronique d’ordinateur à ordinateur d’informations, lesquelles sont structurées au moyen d’une norme agréée.
95. The definition of “data message” focuses on the information itself, rather than on the form of its transmission.95. La définition du terme “message de données” porte sur l’information ellemême plutôt que sur la forme de sa transmission.
Thus, for the purposes of the Electronic Communications Convention it is irrelevant whether data messages are communicated electronically from computer to computer, or whether data messages are communicated by means that do not involve telecommunications systems, for example, magnetic disks containing data messages delivered to the addressee by courier.Aux fins de la Convention sur les communications électroniques, il importe donc peu que les messages de données soient communiqués électroniquement d’ordinateur à ordinateur ou qu’ils le soient sans recours à des systèmes de télécommunication, par exemple au moyen de disques magnétiques remis au destinataire par messager.
96. The notion of “data message” is not limited to communication but is also intended to encompass computer-generated records that are not meant for communication.96. La notion de “message de données” ne se limite pas aux données communiquées mais englobe aussi les données générées par ordinateur qui ne sont pas destinées à être communiquées.
Thus, the notion of “message” includes the notion of “record”.Ainsi, la notion de “message” comprend celle d’“enregistrement”.
Lastly, the definition of “data message” is also intended to cover the case of revocation or amendment.Enfin, la définition du terme “message de données” vise également les cas de révocation ou de modification.
A data message is presumed to have a fixed information content but it may be revoked or amended by another data message.Un message de données est présumé contenir des informations fixes, mais il peut être révoqué ou modifié par un autre message de données.
“Originator” and “addressee”“Expéditeur” et “destinataire”
97. The definition of “originator” should cover not only the situation where information is generated and communicated, but also the situation where such information is generated and stored without being communicated.97. La définition du terme “expéditeur” devrait englober non seulement le cas où des informations sont créées et communiquées, mais aussi celui où ces informations sont créées et conservées sans être communiquées.
However, the definition of “originator” is intended to eliminate the possibility that a recipient who merely stores a data message might be regarded as an originator.Toutefois, cette définition vise à empêcher que le récepteur d’un message de données qui ne fait que conserver ce dernier soit considéré comme un expéditeur.
98. The “addressee” under the Electronic Communications Convention is the person with whom the originator intends to communicate by transmitting the electronic communication, as opposed to any person who might receive, forward or copy it in the course of transmission.98. Le “destinataire” au sens de la Convention sur les communications électroniques est la personne avec laquelle l’expéditeur a l’intention de communiquer en envoyant la communication électronique, par opposition à toute personne qui pourrait la recevoir, la transmettre ou la copier au cours de sa transmission.
The “originator” is the person who generated the electronic communication even if that communication was transmitted by another person.L’“expéditeur” est la personne qui a créé la communication électronique, même si celle-ci a été transmise par une autre personne.
The definition of “addressee” contrasts with the definition of “originator”, which is not focused on intent.La définition de “destinataire” se distingue de celle d’“expéditeur”, qui n’est pas axée sur l’intention.
It should be noted that, under the definitions of “originator” and “addressee” in the Convention, the originator and the addressee of a given electronic communication could be the same person, for example in the case where the electronic communication was intended for storage by its author.Il convient de noter que, tels qu’ils sont définis dans la Convention, l’“expéditeur” et le “destinataire” d’une communication électronique peuvent être la même personne, par exemple dans le cas où la communication était destinée à être conservée par son auteur.
However, the addressee who stores an electronic communication transmitted by someone else is not intended to be covered by the definition of “originator”.Toutefois, la définition d’“expéditeur” ne s’applique pas au destinataire qui archive une communication électronique transmise par une autre personne.
99. The focus of the Convention is on the relationship between the originator and the addressee, and not on the relationship between either the originator or the addressee and any intermediary.99. La Convention est axée sur la relation entre l’expéditeur et le destinataire, et non sur la relation entre l’expéditeur ou le destinataire et un intermédiaire.
The fact that the Convention does not refer expressly to intermediaries (such as servers or web hosts) does not mean that the Convention ignores their role in receiving, transmitting or storing data messages on behalf of other persons or performing other “value-added services”, such as when network operators and other intermediaries format, translate, record, authenticate, certify or preserve electronic communications or provide security services for electronic transactions.Le fait qu’elle ne fasse pas expressément mention des intermédiaires (tels que les serveurs ou les hébergeurs de sites Web) ne signifie pas qu’elle ignore le rôle qu’ils jouent dans la réception, la transmission ou la conservation de messages de données au nom d’autres personnes ou dans la prestation d’autres “services à valeur ajoutée”, par exemple lorsque les opérateurs de réseau et d’autres intermédiaires formatent, traduisent, enregistrent, authentifient, certifient ou conservent des communications électroniques, ou fournissent des services de sécurité pour des opérations électroniques.
However, as the convention was not conceived as a regulatory instrument for electronic business, it does not deal with the rights and obligations of intermediaries.Toutefois, comme la Convention n’a pas été conçue comme instrument réglementant le commerce électronique, elle ne traite pas des droits et obligations des intermédiaires.
100.100.
As used in the Convention, the notion of “party” designates the subjects of rights and obligations and should be interpreted as covering both natural persons and corporate bodies or other legal entities.Dans la Convention, la notion de “partie” désigne les sujets de droits et d’obligations et devrait être interprétée comme englobant à la fois les personnes physiques et les sociétés ou autres personnes morales.
Where only “natural persons” are meant, the Convention expressly uses those words.Lorsque seules les “personnes physiques” sont visées, la Convention utilise expressément ce terme.
“Information system”“Système d’information”
101.101.
The definition of “information system” is intended to cover the entire range of technical means used for transmitting, receiving and storing information.La définition du terme “système d’information” est destinée à couvrir toute la gamme des moyens techniques utilisés pour la transmission, la réception et la conservation d’informations.
For example, depending on the factual situation, the notion of “information system” could refer to a communications network, and in other instances could include an electronic mailbox or even a telecopier.Ainsi, selon la situation de fait, la notion de “système d’information” pourrait désigner un réseau de communication et, dans d’autres cas, pourrait inclure une boîte aux lettres électronique ou même un télécopieur.
102.102.
For the purposes of the Electronic Communications Convention it is irrelevant whether the information system is located on the premises of the addressee or on other premises, since location of information systems is not an operative criterion under the Convention.Aux fins de la Convention sur les communications électroniques, peu importe que le système d’information se trouve ou non dans les locaux du destinataire ou ailleurs, l’emplacement des systèmes d’information n’entrant pas en ligne de compte ici.
“Automated message systems”“Système de messagerie automatisé”
103.103. La notion de “système de messagerie automatisé” désigne essentiellement un système permettant de négocier et de conclure automatiquement des contrats sans qu’une personne intervienne, au moins à l’une des extrémités de la chaîne de négociation.
The notion of “automated message system” refers essentially to a system for automatic negotiation and conclusion of contracts without involvement of a person, at least on one of the ends of the negotiation chain.Elle se distingue de celle de “système d’information” car son utilisation principale est de faciliter les échanges menant à la formation de contrats.
It differs from an “information system” in that its primary use is to facilitate exchanges leading to contract formation.Un système de messagerie automatisé peut faire partie d’un système d’information, mais cela n’est pas obligatoirement le cas (voir A/CN.9/527, par.
An automated message system may be part of an information system, but that need not necessarily be the case (see A/CN.9/527, para. 113).113).
104.104.
The critical element in this definition is the lack of a human actor on one or both sides of a transaction.L’élément déterminant de cette définition est l’absence d’intervention humaine d’un côté, ou des deux côtés, de l’opération.
For example, if a party orders goods through a website, the transaction would be an automated transaction because the vendor took and confirmed the order via its machine.Par exemple, si une partie commande des biens sur un site Web, l’opération sera automatisée car le vendeur aura pris et confirmé la commande par sa machine.
Similarly, if a factory and its supplier do business through EDI, the factory’s computer, upon receiving information within certain pre-programmed parameters, will send an electronic order to the supplier’s computer.De même, si une usine et son fournisseur font des affaires au moyen d’un EDI, l’ordinateur de l’usine, lorsqu’il reçoit l’information avec certains paramètres préprogrammés, enverra une commande électronique à l’ordinateur du fournisseur.
If the supplier’s computer confirms the order and processes the shipment because the order falls within pre-programmed parameters in the supplier’s computer, this would be a fully automated transaction.Si ce dernier ordinateur confirme la commande et procède à l’envoi parce que la commande répond à certains de ses paramètres préprogrammés, il s’agira d’une opération entièrement automatisée.
If, instead, the supplier relies on a human employee to review, accept, and process the factory’s order, then only the factory’s side of the transaction would be automated.Si, au contraire, le fournisseur confie à un employé l’examen, l’acceptation et le traitement de la commande émanant de l’usine, alors seule la partie “usine” de l’opération sera automatisée.
In either case, the entire transaction falls within the definition.Dans les deux cas, la définition englobe l’ensemble de l’opération.
“Place of business”“Établissement”
105.105. La définition de l’“établissement” reprend les éléments essentiels de la notion d’“établissement” telle qu’on l’entend dans la pratique commerciale internationale et telle qu’elle est utilisée à l’alinéa f) de l’article 2 de la Loi type de la CNUDCI sur l’insolvabilité internationale (voir A/CN.9/527, par.
The definition of “place of business” reflects the essential elements of the notions of “place of business”, as understood in international commercial practice, and “establishment”, as used in article 2, subparagraph (f), of the UNCITRAL Model Law on Cross-Border Insolvency (see A/CN.9/527, para. 120).120).
This definition has been included to support the operation of articles 1 and 6 of the Electronic Communications Convention and is not intended to affect other substantive law relating to places of business.Cette définition a été insérée pour faciliter l’application des articles premier et 6 de la Convention sur les communications électroniques et ne doit pas avoir d’incidence sur d’autres règles de droit matériel relatives aux établissements.
106.106. L’expression “non transitoire” qualifie le mot “installation”, alors que les mots “autre que la fourniture temporaire de biens ou de services” se rapportent à la nature de l’“activité économique” (voir A/CN.9/571, par.
The notion of “non-transitory” qualifies the word “establishment”, whereas the words “other than the temporary provision of goods or services” qualify the nature of the “economic activity” (see A/CN.9/571, para. 87).87).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 35-37CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 35 à 37
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 78-89Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 78 à 89
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 76-77Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003)
Working Group IV, 40th session (Vienna, 14-18 October 2002) A/CN.9/527, paras. 111-122A/CN.9/528, par. 76 et 77
Article 5. InterpretationGroupe de travail IV, quarantième session (Vienne, 14-18 octobre 2002) A/CN.9/527, par. 111 à 122
107. The principles reflected in article 5 of the Electronic Communications Convention have appeared in most of the UNCITRAL texts, and its formulation mirrors article 7 of the United Nations Sales Convention. The provision is aimed at facilitating uniform interpretation of the provisions in uniform instruments on commercial law. It follows a practice in private law treaties to provide self-contained rules of interpretation, without which the reader would be referred to general rules of public international law on the interpretation of treaties that might not be entirely suitable for the interpretation of private law provisions (see A/CN.9/527, para. 124).Article 5. Interprétation 107. L’article reprend des principes qui figurent dans la plupart des textes de la CNUDCI et son libellé est semblable à celui de l’article 7 de la Convention des Nations Unies sur les ventes. Il a pour objet de faciliter l’interprétation uniforme des dispositions des instruments uniformes sur le droit commercial. Il suit une pratique dans les conventions de droit privé qui consiste à inclure des règles d’interprétation autonomes, sans lesquelles le lecteur s’en remettrait aux règles générales de droit international public relatives à l’interprétation des traités qui peuvent ne pas convenir entièrement pour l’interprétation de dispositions de droit privé (voir A/CN.9/527, par. 124).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 38 and 39CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 38 et 39
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 90 and 91Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 90 et 91
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 78-80Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 78 à 80
Working Group IV, 40th session (Vienna, 14-18 October 2002) A/CN.9/527, paras. 123-126Groupe de travail IV, quarantième session (Vienne, 14-18 octobre 2002) A/CN.9/527, par. 123 à 126
Article 6. Location of the partiesArticle 6. Lieu de situation des parties
1. Purpose of the article1. Objet de l’article
108.108.
The purpose of article 6 is to offer elements that allow the parties to ascertain the location of the places of business of their counterparts, thus facilitating a determination, among other elements, as to the international or domestic character of a transaction and the place of contract formation.L’article 6 a pour objet de proposer des éléments qui permettent aux parties de vérifier où se trouve l’établissement de leurs partenaires, facilitant ainsi la détermination, notamment, du caractère international ou national d’une opération et du lieu de formation du contrat.
As such, this article is one of the central provisions in the Electronic Communications Convention.Aussi est-il l’une des dispositions centrales de la Convention sur les communications électroniques.
109.109. La difficulté de déterminer le lieu de situation d’une partie à une opération en ligne constitue actuellement une source d’insécurité juridique considérable.
Considerable legal uncertainty is caused at present by the difficulty of determining where a party to an online transaction is located.Bien que cette difficulté ait toujours existé, elle a atteint un degré sans précédent du fait de la portée mondiale du commerce électronique.
While that danger has always existed, the global reach of electronic commerce has made it more difficult than ever to determine location.Cette insécurité pourrait avoir d’importantes conséquences juridiques étant donné que le lieu de situation des parties est déterminant, notamment pour ce qui est de la juridiction compétente, de la loi applicable et de l’exécution.
This uncertainty could have significant legal consequences, since the location of the parties is important for issues such as jurisdiction, applicable law and enforcement.Par conséquent, la CNUDCI dans son ensemble a admis la nécessité de dispositions qui aideraient les parties à déterminer où se trouve l’établissement des personnes physiques ou morales avec lesquelles elles ont des relations commerciales (voir A/CN.9/509, par.
Accordingly, there was wide agreement within UNCITRAL as to the need for provisions that would facilitate a determination by the parties of the places of business of the persons or entities they had commercial dealings with (see A/CN.9/509, para. 44).44).
2. Nature of presumption of location2. Nature de la présomption du lieu de situation
110.110.
At the early stages of its deliberations, UNCITRAL had considered the possibility of including a positive duty for the parties to disclose their places of business or provide other information.Au début de ses délibérations, la CNUDCI avait envisagé la possibilité d’obliger les parties à indiquer leur établissement ou à fournir d’autres informations.
However, it was eventually agreed that inclusion of such an obligation would be inappropriate in a commercial law instrument, in view of the difficulty of setting out the consequences of failing to comply with such an obligation.Toutefois, il a finalement été convenu que l’inclusion d’une telle obligation n’avait pas sa place dans un instrument de droit commercial compte tenu de la difficulté d’énoncer les conséquences du non-respect d’une telle obligation.
111.111.
Accordingly, article 6 merely creates a presumption in favour of a party’s indication of its place of business, which is accompanied by conditions under which that indication can be rebutted, and by default provisions that apply if no indication has been made.En conséquence, l’article 6 crée simplement une présomption en faveur de l’établissement indiqué par une partie et énonce les conditions dans lesquelles cette indication peut être réfutée ainsi que des dispositions supplétives s’appliquant à défaut d’indication.
The article is not intended to allow parties to invent fictional places of business that do not meet the requirements of article 4, subparagraph (h).L’article n’a pas pour objet de permettre aux parties de créer des établissements fictifs qui ne satisfont pas aux exigences de l’alinéa h) de l’article 4. Cette présomption n’est donc pas absolue et la Convention ne valide pas l’indication donnée par une partie concernant son établissement si cette indication est inexacte ou mensongère (voir A/CN.9/509, par.
This presumption, therefore, is not absolute and the Convention does not uphold an indication of a place of business by a party even where such an indication is inaccurate or intentionally false (see A/CN.9/509, para. 47).47).
112.112. La présomption réfragable qu’établit le paragraphe 1 de l’article 6 en ce qui concerne le lieu de situation, sert des objectifs pratiques importants et n’entend pas s’écarter de la notion d’“établissement” telle qu’elle est utilisée dans le contexte des opérations non électroniques.
The rebuttable presumption of location established by paragraph 1 of article 6 serves important practical purposes and is not meant to depart from the notion of “place of business”, as used in non-electronic transactions.Par exemple, dans le cas de ventes sur Internet, un fournisseur disposant de plusieurs entrepôts à différents endroits à partir desquels différentes marchandises peuvent être expédiées pour exécuter une seule commande passée par des moyens électroniques pourrait juger nécessaire d’indiquer qu’un de ces endroits constitue son établissement aux fins d’un contrat donné.
For example, an Internet vendor maintaining several warehouses at different locations from which different goods might be shipped to fulfil a single purchase order effected by electronic means might see a need to indicate one of such locations as its place of business for a given contract.L’article 6 reconnaît cette possibilité, la conséquence étant qu’une telle indication ne pourrait être contestée que si le fournisseur n’a pas d’établissement à l’endroit ainsi indiqué.
Article 6 recognizes that possibility, with the consequence that such an indication could only be challenged if the vendor does not have a place of business at the location it indicated.Faute d’une telle possibilité, les parties pourraient être obligées de rechercher, pour chaque contrat, quel est, parmi les divers établissements du fournisseur, celui qui présente le lien le plus étroit avec le contrat considéré, afin de déterminer quel est l’établissement à prendre en considération en l’espèce (voir A/CN.9/571, par.
Without that possibility, the parties might need to enquire, in respect of each contract, which of the vendor’s multiple places of business has the closest connection to the relevant contract in order to determine what is the vendor’s place of business in that particular case (see A/CN.9/571, para. 98).98).
If a party has only one place of business and has not made any indication, it would be deemed to be located at the place that meets the definition of “place of business” under article 4, subparagraph (h).Si une partie n’a qu’un établissement et n’a pas donné d’indication, elle sera réputée se trouver au lieu qui correspond à la définition du terme “établissement” qui figure à l’alinéa h) de l’article 4.
3. Plurality of places of business3. Multiplicité d’établissements
113. Paragraph 2 of article 6 is based on article 10, subparagraph (a), of the United Nations Sales Convention. However, unlike that provision, which refers to a place of business that has “the closest relationship to the contract and its performance”, article 6, paragraph 2, of the Electronic Communications Convention refers only to the closest relationship to the contract. In the context of the United Nations Sales Convention the cumulative reference to the contract and its performance had given rise to uncertainty, since there might be situations where a given place of business of one of the parties is more closely connected to the contract, but another of that party’s places of business is more closely connected to the performance of the contract. These situations are not rare in connection with contracts entered into by large multinational companies and may become even more frequent as a result of the current trend towards increased decentralization of business activities (see A/CN.9/509, para. 51; see also A/CN.9/571, para. 101). It was felt that this minor departure from similar wording in the United Nations Sales Convention would not generate an undesirable duality of regimes in view of the limited scope of the Electronic Communications Convention (see A/CN.9/571, para. 101).113. Le paragraphe 2 de l’article 6 est fondé sur l’alinéa a) de l’article 10 de la Convention des Nations Unies sur les ventes. Toutefois, contrairement à cette disposition, qui se réfère à un établissement “qui a la relation la plus étroite avec le contrat considéré et son exécution”, le paragraphe 2 de l’article 6 de la Convention sur les communications électroniques ne mentionne que la relation la plus étroite avec le contrat. Dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur les ventes, la référence à la fois au contrat et à son exécution a été un facteur d’insécurité du fait qu’il peut arriver qu’un établissement donné de l’une des parties ait une relation plus étroite avec le contrat et qu’un autre établissement de cette partie ait une relation plus étroite avec son exécution. Une telle situation n’est pas rare dans le cas des contrats conclus par de grandes sociétés multinationales et pourrait devenir encore plus fréquente en raison de la tendance actuelle à la décentralisation croissante des activités commerciales (voir A/CN.9/509, par. 51; voir aussi A/CN.9/571, par. 101). Il a été estimé que ce libellé légèrement différent de celui de la Convention des Nations Unies sur les ventes ne créerait pas une dualité de régimes indésirable, étant donné la portée limitée de la Convention sur les communications électroniques (voir A/CN.9/571, par. 101).
114.114.
The application of paragraph 2 of article 6 would be triggered by the absence of a valid indication of a place of business.Le paragraphe 2 de l’article 6 s’appliquerait à défaut d’indication valable d’un établissement.
The default rule provided here applies not only when a party fails to indicate its place of business, but also when such indication has been rebutted under paragraph 1 of the article.La règle supplétive prévue ici s’applique non seulement si une partie n’a pas indiqué d’établissement, mais également lorsque l’indication a été réfutée conformément au paragraphe 1 de cet article.
4. Place of business of natural persons4. Établissement des personnes physiques
115.115.
This paragraph does not apply to legal entities, since it is generally understood that only natural persons are capable of having a “habitual residence”.Ce paragraphe ne concerne pas les personnes morales, étant donné qu’il est généralement entendu que seules les personnes physiques peuvent avoir une “résidence habituelle”.
5. Limited value of communications technology and equipment for establishing place of business5. Intérêt limité des technologies et du matériel de communication pour déterminer l’établissement
116.116. La CNUDCI a soigneusement évité d’élaborer des règles aboutissant à ce qu’une partie donnée soit considérée comme ayant son établissement dans un pays lorsqu’elle contracte électroniquement et dans un autre pays lorsqu’elle contracte par des moyens plus traditionnels (voir A/CN.9/484, par.
UNCITRAL carefully avoided devising rules that would result in any given party being considered as having its place of business in one country when contracting electronically and in another country when contracting by more traditional means (see A/CN.9/484, para. 103).103).
117.117. La Convention sur les communications électroniques se montre donc prudente en ce qui concerne les renseignements annexes associés aux messages électroniques, tels que les adresses de protocole IP, les noms de domaine ou l’implantation géographique de systèmes d’information qui, malgré leur apparente objectivité, ne sont guère, voire pas du tout, utiles pour déterminer le lieu de situation physique des parties.
Therefore, the Electronic Communications Convention takes a cautious approach to peripheral information related to electronic messages, such as Internet Protocol addresses, domain names or the geographic location of information systems, which despite their apparent objectivity have little, if any, conclusive value for determining the physical location of the parties.Le paragraphe 4 de l’article 6 exprime cette idée en disposant que le lieu de situation du matériel et de la technologie sur lesquels s’appuie un système d’information ou les lieux à partir desquels d’autres parties peuvent accéder à ce système d’information ne constituent pas en soi un établissement.
Paragraph 4 of article 6 reflects that understanding by providing that the location of equipment and technology supporting an information system or the places from where the information system may be accessed by other parties do not by themselves constitute a place of business.Cela dit, aucune disposition de la Convention n’empêche un tribunal ou un arbitre de prendre en considération le cas échéant, comme élément possible parmi d’autres pour déterminer le lieu de situation d’une partie, le nom de domaine qui lui a été attribué (voir A/CN.9/571, par.
However, nothing in the Electronic Communications Convention prevents a court or arbitrator from taking into account the assignment of a domain name as a possible element, among others, to determine a party’s location, where appropriate (see A/CN.9/571, para. 113).113).
118.118. La CNUDCI a reconnu qu’il pourrait y avoir des personnes morales, par exemple des “sociétés virtuelles”, dont l’établissement ne remplirait peut-être pas toutes les conditions de la définition donnée à ce terme à l’alinéa h) de l’article 4 de la Convention.
UNCITRAL acknowledged that there might be legal entities, such as so-called “virtual companies”, whose establishment might not meet all requirements of the definition of “place of business” in article 4, subparagraph (h) of the Convention.Il a également été noté que certains secteurs commerciaux considéraient de plus en plus leur technologie et leur matériel comme des actifs importants.
It was also noted that some business sectors increasingly regarded their technology and equipment as significant assets.Toutefois, il a été estimé qu’il serait difficile d’élaborer des critères universellement acceptables pour une règle supplétive concernant le lieu de situation afin de prendre en considération ces cas, étant donné les diverses options envisageables (par exemple le lieu d’incorporation, le siège principal, etc.), le lieu de situation du matériel et de la technologie n’étant qu’un facteur parmi d’autres et pas nécessairement le plus important.
However, it was felt that it would be difficult to attempt to formulate universally acceptable criteria for a default rule on location to cover those situations, in view of the variety of options available (e.g. place of incorporation and place of principal management, among others), location of equipment technology being only one — and not necessarily the most significant — of these factors.En tout état de cause, si une entité n’a pas d’établissement, la Convention ne s’appliquera pas à ses communications en vertu de l’article premier, qui suppose l’existence d’opérations entre parties ayant leur établissement dans différents États (voir A/CN.9/571, par.
In any event, if an entity does not have a place of business, the Convention would not apply to its communications under article 1, which depends on transactions applying between parties having their places of business in different States (see A/CN.9/571, para. 103).103).
119.119. Le paragraphe 5 de l’article 6 tient compte du fait que l’actuel système d’attribution des noms de domaine n’a pas été conçu à l’origine dans une optique géographique.
Paragraph 5 of article 6 reflects the fact that the current system for assignment of domain names was not originally conceived in geographical terms.Par conséquent, le lien apparent entre un nom de domaine et un pays est souvent insuffisant pour conclure qu’il existe un lien véritable et permanent entre l’utilisateur de ce nom de domaine et ce pays.
Therefore, the apparent connection between a domain name and a country is often insufficient to conclude that there is a genuine and permanent link between the domain name user and the country.Les normes appliquées et les procédures suivies au niveau national pour l’attribution des noms de domaine étant différentes, elles ne conviennent pas pour établir une présomption, et le manque de transparence des procédures d’attribution dans certains pays permet difficilement de déterminer le niveau de fiabilité de chaque procédure nationale (voir A/CN.9/571, par.
Also, differences in national standards and procedures for the assignment of domain names make them unfit for establishing a presumption, while the insufficient transparency of the procedures for assigning domain names in some jurisdictions makes it difficult to ascertain the level of reliability of each national procedure (see A/CN.9/571, para. 112).112).
120. UNCITRAL nevertheless recognized that, in some countries, the assignment of domain names was only made after verification of the accuracy of the information provided by the applicant, including its location in the country to which the relevant domain name related. For those countries, it might be appropriate to rely, at least in part, on domain names for the purpose of article 6 (see A/CN.9/509, para. 58; see also A/CN.9/571, para. 111). Therefore, paragraph 5 only prevents a court or arbitrator from inferring the location of a party from the sole fact that the party uses a given domain name or address. Nothing in this paragraph prevents a court or arbitrator from taking into account the assignment of a domain name as a possible element, among others, to determine a party’s location, where appropriate (see A/CN.9/571, para. 113).120. La CNUDCI a cependant reconnu que, dans certains pays, un nom de domaine n’était attribué à une personne qu’après vérification de l’exactitude des informations que celle-ci avait fournies et notamment de sa présence dans le pays auquel le nom de domaine demandé était rattaché. Dans le cas de ces pays, il pourrait être justifié de se fier, au moins en partie, aux noms de domaine aux fins de l’article 6 (voir A/CN.9/509, par. 58; voir aussi A/CN.9/571, par. 111). C’est pourquoi le paragraphe 5 empêche seulement un tribunal ou un arbitre de déduire le lieu de situation d’une partie du seul fait que cette partie utilise un nom de domaine ou une adresse donnés. Rien dans le paragraphe n’empêche un tribunal ou un arbitre de prendre en considération le cas échéant, comme élément possible parmi d’autres pour déterminer le lieu de situation d’une partie, le nom de domaine qui lui a été attribué (voir A/CN.9/571, par. 113).
121.121.
The formulation of paragraph 5 of article 6 is not open-ended, as the provision is concerned with certain existing technologies in respect of which UNCITRAL was of the view that they did not offer, in and of themselves, a sufficiently reliable connection to a country so as to authorize a presumption of a party’s location.Le libellé du paragraphe 5 de l’article 6 est restrictif puisque la disposition porte sur certaines technologies existantes pour lesquelles la CNUDCI a estimé qu’elles ne constituaient pas à elles seules un critère de rattachement suffisamment fiable pour que l’on puisse présumer le lieu de situation d’une partie.
It would have been unwise for UNCITRAL to rule out the possibility that new as yet undiscovered technologies may appropriately create a strong presumption as to a party’s location in a country to which the technology used would be connected.Il aurait cependant été inopportun de la part de la CNUDCI d’exclure la possibilité que des technologies nouvelles n’ayant pas encore vu le jour permettent à juste titre de présumer qu’une partie se trouve certainement dans un pays avec lequel la technologie utilisée aurait un lien.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 40-47CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 40 à 47
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 92-114Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 92 à 114
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 81-93Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 81 à 93
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 41-59Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 41 à 59
Article 7. Information requirementsArticle 7. Obligations d’information
1. Information requirements in electronic commerce1. Obligations d’information dans le commerce électronique
122. Article 7 of the Electronic Communications Convention reminds the parties of the need to comply with possible disclosure obligations that might exist under domestic law. UNCITRAL considered at length various proposals that contemplated a duty for the parties to disclose their places of business, among other information (see A/CN.9/484, para. 103; see also A/CN.9/509, paras. 60-65). UNCITRAL was sensitive to possible gains in legal certainty, transparency and confidence in electronic commerce that might result from promoting good business standards, such as basic disclosure requirements (see A/CN.9/546, para. 91).122. L’article 7 de la Convention sur les communications électroniques rappelle aux parties qu’elles doivent respecter les obligations d’information que peut leur imposer la loi nationale. La CNUDCI a examiné de manière approfondie différentes propositions qui visaient à obliger les parties à indiquer notamment leur établissement (voir A/CN.9/484, par. 103; voir aussi A/CN.9/509, par. 60 à 65). Elle a été attentive aux bénéfices éventuels en matière de sécurité juridique, de transparence et de confiance dans le commerce électronique qui pourraient résulter de la promotion de bonnes normes commerciales, telles que l’obligation de fournir certaines informations fondamentales (voir A/CN.9/546, par. 91).
123.123.
However, the consensus that eventually emerged was that it would be preferable to address the matter from a different angle, namely by a provision that recognized the possible existence of disclosure requirements under the substantive law governing the contract and reminded the parties of their obligations to comply with such requirements.Toutefois, le consensus qui s’est finalement dégagé était qu’il serait préférable de traiter la question sous un angle différent, à savoir au moyen d’une disposition reconnaissant l’existence possible d’obligations d’information dans les règles de droit matériel régissant le contrat et rappelant aux parties qu’elles devaient se conformer à ces obligations.
124.124. La CNUDCI a reconnu que des partenaires commerciaux agissant de bonne foi étaient normalement censés fournir des informations exactes et véridiques concernant le lieu où se trouve leur établissement.
UNCITRAL recognized that trading partners acting in good faith would normally be expected to provide accurate and truthful information concerning the location of their places of business.La question des conséquences juridiques de la communication par les parties de renseignements faux ou inexacts relève moins de la formation des contrats que du droit pénal ou de la responsabilité délictuelle.
The legal consequences of false or inaccurate representations made by them were not primarily a matter of contract formation, but rather a matter of criminal or tort law.Étant donné que ces questions sont traitées dans la plupart des systèmes juridiques, elles seraient régies par la loi applicable en dehors de la Convention sur les communications électroniques (voir A/CN.9/509, par.
To the extent that those questions are dealt with in most legal systems, they would be governed by the applicable law outside the Electronic Communications Convention (see A/CN.9/509, para. 48).48).
125. It was also felt that obligations to disclose certain information would be more appropriately placed in international industry standards or guidelines, rather than in an international convention dealing with electronic contracting. Another possible source of rules of that nature might be domestic regulatory regimes governing the provision of online services, especially under consumer protection regulations. The inclusion of disclosure requirements in the Convention was regarded as particularly problematic since the Convention could not provide for the consequences that might flow from failure by a party to comply with them. On the one hand, rendering commercial contracts invalid or unenforceable for failure to comply with the Convention was said to be an undesirable and unreasonably intrusive solution. On the other hand, providing for other types of sanctions, such as tort liability or administrative sanctions, would have been clearly outside the scope of the Convention (see A/CN.9/509, para. 63; see also A/CN.9/546, paras. 92 and 93).125. Il a également été estimé que l’obligation de communiquer certaines informations aurait davantage sa place dans des normes ou principes directeurs sectoriels internationaux que dans une convention internationale traitant des contrats électroniques. Une obligation de cet ordre pourrait aussi figurer dans la réglementation interne régissant la fourniture de services en ligne, en particulier dans la réglementation visant à protéger le consommateur. L’insertion d’une obligation d’information dans la Convention a été jugée particulièrement problématique car la Convention ne pouvait pas indiquer les conséquences que pourrait avoir tout manquement d’une partie à cette obligation. D’un côté, le fait qu’un tel manquement entraîne l’invalidité ou l’inopposabilité de contrats commerciaux a été considéré comme une solution indésirable empiétant sur le droit interne d’une façon inacceptable. D’un autre côté, l’instauration d’autres types de sanctions, comme une responsabilité extracontractuelle ou des sanctions administratives, aurait clairement débordé le cadre de la Convention (voir A/CN.9/509, par. 63; voir aussi A/CN.9/546, par. 92 et 93).
126.126. Une autre raison de s’en remettre au droit national pour cette question était que les opérations commerciales effectuées dans un environnement non électronique n’étaient soumises à aucune obligation similaire, de sorte que l’application de telles obligations spéciales au commerce électronique ne contribuerait pas à promouvoir ce dernier.
Another reason for deferring to domestic law on the matter was that no similar obligations existed for business transactions in a non-electronic environment so that the interest of promoting electronic commerce would not be served by subjecting it to such special obligations.Dans la plupart des cas, les parties auraient un intérêt commercial à indiquer leur nom et leur établissement, sans devoir y être contraintes par la loi.
Under most circumstances, the parties would have a business interest in disclosing their names and places of business, without needing to be required to do so by law.Toutefois, dans des situations particulières, par exemple sur certains marchés financiers ou dans des modèles économiques comme les plates-formes de vente aux enchères sur Internet, vendeurs et acheteurs ont pour habitude de s’identifier uniquement par des pseudonymes ou des codes pendant toute la phase de négociation ou d’enchérissement.
However, in particular situations, such as in certain financial markets or in business models such as Internet auction platforms, it is common for both sellers and buyers to identify themselves only through pseudonyms or codes throughout the negotiating or bidding phase.De même, dans certains systèmes faisant appel à des intermédiaires commerciaux, l’identité du fournisseur final n’est pas révélée aux acheteurs potentiels.
There are also systems involving trading intermediaries where the identity of the ultimate supplier is not disclosed to potential buyers.Dans ces cas, les parties peuvent avoir diverses raisons légitimes de ne pas dévoiler leur identité ainsi que leur stratégie de négociation (voir A/CN.9/546, par.
The parties in those cases may have various legitimate reasons for not disclosing their identities, including their negotiating strategy (see A/CN.9/546, para. 93).93).
2. Nature of legal information requirements2. Nature des obligations juridiques d’information
127.127.
The phrase “any rule of law” in article 7 has the same meaning as the words “the law” in article 9. They encompass statutory, regulatory and judicially created laws as well as procedural laws but do not cover laws that have not become part of the law of the State, such as lex mercatoria, even though the expression “rules of law” is sometimes used in that broader meaning.Le terme “règle de droit”, à l’article 7, a le même sens que le mot “loi” employé à l’article 9. Il comprend la législation, la réglementation et la jurisprudence, ainsi que les règles procédurales, mais n’inclut pas les règles qui ne sont pas devenues parties intégrantes du droit de l’État, comme la lex mercatoria, même si l’expression “règles de droit” est parfois utilisée dans ce sens plus large.
128.128. Étant donné la nature de l’article 7, qui s’en remet au droit interne pour la question des obligations d’information, ces obligations restent applicables même si les parties essayent de s’y soustraire en excluant l’application de cet article (voir A/CN.9/546, par.
Given the nature of article 7, which defers to domestic law on disclosure requirements, these requirements remain applicable even if the parties attempt to escape them by excluding the application of the article (see A/CN.9/546, para. 104).104).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 48-50CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 48 à 50
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 115 and 116Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 115 et 116
Working Group IV, 42nd session (Vienna, 17-21 November 2003) A/CN.9/546, paras. 87-105 (at that time, art. 11)Groupe de travail IV, quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003) A/CN.9/546, par. 87 à 105 (à l’époque, article 11)
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 60-65Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 60 à 65
Chapter III.Chapitre III.
Use of electronic communications in international contractsUtilisation de communications électroniques dans les contrats internationaux
Article 8. Legal recognition of electronic communicationsArticle 8. Reconnaissance juridique des communications électroniques
1. Non-discrimination of electronic communications1. Non-discrimination des communications électroniques
129.129. Le paragraphe 1 de l’article 8 de la Convention sur les communications électroniques réaffirme le principe général de non-discrimination énoncé à l’article 5 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique.
Paragraph 1 of article 8 of the Electronic Communications Convention restates the general principle of non-discrimination that is contained in article 5 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce.Cette disposition signifie qu’il ne devrait pas y avoir de disparité de traitement entre les communications électroniques et les documents papier, mais elle ne vise pas à l’emporter sur les conditions imposées par l’article 9 de la Convention.
This provision means that there should be no disparity of treatment between electronic communications and paper documents, but is not intended to override any of the requirements contained in article 9 of the Convention.En disposant que la validité ou la force exécutoire d’une information ne peut être contestée au seul motif qu’elle est sous forme de communication électronique, le paragraphe 1 de l’article 8 indique seulement que la forme sous laquelle une certaine information est présentée ou conservée ne peut être invoquée comme l’unique raison pour laquelle cette information n’aurait aucune valeur légale, validité ou force exécutoire.
By stating that information “shall not be denied validity or enforceability on the sole ground that it is in the form of an electronic communication”, article 8, paragraph 1, merely indicates that the form in which certain information is presented or retained cannot be used as the only reason for which that information would be denied legal effectiveness, validity or enforceability.Cependant, cette disposition ne devrait pas être interprétée à tort comme établissant la valeur légale absolue de toute communication électronique ou de toute information qu’elle renferme (voir A/CN.9/546, par.
However, this provision should not be misinterpreted as establishing the absolute legal validity of any given electronic communication or of any information contained therein (see A/CN.9/546, para. 41).41).
130.130. Aucune règle précise n’a été inscrite dans la Convention sur le moment et le lieu de la conclusion des contrats dans les cas où l’offre ou l’acceptation d’une offre sont exprimées au moyen d’une communication électronique, pour ne pas porter atteinte à la législation nationale applicable à la formation des contrats.
No specific rule has been included in the Convention on the time and place of formation of contracts in cases where an offer or the acceptance of an offer is expressed by means of an electronic communications message, in order not to interfere with national law applicable to contract formation.La CNDUCI a estimé qu’une telle disposition dépasserait l’objet de la Convention, qui se contente d’indiquer que les communications électroniques offriraient le même degré de sécurité juridique que les communications sur papier.
UNCITRAL was of the view that such a provision would exceed the aim of the Convention, which is limited to providing that electronic communications would achieve the same degree of legal certainty as paper-based communications.La fusion des règles existantes sur la formation des contrats et des dispositions de l’article 10 de la Convention vise à dissiper toute incertitude quant au moment et au lieu de la formation des contrats lorsque l’offre ou l’acceptation sont transmises électroniquement (voir aussi, ci-dessous, par.
The combination of existing rules on the formation of contracts with the provisions contained in article 10 of the Convention is designed to dispel uncertainty as to the time and place of formation of contracts in cases where the offer or the acceptance are exchanged electronically (see also paras. 171-196 below).171 à 196).
2. Consent to use electronic communications2. Consentement à utiliser des communications électroniques
131.131. Des dispositions semblables au paragraphe 2 de l’article 8 sont prévues dans un certain nombre de lois nationales relatives au commerce électronique pour mettre en lumière le principe de l’autonomie des parties et précisent que la reconnaissance juridique des communications électroniques n’est pas subordonnée à leur utilisation ou à leur acceptation par une partie (voir aussi A/CN.9/527, par.
Provisions similar to paragraph 2 of article 8 have been included in a number of national laws relating to electronic commerce to highlight the principle of party autonomy and make it clear that the legal recognition of electronic communications does not require a party to use or accept them (see also A/CN.9/527, para. 108).108).
132.132.
However, the consent to use electronic communications does not need to be expressly indicated or be given in any particular form.Cependant, le consentement à utiliser des communications électroniques ne doit pas nécessairement être indiqué expressément ou donné sous une forme particulière.
While absolute certainty can be accomplished by obtaining an explicit contract before relying on electronic communications, such an explicit contract should not be necessary.Bien que l’on puisse parvenir à une sécurité absolue en obtenant un contrat explicite avant de se fonder sur des communications électroniques, un tel contrat ne devrait pas être nécessaire.
Indeed, such a requirement would itself be an unreasonable barrier to electronic commerce.En effet, une telle exigence constituerait en soi un obstacle déraisonnable au commerce électronique.
Under the Electronic Communications Convention, the consent to use electronic communications is to be found from all circumstances, including the parties’ conduct.En vertu de la Convention, le consentement à utiliser des communications électroniques doit être déterminé à la lumière de toutes les circonstances, y compris le comportement des parties.
Examples of circumstances from which it may be found that a party has agreed to conduct transactions electronically include the following: handing out a business card with a business e-mail address; inviting a potential client to visit a company’s website or accessing someone’s website to place an order; and advertising goods over the Internet or through e-mail.Ces circonstances peuvent être, par exemple: la remise d’une carte de visite sur laquelle figure une adresse électronique professionnelle; l’invitation d’un client potentiel à se rendre sur le site Web d’une entreprise ou d’un particulier pour passer une commande; ou le fait de faire de la publicité pour des marchandises par Internet ou par courrier électronique.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 51-53CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 51 à 53
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 117-122Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 117 à 122
Working Group IV, 42nd session (Vienna, 17-21 November 2003) A/CN.9/546, paras. 44 and 45Groupe de travail IV, quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003) A/CN.9/546, par. 44 et 45
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 94-108; see also paras. 121-131 (on related draft provisions subsequently deleted)Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 94 à 108; voir aussi par. 121 à 131 (dispositions supprimées par la suite)
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 86-92; see also paras. 66-73 (on related draft provisions subsequently deleted)Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 86 à 92; voir aussi par. 66 à 73 (dispositions supprimées par la suite)
Article 9. Form requirementsArticle 9. Conditions de forme
1. General remarks1. Remarques générales
133.133.
Like the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, on which it is based, the Electronic Communications Convention relies on what has become known as the “functional equivalence approach” with a view to determining how the purposes or functions of paper-based documents could be fulfilled through electronic-commerce techniques.Comme la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique dont elle s’inspire, la Convention sur les communications électroniques utilise une approche fondée sur l’“équivalence fonctionnelle”, ainsi qu’elle est maintenant connue, qui vise à déterminer comment les objectifs ou les fonctions des documents papier pourraient être remplis avec les techniques du commerce électronique.
For example, a paper document may serve any of the following functions: to ensure that a record would be legible by all; to ensure that a record would remain unaltered over time; to allow for the reproduction of a document so that each party would hold a copy of the same data; to allow for the authentication of data by means of a signature; and to provide that a document would be in a form acceptable to public authorities and courts.Par exemple, un document papier peut assumer les fonctions suivantes: fournir un enregistrement lisible par tous; fournir un enregistrement inaltérable; permettre la reproduction d’un document de manière à ce que chaque partie ait un exemplaire du même texte; permettre l’authentification des données au moyen d’une signature; enfin, assurer que le document se présente sous une forme acceptable par les autorités publiques et les tribunaux.
134.134.
In respect of all of the above-mentioned functions of paper, electronic records can provide the same level of security as paper and, in most cases, a much higher degree of reliability and speed, especially with respect to the identification of the source and content of the data, provided that a number of technical and legal requirements are met.Pour toutes les fonctions du papier susmentionnées, les enregistrements électroniques peuvent garantir le même niveau de sécurité avec, dans la plupart des cas, une fiabilité et une rapidité plus grandes, notamment en ce qui concerne l’identification de la source et le contenu des données, à condition qu’un certain nombre d’exigences techniques et juridiques soient respectées.
However, the adoption of the functional-equivalent approach should not result in imposing on users of electronic commerce more stringent standards of security (and the costs associated with them) than in a paper-based environment.Néanmoins, l’adoption de l’approche fondée sur l’équivalence fonctionnelle ne devrait pas avoir pour conséquence d’imposer aux utilisateurs des moyens de commerce électroniques des normes de sécurité plus strictes (avec l’augmentation des coûts qui en résulterait) que pour les supports papier.
135.135.
The functional-equivalent approach has been taken in article 9 of the Convention with respect to the concepts of “writing”, “signature” and “original” but not with respect to other legal concepts dealt with by domestic law.L’approche fondée sur l’équivalence fonctionnelle a été adoptée à l’article 9 de la convention pour ce qui est des notions d’“écrit”, de “signature” et d’“original” mais non pour les autres notions juridiques régies par le droit interne.
For example, the Convention does not attempt to create a functional equivalent of existing storage requirements, because record storage requirements often serve administrative and regulatory objectives in connection with matters not directly related to the formation or performance of private contracts (such as taxation, monetary regulation, or customs controls).Par exemple, la Convention ne tente pas de créer un équivalent fonctionnel des exigences actuelles en matière d’archivage, car ces exigences ont souvent des objectifs administratifs et réglementaires et portent sur des questions qui ne sont pas directement liées à la formation ou à l’exécution de contrats privés (comme la fiscalité, la réglementation monétaire ou les contrôles douaniers).
In view of the public policy considerations related to those objectives and the varying degree of technological development in different countries, it was felt that record storage should be left outside the scope of the Convention.Compte tenu des considérations d’ordre public associées à ces objectifs et du degré variable de développement technologique des pays; il a été estimé que l’archivage des enregistrements devait rester en dehors du champ d’application de la Convention.
2. Freedom of form2. Liberté de forme
136.136.
Paragraph 1 of article 9 of the Electronic Communications Convention reflects the general principle of freedom of form, as stated in article 11 of the United Nations Sales Convention, with a view to making it clear that the reference to possible form requirements under other law does not imply that the Electronic Communications Convention itself establishes any form requirement.Le paragraphe 1 de l’article 9 reprend le principe général de la liberté de forme énoncé à l’article 11 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, en vue de préciser que la référence à d’éventuelles exigences de forme prévues par d’autres lois ne signifiait pas que la Convention sur les communications électroniques ellemême imposait une quelconque exigence de forme.
137.137. La Convention reconnaît néanmoins que des exigences de forme existent et qu’elles peuvent limiter la capacité des parties à choisir leur moyen de communication.
Nevertheless, the Convention recognizes that form requirements exist and that they may limit the ability of the parties to choose their means of communication.Elle énonce les conditions dans lesquelles des communications électroniques peuvent satisfaire aux exigences générales de forme.
The Convention offers criteria under which electronic communications can meet general form requirements.Toutefois, aucune de ses dispositions ne donne aux parties un droit illimité d’utiliser les techniques ou les supports de leur choix pour les communications en rapport avec la formation ou l’exécution de tout type de contrat, pour ne pas interférer avec l’application des règles de droit qui exigent, par exemple, que certaines méthodes d’authentification soient utilisées en rapport avec certains types de contrats (voir A/CN.9/571, par.
However, nothing in the Convention implies that the parties have an unlimited right to use the technology or medium of their choice in connection with formation or performance of any type of contract, so as not to interfere with the operation of rules of law that may require, for instance, the use of specific authentication methods in connection with particular types of contract (see A/CN.9/571, para. 119).119).
138.138. La Convention ne subordonne pas la validité d’une communication électronique ou d’un contrat conclu par voie électronique à l’utilisation d’une signature électronique, car la plupart des systèmes juridiques n’imposent pas d’obligation de signature comme condition générale de la validité des contrats de tout type (voir A/CN.9/571, par.
The Convention does not link the validity of an electronic communication or a contract concluded through electronic means to the use of an electronic signature, as most legal systems do not impose a general signature requirement as a condition for the validity of all types of contract (see A/CN.9/571, para. 118)118).
3. Notion of legal requirement3. Notion d’exigence juridique
139.139.
In certain common law countries the words “the law” would normally be interpreted as referring to common law rules, as opposed to statutory requirements, while in some civil law jurisdictions the word “the law” is typically used to refer narrowly to legislation enacted by Parliament.Dans certains pays de common law, le mot “loi” serait normalement interprété comme désignant les règles de common law, par opposition aux exigences législatives, tandis que dans certains pays de droit romano-germanique il est généralement employé de façon étroite pour désigner la législation adoptée par le parlement.
In the context of the Electronic Communications Convention, however, the words “the law” refer to those various sources of law and are intended to encompass not only statutory or regulatory law, including international conventions or treaties ratified by a contracting State, but also judicially created law and other procedural law.Dans le contexte de la Convention sur les communications électroniques, toutefois, le mot “loi” renvoie à ces différentes sources de droit et vise à englober non seulement les dispositions législatives ou réglementaires, y compris les conventions ou traités internationaux ratifiés par un État contractant, mais également les règles découlant de la jurisprudence et autres règles de procédure.
140.140.
However, the words “the law” do not include areas of law that have not become part of the law of a State and are sometimes referred to by expressions such as “lex mercatoria” or “law merchant”.En revanche, le mot “loi” ne vise pas les domaines du droit qui ne sont pas devenus partie intégrante du droit d’un État et que l’on désigne parfois par des expressions comme “lex mercatoria” ou “loi marchande”.
This is a corollary of the principle of party autonomy.C’est là un corollaire du principe de l’autonomie des parties.
To the extent that trade usages and practices develop through industry standards, model contracts and guidelines, it should be left for the drafters and users of those instruments to consider when and under what circumstances electronic communications should be admitted or promoted in the context of those instruments.Dans la mesure où les usages et pratiques de commerce se développent par l’intermédiaire de normes sectorielles, de contrats types et de lignes directrices, le soin devrait être laissé aux rédacteurs et aux utilisateurs de ces instruments de déterminer quand et dans quelles circonstances ces derniers devraient admettre ou encourager les communications électroniques.
Parties who incorporate into their contracts standard industry terms that do not expressly contemplate electronic communications remain free to adapt the standard terms to their concrete needs.Les parties qui incorporent dans leurs contrats des clauses standard n’envisageant pas expressément les communications électroniques demeurent libres d’adapter ces clauses à leurs besoins concrets.
141.141.
Although the article does not refer to the “applicable” law, it is understood, in the light of criteria used to define the geographic field of application of the Convention, that the “law” referred to in this article is the law that applies to the dealings between the parties in accordance with the relevant rules of private international law.Bien que l’article ne fasse pas référence à la loi “applicable”, il est entendu, à la lumière des critères utilisés pour définir le champ d’application géographique de la Convention, que la “loi” désignée dans cet article est celle qui s’applique aux transactions effectuées entre les parties conformément aux règles du droit international privé pertinentes.
4. Relationship to article 54. Rapport avec l’article 5
142.142. Comme il a été indiqué plus haut, le principe de l’autonomie des parties ne donne pas à celles-ci le droit de se soustraire aux conditions légales de forme en convenant d’appliquer des règles moins strictes que celles prévues dans l’article 9. Les dispositions relatives aux prescriptions de forme générales dans la Convention sur les communications électroniques n’ont qu’une fonction de facilitation.
As indicated above, the principle of party autonomy does not empower the parties to displace legal form requirements by agreeing to use a standard lower than what is provided in article 9. The provisions on general form requirements in the Electronic Communications Convention are only facilitative in nature.Le fait pour les parties d’utiliser des méthodes différentes aurait simplement pour conséquences qu’elles ne seraient pas à même de respecter les prescriptions de forme envisagées à l’article 9 (voir A/CN.9/548, par.
The consequences of parties using different methods would simply be that they would not be able to meet the form requirements contemplated under article 9 (see A/CN.9/548, para. 122).122).
5. Written form5. Forme écrite
143.143.
Paragraph 2 of article 9 of the Electronic Communications Convention defines the basic standard that electronic communications need to meet in order to satisfy a requirement that information be retained or presented “in writing” (or that the information be contained in a “document” or other paper-based instrument).Le paragraphe 2 de l’article 9 définit le critère de base auquel doivent satisfaire des communications électroniques pour répondre à l’exigence selon laquelle l’information doit être conservée ou présentée par écrit (ou selon laquelle l’information doit figurer dans un “document” ou un autre instrument ayant un support papier).
144.144.
In the preparation of the Convention, UNCITRAL paid attention to the functions traditionally performed by various kinds of “writings” in a paper-based environment.Lors de l’élaboration de la Convention, la CNUDCI a porté son attention sur les fonctions traditionnellement assurées par divers types d’“écrits” dans un environnement papier.
National laws require the use of “writings” for various reasons, such as: (a) to ensure that there would be tangible evidence of the existence and nature of the intent of the parties to bind themselves; (b) to help the parties be aware of the consequences of their entering into a contract; (c) to provide that a document would be legible by all; (d) to provide that a document would remain unaltered over time and provide a permanent record of a transaction; (e) to allow for the reproduction of a document so that each party would hold a copy of the same data; (f) to allow for the authentication of data by means of a signature; (g) to provide that a document would be in a form acceptable to public authorities and courts; (h) to finalize the intent of the author of the “writing” and provide a record of that intent; (i) to allow for the easy storage of data in a tangible form; (j) to facilitate control and subsequent audit for accounting, tax or regulatory purposes; or (k) to bring legal rights and obligations into existence in those cases where a “writing” is required for validity purposes.Les lois internes exigent l’utilisation d’un “écrit” pour diverses raisons, par exemple: a) veiller à ce qu’il y ait des preuves tangibles de l’existence et de la nature de l’intention manifestée par les parties de se lier entre elles; b) aider les parties à prendre conscience des conséquences de la conclusion d’un contrat; c) fournir un document lisible par tous; d) fournir un document inaltérable et conserver en permanence la trace d’une opération; e) permettre la reproduction d’un document de manière que chaque partie ait un exemplaire des mêmes données; f) permettre l’authentification des données au moyen d’une signature; g) assurer que le document se présente sous une forme acceptable par les autorités publiques et les tribunaux; h) consigner l’intention de l’auteur de l’“écrit” et conserver la trace de cette intention; i) permettre un archivage aisé des données sous une forme tangible; j) faciliter le contrôle et les vérifications ultérieures à des fins comptables, fiscales ou réglementaires; et k) établir l’existence de droits et obligations juridiques dans tous les cas où un “écrit” est requis aux fins de validité.
145.145.
However, it would be inappropriate to adopt an overly comprehensive notion of the functions performed by a “writing”.Il ne serait toutefois pas approprié d’adopter une définition trop générale des fonctions de l’“écrit”.
The requirement of written form is often combined with other concepts distinct from writing, such as signature and original.La prescription de la forme écrite est souvent associée à d’autres concepts distincts de l’écrit, comme la signature et l’original.
Thus, the requirement of a “writing” should be considered as the lowest layer in a hierarchy of form requirements, which provides distinct levels of reliability, traceability and integrity with respect to paper documents.Ainsi, l’exigence d’un “écrit” devrait être considérée comme la strate inférieure de la hiérarchie des conditions de forme qui prévoit des niveaux distincts de fiabilité, de matérialité et d’inaltérabilité des documents papier.
The requirement that data be presented in written form (which can be described as a “threshold requirement”) should thus not be confused with more stringent requirements such as “signed writing”, “signed original” or “authenticated legal act”.L’exigence selon laquelle les données doivent être présentées par écrit (que l’on peut désigner comme une “exigence minimum”) ne doit donc pas être confondue avec des exigences plus strictes comme la production d’un “écrit signé”, d’un “original signé” ou d’un “acte juridique authentifié”.
For example, under certain national laws, a written document that is neither dated nor signed, and the author of which either is not identified in the written document or is identified by a mere letterhead, would still be regarded as a “writing” although it might be of little evidential weight in the absence of other evidence (e.g. testimony) regarding its authorship.Par exemple, dans certaines législations nationales, un document écrit qui n’est ni daté ni signé, et dont l’auteur n’est pas identifié dans le document écrit ou n’est identifié que par un simple en-tête, serait considéré comme un “écrit” quand bien même il n’aurait peut-être qu’une force probante négligeable en l’absence d’autres éléments de preuve (par exemple, un témoignage) quant à l’auteur du document.
Also, the concept of writing does not necessarily denote inalterability since a “writing” in pencil might still be considered a “writing” under certain existing legal definitions.En outre, la notion d’inaltérabilité ne devrait pas être considérée comme inhérente à celle d’écrit, en tant que condition absolue, car un document écrit au crayon pourrait néanmoins être considéré comme un “écrit” selon certaines définitions juridiques.
In general, notions such as “evidence” and “intent of the parties to bind themselves” are to be tied to the more general issues of reliability and authentication of the data and should not be included in the definition of a “writing”.En règle générale, des notions comme “élément de preuve” et “intention manifestée par les parties de se lier entre elles” doivent être rattachées aux questions de nature plus générale concernant la fiabilité et l’authentification des données et ne devraient pas intervenir dans la définition d’un “écrit”.
146. The purpose of article 9, paragraph 2, is not to establish a requirement that, in all instances, electronic communications should fulfil all conceivable functions of a writing.146.
Rather than focusing upon specific functions that a “writing” may fulfil in a particular context, article 9 focuses on the basic notion of the information being reproduced and read.Le paragraphe 2 de l’article 9 ne vise pas à disposer que, dans tous les cas, les communications électroniques doivent remplir toutes les fonctions concevables de l’écrit: plutôt que de viser la fonction spécifique d’un “écrit” dans un contexte précis, l’article 9 s’attache à l’idée fondamentale que l’information est reproduite et lue.
That notion is expressed in article 9 in terms that were found to provide an objective criterion, namely that the information in an electronic communication must be accessible so as to be usable for subsequent reference.Cette notion est exprimée à l’article 9 dans des termes qui ont été jugés constituer un critère objectif, à savoir que les renseignements contenus dans une communication électronique doivent être accessibles afin de pouvoir être utilisés comme référence par la suite.
The use of the word “accessible” is meant to imply that information in the form of computer data should be readable and interpretable, and that the software that might be necessary to render such information readable should be retained.Le mot “accessible” implique qu’une information se présentant sous la forme de données informatisées doit être lisible et interprétable et que le logiciel qui pourrait être nécessaire pour assurer sa lisibilité doit être gardé.
The word “usable” is intended to cover both human use and computer processing.Le mot “consultée” vise non seulement la consultation par l’homme, mais également le traitement par ordinateur.
The notion of “subsequent reference” was preferred to notions such as “durability” or “non-alterability”, which would have established too harsh standards, and to notions such as “readability” or “intelligibility”, which might constitute too subjective criteria.Quant à l’expression “être consultée ultérieurement”, elle a été préférée à la notion de “durabilité” ou à celle d’“inaltérabilité”, qui auraient constitué des normes trop strictes, et à des notions comme la “lisibilité” ou l’“intelligibilité”, qui pourraient constituer des critères trop subjectifs.
6. Signature requirements6. Exigences relatives à la signature
147.147.
The increased use of electronic authentication techniques as substitutes for handwritten signatures and other traditional authentication procedures has created a need for a specific legal framework to reduce uncertainty as to the legal effect that may result from the use of such modern techniques, to which the Electronic Communications Convention generally refers with the expression “electronic signature”.Le recours accru à des techniques d’authentification électroniques au lieu de signatures manuscrites et d’autres méthodes traditionnelles d’authentification a rendu nécessaire un cadre juridique spécifique pour réduire l’incertitude quant à l’effet juridique pouvant résulter de l’utilisation de telles techniques modernes que la Convention sur les communications électroniques désigne généralement par le terme “signatures électroniques”.
The risk that diverging legislative approaches might be taken in various countries with respect to electronic signatures calls for uniform legislative provisions to establish the basic rules of what is inherently an international phenomenon, where legal harmony as well as technical interoperability are desirable objectives.Le risque que divers pays adoptent des approches législatives divergentes à l’égard des signatures électroniques demande des dispositions législatives uniformes afin d’établir les règles de base de ce qui est intrinsèquement un phénomène international dans lequel l’harmonie juridique ainsi que l’interopérabilité technique sont des objectifs souhaitables.
Notion and types of electronic signaturesNotion et types de signatures électroniques
148.148.
In an electronic environment, the original of a message is indistinguishable from a copy, bears no handwritten signature, and is not on paper.Dans un environnement électronique, l’original d’un message ne se distingue pas d’une copie, ne comporte aucune signature manuscrite et ne figure pas sur papier.
The potential for fraud is considerable, due to the ease of intercepting and altering information in electronic form without detection and the speed of processing multiple transactions.Les possibilités de fraude sont énormes, compte tenu de la facilité à intercepter et modifier l’information sous forme électronique sans risque d’être détecté, ainsi que de la rapidité avec laquelle on peut traiter de multiples opérations.
The purpose of various techniques currently available on the market or still under development is to offer the technical means by which some or all of the functions identified as characteristic of handwritten signatures can be performed in an electronic environment.La finalité des diverses techniques actuellement disponibles sur le marché ou en cours d’élaboration est d’offrir les moyens techniques grâce auxquels un certain nombre ou la totalité des fonctions perçues comme caractéristiques d’une signature manuscrite peuvent être remplies dans un contexte électronique.
Such techniques may be referred to broadly as “electronic signatures”.On peut regrouper ces techniques sous le terme générique de “signatures électroniques”.
149.149.
In considering uniform rules on electronic signatures, UNCITRAL has examined various electronic signature techniques currently being used or still under development.En vue d’établir des règles uniformes sur les signatures électroniques, la CNUDCI a examiné les diverses techniques de signature électronique qui étaient utilisées ou en cours d’élaboration.
The common purpose of those techniques is to provide functional equivalents to (a) handwritten signatures; and (b) other kinds of authentication mechanisms used in a paper-based environment (e.g. seals or stamps).L’objectif commun à ces techniques est de fournir des équivalents fonctionnels a) à la signature manuscrite; et b) aux autres types de mécanismes d’authentification utilisés dans un environnement papier (par exemple, sceaux ou cachets).
The same techniques may perform additional functions in the sphere of electronic commerce, which are derived from the functions of a signature but correspond to no strict equivalent in a paper-based environment.Les mêmes techniques peuvent remplir des fonctions supplémentaires dans le domaine du commerce électronique, qui découlent des fonctions d’une signature mais où elles n’ont aucun équivalent strict dans un environnement papier.
150.150.
Electronic signatures may take the form of “digital signatures” based on public-key cryptography, which are often generated within a “public-key-infrastructure” where the functions of creating and verifying the digital signature are supported by certificates issued by a trusted third party.Les signatures électroniques peuvent prendre la forme de signatures numériques, fondées sur la cryptographie à clef publique, qui sont souvent générées dans le cadre d’une “infrastructure à clef publique” où les fonctions de création et de vérification de la signature numérique sont étayées par des certificats émis par des tiers dignes de confiance.
However, there are various other devices, also covered in the broad notion of “electronic signature”, which may currently be used, or considered for future use, with a view to fulfilling one or more of the above-mentioned functions of handwritten signatures.Il existe toutefois divers autres mécanismes, englobés eux aussi dans la notion générale de “signature électronique”, qui peuvent être en usage ou dont on envisage l’utilisation dans l’avenir, en vue de remplir une ou plusieurs des fonctions susmentionnées des signatures manuscrites.
For example, certain techniques would rely on authentication through a biometric device based on handwritten signatures.Par exemple, certaines techniques s’appuient sur l’authentification au moyen d’un dispositif biométrique fondé sur la signature manuscrite.
In such a device, the signatory would sign manually, using a special pen, either on a computer screen or on a digital pad.Avec un tel dispositif, le signataire apposerait sa signature manuscrite à l’aide d’un stylo spécial, soit sur un écran d’ordinateur, soit sur un bloc numérique.
The handwritten signature would then be analysed by the computer and stored as a set of numerical values, which could be appended to a data message and displayed by the relying party for authentication purposes.La signature manuscrite serait alors analysée par l’ordinateur et mise en mémoire sous forme d’un ensemble de valeurs numériques, qui pourrait être ajouté à un message de données et affiché par la partie se fiant à la signature aux fins d’authentification.
Such an authentication system would presuppose that samples of the handwritten signature had been previously analysed and stored by the biometric device.Ce système d’authentification présupposerait que des échantillons de la signature manuscrite aient été préalablement analysés et mis en mémoire par le dispositif biométrique.
Other techniques would involve the use of personal identification numbers (PINs), digitized versions of handwritten signatures and other methods, such as clicking an “OK box”.D’autres techniques reposent sur l’utilisation de numéros d’identification personnels (codes PIN), de signatures numérisées et d’autres méthodes, comme celles qui consistent à cliquer sur une case “valider”.
Technological neutralityNeutralité technologique
151.151.
Article 9, paragraph 3, is based on the recognition of the functions of a signature in a paper-based environment.Le paragraphe 3 de l’article 9 se fonde sur la reconnaissance des fonctions remplies par la signature dans un environnement papier.
In the preparation of the Electronic Communications Convention, the following functions of a signature were considered: to identify a person; to provide certainty as to the personal involvement of that person in the act of signing; and to associate that person with the content of a document.Lors de l’élaboration de la Convention sur les communications électroniques, les fonctions suivantes remplies par les signatures ont été examinées: identification d’une personne; certitude quant à la participation en personne de l’intéressé à l’acte de signature; association de cette personne avec la teneur d’un document.
It was noted that, in addition, a signature could perform a variety of functions, depending on the nature of the document that is signed.Il a été noté qu’en outre la signature pouvait remplir diverses fonctions, selon la nature du document signé.
For example, a signature might attest to the intent of a party to be bound by the content of a signed contract, to endorse authorship of a text, to associate itself with the content of a document written by someone else or to show when and at what time a person had been at a given place.Par exemple, une signature peut témoigner de l’intention d’une partie d’être liée par la teneur d’un contrat signé, de revendiquer la paternité d’un texte, de s’associer à la teneur d’un document rédigé par quelqu’un d’autre, ou du fait que et du moment où une personne se trouvait en un lieu donné.
152. Alongside the traditional handwritten signature, there are several procedures (e.g. stamping and perforation), sometimes also referred to as “signatures”, that provide varying levels of certainty.152.
For example, some countries generally require that contracts for the sale of goods above a certain amount should be “signed” in order to be enforceable.Outre la signature manuscrite traditionnelle, il existe diverses procédures (par exemple, apposition d’un cachet, perforation) parfois aussi appelées “signatures”, qui apportent divers degrés de certitude: par exemple, certains pays exigent de manière générale qu’au-dessus d’un certain montant, les contrats de vente de marchandises soient “signés” pour que leur exécution puisse être exigée en justice.
However, the concept of signature adopted in that context is such that a stamp, perforation or even a typewritten signature or a printed letterhead might be regarded as sufficient to fulfil the signature requirement.Toutefois, dans ce contexte, la notion de signature est élargie de sorte qu’un cachet, une perforation, une signature dactylographiée ou un en-tête peuvent suffire pour satisfaire à cette règle.
At the other end of the spectrum, there are requirements that combine the traditional handwritten signature with additional security procedures such as the confirmation of the signature by witnesses.À l’autre extrême, il y a des cas où est exigée, en sus de la signature manuscrite traditionnelle, une procédure de sécurité comme la certification de la signature par des témoins.
153.153.
In theory, it may seem desirable to develop functional equivalents for the various types and levels of signature requirements in existence, so that users would know exactly the degree of legal recognition that could be expected from the use of the various means of authentication.Il peut sembler souhaitable en théorie de mettre au point des équivalents fonctionnels des divers types et niveaux d’exigences en matière de signature actuellement utilisés, de sorte que les utilisateurs aient une idée précise du degré de reconnaissance juridique pouvant être escompté de l’utilisation des divers types d’authentification.
However, any attempt to develop rules on standards and procedures to be used as substitutes for specific instances of “signatures” might create the risk of tying the legal framework provided by the Convention to a given state of technical development.Cependant, en cherchant à réglementer les normes et procédures à utiliser pour remplacer tels ou tels types de “signatures”, on risque de voir le cadre juridique que constitue la Convention rapidement dépassé par l’évolution des techniques.
154. Therefore, the Convention does not attempt to identify specific technological equivalents to particular functions of handwritten signatures.154.
Instead, it establishes the general conditions under which electronic communications would be regarded as authenticated with sufficient credibility and would be enforceable in the face of signature requirements.C’est pourquoi la Convention ne cherche pas à identifier des équivalents technologiques précis des différentes fonctions des signatures manuscrites, mais définit plutôt les conditions générales dans lesquelles les communications électroniques seraient réputées authentifiées avec suffisamment de crédibilité et seraient opposables au vu des exigences en matière de signature.
Focusing on the two basic functions of a signature, paragraph 3 (a) of article 9 establishes the principle that, in an electronic environment, the basic legal functions of a signature are performed by way of a method that identifies the originator of an electronic communication and indicates the originator’s intention in respect of the information contained in the electronic communication.En s’attachant aux deux fonctions essentielles d’une signature, le paragraphe 3 a) de l’article 9 énonce le principe selon lequel, dans un environnement électronique, les fonctions juridiques essentielles d’une signature sont exercées au moyen d’une méthode qui permet d’identifier l’expéditeur d’une communication électronique et d’indiquer la volonté de l’expéditeur concernant l’information qui y est contenue.
155.155.
Given the pace of technological innovation, the Convention provides criteria for the legal recognition of electronic signatures irrespective of the technology used, for example, digital signatures relying on asymmetric cryptography; biometric devices (enabling the identification of individuals by their physical characteristics, whether by hand or face geometry, fingerprint reading, voice recognition or retina scan, etc.); symmetric cryptography; the use of PINs; the use of “tokens” as a way of authenticating electronic communications through a smart card or other device held by the signatory; digitized versions of handwritten signatures; signature dynamics; and other methods, such as clicking an “OK box”.Compte tenu de la rapidité de l’innovation technologique, la Convention prévoit des critères en vue de la reconnaissance juridique des signatures électroniques quelle que soit la technologie employée, par exemple: signatures numériques fondées sur la cryptographie asymétrique; dispositifs biométriques (permettant l’identification des individus par leurs caractéristiques physiques, que ce soit la forme de la main ou du visage, la lecture des empreintes digitales, la reconnaissance de la voix ou le balayage de la rétine, etc.); cryptographie symétrique; utilisation de numéros d’identification personnels (codes PIN); utilisation, pour authentifier les communications électroniques, d’un objet tel qu’une carte à puce ou un autre dispositif détenu par le signataire; versions numérisées des signatures manuscrites; dynamique de la signature; et autres méthodes comme celle consistant à cliquer sur une case “valider”.
Extent of legal recognitionÉtendue de la reconnaissance juridique
156.156.
The provisions of article 9, paragraph 3, are only intended to remove obstacles to the use of electronic signatures and do not affect other requirements for the validity of the electronic communication to which the electronic signature relates.Les dispositions du paragraphe 3 de l’article 9 ne visent qu’à éliminer les obstacles à l’utilisation de signatures électroniques et n’ont pas d’incidence sur les autres conditions de validité de la communication électronique à laquelle la signature se rattache.
Under the Convention, the mere signing of an electronic communication by means of a functional equivalent of a handwritten signature is not intended, in and of itself, to confer legal validity on the electronic communication.En vertu de la Convention, la simple signature d’une communication électronique par l’équivalent fonctionnel d’une signature manuscrite n’est pas censée à elle seule conférer une validité juridique à cette communication.
Whether an electronic communication that fulfils the requirement of a signature has legal validity is to be settled under the law applicable outside the Convention.Le point de savoir si une communication électronique qui satisfait à l’exigence de la signature est juridiquement valable doit être réglé par le droit applicable en dehors de la Convention.
157.157.
For the purposes of paragraph 3 of article 9, it is irrelevant whether the parties are linked by prior agreement setting forth procedures for electronic communication (such as a trading partner agreement) or whether they had no prior contractual relationship regarding the use of electronic commerce.Aux fins du paragraphe 3 de l’article 9, peu importe que les parties soient liées par une convention préalable (telle qu’un accord de partenariat commercial) qui définit des procédures pour la communication électronique ou qu’elles n’aient eu aucune relation contractuelle préalable concernant le recours au commerce électronique.
The Convention is thus intended to provide useful guidance both in a context where national laws would leave the question of authentication of electronic communications entirely to the discretion of the parties and in a context where requirements for signature, which are usually set by mandatory provisions of national law, should not be made subject to alteration by agreement of the parties.La Convention vise donc à fournir des orientations utiles aussi bien dans un contexte où la législation nationale laisserait la question de l’authentification des communications électroniques entièrement à la discrétion des parties, que dans un contexte où les exigences relatives à la signature, qui sont généralement fixées par des dispositions obligatoires de la législation nationale, ne devraient pas pouvoir être modifiables par accord des parties.
158.158.
The place of origin of an electronic signature, in and of itself, should in no way be a factor determining whether and to what extent foreign certificates or electronic signatures should be recognized as capable of being legally effective in a contracting State.Le lieu d’origine d’une signature électronique ne doit, en aucun cas, être par lui-même un facteur permettant de déterminer si et dans quelle mesure des certificats ou des signatures électroniques étrangers devraient être reconnus comme susceptibles de produire légalement des effets dans un État contractant.
Determination of whether, or the extent to which, an electronic signature is capable of being legally effective should not depend on the place where the electronic signature was created or where the infrastructure (legal or otherwise) that supports the electronic signature is located, but on its technical reliability.Cette détermination ne doit pas dépendre du lieu dans lequel le certificat ou la signature électronique a été créé, ou dans lequel se trouve l’infrastructure (juridique ou autre) qui étaye la signature électronique, mais de sa fiabilité technique.
Basic conditions for functional equivalenceConditions essentielles de l’équivalence fonctionnelle
159.159.
According to paragraph 3 (a) of article 9, an electronic signature must be capable of identifying the signatory and indicating the signatory’s intention in respect of the information contained in the electronic communication.En vertu de l’alinéa a) du paragraphe 3 de l’article 9, une signature électronique doit permettre d’identifier le signataire et d’indiquer la volonté de ce dernier concernant l’information contenue dans la communication électronique.
160.160.
The formulation of paragraph 3 (a) differs slightly from the wording of article 7, paragraph 1, of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, where reference is made to an indication of the signatory’s “approval” of the information contained in the electronic communication.Le libellé de cet alinéa diffère légèrement de la formulation employée au paragraphe 1 de l’article 7 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, où il est fait référence à l’indication que le signataire “approuve” l’information contenue dans la communication électronique.
It was noted that there might be instances where the law required a signature, but that signature did not have the function of indicating the signing party’s approval of the information contained in the electronic communication.Il a été noté que dans certains cas, la loi pouvait exiger une signature, sans que cette dernière ait pour fonction d’indiquer que le signataire approuvait l’information contenue dans la communication électronique.
For example, many countries have requirements of law for notarization of a document by a notary or attestation by a commissioner for oaths.Par exemple, dans de nombreux pays, la loi exige la légalisation d’un document par un notaire ou l’attestation d’une déclaration sous serment par un officier ministériel chargé de recueillir ce type de déclaration.
In such cases, the signature of the notary or commissioner merely identifies the notary or commissioner and associates the notary or commissioner with the contents of the document, but does not indicate the approval by the notary or commissioner of the information contained in the document.En l’occurrence, la signature du notaire ou de l’officier identifie simplement ces derniers et les associe au contenu du document, mais n’indique pas qu’ils approuvent l’information qui y figure.
Similarly, some laws require the execution of a document to be witnessed by witnesses, who may be required to append their signatures to that document.De même, certaines lois exigent qu’un document soit établi en présence de témoins, qui peuvent être tenus d’y apposer leur signature.
The signatures of the witnesses merely identify them and associate them with the contents of the document witnessed, but do not indicate their approval of the information contained in the document.La signature des témoins identifie simplement ces derniers et les associe au contenu du document établi en leur présence, mais n’indique pas qu’ils approuvent l’information contenue dans ledit document.
The current formulation of paragraph 3 (a) was agreed upon to make it abundantly clear that the notion of “signature” in the Convention does not necessarily and in all cases imply a party’s approval of the entire content of the communication to which the signature is attached.Il y a eu accord sur la formulation actuelle de l’alinéa a) du paragraphe 3 afin de préciser clairement que la notion de “signature” dans la Convention n’implique pas nécessairement, ni dans tous les cas, l’approbation par une partie de la totalité du contenu de la communication à laquelle la signature se rattache.
Reliability of signature methodFiabilité de la méthode de signature
161.161.
Paragraph 3 (b) of article 9 establishes a flexible approach to the level of security to be achieved by the method of identification used under paragraph 3 (a).L’alinéa b) du paragraphe 3 de l’article 9 institue une approche souple en ce qui concerne le niveau de sécurité que doit permettre d’atteindre la méthode d’identification utilisée à l’alinéa a).
The method used under paragraph 3 (a) should be as reliable as is appropriate for the purpose for which the electronic communication is generated or communicated, in the light of all the circumstances, including any agreement between the originator and the addressee.Cette méthode devrait être aussi fiable que cela est approprié au vu de l’objet pour lequel la communication électronique est créée ou communiquée, compte tenu de toutes les circonstances, y compris tout accord entre l’expéditeur et le destinataire.
162.162.
Legal, technical and commercial factors that may be taken into account in determining whether the method used under paragraph 3 (a) is appropriate, include the following: (a) the sophistication of the equipment used by each of the parties; (b) the nature of their trade activity; (c) the frequency at which commercial transactions take place between the parties; (d) the kind and size of the transaction; (e) the function of signature requirements in a given statutory and regulatory environment; (f) the capability of communication systems; (g) compliance with authentication procedures set forth by intermediaries; (h) the range of authentication procedures made available by any intermediary; (i) compliance with trade customs and practice; (j) the existence of insurance coverage mechanisms against unauthorized communications; (k) the importance and the value of the information contained in the electronic communication; (l) the availability of alternative methods of identification and the cost of implementation; (m) the degree of acceptance or non-acceptance of the method of identification in the relevant industry or field both at the time the method was agreed upon and the time when the electronic communication was communicated; and (n) any other relevant factor.Les facteurs juridiques, techniques et commerciaux à prendre en considération pour déterminer si la méthode utilisée en vertu de l’alinéa a) du paragraphe 3 est appropriée, sont les suivants: a) le degré de perfectionnement du matériel utilisé par chacune des parties; b) la nature de leur activité commerciale; c) la fréquence avec laquelle elles effectuent entre elles des opérations commerciales; d) la nature et l’ampleur de l’opération; e) le statut et la fonction de la signature dans un régime législatif et réglementaire donné; f) la capacité des systèmes de communication; g) les procédures d’authentification proposées par les opérateurs des systèmes de communication; h) la série de procédures d’authentification communiquée par un intermédiaire; i) l’observation des coutumes et pratiques commerciales; j) l’existence de mécanismes d’assurance contre les communications non autorisées; k) l’importance et la valeur de l’information contenue dans la communication électronique; l) la disponibilité d’autres méthodes d’identification et le coût de leur mise en œuvre; m) le degré d’acceptation ou de non-acceptation de la méthode d’identification dans le secteur ou domaine pertinent, tant au moment où la méthode a été convenue qu’à celui où la communication électronique a été adressée; et n) tout autre facteur pertinent.
163.163.
Paragraph 3 (b)(i) establishes a “reliability test” with a view to ensuring the correct interpretation of the principle of functional equivalence in respect of electronic signatures.L’alinéa b) i) du paragraphe 3 pose un “critère de fiabilité” destiné à assurer une interprétation correcte du principe de l’équivalence fonctionnelle entre signatures manuscrites et signatures électroniques.
The “reliability test”, which appears also in article 7, paragraph 1 (b), of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, reminds courts of the need to take into account factors other than technology, such as the purpose for which the electronic communication was generated or communicated, or a relevant agreement of the parties, in ascertaining whether the electronic signature used was sufficient to identify the signatory.Ce critère, qui apparaît aussi à l’article 7-1 b) de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, rappelle aux tribunaux la nécessité de prendre en considération des facteurs autres que la technologie, par exemple l’objet pour lequel la communication électronique avait été créée ou adressée ou toute convention conclue en la matière entre les parties, pour déterminer si la signature électronique utilisée suffisait à identifier le signataire.
Without paragraph 3 (b) of article 9 of the Convention, the courts in some States might be inclined to consider, for instance, that only signature methods that employed high-level security devices are adequate to identify a party, despite an agreement of the parties to use simpler signature methods.Sans l’alinéa b) du paragraphe 3 de l’article 9 , les tribunaux de certains États seraient peut-être enclins à considérer les méthodes de signature qui utilisaient des dispositifs garantissant un niveau de sécurité élevé, par exemple, comme les seules permettant d’identifier une partie, même si les parties sont convenues d’utiliser une méthode plus simple.
164.164.
However, UNCITRAL considered that the Convention should not allow a party to invoke the “reliability test” to repudiate its signature in cases where the actual identity of the party and its actual intention could be proved.La CNUDCI a toutefois estimé que la Convention ne devrait pas permettre à une partie d’invoquer le “critère de fiabilité” pour annuler sa signature dans des cas où la véritable identité et la volonté effective de la partie pouvaient être prouvées.
The requirement that an electronic signature needs to be “as reliable as appropriate” should not lead a court or trier of fact to invalidate the entire contract on the ground that the electronic signature was not appropriately reliable if there is no dispute about the identity of the person signing or the fact of signing, that is, no question as to authenticity of the electronic signature.L’exigence selon laquelle une signature électronique doit être une méthode “dont la fiabilité est suffisante” ne devrait pas amener un tribunal ou un juge des faits à invalider un contrat dans son ensemble au motif que la signature électronique n’est pas suffisamment fiable, s’il n’y a pas de litige quant à l’identité du signataire ou quant à l’acte de signature (c’est-à-dire quant à l’authenticité de la signature électronique).
Such a result would be particularly unfortunate, as it would allow a party to a transaction in which a signature was required to try to escape its obligations by denying that its signature (or the other party’s signature) was valid — not on the ground that the purported signer did not sign, or that the document it signed had been altered, but only on the ground that the method of signature employed was not “as reliable as appropriate” in the circumstances.Un tel résultat serait particulièrement fâcheux, car il permettrait à une partie à une opération dans laquelle une signature était exigée d’essayer de se soustraire à ses obligations en contestant la validité de sa signature (ou de la signature de l’autre partie) – non parce que le signataire supposé n’avait pas signé, ou que le document qu’il avait signé avait été modifié, mais au seul motif que la méthode de signature utilisée n’était pas suffisamment fiable dans les circonstances.
In order to avoid these situations, paragraph 3 (b)(ii) validates a signature method — regardless of its reliability in principle — whenever the method used is proven in fact to have identified the signatory and indicated the signatory’s intention in respect of the information contained in the electronic communication.Pour éviter cette situation, l’alinéa b) ii) du paragraphe 3 valide toute méthode de signature, quel que soit son degré de fiabilité, en principe – dès lors qu’il est démontré dans les faits que la méthode utilisée identifie le signataire et indique la volonté de ce dernier concernant l’information contenue dans la communication électronique.
165.165.
The notion of “agreement” in paragraph 3 (b) of article 9 is to be interpreted as covering not only bilateral or multilateral agreements concluded between parties directly exchanging electronic communications (e.g. “trading partners agreements”, “communication agreements” or “ interchange agreements”) but also agreements involving intermediaries such as networks (e.g. “third-party service agreements”).La notion d’“accord” à l’alinéa b) du paragraphe 3 de l’article 9 doit être interprétée comme englobant non seulement les accords bilatéraux ou multilatéraux conclus entre les parties échangeant directement des communications électroniques (par exemple les “accords entre partenaires commerciaux”, les “accords de communication” ou les “accords d’échanges”), mais aussi les accords qui font intervenir des intermédiaires tels que des réseaux (par exemple “accords de prestation de services par des tiers”).
Agreements concluded between users of electronic commerce and networks may incorporate “system rules”, i.e. administrative and technical rules and procedures to be applied when communicating electronic communications.Les accords conclus entre les utilisateurs des moyens de commerce électroniques et les réseaux peuvent comporter des “règles de système”, c’est-à-dire des règles et des procédures administratives et techniques applicables aux communications électroniques.
7. Electronic originals7. Originaux électroniques
166.166.
If “original” were defined as a medium on which information was fixed for the first time, it would be impossible to speak of “original” electronic communications, since the addressee of an electronic communication would always receive a copy thereof.Si l’on entend par “original” le support sur lequel l’information a été fixée pour la première fois, on ne pourrait pas parler d’“original” d’une communication électronique, étant donné que le destinataire en recevrait dans tous les cas une copie.
However, paragraphs 4 and 5 of article 9 of the Electronic Communications Convention should be put in a different context.Toutefois, les paragraphes 4 et 5 de l’article 9 de la Convention sur les communications électroniques devraient être replacés dans un contexte différent.
The notion of “original” in paragraph 4 is useful since in practice many disputes relate to the question of originality of documents, and in electronic commerce the requirement for presentation of originals constitutes one of the main obstacles that the Convention attempts to remove.La notion d’“original” au paragraphe 4 est utile étant donné que, dans la pratique, nombre de différends portent sur la question de l’originalité des documents et, dans le commerce électronique, l’exigence de la présentation d’originaux est l’un des principaux obstacles que la Convention essaie d’éliminer.
Although in some jurisdictions the concepts of “writing”, “original” and “signature” may overlap, the Convention approaches them as three separate and distinct concepts.Bien que, dans certains systèmes juridiques, les concepts d’“écrit”, d’“original” et de “signature” puissent se recouper, ils sont traités dans la Convention comme trois concepts bien distincts.
167.167.
Paragraphs 4 and 5 of article 9 are also useful in clarifying the notions of “writing” and “original”, in particular in view of their importance for purposes of evidence.Les paragraphes 4 et 5 de l’article 9 sont utiles aussi parce qu’ils aident à préciser les notions d’“écrit” et d’“original”, compte tenu en particulier de leur importance en matière de preuve.
Examples of documents that might require an “original” are trade documents such as weight certificates, agricultural certificates, quality or quantity certificates, inspection reports, insurance certificates, etc. While such documents are not negotiable or used to transfer rights or title, it is essential that they be transmitted unchanged, that is in their “original” form, so that other parties in international commerce may have confidence in their contents.Comme exemples de documents dont l’original pourrait être exigé, on peut citer des documents commerciaux tels que les certificats de poids, les certificats agricoles, les certificats de qualité ou de quantité, les rapports d’inspection, les certificats d’assurance, etc. Même si ces documents ne sont pas négociables ni utilisés pour opérer un transfert de droits ou de propriété, il est essentiel qu’ils soient transmis sans avoir été altérés, c’est-à-dire sous leur forme “originale”, de façon que les autres parties à une autre opération de commerce international puissent avoir confiance en leur teneur.
In a paper-based environment, these types of document are usually only accepted if they are “original” to lessen the chance that they have been altered, which would be difficult to detect in copies.Dans un environnement papier, seul l’“original” est généralement accepté de façon à réduire les risques d’altérations, lesquelles seraient difficiles à détecter sur des copies.
Various technical means are available to certify the contents of an electronic communication to confirm its “originality”.Divers moyens techniques sont disponibles pour certifier la teneur d’une communication électronique afin d’en confirmer l’“originalité”.
Without this functional equivalent of originality, the sale of goods using electronic commerce would be hampered since the issuers of such documents would be required to retransmit their electronic communication each and every time the goods are sold, or the parties would be forced to use paper documents to supplement the electronic commerce transaction.Sans cet équivalent fonctionnel de l’original, il serait difficile d’avoir recours au commerce électronique pour la vente de marchandises car les personnes émettant ces documents devraient retransmettre leur communication électronique chaque fois que des marchandises seraient vendues, ou encore les parties devraient utiliser des documents sur papier en plus des moyens électroniques.
168.168.
Paragraphs 4 and 5 should be regarded as stating the minimum acceptable form requirement to be met by an electronic communication in order for it to be regarded as the functional equivalent of an original.Les paragraphes 4 et 5 devraient être considérés comme énonçant la condition de forme minimale acceptable à laquelle une communication électronique doit satisfaire pour pouvoir être considérée comme l’équivalent fonctionnel d’un original.
These provisions should be regarded as mandatory, to the same extent that existing provisions regarding the use of paper-based original documents would be regarded as mandatory.Ces dispositions devraient être considérées comme impératives, au même titre que le seraient les dispositions en vigueur relatives à l’utilisation de documents originaux sur support papier.
The indication that the form requirements stated in paragraphs 4 and 5 are to be regarded as the “minimum acceptable” should not, however, be construed as inviting States to establish requirements stricter than those contained in the Convention by way of declarations made under article 19, paragraph 2.L’indication que les conditions de forme énoncées dans ces paragraphes doivent être considérées comme le “minimum acceptable” ne doit cependant pas être interprétée comme invitant les États à fixer des conditions plus strictes que celles prévues dans la Convention, au moyen de déclarations faites en vertu du paragraphe 2 de l’article 19.
169.169.
Paragraphs 4 and 5 emphasize the importance of the integrity of the information for its originality and set out criteria to be taken into account when assessing integrity by reference to systematic recording of the information, assurance that the information was recorded without lacunae and protection of the data against alteration.Les paragraphes 4 et 5 soulignent l’importance de l’intégrité de l’information pour son “originalité” et énumèrent les critères à prendre en considération pour apprécier l’intégrité en se référant à l’enregistrement systématique de l’information, à l’assurance que l’information a été enregistrée sans lacune et à la protection des données contre toute altération.
It links the concept of originality to a method of authentication and puts the focus on the method of authentication to be followed in order to meet the requirement.Ils lient la notion d’originalité à une méthode d’authentification et mettent l’accent sur la méthode d’authentification à suivre pour satisfaire à l’exigence stipulée.
It is based on the following elements: a simple criterion as to “integrity” of the data; a description of the elements to be taken into account in assessing the integrity; and an element of flexibility in the form of a reference to the surrounding circumstances.Ils se fondent sur les éléments ci-après: un critère simple pour l’intégrité des données; une description des éléments à prendre en compte pour apprécier l’intégrité; et un élément de souplesse sous forme d’une référence aux circonstances.
As regards the words “the time when it was first generated in its final form” in paragraph 4 (a), it should be noted that the provision is intended to encompass the situation where information was first composed as a paper document and subsequently transferred on to a computer.S’agissant du membre de phrase “moment où elle [l’information] a été créée pour la première fois sous sa forme définitive” figurant à l’alinéa a) du paragraphe 4, il conviendrait de noter que la disposition vise à englober la situation dans laquelle l’information a tout d’abord été couchée par écrit sur papier, puis transférée sur ordinateur.
In such a situation, paragraph 4 (a) is to be interpreted as requiring assurances that the information has remained complete and unaltered from the time when it was composed as a paper document onwards, and not only as from the time when it was translated into electronic form.Dans une telle situation, l’alinéa a) du paragraphe 4 doit être interprété comme exigeant des assurances que l’information est restée complète et n’a pas été altérée à partir du moment où elle a été couchée par écrit et non à partir du moment où elle a été traduite en forme électronique.
However, where several drafts were created and stored before the final message was composed, paragraph 4 (a) should not be misinterpreted as requiring assurance as to the integrity of the drafts.Toutefois, lorsque plusieurs projets ont été créés et mis en mémoire avant que le message définitif ne soit composé, l’alinéa a) du paragraphe 4 ne devrait pas être interprété comme exigeant une garantie quant à l’intégrité des projets.
170. Paragraph 5 of article 9 sets forth the criteria for assessing integrity, taking care to except necessary additions to the first (or “original”) electronic communication such as endorsements, certifications, notarizations etc. from other alterations.170.
As long as the contents of an electronic communication remain complete and unaltered, necessary additions to that electronic communication would not affect its “originality”.Le paragraphe 5 de l’article 9 énonce les critères servant à apprécier l’intégrité, en prenant soin de distinguer des autres altérations les ajouts nécessaires à la première communication électronique (l’“original”) tels que les endossements, certifications, authentifications, etc. Du moment que la teneur d’une communication électronique demeure complète et n’a pas été altérée, les ajouts nécessaires à cette communication n’enlèveraient pas à celle-ci son caractère original.
Thus, when an electronic certificate is added to the end of an “original” electronic communication to attest to the “originality” of that electronic communication, or when data is automatically added by computer systems at the start and the finish of an electronic communication in order to transmit it, such additions would be considered as if they were a supplemental piece of paper with an “original” piece of paper, or the envelope and stamp used to send that “original” piece of paper.Ainsi, si un certificat électronique est ajouté à la fin d’une communication électronique initiale pour en attester l’“originalité”, ou si des données sont automatiquement ajoutées par des systèmes informatiques, au début et à la fin d’une communication électronique, pour opérer sa transmission, de tels ajouts seraient considérés comme un feuillet supplémentaire dans le cas d’un “original” sur papier ou comme l’enveloppe et le timbre utilisés pour expédier cet “original”.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 54-76CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 54 à 76
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 123-139Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 123 à 139
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 120-122 (on the relationship between articles 3 and 9)Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 120 à 122 (sur le rapport entre les articles 3 et 9)
Working Group IV, 42nd session (Vienna, 17-21 November 2003) A/CN.9/546, paras. 46-58Groupe de travail IV, quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003) A/CN.9/546, par. 46 à 58
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 112-121Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 112 à 121
Article 10. Time and place of dispatch and receipt of electronic communicationsArticle 10. Moment et lieu de l’expédition et de la réception de communications électroniques
1. Purpose of the article1. Objet de l’article
171.171.
When the parties deal through more traditional means, the effectiveness of the communications they exchange depends on various factors, including the time of their receipt or dispatch, as appropriate.Lorsque les parties utilisent des moyens plus classiques, l’efficacité des communications qu’elles échangent dépend de plusieurs facteurs, dont le moment de la réception ou de l’expédition de ces communications, selon le cas.
Although some legal systems have general rules on the effectiveness of communications in a contractual context, in many legal systems general rules are derived from the specific rules that govern the effectiveness of offer and acceptance for purposes of contract formation.Si certains systèmes juridiques ont des règles générales sur l’efficacité des communications dans le contexte d’un contrat, dans de nombreux autres ces règles générales procèdent des règles particulières qui déterminent l’efficacité de l’offre et de son acceptation aux fins de la formation des contrats.
The essential question before UNCITRAL was how to formulate rules on time of receipt and dispatch of electronic communications that adequately transpose to the context of the Electronic Communications Convention the existing rules for other means of communication.La question fondamentale qui se posait à la CNUDCI était de savoir comment formuler des règles relatives au moment de la réception et de l’expédition de communications électroniques qui transposent de manière appropriée dans la Convention sur les communications électroniques les règles qui régissent déjà d’autres moyens de communication.
172.172.
Domestic rules on contract formation often distinguish between “instantaneous” and “non-instantaneous” communications of offer and acceptance or between communications exchanged between parties present at the same place at the same time (inter praesentes) or communications exchanged at a distance (inter absentes).Les règles internes relatives à la formation des contrats font souvent la distinction entre la communication “instantanée” et la communication “non instantanée” de l’offre et de l’acceptation ou entre les communications échangées entre des parties présentes au même endroit en même temps (inter praesentes) et celles échangées à distance (inter absentes).
Typically, unless the parties engage in “instantaneous” communication or are negotiating face-to-face, a contract will be formed when an “offer” to conclude the contract has been expressly or tacitly “accepted” by the party or parties to whom it was addressed.Sauf si les parties communiquent de façon “instantanée” ou négocient face à face, un contrat est généralement formé lorsque l’“offre” de conclure le contrat a été expressément ou tacitement “acceptée” par la ou les parties auxquelles elle était adressée.
173.173.
Leaving aside the possibility of contract formation through performance or other actions implying acceptance, which usually involves a finding of facts, the controlling factor for contract formation where the communications are not “instantaneous” is the time when an acceptance of an offer becomes effective.Si on laisse de côté la possibilité qu’un contrat soit formé en raison de son exécution ou d’autres actes qui supposent l’acceptation, ce qui en général nécessite une constatation des faits, le facteur qui détermine la formation des contrats dans lesquels les communications ne sont pas “instantanées” est le moment où l’acceptation de l’offre prend effet.
There are currently four main theories for determining when an acceptance becomes effective under general contract law, although they are rarely applied in pure form or for all situations.Il existe actuellement quatre théories principales pour déterminer le moment où une acceptation prend effet en vertu du droit général des contrats, mais elles sont rarement appliquées à la lettre ou dans tous les cas.
174.174.
Pursuant to the “declaration” theory, a contract is formed when the offeree produces some external manifestation of its intent to accept the offer, even though this may not yet be known to the offeror.Selon la théorie de la “déclaration”, un contrat est formé lorsque le destinataire de l’offre manifeste sa volonté d’accepter l’offre, même si l’auteur de l’offre l’ignore encore.
According to the “mailbox rule”, which is traditionally applied in most common law jurisdictions, but also in some countries belonging to the civil law tradition, acceptance of an offer is effective upon dispatch by the offeree (for example, by placing a letter in a mailbox).En vertu de la “règle du cachet de la poste”, qu’appliquent traditionnellement la plupart des pays de common law, mais aussi certains pays de droit romain, une offre est acceptée lorsque le destinataire envoie son acceptation (par exemple, lorsqu’il met une lettre dans une boîte aux lettres).
In turn, under the “reception” theory, which has been adopted in several civil law jurisdictions, the acceptance becomes effective when it reaches the offeror.Selon la théorie de la “réception”, adoptée par plusieurs pays de droit romain, l’acceptation prend effet lorsqu’elle parvient à l’auteur de l’offre.
Lastly, the “information” theory requires knowledge of the acceptance for a contract to be formed.Enfin, la théorie de l’“information” exige, pour qu’un contrat soit formé, que l’auteur de l’offre sache que celle-ci a été acceptée.
Of all these theories, the “mailbox rule” and the reception theory are the most commonly applied for business transactions.Parmi ces théories, celle de la “règle du cachet de la poste” et celle de la réception sont les plus souvent appliquées dans les opérations commerciales.
175. In preparing article 10 of the Electronic Communications Convention, UNCITRAL recognized that contracts other than sales contracts governed by the rules on contract formation in the United Nations Sales Convention are in most cases not subject to a uniform international regime. Different legal systems use various criteria to establish when a contract is formed and UNCITRAL took the view that it should not attempt to provide a rule on the time of contract formation that might be at variance with the rules on contract formation of the law applicable to any given contract (see A/CN.9/528, para. 103; see also A/CN.9/546, paras. 119-121). Instead, the Convention offers guidance that allows for the application, in the context of electronic contracting, of the concepts traditionally used in international conventions and domestic law, such as “dispatch” and “receipt” of communications. To the extent that those traditional concepts are essential for the application of rules on contract formation under domestic and uniform law, UNCITRAL considered that it was very important to provide functionally equivalent concepts for an electronic environment (see A/CN.9/528, para. 137).175. Lors de l’élaboration de l’article 10 de la Convention sur les communications électroniques, la CNUDCI a reconnu que la plupart des contrats autres que les contrats de vente régis par les règles relatives à la formation des contrats de la Convention des Nations Unies sur les ventes, n’étaient pas soumis à un régime international uniforme. Divers systèmes juridiques prévoient différents critères pour déterminer quand un contrat est formé et la CNUDCI a estimé qu’elle ne devrait pas chercher à poser, en ce qui concerne le moment de la formation des contrats, une règle qui risquait d’être en contradiction avec les règles énoncées sur la question dans le droit applicable à un contrat donné (voir A/CN.9/528, par. 103; voir aussi A/CN.9/546, par. 119 à 121). La Convention fournit plutôt des orientations qui permettent l’application, dans le contexte des contrats électroniques, de notions classiques utilisées dans les conventions internationales et le droit interne telles que celles d’“expédition” et de “réception”. Dans la mesure où ces notions classiques sont essentielles à l’application des règles relatives à la formation des contrats en droit interne et en droit uniforme, la CNUDCI a estimé qu’il était très important de proposer des notions équivalentes d’un point de vue fonctionnel dans un environnement électronique (voir A/CN.9/528, par. 137).
176.176.
However, article 10, paragraph 2, does not address the efficacy of the electronic communication that is sent or received.Le paragraphe 2 de l’article 10 ne traite toutefois pas de l’efficacité de la communication électronique envoyée ou reçue.
Whether a communication is unintelligible or unusable by a recipient is therefore a separate issue from whether that communication was sent or received.La question de savoir si une communication est inintelligible ou inutilisable par le destinataire est donc distincte de celle de savoir si la communication a été envoyée ou reçue.
The effectiveness of an illegible communication, or whether it binds any party, are questions left to other law.La question de la validité d’une communication illisible ou celle de savoir si une telle communication lie une partie sont laissées à d’autres lois.
2. “Dispatch” of electronic communications2. “Expédition” de communications électroniques
177.177. Le paragraphe 1 de l’article 10 de la Convention sur les communications électroniques suit dans son principe la règle énoncée à l’article 15 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, à ceci près qu’il dispose que le moment de l’expédition est celui où la communication électronique quitte un système d’information dépendant de l’expéditeur, et non le moment où elle entre dans un système d’information ne dépendant pas de l’expéditeur.
Paragraph 1 of article 10 of the Electronic Communications Convention follows in principle the rule set out in article 15 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, although it provides that the time of dispatch is when the electronic communication leaves an information system under the control of the originator rather than the time when the electronic communication enters an information system outside the control of the originator.Ce paragraphe définit l’“expédition” comme le moment où une communication électronique quitte un système d’information dépendant de l’expéditeur (qui est distinct du moment où elle entre dans un autre système d’information), afin de traduire plus fidèlement la notion d’“expédition” utilisée dans un environnement non électronique (voir A/CN.9/571, par.
The definition of “dispatch” as the time when an electronic communication left an information system under the control of the originator — as distinct from the time when it entered another information system — was chosen so as to mirror more closely the notion of “dispatch” in a non-electronic environment (see A/CN.9/571, para. 142), which is understood in most legal systems as the time when a communication leaves the originator’s sphere of control.142), qui est interprétée dans la plupart des systèmes juridiques comme étant le moment où une communication quitte la sphère de contrôle de l’expéditeur.
In practice, the result should be the same as under article 15, paragraph 1, of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, since the most easily accessible evidence to prove that a communication has left an information system under the control of the originator is the indication, in the relevant transmission protocol, of the time when the communication was delivered to the destination information system or to intermediary transmission systems.En pratique, la Convention devrait aboutir au même résultat que le paragraphe 1 de l’article 15 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique étant donné que l’élément le plus facilement accessible pour prouver qu’une communication a quitté un système d’information dépendant de l’expéditeur est l’indication, dans le protocole de transmission pertinent, du moment où la communication a été reçue par le système d’information de destination ou par des systèmes de transmission intermédiaires.
178.178.
Article 10 also covers situations where an electronic communication has not left an information system under the control of the originator.L’article 10 vise aussi les situations où une communication électronique n’a pas quitté un système d’information dépendant de l’expéditeur.
This hypothesis, which is not covered in article 15 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, may happen, for example, when the parties exchange communications through the same information system or network, so that the electronic communication never really enters a system under the control of another party.Ce cas de figure, qui n’est pas traité à l’article 15 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique peut se présenter, par exemple, lorsque les parties échangent des communications par le même système d’information ou réseau, de sorte que la communication électronique n’entre jamais véritablement dans un système dépendant d’une autre partie.
In such cases, dispatch and receipt of the electronic communication coincide.En pareil cas, le moment de l’expédition et celui de la réception de la communication électronique coïncident.
3. “Receipt” of electronic communications3. “Réception” de communications électroniques
179.179.
The time of receipt of an electronic communication is the time when it becomes capable of being retrieved by the addressee at an electronic address designated by the addressee.Le moment de la réception d’une communication électronique est le moment où cette communication peut être relevée par le destinataire à une adresse électronique que celui-ci a désignée.
This is presumed to occur when the electronic communication reaches the addressee’s electronic address.Ce moment est présumé être celui où la communication électronique parvient à l’adresse électronique du destinataire.
Paragraph 2 of article 10 is based on a similar rule in article 15, paragraph 2, of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, although with a different wording.Le paragraphe 2 de l’article 10 est fondé sur une règle semblable énoncée au paragraphe 2 de l’article 15 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique bien que le libellé soit différent.
“Capable of being retrieved”“Pouvoir être relevée”
180.180.
Paragraph 2 of article 10 is conceived as a set of presumptions, rather than a firm rule on receipt of electronic communications.Le paragraphe 2 de l’article 10 est conçu comme un ensemble de présomptions et non comme une règle stricte sur la réception de communications électroniques.
Paragraph 2 aims at achieving an equitable allocation of the risk of loss of electronic communications.Il vise à répartir équitablement le risque de perte de communications électroniques.
It takes into account the need to offer the originator an objective default rule to establish whether a message can be seen as having been received or not.Il tient compte de la nécessité de fournir à l’expéditeur une règle supplétive objective permettant de déterminer si un message peut être considéré comme reçu ou non.
At the same time, however, paragraph 2 recognizes that concerns over security of information and communications in the business world have led to the increased use of security measures such as filters or firewalls which might prevent electronic communications from reaching their addressees.En même temps, il reconnaît toutefois que le souci de la sécurité de l’information et des communications dans le monde des affaires a entraîné une utilisation croissante de systèmes de sécurité tels que les filtres ou les pare-feux qui peuvent effectivement empêcher les communications électroniques de parvenir à leurs destinataires.
Using a notion common to many legal systems, and reflected in domestic enactments of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, this paragraph requires that an electronic communication be capable of being retrieved in order to be deemed to have been received by the addressee.Se fondant sur une notion qui est commune à de nombreux systèmes juridiques et qui figure dans les législations nationales incorporant la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, ce paragraphe exige qu’une communication électronique, pour être réputée avoir été reçue par le destinataire, puisse être relevée.
This requirement is not contained in the Model Law, which focuses on timing and defers to national law on whether electronic communications need to meet other requirements (such as “processability”) in order to be deemed to have been received.Cette condition ne figure pas dans la Loi type, qui porte essentiellement sur la détermination du moment et s’en remet à la législation nationale pour ce qui est de savoir si les communications électroniques doivent satisfaire à d’autres conditions (notamment “pouvoir être traitées”) pour être réputées avoir été reçues.
181.181. L’effet juridique que produit le fait de relever la communication n’entre pas dans le champ d’application de la Convention et est laissé à la loi applicable.
The legal effect of retrieval falls outside the scope of the Convention and is left for the applicable law.Comme l’article 24 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, le paragraphe 2 n’aborde pas la question des jours fériés nationaux et des heures de travail normales, étant donné que ces éléments seraient source de problèmes et d’insécurité juridique dans un instrument qui s’applique aux opérations internationales (voir A/CN.9/571, par.
Like article 24 of the United Nations Sales Convention, paragraph 2 is not concerned with national public holidays and customary working hours, elements that would have led to problems and to legal uncertainty in an instrument that applied to international transactions (see A/CN.9/571, para. 159).159).
182.182.
By the same token, the Electronic Communications Convention does not intend to overrule provisions of domestic law under which receipt of an electronic communication may occur at the time when the communication enters the sphere of the addressee, irrespective of whether the communication is intelligible or usable by the addressee.De même, la Convention sur les communications électroniques ne vise pas à prévaloir sur des dispositions de la législation nationale en vertu desquelles la réception d’une communication électronique peut intervenir au moment où ladite communication est placée sous le contrôle du destinataire, qu’elle soit ou non intelligible ou utilisable par celui-ci.
Nor is the Convention intended to run counter to trade usages, under which certain encoded messages are deemed to be received even before they are usable by, or intelligible for, the addressee.La Convention ne vise pas non plus à aller à l’encontre des usages commerciaux, en vertu desquels certains messages codés sont réputés avoir été reçus avant d’être utilisables ou intelligibles pour le destinataire.
It was felt that the Convention should not create a more stringent requirement than currently existed in a paper-based environment, where a message can be considered to be received even if it is not intelligible for the addressee or not intended to be intelligible to the addressee (for example, where encrypted data is transmitted to a depository for the sole purpose of retention in the context of protection of intellectual property rights).On a estimé que la Convention ne devrait pas imposer une condition plus stricte que celle qui était actuellement imposée pour les documents sur papier, selon laquelle un message peut être considéré comme reçu même s’il n’est pas intelligible au destinataire ou n’est pas supposé être intelligible au destinataire (par exemple, des données codées peuvent être transmises à un dépositaire uniquement à des fins de conservation, pour des questions de protection des droits de propriété intellectuelle).
183.183.
Despite the different wording used, the effect of the rules on receipt of electronic communications in the Electronic Communications Convention is consistent with article 15 of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce.Bien que leur libellé soit différent, les règles sur la réception des communications électroniques dans la Convention sur les communications électroniques sont conformes à l’article 15 de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique.
As is the case under article 15 of the Model Law, the Convention retains the objective test of entry of a communication into an information system to determine when an electronic communication is presumed to be “capable of being retrieved” and therefore “received”.Comme l’article 15, la Convention retient l’entrée de la communication dans un système d’information comme critère objectif pour déterminer le moment où une communication électronique est réputée “pouvoir être relevée” et par conséquent “reçue”.
The requirement that an electronic communication should be capable of being retrieved, which is presumed to occur when the communication reaches the addressee’s electronic address, should not be seen as adding an extraneous subjective element to the rule contained in article 15 of the Model Law.La condition selon laquelle une communication devrait pouvoir être relevée, qui est réputée être satisfaite lorsque la communication parvient à l’adresse électronique du destinataire, ne devrait pas être interprétée comme ajoutant un élément subjectif non pertinent à la règle figurant à l’article 15 de la Loi type.
In fact “entry” in an information system is understood under article 15 of the Model Law as the time when an electronic communication “becomes available for processing within that information system”, which is arguably also the time when the communication becomes “capable of being retrieved” by the addressee.En fait, on entend par “entrée” dans un système d’information à l’article 15 de la Loi type le moment où une communication électronique “peut être traitée dans ce système d’information”, ce qui, dans un certain sens, est également le moment où cette communication “peut être relevée” par le destinataire.
184.184. Le point de savoir si une communication électronique peut effectivement “être relevée” est une question de fait qui sort du champ d’application de la Convention.
Whether or not an electronic communication is indeed “capable of being retrieved” is a factual matter outside the Convention.La CNUDCI a pris note de l’utilisation croissante de filtres de sécurité (tels que les filtres antipourriels et autres technologies qui limitent la réception de communications indésirables et potentiellement nuisibles (comme celles soupçonnées de contenir des virus informatiques).
UNCITRAL took note of the increasing use of security filters (such as “spam” filters) and other technologies restricting the receipt of unwanted or potentially harmful communications (such as communications suspected of containing computer viruses).La présomption selon laquelle une communication électronique peut être relevée par le destinataire lorsqu’elle parvient à l’adresse électronique de celui-ci peut être réfutée par la preuve que le destinataire n’avait en fait aucun moyen de relever la communication (voir aussi A/CN.9/571, par.
The presumption that an electronic communication becomes capable of being retrieved by the addressee when it reaches the addressee’s electronic address may be rebutted by evidence showing that the addressee had in fact no means of retrieving the communication (see also A/CN.9/571, paras. 149 and 160).149 et 160).
“Electronic address”“Adresse électronique”
185.185. Comme dans un certain nombre de lois nationales, on utilise dans la Convention l’expression “adresse électronique” au lieu de “système d’information”, qui est l’expression utilisée dans la Loi type.
Similar to a number of domestic laws, the Convention uses the term “electronic address”, instead of “information system”, which was the expression used in the Model Law.Dans la pratique, la nouvelle terminologie, qui apparaît dans d’autres instruments internationaux comme les Règles et usances uniformes relatives aux crédits documentaires (RUU 500) – supplément aux RUU pour les présentations électroniques, ne devrait entraîner aucune différence de fond.
In practice, the new terminology, which appears in other international instruments such as the Uniform Customs and Practices for Documentary Credits (“UCP 500”) Supplement for Electronic Presentation (“eUCP”), should not lead to any substantive difference.En effet, l’expression “adresse électronique” peut, selon la technologie utilisée, désigner un réseau de communication, et dans d’autres cas une boîte aux lettres électronique, un télécopieur ou une autre “partie spécifique d’un système d’information ou un emplacement spécifique dans ce système qu’une personne utilise pour recevoir des messages électroniques” (voir A/CN.9/571, par.
Indeed, the term “electronic address” may, depending on the technology used, refer to a communications network, and in other instances could include an electronic mailbox, a telecopy device or another specific “portion or location in an information system that a person uses for receiving electronic messages” (see A/CN.9/571, para. 157).157).
186.186. La notion d’“adresse électronique” comme celle de “système d’information” ne doit pas être confondue avec des fournisseurs d’accès ou des entreprises de télécommunications qui peuvent offrir des services intermédiaires ou une infrastructure d’appui technique pour l’échange de communications électroniques (voir A/CN.9/528, par.
The notion of “electronic address”, like the notion of “information system”, should not be confused with information service providers or telecommunications carriers that might offer intermediary services or technical support infrastructure for the exchange of electronic communications (see A/CN.9/528, para. 149).149).
“Designated” and “non-designated” electronic addressesAdresses électroniques “désignées” et “non désignées”
187.187.
The Electronic Communications Convention retains the distinction made in article 15 of the Model Law between delivery of messages to specifically designated electronic addresses and delivery of messages to an address not specifically designated.La Convention sur les communications électroniques retient la distinction faite dans l’article 15 de la Loi type entre la transmission de messages à une adresse électronique spécialement désignée et leur transmission à une adresse électronique non désignée.
In the first case, the rule of receipt is essentially the same as under article 15, paragraph (2) (a)(i), of the Model Law, that is, a message is received when it reaches the addressee’s electronic address (or “enters” the addressee’s “information system” in the terminology of the Model Law).Dans le premier cas, la règle concernant la réception est essentiellement la même que celle qui est énoncée à l’alinéa a) i) du paragraphe 2 de l’article 15 de la Loi type, à savoir qu’un message est reçu au moment où il parvient à l’adresse électronique du destinataire (ou, pour reprendre la terminologie de la Loi type, au moment où il “entre dans le système d’information” du destinataire).
The Convention does not contain specific provisions as to how the designation of an information system should be made, or whether the addressee could make a change after such a designation.La Convention ne comporte pas de dispositions particulières quant à la manière de désigner un système d’information ou quant à la possibilité pour le destinataire de modifier la désignation.
188.188. En faisant une distinction entre les adresses électroniques désignées et non désignées, le paragraphe 2 vise à assurer une répartition équitable des risques et des responsabilités entre l’expéditeur et le destinataire.
In distinguishing between designated and non-designated electronic addresses, paragraph 2 aims at establishing a fair allocation of risks and responsibilities between originator and addressee.Dans le cours normal des affaires, on pourrait s’attendre à ce que les parties possédant plusieurs adresses électroniques prennent soin d’en désigner une pour la réception de messages d’une certaine nature et à ce qu’elles évitent de diffuser des adresses qu’elles utilisent rarement à des fins commerciales.
In normal business dealings, parties who own more than one electronic address could be expected to take the care of designating a particular one for the receipt of messages of a certain nature and to refrain from disseminating electronic addresses they rarely use for business purposes.Inversement, on devrait s’attendre à ce qu’elles n’envoient pas de communications électroniques contenant des informations d’une nature commerciale particulière (par exemple, l’acceptation d’une offre contractuelle) à une adresse électronique si elles savent ou auraient dû savoir que cette adresse ne serait pas utilisée pour traiter des communications de cette nature (par exemple, une adresse de courrier électronique pour recevoir les plaintes des consommateurs).
By the same token, however, parties should be expected not to address electronic communications containing information of a particular business nature (e.g. acceptance of a contract offer) to an electronic address they know or ought to know would not be used to process communications of such a nature (e.g. an e-mail address used to handle consumer complaints).Il ne serait pas raisonnable de s’attendre à ce que les destinataires, en particulier lorsqu’il s’agit de grandes entreprises commerciales, accordent le même niveau d’attention à toutes leurs adresses électroniques (voir A/CN.9/528, par.
It would not be reasonable to expect that the addressee, in particular large business entities, should pay the same level of attention to all the electronic addresses it owns (see A/CN.9/528, para. 145).145).
189.189.
One noticeable difference between the Electronic Communications Convention and the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, however, concerns the rules for receipt of electronic communications sent to a non-designated address.Une différence notable entre la Convention sur les communications électroniques et la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, toutefois, concerne les règles relatives à la réception de communications électroniques envoyées à une adresse non désignée.
The Model Law distinguishes between communications sent to an information system other than the designated one and communications sent to any information system of the addressee in the absence of any particular designation.La Loi type distingue les communications envoyées à un système d’information autre que le système désigné des communications envoyées à un système d’information du destinataire en l’absence de désignation spécifique.
In the first case, the Model Law does not regard the message as being received until the addressee actually retrieves it.Dans la première situation, elle ne considère pas le message comme reçu tant que le destinataire ne l’a pas effectivement relevé.
The rationale behind this rule is that if the originator chooses to ignore the addressee’s instructions and sends the electronic communication to an information system other than the designated system, it would not be reasonable to consider the communication as having been delivered to the addressee until the addressee has actually retrieved it.Cette règle se justifie par le fait que si l’expéditeur choisit d’ignorer les instructions du destinataire et envoie la communication électronique à un autre système d’information que le système désigné, il ne serait pas raisonnable de considérer que la communication a été remise au destinataire tant que celui-ci ne l’a pas effectivement relevée.
In the second situation, however, the underlying assumption of the Model Law was that for the addressee it was irrelevant to which information system the electronic communication would be sent, in which case it would be reasonable to presume that it would accept electronic communications through any of its information systems.Dans la deuxième situation, en revanche, la Loi type part du principe qu’il importe peu au destinataire à quel système une communication électronique est envoyée, auquel cas on peut raisonnablement présumer qu’il accepterait les communications électroniques envoyées à n’importe lequel de ses systèmes d’information.
190.190.
In this particular situation, the Convention follows the approach taken in a number of domestic enactments of the Model Law and treats both situations in the same manner.Dans ce cas particulier, la Convention suit l’approche d’un certain nombre de textes législatifs internes fondés sur la Loi type et traite les deux situations de la même manière.
Thus for all cases where the message is not delivered to a designated electronic address, receipt under the Convention only occurs when (a) the electronic communication becomes capable of being retrieved by the addressee (by reaching an electronic address of the addressee) and (b) the addressee actually becomes aware that the communication was sent to that particular address.Ainsi, lorsque le message n’est pas délivré à une adresse électronique désignée, en vertu de la Convention, la réception n’intervient qu’au moment a) où la communication électronique peut être relevée par le destinataire (étant parvenue à l’adresse électronique de ce dernier) et b) où le destinataire a effectivement pris connaissance du fait que la communication a été envoyée à cette adresse particulière.
191.191.
In cases where the addressee has designated an electronic address, but the communication was sent elsewhere, the rule in the Convention is not different in result from article 15, paragraph (2) (a)(ii), of the Model Law, which itself requires, in those cases, that the addressee retrieves the message (which in most cases would be the immediate evidence that the addressee has become aware that the electronic communication has been sent to that address).Dans les cas où le destinataire a désigné une adresse électronique, mais où la communication a été envoyée ailleurs, la règle énoncée dans la Convention produit le même effet que l’alinéa a) ii) du paragraphe 2 de l’article 15 de la Loi type, qui exige aussi qu’en pareille circonstance le destinataire relève le message (ce qui, le plus souvent, apporterait la preuve immédiate qu’il a pris connaissance du fait que la communication électronique a été envoyée à cette adresse).
192.192.
The only substantive difference between the Convention and the Model Law, therefore, concerns the receipt of communications in the absence of any designation.La seule différence importante entre la Convention et la Loi type concerne donc la réception de communications en l’absence de toute désignation.
In this particular case, UNCITRAL agreed that practical developments since the adoption of the Model Law justified a departure from the original rule.Dans ce cas précis, la CNUDCI est convenue que l’évolution de la pratique depuis l’adoption de la Loi type justifiait que l’on s’écarte de la règle initiale.
It also considered, for instance, that many persons have more than one electronic address and could not be reasonably expected to anticipate receiving legally binding communications at all addresses they maintain.Elle a aussi reconnu que de nombreux individus avaient plusieurs adresses électroniques et qu’on ne pouvait raisonnablement attendre d’eux qu’ils anticipent la réception de communications juridiquement contraignantes à toutes leurs adresses.
Awareness of deliveryAvoir pris connaissance de la remise
193.193.
The addressee’s awareness that the electronic communication has been sent to a particular non-designated address is a factual manner that could be proven by objective evidence, such as a record of notice given otherwise to the addressee, or a transmission protocol or other automatic delivery message stating that the electronic communication had been retrieved or displayed at the addressee’s computer.Le point de savoir si le destinataire a pris connaissance du fait que la communication électronique a été envoyée à une certaine adresse non désignée est une question de fait qui devrait être tranchée par des preuves objectives comme un enregistrement d’avis, qui aurait autrement été communiqué au destinataire, un protocole de transmission ou une autre notification automatique de remise indiquant que la communication électronique a été relevée ou affichée sur l’ordinateur du destinataire.
4. Place of dispatch and receipt4. Lieu de l’expédition et de la réception
194.194.
The purpose of paragraphs 3 and 4 of article 10 is to deal with the place of receipt of electronic communications.Les paragraphes 3 et 4 de l’article 10 visent à régler la question du lieu de réception des communications électroniques.
The principal reason for including these rules is to address a characteristic of electronic commerce that may not be treated adequately under existing law, namely, that very often the information system of the addressee where the electronic communication is received, or from which the electronic communication is retrieved, is located in a jurisdiction other than that in which the addressee itself is located.Leur inclusion est avant tout justifiée par le fait qu’il faut traiter d’une circonstance particulière au commerce électronique, qui ne serait peut-être pas traitée comme il convient en vertu de la législation existante, à savoir le fait que, très souvent, le système d’information du destinataire, dans lequel la communication électronique est reçue, ou à partir duquel elle est relevée, est situé dans un pays autre que celui dans lequel se trouve le destinataire.
Thus, the rationale behind the provision is to ensure that the location of an information system is not the determinant element, and that there is some reasonable connection between the addressee and what is deemed to be the place of receipt and that this place can be readily ascertained by the originator.Ainsi, cette disposition a pour objet de garantir que l’emplacement d’un système d’information n’est pas l’élément déterminant, et qu’il y a une relation raisonnable entre le destinataire et le lieu supposé être le lieu de la réception et que ce lieu doit pouvoir être aisément déterminé par l’expéditeur.
195.195.
Paragraph 3 contains a firm rule and not merely a presumption.Le paragraphe 3 énonce une règle stricte et non une simple présomption.
Consistent with its objective of avoiding a duality of regimes for online and offline transactions and taking the United Nations Sales Convention as a precedent, where the focus was on the actual place of business of the party, the phrase “deemed to be” has been chosen deliberately to avoid attaching legal significance to the use of a server in a particular jurisdiction other than the jurisdiction where the place of business is located simply because that was the place where an electronic communication had reached the information system where the addressee’s electronic address is located.Conformément à l’objectif consistant à éviter une dualité de régimes pour les opérations en ligne et hors ligne, et la Convention des Nations Unies sur les ventes dans laquelle l’accent était mis sur l’établissement effectif servant de précédent, les mots “réputée avoir été” ont été choisis délibérément pour éviter d’attacher de l’importance juridique à l’utilisation d’un serveur dans un pays particulier autre que le pays où est situé l’établissement simplement parce que c’est le lieu où une communication électronique est parvenue au système d’information où est située l’adresse électronique du destinataire.
196.196.
The effect of paragraph 3 therefore is to introduce a distinction between the deemed place of receipt and the place actually reached by an electronic communication at the time of its receipt under paragraph 2. This distinction is not to be interpreted as apportioning risks between the originator and the addressee in case of damage or loss of an electronic communication between the time of its receipt under paragraph 2 and the time when it reached its place of receipt under paragraph 3. Paragraph 3 establishes a rule on location to be used where another body of law (e.g. on formation of contracts or conflict of laws) requires determination of the place of receipt of an electronic communication.Le paragraphe 3 a donc pour effet d’introduire une distinction entre le lieu réputé de la réception et le lieu effectivement atteint par une communication électronique au moment de sa réception en vertu du paragraphe 2. Cette distinction ne doit pas être interprétée comme répartissant les risques entre l’expéditeur et le destinataire en cas de perte ou d’altération de la communication électronique entre le moment de sa réception en vertu du paragraphe 2 et le moment où elle atteint le lieu de sa réception en vertu du paragraphe 3. Le paragraphe 3 établit une règle relative au lieu à utiliser lorsqu’une autre loi applicable (par exemple la loi relative à la formation des contrats ou une règle de conflit de lois) exige la détermination du lieu de la réception d’une communication électronique.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 77-84CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 77 à 84
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 140-166Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 140 à 166
Working Group IV, 42nd session (Vienna, 17-21 November 2003) A/CN.9/546, paras. 59-86Groupe de travail IV, quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003) A/CN.9/546, par. 59 à 86
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 132-151Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 132 à 151
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 93-98Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 93 à 98
Article 11. Invitations to make offersArticle 11. Invitations à l’offre
1. Purpose of the article1. Objet de l’article
197.197. L’ article 11 de la Convention sur les communications électroniques est inspiré du paragraphe 1 de l’article 14 de la Convention des Nations Unies sur les ventes.
Article 11 of the Electronic Communications Convention is based on article 14, paragraph 1, of the United Nations Sales Convention.Il a pour objet de clarifier une question qui a suscité d’innombrables discussions depuis l’apparition d’Internet, celle de savoir dans quelle mesure les parties offrant des biens ou des services par l’intermédiaire de systèmes de communication ouverts largement accessibles tels qu’un site Web sur Internet sont liées par les messages publicitaires qui y sont diffusés (voir A/CN.9/509, par.
Its purpose is to clarify an issue that has raised considerable debate since the advent of the Internet, namely the extent to which parties offering goods or services through open, generally accessible communication systems, such as an Internet website, are bound by advertisements made in this way (see A/CN.9/509, para. 75).75).
198.198. Dans un environnement papier, les publicités dans les journaux, à la radio et à la télévision, les catalogues, les brochures, les barèmes de prix ou autres documents qui ne s’adressent pas à une ou plusieurs personnes déterminées mais sont normalement accessibles au public sont considérés comme des invitations à soumettre des offres (y compris, d’après certains auteurs, lorsqu’ils s’adressent à un groupe précis de consommateurs), car on considère qu’en pareil cas, la volonté d’être lié est absente.
In a paper-based environment, advertisements in newspapers, radio and television, catalogues, brochures, price lists or other means not addressed to one or more specific persons, but generally accessible to the public, are regarded as invitations to submit offers (according to some legal writers, even in those cases where they are directed to a specific group of customers), since in such cases the intention to be bound is considered to be lacking.De même, le seul fait de présenter des marchandises dans une vitrine ou sur les étagères d’un libre-service est généralement considéré comme une invitation à soumettre une offre.
By the same token, the mere display of goods in shop windows and on self-service shelves is usually regarded as an invitation to submit offers.Cette interprétation est compatible avec le paragraphe 2 de l’article 14 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, qui dispose qu’une proposition adressée à des personnes indéterminées est considérée seulement comme une invitation à l’offre, à moins que la personne qui a fait la proposition n’ait clairement indiqué le contraire (voir A/CN.9/509, par.
This understanding is consistent with article 14, paragraph 2, of the United Nations Sales Convention, which provides that a proposal other than a proposal addressed to one or more specific persons is to be considered as merely an invitation to make offers, unless the contrary is clearly indicated by the person making the proposal (see A/CN.9/509, para. 76).76).
199.199. Conformément au principe de la neutralité des supports, la CNUDCI a estimé que la solution retenue pour les opérations en ligne ne devrait pas être différente de celle appliquée à des situations équivalentes dans un environnement papier.
In keeping with the principle of media neutrality, UNCITRAL took the view that the solution for online transactions should not be different from the solution used for equivalent situations in a paper-based environment.Elle est donc convenue qu’en règle générale, une société qui fait de la publicité pour ses biens ou ses services sur Internet ou par l’intermédiaire d’autres réseaux ouverts devrait être considérée comme invitant simplement les personnes qui ont accès à son site à faire des offres.
UNCITRAL therefore agreed that, as a general rule, a company that advertises goods or services on the Internet or through other open networks should be considered as merely inviting those who accessed the site to make offers.Par conséquent, une offre de biens ou de services par l’intermédiaire d’Internet n’est pas présumée constituer une offre irrévocable (voir A/CN.9/509, par.
Thus, an offer of goods or services through the Internet does not prima facie constitute a binding offer (see A/CN.9/509, para. 77).77).
2. Rationale for the rule2. Raison d’être de la règle
200.200.
If the United Nations Sales Convention’s notion of “offer” is transposed to an electronic environment, a company that advertises its goods or services on the Internet or through other open networks should be considered to be merely inviting those who access the site to make offers.Si on transpose dans un environnement électronique la notion d’“offre” telle qu’employée dans la Convention des Nations Unies sur les ventes, une société qui fait de la publicité pour ses biens ou ses services sur Internet ou sur d’autres réseaux ouverts devrait être considérée comme invitant simplement les personnes qui ont accès à son site à soumettre des offres.
Thus, an offer of goods or services through the Internet would not prima facie constitute a binding offer.Par conséquent, une offre de biens ou de services par l’intermédiaire d’Internet ne constituerait pas à première vue une offre irrévocable.
201.201.
The difficulty that may arise in this context is how to strike a balance between a trader’s possible intention (or lack thereof) of being bound by an offer, on the one hand, and the protection of relying on parties acting in good faith, on the other.Le problème qui peut se poser dans ce contexte est de savoir comment trouver un équilibre entre, d’une part, l’intention éventuelle (ou l’absence d’intention) d’un commerçant d’être lié par une offre et, d’autre part, la protection des parties se fiant à cette offre de bonne foi.
The Internet makes it possible to address specific information to a virtually unlimited number of persons and current technology permits contracts to be concluded nearly instantaneously, or at least creates the impression that a contract has been so concluded.Grâce à Internet, il est possible d’envoyer des informations précises à un nombre pratiquement illimité de personnes et la technologie actuelle permet de conclure des contrats presque instantanément ou du moins donne l’impression qu’un contrat a été ainsi conclu.
202.202. Certains auteurs estiment que le concept d’“invitation à entrer en pourparlers” ne peut probablement pas être transposé sans discernement dans un environnement Internet (voir A/CN.9/WG.IV/WP.104/Add.1, par.
In legal literature, it has been suggested that that the “invitation to treat” model might not be appropriate for uncritical transposition to an Internet environment (see A/CN.9/WG.IV/WP.104/Add.1, paras. 4-7).4 à 7).
One possible criterion for distinguishing between a binding offer and an invitation to treat may be based on the nature of the applications used by the parties.Un critère possible de distinction entre une offre irrévocable et une invitation à entrer en pourparlers peut se fonder sur la nature des applications utilisées par les parties.
Legal writings on electronic contracting have proposed a distinction between websites offering goods or services through interactive applications and those that use non-interactive applications.Il a été proposé dans les ouvrages juridiques sur les contrats électroniques de faire une distinction entre les sites Web offrant des biens ou des services par l’intermédiaire d’applications interactives et ceux qui utilisent des applications non interactives.
If a website only offers information about a company and its products and any contact with potential customers lies outside the electronic medium, there would be little difference from a conventional advertisement.Lorsqu’un site Web donne uniquement des informations sur une société et ses produits et que les contacts éventuels avec les clients potentiels ne sont pas établis à l’aide de ce support électronique, il n’y aurait guère de différence avec une publicité classique.
However, an Internet website that uses interactive applications may enable negotiation and immediate conclusion of a contract (in the case of virtual goods even immediate performance).En revanche, lorsqu’un site Web sur Internet utilise des applications interactives, il peut alors permettre de négocier et de conclure immédiatement un contrat (voire de l’exécuter tout de suite lorsqu’il porte sur des biens virtuels).
Legal writings on electronic commerce have proposed that such interactive applications might be regarded as an offer “open for acceptance while stocks last”, as opposed to an “invitation to treat”.D’après la doctrine sur le commerce électronique, ces applications interactives pourraient être assimilées à une offre “qui reste valable jusqu’à épuisement des stocks”, et non à une “invitation à entrer en pourparlers”.
This proposition is at least at first sight consistent with legal thinking for traditional transactions.Cette opinion, du moins à première vue, s’inscrit dans le droit fil de la doctrine concernant les opérations traditionnelles.
Indeed, the notion of offers to the public that are binding upon the offeror “while stocks last” is recognized also for international sales transactions.En effet, la notion d’offre au public qui lie son auteur “jusqu’à épuisement des stocks” est également reconnue pour les opérations de vente internationale.
203.203. À l’appui de cette approche, il a été avancé que les parties répondant à des offres de biens ou de services faites à l’aide d’applications interactives pourraient être amenées à supposer que ces offres étaient irrévocables et qu’en passant une commande, elles concluaient à ce moment-là un contrat valide et exécutoire.
In support of this approach, it has been argued that parties acting upon offers of goods or services made through the use of interactive applications might be led to assume that offers made through such systems were firm offers and that by placing an order they might be validly concluding a binding contract at that point in time.Ces parties, a-t-on dit, devraient pouvoir se fier à une telle hypothèse raisonnable étant donné les conséquences économiques considérables que pourrait avoir l’impossibilité d’exécuter le contrat, en particulier dans le cas d’ordres d’achat portant sur des produits de base ou d’autres articles dont les cours sont très fluctuants.
Those parties, it has been said, should be able to rely on such a reasonable assumption in view of the potentially significant economic consequences of contract frustration, in particular in connection with purchase orders for commodities or other items with highly fluctuating prices.Il a été dit aussi que le fait d’associer des conséquences juridiques à l’utilisation d’applications interactives pourrait contribuer à accroître la transparence des pratiques commerciales en encourageant les entreprises à indiquer clairement si elles acceptaient ou non d’être liées par l’acceptation d’offres de biens ou de services ou si elles adressaient seulement des invitations à faire des offres (voir A/CN.9/509, par.
Attaching consequence to the use of interactive applications, it was further said, might help enhance transparency in trading practices by encouraging business entities to state clearly whether or not they accepted to be bound by acceptance of offers of goods or services or whether they were only extending invitations to make offers (see A/CN.9/509, para. 81).81).
204. UNCITRAL considered these arguments carefully. The final consensus was that the potentially unlimited reach of the Internet called for caution in establishing the legal value of these “offers”. It was found that attaching a presumption of binding intention to the use of interactive applications would be detrimental for sellers holding a limited stock of certain goods, if the seller were to be liable to fulfil all purchase orders received from a potentially unlimited number of buyers (see A/CN.9/546, para. 107). In order to avert that risk, companies offering goods or services through a website that uses interactive applications enabling negotiation and immediate processing of purchase orders for goods or services frequently indicate in their websites that they are not bound by those offers. UNCITRAL felt that, if this was already the case in practice, the Convention should not reverse it (see A/CN.9/509, para. 82; see also A/CN.9/528, para. 116).204. La CNUDCI a examiné ces arguments de près et le consensus final a été que la portée potentiellement illimitée d’Internet incitait à la prudence dans la détermination de la valeur juridique de ces “offres”. Le fait d’associer une présomption d’intention irrévocable à l’utilisation d’applications interactives serait préjudiciable aux vendeurs détenant un stock limité de marchandises données, s’ils étaient tenus de satisfaire toutes les commandes reçues d’un nombre potentiellement illimité d’acheteurs (voir A/CN.9/546, par. 107). Afin d’éviter ce risque, les entreprises qui offrent des biens ou des services par l’intermédiaire d’un site Web permettant, grâce à des applications interactives, de négocier et de traiter immédiatement les commandes de biens ou de services indiquent fréquemment sur ce site qu’elles ne sont pas liées par ces offres. La CNUDCI a estimé que si tel était déjà le cas dans la pratique, la Convention ne devrait pas adopter une démarche inverse (voir A/CN.9/509, par. 82; voir aussi A/CN.9/528, par. 116).
3. Notion of interactive applications and intention to be bound in case of acceptance3. Notion d’application interactive et d’intention d’être lié en cas d’acceptation
205.205. Le principe général selon lequel les offres de biens et de services qui sont accessibles à un nombre illimité de personnes ne constituent pas des offres fermes s’applique même lorsque l’offre est faite à l’aide d’une application interactive.
The general principle that offers of goods or services that are accessible to an unlimited number of persons are not binding applies even when the offer is supported by an interactive application.Une “application interactive” désigne généralement une combinaison de logiciels et de matériel informatique servant à la transmission d’offres de biens et de services de sorte que les parties puissent échanger des informations sous une forme structurée en vue de conclure un contrat automatiquement.
Typically an “interactive application” is a combination of software and hardware for conveying offers of goods and services in a manner that allows for the parties to exchange information in a structured form with a view to concluding a contract automatically.L’expression “applications interactives” vise essentiellement la situation qui est évidente pour une personne accédant à un système, à savoir qu’elle est invitée à échanger des informations par l’intermédiaire de ce système grâce à des actions et à des réactions immédiates visiblement automatiques.
The expression “interactive applications” focuses on what is apparent to the person accessing the system, namely that it is prompted to exchange information through that information system by means of immediate actions and responses having an appearance of automaticity.Le fonctionnement interne et le réel degré d’automaticité du système (par exemple, la question de savoir si d’autres opérations exigeant une intervention humaine ou l’utilisation d’autres équipements sont nécessaires pour effectivement conclure le contrat ou répondre à la commande) importent peu (voir A/CN.9/546, par.
It is irrelevant how the system functions internally and to what extent it is really automated (e.g. whether other actions, by human intervention or through the use of other equipment, might be required in order to effectively conclude a contract or process an order) (see A/CN.9/546, para. 114).114).
206. UNCITRAL recognized that in some situations it may be appropriate to regard a proposal to conclude a contract that was supported by interactive applications as evidencing the party’s intent to be bound in case of acceptance. Some business models are indeed based on the rule that offers through interactive applications are binding offers. In those cases, possible concerns about the limited availability of the relevant product or service are often addressed by including disclaimers stating that the offers are for a limited quantity only and by the automatic placement of orders according to the time they were received (see A/CN.9/546, para. 112). UNCITRAL also noted that some case law seemed to support the view that offers made by so-called “click-wrap” agreements and in Internet auctions may be interpreted as binding (see A/CN.9/546, para. 109; see also A/CN.9/WG.IV/WP.104/Add.1, paras. 11-17). However, the extent to which such intent indeed exists is a matter to be assessed in the light of all the circumstances (for example, disclaimers made by the vendor or the general terms and conditions of the auction platform). As a general rule, UNCITRAL considered that it would be unwise to presume that persons using interactive applications to make offers always intended to make binding offers, because that presumption would not reflect the prevailing practice in the marketplace (see A/CN.9/546, para. 112).206. La CNUDCI a reconnu que dans certaines situations il pouvait être approprié de considérer une proposition de conclure un contrat effectuée à l’aide d’une application interactive comme preuve de l’intention de la partie d’être liée en cas d’acceptation. Certains modèles d’entreprise sont effectivement fondés sur la règle que les offres faites par l’intermédiaire d’applications interactives sont des offres fermes. En pareil cas, pour faire face aux problèmes éventuels liés au fait que les produits ou les services offerts sont disponibles en quantité limitée, on indique que ces offres ne valent que pour une quantité limitée et les commandes sont traitées automatiquement dans l’ordre où elles ont été reçues (voir A/CN.9/546, par. 112). La CNUDCI a également noté que certaines décisions judiciaires semblaient conforter le point de vue selon lequel les offres faites dans le cadre de conventions dites “d’achat au clic” et de ventes aux enchères sur Internet pouvaient être considérées comme des offres fermes (voir A/CN.9/546, par. 109; voir aussi A/CN.9/WG.IV/WP.104/Add.1, par. 11 à 17). Cependant, il faut évaluer dans quelle mesure cette intention existe réellement à la lumière de toutes les circonstances (par exemple, de tout déni de responsabilité par le vendeur ou des conditions générales de la plate-forme de vente aux enchères). En règle générale, la CNUDCI a considéré qu’il serait peu judicieux de présumer que des personnes utilisant des applications interactives pour faire des offres avaient toujours l’intention de faire des offres fermes, car cela ne correspondait pas à la pratique dominante sur le marché (voir A/CN.9/546, par. 112).
207.207. Il convient de noter qu’une proposition de conclure un contrat ne constitue une offre que si un certain nombre de conditions sont remplies.
It should be noted that a proposal to conclude a contract only constitutes an offer if a number of conditions are fulfilled.Pour un contrat de vente régi par la Convention des Nations Unies sur les ventes, par exemple, la proposition doit être suffisamment précise, en désignant les marchandises et, expressément ou implicitement, en fixant la quantité et le prix ou en donnant des indications permettant de les déterminer.
For a sales contract governed by the United Nations Sales Convention, for example, the proposal must be sufficiently definite by indicating the goods and expressly or implicitly fixing or making provision for determining the quantity and the price.L’article 11 de la Convention sur les communications électroniques ne vise pas à créer de règles spéciales pour la formation des contrats dans le commerce électronique.
Article 11 of the Electronic Communications Convention is not intended to create special rules for contract formation in electronic commerce.Ainsi, l’intention d’une partie d’être liée ne suffirait pas pour constituer une offre en l’absence de ces autres éléments (voir A/CN.9/546, par.
Accordingly, a party’s intention to be bound would not suffice to constitute an offer in the absence of those other elements (see A/CN.9/546, para. 111).111).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 85-88CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 85 à 88
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 167-172Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 167 à 172
Working Group IV, 42nd session (Vienna, 17-21 November 2003) A/CN.9/546, paras. 106-116Groupe de travail IV, quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003) A/CN.9/546, par. 106 à 116
Working Group IV, 41st session (New York, 5-9 May 2003) A/CN.9/528, paras. 109-120Groupe de travail IV, quarante et unième session (New York, 5-9 mai 2003) A/CN.9/528, par. 109 à 120
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 74-85Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 74 à 85
Article 12. Use of automated message systems for contract formationArticle 12. Utilisation de systèmes de messagerie automatisés pour la formation des contrats
1. Purpose of the article1. Objet de l’article
208.208.
Automated message systems, sometimes called “electronic agents”, are being used increasingly in electronic commerce and have caused scholars in some legal systems to revisit traditional legal theories of contract formation to assess their adequacy to contracts that come into being without human intervention.Les systèmes de messagerie automatisés, parfois appelés “agents électroniques”, sont de plus en plus utilisés dans le commerce électronique et ont amené les juristes dans certains systèmes à réexaminer les théories juridiques classiques de la formation des contrats afin de déterminer si elles convenaient dans le cas des contrats passés sans intervention humaine.
209.209.
Existing uniform law conventions do not seem in any way to preclude the use of automated message systems, for example for issuing purchase orders or processing purchase applications.Apparemment, les conventions existantes établissant des règles uniformes n’excluent aucunement le recours à des systèmes de messagerie automatisés, par exemple pour délivrer des bons d’achat ou traiter des commandes.
This seems to be the case in connection with the United Nations Sales Convention, which allows the parties to create their own rules, for example in an EDI trading partner agreement regulating the use of “electronic agents”.Cela est, sembletil, le cas de la Convention des Nations Unies sur les ventes, qui autorise les parties à établir leurs propres règles par exemple dans un accord d’EDI entre partenaires commerciaux régissant l’utilisation “d’agents électroniques”.
The UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce also lacks a specific rule on the matter.La Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique ne comporte pas quant à elle de règle précise à ce sujet.
While nothing in the Model Law seems to create obstacles to the use of fully automated message systems, it does not deal specifically with those systems, except for the general rule on attribution in article 13, paragraph 2 (b).Bien qu’aucune de ses dispositions ne semble faire obstacle à l’utilisation de systèmes de messagerie entièrement automatisés, elle ne traite pas expressément de ces systèmes, sauf pour ce qui est de la règle générale relative à l’attribution des messages de données, à son article 13-2 b).
210.210. Même s’il n’a pas semblé nécessaire de modifier les règles générales du droit des contrats, la CNUDCI a jugé qu’il serait utile de prévoir dans la Convention sur les communications électroniques des dispositions visant à faciliter l’utilisation de systèmes de messagerie automatisés dans le commerce électronique.
Even if no modification appeared to be needed in general rules of contract law, UNCITRAL considered that it would be useful for the Electronic Communications Convention to make provisions to facilitate the use of automatic message systems in electronic commerce.Un certain nombre de pays ont jugé nécessaire, ou du moins utile, d’adopter des dispositions similaires dans leur législation sur le commerce électronique (voir A/CN.9/546, par.
A number of jurisdictions have found it necessary or at least useful to enact similar provisions in domestic legislation on electronic commerce (see A/CN.9/546, paras. 124-126).124 à 126).
Article 12 of the Convention embodies a non-discrimination rule intended to make it clear that the absence of human review of or intervention in a particular transaction does not by itself preclude contract formation.L’article 12 de la Convention énonce une règle de non-discrimination visant à préciser que pour une opération donnée, l’absence de contrôle ou d’intervention par un humain n’empêche pas en soi la formation d’un contrat.
Therefore, while a number of reasons may otherwise render a contract invalid under domestic law, the sole fact that automated message systems were used for purposes of contract formation will not deprive the contract of legal effectiveness, validity or enforceability.Ainsi, si un contrat peut être invalidé pour un certain nombre d’autres raisons en vertu du droit interne, le seul fait qu’un système de messagerie automatisé a été utilisé aux fins de sa formation ne le prive pas de sa valeur légale, de sa validité ou de sa force exécutoire.
2. Attribution of actions performed by automated message systems2. Attribution des actions effectuées par un système de messagerie automatisé
211.211.
At present, the attribution of actions of automated message systems to a person or legal entity is based on the paradigm that an automated message system is capable of performing only within the technical structures of its preset programming.Actuellement, l’attribution des actions d’un système de messagerie automatisé à une personne physique ou morale se fonde sur le principe qu’un tel système ne peut fonctionner que dans les limites techniques prédéfinies lors de sa programmation.
However, at least in theory it is conceivable that future generations of automated information systems may be created with the ability to act autonomously and not just automatically.Toutefois, on peut envisager, au moins en théorie, que seront mises au point à l’avenir des générations de systèmes d’information automatisés capables d’agir de façon autonome et pas simplement de façon automatique.
That is, through developments in artificial intelligence, a computer may be able to learn through experience, modify the instructions in its own programs and even devise new instructions.Ainsi, grâce aux progrès de l’intelligence artificielle, un ordinateur pourra être capable de tirer des leçons de l’expérience, modifier les instructions de ses propres programmes et même concevoir de nouvelles instructions.
212.212. Déjà lors de l’élaboration de la Loi type sur le commerce électronique, la CNUDCI avait estimé que, si l’expression “agent électronique” avait été utilisée par commodité, l’analogie entre un système de messagerie automatisé et un agent commercial n’était pas adéquate.
Already during the preparation of the Model Law on Electronic Commerce, UNCITRAL had taken the view that that, while the expression “electronic agent” had been used for purposes of convenience, the analogy between an automated message system and a sales agent was not appropriate.Les principes généraux du droit de la représentation (par exemple les principes concernant la limitation de la responsabilité en raison d’une faute du représentant) n’étaient pas applicables au fonctionnement de tels systèmes.
General principles of agency law (for example, principles involving limitation of liability as a result of the faulty behaviour of the agent) could not be used in connection with the operation of such systems.Elle a également estimé qu’à titre de principe général, la personne (physique ou morale) pour le compte de laquelle un ordinateur est programmé devait demeurer responsable de tout message créé par la machine (voir A/CN.9/484, par.
UNCITRAL also considered that, as a general principle, the person (whether a natural person or a legal entity) on whose behalf a computer was programmed should ultimately be responsible for any message generated by the machine (see A/CN.9/484, paras. 106 and 107).106 et 107).
213.213.
Article 12 of the Electronic Communications Convention is an enabling provision and should not be misinterpreted as allowing for an automated message system or a computer to be made the subject of rights and obligations.L’article 12 de la Convention sur les communications électroniques est une disposition qui autorise un certain recours, mais il ne devrait pas être interprété à tort comme autorisant l’assujettissement d’un système de messagerie automatisé ou d’un ordinateur à des droits et des obligations.
Electronic communications that are generated automatically by message systems or computers without direct human intervention should be regarded as “originating” from the legal entity on behalf of which the message system or computer is operated.Des communications électroniques qui sont générées automatiquement sans intervention directe par un humain devraient être considérées comme “émanant” de la personne morale pour le compte de laquelle le système de messagerie ou l’ordinateur est exploité.
Questions relevant to agency that might arise in that context are to be settled under rules outside the Convention.Les questions de représentation qui pourraient être soulevées dans ce contexte doivent être traitées par des règles autres que la Convention.
3. Means of indicating assent and extent of human intervention3. Moyens d’indiquer le consentement et étendue de l’intervention humaine
214.214. Dans un contrat formé par l’interaction d’un système de messagerie automatisé et d’une personne physique, ou bien par l’interaction de systèmes de messagerie automatisés, il y a plusieurs moyens d’indiquer le consentement des parties contractantes.
When a contract is formed by the interaction of an automated message system and a natural person, or by the interaction of automated message systems, there are several ways to indicate the contracting parties’ assent.Les ordinateurs peuvent échanger des messages automatiquement selon une norme convenue, ou une personne peut indiquer son consentement en touchant une icône ou un endroit désignés sur un écran d’ordinateur ou en cliquant dessus.
Computers may exchange messages automatically according to an agreed standard, or a person may indicate assent by touching or clicking on a designated icon or place on a computer screen.L’article 12 de la Convention sur les communications électroniques ne cherche pas à illustrer les moyens d’exprimer le consentement, par souci de neutralité technologique et parce que toute liste illustrative risque d’être incomplète ou de devenir obsolète étant donné que d’autres moyens d’indiquer le consentement qui n’y sont pas mentionnés expressément sont peut-être déjà utilisés ou seront peut-être largement utilisés dans l’avenir (voir A/CN.9/509, par.
Article 12 of the Electronic Communications Convention does not attempt to illustrate the ways in which assent may be expressed out of a concern to respect technological neutrality and because any illustrative list would carry the risk of being incomplete or becoming dated, as other means of indicating assent not expressly mentioned might already be in use or might possibly become widely used in the future (see A/CN.9/509, para. 89).89).
215.215. La principale règle énoncée dans cet article est que la validité d’un contrat n’est pas subordonnée au contrôle par un humain de chacune des opérations exécutées par le système de messagerie automatisé ni du contrat qui en résulte.
The central rule in the article is that the validity of a contract does not require human review of each of the individual actions carried out by the automated message system or the resulting contract.Aux fins de l’article 12 de la Convention, il importe peu que les systèmes de messagerie concernés soient totalement ou partiellement automatisés (par exemple, si certaines actions ne sont effectuées qu’après une intervention humaine quelconque), dans la mesure où au moins l’un des deux systèmes ne nécessite aucune “intervention ou contrôle” par un humain pour exécuter sa tâche (voir A/CN.9/527, par.
For the purposes of article 12 of the Convention, it is irrelevant whether all message systems involved are fully automated or merely semi-automated (for example, where some actions are only effected following some form of human intervention), as long as at least one of them does not need human “review or intervention”, to complete its task (see A/CN.9/527, para. 114).114).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 89-92CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 89 à 92
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 173 and 174Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 173 et 174
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 99-103Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 99 à 103
Article 13. Availability of contract termsArticle 13. Mise à disposition des clauses contractuelles
1. Contract terms in electronic commerce1. Clauses contractuelles dans le commerce électronique
216.216.
Except for purely oral transactions, most contracts negotiated through traditional means result in some tangible record of the transaction to which the parties can refer in case of doubt or dispute.Exception faite des transactions purement verbales, la plupart des contrats négociés par des moyens classiques laissent une trace tangible quelconque à laquelle les parties peuvent se référer en cas de doute ou de litige.
In electronic contracting, such a record, which may exist as a data message, may be retained only temporarily or may be available only to the party through whose information system the contract was concluded.S’agissant des contrats électroniques, cette trace, qui peut revêtir la forme d’un message de données, peut n’être conservée que temporairement ou n’être accessible qu’à la partie dont le système d’information a été utilisé pour la conclusion du contrat.
Thus, some recent legislation on electronic commerce requires that a person offering goods or services through information systems accessible to the public should provide means for storage or printing of the contract terms.Ainsi, certaines dispositions législatives récentes concernant le commerce électronique exigent qu’une personne offrant des biens ou des services par l’intermédiaire de systèmes d’information accessibles au public mette à disposition des moyens permettant de conserver ou d’imprimer les clauses contractuelles.
217.217.
The rationale for creating such specific obligations seems to be an interest in enhancing legal certainty, transparency and predictability in international transactions concluded by electronic means.La création de telles obligations spécifiques semble répondre à un souci d’accroître la sécurité juridique, la transparence et la prévisibilité lorsqu’il est fait appel à des moyens électroniques pour des opérations internationales.
Thus, some domestic regimes require certain information to be provided or technical means to be offered in order to make available contract terms in a way that allows for their storage and reproduction, in the absence of a prior agreement between the parties, such as a trading partner agreement or other type of agreement.Ainsi, certains régimes internes exigent que certaines informations soient communiquées ou que certains moyens techniques soient fournis de manière que les clauses contractuelles soient accessibles sous une forme qui permette de les conserver et de les reproduire, en l’absence de convention préalable entre les parties, telle qu’un accord de partenariat commercial ou un autre type d’accord.
218.218.
Domestic laws contemplate a wide variety of consequences for failure to comply with requirements concerning the availability of contract terms negotiated electronically.Les lois internes envisagent des conséquences très diverses en cas de manquement aux exigences de mise à disposition des clauses contractuelles négociées par voie électronique.
Some legal systems provide that failure to make the contract terms available constitutes an administrative offence and subject the infringer to payment of a fine.Certains systèmes juridiques prévoient que le fait de ne pas mettre à disposition les clauses contractuelles constitue un délit administratif passible d’une amende.
In other jurisdictions, the law gives the customer the right to seek an order from any court having jurisdiction in relation to the contract requiring that service provider to comply with that requirement.Dans d’autres, la loi accorde au client le droit de demander à tout tribunal compétent pour connaître des litiges portant sur le contrat d’ordonner au prestataire de services de se conformer à cette exigence.
Under yet other systems, the consequence is an extension of the period within which a consumer may avoid the contract, which does not begin to run until the time when the merchant has complied with its obligations.Dans d’autres systèmes encore, un tel manquement a pour effet de prolonger le délai pendant lequel le consommateur peut résoudre le contrat, qui ne commence à courir qu’à partir du moment où le commerçant s’est acquitté de ses obligations.
In most cases, these sanctions do not exclude other consequences that may be provided in law, such as sanctions under fair competition laws.Dans la plupart des cas, ces sanctions n’excluent pas d’autres conséquences qui peuvent être prévues par la loi, par exemple celles imposées en cas de manquement aux règles relatives au libre jeu de la concurrence.
2. Non-interference with domestic requirements2. Non-conflit avec les exigences internes
219.219.
UNCITRAL considered carefully the desirability of including provisions that required a party to make available the terms of contracts negotiated electronically.La CNUDCI a soigneusement examiné s’il était souhaitable de prévoir des dispositions exigeant des parties qu’elles mettent à disposition les clauses contractuelles négociées par voie électronique.
It was noted that no similar obligations existed under the United Nations Sales Convention or most international instruments dealing with commercial contracts.Il a été noté qu’aucune obligation semblable n’était prévue par la Convention des Nations Unies sur les ventes ni par la plupart des instruments internationaux traitant des contrats commerciaux.
UNCITRAL was therefore faced with the question of whether, as a matter of principle, it should propose specific obligations for parties conducting business electronically that did not exist when they contracted through more traditional means.La CNUDCI a donc dû examiner la question de savoir si, a priori, elle devrait proposer de soumettre les parties qui utilisaient des moyens électroniques pour la conduite de leurs affaires à des obligations spécifiques qui ne leur étaient pas imposées lorsqu’elles passaient contrat par des moyens plus classiques.
220. UNCITRAL recognized that, when parties negotiated through open networks, such as the Internet, there may be a concrete risk that they would be requested to agree to certain terms and conditions displayed by a vendor, but might not have access to those terms and conditions at a later stage. This situation, which does not only concern consumers, as it may happen in negotiations between business entities or professional traders, may be unfavourable to the party accepting the contractual terms of the other party. It was argued that this problem did not have the same magnitude in the non-electronic environment, since, except for purely oral contracts, the parties would in most cases have access to a tangible record of the terms governing their contract (see A/CN.9/546, para. 134). It was also argued that a duty to make available the terms of contracts negotiated electronically, and possibly also subsequent changes in standard contractual conditions, would encourage good business practice and would be equally beneficial for business-to-business and for business-to-consumer commerce (see A/CN.9/571, para. 178).220. La CNUDCI a reconnu que lorsque les parties négociaient par le truchement de réseaux ouverts tels que l’Internet, il pouvait y avoir un risque réel qu’elles se voient demander d’accepter certaines clauses et conditions affichées par un vendeur, auxquelles elles ne pourraient plus accéder à un stade ultérieur. Cette situation, qui ne concerne pas uniquement les consommateurs puisqu’elle pourrait aussi se produire dans des négociations entre entités commerciales ou négociants professionnels, pourrait être défavorable à la partie acceptant les clauses contractuelles de l’autre partie. Le problème décrit, a-t-on dit, n’avait pas la même ampleur dans l’environnement non électronique car, à l’exception des contrats purement verbaux, les parties auraient, dans la plupart des cas, accès à un enregistrement tangible des clauses régissant leur contrat (voir A/CN.9/546, par. 134). Il a aussi été avancé que l’obligation de mettre à disposition les clauses contractuelles négociées par voie électronique, et éventuellement aussi les modifications ultérieures des conditions contractuelles habituelles, encouragerait la bonne pratique commerciale et serait bénéfique aussi bien pour le commerce interentreprises que pour le commerce entreprises-consommateurs (voir A/CN.9/571, par. 178).
221. The final decision, however, was not in favour of introducing a duty to make available contract terms, as it was felt that that approach would result in imposing rules that did not exist in the context of paper-based transactions, thus departing from the policy that the Electronic Communications Convention should not create a duality of regimes governing paper-based contracts on the one hand and electronic transactions on the other (see A/CN.9/509, para. 123). It was also considered that it would not be feasible to formulate an appropriate set of possible consequences for failure to comply with a requirement to make available contract terms and that it would be pointless to establish this type of duty in the Convention if no sanction was created (see A/CN.9/571, para. 179). For example, UNCITRAL discarded the possibility of rendering commercial contracts invalid for failure to comply with a duty to make contract terms available, because of the unprecedented nature of that solution, as other texts, such as the United Nations Sales Convention, had not dealt with the validity of contracts. On the other hand, providing for other types of sanction, such as tort liability or administrative sanctions, was felt to be outside the scope of a uniform instrument on commercial law (see A/CN.9/571, para. 177).221. La décision finale a toutefois été défavorable à l’introduction d’une obligation de mise à disposition des clauses contractuelles, car on a estimé que cette approche aurait pour résultat d’imposer des règles qui n’existent pas dans le contexte des opérations fondées sur des documents papier et que l’on s’écarterait ainsi du principe selon lequel la Convention sur les communications électroniques ne devrait pas mettre en place deux régimes, l’un applicable aux contrats papier et l’autre aux opérations électroniques (voir A/CN.9/509, par. 123). Il a aussi été dit qu’il ne serait pas réaliste de fixer un ensemble adéquat de conséquences possibles du manquement à la règle de mise à disposition des clauses contractuelles et qu’il serait inutile de prévoir ce type d’obligation dans la Convention si aucune sanction n’était prévue (voir A/CN.9/571, par. 179). Par exemple, la CNUDCI a rejeté la possibilité de prévoir l’invalidité des contrats commerciaux en cas de manquement au devoir de mise à disposition des clauses contractuelles, du fait du caractère sans précédent de cette solution, les autres textes comme la Convention des Nations Unies sur les ventes ne traitant pas de la validité des contrats. Cela dit, on a estimé que d’autres types de sanctions, fondées par exemple sur la responsabilité extracontractuelle, ou encore des sanctions administratives, sortaient du champ d’application d’un instrument uniforme sur le droit commercial (voir A/CN.9/571, par. 177).
222.222. L’article 13 de la Convention a été conservé pour rappeler aux parties que les règles indicatives de la Convention ne les exonérait d’aucune obligation qui leur serait faite en vertu d’exigences juridiques internes de mettre à disposition des clauses contractuelles, par exemple conformément à des régimes internes régissant la fourniture de services en ligne, en particulier dans la réglementation visant à protéger le consommateur (voir A/CN.9/509, par.
Article 13 of the Convention was retained as a reminder for parties that the facilitative rules on the Convention did not relieve them from any obligation they may have to comply with domestic legal requirements that may impose a duty to make contract terms available, for instance, pursuant to regulatory regimes governing the provision of online services, especially under consumer protection regulations (see A/CN.9/509, para. 63).63).
3. Nature of legal requirements on availability of contract terms3. Nature des exigences juridiques sur la mise à disposition des clauses contractuelles
223.223.
The phrase “any rule of law” in this article has the same meaning as the words “the law” in article 9. They encompass statutory, regulatory and judicially created laws as well as procedural laws but do not cover laws that have not become part of the law of the State, such as lex mercatoria, even though the expression “rules of law” is sometimes used in that broader meaning.Le terme “règle de droit”, dans cet article a le même sens que le mot “loi” employé au projet d’article 9 et comprend la législation, la réglementation et la jurisprudence, ainsi que les règles procédurales, mais n’inclut pas les règles qui ne sont pas devenues parties intégrantes du droit de l’État, comme la lex mercatoria, même si l’expression “règles de droit” est parfois utilisée dans ce sens plus large.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 93 and 94CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 93 et 94
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 175-181Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 175 à 181
Working Group IV, 42nd session (Vienna, 17-21 November 2003) A/CN.9/546, paras. 130-135Groupe de travail IV, quarante-deuxième session (Vienne, 17-21 novembre 2003) A/CN.9/546, par. 130 à 135
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 122-125Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 122 à 125
Article 14. Error in electronic communicationsArticle 14. Erreur dans les communications électroniques
1. Electronic commerce and errors1. Le commerce électronique et les erreurs
224.224.
The question of mistakes and errors is closely related to the use of automated message systems in electronic commerce.La question des méprises et des erreurs est étroitement liée à l’utilisation des systèmes de messagerie automatisés dans le commerce électronique.
Such errors may be either the result of human actions (for example, typing errors) or the consequence of malfunctioning of the message system used.Ces erreurs peuvent résulter soit d’actions humaines (par exemple, erreur de dactylographie), soit d’un mauvais fonctionnement du système de messagerie utilisé.
225.225.
Recent legislation on electronic commerce, including some domestic enactments of the UNCITRAL Model Law, contain provisions dealing with errors made by natural persons when dealing with an automated computer system of another person, typically by setting out the conditions under which a natural person is not bound by a contract in the event that the person made an error in an electronic communication.Certaines lois récentes sur le commerce électronique, notamment des lois internes incorporant la Loi type de la CNUDCI, contiennent des dispositions sur les erreurs commises par des personnes physiques ayant affaire au système informatique automatisé d’une autre personne qui fixent généralement les conditions dans lesquelles une personne physique n’est pas liée par un contrat lorsqu’elle a commis une erreur dans une communication électronique.
The rationale for these provisions seems to be the relatively higher risk that an error made in transactions involving a natural person, on the one hand, and an automated computer system, on the other, might not be noticed, as compared with transactions that involve only natural persons.Ces dispositions semblent être justifiées par le fait que le risque qu’une erreur ne soit pas remarquée est relativement plus élevé dans le cas d’opérations faisant intervenir une personne physique d’une part et un système d’information automatisé d’autre part que dans le cas d’opérations faisant intervenir seulement des personnes physiques.
Errors made by the natural person in such a situation may become irreversible once acceptance is dispatched.Les erreurs commises par une personne physique en pareille circonstance risquent d’être irréversibles une fois que l’acceptation est envoyée.
Indeed, in a transaction between individuals there is a greater ability to correct the error before parties have acted on it.En effet, dans le cadre d’une opération entre personnes, une erreur est plus susceptible d’être corrigée avant que les parties n’aient agi en se fiant au contenu de la communication.
However, when an individual makes an error while dealing with the automated message system of the other party, it may not be possible to correct the error before the other party has shipped or taken other action in reliance on the erroneous communication.Cependant, lorsqu’une personne commet une erreur en utilisant le système de messagerie automatisé de l’autre partie, il ne sera peut-être pas possible de corriger l’erreur avant que l’autre partie ne procède à l’expédition ou n’agisse autrement sur la base de la communication erronée.
226.226.
UNCITRAL considered carefully the desirability of dealing with errors in the Electronic Communications Convention.La CNUDCI a soigneusement examiné s’il serait souhaitable de traiter les erreurs dans la Convention sur les communications électroniques.
It was noted that the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, which was not concerned with substantive issues that arose in contract formation, did not deal with the consequences of mistake and error in electronic contracting.Il a été noté que la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, qui n’abordait pas les questions de fond qui se posaient dans la formation des contrats, ne traitait pas des conséquences des méprises et des erreurs dans le contexte des contrats électroniques.
Furthermore, article 4, subparagraph (a), of the United Nations Sales Convention expressly provided that matters related to the validity of a sales contract were excluded from its scope, although other international texts, such as the Principles of International Commercial Contracts of the International Institute for the Unification of Private Law (Unidroit), dealt with the consequences of errors for the validity of the contract, albeit restrictively.En outre, l’alinéa a) de l’article 4 de la Convention des Nations Unies sur les ventes prévoyait expressément que les questions relatives à la validité d’un contrat de vente soient exclues de son champ d’application alors que d’autres textes internationaux comme les Principes relatifs aux contrats du commerce international de l’Institut international pour l’unification du droit privé (Unidroit) traitaient des incidences de l’erreur sur la validité du contrat, il est vrai de manière limitée.
227. UNCITRAL was mindful of the need to avoid undue interference with well-established notions of contract law and to avoid creating specific rules for electronic transactions that might vary from rules that applied to other modes of negotiation. Nevertheless, it felt that there was a need for a specific provision dealing with narrowly defined types of error in the light of the relatively higher risk of human errors being made in online transactions made through automated message systems than in more traditional modes of contract negotiation (see A/CN.9/509, para. 105). The contract law of some legal systems further confirms the need for the article, for example in view of rules that require a party seeking to avoid the consequences of an error to show that the other party knew or ought to have known that a mistake had been made. While there are means of making such proof if there is an individual at each end of the transaction, awareness of the mistake is almost impossible to demonstrate when there is an automated process at the other end (see A/CN.9/548, para. 18).227. La CNUDCI était consciente de la nécessité d’éviter un conflit injustifié avec des notions bien établies en droit des contrats et la création de règles spéciales pour les opérations électroniques pouvant différer de celles qui s’appliquent aux autres modes de négociation. Elle a néanmoins estimé qu’une disposition spéciale traitant de types d’erreurs étroitement définis était nécessaire étant donné que le risque d’erreur humaine lors d’opérations faites en ligne par l’intermédiaire de systèmes de messagerie automatisés était relativement plus élevé qu’avec les modes plus traditionnels de négociation des contrats (voir A/CN.9/509, par. 105). En outre, le droit des contrats de certains systèmes juridiques confirme la nécessité de cet article, compte tenu, par exemple, de règles exigeant qu’une partie cherchant à s’exonérer des conséquences d’une erreur prouve que l’autre partie savait ou aurait dû savoir qu’une erreur avait été commise. S’il existe des moyens d’apporter une telle preuve lorsqu’il y a une personne à chaque extrémité de l’opération, la connaissance de l’erreur est presque impossible à démontrer lorsqu’il y a un processus automatisé à l’autre extrémité (voir A/CN.9/548, par. 18).
2. Scope and purpose of the article2. Portée et objet de l’article
228.228.
Article 14 of the Electronic Communications Convention applies to a very specific situation.L’article 14 de la Convention sur les communications électroniques s’applique à une situation très précise.
It is only concerned with errors that occur in transmissions between a natural person and an automated message system when the system does not provide the person with the possibility to correct the error.Il ne vise que les erreurs qui surviennent dans un échange entre une personne physique et un système de messagerie automatisé lorsque le système ne donne pas à la personne la possibilité de corriger l’erreur.
The conditions for withdrawal or avoidance of electronic communications affected by errors that occur in any other context are left for domestic law.Le soin de déterminer les conditions de retrait ou de résolution d’une communication électronique entachée d’une erreur survenue dans tout autre contexte est laissé à la législation interne.
229.229. L’article ne traite que des erreurs commises par une personne physique, par opposition à un ordinateur ou une autre machine.
The article deals only with errors made by a natural person, as opposed to a computer or other machine.Cependant, le droit de retrait d’une partie de la communication électronique n’est pas un droit de la personne physique mais de la partie au nom de laquelle elle agissait (voir A/CN.9/548, par.
However, the right to withdraw the portion of the electronic communication is not a right of the natural person but of the party on whose behalf the person was acting (see A/CN.9/548, para. 22).22).
230.230. En général, des erreurs commises par un système automatisé devraient être imputées en dernier ressort aux personnes pour le compte desquelles ce système est exploité.
Generally, errors made by any automated system should ultimately be attributable to the persons on whose behalf the system is operated.Cependant, il était déjà avancé lors de l’élaboration de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique, que certaines circonstances pouvaient nécessiter une atténuation de ce principe, par exemple quand un système automatisé générait des messages erronés d’une manière que la personne pour le compte de laquelle il était envoyé n’aurait pu raisonnablement prévoir.
However, already during the preparation of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce, it was argued that some circumstances might call for a mitigation of that principle, such as when an automated system generated erroneous messages in a manner that could not have reasonably been anticipated by the person on whose behalf the messages were sent.En pratique, le degré de responsabilité d’une partie au nom de laquelle un système de messagerie automatisé est exploité pour les actions effectuées par le système peut dépendre de divers facteurs, tels que la mesure dans laquelle cette partie exerce un contrôle sur le logiciel ou d’autres aspects techniques de la programmation du système (voir A/CN.9/484, par.
In practice, the extent to which the party on whose behalf an automated message system is operated is responsible for all its actions may depend on various factors such as the extent to which the party has control over the software or other technical aspects used in programming the system (see A/CN.9/484, para. 108).108).
Given the complexity of those questions, in respect of which domestic law may give varying answers depending on the factual situation, it was felt that it would not be appropriate to attempt to formulate uniform rules at the current stage and that jurisprudence should be allowed to evolve.Étant donné la complexité de ces questions, auxquelles le droit interne peut répondre différemment en fonction de la situation de fait, on a estimé qu’il ne serait pas approprié de chercher à formuler des règles uniformes au stade actuel et qu’il faudrait permettre à la jurisprudence d’avancer.
3. “Opportunity to correct errors”3. “Possibilité de corriger les erreurs”
231.231.
Article 14 authorizes a party who makes an error to withdraw the portion of the electronic communication where the error was made if the automated message system did not provide the person with an opportunity to correct errors.L’article 14 autorise une partie qui commet une erreur à retirer la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur a été commise si le système de messagerie automatisé ne lui donne pas la possibilité de corriger les erreurs.
The article does oblige the party on whose behalf the automated message system operates to make available procedures for detecting and correcting errors in electronic contract negotiation.Cet article oblige la partie au nom de laquelle le système est exploité d’offrir des moyens de déceler et de corriger les erreurs commises lors de la négociation de contrats électroniques.
232. UNCITRAL considered the desirability of introducing such a general obligation, as an alternative for dealing with the rights of the parties after an error had occurred. Such an obligation exists in some domestic systems, but the consequences for a party’s failure to provide procedures for detecting and correcting errors in electronic contract negotiation vary greatly from country to country. In some jurisdictions, such failure constitutes an administrative offence and subjects the infringer to payment of a fine. In other countries, the consequence is either to entitle a customer to rescind the contract or to extend the period within which a consumer may unilaterally cancel an order. The type of consequence provided in each case depends on the type of regulatory approach taken to electronic commerce. During the preparation of the Electronic Communications Convention it was felt that, however desirable such an obligation might be in the interest of promoting good business practices, the Convention would not be an appropriate place for it, since the Convention could not provide a complete system of sanctions appropriate for all circumstances (see A/CN.9/509, para. 108). The agreement eventually reached on this point was that, instead of requiring generally that an opportunity to correct errors should be provided, the Convention should limit itself to providing a remedy for the person making the error (see A/CN.9/548, para. 19).232. La CNUDCI a examiné s’il serait souhaitable d’introduire une obligation aussi générale plutôt que de traiter des droits des parties à la suite d’une erreur. Une obligation à cet effet existe dans certains systèmes internes, mais les conséquences en cas de manquement des parties à leur obligation de fournir les moyens de déceler et de corriger les erreurs commises lors de la négociation de contrats électroniques varient considérablement d’un pays à l’autre. Dans certains pays, un tel manquement constitue un délit administratif passible d’une amende. Dans d’autres, il a pour effet d’autoriser le consommateur à résoudre le contrat ou de prolonger la période durant laquelle il peut unilatéralement annuler une commande. Dans chaque cas, le type de conséquence dépend de l’approche réglementaire du commerce électronique adoptée. Lors de l’élaboration de la Convention sur les communications électroniques on a estimé que, quelle que soit l’opportunité d’une telle obligation dans l’intérêt d’encourager de bonnes pratiques commerciales, il ne convenait pas de l’insérer dans la Convention, qui ne pouvait prévoir de système de sanctions complet adapté à toutes les circonstances (voir A/CN.9/509, par. 108). Il a finalement été convenu qu’au lieu d’exiger d’une manière générale que la possibilité soit donnée de corriger les erreurs, la Convention devrait se contenter de prévoir un recours pour la personne qui commet l’erreur (voir A/CN.9/548, par. 19).
233. Article 14 of the Electronic Communications Convention deals with the allocation of risks concerning errors in electronic communications in a fair and sensible manner. An electronic communication can only be withdrawn if the automated message system did not provide the originator with an opportunity to correct the error before sending the electronic communication. If no such system is in place, the party on whose behalf the automated message system operates bears the risk of errors that may occur. Thus, the article gives an incentive to parties acting through automated message systems to build in safeguards that enable their contract partners to prevent the sending of an erroneous communication, or correct the error once sent. For example, the automated message system may be programmed to provide a “confirmation screen” to the person setting forth all the information the individual initially approved. This would provide the person with the ability to prevent the erroneous communication from ever being sent. Similarly, the automated message system might receive the communication sent by the person and then send back a confirmation which the person must again accept before the transaction is completed. This would allow for correction of an erroneous communication. In either case, the automated message system would “provide an opportunity to correct the error,” and the article would not apply. Rather, other law would govern the effect of any error.233. L’article 14 de la Convention sur les communications électroniques traite de la répartition des risques en cas d’erreurs dans les communications électroniques d’une manière équitable et raisonnable. Une communication électronique ne peut être retirée que si le système de messagerie automatisé ne permet pas à l’expéditeur de corriger l’erreur avant son envoi. Si aucun mécanisme de ce type n’est prévu, la partie au nom de laquelle le système de messagerie automatisé est exploité supporte le risque d’erreurs pouvant survenir. Ainsi, cet article incite les parties agissant par l’intermédiaire de systèmes de messagerie automatisés à incorporer des mesures de protection permettant à leurs partenaires contractuels d’empêcher l’envoi de communications erronées ou de corriger une erreur après l’envoi. Par exemple, le système de messagerie automatisé pourrait être programmé pour afficher un “écran de confirmation” exposant toutes les données initialement approuvées par une personne, lui donnant la possibilité d’empêcher l’envoi d’une communication erronée. De même, le système pourrait recevoir la communication de la personne et lui renvoyer une confirmation qu’elle devra à nouveau accepter pour que l’opération soit conclue, ce qui permettrait de corriger une communication erronée. Dans les deux cas, le système de messagerie automatisé donnerait la “possibilité de corriger l’erreur”, et l’article ne serait pas applicable, mais une autre loi régirait l’effet de toute erreur.
4. Notion and proof of “input error”4. Notion et preuve de l’“erreur de saisie”
234.234.
Article 14 of the Electronic Communications Convention is only concerned with “input” errors, that is, errors relating to inputting wrong data in communications exchanged with an automated message system.L’article 14 de la Convention sur les communications électroniques ne concerne que les erreurs “de saisie”, c’est-à-dire les erreurs liées à la saisie de données erronées dans les communications échangées avec un système de messagerie automatisé.
These are typically unintentional keystroke errors, which are felt to be potentially more frequent in transactions made through automated information systems than in more traditional modes of contract negotiation.Il s’agit généralement de fautes de frappe involontaires que l’on juge potentiellement plus fréquentes dans les opérations effectuées par l’intermédiaire de systèmes d’information automatisés que dans les modes plus traditionnels de négociation des contrats.
For example, while it would be unlikely for a person to deliver documents unintentionally to a post office, in practice there were precedents where persons had claimed not to have intended to confirm a contract by hitting “Enter” on a computer keyboard or clicking on an “I agree” icon on a computer screen.Par exemple, alors qu’il serait peu probable qu’une personne remette sans le vouloir des documents à un bureau de poste, il y avait dans la pratique des précédents dans lesquels des personnes avaient prétendu ne pas avoir eu l’intention de confirmer un contrat en appuyant sur la touche “Entrée” d’un clavier d’ordinateur ou en cliquant sur l’icône “J’accepte” d’un écran.
235. The article is not intended to be media-neutral, since it deals with a specific issue affecting certain forms of electronic communications. In doing so, article 14 does not overrule existing law on error, but merely offers a meaningful addition to it by focusing on the importance of providing means of having the error corrected (see A/CN.9/548, para. 17). Other types of error are left for the general doctrine of error under domestic law (see A/CN.9/571, para. 190).235. Cet article ne vise pas à être technologiquement neutre étant donné qu’il traite une question précise affectant certaines formes de communications électroniques. Ce faisant, il n’infirme pas le droit existant sur l’erreur, mais lui apporte simplement un complément intéressant en insistant sur l’importance qu’il y a à fournir des moyens de corriger l’erreur (voir A/CN.9/548, par. 17). D’autres types d’erreurs relèvent de la doctrine générale de l’erreur en droit interne (voir A/CN.9/571, par. 190).
236.236. Comme c’est déjà le cas dans un environnement papier, la question de fait de savoir si une erreur de saisie a effectivement été commise ou non doit être tranchée par les tribunaux à la lumière de l’ensemble des preuves et de toutes les circonstances pertinentes, y compris la crédibilité générale des assertions d’une partie (voir A/CN.9/571, par.
As is already the case in a paper-based environment, the factual determination as to whether or not an input error has indeed occurred is a matter that needs to be assessed by the courts in the light of the entire evidence and relevant circumstances, including the overall credibility of a party’s assertions (see A/CN.9/571, para. 186).186).
The right to withdraw an electronic communication is an exceptional remedy to protect a party in error and not a blank opportunity for parties to repudiate disadvantageous transactions or nullify what would otherwise be valid legal commitments freely accepted.Le droit de retrait d’une communication électronique constitue un recours exceptionnel visant à protéger une partie ayant commis une erreur, et non une carte blanche lui permettant d’annuler des opérations qui lui sont défavorables ou des engagements juridiques par ailleurs valables qu’elle a acceptés librement.
This right is justified by the consideration that a reasonable person in the position of the originator would not have issued the electronic communication, had that person been aware of the error at that time.Il se justifie par la supposition qu’une personne raisonnable se trouvant dans la situation de l’expéditeur n’aurait pas envoyé la communication si elle avait eu connaissance de l’erreur à ce moment-là.
However, article 14 does not require a determination of the intent of the party who sent the allegedly erroneous message.Cependant l’article 14 n’oblige pas à déterminer l’intention de la partie ayant envoyé le message supposé erroné.
If the operator of the automated message system fails to offer means for correcting errors despite the clear incentive to do so in article 14, it is reasonable to make such party bear the risk of errors being made in electronic communications exchanged through the automated message system.Si l’exploitant du système n’offre pas cette possibilité, bien que l’article 14 l’y incite clairement, il est raisonnable de faire supporter à cette partie le risque d’erreurs dans les communications électroniques échangées par l’intermédiaire de ce système.
Limiting the right of the party in error to withdraw the messages would not further the intended goal of the provision to encourage parties to provide for an error-correction method in automated message systems.Le fait de limiter le droit de la partie ayant commis l’erreur de retirer son message ne permettrait pas d’atteindre le but visé par le projet de disposition, à savoir encourager les parties à prévoir un moyen de corriger les erreurs dans les systèmes de messagerie automatisés.
5. “Withdraw”5. “Retrait”
237.237.
Article 14 does not invalidate an electronic communication in which an input error is made.L’article 14 n’invalide pas une communication électronique dans laquelle une erreur de saisie a été commise.
It only gives the person in error the right to “withdraw” the portion of the electronic communication in which the error was made.Il donne simplement à la personne ayant commis l’erreur un droit de “retrait” de la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur a été commise.
The term “withdraw” was deliberately used instead of other alternatives, such as “avoiding the consequences” of the electronic communication or similar expressions that might be interpreted as referring to the validity of an act and lead to discussions as to whether the act was null and void or avoidable at the party’s request.Le terme “retrait” a été délibérément préféré à d’autres variantes comme “exonération des conséquences” de la communication électronique ou d’autres expressions semblables qui pourraient être interprétées comme renvoyant à la validité d’un acte et susciterait, à la demande de la partie concernée, un débat quant au fait de savoir si l’acte était entaché de nullité relative ou absolue.
238.238. En outre, l’article 14 ne prévoit pas un droit de “corriger” l’erreur commise.
Furthermore, article 14 does not provide for a right to “correct” the error made.Lors de l’élaboration de la Convention, il a été dit que le recours devrait être limité à la correction d’une erreur de saisie, de façon à réduire le risque qu’une partie invoque une erreur comme excuse pour se retirer d’un contrat défavorable.
During the preparation of the Convention it was argued that the remedy should be limited to the correction of an input error, so as to reduce the risk that a party would allege an error as an excuse to withdraw from an unfavourable contract.Il a aussi été proposé de donner à la personne qui a commis une erreur de saisie le choix de “corriger ou de retirer” la communication électronique dans laquelle l’erreur a été commise.
Another proposal was that the person who has made an input error should have a choice to “correct or withdraw” the electronic communication in which the error was made.Cette possibilité, a-t-on avancé, engloberait à la fois les situations dans lesquelles la correction était la solution adaptée à l’erreur (en cas, par exemple, de saisie de la mauvaise quantité dans une commande) et celles dans lesquelles le retrait serait préférable (lorsqu’une personne, par exemple, s’est trompée de touche ou a frappé involontairement la touche “J’accepte” et envoyé un message qu’elle n’avait pas l’intention d’envoyer) (voir A/CN.9/571, par.
This possibility, it was argued, would cover both situations where correction was the appropriate remedy for the error (such as typing the wrong quantity in an order) and situations where withdrawal would be a better remedy (such as when a person has unintentionally hit a wrong key or an “I agree” button and sent a message he or she did not intend to send) (see A/CN.9/571, para. 193).193).
239.239.
After extensive consideration of those options, UNCITRAL agreed that the person who has made an error should only have the right to withdraw the portion of the electronic communication in which the error was made.Ayant examiné avec soin ces possibilités, la CNUDCI est convenue que la personne qui a commis une erreur devrait uniquement avoir le droit de retirer la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur a été commise.
In most legal systems, the typical consequence of an error is to make it possible for the party in error to avoid the effect of the transaction resulting from its error, but not necessarily to restore the original intent and enter into a new transaction.Dans la plupart des systèmes juridiques, la conséquence typique d’une erreur est de permettre à la partie qui l’a commise d’annuler les effets de l’opération résultant de son erreur, mais pas nécessairement de rétablir l’intention initiale et d’engager une nouvelle opération.
While withdrawal may in most cases equate to nullification of a communication, correction would require the possibility to modify the previous communication.Si le retrait peut dans la plupart des cas équivaloir à l’annulation d’une communication, la correction exigerait la possibilité de modifier la précédente communication.
UNCITRAL was not willing to create a general right to “correct” erroneous communications, as this would have introduced additional costs for system providers and would leave given remedies with no parallel in the paper world, a result which UNCITRAL had previously agreed to avoid.La CNUDCI ne souhaitait pas créer un droit général de “corriger” des communications erronées car cela aurait engendré des coûts supplémentaires pour les fournisseurs de systèmes et créé des recours sans équivalent dans l’environnement papier, résultat qu’elle avait précédemment décidé d’éviter.
A right to correct electronic communications would also cause practical difficulties, as operators of automated message systems may more readily provide an opportunity to nullify a communication already recorded than an opportunity to correct errors after a transaction has been concluded.Un tel droit créerait aussi des difficultés pratiques, car les exploitants de systèmes de messagerie automatisés pourraient plus facilement offrir la possibilité d’annuler une communication déjà enregistrée que celle de corriger des erreurs après qu’une opération a été conclue.
Furthermore, a right to correct errors would have entailed that an offeror who has received an electronic communication later alleged to contain errors must keep its original offer open since the other party would have effectively replaced the withdrawn communication.En outre, le droit de correction aurait obligé l’auteur d’une offre ayant reçu une communication électronique dont l’autre partie dirait ensuite qu’elle était erronée à maintenir son offre initiale puisque l’autre partie aurait effectivement remplacé la communication retirée.
6. The “portion of the electronic communication in which the input error was made”6. La “partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur de saisie a été commise”
240.240.
The right to withdraw relates only the part of the electronic communication where the error was made, if the information system so allows.Le droit de retrait ne porte que sur la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur de saisie a été commise, si le système d’information le permet, ce qui a pour double objet d’accorder aux parties la possibilité de corriger des erreurs commises dans des communications électroniques, lorsqu’il n’existe pas de moyen de corriger les erreurs, et de préserver autant que possible les effets du contrat, en ne corrigeant que la partie entachée d’erreur, conformément au principe général de préservation des contrats (voir A/CN.9/571, par.
This has the dual scope of granting to parties the possibility to redress errors in electronic communications, when no means of correcting errors are made available, and of preserving as much as possible the effects of the contract, by correcting only the portion vitiated by the error, in line with the general principle of preservation of contracts (see A/CN.9/571, para. 195).195).
241.241.
Article 14 does not expressly establish the consequences of the withdrawal of the portion of an electronic communication in which an error was made.L’article 14 n’énonce pas expressément les conséquences du retrait de la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur a été commise.
It is understood that, depending on the circumstances, the withdrawal of a portion of an electronic communication may invalidate the entire communication or render it ineffective for purposes of contract formation.Il est admis que, selon les circonstances, le retrait d’une partie de la communication électronique peut soit l’invalider entièrement soit la priver d’effet aux fins de la formation de contrats.
For example, if the portion withdrawn contains the reference to the nature of the goods being ordered, the electronic communication would not be “sufficiently definite” for purposes of contract formation under article 14, paragraph 1, of the United Nations Sales Convention.Par exemple, si la partie retirée contenait la référence à la nature des biens commandés, la communication électronique ne serait pas “suffisamment précise” pour satisfaire aux conditions de la formation du contrat fixées au paragraphe 1 de l’article 14 de la Convention des Nations Unies sur les ventes.
The same conclusion should apply if the portion withdrawn concerns price or quantity of goods and there are no other elements left in the electronic communication according to which they could be determined.La même conclusion s’appliquerait si la partie retirée portait sur le prix ou la quantité des biens et qu’il n’y avait pas d’autres éléments restants dans la communication électronique permettant de les établir.
However, withdrawal of a portion of the electronic communication that concerns matters that are not, by themselves or pursuant to the intent of the parties, essential elements of the contract, may not necessarily devoid the entire electronic communication of its effectiveness.En revanche, le retrait d’une partie de la communication électronique concernant des aspects qui ne constituent pas, en soi ou dans l’intention des parties, des éléments essentiels du contrat, ne priverait pas nécessairement l’ensemble de la communication électronique de tout effet.
7. Conditions for withdrawing an electronic communication7. Conditions de retrait d’une communication électronique
242.242.
Paragraphs 1 (a) and (b) of article 14 establish two conditions for a party to exercise the right to withdraw: to notify the other party as soon as possible, and not to have used or received any material benefit or value from the goods or services, if any, received from the other party.Les alinéas a) et b) du paragraphe 1 de l’article 14 soumettent l’exercice du droit de retrait par une partie à deux conditions: celle d’aviser l’autre partie aussitôt que possible et celle de ne pas avoir tiré d’avantage matériel ou de contrepartie des biens ou services éventuellement reçus de l’autre partie ni utilisé un tel avantage ou une telle contrepartie.
243. UNCITRAL considered extensively whether the right to withdraw the electronic communication should be limited in any way, in particular as the conditions contemplated in article 14 may differ from the consequences of avoidance of contracts under some legal systems (see A/CN.9/548, para. 23). It was, however, felt that the conditions set forth in paragraphs 1 (a) and 1 (b) provided a useful remedy for cases in which the automated message system proceeded to deliver physical or virtual goods or services immediately upon conclusion of the contract, with no possibility to stop the process. UNCITRAL considered that in those cases paragraphs 1 (a) and 1 (b) provided a fair basis for the exercise of the right of withdrawal and would also tend to limit abuses by parties acting in bad faith (see A/CN.9/571, para. 203).243. La CNUDCI a soigneusement examiné la question de savoir si le droit de retirer une communication électronique devrait être limité d’une manière quelconque, en particulier étant donné que les conditions envisagées à l’article 14 pouvaient différer des conséquences de la résolution des contrats prévues dans certains systèmes juridiques (voir A/CN.9/548, par. 23). Il a toutefois été estimé que les conditions énoncées aux alinéas a) et b) du paragraphe 1 offraient un recours utile lorsque le système de messagerie automatisé entreprenait de livrer des biens ou des services matériels ou virtuels dès la conclusion du contrat, sans possibilité d’interrompre ce processus. La CNUDCI a considéré qu’en pareille circonstance, les alinéas a) et b) offraient une base équitable d’exercice du droit de retrait et tendraient également à limiter les abus de parties agissant de mauvaise foi (voir A/CN.9/571, par. 203).
(a) Notice of error and time limit for withdrawing an electronic communicationa) Notification de l’erreur et délai de retrait d’une communication électronique
244.244. L’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article 14 exige de la personne physique ou de la partie au nom de laquelle cette personne agit d’aviser rapidement l’autre partie de l’erreur et du fait que la validation de la communication électronique n’était pas voulue.
Paragraph 1 (a) of article 14 requires the natural person or the party on whose behalf the person was acting to take prompt action to advise the other party of the error and of the fact that the individual did not intend to approve the electronic communication.La question de savoir si la personne a agi rapidement doit être déterminée par l’ensemble des circonstances, y compris sa capacité à contacter l’autre partie.
Whether the action is prompt must be determined from all the circumstances including the person’s ability to contact the other party.La personne physique, ou la partie au nom de laquelle cette personne agissait, devrait aviser l’autre partie aussi bien de l’erreur que du fait qu’elle n’avait pas l’intention d’être liée par la partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur avait été commise (c’est-à-dire qu’elle en serait exonérée).
The natural person or the party on whose behalf the person was acting should advise the other party both of the error and of the lack of intention to be bound (i.e. avoidance) by the portion of the electronic communication in which the error occurred.Cependant, la partie recevant le message devrait pouvoir se fier à celui-ci malgré l’erreur, jusqu’à ce qu’elle reçoive notification de l’erreur (voir A/CN.9/548, par.
However, the party receiving the message should be able to rely on the message, despite the error, up to the point of receiving a notice of error (see A/CN.9/548, para. 24).24).
245.245. Dans certains régimes internes qui exigent de l’opérateur d’un système de messagerie automatisé utilisé pour la formation de contrats qu’il offre la possibilité de corriger les erreurs, le droit de retirer ou d’annuler une communication doit être exercé au moment de l’examen de la communication avant son expédition.
In some domestic systems that require the operator of automated message systems used for contract formation to provide an opportunity to correct errors, the right to withdraw or avoid a communication must be exercised at the moment of reviewing the communication before dispatch.La partie qui commet l’erreur ne peut alors retirer la communication après qu’elle a été confirmée.
Under those systems, the party who makes an error cannot withdraw the communication after it has been confirmed.L’article 14 ne limite pas de cette façon le droit de retrait, étant donné que dans la pratique, une partie pourrait se rendre compte seulement à un stade ultérieur qu’elle a commis une erreur, par exemple lorsqu’elle reçoit des marchandises d’un type différent ou en quantité différente de ce qu’elle avait eu initialement l’intention de commander (voir A/CN.9/571, par.
Article 14 does not limit the right to withdrawal in this way, since in practice, a party may only become aware that it has made an error at a later stage, for instance, when it receives goods of a type or in a quantity different from what it had originally intended to order (see A/CN.9/571, para. 191).191).
246. Furthermore, article 14 does not deal with the time limit for exercising the right of withdrawal in case of input error, as time limits are a matter of public policy in many legal systems.246.
Nevertheless, the parties are not exposed to indefinite withdrawal.En outre, l’article 14 ne traite pas du délai pour exercer le droit de retrait en cas d’erreur de saisie étant donné que dans de nombreux systèmes juridiques, les délais relèvent de l’ordre public.
The combined impact of paragraphs 1 (a) and (b) of article 14 limits the time within which an electronic communication could be withdrawn, since withdrawal has to occur “as soon as possible”, but in any event not later than the time when the party has used or received any material benefit or value from the goods or services received from the other party.Les parties ne sont toutefois pas exposées à un droit de retrait indéfini, les alinéas a) et b) du paragraphe 1 ayant pour effet combiné de limiter le délai dans lequel une communication électronique peut être retirée, puisque le retrait doit être effectué “aussitôt que possible”, et en tout état de cause au plus tard au moment où la partie a utilisé ou tiré un avantage matériel ou une contrepartie des biens ou des services reçus de l’autre partie.
(b) Loss of right to withdraw an electronic communicationb) Déchéance du droit de retirer une communication électronique
247.247.
It should be noted that goods or services may have been provided on the basis of an allegedly erroneous communication before receipt of the notice required by paragraph 1 (a) of article 14. Paragraph 1 (b) avoids unjustified windfalls to the natural person or the party on whose behalf that person was acting by erecting stringent requirements before the party in error may exercise the right of withdrawal under the paragraph.Il convient de noter que des biens ou des services ont pu être fournis sur la base d’une communication supposée erronée avant la réception de l’avis exigé par l’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article 14. L’alinéa b) évite les avantages injustifiés à la personne physique ou à la partie au nom de laquelle elle agissait en soumettant l’exercice du droit de retrait au titre de ce paragraphe par la partie ayant commis l’erreur à des exigences strictes.
Under this provision, a party looses the right to withdrawal when it has received material benefits or value from the vitiated communication.En vertu de cette disposition, une partie est déchue de son droit de retrait lorsqu’elle a déjà tiré un avantage matériel ou une contrepartie de la communication viciée.
248.248.
UNCITRAL recognized that such a limitation in the right to invoke an error in order to avoid the consequences of a legally relevant act may not exist in all legal systems under general contract law.La CNUDCI a reconnu qu’une telle limitation du droit d’invoquer une erreur pour s’exonérer des conséquences d’un acte juridiquement pertinent n’existait peutêtre pas dans le droit général des contrats de tous les systèmes juridiques.
The risk of illegitimate windfalls for a person who successfully avoids a contract is usually dealt with by legal theories such as restitution or unjust enrichment.Le risque qu’une personne qui parvient à s’exonérer d’un contrat en tire des avantages illégitimes est généralement traité par des théories juridiques comme celle de la restitution ou de l’enrichissement sans cause.
Nevertheless, it was felt that the particular context of electronic commerce justified establishing a particular rule to avoid that risk.Il a néanmoins été estimé que le contexte particulier du commerce électronique justifiait la création d’une règle spécifique pour éviter ce risque.
249. Various transactions in electronic commerce may be concluded nearly instantaneously and generate immediate value or benefit for the party purchasing the relevant goods or services.249.
In many cases, it may be impossible to restore the conditions as they existed prior to the transaction.Diverses opérations dans le commerce électronique peuvent être conclues presque instantanément et produire des avantages matériels ou financiers immédiats pour la personne qui achète les biens ou services en question.
For example, if the consideration received is information in electronic form, it may not be possible to avoid the benefit conferred.Dans de nombreux cas, il peut être impossible de rétablir les conditions qui existaient avant l’opération.
While the medium containing the information could be returned, mere access to the information, or the ability to redistribute the information, would constitute a benefit that could not be returned.Par exemple, si ce sont des informations qui sont reçues par voie électronique, il ne sera peut-être pas possible d’éviter les avantages qui en découlent.
It may also occur that the mistaken party receives consideration that changes in value between the time of receipt and the first opportunity to return.Si le support peut être renvoyé, le simple accès à l’information ou la possibilité de la redistribuer serait un avantage qui ne pourrait être restitué.
In such a case restitution cannot be made adequately.Il peut aussi arriver que la partie qui a commis l’erreur reçoive une prestation dont la valeur change entre le moment où elle la reçoit et la première possibilité qu’elle a de la retourner, auquel cas la restitution ne peut se faire de manière adéquate.
In all these cases it would not be equitable to allow that, by withdrawing the portion of the electronic communication in which an error was made, a party could avoid the entire transaction while effectively retaining the benefit gained from it.Dans tous ces cas, il ne serait pas équitable de permettre à une partie, par le retrait de partie de la communication électronique dans laquelle l’erreur a été commise, d’annuler l’opération entière tout en conservant les avantages qu’elle en a tirés.
This limitation is further important in view of the large number of electronic transactions involving intermediaries that may be harmed because transactions cannot be unwound.Cette limitation est également importante compte tenu des nombreuses opérations électroniques qui font appel à des intermédiaires qui pourraient être lésés du fait d’opérations ne pouvant être défaites.
8. Relationship to general law on mistake8. Relation avec la législation générale sur l’erreur
250.250. L’article 14 vise essentiellement à fournir un moyen spécifique de rectifier des erreurs de saisie qui surviennent dans des circonstances particulières et non à porter atteinte à la doctrine générale de l’erreur prévue par la législation interne.
The underlying purpose of article 14 is to provide a specific remedy in respect of input errors that occur under particular circumstances and not to interfere with the general doctrine on error under domestic laws.Si les conditions énoncées au paragraphe 1 ne sont pas remplies (c’est-à-dire si l’erreur n’est pas une erreur de “saisie” commise par une personne physique ou si le système de messagerie automatisé n’a pas donné à la personne la possibilité de corriger l’erreur), les conséquences de l’erreur seraient celles qui sont prévues par une autre loi, y compris la loi sur l’erreur et toute convention entre les parties (voir A/CN.9/548, par.
If the conditions set forth in paragraph 1 of article 14 are not met (that is, if the error is not an “input” error made by a natural person, or if the automated message system did in fact provide the person with an opportunity to correct the error), the consequences of the error would be as provided for by other laws, including the law on error, and by any agreement between the parties (see A/CN.9/548, para. 20).20).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 95-103CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 95 à 103
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 182-206Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 182 à 206
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 14-26Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 14 à 26
Working Group IV, 39th session (New York, 11-15 March 2002) A/CN.9/509, paras. 99 and 104-111Groupe de travail IV, trente-neuvième session (New York, 11-15 mars 2002) A/CN.9/509, par. 99 et par. 104 à 111
Chapter IV.Chapitre IV.
Final provisionsDispositions finales
Article 15. DepositaryArticle 15. Dépositaire
251.251.
Articles 15 to 25 form part of the final provisions of the Electronic Communications Convention.Les articles 15 à 25 forment les dispositions finales de la Convention sur les communications électroniques.
Most of them are customary provisions in multilateral treaties and are not intended to create rights and obligations for private parties.Ce sont pour la plupart des dispositions qui figurent habituellement dans les traités multilatéraux et ne créent ni droits ni obligations pour les parties privées.
However, as these provisions regulate the extent to which a contracting State is bound by the Convention, including the time the Convention or any declaration submitted thereunder enter into force, they may affect the ability of the parties to rely on the provisions of the Convention.Cependant, du fait qu’elles déterminent la mesure dans laquelle un État contractant est lié par la Convention, en particulier la date à laquelle celle-ci ou une déclaration présentée conformément à elle entre en vigueur, elles peuvent avoir une incidence sur la faculté qu’auront les parties de se prévaloir de la Convention.
252.252.
Article 15 designates the Secretary-General of the United Nations as depositary of the Convention.L’article 15 désigne le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies comme dépositaire de la Convention.
The depositary is entrusted with the custody of the authentic texts of the Convention and of any full powers delivered to the depositary and performs a number of administrative services in connection therewith, such as preparing certified copies of the original text; receiving signatures to the Convention and receiving and keeping custody of any instruments, notifications and communications relating to it; and informing the contracting States and the States entitled to become contracting States of acts, notifications and communications relating to the Convention.Le dépositaire est chargé de la garde des textes authentiques de la Convention et des pleins pouvoirs qui lui sont remis et fournit un certain nombre de services administratifs connexes, consistant par exemple à établir des copies certifiées conformes du texte original; à recevoir toutes signatures de la Convention; à recevoir et à garder tous instruments, notifications et communications relatifs à la Convention; et à informer les États contractants et les États ayant qualité pour le devenir des actes, notifications et communications relatifs à la Convention.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 106 and 107CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 106 et 107
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 16. Signature, ratification, acceptance or approvalArticle 16. Signature, ratification, acceptation ou approbation
1. The “all States” formula1. La formule “tous les États”
253.253.
According to a formula frequently used in multilateral treaties in order to promote widest possible participation, article 16 declares the Electronic Communications Convention open for signature by “all States”.L’article 16 déclare la Convention sur les communications électroniques ouverte à la signature de “tous les États”, formule fréquemment employée dans les traités multilatéraux pour promouvoir une participation aussi large que possible.
254.254.
It should be noted, however, that the Secretary-General, as depositary, has stated on a number of occasions that it would fall outside his competence to determine whether a territory or other such entity would fall within the “all States” formula.Il est à noter, toutefois, que le Secrétaire général, en sa qualité de dépositaire, a indiqué en diverses occasions qu’il n’avait pas compétence pour décider si un territoire ou une autre entité similaire entrait dans la catégorie désignée par la formule “tous les États”.
Pursuant to a general understanding adopted by the General Assembly on 14 December 1973, in discharging his functions as a depositary of a convention with the “all States” clause, the Secretary-General will follow the practice of the General Assembly and, whenever advisable, will request the opinion of the Assembly before receiving a signature or an instrument of ratification or accession.Aux termes d’un accord adopté par l’Assemblée générale le 14 décembre 1973, le Secrétaire général, en s’acquittant de ses fonctions de dépositaire d’une convention contenant la clause “tous les États”, suivra la pratique de l’Assemblée dans l’application de cette clause et, chaque fois que cela sera opportun, il sollicitera l’avis de cette dernière avant de recevoir une signature ou un instrument de ratification ou d’adhésion.
2. Consent to be bound by ratification, acceptance, approval or accession2. Consentement à être lié par ratification, acceptation, approbation ou adhésion
255. While some treaties provide that States may express their consent to be legally bound by signature alone, the Electronic Communications Convention, like most modern multilateral treaties, provides that it is subject to ratification, acceptance or approval by the signatory States.255.
Providing for signature subject to ratification, acceptance or approval allows States time to seek approval for the Convention at the domestic level and to enact any legislation necessary to implement the Convention internally, prior to undertaking the legal obligations from the Convention at the international level.Si certains traités prévoient qu’une signature suffit pour que les États expriment leur consentement à être juridiquement liés, la Convention sur les communications électroniques, comme la plupart des traités multilatéraux modernes, dispose que la signature se fait sous réserve de ratification, d’acceptation ou d’approbation, ce qui laisse aux États le temps de faire approuver la Convention au niveau interne et d’adopter toute législation nécessaire pour l’appliquer sur leur territoire, avant d’assumer les obligations juridiques qui en découlent à l’échelle internationale.
Upon ratification, the Convention legally binds the States.Une fois ratifiée, la Convention lie juridiquement les États.
256. Acceptance or approval of a treaty following signature has the same legal effect as ratification, and the same rules apply.256.
Accession has the same legal effect as ratification, acceptance or approval.L’acceptation ou l’approbation d’un traité après signature a le même effet juridique que la ratification et les mêmes règles s’appliquent.
However, unlike ratification, acceptance or approval, which must be preceded by signature, accession requires only the deposit of an instrument of accession.L’adhésion produit le même effet juridique que la ratification, l’acceptation ou l’approbation.
Accession as a means of becoming party to a treaty is generally used by States wishing to express their consent to be bound by a treaty if, for whatever reason, they are unable to sign it.Néanmoins, contrairement à ces trois dernières formalités, qui doivent être précédées de la signature, elle exige simplement le dépôt d’un instrument d’adhésion.
This may occur if the deadline for signature has passed or if domestic circumstances prevent a State from signing a treaty.L’adhésion en tant que moyen de devenir partie à un traité est généralement utilisée par les États qui souhaitent exprimer leur consentement à être liés par un traité si, pour une raison ou une autre, ils ne sont pas en mesure de le signer, ce qui peut être le cas si la situation interne les en empêche ou si le délai pour la signature a expiré.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 108-110CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 108 à 110
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 17. Participation by regional economic integration organizationsArticle 17. Participation d’organisations régionales d’intégration économique
1. Notion of “regional economic integration organization”1. Notion d’“organisation régionale d’intégration économique”
257.257.
In addition to “States”, the Electronic Communications Convention allows participation by international organizations of a particular type, namely “regional economic integration organizations”.La Convention sur les communications électroniques autorise, outre la participation des “États”, celle d’organisations internationales d’un type particulier, les “organisations régionales d’intégration économique”.
In introducing this article, which had not appeared in its previous texts, UNCITRAL acknowledged the growing importance of regional economic integration organizations, which are already allowed to participate in several trade-related treaties, including recent international conventions in the field of international commercial law, such as the Unidroit Convention on International Interests in Mobile Equipment (Cape Town, 2001) (the “Cape Town Convention”).En introduisant cet article, qui ne figure dans aucun de ses précédents textes, la CNUDCI a reconnu l’importance grandissante de ces organisations, qui sont déjà autorisées à participer à plusieurs traités en matière commerciale, notamment aux conventions internationales récentes dans le domaine du droit commercial international, comme la Convention d’Unidroit relative aux garanties internationales portant sur des matériels d’équipement mobiles (Le Cap, 2001) (la “Convention du Cap”).
258.258.
The Electronic Communications Convention does not contain a definition of “regional economic integration organizations”.La Convention sur les communications électroniques ne définit pas les “organisations régionales d’intégration économique”.
Nevertheless, it could be said that the notion of “regional economic integration organizations” used in article 17 encompasses two key elements: the grouping of States in a certain region for the realization of common purposes, and the transfer of competencies relating to those common purposes from the members of the regional economic integration organization to the organization.On peut néanmoins dire que cette notion, telle qu’employée à l’article 17, comporte deux éléments principaux: le regroupement d’États d’une région donnée en vue de la réalisation d’objectifs communs et le transfert de compétences liées à ces objectifs des membres de l’organisation à l’organisation elle-même.
259.259.
Although the notion of “regional economic integration organization” is a flexible one, participation in the Convention is not open to international organizations at large.Bien que la notion soit souple, ne peuvent pas participer à la Convention toutes les organisations internationales en général.
It was noted that, at the current stage, most international organizations did not have the power to enact legally binding rules having a direct effect on private contracts, since that function typically required the exercise of certain attributes of State sovereignty that only few organizations, typically regional economic integration organizations, had received from their member States.Il a été noté qu’au stade actuel, la plupart des organisations internationales n’avaient pas le pouvoir d’adopter de règles juridiquement contraignantes ayant directement effet sur les contrats privés, car une telle fonction exigeait normalement l’exercice de certains attributs de la souveraineté des États que seules quelques organisations, le plus souvent des organisations régionales d’intégration économique, avaient reçus de leurs États membres.
2. Extent of competence of the regional economic integration organization2. Étendue de la compétence de l’organisation régionale d’intégration économique
260.260.
The Electronic Communications Convention is not concerned with the internal procedures leading to signature, acceptance, approval or accession by a regional economic integration organization.La Convention sur les communications électroniques ne s’intéresse pas aux procédures internes conduisant à la signature, à l’acceptation, à l’approbation ou à l’adhésion d’une organisation régionale d’intégration économique.
The Convention itself does not require a separate act of authorization by the member States of the organization and does not answer, in one way or the other, the question as to whether a regional economic integration organization has the right to ratify the convention if none of its member States decides to do so.Elle n’exige pas un acte d’autorisation séparé des États membres de l’organisation et ne tranche ni dans un sens ni dans l’autre la question de savoir si une organisation a le droit de ratifier la Convention lorsque aucun de ses États membres n’a décidé de le faire.
For the Convention, the extent of treaty powers given to a regional economic integration organization is an internal matter concerning the relations between the organization and its own member States.Pour la Convention, l’étendue des pouvoirs en matière de traités conférés à une organisation régionale d’intégration économique est une question interne qui concerne les relations entre l’organisation et ses États membres.
Article 17 does not prescribe the manner in which regional economic integration organizations and their member States divide competences and powers among themselves.L’article 17 ne prescrit pas comment sont répartis les compétences et les pouvoirs entre les organisations régionales d’intégration économique et leurs États membres.
261.261.
Notwithstanding its neutral approach in respect of the internal affairs of a regional economic integration organization, the Convention only allows ratification by an organization that “has competence over certain matters governed by this Convention”, as clearly stated in paragraph 1 of article 17. This competence needs further to be demonstrated by a declaration made to the depositary pursuant to paragraph 2 of the article, specifying the matters governed by the Convention in respect of which competence has been transferred to that organization by its member States.Bien que neutre en ce qui concerne les affaires internes d’une organisation régionale d’intégration économique, la Convention n’autorise en revanche la ratification que par une organisation “ayant compétence sur certaines matières régies” par elle, comme l’indique clairement le paragraphe 1 de l’article 17. L’organisation doit en outre faire la preuve de cette compétence en effectuant auprès du dépositaire, conformément au paragraphe 2, une déclaration indiquant les matières régies par la Convention pour lesquelles ses États membres lui ont transféré leur compétence.
Article 17 does not provide a basis for ratification if the regional economic integration organization has no competence on the subject matter covered by the Convention.L’article 17 n’autorise donc pas une organisation régionale d’intégration économique à ratifier la Convention si elle n’a pas compétence sur les matières régies par celle-ci.
262.262.
However, the regional economic integration organization does not need to have competence over all the matters covered by the Convention, which admits that such competence may be partial or concurrent.Toutefois, il n’est pas nécessaire que l’organisation soit compétente pour toutes les matières régies par la Convention, laquelle admet que cette compétence puisse être partielle ou concurrente.
Regional economic integration organizations typically derive their powers from their member States.Les organisations régionales d’intégration économique tirent normalement leurs pouvoirs de leurs États membres.
By their very nature, as international organizations, regional economic integration organizations have competences in the areas that have been expressly or implicitly transferred to their sphere of activities.De par leur nature même, en tant qu’organisations internationales, elles ont compétence dans les domaines qui ont été expressément ou implicitement transférés à leur sphère d’activités.
Several provisions of the Convention, in particular those in chapter IV, imply the exercise of full State sovereignty and the Convention is not in its entirety capable of being applied by a regional economic integration organization.Plusieurs dispositions de la Convention, en particulier au chapitre IV, supposent l’exercice d’une souveraineté d’État entière, et une organisation régionale d’intégration économique ne peut appliquer intégralement la Convention.
Furthermore, the legislative authority over the substantive matters dealt with by the Convention may be shared to some extent between the organization and its member States.Il se peut en outre que le pouvoir de légiférer sur les questions de fond abordées dans la Convention soit dans une certaine mesure partagé entre l’organisation et ses États membres.
3. Coordination between regional economic integration organizations and their member States3. Coordination entre les organisations régionales d’intégration économique et leurs États membres
263.263.
By acceding to the Electronic Communications Convention, a regional economic integration organization becomes a contracting party in its own right and has, therefore, the right to submit declarations excluding or including matters in the scope of application of the Convention pursuant to articles 19 and 20. The Convention itself does not set forth mechanisms to ensure the consistency between declarations made by a regional economic integration organization and those made by its member States.En adhérant à la Convention sur les communications électroniques, une organisation régionale d’intégration économique devient une partie contractante à part entière et, partant, a le droit de soumettre des déclarations pour exclure certaines matières du champ d’application de la Convention ou les y inclure conformément aux articles 19 et 20. La Convention ne prévoit pas de mécanismes pour assurer la cohérence entre les déclarations faites par une organisation et celles faites par ses États membres.
264.264.
Possible inconsistencies between declarations submitted by a regional economic integration organization and declarations submitted by its member States would create considerable uncertainty in the application of the Convention and deprive private parties of the ability to easily ascertain beforehand to which matters the Convention applied in respect of which States.Des divergences éventuelles entre les déclarations faites par une organisation régionale d’intégration économique et par ses États membres créeraient une grande incertitude dans l’application de la Convention et empêcheraient les parties privées de déterminer facilement à l’avance quelles matières sont régies par la Convention pour quels États.
They would therefore be highly undesirable.Elles seraient donc extrêmement fâcheuses.
265.265.
In practice, however, it is expected that conflicting declarations by a regional economic integration organization and its member States would be unlikely.Dans la pratique, toutefois, ce genre de divergences devrait être peu probable.
Indeed, paragraph 2 of article 17 already imposes a high standard of coordination by requiring the regional economic integration organization to declare the specific matters for which it has competence.En effet, le paragraphe 2 de l’article 17 impose déjà un degré élevé de coordination en exigeant que l’organisation régionale d’intégration économique présente une déclaration indiquant les matières pour lesquelles elle a compétence.
Under normal circumstances, careful consultations would take place, as a result of which, if declarations under article 19 or 20 were found to be necessary, there would be a set of common declarations for the matters in respect of which the regional economic integration organization was competent, which would be mandatory for all member States of the organization.Dans des circonstances normales, des consultations approfondies auraient lieu, à l’issue desquelles, si des déclarations au titre de l’article 19 ou 20 étaient jugées nécessaires, il y aurait un ensemble de déclarations communes sur les matières pour lesquelles l’organisation est compétente, déclarations qui seraient contraignantes pour tous ses États membres.
Differing declarations from member States would thus be limited to matters in which no exclusive competence had been transferred from member States to the regional economic integration organization, or matters particular to the State making a declaration, as might be the case, for example, of declarations under article 20, paragraphs 2 to 4, since member States of regional economic integration organizations may not necessarily be contracting States to the same international conventions or treaties.Les déclarations divergentes d’États membres ne concerneraient donc que les matières pour lesquelles ces derniers n’auraient pas délégué de compétence exclusive à l’organisation ou des matières propres à l’État membre faisant une déclaration, ce qui pourrait être le cas, par exemple, pour les déclarations visées aux paragraphes 2 à 4 de l’article 20, étant donné que les États membres d’une organisation régionale d’intégration économique ne sont pas nécessairement des États contractants aux mêmes conventions ou traités internationaux.
266.266.
In any event, there is an obvious need for ensuring consistency between declarations made by regional economic integration organizations and declarations made by their member States.En tout état de cause, il est à l’évidence nécessaire d’assurer la cohérence entre les déclarations faites par les organisations régionales d’intégration économique et celles faites par leurs États membres.
Private parties in third countries should be able to ascertain without inordinate effort when the member States and when the organization have the power to make a particular declaration.Les parties privées dans des pays tiers devraient être en mesure de déterminer, sans effort démesuré, quand le pouvoir de faire une déclaration revient aux États membres ou à l’organisation.
There was a strong consensus within UNCITRAL that contracting States to the Convention would be entitled to expect that a regional economic integration organization that had ratified the Convention, and its own member States, would take the necessary steps to avoid conflicts in the manner in which they applied the Convention.Un consensus fort s’est dégagé au sein de la CNUDCI, selon lequel les États contractants seraient en droit d’attendre d’une organisation régionale d’intégration économique ayant ratifié la Convention et de ses États membres qu’ils prennent les mesures nécessaires pour éviter toute contradiction dans la manière dont ils appliquent la Convention.
4. Relationship between the Convention and rules enacted by regional economic integration organizations4. Relation entre la Convention et les règles adoptées par les organisations régionales d’intégration économique
267.267.
Paragraph 4 of article 17 regulates the relationship between the Electronic Communications Convention and rules enacted by a regional economic integration organization.Le paragraphe 4 de l’article 17 régit la relation entre la Convention sur les communications électroniques et les règles adoptées par une organisation régionale d’intégration économique.
It provides that the provisions of the Convention shall not prevail over any conflicting rules of any regional economic integration organization as applicable to parties whose respective places of business are located in member States of any such organization, as set out by a declaration made in accordance with article 21.Il prévoit que les dispositions de la Convention ne prévalent sur aucune règle contraire d’une organisation régionale d’intégration économique applicable aux parties dont les établissements respectifs sont situés dans des États membres de cette organisation, comme précisé par une déclaration faite conformément à l’article 21.
268.268.
The purpose of this exception is to avoid interference with rules enacted by a regional economic integration organization to harmonize private commercial law within the territory of the organization with a view to facilitating the establishment of an internal market among its member States.Cette exception a pour but d’éviter que la Convention n’empiète sur les règles adoptées par une organisation régionale d’intégration économique pour harmoniser le droit commercial privé sur son territoire afin de faciliter l’établissement d’un marché interne entre ses États membres.
In giving priority to conflicting rules of a regional economic integration organization, UNCITRAL recognized that measures to promote legal harmonization among member States of a regional economic integration organization might create a situation that was in many respects analogous to the situation in countries where sub-sovereign jurisdictions, such as states or provinces, had legislative authority over private law matters.En donnant préséance aux règles contraires d’une organisation, la CNUDCI a reconnu que les mesures destinées à promouvoir l’harmonisation du droit entre les États membres de l’organisation pouvaient créer une situation qui, à de nombreux égards, s’apparentait à celle de pays dans lesquels des entités infranationales, telles que des états ou des provinces, avaient autorité pour légiférer dans des matières relevant du droit privé.
It was felt that for matters subject to regional legal harmonization, the entire territory covered by a regional economic integration organization deserved to be treated in a similar way as a single domestic legal system.Il a été estimé que, pour les matières faisant l’objet d’une harmonisation juridique sur le plan régional, l’ensemble du territoire couvert par une organisation régionale d’intégration économique méritait d’être traité comme un seul et même système juridique interne.
269.269.
While paragraph 4 of article 17 sets forth a rule that has not appeared in this form in previous instruments prepared by UNCITRAL, the principle of deference to particular regional regimes embodied in this provision is not entirely new.Si la règle énoncée au paragraphe 4 de l’article 17 n’apparaît pas sous cette forme dans les instruments élaborés précédemment par la CNUDCI, le principe de la primauté de régimes régionaux particuliers posé par cette disposition n’est pas entièrement nouveau.
Article 94 of the United Nations Sales Convention, for example, acknowledges the right of States with similar laws in respect of matters covered by that Convention to declare that their domestic laws take precedence over the provisions of the United Nations Sales Convention in respect of contracts concluded between parties located in their territories.L’article 94 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, par exemple, reconnaît aux États qui ont des lois similaires sur les matières régies par elle le droit de déclarer que leur législation interne prévaut sur ses dispositions pour les contrats conclus entre des parties situées sur leur territoire.
270.270.
In view of the fact that legal harmonization promoted by a regional economic integration organization may not necessarily cover the entire range of issues dealt with by the Electronic Communications Convention, the exception in paragraph 4 of article 17 does not operate automatically.Étant donné que les questions traitées dans la Convention sur les communications électroniques ne feront pas toutes nécessairement l’objet d’une harmonisation juridique au niveau régional, l’exception prévue au paragraphe 4 de l’article 17 ne s’applique pas automatiquement.
The priority status of regional rules needs therefore to be set out in a declaration submitted under article 21. The declaration contemplated in paragraph 4 would be submitted by the regional economic integration organization itself, and is distinct from, and without prejudice to, declarations by States under article 19, paragraph 2. If no such organization adheres to the Convention, their member States who wish to do so would still have the right to include, among the other declarations that they may wish to make, a declaration of the type contemplated in paragraph 4 of article 17 in view of the broad scope of article 19, paragraph 2. It was understood that if a State did not make such a declaration, paragraph 4 would not automatically apply.La primauté des règles régionales doit donc être énoncée dans une déclaration soumise conformément à l’article 21. La déclaration visée par le paragraphe 4 serait présentée par l’organisation régionale d’intégration économique même et est distincte et sans préjudice des déclarations faites par les États conformément au paragraphe 2 de l’article 19. Si une organisation régionale ne devient pas partie à la Convention, ses États membres, s’ils le souhaitent, auraient toujours le droit d’inclure, parmi les autres déclarations qu’ils pourraient vouloir faire, une déclaration du type de celle envisagée au paragraphe 4 de l’article 17 compte tenu de la portée étendue du paragraphe 2 de l’article 19. Il a été convenu qu’en l’absence d’une telle déclaration par un État, le paragraphe 4 ne s’appliquerait pas automatiquement.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 111-123CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 111 à 123
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 18. Effect in domestic territorial unitsArticle 18. Effet dans les unités territoriales nationales
1. The “federal clause”1. La “clause fédérale”
271.271.
Article 18 permits a contracting State, at the time of signature, ratification, acceptance, approval or accession, to declare that the Electronic Communications Convention is to extend to all its territorial units or only to one or more of them and to amend its declaration by submitting another declaration at any time.L’article 18 permet à un État contractant, au moment de la signature, de la ratification, de l’acceptation, de l’approbation ou de l’adhésion, de déclarer que la Convention sur les communications électroniques s’appliquera à l’ensemble de ses unités territoriales ou seulement à une ou plusieurs d’entre elles et de modifier sa déclaration en en soumettant une autre à tout moment.
This provision, often called “the federal clause”, is of interest to relatively few States — federal systems where the central Government lacks treaty power to establish uniform law for the subject matter covered by the Convention.Cette disposition, souvent appelée “clause fédérale”, intéresse relativement peu d’États, en l’occurrence les systèmes fédéraux dans lesquels le gouvernement central n’est pas habilité dans le cadre de son pouvoir de conclure des traités à établir des lois uniformes pour la matière couverte par la Convention.
Article 18 addresses this problem by providing that a State may declare that the Convention will apply “only to one or more” of its territorial units — an option that permits a State to adopt the Convention with its applicability limited to those units (e.g. provinces) which have enacted legislation to implement the Convention.L’article 18 règle le problème en autorisant un État à déclarer que la Convention s’appliquera “uniquement à l’une ou plusieurs” de ses unités territoriales – option qui lui permet d’adopter la Convention en limitant son applicabilité aux unités (par exemple, des provinces) ayant pris une législation pour lui donner effet.
272.272.
The effect of the provision is therefore on the one hand to permit federal States to apply the Convention progressively to their territorial units and on the other to permit those States that wish to do so to extend its application to all their territorial units from the very outset.La disposition vise donc à permettre, d’un côté, aux États fédéraux d’appliquer la Convention progressivement à leurs unités territoriales et, d’un autre côté, aux États qui le souhaitent de l’appliquer dès le début à toutes leurs unités territoriales.
Paragraph 2 of article 18 provides for the declarations to be notified to the depositary and to state expressly the territorial units to which the Convention extends.Le paragraphe 2 de l’article 18 prévoit que les déclarations doivent être notifiées au dépositaire et indiquer expressément les unités territoriales auxquelles s’applique la Convention.
If no declaration is submitted, the Convention will extend to all territorial units of that State in accordance with paragraph 4.En l’absence de déclaration, la Convention s’appliquera à toutes les unités territoriales de l’État comme en dispose le paragraphe 4.
273.273.
It should be noted however that a State that has two or more territorial units is only entitled to make the declaration under article 18 if different systems of law apply in those units in relation to the matters dealt with in the Convention.Il est à noter cependant qu’un État constitué de deux unités territoriales ou plus n’est autorisé à faire de déclaration en vertu de l’article 18 que si des systèmes de droit différents s’appliquent, dans ces unités, aux matières traitées dans la Convention.
Unlike earlier texts in which this clause had appeared, article 18, paragraph 1, does not make reference to the contracting State’s constitution as the basis of the existence of different systems of law in the State concerned.Contrairement aux précédents textes comportant une telle clause, le paragraphe 1 de l’article 18 ne se réfère pas à la Constitution de l’État contractant en tant que fondement de l’existence de systèmes de droit différents dans cet État.
This slight modification, which follows recent practice in other international uniform law instruments, should not alter the way the “federal clause” operates.Ce léger changement, qui suit la pratique récente d’autres instruments internationaux de droit uniforme, ne devrait pas modifier la façon dont s’applique la “clause fédérale”.
2. Operation in practice2. Application dans la pratique
274.274.
Paragraph 3 of article 18 makes it clear that, for the purposes of the Electronic Communications Convention, a place of business is not considered to be located in a contracting State when that place of business is located in a territorial unit of a contracting State to which unit that State has not extended the Convention.Le paragraphe 3 de l’article 18 indique clairement que, aux fins de la Convention sur les communications électroniques, n’est pas considéré comme étant situé dans un État contractant un établissement qui se trouve dans une unité territoriale de cet État à laquelle ne s’applique pas la Convention.
The consequences of paragraph 3 will depend on whether or not the contracting State whose laws apply to an exchange of electronic communications has made a declaration pursuant to article 19, paragraph 1 (a).Les conséquences de ce paragraphe varieront selon que l’État contractant dont les lois s’appliquent à un échange de communications électroniques a fait ou non une déclaration conformément à l’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article 19. Dans l’affirmative, la Convention ne s’appliquera pas.
If such a declaration exists, the Convention would not apply.En revanche, si la loi applicable est celle d’un État contractant qui n’a pas fait une telle déclaration, la Convention s’appliquera néanmoins, étant donné que le paragraphe 1 de l’article premier n’exige pas que les deux parties se trouvent dans des États contractants (voir ci-dessus, par.
However, if the applicable law is the law of a contracting State that has not made this declaration, the Convention would nevertheless apply, as article 1, paragraph 1, does not require that both parties be located in contracting States (see above, paras. 60-64).60 à 64).
275.275.
The wording in the negative, completed by the proviso “unless [the place of business] is in a territorial unit to which the Convention extends” was chosen so as to avoid creating the misleading impression that the Convention might apply to a contract concluded between parties with places of business in different territorial units of the same contracting State to which the Convention had been extended by that State.La tournure négative, complétée par la restriction “à moins [que l’établissement] ne soit situé dans une unité territoriale à laquelle la Convention s’applique”, a été retenue pour ne pas donner l’impression trompeuse que la Convention pourrait s’appliquer à un contrat conclu entre des parties ayant leur établissement dans différentes unités territoriales du même État contractant auxquelles s’appliquerait la Convention.
276.276.
Article 18 should be read in conjunction with article 6, paragraph 2. Thus, for example, if a large company has places of business in more than one territorial unit of a federal State, not all of which are located in territorial units to which the Convention extends, the decisive factor, in the absence of an indication of a place of business, is the place of business that has the closest relationship to the contract to which the electronic communications relate.L’article 18 devrait être lu conjointement avec le paragraphe 2 de l’article 6. Ainsi, par exemple, si une grosse société a des établissements dans plusieurs unités territoriales d’un État fédéral qui ne sont pas tous situés dans des unités territoriales auxquelles s’applique la Convention, le facteur décisif, en l’absence d’indication d’un établissement, sera l’établissement qui a la relation la plus étroite avec le contrat auquel se rapportent les communications électroniques.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 124 and 125CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 124 et 125
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 19. Declarations on the scope of applicationArticle 19. Déclarations concernant le champ d’application
1. Nature of declarations1. Nature des déclarations
277.277. La possibilité, pour les États contractants, de faire des déclarations destinées à modifier le champ d’application d’une convention particulière n’est pas inhabituelle dans les conventions de droit international privé et de droit commercial.
The possibility for contracting States to make declarations aimed at adjusting the scope of application of a particular convention is not uncommon in private international law and commercial law conventions.Dans ce domaine de la pratique des traités, elles ne sont pas considérées comme des réserves – lesquelles ne sont pas autorisées par la Convention – et n’ont pas les mêmes conséquences que des réserves faites en droit international public (voir aussi cidessous, par.
In this area of treaty practice, they are not regarded as reservations — which the Convention does not permit — and do not have the same consequences as reservations under public international law (see also paras. 311-317 below).311 à 317).
2. Declarations on the geographic scope of application of the Convention2. Déclarations sur le champ d’application géographique de la Convention
278.278.
As noted above, pursuant to article 1, paragraph 1, the Electronic Communications Convention applies whenever the parties exchanging electronic communications have their places of business in different States, even if those States are not contracting States to the Convention, as long as the law of a contracting State is the applicable law.Comme il a été indiqué ci-dessus, selon le paragraphe 1 de l’article premier, la Convention sur les communications électroniques s’applique lorsque les parties qui échangent des communications électroniques ont leur établissement dans des États différents, même s’il ne s’agit pas d’États contractants, dès lors que la loi applicable est celle d’un État contractant.
Article 19, paragraph 1 (a), allows contracting States to declare, however, that notwithstanding article 1, paragraph 1, they will apply the Convention only when both States where the parties have their places of business are contracting States to the Convention.L’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article 19 autorise toutefois les États contractants à déclarer que, nonobstant le paragraphe 1 de l’article premier, ils appliqueront la Convention uniquement lorsque les deux États dans lesquels les parties ont leur établissement sont des États contractants.
This type of declaration will have the following practical consequences:Ce type de déclaration aura les conséquences pratiques suivantes:
(a) Forum State is a contracting State that has made a declaration under article 19, paragraph 1 (a). The Convention will have “autonomous” application and will therefore apply to the exchange of electronic communications between parties located in different contracting States regardless of whether the rules of private international law of the forum State lead to the application of the laws of that State or of another State;a) L’État du for est un État contractant qui a fait une déclaration en vertu de l’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article 19. La Convention s’appliquera de manière “autonome” et régira donc l’échange de communications électroniques entre des parties situées dans différents États contractants, que les règles du droit international privé de l’État du for renvoient aux lois de cet État ou à celles d’un autre État;
(b) Forum State is a contracting State that has not made a declaration under article 19, paragraph 1 (a). The applicability of the Convention will depend on three factors: (a) whether the rules of private international law point to the law of the forum State, of another contracting State or of a non-contracting State; (b) whether the State the law of which is made applicable under the rules of private international law of the forum State has made a declaration pursuant to article 19, paragraph 1 (a); and, if so, (c) whether or not both parties have their places of business in different contracting States. Accordingly, if the applicable law is the law of a contracting State that has made a declaration under paragraph 1 (a), the Convention applies only if both parties have their places of business in different contracting States. If the applicable law is the law of the forum State or of another contracting State that has not made this declaration, the Convention applies even if the parties do not have their places of business in different contracting States. If the applicable law is the law of a non-contracting State, the Convention does not apply;b) L’État du for est un État contractant qui n’a pas fait de déclaration en vertu de l’alinéa a) du paragraphe 1 de l’article 19. L’applicabilité de la Convention dépendra de trois facteurs: a) les règles du droit international privé désignentelles la loi de l’État du for, d’un autre État contractant ou d’un État non contractant? b) l’État dont la loi est désignée par les règles du droit international privé de l’État du for a-t-il fait une déclaration conformément à l’alinéa a)? et, dans l’affirmative, c) les deux parties ont-elles ou non leur établissement dans des États contractants différents? Ainsi, si la loi applicable est celle d’un État contractant qui a fait une déclaration conformément à l’alinéa a), la Convention s’applique uniquement lorsque les deux parties ont leur établissement dans des États contractants différents. Si la loi applicable est celle de l’État du for ou d’un autre État contractant qui n’a pas fait de déclaration, la Convention s’applique même si les parties n’ont pas leur établissement dans des États contractants différents. Si la loi applicable est celle d’un État non contractant, la Convention ne s’applique pas;
(c) Forum State is a non-contracting State.c) L’État du for est un État non contractant.
The Convention will apply, mutatis mutandis, under the same conditions as described in paragraph 278 (b) above.La Convention s’appliquera, mutatis mutandis, dans les mêmes conditions que celles décrites au point b) du présent paragraphe.
279.279.
The possibility for contracting States to make this declaration has been introduced so as to facilitate accession to the Convention by States that prefer the enhanced legal certainty offered by an autonomous scope of application, which allows the parties to know beforehand, and independently from rules of private international law, when the Convention applies.Ce genre de déclaration a été autorisé pour faciliter l’adhésion à la Convention d’États qui préfèrent la sécurité juridique accrue qu’offre un champ d’application autonome, car celui-ci permet aux parties de savoir à l’avance, et indépendamment des règles du droit international privé, quand s’applique la Convention.
3. Limitation based on the choice of the parties3. Limitation fondée sur le choix des parties
280. Paragraph 1 (b) of article 19 contemplates a possible limitation in the scope of application of the Convention.280.
Under this provision, a State may declare that it will apply the Convention only when the parties to a contract have agreed that the Convention applies to the electronic communications exchanged by them.L’alinéa b) du paragraphe 1 de l’article 19 envisage une possible limitation du champ d’application de la Convention, en autorisant un État à déclarer qu’il appliquera celle-ci uniquement lorsque les parties à un contrat sont convenues qu’elle s’applique aux communications électroniques échangées entre elles.
When introducing this possibility, UNCITRAL was aware that a declaration of this type would, in practice, considerably reduce the applicability of the Convention and deprive a State making the declaration of default uniform rules for the use of electronic communications between parties to an international contract that had not agreed on detailed contract rules for the matters covered by the Convention.En introduisant cette possibilité, la CNUDCI était consciente que, dans la pratique, une telle déclaration réduirait considérablement l’applicabilité de la Convention et priverait un État déclarant de règles uniformes supplétives pour l’utilisation de communications électroniques entre des parties à un contrat international qui ne s’étaient pas accordées sur des règles contractuelles détaillées pour les matières régies par la Convention.
281.281. On a également fait valoir contre l’autorisation de ce type de déclaration qu’elle pourrait être source d’une certaine insécurité quant à l’application de la Convention dans les États non parties dont les règles de droit international privé conduisaient les tribunaux à appliquer les lois d’un État contractant ayant fait une telle déclaration.
Another argument against permitting this type of declaration was that it might give rise to some uncertainty on the application of the Convention in non-party States whose rules of private international law directed the courts to the application of the laws of a contracting State that had made such a declaration.Certains systèmes juridiques accepteraient des accords visant à soumettre un contrat aux lois d’un État contractant, mais ne reconnaîtraient pas aux parties le droit d’incorporer telles quelles dans leur contrat les dispositions de la Convention, car une convention internationale sur des matières de droit privé n’aurait juridiquement effet pour des parties privées que si le droit interne lui aurait donné effet.
Some legal systems would accept agreements to subject a contract to the laws of a contracting State, but would not recognize the right of the parties to incorporate the terms of the Convention as such into their contract on the grounds that an international convention on private law matters would only have legal effect for private parties to the extent that the convention in question has been given effect domestically.Par conséquent, les clauses relatives au choix de la loi renvoyant à une convention internationale seront généralement appliquées par incorporation d’une loi étrangère et non par la mise en œuvre de la convention internationale elle-même (voir A/CN.9/548, par.
Thus, choice-of-law clauses referring to an international convention would usually be enforced in those countries as incorporation of foreign law, but not as enforcement of the international convention as such (see A/CN.9/548, para. 95).95).
282.282. Selon l’opinion contraire, de nombreux systèmes juridiques ne créeraient pas d’obstacles à l’exécution d’une clause désignant une convention internationale comme loi applicable.
The countervailing view was that many legal systems would not create obstacles to the enforcement of a clause choosing an international convention as applicable law.De plus, les litiges portant sur des contrats internationaux ne sont pas exclusivement tranchés par des juridictions étatiques et l’arbitrage est largement pratiqué dans le commerce international.
Furthermore, disputes involving international contracts are not solved exclusively by State courts, and arbitration is a widespread practice in international trade.Souvent, les tribunaux arbitraux ne sont pas expressément rattachés à un lieu géographique donné et ils tranchent les litiges dont ils sont saisis sur la base de la loi choisie par les parties.
Arbitral tribunals are often not specifically linked to any particular geographic location and often rule on the disputes submitted to them on the basis of the law chosen by the parties.Dans la pratique, les clauses relatives au choix de la législation applicable ne renvoient pas toujours à la loi d’un État donné, car les parties choisissent souvent de soumettre leur contrat à une convention internationale indépendamment de toute loi nationale (voir A/CN.9/548, par.
In practice, choice-of-law clauses do not always refer to the laws of particular States, as parties often choose to subject their contracts to international conventions independently from the laws of any given jurisdiction (see A/CN.9/548, para. 96).96).
283.283.
UNCITRAL agreed to retain the possibility for States to submit a declaration pursuant to paragraph 1 (b) of article 19, as a means of promoting wider adoption of the Convention.La CNUDCI est convenue de conserver la possibilité, pour les États, de présenter une déclaration en vertu de l’alinéa b) du paragraphe 1 de l’article 19, afin d’encourager une adoption plus large de la Convention.
It was felt that paragraph 1 (b) offered those States which might have difficulties in accepting the general application of the Convention under its article 1, paragraph 1, the possibility to allow their nationals to choose the Convention as applicable law.On a estimé que cet alinéa donnait aux États qui pourraient avoir des difficultés à accepter l’application générale de la Convention prévue au paragraphe 1 de son article premier la possibilité d’autoriser leurs nationaux à désigner la Convention comme loi applicable.
4. Exclusion of specific matters under paragraph 24. Exclusion de certaines matières en vertu du paragraphe 2
284.284.
In preparing the Electronic Communications Convention, UNCITRAL aimed at achieving as wide as possible application.En élaborant la Convention sur les communications électroniques, la CNUDCI a cherché à lui donner un champ d’application aussi large que possible.
General exclusions under article 2, which apply to all contracting States, have accordingly been kept to a minimum.C’est pourquoi les exclusions générales prévues à l’article 2, qui s’appliquent à tous les États contractants, ont été limitées au minimum.
It was recognized, at the same time, that the degree of acceptance of electronic communications still varied greatly among legal systems and that several jurisdictions still excluded certain matters or types of transaction from the scope of legislation intended to facilitate the use of electronic communications.Parallèlement, on a reconnu que le degré d’acceptation des communications électroniques variait encore beaucoup d’un système juridique à l’autre, et que plusieurs États continuaient à exclure certaines matières ou certains types d’opérations de la législation visant à faciliter l’utilisation des communications électroniques.
It was also acknowledged that some legal systems, while accepting electronic communications in connection with certain types of transaction, sometimes subjected them to specific requirements, for instance as regarded the type of electronic signature that the parties may use.On a aussi reconnu que, si certains systèmes juridiques acceptaient les communications électroniques en relation avec certains types d’opérations, ils soumettaient parfois celles-ci à des exigences spécifiques, par exemple pour ce qui était du type de signature électronique que les parties pouvaient utiliser.
Other countries, however, may take a more liberal approach, so that matters excluded or subject to particular requirements in some countries may not be excluded or subject to any special requirement in other countries.D’autres pays, en revanche, pouvaient adopter une approche plus libérale, si bien que les matières qui étaient exclues ou soumises à des exigences particulières dans certains pays ne le seraient peut-être pas dans d’autres.
285.285. Compte tenu de cette diversité d’approches, la CNUDCI est convenue qu’il faudrait donner aux États contractants la possibilité d’exclure certaines matières du champ d’application de la Convention par le biais de déclarations faites conformément à l’article 21. Ce faisant, elle était consciente du fait que des exclusions unilatérales au moyen de telles déclarations ne contribuaient pas, en théorie, à renforcer la sécurité juridique.
In view of that diversity of approaches, UNCITRAL agreed that contracting States should be given the possibility of excluding certain matters from the scope of application of the Convention by means of declarations submitted under article 21. In adopting this approach, UNCITRAL was mindful of the fact that unilateral exclusions by way of declarations under article 21 were not in theory conducive to enhancing legal certainty.Néanmoins, on a estimé qu’une telle formule permettrait aux États de limiter l’application de la Convention comme ils le jugeraient bon, alors que l’adoption d’une liste d’exclusions aurait pour effet d’imposer aussi ces exclusions aux États qui ne voyaient aucune raison d’empêcher les parties aux opérations exclues d’utiliser des communications électroniques (voir A/CN.9/571, par.
Nevertheless, it was felt that such a system would allow States to limit the application of the Convention as deemed best, while the adoption of a list of exemptions would have the effect to impose those exclusions even for States that saw no reason for preventing the parties to the excluded transactions from using electronic communications (see A/CN.9/571, para. 63).63).
286.286. Les États peuvent exclure les matières qui sont actuellement exclues du champ d’application de leur législation interne adoptée pour promouvoir le commerce électronique (pour des exemples, voir ci-dessus par.
The types of matter that may be excluded may include matters that some States currently exclude from the scope of domestic legislation enacted to promote electronic commerce (for examples, see para. 82 above).82).
Another type of exclusion might be a declaration limiting the application of the Convention only to the use of electronic communications in connection with contracts covered by international conventions listed in article 20, paragraph 1, although UNCITRAL was of the view that such a declaration, while possible under the broad terms of article 19, paragraph 2, would not further the desired goal of ensuring the broadest possible application of the Convention and should not be encouraged.Ils peuvent aussi faire une déclaration limitant l’application de la Convention à la seule utilisation de communications électroniques en rapport avec des contrats régis par les conventions internationales énumérées au paragraphe 1 de l’article 20. La CNUDCI a toutefois été d’avis que des déclarations de ce type, bien que possibles en raison de la formulation générale du paragraphe 2 de l’article 19, n’aideraient pas à atteindre l’objectif recherché – à savoir assurer l’application la plus large possible de la Convention – et ne devraient pas être encouragées.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 126-130CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 126 à 130
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 28-46Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 28 à 46
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 27-37Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 27 à 37
Article 20. Communications exchanged under other international conventionsArticle 20. Communications échangées conformément à d’autres conventions internationales
1. Origin and purpose of the article1. Origine et objet de l’article
287. When it first considered the possibility of further work on electronic commerce after the adoption of the UNCITRAL Model Law on Electronic Signatures, UNCITRAL contemplated, among other issues, a topic broadly referred to as “electronic contracting” and measures that might be needed to remove possible legal obstacles to electronic commerce under existing international conventions. After UNCITRAL Working Group IV (Electronic Commerce) had reviewed the initial draft of what later became the Electronic Communications Convention, at its thirty-ninth session (see A/CN.9/509, paras. 18-125), and following the Secretariat’s survey of possible legal obstacles to electronic commerce under existing international conventions (see A/CN.9/WG.IV/WP.94) at its fortieth session (see A/CN.9/527, paras. 24-71), the Working Group agreed that UNCITRAL should attempt to identify the common elements between removing legal barriers to electronic commerce in existing instruments and a possible international convention on electronic contracting, and that both projects should as much as possible be carried out simultaneously (see also A/CN.9/527, para. 30 and A/CN.9/546, para. 34). It was eventually agreed that the Convention should incorporate provisions aimed at removing possible legal obstacles to electronic commerce that might arise under existing international trade-related instruments.287. Lorsqu’elle a examiné pour la première fois la possibilité d’entreprendre de nouveaux travaux sur le commerce électronique après l’adoption de sa Loi type sur les signatures électroniques, la CNUDCI a envisagé de s’intéresser notamment à ce qu’on appelait globalement les “contrats électroniques” et aux mesures qui pourraient être nécessaires pour éliminer les éventuels obstacles juridiques au commerce électronique dans les conventions internationales existantes. Après l’examen par le Groupe de travail IV (Commerce électronique), à sa trente-neuvième session, de la version initiale du projet de texte qui allait devenir la Convention sur les communications électroniques (voir A/CN.9/509, par. 18 à 125) et de l’étude du secrétariat sur des obstacles juridiques possibles au commerce électronique dans les conventions internationales existantes (voir A/CN.9/WG.IV/WP.94) à sa quarantième session (voir A/CN.9/527, par. 24 à 71), le Groupe de travail est convenu que la CNUDCI devrait essayer de mettre en évidence les points communs entre la suppression de ces obstacles et une éventuelle convention internationale sur les contrats électroniques et que les deux projets devraient, autant que possible, être menés simultanément (voir aussi A/CN.9/527, par. 30 et A/CN.9/546, par. 34). Il a finalement été décidé que la Convention devrait contenir des dispositions visant à lever d’éventuels obstacles juridiques au commerce électronique dans les instruments internationaux existants relatifs au commerce.
288.288. Dans le cadre de ses travaux visant à éliminer les obstacles en question, la CNUDCI s’est attachée notamment à formuler des solutions qui n’obligeraient pas à modifier les différentes conventions internationales.
One of the objectives of the work of UNCITRAL towards the removal of possible legal obstacles to electronic commerce in existing international instruments was to formulate solutions that obviated the need for amending individual international conventions.L’article 20 de la Convention sur les communications électroniques a pour objet de proposer une solution commune possible pour certains des obstacles juridiques au commerce électronique dans les instruments internationaux existants, que le secrétariat avait recensés dans l’étude susmentionnée (voir A/CN.9/527, par.
Article 20 of the Electronic Communications Convention intends to offer a possible common solution for some of the legal obstacles to electronic commerce under existing international instruments that had been identified by the Secretariat in its above-mentioned survey (see A/CN.9/527, paras. 33-48).33 à 48).
289.289. S’agissant des communications électroniques liées à des contrats régis par d’autres conventions internationales, la Convention ne vise pas seulement à interpréter des termes utilisés ailleurs, mais aussi à énoncer des règles de fond permettant d’appliquer efficacement ces autres conventions dans un contexte électronique (voir A/CN.9/548, par.
The intended effect of the Convention in respect of electronic communications relating to contracts covered by other international conventions is not merely to interpret terms used elsewhere, but to offer substantive rules that allow those other conventions to operate effectively in an electronic environment (see A/CN.9/548, para. 51).51).
However, article 20 is not meant to formally amend any international convention, treaty or agreement, whether or not listed in paragraph 1, or to provide an authentic interpretation of any other international convention, treaty or agreement.Toutefois, l’article 20 n’a pas pour objet de modifier formellement d’autres conventions, traités ou accords internationaux, qu’ils soient ou non énumérés au paragraphe 1, ni d’en donner une interprétation authentique.
2. Relationship between the Convention and other conventions, treaties or agreements2. Relation entre la Convention et d’autres conventions, traités ou accords
290.290. L’effet conjugué des paragraphes 1 et 2 de l’article 20 de la Convention sur les communications électroniques est que, en ratifiant la Convention, et sauf déclaration contraire, un État s’engagerait automatiquement à appliquer les dispositions de cette dernière aux communications électroniques échangées en relation avec l’une quelconque des conventions énumérées au paragraphe 1 ou d’autres conventions, traités ou accords auxquels l’État est partie ou peut le devenir.
The combined effect of paragraphs 1 and 2 of article 20 of the Electronic Communications Convention is that, by ratifying the Convention, and except as otherwise declared, a State would automatically undertake to apply the provisions of the Convention to electronic communications exchanged in connection with any of the conventions listed in paragraph 1 or any other convention, treaty or agreement to which a State is or may become a contracting State.Ces dispositions visent à apporter une solution interne à un problème ayant son origine dans des instruments internationaux.
These provisions aim at providing a domestic solution for a problem originating in international instruments.Elles partent de la constatation que les tribunaux nationaux interprètent déjà les instruments internationaux de droit commercial.
They are based on the recognition that domestic courts already interpret international commercial law instruments.Les paragraphes 1 et 2 de l’article 20 font qu’un État contractant incorporerait dans son système juridique une disposition enjoignant à ses organes judiciaires d’appliquer les dispositions de la Convention pour traiter les questions juridiques relatives à l’utilisation de messages de données dans le contexte d’autres conventions internationales (voir A/CN.9/548, par.
Paragraphs 1 and 2 of article 20 of the Electronic Communications Convention ensure that a contracting State would incorporate into its legal system a provision that directs its judicial bodies to use the provisions of the Convention to address legal issues relating to the use of data messages in the context of other international conventions (see A/CN.9/548, para. 49).49).
291.291. L’article 20 n’énumère pas les dispositions de la Convention sur les communications électroniques qui peuvent ou devraient être appliquées aux communications électroniques échangées en relation avec des contrats régis par d’autres conventions, traités ou accords.
Article 20 does not list which provisions of the Electronic Communications Convention can or should be applied to electronic communications exchanged in connection with contracts governed by other conventions, treaties and agreements.Une telle liste, si précieuse soit-elle en théorie, aurait été extrêmement difficile à dresser, compte tenu de la diversité des questions contractuelles couvertes par les conventions existantes.
Such a list, however valuable in theory, would have been extremely difficult to draw up, in view of the diversity of the contractual matters covered by existing conventions.C’est pourquoi la Convention laisse à ceux qui la mettront en œuvre le soin de déterminer lesquelles de ses dispositions pourraient être applicables à l’échange de communications électroniques auquel s’appliquent également d’autres conventions.
The Electronic Communications Convention therefore leaves it for a body applying the Convention to establish which of its provisions might be relevant in respect of the exchange of electronic communications to which other conventions also apply.En principe, si une disposition quelconque de la Convention ne convient pas pour certaines opérations, toute personne raisonnable appliquant la Convention devrait s’en apercevoir (voir A/CN.9/548, par.
It is expected that if any provision in the Electronic Communications Convention is not appropriate for certain transactions, that circumstance should be clear to a reasonable person applying that Convention (see A/CN.9/548, para. 55).55).
3. The list of conventions in paragraph 13. La liste de conventions du paragraphe 1
292.292.
The list in paragraph 1 of article 20 has been included merely for purposes of clarity.La liste du paragraphe 1 de l’article 20 a été incluse uniquement par souci de clarté.
Parties to contracts falling under the scope of application of the Electronic Communications Convention to which any of these conventions also apply will therefore know beforehand that the electronic communications exchanged by them will benefit from the favourable regime provided by the Convention.Les parties à des contrats qui tombent dans le champ d’application de la Convention sur les communications électroniques et auxquels s’applique également l’une quelconque des conventions énumérées, sauront donc à l’avance que les communications électroniques échangées entre elles bénéficieront du régime favorable prévu par la Convention.
293.293.
Five of the conventions listed in paragraph 1 resulted from the work of UNCITRAL: the Convention on the Limitation Period in the International Sale of Goods (“Limitation Convention”); the United Nations Convention on Contracts for the International Sale of Goods (“United Nations Sales Convention”); the United Nations Convention on the Liability of Operators of Transport Terminals in International Trade (“Terminal Operators Convention”); the United Nations Convention on Independent Guarantees and Stand-by Letters of Credit (“Guarantees Convention”); and the United Nations Convention on the Assignment of Receivables in International Trade (“Receivables Convention”).Cinq des conventions mentionnées au paragraphe 1 sont le résultat des travaux de la CNUDCI: la Convention sur la prescription en matière de vente internationale de marchandises (“Convention sur la prescription”); la Convention des Nations Unies sur les contrats de vente internationale de marchandises (“Convention des Nations Unies sur les ventes”); la Convention des Nations Unies sur la responsabilité des exploitants de terminaux de transport dans le commerce international (“Convention sur les exploitants de terminaux”); la Convention des Nations Unies sur les garanties indépendantes et les lettres de crédit standby (“Convention sur les garanties”); et la Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international (“Convention sur les créances”).
The Convention on the Recognition and Enforcement of Foreign Arbitral Awards (“New York Convention”) was not prepared by UNCITRAL, but is directly related to its mandate.La Convention pour la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales étrangères (“Convention de New York”) n’a pas été élaborée par la CNUDCI, mais a un rapport direct avec son mandat.
294.294. Le fait que deux de ces conventions, à savoir la Convention sur les exploitants de terminaux et la Convention sur les créances, ne sont pas encore entrées en vigueur n’a pas été considéré comme un obstacle à leur inclusion sur la liste.
The fact that two of these conventions have not yet entered into force, namely the Terminal Operators Convention and the Receivables Convention, was not regarded as an obstacle to their inclusion in the list.En effet, plusieurs conventions déjà renvoyaient à des instruments internationaux qui n’étaient pas encore en vigueur au moment où elles avaient été élaborées.
Indeed, there were several precedents for references in a convention to international instruments that had not yet entered into force at the time the new convention was drafted.On peut citer, comme exemple tiré des travaux de la CNUDCI, l’élaboration, lors de la finalisation de la Convention des Nations Unies sur les ventes, en 1980, d’un protocole visant à adapter au régime de cette convention la Convention sur la prescription de 1974, qui n’était alors pas encore en vigueur (voir A/CN.9/548, par.
One example that had resulted from the work of UNCITRAL was the preparation, at the time of the finalization of the United Nations Sales Convention, in 1980, of a protocol to adapt the Limitation Convention, of 1974, at that time not yet in force, to the regime of the United Nations Sales Convention (see A/CN.9/548, para. 57).57).
295. Two of the conventions prepared by UNCITRAL were not included in the list: the United Nations Convention on International Bills of Exchange and International Promissory Notes (New York, 9 December 1988); and the United Nations Convention on the Carriage of Goods by Sea (Hamburg, 31 March 1978). UNCITRAL considered that the possible problems related to the use of electronic communications under those conventions, as well as under other international conventions dealing with negotiable instruments or transport documents, might require specific treatment and that it might not be appropriate to attempt to address those problems in the context of the Electronic Communications Convention (see A/CN.9/527, para. 29; see also A/CN.9/527, paras. 24-71).295. Deux des conventions élaborées par la CNUDCI n’ont pas été incluses: la Convention des Nations Unies sur les lettres de change internationales et les billets à ordre internationaux (New York, 9 décembre 1988); et la Convention des Nations Unies sur le transport de marchandises par mer (Hambourg, 31 mars 1978). La CNUDCI a estimé que les éventuels problèmes liés à l’utilisation de communications électroniques dans le cadre de ces conventions, de même que dans d’autres conventions internationales traitant des instruments négociables ou des documents de transport, pourraient nécessiter un traitement spécifique et qu’il ne conviendrait peut-être pas de tenter de les résoudre dans la Convention sur les communications électroniques (voir A/CN.9/527, par. 29; voir aussi A/CN.9/527, par. 24 à 71).
4. General effect in respect of electronic communications related to contracts governed by other international conventions, treaties or agreements4. Effet général en ce qui concerne les communications électroniques liées à des contrats régis par d’autres conventions, traités ou accords internationaux
296.296.
The application of the provisions of the Electronic Communications Convention to electronic communications exchanged in connection with contracts covered by other international conventions, treaties or agreements was initially limited to electronic communications in the context of a contract covered by one of the conventions listed in paragraph 1 of article 20. However, it was considered that in many legal systems, the Convention could be applied to the use of electronic communications in the context of contracts covered by any other international convention simply by virtue of article 1, without the need for a specific reference to a convention governing such a contract in article 20.L’application des dispositions de la Convention sur les communications électroniques était limitée à l’origine aux communications électroniques échangées en relation avec des contrats régis par l’une des conventions mentionnées au paragraphe 1 de l’article 20. On a considéré toutefois que, dans de nombreux systèmes juridiques, la Convention pourrait s’appliquer à l’utilisation de communications électroniques dans le cadre de contrats régis par n’importe quelle autre convention internationale simplement en vertu de l’article premier, sans qu’il soit nécessaire de se référer expressément à la convention régissant le contrat dans l’article 20.
297.297. Le paragraphe 2 de l’article 20 a donc été adopté dans le but d’étendre le champ d’application de la Convention et de permettre aux parties à un contrat régi par un autre instrument de bénéficier automatiquement de la sécurité juridique accrue qu’elle offre pour l’échange de communications électroniques.
Paragraph 2 of article 20 was therefore adopted with a view to expanding the scope of application of the Electronic Communications Convention and allowing the parties to a contract to which another legal instrument applied to benefit automatically from the enhanced legal certainty for the exchange of electronic communications that the Convention provided.Comme les dispositions de la Convention visent à faciliter le commerce électronique, on a estimé que les États seraient plus probablement disposés à étendre celles-ci aux instruments ayant trait au commerce qu’à exclure leur application à d’autres instruments.
Given the enabling nature of the provisions of the Convention, it was felt that States would be more likely to be inclined to extending its provisions to trade-related instruments than to excluding their application to other instruments.Avec le paragraphe 2, cet élargissement s’effectue automatiquement, sans que les États contractants aient à faire de nombreuses déclarations d’acceptation expresse pour parvenir au même résultat (voir A/CN.9/571, par.
Under paragraph 2, such an expansion operates automatically, without the need for contracting States to submit numerous opt-in declarations to achieve the same result (see A/CN.9/571, para. 25).25).
298.298.
Accordingly, in addition to those instruments which, for the avoidance of doubt, are listed in paragraph 1 of article 20, the provisions of the Convention also apply, pursuant to paragraph 2 of article 20, to electronic communications exchanged in connection with contracts covered by other international conventions, treaties or agreements, unless such application has been excluded by a contracting State.Par conséquent, les dispositions de la Convention s’appliquent aux communications électroniques échangées en rapport avec des contrats régis, non seulement par les instruments qui, pour éviter tout doute, sont énumérés au paragraphe 1 de l’article 20 mais aussi, comme le prévoit le paragraphe 2, par d’autres conventions, traités ou accords internationaux, sauf si cette application a été exclue par un État contractant.
299. Paragraph 2 of article 20 does not specify the nature of the other conventions, treaties or agreements in support of which the provisions of the Electronic Communications Convention may be extended, but the reach of the provision is narrowed down by the reference to electronic communications exchanged “in connection with the formation or performance of a contract”. While it was generally understood that those other conventions, treaties or agreements primarily comprised other international agreements or conventions on private commercial law matters, it was felt that such a qualification should not be added, as it would unnecessarily restrict the application of paragraph 2. UNCITRAL considered that the Electronic Communications Convention could have value for many States in connection with contractual matters other than those relating strictly to private commercial law (see A/CN.9/548, para. 60).299. Le paragraphe 2 de l’article 20 ne précise pas la nature des autres conventions, traités ou accords auxquels les dispositions de la Convention sur les communications électroniques peuvent être étendues, mais la portée de la disposition est limitée par la référence aux communications électroniques “se rapportant à la formation ou à l’exécution d’un contrat”. Bien qu’il ait été généralement convenu que le paragraphe visait principalement d’autres conventions, traités ou accords internationaux relatifs à des matières de droit commercial privé, on a estimé qu’une telle référence ne devait pas être ajoutée, car elle restreindrait inutilement le champ d’application du paragraphe. La CNUDCI a été d’avis que la Convention pourrait être utile à de nombreux États pour des questions contractuelles autres que celles strictement liées au droit commercial privé (voir A/CN.9/548, par. 60).
300.300. Le paragraphe 2 in fine permet à un État contractant de ne pas accepter le champ d’application élargi de la Convention.
The last sentence of paragraph 2 of article 20 allows a contracting State to exclude the expanded application of the Convention.Cette possibilité a été ajoutée pour tenir compte des préoccupations éventuelles des États qui souhaiteraient d’abord vérifier si les dispositions de la Convention sont compatibles avec leurs obligations internationales existantes (voir A/CN.9/548, par.
The possibility has been added to take into account possible concerns of States that may wish to ascertain first whether the provisions contained in the Convention are compatible with their existing international obligations (see A/CN.9/548, para. 61).61).
5. Specific exclusions or inclusions by contracting States5. Exclusions et inclusions particulières par les États contractants
301.301.
Paragraph 3 of article 20 adds further flexibility by allowing States to add specific conventions to the list of international instruments to which they would apply the provisions of the Electronic Communications Convention — even if the State has submitted a general declaration under paragraph 2.Le paragraphe 3 de l’article 20 apporte un supplément de souplesse en permettant aux États d’ajouter à la liste des instruments internationaux des conventions particulières auxquelles ils appliqueront les dispositions de la Convention sur les communications électroniques – même s’ils ont adressé une déclaration générale en application du paragraphe 2.
302.302. De son côté, le paragraphe 4 de l’article 20, a l’effet inverse puisqu’il permet aux États d’exclure certaines conventions spécifiées dans leur déclaration.
Paragraph 4 of article 20, in turn, has the opposite effect and allows States to exclude certain specific conventions identified in their declarations.Une déclaration faite conformément à ce paragraphe exclurait l’application de la Convention sur les communications électroniques à l’utilisation de communications électroniques en rapport avec tous les contrats auxquels s’appliquent la ou les conventions internationales mentionnées.
Declarations under paragraph 4 would exclude the application of the Electronic Communications Convention to the use of electronic communications in respect of all contracts to which the specified international convention or conventions apply.Cette disposition ne prévoit pas la possibilité pour un État contractant d’exclure seulement certains types ou catégories de contrats régis par une autre convention internationale (voir A/CN.9/571, par.
This provision does not contemplate the possibility for a contracting State to exclude only certain types or categories of contract covered by another international convention (see A/CN.9/571, para. 56).56).
303. A declaration under paragraph 3 of article 20 would extend the application of the entire Electronic Communications Convention, as appropriate (see para. 291 above), to electronic communications exchanged in connection with contracts governed by the conventions, treaties or agreements specified in that State’s declaration. A contracting State making such a declaration is not allowed to choose which of the provisions of the Convention would be extended, as it was considered that such an approach would create uncertainty as to which provisions of the Convention applied in any given jurisdiction (see A/CN.9/548, para. 64).303. En présentant une déclaration conformément au paragraphe 3 de l’article 20 un État contractant élargirait l’application de la Convention dans son intégralité, selon qu’il convient (voir ci-dessus, par. 291), aux communications électroniques échangées en relation avec des contrats régis par les conventions, traités ou accords mentionnés dans sa déclaration. Ce faisant, il n’est pas autorisé à choisir quelles dispositions de la Convention s’appliqueront. En effet, on a considéré qu’une telle solution serait source d’insécurité s’agissant de savoir quelles dispositions de la Convention s’appliqueraient dans tel ou tel pays (voir A/CN.9/548, par. 64).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 131 and 132CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 131 et 132
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, paras. 23-27 and 47-58Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 23 à 27 et par. 47 à 58
Working Group IV, 43rd session (New York, 15-19 March 2004) A/CN.9/548, paras. 38-70Groupe de travail IV, quarante-troisième session (New York, 15-19 mars 2004) A/CN.9/548, par. 38 à 70
Article 21. Procedure and effects of declarationsArticle 21. Procédure et effets des déclarations
1. Time and form of declarations1. Moment et forme des déclarations
304.304.
Article 21 of the Electronic Communications Convention defines the manner of making a declaration under the Convention and of its withdrawal, as well as the time at which a declaration or its withdrawal becomes effective.L’article 21 de la Convention sur les communications électroniques définit la façon dont une déclaration peut être faite en vertu de la Convention et être retirée, de même que le moment où la déclaration ou son retrait prennent effet.
305. Declarations under article 17, paragraph 4, article 19, paragraphs 1 and 2, and article 20, paragraphs 2, 3 and 4, may be made at any time.305.
Other declarations, such as under article 17, paragraph 2, and article 18, paragraph 1 (but not a later amendment thereof), must be made at the time of signature, ratification, acceptance or approval.Des déclarations peuvent être faites à tout moment en vertu du paragraphe 4 de l’article 17, des paragraphes 1 et 2 de l’article 19 et des paragraphes 2, 3 et 4 de l’article 20. D’autres déclarations, notamment en vertu du paragraphe 2 de l’article 17 et du paragraphe 1 de l’article 18 (mais non leur modification ultérieure), doivent être faites lors de la signature, de la ratification, de l’acceptation ou de l’approbation.
Declarations made at the time of signature are subject to confirmation upon ratification, acceptance or approval.Les déclarations faites lors de la signature sont sujettes à confirmation au moment de la ratification, de l’acceptation ou de l’approbation.
In the absence of confirmation such declarations will be without effect.En l’absence de confirmation, elles sont sans effet.
306.306.
Several international treaties, including uniform law treaties such as the United Nations Sales Convention, generally authorize contracting States to submit declarations only at the time of the deposit of their instrument of ratification, acceptance, approval or accession.Plusieurs traités internationaux, notamment ceux portant loi uniforme comme la Convention des Nations Unies sur les ventes, autorisent généralement les États contractants à présenter des déclarations uniquement lors du dépôt de leur instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.
This limitation is generally justified by the interest in simplifying the operation of the treaty, promoting legal certainty and uniform application of the treaty, which may be hampered by excessive flexibility in making, amending and withdrawing declarations.Cette limitation se justifie généralement par le souci de simplifier l’application du traité, d’en promouvoir l’application uniforme et de favoriser la sécurité juridique, objectifs qui peuvent être compromis par une souplesse excessive des modalités de présentation, de modification et de retrait des déclarations.
In the particular case of the Electronic Communications Convention, however, it was generally felt that in an area evolving as rapidly as the area of electronic commerce, in which technological developments rapidly change existing patterns of business and trade practices, it was essential to afford States a greater degree of flexibility in the application of the Convention.Dans le cas particulier de la Convention sur les communications électroniques, toutefois, on a généralement estimé que, dans un domaine aussi évolutif que le commerce électronique, où le progrès technologique avait pour effet de modifier rapidement les activités et les pratiques commerciales existantes, il était essentiel d’offrir aux États un degré de souplesse plus important dans l’application de la Convention.
A rigid system of declarations that required decisions to be made by States prior to the deposit of instruments of ratification, acceptance, approval or accession might either deter States from joining the Convention, or might prompt them to act in an overly cautious manner, thereby leading States to exclude automatically the application of the Convention in various areas that would have otherwise benefited from the favourable framework it provides for electronic communications.Un système rigide de déclarations exigeant que les États se décident avant le dépôt des instruments de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion pourrait soit dissuader ceux-ci de devenir parties à la Convention, soit les inciter à se montrer excessivement prudents et donc à exclure automatiquement l’application de cette dernière dans divers domaines qui, autrement, auraient bénéficié du cadre favorable qu’elle fournit aux communications électroniques.
307.307.
According to paragraph 2 of article 21, declarations and confirmations of declarations must be in writing and formally notified to the depositary.Le paragraphe 2 de l’article 21 prévoit que les déclarations et leur confirmation doivent être faites par écrit et formellement notifiées au dépositaire.
This provision also relates to declarations made at the time of accession, to which no reference was made in paragraph 1 of the article since accession presupposes the absence of signature.Cette disposition concerne également les déclarations faites lors de l’adhésion, que le paragraphe 1 de cet article ne mentionne pas, car l’adhésion présuppose l’absence de signature.
2. When declarations take effect2. Moment où les déclarations prennent effet
308.308.
Paragraph 3 of article 21 lays down two rules of general application.Le paragraphe 3 de l’article 21 définit deux règles d’application générale.
The first sentence of paragraph 3, which provides that a declaration takes effect simultaneously with the entry into force of the Electronic Communications Convention in respect of the State concerned, contemplates the normal case of a declaration made at the time of signature, ratification, acceptance or accession which will precede the entry into force of the Convention in respect of that State.La première phrase, qui prévoit qu’une déclaration prend effet à la date de l’entrée en vigueur de la Convention sur les communications électroniques à l’égard de l’État concerné, envisage le cas normal d’une déclaration faite lors de la signature, de la ratification, de l’acceptation ou de l’adhésion, qui précèdera l’entrée en vigueur de la Convention à l’égard de cet État.
309.309.
In accordance with the second sentence of paragraph 3 of article 21, a declaration that is notified to the depositary after the entry into force of the Convention in respect of the State concerned takes effect on the first day of the month following the expiration of six months after the date of its receipt by the depositary, a rule which has the advantage of giving other contracting States some time to become aware of the change in the law of the State making the declaration.Dans la deuxième phrase du paragraphe 3, une déclaration notifiée au dépositaire après l’entrée en vigueur de la Convention à l’égard de l’État concerné prend effet le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois à compter de la date de sa réception par le dépositaire, règle qui présente l’avantage de donner aux autres États contractants le temps de prendre connaissance du changement intervenu dans la loi de l’État qui fait la déclaration.
UNCITRAL did not accept a proposal to reduce to three months the time when declarations lodged after the entry into force of the convention should take effect, as it was felt that three months could not be adequate time to allow for adjustment in certain business practices.La CNUDCI n’a pas accepté une proposition visant à ramener ce délai à trois mois, car on a estimé qu’un délai de trois mois ne serait peut-être pas suffisant pour permettre à certaines pratiques commerciales de s’adapter.
310.310.
Paragraph 4 of article 21 constitutes a pendant to paragraph 2 and the second sentence of paragraph 3 in that it permits the withdrawal by a State at any time of a declaration by formal notification in writing addressed to the depositary, such withdrawal taking effect on the first day of the month following the expiration of six months after the date of the receipt of the notification by the depositary.Le paragraphe 4 de l’article 21 est le pendant du paragraphe 2 et de la deuxième phrase du paragraphe 3, car il permet à un État de retirer, à tout moment, une déclaration par notification formelle adressée par écrit au dépositaire, ce retrait prenant effet le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois après la date de réception de la notification par le dépositaire.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 137-141CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 137 à 141
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 22. ReservationsArticle 22. Réserves
1. Reservations not authorized1. Réserves non autorisées
311. Article 22 of the Electronic Communications Convention excludes the right of contracting States to make reservations to the Convention.311.
The intention of the provision is to prevent States from limiting the application of the Convention by making reservations beyond the declarations specifically provided for in articles 17 to 20.L’article 22 de la Convention sur les communications électroniques interdit aux États contractants de formuler des réserves à la Convention, afin de les empêcher de limiter l’application de cette dernière en faisant des réserves au-delà des déclarations explicitement prévues aux articles 17 à 20.
312.312.
Although it could be argued that an express statement of the rule was not necessary, as it might be considered to be implicit in the Convention, its presence certainly excludes any ambiguity which might otherwise exist in the light of article 19 of the Vienna Convention on the Law of Treaties, which permits the formulation of reservations unless (a) the reservation is prohibited by the treaty; (b) the treaty provides that only specific reservations, which do not include the reservation in question, may be made; or (c) in cases not falling under subparagraphs (a) and (b), the reservation is incompatible with the object and purpose of the treaty.On pourrait certes arguer qu’il n’était pas nécessaire d’énoncer expressément la règle, en considérant qu’elle est implicite dans la Convention, mais il est certain que sa présence élimine toute ambiguïté qui pourrait autrement exister compte tenu de l’article 19 de la Convention de Vienne sur le droit des traités, qui autorise la formulation de réserves à moins: a) que la réserve ne soit interdite par le traité; b) que le traité ne dispose que seules des réserves déterminées, parmi lesquelles ne figure pas la réserve en question, peuvent être faites; ou c) que, dans les cas autres que ceux visés aux alinéas a) et b), la réserve ne soit incompatible avec l’objet et le but du traité.
313. The effect of article 22 of the Electronic Communications Convention, therefore, is to bring the Convention squarely within the ambit of article 19, subparagraph (a), of the Vienna Convention on the Law of Treaties.313.
Article 22 of the Electronic Communications Convention excludes any implied right that States might otherwise have under article 19 of the Vienna Convention on the Law of Treaties to make reservations allegedly not “incompatible with the object and purpose of the treaty”.L’article 22 a ainsi pour effet de placer clairement la Convention sur les communications électroniques dans le champ d’application de l’alinéa a) de l’article 19 de la Convention de Vienne sur le droit des traités et d’exclure tout droit implicite que les États auraient autrement en vertu de l’article 19 de la Convention de formuler des réserves présumées ne pas être “incompatibles avec l’objet et le but du traité”.
Any such purported reservation by a contracting State to the Electronic Communications Convention must therefore be deemed ineffective.Toute réserve de ce genre par un État contractant doit donc être réputée sans effet.
2. Distinction between reservations and declarations2. Distinction entre les réserves et les déclarations
314.314.
As indicated above, article 22 of the Electronic Communications Convention clearly excludes any reservation to the Convention.Comme indiqué plus haut, l’article 22 de la Convention sur les communications électroniques exclut clairement toute réserve à la Convention.
However, it does not affect the right of States to make any of the declarations authorized by the Convention, which do not have the effect of reservations.Il n’a aucune incidence, en revanche, sur le droit des États de faire l’une des déclarations autorisées par la Convention, qui n’ont pas le même effet que les réserves.
While this distinction is not always made in general treaty practice, it has become customary for conventions on private international law and commercial law matters to differentiate between declarations and reservations.Bien que cette distinction ne soit pas toujours faite dans la pratique générale des traités, il est devenu habituel de la faire dans les conventions relatives au droit international privé ou à des matières de droit commercial.
315.315.
Unlike most multilateral treaties negotiated by the United Nations, which are typically concerned with relations between States and other matters of public international law, conventions on private international law and commercial law matters deal with law that applies to private business transactions and not to State actions, and are typically intended to be incorporated into the domestic legal system.À la différence de la plupart des traités multilatéraux négociés par l’Organisation des Nations Unies, qui concernent en général les relations entre États et d’autres questions de droit international public, les conventions de droit international privé ou de droit commercial traitent de la loi qui s’applique à des opérations commerciales privées, et non à des mesures prises par les États, et sont habituellement destinées à être incorporées dans le système juridique interne.
In order to facilitate coordination between existing domestic law and the provisions of an international convention on commercial law or related matters, States are often given the right to make declarations, for example for the purpose of excluding certain matters from the scope of the convention.Afin de faciliter la coordination entre le droit interne existant et les dispositions d’une convention internationale sur le droit commercial ou des questions connexes, les États sont souvent autorisés à faire des déclarations, par exemple dans le but d’exclure certaines questions du champ d’application de la convention.
316.316.
Recent provisions in UNCITRAL instruments confirm this practice, such as articles 25 and 26 of the Guarantees Convention and articles 35 to 43 (except for article 38) of the Receivables Convention, in the same way as final clauses in private international law instruments prepared by other international organizations, such as articles 54 to 58 of the Unidroit Convention on International Interests in Mobile Equipment (Cape Town, 2001) and articles 21 and 22 of the Convention on the Law Applicable to Certain Rights in respect of Securities held with an Intermediary (The Hague, 2002) concluded by the Hague Conference on Private International Law.Cette pratique est confirmée par des dispositions récentes d’instruments de la CNUDCI, comme les articles 25 et 26 de la Convention sur les garanties et les articles 35 à 43 (à l’exception de l’article 38) de la Convention sur les créances, de même que par les dispositions finales d’instruments de droit international privé établis par d’autres organisations internationales, par exemple les articles 54 à 58 de la Convention d’Unidroit relative aux garanties internationales portant sur des matériels d’équipement mobiles (Le Cap, 2001) et les articles 21 et 22 de la Convention sur la loi applicable à certains droits sur des titres détenus auprès d’un intermédiaire (La Haye, 2002), conclue par la Conférence de La Haye de droit international privé.
317.317. Cette distinction est importante car les réserves à des traités internationaux déclenchent habituellement un mécanisme formel d’acceptations et d’objections, comme le prévoient par exemple les articles 20 et 21 de la Convention de Vienne sur le droit des traités.
This distinction is important because reservations to international treaties typically trigger a formal system of acceptances and objections, for instance as provided in articles 20 and 21 of the Vienna Convention on the Law of Treaties.Ce résultat entraînerait des difficultés considérables dans le domaine du droit international privé, car il limiterait la capacité des États à s’entendre sur des règles communes leur permettant d’ajuster les dispositions d’une convention internationale aux prescriptions particulières de leur système juridique interne.
This result would lead to considerable difficulties in the area of private international law, as it might reduce the ability of States to agree on common rules allowing them to adjust the provisions of an international convention to the particular requirements of their domestic legal system.Par conséquent, la Convention sur les communications électroniques suit cette pratique de plus en plus courante et fait la distinction entre, d’une part, les déclarations concernant le champ d’application, qu’elle autorise et ne soumet pas à un système d’acceptations et d’objections par d’autres États contractants et, d’autre part, les réserves, qu’elle n’autorise pas (voir également A/CN.9/571, par.
Therefore, the Electronic Communications Convention follows this growing practice and distinguishes between declarations pertaining to the scope of application, which the Convention admits and does not subject to a system of acceptances and objections by other contracting States, on the one hand, and reservations, on the other hand, which the Convention excludes (see also A/CN.9/571, para. 30).30).
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 142 and 143CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 142 et 143
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 23. Entry into forceArticle 23. Entrée en vigueur
1. Time of entry into force of the Convention1. Moment de l’entrée en vigueur de la Convention
318.318.
The basic provisions governing the entry into force of the Electronic Communications Convention are laid down in article 23, paragraph 1. The paragraph provides that the Convention will enter into force on “the first day of the month following the expiration of six months after the deposit of the third instrument of ratification, acceptance, approval or accession”.Les dispositions de base régissant l’entrée en vigueur de la Convention sur les communications électroniques sont énoncées au paragraphe 1 de l’article 23, lequel prévoit que la Convention entrera en vigueur “le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois après la date du dépôt du troisième instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion”.
319. Existing UNCITRAL conventions require as few as three and as many as 10 ratifications for entry into force.319.
In choosing a number of three ratifications, UNCITRAL followed the modern trend in commercial law conventions, which promotes their application as early as possible to those States that seek to apply such rules to their commerce.Les conventions de la CNUDCI adoptées à ce jour exigent pour entrer en vigueur un nombre minimum de ratifications allant de 3 à 10. En choisissant le chiffre de trois, la CNUDCI a suivi la tendance actuelle pour les conventions de droit commercial, qui favorise leur application la plus rapide possible aux États qui souhaitent soumettre leur commerce à ces règles.
A six-month period from the date of deposit of the third instrument of ratification, acceptance, approval or accession is provided so as to give States that become parties to the Convention sufficient time to notify all the national organizations and individuals concerned that a convention that would affect them would soon enter into force.Un délai de six mois après la date du dépôt du troisième instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion a été prévu afin de donner aux États qui deviennent parties à la Convention suffisamment de temps pour avertir toutes les organisations nationales et les particuliers concernés qu’une convention ayant des conséquences pour eux entrera prochainement en vigueur.
2. Entry into force for States that adhere to the Convention after it has entered into force2. Entrée en vigueur pour les États qui deviennent parties à la Convention après son entrée en vigueur
320.320.
Paragraph 2 of article 23 deals with the entry into force of the Electronic Communications Convention as regards those States that become parties thereto after the time for its entry into force under paragraph 1 has already started.Le paragraphe 2 de l’article 23 traite de l’entrée en vigueur de la Convention sur les communications électroniques pour les États qui y deviennent parties après que le délai pour son entrée en vigueur prévu au paragraphe 1 a déjà commencé à courir.
In respect of such States, the Convention will enter into force on the first day of the month following the expiration of six months after the date of the deposit of their instrument of ratification, acceptance, approval or accession.La Convention entrera en vigueur à l’égard de ces États le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de six mois après la date du dépôt de leur instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.
For example, if a State deposits an instrument of ratification five months before the entry into force of the Convention under paragraph 1 of article 23, the Convention will enter into force for that State on the first day of the month following the expiration of one month after the Convention has entered into force.Ainsi, si un État dépose un instrument de ratification cinq mois avant l’entrée en vigueur de la Convention prévue au paragraphe 1 de l’article 23, cette dernière entrera en vigueur à son égard le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai d’un mois après l’entrée en vigueur de la Convention.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 148-150CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 148 à 150
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 24. Time of applicationArticle 24. Moment de l’application
321.321.
While article 23 is concerned with the entry into force of the Electronic Communications Convention as regards the international obligations of the contracting States arising under the Convention, article 24 determines the point in time when the Convention commences to apply in respect of the electronic communications governed by it.Alors que l’article 23 traite de l’entrée en vigueur de la Convention sur les communications électroniques du point de vue des obligations internationales qui en découlent pour les États contractants, l’article 24 définit le moment où la Convention commence à s’appliquer aux communications électroniques qu’elle régit.
As expressly indicated in article 24, the Convention only applies prospectively, that is to electronic communications that are made after the date when the Convention entered into force.Comme indiqué expressément dans l’article 24, elle ne s’applique pas rétroactivement, c’est-à-dire qu’elle ne s’applique qu’aux communications électroniques qui sont échangées après la date de son entrée en vigueur.
322.322.
The words “in respect of each Contracting State” are intended to make it clear that the article refers to the time when the Convention enters into force in respect of the contracting State in question, and not when the Convention enters into force generally.Les mots “à l’égard de chaque État contractant” sont destinés à indiquer clairement que l’article se réfère au moment où la Convention entre en vigueur à l’égard de l’État contractant concerné, et non en général.
This clarification is to avoid the erroneous interpretation that the Convention would have retrospective application in respect of States that adhere to the Convention after it has already entered into force pursuant to article 23, paragraph 1. The words “each Contracting State” are further to be understood as referring to the contracting State whose laws apply to the electronic communication in question.Cette clarification vise à prévenir l’interprétation erronée selon laquelle la Convention s’appliquerait de manière rétroactive à l’égard des États qui y deviennent parties après son entrée en vigueur en vertu du paragraphe 1 de l’article 23. Les mots “chaque État contractant” doivent en outre être interprétés comme désignant l’État contractant dont les lois s’appliquent à la communication électronique en question.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 151-155CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 151 à 155
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
Article 25. DenunciationsArticle 25. Dénonciation
323.323.
Paragraph 1 of article 25 of the Electronic Communications Convention provides that a State may denounce the Convention by a formal notification in writing addressed to the depositary.Le paragraphe 1 de l’article 25 de la Convention sur les communications électroniques prévoit qu’un État peut dénoncer la Convention par notification formelle adressée par écrit au dépositaire.
Denunciation of the Convention will take effect on the first day of the month following the expiration of 12 months after the notification is received by the depositary, unless such notification specifies a longer period for the denunciation to take effect.Cette dénonciation prendra effet le premier jour du mois suivant l’expiration d’un délai de douze mois à compter de la réception de la notification par le dépositaire, sauf si la notification spécifie un délai plus long.
The period of 12 months mentioned in paragraph 2 of article 25, which is twice the period for entry into force of the Convention under article 23, is intended to give sufficient time to all concerned, both in the denouncing State and in other contracting States, to become aware of the change in the legal regime applicable to electronic communications in that State.La période de douze mois mentionnée au paragraphe 2 de l’article 25, qui est le double du délai prévu à l’article 23 pour l’entrée en vigueur de la Convention, est destinée à donner assez de temps à toutes les personnes concernées, tant dans l’État dénonçant que dans les autres États contractants, pour prendre connaissance du changement dans le régime juridique applicable aux communications électroniques dans cet État.
324.324.
Although article 23 requires three contracting States for the Convention to enter into force, nothing is said as to the fate of the Convention should the number of contracting parties subsequently fall below three, for example as a result of denunciations with a view to the acceptance of a new instrument intended to supersede the Convention.Si l’article 23 exige trois États contractants pour que la Convention puisse entrer en vigueur, rien n’est dit quant au sort de la Convention si le nombre d’États contractants tombe au-dessous de ce chiffre à la suite, par exemple, de dénonciations en vue de l’acceptation d’un nouvel instrument destiné à remplacer la Convention.
It would however seem that the Convention would remain in force since article 55 of the Vienna Convention on the Law of Treaties provides that “unless the treaty otherwise provides, a multilateral treaty does not terminate by reason only of the fact that the number of parties falls below the number necessary for its entry into force.Il semblerait toutefois que la Convention reste en vigueur puisque l’article 55 de la Convention de Vienne sur le droit des traités prévoit que “à moins que le traité n’en dispose autrement, un traité multilatéral ne prend pas fin pour le seul motif que le nombre des parties tombe au-dessous du nombre nécessaire pour son entrée en vigueur.
References to preparatory workRéférences aux travaux préparatoires:
UNCITRAL, 38th session (Vienna, 4-15 July 2005) A/60/17, paras. 156 and 157CNUDCI, trente-huitième session (Vienne, 4-15 juillet 2005) A/60/17, par. 156 et 157
Working Group IV, 44th session (Vienna, 11-22 October 2004) A/CN.9/571, para. 10Groupe de travail IV, quarante-quatrième session (Vienne, 11-22 octobre 2004) A/CN.9/571, par. 10
* The present explanatory note has been prepared by the secretariat of the United Nations Commission on International Trade Law (UNCITRAL) for information purposes. It is not an official commentary on the Convention.* La présente note explicative a été établie par le secrétariat de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) à des fins d’information uniquement et ne constitue pas un commentaire officiel de la Convention.
United Nations, Treaty Series, vol. 1489, No. 25567.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1489, n° 25567.
For the text of the Model Law, see General Assembly resolution 51/162 of 16 December 1996, annex.Pour le texte de la Loi type, voir résolution 51/162 de l’Assemblée générale du 16 décembre 1996, annexe.
The text is also published in the Official Records of the General Assembly, Fifty-first Session, Supplement No. 17 (A/51/17), annex I, and in the UNCITRAL Yearbook, vol. XXVII:1996 (United Nations publication, Sales No. E.Le texte est également publié dans les Documents officiels de l’Assemblée générale, cinquante et unième session, Supplément n° 17 (A/51/17), annexe I et dans l’Annuaire de la CNUDCI, vol. XXVII:1996 (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
98.V.98.V.
7), part three, annex I).7), troisième partie, annexe I.
The Model Law and its accompanying Guide to Enactment have been published as a United Nations publication, Sales No. E.La Loi type et le Guide pour son incorporation ont été publiés sous forme de brochure (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
99.V.99.V.
4, and are available in electronic form on the UNCITRAL website (http://www.uncitral.org/uncitral/en/uncitral_texts/electronic_commerce/1996Model.html).4) et sont disponibles sous forme électronique sur le site Web de la CNUDCI (http://www.uncitral.org/pdf/french/texts/electcom/05-89451_Ebook.pdf).
Official Records of the General Assembly, Fifty-fifth Session, Supplement No. 17 (A/55/17), paras. 384-388.Documents officiels de l’Assemblée générale, cinquante-cinquième session, Supplément n° 17 (A/55/17), par. 384 à 388.
United Nations publication, Sales No. E.Publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
95.V.95.V.
18.18.
Ibid., Sales No. E.Ibid., numéro de vente: F.
93.V.93.V.
6.6.
Official Records of the General Assembly, Fifty-sixth Session, Supplement No. 17 and corrigendum (A/56/17 and Corr.3), para. 293.Documents officiels de l’Assemblée générale, cinquante-sixième session, Supplément n° 17 et rectificatif (A/56/17 et Corr.3), par. 293.
Ibid., para. 295.Ibid., par. 295.
Ibid., Fifty-seventh Session, Supplement No. 17 (A/57/17), para. 206.Ibid., cinquante-septième session, Supplément n° 17 (A/57/17), par. 206.
Ibid., para. 207.Ibid., par. 207.
Ibid., Fifty-eighth Session, Supplement No. 17 (A/58/17), para. 211.Ibid., cinquante-huitième session, Supplément n° 17 (A/58/17), par. 211.
Ibid., para. 212.Ibid., par. 212.
Ibid., para. 213.Ibid., par. 213.
Ibid., para. 214.Ibid., par. 214.
Ibid., Fifty-ninth Session, Supplement No. 17 (A/59/17), para. 71.Ibid., cinquante-neuvième session, Supplément n° 17 (A/59/17), par. 71.
Ibid., Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), paras. 12-167.Ibid., soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 12 à 167. Ibid., cinquante-sixième session, Supplément n° 17 et rectificatifs (A/56/17 et Corr.1 et 3), par. 291 à 295. Ibid., soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), chap. III.
Ibid., Fifty-sixth Session, Supplement No. 17 and corrigendum (A/56/17 and Corr.3), paras. 291-295. Ibid., Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), chap. III. A/CN.9/578 and Add.1-17.A/CN.9/578 et Add.1 à 17.
Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 167.Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 167.
Ibid., annex I.Ibid., annexe I.
United Nations, Treaty Series, vol. 330, No. 4739.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 330, n° 4739.
Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 23.Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 23.
United Nations, Treaty Series, vol. 834, No. 11929.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 834, n° 11929.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 20.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 20.
Ibid., para. 19.Ibid., par. 19.
Ibid., para. 29.Ibid., par. 29.
Official Records of the United Nations Conference on Contracts for the International Sale of Goods, Vienna, 10 March-11 April 1980: Documents of the Conference and Summary Records of the Plenary Meetings and of the Meetings of the Main Committees (United Nations publication, Sales No. E.Documents officiels de la Conférence des Nations Unies sur les contrats de vente internationale de marchandises, Vienne, 10 mars-11 avril 1980: documents de la Conférence et comptes rendus des séances plénières et des séances de la Grande Commission (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
81.IV.81.IV.
3), part one, sect. D, art. 2, commentary.3), première partie, sect. D, art. 2, commentaire.
Ibid., para. 27.Ibid., par. 27.
Ibid., para. 33.Ibid., par. 33.
Ibid., para. 32.Ibid., par. 32.
United Nations publication, Sales No. E.Publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
99.V.99.V.
3.3.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 37.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 37.
Ibid., para. 43.Ibid., par. 43.
Ibid., para. 41.Ibid., par. 41.
Ibid., para. 46.Ibid., par. 46.
Ibid., para. 47.Ibid., par. 47.
Ibid., para. 49.Ibid., par. 49.
Ibid., para. 52.Ibid., par. 52.
Ibid., para. 58.Ibid., par. 58.
For a detailed description of digital signatures and their applications, see the Guide to Enactment of the UNCITRAL Model Law on Electronic Signatures, paras. 31-62 (United Nations publication, Sales No. E.02.V.8).Pour un exposé détaillé sur les signatures numériques et leur fonctionnement, voir le Guide pour l’incorporation de la Loi type de la CNUDCI sur les signatures électroniques, par. 31 à 62 (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.02.V.8).
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 61.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 61.
Ibid., paras. 63 and 64.Ibid., par. 63 et 64.
Ibid., para. 66.Ibid., par. 66.
Ibid., para. 67.Ibid., par. 67.
Ibid., paras. 65-67.Ibid., par. 65 à 67.
Ibid., para. 78.Ibid., par. 78.
See, on this particular point, a comparative study conducted by the Secretariat contained in document A/CN.9/WG.IV/WP.104/Add.2, paras. 10-31, available at http://www.uncitral.org/uncitral/en/commission/working groups/4Electronic Commerce.Voir, sur ce point particulier, une étude comparative menée par le secrétariat qui figure dans le document A/CN.9WG.IV/WP.104/Add.2, par.
html.10 à 31, disponible à l’adresse http://www.uncitral.org/uncitral/fr/commission/working_groups/4Electronic_Commerce.html.
See the Guide to Enactment of the UNCITRAL Model Law on Electronic Commerce (United Nations publication, Sales No. E.99.V.4), para. 103.Voir Guide pour l’incorporation dans le droit interne de la Loi type de la CNUDCI sur le commerce électronique (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.99.V.4), par. 103.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 80.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 80.
See James E.Voir James E.
Byrne and Dan Taylor, ICC Guide to the eUCP: Understanding the Electronic Supplement to the UCP 500, (Paris, ICC Publishing S.Byrne et Dan Taylor, ICC Guide to the eUCP: Understanding the Electronic Supplement to the UCP 500, (Paris, ICC Publishing S.
A.A.
, 2002) (ICC publication No. 639), p. 54., 2002) (publication de la CCI n° 639), p. 54.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 82.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 82.
Ibid., para. 83.Ibid., par. 83.
Ibid., para. 87.Ibid., par. 87.
United Nations Sales Convention, article 14, paragraph 1.Convention des Nations Unies sur les ventes, paragraphe 1 de l’article 14.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 94.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 94.
Unidroit Principles of International Commercial Contracts, arts. 3.5 and 3.6.Principes d’Unidroit relatifs aux contrats du commerce international, articles 3.5 et 3.6.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 96.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 96.
Ibid., para. 97.Ibid., par. 97.
Ibid., para. 98.Ibid., par. 98.
Ibid., para. 100.Ibid., par. 100.
Ibid., para. 103.Ibid., par. 103.
Ibid., para. 102.Ibid., par. 102.
Ibid., para. 104.Ibid., par. 104.
See United Nations Juridical Yearbook, 1973 (United Nations publication, Sales No. E.Voir Annuaire juridique des Nations Unies, 1973 (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
75.V.75.V.
1), part two, chap. IV, sect. A.1), deuxième partie, chap. IV, sect. A.
3 (p. 79, note 9), and ibid., 1974 (United Nations publication, Sales No. E.3 (p. 86, note 9), et ibid., 1974 (publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
76.V.76.V.
1), part two, chap. VI, sect. A.1), deuxième partie, chap. VI, sect. A.
9 (pp. 157-159).9 (p. 172 à 174).
Available at http://www.unidroit.org/english/conventions/mobile-equipment/main.htm.Disponible à l’adresse: http://www.unidroit.org/french/conventions/mobile-equipment/ mobileequipment.pdf.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 113.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 113.
Ibid., para. 114.Ibid., par. 114.
Ibid., para. 116.Ibid., par. 116.
Ibid., para. 116.Ibid., par. 116.
Ibid., para. 115.Ibid., par. 115.
Ibid., para. 117.Ibid., par. 117.
Ibid., para. 115.Ibid., par. 115.
Ibid., para. 118.Ibid., par. 118.
Ibid., para. 119.Ibid., par. 119.
Ibid., para. 122.Ibid., par. 122.
Ibid., para. 125.Ibid., par. 125.
Ibid., para. 128.Ibid., par. 128.
Ibid.Ibid.
Ibid., para. 129.Ibid., par. 129.
Ibid., Fifty-eighth Session, Supplement No. 17 (A/58/17), para. 213.Ibid., cinquante-huitième session, Supplément n° 17 (A/58/17), par. 213.
Ibid., Fifty-ninth Session, Supplement No. 17 (A/59/17), para. 71.Ibid., cinquante-neuvième session, Supplément n° 17 (A/59/17), par. 71.
United Nations, Treaty Series, vol. 1511, No. 26119.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1511, n° 26119.
Ibid., vol. 1489, No. 25567.Ibid., vol. 1489, n° 25567.
United Nations publication, Sales No. E.Publication des Nations Unies, numéro de vente: F.
95.V.95.V.
15.15.
General Assembly resolution 50/48, annex.Résolution 50/48 de l’Assemblée générale, annexe.
General Assembly resolution 56/81, annex.Résolution 56/81 de l’Assemblée générale, annexe.
United Nations, Treaty Series, vol. 330, No. 4739.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 330, nº 4739.
General Assembly resolution 43/165, annex.Résolution 43/165 de l’Assemblée générale, annexe.
United Nations, Treaty Series, vol. 1695, No. 29215.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1695, n° 29215.
Except for declarations under article 94, paragraph 1, and article 96 of the United Nations Sales Convention, which can be made at any time.À l’exception des déclarations faites en vertu du paragraphe 1 de l’article 94 et de l’article 96 de la Convention des Nations Unies sur les ventes, qui peuvent être faites à tout moment.
Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 140.Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 140.
United Nations, Treaty Series, vol. 1155, No. 18232.Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1155, n° 18232.
Available at http://www.unidroit.org/english/conventions/mobile-equipment/main.htm.Disponible à l’adresse http://www.unidroit.org/french/conventions/mobile-equipment/ mobile-equipment.pdf.
Available at http://hcch.e-vision.nl/index_en.php?act=conventions.text&cid=72.Disponible à l’adresse http://www.hcch.net/index_fr.php?act=conventions.pdf&cid=72.
See Official Records of the General Assembly, Sixtieth Session, Supplement No. 17 (A/60/17), para. 143.Voir Documents officiels de l’Assemblée générale, soixantième session, Supplément n° 17 (A/60/17), par. 143.
Ibid., para. 149.Ibid., par. 149.
Ibid., para. 153.Ibid., par. 153.
------
9599
V.06-57452 (E)V.06-57453 (F)
94 iii98
11