Model Leg. on money laundering and financing of terrorism 1 Dec. 2005_en_Model Leg. on money laundering and financing of terror
Correct misalignment Change languages order
Model Leg. on money laundering and financing of terrorism 1 Dec. 2005_en.doc (english) Model Leg. on money laundering and financing of terrorism 1 Dec. 2005_fr.pdf (french)
UNITED NATIONS OFFICE ON DRUGS AND CRIME INTERNATIONAL MONETARY FUND Model legislation on money laundering and financing of terrorism 1 December 2005 CONTENTS Introduction to the Model Law 1 Title I - Definitions 7 Article 1.1 Money laundering 7 Article 1.2 Financing of terrorism 7 Article 1.3 Definitions 7 Title II - Prevention of money laundering and financing of terrorism 14 Chapter I - General preventive provisions concerning currency and bearer negotiable instruments 14 Article 2.1.1 Obligation to declare or disclose physical cross-border transportation of currency and bearer negotiable instruments 14 Chapter II - Transparency in financial transactions 15 Article 2.2.1 General provisions 15 Article 2.2.2 Transparency of legal persons and arrangements 15 Article 2.2.3 Identification of customers by financial institutions and designated non-financial businesses and professions 16 [Option: Article 2.2.4 Reduced or simplified identification procedures 18 [Option: Article 2.2.5 Reliance on third parties identification 18 Article 2.2.6 Special identification requirements 18 Article 2.2.7 Obligations regarding wire transfers 19 Article 2.2.8 Special monitoring of certain transactions 20 Article 2.2.9 Record-keeping 20 Article 2.2.10 Internal programs to combat money laundering and financing of terrorism in financial institutions and designated non-financial businesses and professions 20 Article 2.2.11 Compliance with obligations by foreign subsidiaries and branches 21 Chapter III - Non-profit organizations 21 Article 2.3 Non-profit organizations 21 Title III - Detection of money laundering and financing of terrorism 22 Chapter I - Financial intelligence unit 22 Article 3.1.1 General provisions 22 Article 3.1.2 Confidentiality 22 Article 3.1.3 Relations with foreign counterpart agency 22 Article 3.1.4 Access to information 23 Article 3.1.5 Disclosure to the supervisory authority 23 Chapter II - Reporting of suspicions 23 Article 3.2.1 Obligation to report suspicious activities 23 [Option: Article 3.2.2 Cash transaction reporting 24 Article 3.2.3 Postponing of transactions 24 Article 3.2.4 Prohibition of tipping-off 25 Article 3.2.5 Action taken on suspicious activity reports 25 Chapter III - Exemption from liability 25 Article 3.3.1 Exemption from liability for good faith reporting of suspicions 25 Article 3.3.2 Exemption from liability for executing transactions 26 Chapter IV - Supervisory authorities and their obligations in regard to combating money laundering and terrorist financing 26 Article 3.4.1 General provision regarding authorities responsible for supervising financial institutions and designated non-financial businesses and professions 26 Article 3.4.2 Special provisions concerning money or value transfer services 27 Article 3.4.3 Licensing of casinos 27 [Option: Article 3.4.4 Registration of other designated non-financial business and profession 27 Chapter V - Sanctions for failure to comply with the provisions of Titles II and III 27 Article 3.5.1 Powers of supervisory authorities and administrative violations 27 Article 3.5.2 Ancillary money laundering offences 28 Title IV - Investigation and secrecy provision 31 Chapter I - Investigation 31 Article 4.1.1 Investigative techniques 31 Article 4.1.2 Undercover operations and controlled delivery 31 Article 4.1.3 Anonymous testimony and witness protection 31 Chapter II - Professional secrecy or privilege 32 Article 4.2.1 Prohibition on invoking professional secrecy or privilege 32 Title V - Penal and provisional measures 33 Chapter I - Provisional measures, freezing and seizure of assets and instrumentalities 33 Article 5.1.1 Provisional measures 33 Article 5.1.2 Freezing of funds associated with financing of terrorism 33 Chapter II - Criminal offences 34 Article 5.2.1 Criminal offence of money laundering 34 Article 5.2.2 Criminal offence of financing of terrorism 35 Article 5.2.3 Association or conspiracy to commit money laundering 36 Article 5.2.4 Association or conspiracy to commit financing of terrorism 36 Article 5.2.5 Penalties applicable to legal persons 36 [Option: Article 5.2.6 Aggravating circumstances for money laundering 37 [Option: Article 5.2.7 Aggravating circumstances for financing of terrorism 37 [Option: Article 5.2.8 Mitigating circumstances 37 Chapter III - Confiscation 38 Article 5.3.1 Confiscation 38 Article 5.3.2 Invalidation of certain legal instruments 39 Article 5.3.3 Disposal of confiscated property 39 [Option: Chapter IV - Establishment of a central seizure and confiscation authority 39 Article 5.4.1 Establishment of a central authority for seizure and confiscation 39 Article 5.4.2 Management of seized funds and property 39 Title VI - International cooperation 40 Chapter I - General provision 40 Article 6.1.1 General provisions 40 Chapter II - Requests for mutual legal assistance 40 Article 6.2.1 Purpose of requests for mutual legal assistance 40 Article 6.2.2 Refusal to execute requests 41 Article 6.2.3 Requests for investigative measures 42 Article 6.2.4 Requests for provisional measures 42 Article 6.2.5 Requests for confiscation 42 Article 6.2.6 Disposal of confiscated property 42 Article 6.2.7 Joint investigations 43 Chapter III - Extradition 43 Article 6.3.1 Extradition requests 43 Article 6.3.2 Dual criminality 43 Article 6.3.3 Mandatory grounds for refusal 43 Article 6.3.4 Discretionary grounds for refusal 44 Article 6.3.5 The duty to extradite or prosecute under international law 44 Article 6.3.6 Simplified extradition procedure 45 [Option: Article 6.3.7 Surrender of property 45 Chapter IV - Provisions common to requests for mutual legal assistance and requests for extradition 45 Article 6.4.1 Political nature of offences 45 Article 6.4.2 Transmission and processing of requests 45 Article 6.4.3 Content of requests 46 Article 6.4.4 Additional information 47 Article 6.4.5 Requirement of confidentiality 47 Article 6.4.6 Delay in complying with request 47 Article 6.4.7 Costs 47 Introduction to the Model Law This model law on money laundering and the financing of terrorism is the outcome of a joint effort of the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) and the International Monetary Fund (IMF). It contains a comprehensive set of legal measures that a domestic law should include in order to prevent, detect, and sanction effectively, money laundering and the financing of terrorism and to enable international cooperation against these crimes. Impact of money laundering and the financing of terrorism Money laundering Money laundering can be described as the process by which a person conceals or disguises the identity or the origin of illegally obtained proceeds so that they appear to have originated from legitimate sources. Criminals exploit economic and financial globalization and the advances made in technology and communications with a view to concealing the origin of funds that they have gained through illegal activities. They make extensive use of a broad array of techniques, such as the rapid transfer of money from one country to another or the misuse of corporate vehicles to disguise the true owner of the funds. The activities of powerful criminal organizations can have serious social consequences. Laundered money provides drug traffickers, organized criminal groups, arms dealers and other criminals with the wherewithal for operating and developing their enterprises. Without effective safeguards or preventive measures, money laundering can strike at the integrity of a country's financial institutions. The removal of billions of dollars from legitimate economic activities each year constitutes a real threat to the financial health of countries and affects the stability of the global marketplace. Money laundering undermines international efforts to establish free and competitive markets and hampers the development of national economies. It distorts the operation of markets transactions, may increase the demand for cash, render interest and exchange rates unstable, give rise to unfair competition and considerably exacerbate inflation in the countries where the criminals conduct their business dealings. Small countries are particularly vulnerable to money laundering. The gains from illegal activities can provide criminal organizations with potentially huge economic power which in turn can give them leverage over small economies. In any country, the lack of suitable control mechanisms, or the inability to apply them, provides criminals with the opportunity to pursue their illegal activities. Laundering the proceeds of illicit activities in countries that do not have an effective anti-money laundering/combating the financing of terrorism (AML/CFT) system in place has one purpose only - to make use of structural weaknesses or to exploit the gaps in the institutional and law-enforcement machinery in order to benefit from the proceeds of crime with impunity. Money laundering is an essential aspect of any profit-generating criminal activity and is an inevitable corollary of organized crime. The operations of criminal organizations, directed as they are towards the accumulation of illegal profits, create a need for laundering in direct proportion to the extent that such activities are developed and concentrated in the hands of a small group. Colossal amounts of cash generated by certain types of criminal activity, such as drug trafficking, leave trails, which are more difficult to hide than the traces left by the crimes themselves. b) Terrorist Financing The financing of terrorism can be described as the process by which a person tries to collect or provide funds with the intention that they should be used to carry out a terrorist act by a terrorist or a terrorist organization as defined in the International Convention for the Suppression of the Financing of Terrorism as well as in any one of the treaties listed in the annex to that Convention. Like money launderers, those who finance terrorism misuse the financial system. In order to achieve their objectives, they have to obtain and channel funds in an apparently legitimate way. However, while the money involved in the money laundering process always stems from a crime and is therefore always “dirty”, funds channeled to terrorist groups or individuals may originate from crime and/or from legitimate sources. Terrorism may therefore be supported by either “dirty” and/or “clean” funds. Regardless of the origin of the funds, terrorists or terrorist organizations use the financial system in a similar way to criminal organizations in order to obscure both the source and the destination of their funds. 2. International response to money laundering and the financing of terrorism International efforts to curb money laundering and the financing of terrorism are the reflection of a strategy aimed at, on the one hand, attacking the economic power of criminal or terrorist organizations and individuals in order to weaken them by preventing their benefiting from, or making use of, illicit proceeds and, on the other hand, at forestalling the nefarious effects of the criminal economy and of terrorism on the legal economy. The 1988 United Nations Convention against the Illicit Traffic in Narcotic Drugs and Psychotropic Substances, the first international legal instrument to embody the money laundering aspect of this new strategy, expresses in its preamble the recognition by States that "illicit traffic generates large financial profits and wealth enabling transnational criminal organizations to penetrate, contaminate and corrupt the structures of government, legitimate commercial and financial business, and society at all its levels" and affirms that the international community is henceforth "determined to deprive persons engaged in illicit traffic of the proceeds of their criminal activities and thereby eliminate their main incentive for so doing". In September 2003 and December 2005, the UN Convention against Transnational Organized Crime and the UN Convention against Corruption respectively came into force. Both instruments widen the scope of the money laundering offence by stating that it should not only apply to the proceeds of illicit drug trafficking but should also cover the proceeds of all serious crimes. Both Conventions urge States to create a comprehensive domestic supervisory and regulatory regime for banks and non-bank financial institutions, including natural and legal persons, as well as any entities particularly susceptible to being involved in a money laundering scheme. The Conventions also call for the establishment of financial intelligence units. The International Convention for the Suppression of the Financing of Terrorism came into force in April 2002. It requires Member States to take measures to protect their financial systems from being misused by persons planning or engaged in terrorist activities. Following the events of September 11, 2001, Member States and jurisdictions underlined the links between terrorism, transnational organized crime, the international drug trade and money laundering, and called on countries that had not done so to become parties to the relevant international conventions. In September 2001, the UN Security Council adopted resolution 1373 through which it imposed certain obligations on Member States, such as the prevention and the suppression of the financing of terrorist acts, the criminalization of terrorism-related activities and of the provision of assistance to carry out those acts, the denial of funding and safe haven to terrorists and the exchange of information to prevent the commission of terrorist acts. In the same resolution, the Council also established the Counter-Terrorism Committee (CTC) to monitor the implementation of the resolution. In April 1990, the Financial Action Task Force on Money Laundering (FATF)1 issued a set of 40 Recommendations for improving national legal systems, enhancing the role of the financial sector and intensifying cooperation in the fight against money laundering. These Recommendations were revised and updated in 1996 and in 2003 in order to reflect changes in money laundering techniques and trends. The 2003 Recommendations are considerably more detailed than the previous ones, in particular with regard to customer identification and due diligence requirements, suspicious transactions reporting requirements and seizing and freezing mechanisms. They also include measures to be taken in order to avoid the misuse of corporate vehicles and apply to several designated non-financial businesses and professions. These last measures were adopted in response to the increasingly sophisticated money laundering techniques, such as the use of legal persons to disguise the true ownership and control of illegal proceeds, and to the increased use of non-financial professionals to provide advice and assistance in money laundering schemes. The FATF extended its mandate in October 2001 to cover the fight against terrorist financing and issued 8 Special Recommendations on combating the financing of terrorism. A 9th Special Recommendation was adopted in October 2004. These new standards recommend the criminalization of the financing of terrorism in accordance with the UN Convention for the Suppression of the Financing of Terrorism, address practices used by terrorists to finance their activities (such as the misuse of wire transfers, alternative remittance systems and non-profit organizations) and call for the implementation of specific asset freezing, seizing and confiscation mechanisms. Taken together, the FATF 40+9 Recommendations provide a comprehensive set of measures for an effective legal and institutional regime against money laundering and the financing of terrorism. Other fora such as the Basel Committee on Banking Supervision (BCBS) 2 and regional bodies such as the Council of Europe3 and the European Union4 have adopted a number of measures and standards have been laid down with a view to preventing the use of financial, banking and non-banking systems as well as designated non-financial businesses and professions for laundering criminal proceeds and financing terrorism. 3. Using the Model Law An initial model law on money laundering for civil law countries was issued by the UNODC in 1999 as part of its efforts to assist States and jurisdictions prepare, or upgrade, their own legislative framework in conformity with international standards and best practices in the implementation of anti-money laundering measures. This updated model law replaces the initial one. It is based, to a large extent, on the relevant international instruments concerning money laundering and the financing of terrorism and incorporates the FATF 40+9 Recommendations. It is a legislative tool designed to facilitate the drafting of specially adapted legislative provisions by countries intending to enact a law against money laundering and the financing of terrorism or to upgrade their legislation in those areas. The model law incorporates the requirements contained in the above-mentioned international instruments and the FATF 40+9 Recommendations in particular, and strengthens or supplements them in light of the actual practice of a number of countries. It also proposes innovative optional provisions aimed at strengthening the effectiveness of their AML/CFT regimes and offers States appropriate legal mechanisms to engage in international cooperation. It will be up to each individual country to adapt the proposed provisions in order to bring them, where necessary, in line with the constitutional and fundamental principles of its legal system, and to supplement them with whatever measures it considers best suited to contribute towards effectively combating money laundering and the financing of terrorism. However, the model law constitutes in itself a coherent legal whole. By incorporating these provisions into their legal apparatus, countries must ensure that all elements of this model are adopted. Some provisions are intrinsically linked and would not have the desired degree of effectiveness if they were adopted in isolation or out of context. The comprehensive scope of the model law would also be lost if paragraphs were removed. In order to facilitate its adaptation to national legislation, the model law presents some of its provisions in the form of variants or options. A variant allows for the adjustment of a provision which should not be left out of any legislation against money laundering and the financing of terrorism, whereas an option denotes a provision which is not deemed essential under the current standards but may improve the effectiveness of a given AML/CFT system and which can therefore be included or not at the discretion of a particular State. The model law comprises six titles: Title I: "Definitions" Title II: "Prevention of money laundering and financing of terrorism" Title III: "Detection of money laundering and financing of terrorism" Title IV: "Investigation and secrecy provisions" Title V: "Penal and provisional measures" Title VI: "International cooperation" The provisions of this model law have been drafted, reviewed and finalized by an informal group of international experts, which met in Vienna in May 2004, in Brussels in June 2004, and in Washington in September 2004 and March 2005. This group consisted of AML and CFT experts including representatives from the UNODC, the IMF, the World Bank and the Organization of American States. TEXT OF THE MODEL LAW Title I - Definitions Article 1.1 Money laundering Money laundering shall mean the offence as defined in article 5.2.1. Article 1.2 Financing of terrorism Financing of terrorism shall mean the offence as defined in article 5.2.2. Article 1.3 Definitions For the purposes of this law: A. “Proceeds of crime” shall mean any funds or property derived from or obtained, directly or indirectly Variant 1: from any offence. Variant 2: from an offence punishable by a maximum penalty of imprisonment for more than one year. Variant 3: from an offence punishable by a minimum penalty of imprisonment for more than six months. Variant 4: offences defined at Articles [in specified legislation, e.g. Criminal Code]. Proceeds of crime shall include assets converted or transformed, in part or in full, into other property, and investment yields. B. “Funds” or “property" shall mean assets of every kind, whether corporeal or incorporeal, movable or immovable, tangible or intangible, and legal documents or instruments in any form, including electronic or digital, evidencing title to or interest in such assets, including but not limited to bank credits, traveller’s cheques, bank cheques, money orders, shares, securities, bonds, drafts and letters of credit, and any interest, dividends or other income on or value accruing from or generated by such assets. C. “Predicate offence” shall mean any offence, which generates proceeds of crime. D. “Terrorist act” shall mean: a) Variant 1: An act, which constitutes an offence within the scope of, and as defined in one of the treaties listed in the annex to the 1999 International Convention for the Suppression of the Financing of Terrorism; and Variant 2: An act which constitutes an offence within the scope of, and as defined in one of the following treaties: Convention for the Suppression of Unlawful Seizure of Aircraft (1970), Convention for the Suppression of Unlawful Acts against the Safety of Civil Aviation (1971), Convention on the Prevention and Punishment of Crimes against Internationally Protected Persons, including Diplomatic Agents (1973), International Convention against the Taking of Hostages (1979), Convention on the Physical Protection of Nuclear Material (1980), Protocol for the Suppression of Unlawful Acts of Violence at Airports Serving International Civil Aviation, supplementary to the Convention for the Suppression of Unlawful Acts against the Safety of Civil Aviation (1988), Convention for the Suppression of Unlawful Acts against the Safety of Maritime Navigation (1988), Protocol for the Suppression of Unlawful Acts against the Safety of Fixed Platforms located on the Continental Shelf (1988), and the International Convention for the Suppression of Terrorist Bombings (1997); and b) any other act intended to cause death or serious bodily injury to a civilian, or to any other person not taking an active part in the hostilities in a situation of armed conflict, when the purpose of such act, by its nature or context, is to intimidate a population, or to compel a Government or an international organization to do or to abstain from doing any act. E: “Terrorist” shall mean any natural person who: a) commits, or attempts to commit, terrorist acts by any means, directly or indirectly, unlawfully and wilfully; b) participates as an accomplice in terrorist acts; c) organizes or directs others to commit terrorist acts; or d) contributes to the commission of terrorist acts by a group of persons acting with a common purpose where the contribution is made intentionally and with the aim of furthering the terrorist act or with the knowledge of the intention of the group to commit a terrorist act. F: “Terrorist organization” shall mean any group of terrorists that: a) commits, or attempts to commit, terrorist acts by any means, directly or indirectly, unlawfully and wilfully; b) participates as an accomplice in terrorist acts; c) organizes or directs others to commit terrorist acts; or d) contributes to the commission of terrorist acts by a group of persons acting with a common purpose where the contribution is made intentionally and with the aim of furthering the terrorist act or with the knowledge of the intention of the group to commit a terrorist act. G: “Financial institution” shall mean: Variant 1: any person or entity that conducts as a business one or more of the activities or operations listed below for or on behalf of a customer: a) acceptance of deposits and other repayable funds from the public; b) lending; c) financial leasing; d) transfer of money or value; e) issuance and management of means of payment; f) financial guarantees and commitments; g) trading in: - money market instruments; - foreign exchange; - exchange, interest rate and index instruments; - transferable securities; - commodity futures trading. h) participation in securities issues and the provision of financial services related to such issues; i) individual and collective portfolio management; j) safekeeping and administration of cash or liquid securities on behalf of other persons; k) otherwise investing, administering or managing funds or money on behalf of other persons; l) underwriting and placement of life insurance and other investment related insurance m) money and currency changing; and [Option: n) any other activities or operations as determined by [Minister, competent authority].] [Competent authorities] may decide that, if any of the above activities or operations is exercised by a natural or legal person on an occasional or very limited basis, having regard to quantitative and absolute criteria, such that the risk of money laundering or terrorism financing is low, the provisions of this law shall not apply, fully or partly, to that natural or legal person. Variant 2: [in the event the State provides a list of financial institutions recognized under its laws to which the activities listed in Variant 1 apply]: a) credit institutions; b) life insurance and investment related insurance companies, and insurance agents and brokers; c) investment firms; d) brokerage firms; e) mutual funds and collective investment funds; f) mortgage companies; g) consumer credit companies; h) persons or entities that issue or manage credit and debit cards; i) leasing and finance companies; j) any natural or legal person that engages in the purchase or sale or conversion of currency on a professional basis; k) any natural or legal person that engages in funds transfers on a professional basis; l) any other natural or legal person engaged in the following activities or operations. [referred to specifically in variant 1] H. “Designated non-financial businesses and professions” shall mean: a) Casinos, including internet casinos. b) Real estate agents [Option: and real estate brokers]. c) Dealers in precious metals and dealers in precious stones [Option: and other dealers in high value goods]. d) Lawyers, notaries and other independent legal professionals when they prepare for, carry out or engage in transactions for their client concerning the following activities; - buying and selling of real estate, - managing of client money, securities or other assets, - management of bank, savings or securities accounts, - organization of contributions for the creation, operation or management of companies, or - creation, operation or management of legal persons or arrangements, and buying and selling of business entities. e) Independent accountants [Option: and auditors and tax advisers]. f) Trust and company service providers, that are not covered elsewhere in this law, providing the following services to third parties on a commercial basis; [Option: the State may exempt these entities unless they prepare or execute transactions for customers involving one of the activities specified below]: - acting as a formation [Option: and registration or management] agent of legal persons; - acting as, or arranging for another person to act as, a director or secretary of a company, a partner of a partnership, or a similar position in relation to other legal persons; - providing a registered office; business address or accommodation, correspondence or administrative address for a company, a partnership or any other legal person or arrangement; - acting as, or arranging for another person to act as, a trustee of an express trust; - acting as, or arranging for another person to act as, a nominee shareholder for another person. [Option: g) such other businesses and professions as may be designated by the [Minister, competent authority] in a regulation.] I. “Politically exposed person” shall mean any person who is or has been entrusted with prominent public functions in a foreign country [Option: in any country], as well as members of such person’s family or those closely associated with him/her. J. “Payable through account” shall mean correspondent accounts used directly by a third party to transact business on their own behalf. K. “Money or value transfer service” shall mean carrying on the business of accepting cash, cheques or any other monetary instrument or other means of storing value, and paying a corresponding sum in cash or in other form to a beneficiary, by means of communication, message, transfer or through a clearing system to which the money or value transfer service belongs. L. “Controlled delivery” shall mean the technique of allowing illicit or suspect consignments and cash to pass within, out of, through or into the territory of [name of the country] with the knowledge and under the supervision of the competent authorities, with a view to the investigation of an offence and the identification of persons involved therein. [Option: M. "Undercover operation" shall mean a method of investigation which involves a law enforcement agent who assumes a covert or fictitious identity or role on a temporary basis or an informant acting under the direction of a law enforcement agent, in each case as a means to obtain evidence or other information relating to a criminal offence.] N. “Freezing” shall mean prohibiting the transfer, conversion, disposition or movement of funds or other property on the basis of, and for the duration of the validity of, a decision of a judicial or other competent authority. The frozen funds or other property shall remain the property of the persons or entities that held an interest in the specified funds or other property at the time of the freezing, and may continue to be administered by the financial institution. O. “Seizing” shall mean prohibiting the transfer, conversion, disposition or movement of funds or other property on the basis of, and for the duration of the validity of, a decision of a judicial or other competent authority. The seized funds or other property shall remain the property of the persons or entities that held an interest in the specified funds or other property at the time of the seizure, but shall be administered by the judicial or other competent authority. P. “Confiscation” shall mean the permanent deprivation of property based on a decision order of a court. Q. “Instrumentalities” shall mean any property used or intended to be used in any manner, wholly or in part, to commit one or more offences. R. “Organized criminal group” shall mean a structured group of three or more persons, existing for a period of time and acting in concert with the aim of committing one or more serious offences, in order to obtain, directly or indirectly, a financial or other material benefit. S. “Beneficial owner” shall mean the natural person who ultimately owns or controls a customer or an account, the person on whose behalf a transaction is being conducted, or the person who ultimately exercises effective control over a legal person or arrangement. T. “Wire transfer” shall mean any transaction carried out on behalf of an originator person (both natural and legal) through a financial institution by electronic means with a view to making an amount of money available to a beneficiary person at another financial institution. Title II - Prevention of money laundering and financing of terrorism Chapter I - General preventive provisions concerning currency and bearer negotiable instruments Article 2.1.1 Obligation to declare or disclose physical cross-border transportation of currency and bearer negotiable instruments Any person who enters or leaves the territory of [name of country adopting the law] shall Variant 1: declare currency or bearer negotiable instruments or e-money [Option: or precious stones and precious metals] in an amount equal to or above [15 000 EUR/USD]. Variant 2: disclose currency or bearer negotiable instruments or e-money [Option: or precious stones and precious metals] upon request to [customs authorities, competent authority]. Variant 1: The financial intelligence unit shall have access to this information. Variant 2: The information shall be transmitted to the financial intelligence unit. The [customs authority, competent authority] shall seize or restrain part of or the whole amount of the [Variant 1: non-disclosed] [Variant 2: non-declared] currency or bearer negotiable instruments if there is suspicion of money laundering or financing of terrorism or when there has been a false declaration or disclosure or when there is a suspicion of money laundering or financing of terrorism. [Option: Article 2.1.2 Limit on the use of currency and bearer negotiable instruments Any payment in currency or by bearer negotiable instruments of a sum greater in the aggregate than [amount to be fixed by the State adopting the law] shall be prohibited. The purchase price of an article whose total value is greater than or equal to [amount to be fixed by the State adopting the law] shall not be paid in cash. [A national law, decree, etc.] may specify those cases and circumstances where an exception to the preceding paragraph shall be allowed. In such case, a report specifying the modalities of the transaction and the identity of the parties shall be made to the financial intelligence unit established pursuant to article 3.1.1 of this law.] Chapter II - Transparency in financial transactions Article 2.2.1 General provisions (1) No bank may be established in the territory of [name of country adopting the law] if it maintains no physical presence within such territory and is not affiliated with a regulated financial group subject to effective consolidated supervision. (2) Financial institutions shall not enter into or continue business relations with banks registered in jurisdictions where they are not physically present and are not affiliated with a regulated financial group subject to effective consolidated supervision. (3) Financial institutions shall not enter into or continue business relations with respondent financial institutions in a foreign country if they permit their accounts to be used by banks registered in jurisdictions where they are not physically present and are not affiliated with a regulated financial group subject to effective consolidated supervision. Article 2.2.2 Transparency of legal persons and arrangements [Option: (1) Legal persons established in [name of country adopting the law] shall maintain adequate, accurate and current information on their beneficial ownership and control structure.] [Option: (2) Adequate, accurate and current information on the beneficial ownership and control structure of legal persons established in [name of country adopting the law] shall be stored, maintained and updated by a central registration system.] [Option: (3) Adequate, accurate and current information on the beneficial ownership and control of legal arrangements, in particular the settlor, the trustee and the beneficiary of express trusts established in [name of country adopting the law] shall be stored, maintained and updated by a central registration system.] (4) [Judicial authorities, supervisory authorities, law enforcement and the financial intelligence unit, competent authorities] shall have access to the information referred to in paragraphs (1) through (3) in a timely fashion. Article 2.2.3 Identification of customers by financial institutions and designated non-financial businesses and professions (1) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall identify their customers and verify their identities by means of reliable independent source, documents, data or information, when: a) establishing business relations; b) carrying out occasional transactions, when the customer wishes to carry out - a transaction in an amount equal to or above [15 000 EUR/USD], whether conducted as a single transaction or several transactions that appears to be linked. If the amount of the transaction is unknown at the time of the operation, the identification shall be done as soon as the amount becomes known or the threshold is reached, or - a domestic or international transfer of funds; c) doubts exist about the veracity or adequacy of previously obtained customer identification data; d) there is a suspicion of money laundering or financing of terrorism. [Option: [The competent authority may establish by [decree, regulation] the circumstances in which the verification of identity can be completed at a later stage provided that the risk of money laundering or financing of terrorism is effectively managed and it is essential not to interrupt the normal conduct of business.] (2) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall collect information regarding the anticipated purpose and intended nature of the business relationship. Identification of natural persons and verification of their identity shall include the full name and address, date and place of birth. [Option: the full name and national identification number.] Identification of legal persons shall include obtaining and verifying information concerning the corporate name, head office address, identities of directors, proof of incorporation or similar evidence of their legal status, legal form and provisions governing the authority to commit the legal person. Identification of legal arrangements shall include obtaining and verifying the name of trustees, the settlor, and the beneficiary of express trusts. (3) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall identify the beneficial owner and take all reasonable measures to verify his identity. (4) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall exercise ongoing due diligence with respect to the business relationship and closely examine the transactions carried out in order to ensure that they are consistent with their knowledge of their customer, his commercial activities and risk profile and, where required, the source of his funds. (5) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall take specific and adequate measures to address the specific risk of money laundering and financing of terrorism, in the event they conduct business relationships or execute transactions with a customer that is not physically present for purposes of identification. [Option: These measures may include requiring additional documentary evidence, or supplementary measures to verify or certify the documents supplied, or confirmatory certification from financial institutions subject to this law or requiring that the first payment is carried out through an account opened in the customer’s name with a financial institution subject to this law.] (6) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall have appropriate risk management systems to determine if a customer or a beneficial owner is a politically exposed person, and, if so: - obtain approval from senior management before establishing a business relationship with the customer; - take all reasonable measures to identify the source of wealth and funds; - provide increased and ongoing monitoring of the business relationship. (7) With respect to cross-border correspondent banking relationships, financial institutions shall: - identify and verify the identification of respondent institutions with which they conduct correspondent banking relationships; - collect information on the nature of the respondent institution’s activities; - based on publicly available information, evaluate the respondent institution’s reputation and the nature of supervision to which it is subject; - obtain approval from senior management before establishing a correspondent banking relationship; - evaluate the controls implemented by the respondent institution with respect to anti-money laundering and financing of terrorism; and - in the case of a payable through account, ensure that the respondent institution has verified its customer’s identity, has implemented mechanisms for ongoing monitoring with respect to its clients, and is capable of providing relevant identifying information on request. (8) If financial institutions and designated non-financial businesses and professions cannot fulfil their obligation of due diligence described in (1) through (7), they shall not establish or maintain the business relationship. Where appropriate, they shall make a report to the financial intelligence unit in accordance with this law. [Option: Article 2.2.4 Reduced or simplified identification procedures (1) Based on an assessment of the risks represented by type of client, business relationship or transactions, authorities [the relevant Ministries, law enforcement, supervisors and financial intelligence units] may determine by regulation, circumstances in which the obligations established in article 2.2.3 can be reduced or simplified with regard to the identification and verification of the identity of the customer or the beneficial owner. (2) Insurance companies and agents and brokers engaged in life insurance activities shall identify their customers and verify the identity in accordance with Article 2.2.3 whenever the amount of premiums payable during one year exceeds [1 000 EUR/USD], if payment is made in the form of the single premium exceeding [2 500 EUR/USD], in the case of pension insurance contracts entered into in connection with an employment contract or professional activity of the insured, when such contracts contain a surrender clause and can be used as collateral for a loan.] [Option: Article 2.2.5 Reliance on third parties identification (1) [Financial institutions and designated non-financial businesses and professions] are authorized to rely on intermediaries or other third-parties to perform customer identifications as required by paragraphs (1) through (3) of Article 2.2.3 provided they are satisfied that: - the third-party is able to provide without delay copies of identification data and other documents relating to the obligation of due diligence upon request, and - the third-party is established in [the name of the country] or in another State whose legislation imposes obligations of due diligence equivalent to those provided in Articles 2.2.3 and 2.2.9 and is subject to adequate supervision, and Notwithstanding the above the ultimate responsibility remains with the [financial institutions and designated non-financial businesses and professions] relying on the third party. (2) [Financial institutions and designated non-financial businesses and professions] may be exempted from the customer identification obligations established pursuant to Article 2.2.3 if the customer is a financial institution established in [the name of the country] or in another State whose laws, regulations, decrees or enforceable circulars imposes obligations equivalent to those provided in Article 2.2.3. (3) This Article and the thresholds in article 2.2.6 shall not apply whenever there is a suspicion of money laundering or financing of terrorism.] Article 2.2.6 Special identification requirements (1) Casinos, including internet casinos, shall identify and verify the identity of their customers in accordance with Article 2.2.3 [Option: either immediately on entry or] engage in financial transactions equal to or above [3 000 EURO/USD]. (2) Dealers in precious metals and dealers in precious stones [Option: and other dealers in high value goods], shall identify their customers, in accordance with Article 2.2.3 whenever receiving payment in cash, and in amount of [15 000 EURO/USD] or more. (3) Real estate agents shall identify the parties, in accordance with Article 2.2.3 when involved in transactions concerning the buying or selling of real estate. Article 2.2.7 Obligations regarding wire transfers (1) Financial institutions whose activities include wire transfers shall obtain and verify the full name, account number, and address, or in the absence of address the national identity number or date and place of birth, including, when necessary, the name of the financial institution, of the originator of such transfers. The information shall be included in the message or payment form accompanying the transfer. If there is no account number, a unique reference number shall accompany the transfer. (2) The institutions referred to in paragraph (1) shall maintain all such information and transmit it when they act as intermediaries in a chain of payments. (3) The [competent authority] may issue regulations regarding cross-border transfers executed as batch transfers and domestic transfers. (4) Paragraphs (1) and (2) shall not apply to transfers executed as a result of credit card or debit card transactions, provided that the credit card or debit card number accompanies the transfer resulting from the transaction, nor shall they apply to transfers between financial institutions where both the originator and the beneficiary are financial institutions acting on their own behalf. (5) If the institutions referred to in paragraph (1) receive wire transfers that do not contain the complete originator information they shall take measures to obtain and verify the missing information from the ordering institution or the beneficiary. Should they not obtain the missing information they shall Variant 1: refuse acceptance of the transfer. Variant 2: refuse acceptance of the transfer and report it to the financial intelligence unit. Article 2.2.8 Special monitoring of certain transactions (1) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall pay special attention to all complex, unusual large transactions and all unusual patterns of transactions, which have no apparent economic or visible lawful purpose. (2) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall pay special attention to business relations and transactions with persons, including legal persons and arrangements, from or in countries that do not or insufficiently apply the relevant international standards to combat money laundering and financing of terrorism. (3) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall set forth in writing the specific information regarding transactions as referred to in paragraphs (1) and (2) and the identity of all parties involved. The report shall be maintained as specified in Article 2.2.9 and shall be made available if requested by the financial intelligence unit, a supervisory authority and other competent authorities. Article 2.2.9 Record-keeping Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall maintain records of the following information and ensure that the records and underlying information are readily available to the financial intelligence unit and other competent authorities: a) copies of documents evidencing the identities of customers, beneficial owners, obtained in accordance with the provisions in this chapter, account files and business correspondence for Variant 1: at least five years, Variant 2: for xx years, after the business relationship has ended, and b) information obtained in accordance with the provisions in this chapter, to enable the reconstruction of transactions, attempted or executed by customers and the written reports established in accordance with Article 2.2.8 for at least five years following the attempt or execution of the transaction. Article 2.2.10 Internal programs to combat money laundering and financing of terrorism in financial institutions and designated non-financial businesses and professions Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall develop and implement programs for the prevention of money laundering and financing of terrorism. Such programs shall include the following: a) internal policies, procedures and controls, including appropriate compliance management arrangements and adequate screening procedures to ensure high standards when hiring employees; b) ongoing training for officials and employees to assist them in recognizing transactions and actions that may be linked to money laundering or financing of terrorism and instruct them in the procedures to be followed in such cases; c) internal audit arrangements to check conformity, compliance with and effectiveness of the measures taken to apply this law. Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall designate a compliance officer at management level to be responsible for implementation of this law within the institution. The [Minister, competent authority] may by regulation determine the type and extent of measures to be taken for each of the requirements in this Article by financial institutions and designated non-financial businesses and professions, having regard to the risk of money laundering and financing of terrorism and the size of the business. Article 2.2.11 Compliance with obligations by foreign subsidiaries and branches Financial institutions shall require their foreign majority owned subsidiaries and branches to implement the requirements of Articles 2.2.3 through 2.2.10 to the extent that local applicable laws and regulation so permit. If the laws of the country where the majority owned subsidiary or branch is situated prohibit compliance with these obligations, the financial institution shall so advise its supervisory authority. Chapter III - Non-profit organizations Article 2.3 Non-profit organizations Any non-profit organization [Option: that collects, receives, grants or transfers funds as part of its charitable activity] shall be subject to appropriate oversight by the [competent authority in the country]. [The Minister, competent authority] may prescribe regulations to ensure that non-profit organizations are not misused for the purpose of the financing of terrorism. [Option: Prior to recognition as a non-profit organization, the [competent authority in the country] [shall/may] require registration with [competent court/authority in the country] and stipulate by [regulation/decree] minimum conditions of operation, such as regular auditing of the non-profit organization’s budget and accounting system.] Title III - Detection of money laundering and financing of terrorism Chapter I - Financial intelligence unit Article 3.1.1 General provisions (1) A financial intelligence unit is hereby established that serves as a central, national agency responsible for receiving, requesting, analysing and disseminating information concerning suspected proceeds of crime and potential financing of terrorism, as provided for by this law. (2) The head of the financial intelligence unit shall be appointed by [the ministry, authority]. The composition, organization, operation and resources of the financial intelligence unit shall be established by [decree, regulation, other relevant legal instrument]. Article 3.1.2 Confidentiality The staff of the financial intelligence unit shall be required to keep confidential any information obtained within the scope of their duties, even after the cessation of those duties within the financial intelligence unit. Such information may only be used for the purposes provided for in accordance with the law. Article 3.1.3 Relations with foreign counterpart agency (1) The financial intelligence unit may, spontaneously or upon request, share information with any foreign counterpart agency that performs similar functions and is subject to similar secrecy obligations, regardless of the nature of the agency, subject to reciprocity. [Option: on the basis of cooperation arrangements.] (2) For the purpose of paragraph (1) the financial intelligence unit may enter into an agreement or arrangement with a foreign counterpart agency that perform similar functions and is subject to similar secrecy obligations. (3) The information provided shall be used only for the purposes of combating money laundering, predicate offences and financing of terrorism and only with the consent of the foreign counterpart agency. Article 3.1.4 Access to information (1) In relation to any information it has received in accordance with its functions, the financial intelligence unit has the authority to obtain from any entity or person subject to the reporting obligation in accordance with Article 3.2.1 any additional information it deems useful for the accomplishment of its functions. The information requested shall be provided within the time limits set and the form specified by the financial intelligence unit. [Option: (2) The financial intelligence unit has the authority to access and review information on-site that belongs to or is in the custody of financial institutions and designated non-financial businesses and professions, which is necessary to the fulfilment of its functions.] (3) Paragraphs (1) and (2) of this Article shall be applied subject to the restrictions (or limits) defined in Article 1.3 (H) (d) and 3.2.1 paragraph (3). (4) The financial intelligence unit may request in relation to any report it has received, any additional information it deems useful for the accomplishment of its functions from: - police departments; - authorities responsible for the supervision of the entities and persons subject to this law; - other administrative agencies of the State; - [Option: in accordance with applicable procedures, judicial authorities.] The information requested shall be provided within the time limits set by the financial intelligence unit. (5) The financial intelligence unit may obtain the information referred to in paragraphs (1) through (4) pursuant to a request received from a foreign financial intelligence unit. Article 3.1.5 Disclosure to the supervisory authority Whenever the financial intelligence unit determines that a financial institution or designated non-financial business and profession is not complying or has not complied with the obligations set out in this law, it may apprise the relevant supervisory authority accordingly. Chapter II - Reporting of suspicions Article 3.2.1 Obligation to report suspicious activities (1) Financial institutions and, in accordance with paragraphs (3) through (5), designated non-financial businesses and professions, that suspect or have reasonable grounds to suspect that funds or property are the proceeds of crime, or are related or linked to, or are to be used for the financing of terrorism [Option: or that have knowledge of a fact or an activity that may be an indication of money laundering or financing of terrorism,] are required to submit promptly and in accordance with Article 3.2.3 a report setting forth its suspicions to the financial intelligence unit. This obligation shall also apply to attempted transactions. [(2) Option: Lawyers, notaries and other independent legal professionals, [auditors, accountants and tax advisers] may submit reports of suspicions to the FIU through their respective self-regulatory organizations. Self-regulatory organizations shall pass on the information to the financial intelligence unit whenever the report is made in accordance with the conditions in paragraph (3).] (3) Lawyers, notaries and other independent legal professionals [Option: accountants, auditors and tax advisers ] have no obligation to report information they receive from or obtain on a client, in the course of determining the legal position for their client or performing their task of defending or representing that client in, or concerning judicial proceeding, including advice on instituting or avoiding proceedings, whether such information is received or obtained before, during or after such proceedings. (4) Dealers in precious metals and dealers in precious stones [Option: and other dealers in high value goods] shall report suspicious transactions to the financial intelligence unit in accordance with paragraph (1) when they engage in any cash transaction equal or above [15 000 Euro/USD]. (5) Real estate agents shall report suspicious transactions in accordance with paragraph (1) to the financial intelligence unit when involved in transactions for their client concerning the buying or selling of real estate. (6) [The financial intelligence unit, competent authority] shall issue regulation on the procedures and form in which the reports shall be submitted. [Option: Article 3.2.2 Cash transaction reporting Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall report to the financial intelligence unit cash transactions in an amount equal to or above [15 000 EUR/USD], whether conducted as a single transaction or several transactions that appear to be linked.] Article 3.2.3 Postponing of transactions (1) Financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall refrain from carrying out transactions which they suspect to be related to money laundering or financing of terrorism until they have reported their suspicion to the financial intelligence unit. [Option: (2) If, by reason of the seriousness or urgency of the case, the financial intelligence unit considers it necessary, it may order, or seek the suspension of a transaction for a period not to exceed Variant 1: [72 hours]. Variant 2: [3 business days].] (3) Where refraining from the carrying out transaction in paragraph (1) is impossible or is likely to frustrate the efforts to investigate a suspected transaction, the financial institutions and designated non-financial businesses and professions can execute the transaction and shall report their suspicion to the financial intelligence unit immediately afterwards. Article 3.2.4 Prohibition of tipping-off Under no circumstance shall financial institutions and designated non-financial businesses and professions, their directors, officers and employees disclose to their customer or a third party that information was provided to the financial intelligence unit or that a report concerning suspected money laundering or financing of terrorism will be, is being or has been submitted to the financial intelligence unit or that a money laundering or financing of terrorism investigation is being or has been carried out. This shall not preclude disclosures or communications regarding suspicious money laundering or financing of terrorism between and among directors, officers and employees of the financial institutions and designated non-financial businesses and professions, legal counsel and appropriate competent authorities. Article 3.2.5 Action taken on suspicious activity reports Whenever the financial intelligence unit has Variant 1: reasonable grounds to suspect Variant 2: serious indications of money laundering or financing of terrorism, it shall forward the relevant information, to [prosecutor, investigative authority, judicial authority, etc.], which shall decide upon further action. Chapter III - Exemption from liability Article 3.3.1 Exemption from liability for good faith reporting of suspicions No criminal, civil, disciplinary or administrative proceedings for breach of banking or professional secrecy or contract may be instituted against financial institutions and designated non-financial businesses and professions or their directors, officers or employees who in good faith submit reports or provide information in accordance with the provisions of this law. Article 3.3.2 Exemption from liability for executing transactions No criminal action for money laundering and financing of terrorism shall be brought against financial institutions, designated non-financial businesses and professions, or their directors, officers or employees in connection with the execution of a suspicious transaction where a report of suspicions was made in good faith in accordance with Articles 3.2.1 through 3.2.3. Chapter IV - Supervisory authorities and their obligations in regard to combating money laundering and terrorist financing Article 3.4.1 General provision regarding authorities responsible for supervising financial institutions and designated non-financial businesses and professions (1) The [supervisory or regulatory authority or the competent disciplinary authority, Financial Supervisory authority, Central Bank, Insurance Supervisory authority, Ministers of Justice, Ministry of Finance, Ministry of Commerce, Gambling Supervisory authority, etc.] shall supervise compliance by financial institutions and designated non-financial businesses and professions with the requirements set forth in Title II of this law. (2) In accordance with the law, the supervisory or regulatory authority or the self- regulatory organization, shall; a) adopt the necessary measures to establish fit and proper criteria for owning, controlling, or participating, directly or indirectly, in the directorship, management or operation of a financial institution or a casino; b) regulate and supervise financial institutions and casinos for compliance with the obligations set out in Titles II and III of this law, including through on-site examinations; c) issue instructions, guidelines or recommendations to assist financial institutions and designated non-financial businesses and professions in complying with the obligations set out in Titles II and III of this law; d) cooperate and share information with other competent authorities, and provide assistance in investigations, prosecutions or proceedings relating to money laundering, predicate offences and financing of terrorism; e) develop [Option: in cooperation with the financial intelligence unit, competent authority] standards or criteria applicable to the reporting of suspicions that shall take into account other existing and future pertinent national and international standards; f) ensure that financial institutions and their foreign branches and majority owned subsidiaries adopt and enforce measures consistent with this law to the extent that local laws and regulations so permit; g) report promptly to the financial intelligence unit any information concerning suspicious transactions or facts that could be related to money laundering or the financing of terrorism; h) provide prompt and effective cooperation to agencies performing similar functions in other States, including exchange of information; i) maintain statistics concerning measures adopted and sanctions imposed in the context of enforcing this chapter. Article 3.4.2 Special provisions concerning money or value transfer services No person or entity may engage in the business of money or value transfer service without Variant 1: registration with Variant 2: a license issued by [the supervisory, regulatory authority]. The [the supervisory, regulatory authority] shall stipulate by [decree, regulation] minimum conditions of operation. [Option: in particular regular inspection of the money or value transfer services.] Article 3.4.3 Licensing of casinos No one may operate a casino without previously obtaining a license issued by [the competent authority] in accordance with the specific terms provided by decree. [Option: Article 3.4.4 Registration of other designated non-financial business and profession No one may operate as a designated non-financial business and profession without prior registration by [the competent authority] in accordance with the specific terms provided by decree, regulation.] Chapter V - Sanctions for failure to comply with the provisions of Titles II and III Article 3.5.1 Powers of supervisory authorities and administrative violations (1) Any person subject to the obligations established under Titles II and III of this Law who intentionally or by gross negligence fails to comply with the said obligations commits an administrative violation. (2) The [supervisory, regulatory or disciplinary authority] that discovers a violation of the obligations established under Titles II and III by a financial institution or a designated non-financial business or profession it supervises may impose one or more of the following measures and sanctions: (i) written warnings; (ii) order to comply with specific instructions; (iii) ordering regular reports from the financial institution and designated non-financial businesses and professions on the measures it is taking; (iv) fine in an amount no less than [indicate amount] and no greater than [indicate amount]; (v) barring individuals from employment within the business sector or profession; (vi) replacing or restricting the powers of managers, directors or controlling owners, including the appointing of ad hoc administrator; (vii) imposing conservatorship or suspending, restricting or withdrawing the license and prohibiting the continuation of the business or profession; or (viii) other measures. [Option: (3) For purposes of informing the public, the [supervisory, regulatory or disciplinary authority] may publish information on the measures taken pursuant to paragraph (2) in the Official Gazette or in a newspaper or on the internet or in a suitable location of the business offices of the institution.] [Option: (4) Measures that prohibit entirely or in part the managers of an institution from conducting business pursuant to paragraph 2 and any lifting of such prohibitions shall be communicated by the [supervisory, regulatory or disciplinary authority] to the registry court for the purpose of registration in the commercial register.] [Option: (5) The [supervisory or regulatory authority or the self-regulatory organization] shall inform the financial intelligence unit as to the sanctions imposed.] Article 3.5.2 Ancillary money laundering offences (1) Anyone who intentionally or by gross negligence: (a) fails to Variant 1: declare currency or bearer negotiable instruments in an amount equal to or above [15 000 EUR/USD]; Variant 2: disclose currency or bearer negotiable instruments upon request by [customs authorities, competent authority], when entering or leaving [name of country adopting the law]; (b) sets up a bank in [name of country adopting the law] that does not maintain physical presence and is not affiliated with a regulated financial group; (c) enters into or continues business relations with (i) banks registered in jurisdictions where they are not physically present and are not affiliated with a regulated financial group subject to effective consolidated supervision, or (ii) respondent financial institutions in a foreign country if they permit their accounts to be used by shell banks; (d) fails to maintain adequate, accurate and current information on the beneficial ownership and control structure of legal persons and arrangements as required pursuant to Article 2.2.2; (e) fails to undertake the identification of customers and risk management measures as required pursuant to Article 2.2.3, Article 2.2.6 and Article 2.2.7; (f) fails to undertake the monitoring measures as required pursuant to Article 2.2.8; (g) fails to maintain the records as required pursuant to Article 2.2.9 or withholds, destroys or removes such records; (h) fails to implement internal control programs as required pursuant to Article 2.2.10; (i) fails to provide or fails to provide access to information or records in a timely fashion when so requested by the [judicial authorities, supervisory authorities, law enforcement, the financial intelligence unit, competent authorities] pursuant to Article 2.2.2, 2.2.9 and Article 3.1.4; (j) fails to submit a report to the financial intelligence unit as required pursuant to Article 3.2.1; [Option (k) fails to submit a report to the financial intelligence unit as required pursuant to Article 3.2.2.]; (l) does not refrain from carrying out a transaction when so required pursuant to Article 3.2.3; (m) discloses to a customer or a third party such information as referred to in Article 3.2.4. commits an offence and shall be punishable by a fine of ... to ... or imprisonment of ... to ... or either of these penalties. (2) Persons found guilty of an ancillary offence set forth in paragraph 1 above may also be banned permanently or for a maximum period of [indicate period] from pursuing the business or profession which provided the opportunity for the offence to be committed. (3) Penalties imposed for ancillary offences in accordance with paragraphs (1) and (2) above do not exclude the sanctions and measures that are available to the competent supervisory, regulatory or disciplinary authority pursuant to Article 3.5.1 for administrative violations. Title IV - Investigation and secrecy provisions Chapter I - Investigation Article 4.1.1 Investigative techniques For the purpose of obtaining evidence of money laundering and terrorist financing and tracing proceeds of crime, the judicial authorities may order, for a specific period: a) the monitoring of bank accounts and other similar accounts; b) access to computer systems, networks and servers; c) the placing under surveillance or interception of communication; d) the audio or video recording or photographing of acts and behaviour or conversations; e) the interception and seizure of correspondence. These techniques shall be subject to [appropriate safeguards – to be clarified] and only be used when there are serious indications that such accounts, telephone lines, computer systems and networks or documents are or may be used by persons suspected of participating in money laundering and financing of terrorism, and subject to compliance with the conditions and guarantees provided by articles [identify articles in question] of the [name of code of criminal procedure]. Article 4.1.2 Undercover operations and controlled delivery No punishment may be imposed on officials competent to investigate money laundering and financing of terrorism who, for the purpose of obtaining evidence relating to these offences or the tracing of proceeds of crime, perform acts which might be construed as elements of money laundering and financing of terrorism in connection with carrying out an undercover operation or a controlled delivery. The designated official shall not induce the suspect to commit any offences. The authorization of [name of the competent judicial authority] shall be obtained prior to any operation as described in the preceding paragraph. Article 4.1.3 Anonymous testimony and witness protection Either at its own initiative or at the request of a witness, defendant or aggrieved private party, a [name of competent judicial authority] may determine that a) certain identifying information shall not be included in the hearing transcript if there is a reasonable presumption that the witness could suffer serious injury following the disclosure of certain information; b) a witness’s identity is kept secret if the competent authority concludes that the witness, a member of his family or one of his associates could reasonably be endangered by reason of the testimony. The witness’s identity shall be kept secret only if the investigation of the offence so requires and other investigative methods appear inadequate to uncover the truth. The witness whose identity is kept secret shall not be summoned to testify at a hearing without his consent. Anonymous testimony shall not serve as the sole basis for or a determining factor in any conviction. Chapter II - Professional secrecy or privilege Article 4.2.1 Prohibition on invoking professional secrecy or privilege Professional secrecy or privilege shall not be invoked as a ground not to comply with the obligations under this law when the information is requested, or the production of a related document is ordered in accordance with this law, except in the cases specified in Article 3.2.1 (3). Title V - Penal and provisional measures Chapter I - Provisional measures, freezing and seizure of assets and instrumentalities Article 5.1.1 Provisional measures (1) [Name of judicial authority, law enforcement authorized to take provisional measures] may, either at its own initiative or at the request of the public prosecutor's office, impose provisional measures including freezing or seizing, intended to preserve availability of funds, property and instrumentalities that may be subject to confiscation in accordance with Article 5.3.1. (2) This provision shall apply without prejudice to the rights of third parties acting in good faith. (3) Such measures may be lifted at any time by [judicial authority, law enforcement or public prosecutor] that ordered the provisional measure on its own initiative or at the request of the public prosecutor's office, suspects or persons claiming rights to the property. Article 5.1.2 Freezing of funds associated with financing of terrorism (1) The funds of terrorists, those who finance terrorism and terrorist organizations, designated by the United Nations Security Council acting pursuant to Chapter VII of the United Nations Charter, shall be frozen by [Option: ministerial decree or other administrative decision]. [Such decree or decision] shall define the terms, conditions and time limits applicable to the freezing, and shall be published in the [name of official journal]. The financial institutions and designated non-financial business and profession holding such funds shall immediately freeze them. (2) The financial institutions and designated non-financial business and profession shall report without delay to [the financial intelligence unit or other competent authority] the existence of funds linked to terrorists, terrorist organizations or individuals or entities associated with or that belong to such individuals or organizations in accordance with lists established by the United Nations Security Council. (3) Failure to comply with the provisions of paragraphs (1) and (2) by a financial institution or a designated non-financial business and profession holding such funds shall be punishable by Variant 1: an administrative fine ranging from [...] to [...] Variant 2: a fine ranging from [...] to [...] Variant 3: other criminal sanctions. Chapter II - Criminal offences Article 5.2.1 Criminal offence of money laundering (1) For the purposes of this law, money laundering shall be defined as follows: a) The conversion or transfer of property, Variant 1: by any person who knows or should have known Variant 2: by any person who knows or suspects Variant 3: by any person who knows, should have known or suspects that such property is the proceeds of crime, for the purpose of concealing or disguising the illicit origin of such property or of assisting any person who is involved in the commission of the predicate offence to evade the legal consequences of his or her actions; b) The concealment or disguise of the true nature, source, location, disposition, movement or ownership of or rights with respect to property Variant 1: by any person who knows or should have known Variant 2: by any person who knows or suspects Variant 3: by any person who knows, should have known or suspects that such property is the proceeds of crime; c) The acquisition, possession or use of property Variant 1: by any person who knows or should have known Variant 2: by any person who knows or suspects Variant 3: by any person who knows, should have known or suspects [Option: at the time of receipt] that such property is the proceeds of crime. d) Participation in, association with or conspiracy to commit, attempts to commit and aiding, abetting, facilitating and counselling the commission of any of the elements of the offence mentioned in the foregoing subsections. (2) Knowledge, intent or purpose required as constituent elements of the offence may be inferred from objective factual circumstances. In order to prove the illicit origin of the proceeds it shall not be required to obtain the conviction of the predicate offence. (3) The predicate offence also includes offences committed outside the national territory if they constitute offences in the State where they were committed and would have constituted an offence if committed within the territory of [name of country adopting the law]. [Option: The predicate offence also includes actions committed outside national territory if they would have constituted offences if they had been committed within the territory of [name of country adopting the law].] (4) Variant 1: The offence of money laundering shall also apply to persons who have committed the predicate offence. Variant 2: The offence of money laundering shall not apply to persons who have committed the predicate offence. (5) Money laundering shall be punishable by a fine of [...] to [...] or imprisonment of [...] to [..] or either of these penalties. [Option: and a fine of up to _______ times the amount of the laundered sums.] (6) An attempt to commit money laundering or aiding, abetting, facilitating or counselling the commission of any such offence shall be punished as if the offence had been completed. [Option: is punished by a penalty reduced by [fraction] in relation to the main penalty.] Article 5.2.2 Criminal offence of financing of terrorism (1) For the purposes of this law, financing of terrorism shall be defined as follows: An act by any person who by any means, directly or indirectly, wilfully, provides or collects funds, or attempts to do so, with the intention that they should be used or in the knowledge that they are to be used in full or in part: a) to carry out a terrorist act, or b) by a terrorist, or c) by a terrorist organization. (2) The offence is committed irrespective of any occurrence of a terrorist act referred to in paragraph (1), or whether the funds have actually been used to commit such act. (3) It shall also be an offence to: a) participate as an accomplice in an offence within the meaning of paragraph (1) of this Article; b) organize or direct others to commit an offence within the meaning of paragraph (1) of this Article. (4) Financing of terrorism shall be punishable by a fine of ... to ... or imprisonment of ... to ... or either of these penalties. (5) An attempt to commit the offence of financing of terrorism or aiding, abetting, facilitating or counselling the commission of any such offence shall be punished as if the offence had been completed. [Option: is punished by a penalty reduced by [fraction] in relation to the main penalty.] Article 5.2.3 Association or conspiracy to commit money laundering Participation in, association with or conspiracy to commit the offences referred to in Article 5.2.1 shall be punishable by the same penalties. Article 5.2.4 Association or conspiracy to commit financing of terrorism Participation in, association with or conspiracy to commit the offence identified in Article 5.2.2 shall be punishable by the same penalties. Article 5.2.5 Penalties applicable to legal persons (1) Any legal person other than the State on whose behalf or for whose benefit money laundering and financing of terrorism has been committed by any natural person, acting either individually or as part of an organ of the legal person, who has a leading position within it, based on a power of representation of the legal person, an authority to take decisions on behalf of the legal person, or an authority to exercise control within the legal person, acting in such capacity, shall be punished by a fine of an amount equal to [indicate multiplier] times the fines specified for natural persons, irrespective of the conviction of those individuals as perpetrators of or accomplices to the offence. The liability of the legal person does not preclude that of the natural person. (2) In addition to the cases already provided for in paragraph (1) of this article, a legal person may also be held liable where the lack of supervision or control over a natural person referred to in paragraph (1) has made possible the commission of money laundering or financing of terrorism for the benefit of that legal person by a natural person acting under its authority. Legal persons may additionally be: a) barred permanently or for a maximum period of [indicate number] years from directly or indirectly carrying on certain business activities; b) placed under court supervision; c) ordered to close permanently or for a period of [indicate number] years their premises which were used for the commission of the offence; d) wound up; e) ordered to publicize the judgment. [Option: Article 5.2.6 Aggravating circumstances for money laundering Variant 1: The penalties imposed under Articles 5.2.1 and 5.2.3 may be increased to imprisonment of ... to ... and a fine of ... to ...or either of these penalties: Variant 2: The penalties imposed under Articles 5.2.1 and 5.2.3 may be increased by ... [one third or other proportion determined on the basis of the general punishment system in force]: a) if the predicate offence carries a penalty of deprivation of liberty for a term exceeding that specified in the foregoing articles relating to money laundering; b) if the offence is perpetrated in the pursuit of a trade or occupation; c) if the offence is perpetrated as part of the activities of an organized criminal group; d) if the amount of property laundered is more than ...; e) if the purpose is to make profit; f) if the purpose is promoting the carrying on of further criminal activity. [Option: Article 5.2.7 Aggravating circumstances for financing of terrorism Variant 1: The penalties imposed under Articles 5.2.2 and 5.2.4 may be increased to imprisonment of ... to ... and a fine of ... to ...or either of these penalties: Variant 2: The penalties imposed under Articles 5.2.2 and 5.2.4 may be increased by ... [one third or other proportion determined on the basis of the general punishment system in force]: a) If the offence is perpetrated in the pursuit of a trade or occupation; b) If the offence is perpetrated as part of the activities of an organized criminal group.] [Option: Article 5.2.8 Mitigating circumstances (1) The provisions of national law relating to mitigating circumstances in general shall apply to the offences established under this law. (2) The penalties provided in Articles 5.2.1 - 5.2.2 may be reduced if the perpetrator of the offence provides the judicial authorities with information they would not have otherwise obtained so as to assist them in: a) preventing or limiting the effects of the offence; b) identifying or prosecuting other perpetrators of the offence; c) obtaining evidence; d) preventing the commission of other money laundering or terrorist financing offences; or e) depriving organized criminal groups of their resources or the proceeds of crime.] Chapter III - Confiscation Article 5.3.1 Confiscation (1) In the event of a conviction for money laundering or a predicate offence and financing of terrorism, or an attempt to commit such an offence, an order shall be issued by the competent court for the confiscation of: a) funds and property constituting the proceeds of crime, including property intermingled with such proceeds or derived from or exchanged for such proceeds, or property the value of which corresponds to that of such proceeds; b) funds and property forming the object of the offence; c) funds and property constituting income and other benefits obtained from such funds or property, or proceeds of crime; d) the instrumentalities; e) funds and property referred to in paragraphs a) - d) above that has been transferred to any party, unless [the owner of such property can establish that he paid] [the court finds that the owner of such property acquired it by paying] a fair price or in return for the provision of services corresponding to their value or on any other legitimate grounds, and that he was unaware of its illicit origin. [Option: (2) The court may also order confiscation of the funds and property referred to in paragraph (1) and belonging directly or indirectly to a person convicted of money laundering or a predicate offence and the financing of terrorism, which were acquired during a period of [indicate number of years] prior to being charged with the offence, if there are reasonable grounds indicating that such funds and property are the result of the offence of which the person was convicted or similarly serious criminal activity, and the person failed to prove that the property was obtained legally. (3) If, in cases where an offence is established by the court, the perpetrator thereof cannot be convicted because he is unknown, he absconded or died, the court may nevertheless order the confiscation of the seized funds or property if sufficient evidence is adduced that the aforesaid property constitutes proceeds of crime as defined in this law.] (4) The confiscation order shall specify the property concerned and contain the necessary details to identify and locate it. Article 5.3.2 Invalidation of certain legal instruments (1) The court may invalidate any legal instrument, the purpose of which is to avoid the confiscation of the property pursuant to Article 5.3.1. (2) If the invalidated contract was entered into for value the acquiring party acting in good faith shall be reimbursed only for the amount actually paid. Article 5.3.3 Disposal of confiscated property Unless otherwise provided for in this law, confiscated funds and property shall accrue to [the name of the country adopting this law] [Option: that may allocate them to a fund for law enforcement or similar public purposes]. Such funds and property shall remain encumbered, up to their value, by any rights lawfully established in favour of third parties acting in good faith. [Option: Chapter IV - Establishment of a central seizure and confiscation authority Article 5.4.1 Establishment of a central authority for seizure and confiscation A central authority for seizure and confiscation shall be established. It shall be responsible for assisting the [competent law enforcement or judicial authorities investigating and prosecuting offences] in identifying and tracing funds and property that may be subject to seizure and confiscation. It shall collect and maintain all data associated with its mission in accordance with the law [cite the law governing data processing and privacy]. It shall manage seized assets in cooperation with the prosecutor’s office or the judge overseeing investigations. Article 5.4.2 Management of seized funds and property (1) The central authority for seizure and confiscation [or another competent authority] shall be responsible for the administration or management of seized assets in accordance with the feasible means available to it, with a view to returning or confiscating such assets in a condition reasonably comparable to their condition at the time of the seizure. The prosecutor’s office or the judge overseeing investigations may authorize the sale of funds or property likely to incur significant depreciation as the result of management or for which the cost of preservation is unreasonably disproportional to its value. In such case, the value of the sale shall remain subject to the seizure. (2) The central authority for seizure and confiscation [or another competent authority] shall manage the sums of money seized unless they were already entrusted to a financial institution or private manager or were seized or blocked there.] Title VI - International cooperation Chapter I - General provision Article 6.1.1 General provisions (1) The competent authorities shall provide the widest possible range of cooperation to the competent authorities of other States for purposes of extradition and mutual legal assistance in connection with criminal investigations and proceedings related to money laundering and financing of terrorism. (2) Dual criminality shall be deemed fulfilled irrespective of whether the laws of the requesting State places the offence within the same category of offence or denominate the offence by the same terminology as in [name of the country adopting the model law], provided the conduct underlying the offence for which assistance is sought is a criminal offence under the laws of the States concerned. Chapter II - Requests for mutual legal assistance Article 6.2.1 Purpose of requests for mutual legal assistance Upon application by a foreign State, requests for mutual legal assistance in connection with money laundering or terrorist financing shall be executed in accordance with the principles set out in this title. Mutual legal assistance may include in particular: - taking evidence or statements from persons; - assisting in making detained persons, voluntary witnesses or others available to the judicial authorities of the requesting State in order to give evidence or assist in investigations; - effecting service of judicial documents; - executing searches and seizures; - examining objects and sites; - providing information, evidentiary items and expert evaluations; - providing originals or certified copies of relevant documents and records, including government, bank, financial, corporate or business records; - identifying or tracing the proceeds of crime, funds or property or instrumentalities or other things for evidentiary or confiscation purposes; - confiscation of assets; - executing freezing and other provisional measures; - any other form of mutual legal assistance not contrary to the domestic laws of [name of country adopting law]. Article 6.2.2 Refusal to execute requests (1) A request for mutual legal assistance may be refused only if: a) it was not made by a competent authority according to the legislation of the requesting country, if it was not transmitted in accordance with applicable laws or its contents are in substantial non-conformity with Article 6.4.3; b) its execution is likely to prejudice the law and order, sovereignty, security, ordre public or other essential interests of [name of the country adopting the law]; c) the offence to which it relates is the subject of criminal proceedings or has already been the subject of a final judgment in the territory of [name of the country adopting the law]; d) there are substantial grounds for believing that the measure or order being sought is directed at the person in question solely on account of that person's race, religion, nationality, ethnic origin, political opinions, gender or status; e) If the offence referred to in the request is not provided for under the legislation of [name of the country adopting the law] or does not have features in common with an offence provided for under the legislation of [name of the country adopting the law]; however, assistance shall be granted if it does not entail coercive measures; [Option: f) If, under the legislation of [name of the country adopting the law], the measures requested, or any other measures having similar effects, are not permitted or if they may not be used with respect to the offence referred to in the request; g) If the measures requested cannot be ordered or executed by reason of the statute of limitations applicable to money laundering or financing of terrorism under the legislation of [name of the country adopting the law] or the law of the requesting State; h) If the decision whose execution is being requested is not enforceable under the legislation of [name of the country adopting the law]; i) If the decision rendered abroad was issued under conditions that did not afford sufficient protections with respect to the rights of the defendant.] (2) No request for mutual legal assistance shall be refused on the basis of, or made subject to, unduly restrictive conditions. (3) Secrecy or confidentiality provisions binding banks and other financial institutions cannot be invoked as a ground for refusal to comply with the request. (4) Assistance shall not be refused on the sole ground that the offence is also considered to involve fiscal matters. (5) A decision of a court in relation to a request for mutual legal assistance may be subject to appeal. (6) The competent authority of [name of the country adopting the law] shall promptly inform the foreign competent authority of the grounds for refusal to execute the request. Article 6.2.3 Requests for investigative measures Investigative measures shall be undertaken in conformity with the procedural rules of [name of the country adopting the law] unless the competent foreign authority has requested a specific procedure not contrary to such rules. A public official authorized by the competent foreign authority may attend the execution of the measures. Article 6.2.4 Requests for provisional measures Provisional measures requested by a State shall be undertaken in accordance with [Code of Criminal Procedure or other applicable legislation]. If the request is worded in general terms, the most appropriate measures provided by law shall be used. Should the [Code of Criminal Procedure or other applicable legislation] not provide for the measures requested, the competent authority may substitute those measures provided for in the law whose effects correspond most closely to the requested measures. The provisions relating to the lifting of provisional measures as laid down in paragraph (3) of Article 5.1.1 of this law shall be applicable. Before lifting the provisional measures applied the requesting country should be informed thereof. Article 6.2.5 Requests for confiscation (1) In the case of a request for mutual legal assistance seeking a confiscation order, the competent authorities shall either recognize and enforce the confiscation order made by a court of the requesting State or submit the request to their prosecuting authority for the purpose of obtaining a [domestic] confiscation order and, if such order is granted, enforce it. The confiscation order shall apply to the funds or property referred to in Article 5.3.1,and situated in the territory of [name of the country adopting the law]. (2) Where the competent authorities recognize and enforce a confiscation order issued abroad, they shall be bound by the findings of fact on which the order is based. Article 6.2.6 Disposal of confiscated property The State [name of the country adopting the law] shall have power of disposal of property confiscated on its territory at the request of foreign authorities unless provided otherwise under an agreement concluded with the requesting State, without prejudice to the return of the assets to their legitimate owner in good faith. Article 6.2.7 Joint investigations [The competent authorities of the country adopting the law] may enter into bilateral or multilateral agreements or arrangements, in relation to matters that are the subject of investigations or proceedings in one or more States, to set up joint investigative teams and conduct joint investigations. In the absence of such agreement or arrangement joint investigations may be undertaken on a case by case basis. Chapter III - Extradition Article 6.3.1 Extradition requests (1) Money laundering and financing of terrorism shall be extraditable offences. (2) Execution of extradition requests related to money laundering and financing of terrorism offences shall be subject to the procedures and principles set forth in the applicable extradition treaties. In the absence of such treaties or for matters not regulated in such treaties the procedures and principles in [name applicable domestic law on extradition] shall be applied. Article 6.3.2 Dual criminality Extradition based upon this law shall be carried out only if the offence giving rise to the request for extradition or a similar offence is provided for under the legislation of the requesting State and of [name of the country adopting the law]. Article 6.3.3 Mandatory grounds for refusal Extradition shall not be granted: a) If there are substantial grounds to believe that the request for extradition has been made for the purpose of prosecuting or punishing a person on account of that person's sex, race, religion, nationality, ethnic origin or political opinions or that compliance with the request would cause prejudice to that person’s position for any one of these reasons; b) If a final judgment has been rendered in [name of the country adopting the law] in respect of the offence for which extradition is requested; c) If the person whose extradition is requested has, under the legislation of either country, become immune from prosecution or punishment for any reason, including statute of limitations or amnesty; d) If there are substantial grounds to conclude the person whose extradition is requested has been or would be subjected to torture or cruel, inhuman or degrading treatment or punishment or if that person has not received or would not receive the minimum guarantees in criminal proceedings, as contained in Article 14 of the International Covenant on Civil and Political Rights. Extradition shall not be refused on the sole ground that the offence is considered also to entail fiscal matters. Article 6.3.4 Discretionary grounds for refusal Extradition may be refused if: a) a prosecution in respect of the offence for which extradition is requested is pending in [name of the country adopting the law] against the person whose extradition is requested; b) the offence for which extradition is requested has been committed outside the territory of either country and the legislation of [name of the country adopting the law] does not provide for jurisdiction over offences committed outside its territory in comparable circumstances; c) the person whose extradition is requested has been sentenced for the conduct which gives rise to the request or would be liable to be tried or sentenced in the requesting State by an irregular or fundamentally unfair extraordinary or ad hoc court or tribunal; d) [Name of the country adopting the law], while also taking into account the nature of the offence and the interests of the requesting State, considers that, in the circumstances of the case, the extradition of the person in question would be incompatible with humanitarian considerations in view of the age, health or other personal circumstances of that person; e) the extradition is requested pursuant to a final judgment rendered in the absence of the convicted person who, for reasons beyond his or her control, has not had sufficient notice of the trial or the opportunity to arrange for his or her defence and he or she has not had or will not have the opportunity to have the case retried in his or her presence; f) [Name of the country adopting the law] has assumed jurisdiction over the offence; g) the person whose extradition is requested would be subject to the death penalty in respect of the crime of which that person is accused in the requesting country, unless that country gives sufficient assurances that the penalty will not be carried out; h) the person whose extradition is requested is a national of [name of the country adopting the law]. Article 6.3.5 The duty to extradite or prosecute under international law If extradition is refused on either of the grounds stated in Article 6.3.3 paragraphs c) or d) or Article 6.3.4 paragraphs c), [Option: e)], g) or h) the case shall be referred to the competent authorities in order that proceedings may be instituted against the person concerned in respect of the offence which gave rise to the request. Article 6.3.6 Simplified extradition procedure With regard to money laundering and financing of terrorism, [name of the country adopting the law] may grant extradition after receipt of a request for provisional arrest, provided that the person whose extradition is requested explicitly consents before a competent authority. [Option: Article 6.3.7 Surrender of property Within the limits authorized under the national legislation and subject to the rights of third parties, all property found in the territory of [name of the country adopting the law] that has been acquired as a result of the offence committed or that may be required as evidence shall, if the requesting State so requests, be surrendered to the requesting State if extradition is granted. The property in question may, if the requesting State so requests, be surrendered to the requesting State even if the extradition agreed to cannot be carried out. Should that property be liable to seizure or confiscation in the territory of [name of the country adopting the law], the State may temporarily retain it or hand it over.] Chapter IV - Provisions common to requests for mutual legal assistance and requests for extradition Article 6.4.1 Political nature of offences For the purposes of this law, money laundering and financing of terrorism shall not be regarded as political offences, or offences connected with a political offence, or offences inspired by political motives. Article 6.4.2 Transmission and processing of requests (1) [Name of the competent authority in the country adopting the law] has the responsibility and power to receive mutual legal assistance or extradition requests sent by competent foreign authorities with respect to money laundering and financing of terrorism, and it shall either execute them or transmit them to the competent authorities for execution. It shall ensure speedy and proper execution or transmissions of the request received or, if forwarded for execution, encourage speedy execution by competent authorities. In urgent cases, such requests may be sent through the International Criminal Police Organization (ICPO/Interpol) or directly by the foreign authorities to the judicial authorities of [name of the country adopting the law]. In such cases the authority receiving the request shall notify [name of the competent authority in country adopting the law]. (2) Requests and answers shall be transmitted either by post or by other more rapid means of transmission that provides a written or materially equivalent record under conditions allowing [name of the country adopting the law] to establish authenticity. (3) Requests and their annexes shall be accompanied by a translation in a language acceptable to [name of the country adopting the law]. Article 6.4.3 Content of requests (1) Requests shall specify: a) the identity of the authority requesting the measure; b) the name and function of the authority conducting the investigation, prosecution or proceedings; c) the requested authority; d) the purpose of the request and any relevant contextual remarks; e) the facts in support of the request; f) any known details that may facilitate identification of the persons concerned, in particular name, marital status, nationality, address and location and occupation; g) any information necessary for identifying and tracing the persons, instrumentalities, funds or property in question; h) the text of the statutory provision establishing the offence or, where applicable, a statement of the law applicable to the offence and an indication of the penalty that can be imposed for the offence; i) a description of the assistance required and details of any specific procedures that the requesting State wishes to be applied. (2) In addition, requests shall include the following particulars in certain specific cases: a) in the case of requests for provisional measures: a description of the measures sought; b) in the case of requests for the issuance of a confiscation order: a statement of the relevant facts and arguments to enable the judicial authorities to order the confiscation under domestic law; c) in the case of requests for the enforcement of orders relating to provisional measures or confiscations: i) a certified copy of the order, and a statement of the grounds for issuing the order if they are not indicated in the order itself; ii) a document certifying that the order is enforceable and not subject to ordinary means of appeal; iii) an indication of the extent to which the order is to be enforced and, where applicable, the amount for which recovery is to be sought in the item or items of property; iv) where necessary and if possible, any information concerning third-party rights of claim on the instrumentalities, proceeds, property or other things in question; d) In the case of requests for extradition, if the person has been convicted of an offence, the original or a certified copy of the judgment or any other document setting out the conviction and the sentence imposed, the fact that the sentence is enforceable and the extent to which the sentence remains to be served. Article 6.4.4 Additional information The [name of the competent authority in country adopting the law] or the competent authority handling the matter shall, either on their own initiative or at the request of the [name of the competent authority in country adopting the law], may request additional information from the competent foreign authority if it appears necessary to execute or facilitate the execution of the request. Article 6.4.5 Requirement of confidentiality Where a request requires that its existence and substance be kept confidential, such requirement shall be observed. If that is not possible, the requesting authorities shall be promptly informed thereof. Article 6.4.6 Delay in complying with request The [name of the competent authority in country adopting the law] may delay the referral of requests to the competent authorities responsible for the execution of the request if the measure or order sought is likely to substantially interfere with an ongoing investigation or proceeding. It shall immediately so advise the requesting authority. Article 6.4.7 Costs Costs incurred in complying with requests provided for under the present title shall be borne by the State of [name of the country adopting the law] unless otherwise agreed with the requesting State. MODEL [DECREE, REGULATION] ON THE FINANCIAL INTELLIGENCE UNIT, ISSUED FOR PURPOSES OF APPLICATION OF ARTICLE 3.1.1 OF [THE MODEL LAW ON MONEY LAUNDERING AND FINANCING OF TERRORISM] Organization Article 1 The financial intelligence unit, established under Article 3.1.1 of the [Model law on money laundering and financing of terrorism], shall have [Option: autonomy over the use of its budget and] independent decision-making authority over matters within its responsibility. Article 2 The financial intelligence unit shall be composed of suitably qualified staff [Option: with expertise particularly in the fields of finance, banking, law, information processing, customs or police investigations] and may be made available by Government agencies. It may also comprise liaison officers responsible for cooperation with the other administrations. The financial intelligence unit shall be supported by a secretariat. Article 3 The head, experts, liaison officers and other staff of the financial intelligence unit may not concurrently hold a position in any of the financial institutions and designated non-financial businesses and professions referred to in the law of [date] on money laundering and financing of terrorism. They shall not hold any kind of office, or undertake an assignment or perform an activity that might affect the independence of their position. [Option: Law enforcement officers appointed to posts in the financial intelligence unit shall cease to exercise any investigatory powers held by them in their former employment.] Operation Article 4 The reports required of the financial institutions and designated non-financial businesses and professions shall be sent to the financial intelligence unit by any rapid means of communication. They shall, where applicable, be confirmed in writing and contain the identity and address of the reporting party, the customer or the beneficial owner and, where applicable, the beneficiary of the transaction and other persons involved in the transaction or events, and shall indicate the nature and description of the transaction or events/activity and, in the case of a transaction, the amount, transaction date and time, the account numbers and other financial institutions and designated non-financial businesses and professions involved, [Option: if applicable,] the time within which the operation is to be carried out or the reason why its execution cannot be deferred. Article 5 The financial intelligence unit shall, in conformity with the laws and regulations on the protection of privacy and on computerized databases, operate a database containing all relevant information concerning suspicion transaction reports and other information as provided for under the aforementioned law and by this [decree, regulation] the transactions carried out and the persons undertaking the operations, whether directly or through intermediaries. Article 6 An annual report shall be drawn up by the financial intelligence unit and submitted to Variant 1: the Government Variant 2: the Parliament Variant 3: the Minister of Justice, the Minister of Finance and other competent authorities. The report shall provide an overall analysis and evaluation of the reports received and of money laundering and financing of terrorism trends. [Option: Operating budget Article 7 Each year, the financial intelligence unit shall establish its budget for the following year, subject to the limits fixed by [name of competent minister].] Annex 1 - participation in an organized criminal group and racketeering; - terrorism, including terrorist financing; - trafficking in human beings and migrant smuggling; - sexual exploitation, including sexual exploitation of children; - illicit trafficking in narcotic drugs and psychotropic substances; - illicit arms trafficking; - illicit trafficking in stolen and other goods; - corruption and bribery; - fraud; - counterfeiting currency; - counterfeiting and piracy of products; - environmental crime; - murder, grievous bodily injury; - kidnapping, illegal restraint and hostage-taking; - robbery or theft; - smuggling; - extortion; - forgery; - piracy; and - insider trading and market manipulation. 1 The FATF was established by the Summit of Heads of State or Government of the seven major industrialized countries (G-7) in 1989 to recommend measures to improve the effectiveness of the fight against money laundering. FATF now has 33 members and several observer members. 2 This Committee adopted in 1988 a Statement on Prevention of Criminal Use of the Banking System for the Purpose of Money Laundering, which urges financial or banking institutions to put in place mechanisms for preventing even the involuntary implication of the banking system in criminal activities. Other relevant publications include the BCBS’s 2001 paper on customer due diligence for banks and the joint initiatives to combat money laundering and the financing of terrorism which were conducted in 2003 and updated in 2005 by the BCBS, the International Organization of Securities Commissions (IOSCO) and the International Association of Insurance Supervisors (IAIS). 3 The Council of Europe Convention of 16 May 2005 on laundering, search, seizure and confiscation of the proceeds from crime and the financing of terrorism. 4 Directive 2005/60/EC of the European Parliament and of the Council of 26 October 2005 on the prevention of the use of the financial system for the purpose of money laundering and terrorist financing. Each country should at a minimum include a range of offences within each of the categories of offences referred to in Annex 1. Each country should at a minimum include a range of offences within each of the categories of offences referred to in Annex 1. Intended for countries whose penalty systems prescribe a minimum threshold Each country should at a minimum include a range of offences within each of the categories of offences referred to in Annex 1. Each country should at a minimum include a range of offences within each of the categories of offences referred to in Annex 1. including private banking including consumer credit, mortgage credit, factoring with or without recourse and finance of commercial transactions, including forfeiting except financial leasing arrangements in relation to consumer products This applies to financial activity in both the formal and the informal sector e.g. alternative remittance activity. It does not apply to any natural or legal person that provides financial institutions solely with message or other support systems for transmitting funds. [e.g., credit and debit cards, cheques, traveler’s cheques, money orders and bankers’ draft, electronic money] [such as cheques, bills, certificates of deposit and derivative products] by insurance firms or brokers investment services companies and asset management companies This applies to financial activity in both the formal and the informal sector but does not apply to any natural or legal person that provides financial institutions solely with message or other support systems for transmitting funds. Only independent lawyers This is an option stemming from FATF Rec. 12e such as [trust, fiducie, Anstalt, etc.] This refers to “illicit or suspect consignments and cash”. One of the objectives is to follow property that is suspected to be the proceeds of crime. Countries may by issuance of a decree/regulation/guideline take action with respect to business relationships and transactions with persons, including companies and financial institutions, from countries that do not or insufficiently apply the FATF Recommendations, see FATF Recommendation 21 and the examples of counter-measures listed under criteria 21.3 of the Methodology. Have to be in accordance of the countries’ statute of limitation, but not less then five years. Any breach of the obligation provided under this provision should be subject to penalties or sanctions. This option is valid only when these professions represent a client before a court. The substance of this article may also be introduced in law through sector specific laws. Legislation should ensure that the principle of due process is to be observed when imposing a measure or a sanction, including the possibility of challenging the designated authorities decision. In addition to the measures listed above there might be other sanctions that are set forth by other relevant laws. The country adopting this law should make sure that it has corresponding powers for serious offences for the purpose of this special type of confiscation. Countries should define what is organized crime or similar criminal activity. In cases where confiscation is ordered under a judgment by default, countries should consider a provision to the effect that the court, ruling on an application to set aside such judgment, may order restitution to the value of the confiscated property by the State, unless it is established that such property is the proceeds of crime. The country should specify types of decisions that are subject to appeal. In the absence of any extradition treaty or legislative provisions, the extradition shall be carried out in accordance with the procedures and in observance of the principles set out in the United Nations Convention against Transnational Organized Crime, the United Nations Convention against Corruption and the United Nations Convention for the Suppression of Financing of Terrorism. A requested country may surrender the property on condition that it should be returned back free of charge, after the completion of the proceedings. 45 ii “s” missing on “provisions” under Title IVNATIONS UNIES Office contre la drogue et le crime FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Modèle de loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1er décembre 2005i TABLE DES MATIÈRES Introduction du modèle de loi .................................................. ................................................. 1 Titre I -Définitions .................................................. .................................................. ............... 6 Article 1.1 Blanchiment de capitaux.................................................. ............... 6 Article 1.2 Financement du terrorisme .................................................. ........... 6 Article 1.3 Définitions .................................................. .................................... 6 Titre II -Prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme ............... 13 Chapitre I – Dispositions générales de prévention concernant les espèces et les instruments négociables au porteur.................................................. ........................... 13 Article 2.1.1 Obligation de déclaration ou de communication des transports physiques transfrontaliers d’espèces et instruments négociables au porteur .................................................. .................................................. .... 13 Chapitre II – Transparence dans les opérations financières........................................ 14 Article 2.2.1 Dispositions générales .................................................. ............. 14 Article 2.2.2 Transparence des personnes morales et des constructions juridiques.................................................. .................................................. ..... 14 Article 2.2.3 Identification des clients par les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées ...................................... 15 [Option: Article 2.2.4 Procédures d’identification réduites ou simplifiées.... 17 [Option: Article 2.2.5 Recours à l’identification par des tiers....................... 17 Article 2.2.6 Exigences spécifiques d’identification ...................................... 18 Article 2.2.7 Obligations concernant les virements électroniques.................. 18 Article 2.2.8 Surveillance particulière de certaines opérations....................... 19 Article 2.2.9 Conservation des documents .................................................. ... 19 Article 2.2.10 Programmes internes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées................................. 20 Article 2.2.11 Respect des obligations par les filiales et succursales situées à l’étranger .................................................. .................................................. .. 20 Chapitre III – Organismes à but non lucratif .................................................. ............ 21 Article 2.3 Organismes à but non lucratif.................................................. ..... 21 Titre III -Détection du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme................ 22 Chapitre I – La Cellule de renseignements financiers ................................................ 22 Article 3.1.1 Dispositions générales .................................................. ............. 22 Article 3.1.2 Confidentialité .................................................. ......................... 22 Article 3.1.3 Relations avec les homologues étrangers .................................. 22 Article 3.1.4 Accès à l’information.................................................. ............... 22 ii Article 3.1.5 Communication à l’autorité de surveillance .............................. 23 Chapitre II – Déclaration de soupçon .................................................. ....................... 23 Article 3.2.1 Obligation de déclarer les activités suspectes............................ 23 [Option: Article 3.2.2 Déclaration des transactions en espèces .................... 24 Article 3.2.3 Abstention d’exécuter une transaction....................................... 25 Article 3.2.4 Interdiction de divulguer la réalisation d’une déclaration de soupçon .................................................. .................................................. ....... 25 Article 3.2.5 Suites données aux déclarations de soupçon ............................. 25 Chapitre III -Exemption de responsabilité.................................................. ............... 26 Article 3.3.1 Exemption de responsabilité du fait de déclarations de soupçon faites de bonne foi.................................................. ........................... 26 Article 3.3.2 Exemption de responsabilité du fait de l’exécution de l’opération .................................................. .................................................. ... 26 Chapitre IV -Les autorités de surveillance et leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme............................ 26 Article 3.4.1 Dispositions générales relatives aux autorités de surveillance des institutions financières et des entreprises et professions non financières désignées .................................................. .................................................. ..... 26 Article 3.4.2 Dispositions particulières concernant les services de transferts de fonds ou de valeurs.................................................. ................... 27 Article 3.4.3 Licence des casinos.................................................. .................. 27 [Option: Article 3.4.4 Enregistrement d’autres entreprises et professions non financières désignées .................................................. ............................. 28 Chapitre V -Sanctions pour non-respect des dispositions établies aux titres II et III...... 28 Article 3.5.1 Pouvoirs des autorités de surveillance et infractions administratives .................................................. .............................................. 28 Article 3.5.2 Infractions connexes de blanchiment de capitaux ..................... 29 Titre IV -Enquête et clause de secret .................................................. ................................... 31 Chapitre I – Enquête .................................................. ................................................. 31 Article 4.1.1 Techniques d’enquête .................................................. .............. 31 Article 4.1.2 Infiltration et livraison surveillée............................................... 31 Article 4.1.3 Témoignage anonyme et protection des témoins....................... 31 Chapitre II -Secret ou privilège professionnel .................................................. ......... 32 Article 4.2.1 Interdiction d’invoquer le secret ou privilège professionnel ..... 32 Titre V -Mesures pénales et mesures conservatoires.................................................. ........... 33 Chapitre I -Mesures conservatoires, gel et saisie des avoirs et instruments .............. 33 Article 5.1.1 Mesures conservatoires.................................................. ............ 33 Article 5.1.2 Gel des fonds associés au financement du terrorisme ............... 33 iii Chapitre II -Incriminations .................................................. ...................................... 34 Article 5.2.1 Incrimination du blanchiment de capitaux................................. 34 Article 5.2.2 Incrimination du financement du terrorisme ............................. 35 Article 5.2.3 Association ou entente en vue du blanchiment de capitaux ...... 36 Article 5.2.4 Association ou entente en vue du financement du terrorisme ... 36 Article 5.2.5 Peines applicables aux personnes morales................................. 36 [Option: Article 5.2.6 Circonstances aggravantes liées au blanchiment de capitaux.................................................. .................................................. ....... 37 [Option: Article 5.2.7 Circonstances aggravantes liées au financement du terrorisme.................................................. .................................................. .... 37 [Option: Article 5.2.8 Circonstances atténuantes .......................................... 37 Chapitre III -Confiscation .................................................. ........................................ 38 Article 5.3.1 Confiscation .................................................. ............................. 38 Article 5.3.2 Nullité de certains actes juridiques ............................................ 39 Article 5.3.3 Sort des biens confisqués.................................................. ......... 39 [Option: Chapitre IV -Établissement d’un Office central pour la saisie et la confiscation.................................................. ............................................... 39 Article 5.4.1 Établissement d’un Office central pour la saisie et la confiscation .................................................. .................................................. . 39 Article 5.4.2 Gestion des fonds et des biens saisis ......................................... 39 Titre VI -Coopération internationale .................................................. ................................... 41 Chapitre I – Dispositions générales .................................................. .......................... 41 Article 6.1.1 Dispositions générales .................................................. ............. 41 Chapitre II -Demandes d’entraide judiciaire.................................................. ............ 41 Article 6.2.1 Objet des demandes d’entraide judiciaire.................................. 41 Article 6.2.2 Refus d’exécuter la demande.................................................. ... 42 Article 6.2.3 Demande de mesures d’enquête ................................................ 43 Article 6.2.4 Demande de mesures conservatoires ......................................... 43 Article 6.2.5 Demande de confiscation.................................................. ......... 43 Article 6.2.6 Sort des biens confisqués.................................................. ......... 44 Article 6.2.7 Enquêtes conjointes .................................................. ................. 44 Chapitre III -Extradition .................................................. .......................................... 44 Article 6.3.1 Demandes d’extradition.................................................. ........... 44 Article 6.3.2 Double incrimination .................................................. ............... 44 Article 6.3.3 Motifs obligatoires de refus .................................................. ..... 44 Article 6.3.4 Motifs facultatifs de refus .................................................. ........ 45 Article 6.3.5 Devoir d’extrader ou de poursuivre au nom du droit international .................................................. .................................................. 46 Article 6.3.6 Procédure simplifiée d’extradition............................................. 46 [Option: Article 6.3.7 Remise de biens.................................................. ......... 46 iv Chapitre IV -Dispositions communes aux demandes d’entraide et aux demandes d’extradition.................................................. .................................................. ............ 46 Article 6.4.1 Nature politique des infractions................................................. 46 Article 6.4.2 Transmission et traitement des demandes ................................. 46 Article 6.4.3 Contenu des demandes.................................................. ............. 47 Article 6.4.4 Compléments d’information .................................................. .... 48 Article 6.4.5 Exigence de confidentialité.................................................. ...... 48 Article 6.4.6 Sursis à l’exécution.................................................. .................. 48 Article 6.4.7 Frais .................................................. ......................................... 48 TEXTE DU MODÈLE DE LOI1 Introduction du modèle de loi Ce modèle de loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme est le fruit d’un effort conjoint de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et du FMI (FMI). Il comprend l’ensemble complet des mesures juridiques que la législation nationale doit inclure afin de prévenir, de détecter et de sanctionner efficacement le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et de permettre la coopération internationale face à ces crimes. 1. Impact du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme a) Le blanchiment de capitaux Le blanchiment de capitaux peut se définir comme le processus par lequel une personne dissimule ou déguise la nature ou l’origine du produit d’activités illicites de manière à ce qu’il paraisse provenir de sources licites. Les criminels mettent à profit la mondialisation économique et financière et les progrès de la technologie et des communications afin de dissimuler l’origine des fonds qu’ils ont acquis par des activités illicites. Ils ont largement recours à toute une gamme de techniques, telles que le transfert rapide d’argent d’un pays à un autre ou l’abus de structures sociales pour déguiser le propriétaire réel des fonds. Les activités des puissantes organisations criminelles peuvent avoir de graves conséquences pour la société. L’argent blanchi donne aux trafiquants de drogue, aux groupes criminels organisés, aux marchands d’armes et à d’autres criminels les moyens nécessaire pour poursuivre leurs activités et développer leurs entreprises. À défaut mesures efficaces pour y parer et y faire obstacle, le blanchiment de capitaux peut porter atteinte à l’intégrité des institutions financières d’un pays. La soustraction de milliards de dollars par an aux activités économiques licites constitue une menace réelle pour la santé financière des pays et compromet la stabilité des marchés mondiaux. Le blanchiment de capitaux mine les efforts internationaux visant à établir des marchés libres et concurrentiels et entrave le développement des économies nationales. Il fausse le fonctionnement des marchés et peut faire croître la demande de numéraire, compromettre la stabilité des taux d’intérêt et de change, susciter une concurrence déloyale et exacerber considérablement l’inflation dans les pays où les criminels exercent leurs activités. Les petits pays sont particulièrement vulnérables au blanchiment de capitaux. Les gains provenant d’activités illicites peuvent donner aux organisations criminelles une énorme puissance économique, ce qui leur fournit un moyen de pression sur les petits pays. Dans tout pays, le manque de mécanismes adaptés pour contrer cette menace, ou le manque d’aptitude à les appliquer, donne aux criminels la possibilité de poursuivre leurs activités illicites. Le blanchiment du produit d’activités illicites dans les pays qui n’ont pas de système efficace de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement 2 du terrorisme (LBC/FT) n’a qu’un seul but : tirer parti des faiblesses structurelles ou exploiter les lacunes de l’appareil institutionnel et judiciaire afin de jouir impunément du produit de leurs activités criminelles. Le blanchiment de capitaux est un aspect essentiel de toute activité criminelle rentable et un corollaire inévitable du crime organisé. Les agissements des organisations criminelles, visant l’accumulation de profits illicites, créent un besoin de blanchiment directement proportionnel au degré de développement de leurs activités et à leur concentration dans les mains d’un petit groupe d’individus. Les sommes colossales que produisent certaines sortes d’activités criminelles, tels que les trafics de stupéfiants, laissent des traces qui sont plus difficiles à dissimuler que celles que laissent les crimes eux-mêmes. b) Le financement du terrorisme Le financement du terrorisme peut se définir comme le processus par lequel un individu cherche à recueillir ou mettre à disposition des fonds avec l’intention qu’ils soient utilisés pour l’exécution d’un acte terroriste ou par une organisation terroriste, selon la définition figurant dans la Convention internationale de répression du financement du terrorisme ainsi que dans n’importe lequel des traités énumérés à l’annexe à cette convention. À l’instar des blanchisseurs de capitaux, les personnes qui financent le terrorisme pervertissent le système financier. Pour atteindre leurs objectifs, ils doivent obtenir et transmettre les fonds de manière apparemment licite. Mais, alors que l’argent qui passe par le processus de blanchiment provient toujours d’activités criminelles et est donc toujours de l’argent « sale », les fonds qui sont mis à la disposition des groupes ou individus terroristes peuvent provenir du crime ou de sources licites. Le terrorisme peut donc être alimenté par de l’argent «sale» ou «propre». Quelles que soit l’origine de cet argent, les terroriste ou organisations terroristes se servent du système financier de la même façon que les organisations criminelles afin de masquer à la fois la source et la destination des fonds. 2. La riposte internationale au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme Les efforts internationaux pour faire échec au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme participent d’une stratégie qui vise, d’une part, à s’attaquer au pouvoir économique des organisations criminelles ou terroristes et des individus pratiquant ces activités afin de les affaiblir en les empêchant de jouir ou de faire usage de leurs gains illicites et, d’autre part, à prévenir les effets nocifs de l’économie criminelle et du terrorisme sur l’économie licite. La Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de narcotiques et de substances psychotropes de 1988, premier instrument juridique international à incorporer l’aspect blanchiment de capitaux dans cette stratégie, rappelle dans son préambule que les États sont conscients du fait que «le trafic illicite est la source de gains financiers et de fortunes importantes qui permettent aux organisations criminelles transnationales de pénétrer, contaminer et corrompre les structures de l’État, les activités commerciales et financières légitimes et la société à tous les niveaux» et affirme que la communauté internationale est désormais «résolue[s]à priver ceux qui se livrent au trafic illicite du fruit de leurs activités criminelles et à supprimer ainsi leur principal mobile». 3 La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et la Convention des Nations Unies contre la corruption sont entrée en vigueur en septembre 2003 et en décembre 2005, respectivement. Les deux textes élargissent le champ de l’infraction de blanchiment de capitaux en déclarant qu’elle se rapporte non seulement au produit du trafic illicite de stupéfiants mais aussi au produit de tous les crimes graves. Les deux conventions invitent les États à instituer un régime interne complet de réglementation et de contrôle des banques et institutions financières non bancaires, y compris des personnes physiques ou morales qui fournissent des services formels ou informels de transmission de fonds ou de valeurs ainsi que, s’il y a lieu, des autres entités particulièrement exposées au blanchiment d’argent. Les conventions appellent en outre à la création de cellules de renseignements financiers. La Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme est entrée en vigueur en avril 2002. Elle fait obligation aux États membres de prendre des mesures pour protéger leurs systèmes financiers de tout abus par des personnes projetant ou exerçant des activités terroristes. À la suite des événements du 11 septembre 2001, les États et pays membres ont mis l’accent sur la relation entre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée, le trafic international de stupéfiants et le blanchiment de capitaux, et ont appelé les pays qui ne l’avaient pas encore fait à devenir parties aux conventions internationales pertinentes. En septembre 2001, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la Résolution 1373, qui impose certaines obligations aux États membres, telles que la prévention et la répression du financement des actes terroristes, l’incrimination des activités liées au terrorisme et de l’assistance à l’exécution de ces actes, le refus de financer les terroristes et de leur donner asile et l’échange d’informations pour prévenir la commission d’actes terroristes. Cette même résolution du Conseil crée le Comité contre le terrorisme (CCT) dont le mandat est de suivre l’application de la Résolution. En avril 1990, le Groupe d’action financière de lutte contre le blanchiment de capitaux (GAFI)1 a publié une série de 40 Recommandations visant à améliorer les systèmes judiciaires, à rehausser le rôle du secteur financier et à intensifier la coopération dans la lutte contre le blanchiment de capitaux. Ces recommandations ont été révisées et actualisées en 1996 et en 2003, de manière à prendre en compte les changements intervenus dans les techniques et tendances de blanchiment de capitaux. Le texte des recommandations de 2003 est beaucoup plus détaillé que les précédents, notamment en ce qui concerne l’identification des clients et l’obligation de vigilance, l’obligation de déclaration des opérations suspectes et les mécanismes de saisie et de gel des actifs. Elles énoncent en outre les mesures à prendre pour éviter l’usage abusif des constructions juridiques et s’appliquent à plusieurs types d’entreprises et de professions non financières désignées. Ces dernières mesures ont été adoptées en réponse au perfectionnement croissant des techniques de blanchiment de capitaux, par exemple le recours à des 1 Le GAFI a été créé lors du Sommet des Chefs d’État et de gouvernement des sept plus grands pays industrialisés (G-7) de 1989 avec pour mandat de recommander des mesures afin d’améliorer l’efficacité de la lutte contre le blanchiment de capitaux. Le GAFI compte maintenant 33 membres et plusieurs membres observateurs. 4 personnes morales pour déguiser le véritable bénéficiaire effectif ou l’entité contrôlant le produit d’activités illicites et le recours de plus en plus fréquent à des professionnels non financiers qui donnent conseils et assistance aux blanchisseurs de capitaux. Le GAFI a élargi son mandat en octobre 2001 au combat contre le financement du terrorisme et a publié 8 Recommandations spéciales sur ce thème. Une neuvième Recommandation spéciale a été adoptée en octobre 2004. Ces nouvelles normes recommandent l’incrimination du financement du terrorisme conformément à la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme, traitent des pratiques utilisées par les terroristes pour financer leurs activités (telles que l’utilisation abusive des virements électroniques, des systèmes alternatifs de remise de fonds et d’organisations à but non lucratif) et appellent à la mise en place de mécanismes spéciaux de gel, saisi et confiscation des actifs. Globalement, les 40+9 Recommandations du GAFI constituent un ensemble complet de mesures assurant l’établissement d’un appareil juridique et institutionnel efficace de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. D’autres instances, telles que le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (CBCB) 2et des organismes régionaux tels que les Conseil de l’Europe3 et l’Union européenne4 ont adopté un certain nombre de mesures et de normes qui ont été établies en vue de prévenir l’utilisation des systèmes financiers, bancaires et non bancaires, ainsi que des entreprises et professions non financières désignées pour le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. 3. Utilisation du modèle de loi Un premier modèle de loi sur le blanchiment de capitaux pour les pays de droit civil a été diffusé en 1999 par l’ONUDC afin d’aider les États et pays membres à élaborer ou mettre en conformité leur propre appareil juridique avec les normes internationales et pratiques optimales dans l’application des mesures de lutte anti-blanchiment. Ce modèle de loi actualisé remplace la version initiale. Il repose, dans une large mesure, sur les instruments existants relatifs au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme et incorpore les 40+9 Recommandations du GAFI. Il s’agit d’un instrument législatif destiné à facilité la rédaction de dispositions légales spécialement adaptées par les pays qui comptent promulguer une loi de lutte 2 Ce Comité a adopté en 1988 une Déclaration sur la Prévention de l’utilisation du système bancaire pour le blanchiment de fonds d’origine criminelle, qui invite les institutions financières et bancaires à mettre en place des mécanismes pour éviter que le système bancaire soit inconsciemment impliqué dans des activités criminelles. Les autres textes pertinents sont un document publié en 2001 par le CBCB sur le devoir de vigilance des banques à l’égard de leurs clients et les initiatives conjointes menées en 2003 et actualisées en 2005 par le CBCB, l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) et l’Association internationale des contrôleurs d’assurance (IAIS). 3 La Convention du Conseil de l’Europe du 6 mai 2005 relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation des produits du crime et au financement du terrorisme. 4 Directive 2005/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 26 octobre 2005 relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme. 5 contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ou mettre à niveau leur législation actuelle. La loi modèle incorpore les obligations énoncées dans les instruments internationaux susmentionnés, et dans les 40+9 Recommandations du GAFI en particulier, et les renforce ou complète à la lumière des pratiques effectivement en usage dans un certain nombre de pays. Elle comporte en outre des dispositions facultatives novatrices qui visent à rehausser l’efficacité des dispositifs de LBC/FT et propose aux États des mécanismes juridiques adaptés de coopération internationale. Il appartiendra à chaque pays d’adapter les dispositions pour les mettre en conformité, si nécessaire, avec les principes constitutionnels et fondamentaux de son propre système juridique et de les compléter par les mesures qui lui paraissent les plus susceptibles de contribuer efficacement à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Cependant, la loi modèle constitue en elle-même un ensemble juridique cohérent. En incorporant ces dispositions dans leur corpus législatif, les pays doivent veiller à ce que tous les éléments de ce modèle soient adoptés. Certaines dispositions sont intrinsèquement liées les unes aux autres et n’auraient pas l’effet recherché si elles étaient adoptées isolément ou hors de contexte. La portée globale du modèle de loi serait aussi compromise si des paragraphes étaient supprimés. Afin de faciliter son adaptation à la législation nationale, certaines dispositions du modèle de loi sont présentées sous forme de variantes ou d’options. Une variante permet l’ajustement d’une disposition qui ne devrait pas être omise de la législation contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Une option, par contre, est une disposition qui n’est pas jugée essentielle selon les normes actuelles, mais qui peut rehausser l’efficacité d’un système de LBC/FT donné, et peut donc être incluse ou non, à la discrétion de l’État concerné. Le modèle de loi comporte six titres : Titre I : Définitions Titre II : Prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme Titre III : Détection du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme Titre IV : Enquête et clause de secret Titre V : Mesures pénales et mesures conservatoires Titre VI : Coopération internationale Les dispositions de ce modèle de loi ont été rédigées, revues et finalisées par un groupe informel d’experts internationaux qui s’est réuni à Vienne en mai 2004, à Bruxelles en juin 2004, et à Washington en septembre 2004 et en mars 2005. Ce groupe était composé de spécialistes de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, et comprenait des représentants de l’ONUDC, du FMI, de la Banque mondiale et de l’Organisation des États américains.6 Titre I -Définitions Article 1.1 Blanchiment de capitaux L’expression «blanchiment de capitaux» s’entend de l’infraction définie à l’article 5.2.1. Article 1.2 Financement du terrorisme L’expression «financement du terrorisme» s’entend de l’infraction définie à l’article 5.2.2. Article 1.3 Définitions Aux fins de la présente loi: A. L’expression «produit du crime» s’entend de tous fonds ou biens tirés ou obtenus directement ou indirectement Variante 1: de toute infraction1. Variante 2: d’une infraction passible d’une peine d’emprisonnement de plus d’un an2. Variante 3: d’une infraction passible d’une peine d’emprisonnement de plus de six mois 3 4. Variante 4: d’infractions définies aux articles [de la législation précisée, par exemple, le Code pénal] 5. Le produit du crime inclut les avoirs convertis ou transformés, totalement ou en partie, en d’autres biens ainsi que les produits d’investissement. B. Le terme «fonds» ou «biens» désigne les avoirs de toute nature, corporels ou incorporels, meubles ou immeubles, tangibles ou intangibles, ainsi que les documents ou instruments juridiques sous toute forme, y compris électronique ou numérique, prouvant la propriété de ou les intérêts sur lesdits avoirs, y compris, mais de façon non limitative, les crédits bancaires, les chèques de voyage, les chèques bancaires, les mandats, les actions, les valeurs mobilières, les obligations, les traites ou lettres de crédit ainsi que les 1 Chaque pays devrait au minimum inclure une gamme d’infractions au sein de chacune des catégories d’infractions désignées à l’annexe 1. 2 Chaque pays devrait au minimum inclure une gamme d’infractions au sein de chacune des catégories d’infractions désignées à l’annexe 1. 3 Destiné aux pays dont le système pénal prescrit un seuil minimum. 4 Chaque pays devrait au minimum inclure une gamme d’infractions au sein de chacune des catégories d’infractions désignées à l’annexe 1. 5 Chaque pays devrait au minimum inclure une gamme d’infractions au sein de chacune des catégories d’infractions désignées à l’annexe 1. 7 éventuels intérêts, dividendes ou autres revenus ou valeur tirés de ou générés par de tels avoirs. C. L’expression «infraction sous-jacente» désigne toute infraction qui génère un produit du crime. D. L’expression «acte terroriste» désigne: a) Variante 1: un acte qui constitue une infraction dans le cadre et selon la définition figurant dans l’un des traités repris à l’annexe de la Convention internationale de 1999 sur la répression du financement du terrorisme. Variante 2: un acte qui constitue une infraction dans le cadre et selon la définition figurant dans l’un des traités suivants : Convention pour la répression de la capture illicite d’aéronefs (1970), Convention pour la répression d’actes illicites dirigés contre la sécurité de l’aviation civile (1971), Convention sur la prévention et la répression des infractions contre les personnes jouissant d’une protection internationale, y compris les agents diplomatiques (1973), Convention internationale contre la prise d’otages (1979), Convention sur la protection physique des matières nucléaires (1980), Protocole pour la répression des actes illicites de violence dans les aéroports servant à l’aviation civile internationale, complémentaire à la Convention pour la répression d’actes illicites dirigés contre la sécurité de l’aviation civile (1988), Convention pour la répression d’actes illicites contre la sécurité de la navigation maritime (1988), Protocole à la Convention pour la répression d’actes illicites contre la sécurité des plates-formes fixes situées sur le plateau continental (1988), et Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l’explosif (1997) ; ainsi que b) tout autre acte destiné à provoquer le décès ou des blessures corporelles graves à un civil ou toute autre personne ne prenant pas activement part à des hostilités dans une situation de conflit armé lorsque l’objet de cet acte, par sa nature ou son contexte, est d’intimider une population ou de contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à commettre ou s’abstenir de commettre un acte quelconque. E: Le terme «terroriste» désigne toute personne physique qui: a) commet ou tente de commettre des actes terroristes par tout moyen, directement ou indirectement, illégalement et délibérément; b) participe en tant que complice à des actes terroristes; c) organise des actes terroristes ou donne instruction à d’autres d’en commettre; d) contribue à la commission d’actes terroristes par un groupe de personnes agissant dans un but commun lorsque cette contribution est intentionnelle et vise à réaliser l’acte terroriste ou qu’elle est apportée en ayant connaissance de l’intention du groupe de commettre un acte terroriste. 8 F: L’expression «organisation terroriste» désigne tout groupe de terroristes qui: a) commet ou tente de commettre des actes terroristes par tout moyen, direct ou indirect, illégalement et délibérément; b) participe en tant que complice à des actes terroristes; c) organise des actes terroristes ou donne instruction à d’autres d’en commettre; ou d) contribue à la commission d’actes terroristes par un groupe de personnes agissant dans un but commun lorsque cette contribution est délibérée et vise à favoriser l’acte terroriste ou qu’elle est apportée en sachant l’intention du groupe de commettre un acte terroriste. G: L’expression «institution financière» désigne: Variante 1: toute personne ou entité qui exerce à titre commercial une ou plusieurs des activités ou opérations suivantes au nom ou pour le compte d’un client: a) acceptation de dépôts et d’autres fonds remboursables du public6; b) prêts7; c) crédit-bail8; d) transfert d’argent ou de valeurs9; e) émission et gestion de moyens de paiement10; f) octroi de garanties et souscriptions d’engagements; g) négociation sur: -les instruments du marché monétaire11; -le marché des changes; -les instruments sur devises, taux d’intérêt et indices; -les valeurs mobilières; -les marchés à terme de marchandises. h) participation à des émissions de valeurs mobilières et prestation de services financiers connexes; i) gestion individuelle et collective de patrimoine; j) conservation et administration de valeurs mobilières, en espèces ou liquides, pour le compte d’autrui; 6 y compris l’activité bancaire privée 7 y compris le crédit à la consommation, le crédit hypothécaire, l’affacturage avec ou sans recours, le financement de transactions commerciales (forfaitage inclus) 8 à l’exception du crédit-bail se rapportant à des produits de consommation 9 Il s’agit des activités financières du secteur formel ou informel, par exemple les systèmes alternatifs de remise de fonds. Ne sont pas concernées les personnes physiques ou morales qui fournissent exclusivement aux institutions financières un message ou tout autre système de support à des fins de transmission de fonds. 10 [par exemple, cartes de crédit et de débit, chèques, chèques de voyage, virements et lettres de change, monnaie électronique] 11 [chèques, billets, certificats de dépôt, produits dérivés etc.] 9 k) autres opérations d’investissement, d’administration ou de gestion de fonds ou d’argent pour le compte d’autrui; l) souscription et placement d’assurances vie et d’autres produits d’investissement en lien avec une assurance 12; m) change manuel; et [Option: n) toutes autres activités ou opérations déterminées par [le Ministre, l’autorité compétente].] Lorsqu’une des activités ou opérations ci-dessus est exercée par une personne physique ou morale de manière occasionnelle ou très limitée (selon des critères quantitatifs et dans l’absolu), de sorte que le risque de blanchiment de capitaux est faible, [les autorités compétentes] peuvent décider que tout ou partie des dispositions de la présente loi ne s’applique pas à ladite personne physique ou morale. Variante 2: [dans le cas où l’État communique une liste d’institutions financières reconnues en vertu de sa législation auxquelles s’appliquent les activités énumérées à la variante 1]: a) institutions de crédit; b) sociétés d’assurance vie et d’assurance liée à un investissement, et agents et courtiers en assurance; c) sociétés de placement13; d) maisons de courtage; e) sociétés de fonds mutuel et fonds d’investissement collectif; f) sociétés de prêts hypothécaires; g) sociétés de crédit à la consommation; h) personnes ou entités qui émettent ou gèrent des cartes de crédit et de débit; i) sociétés de crédit-bail et de financement; j) toute personne physique ou morale qui exerce à titre professionnel des activités d’achat ou de vente de devises; k) toute personne physique ou morale qui exerce à titre professionnel des activités de transfert de fonds14; l) toute autre personne physique ou morale qui se livre aux activités ou opérations suivantes. [citées explicitement dans la variante 1] 12 par des entreprises d’assurance, des agents ou des courtiers 13 sociétés de services de placement et sociétés de gestion d’avoirs 14 Vise l’activité financière dans les secteurs formel et informel. Ne sont pas concernées les personnes physiques ou morales qui fournissent exclusivement aux institutions financières un message ou tout autre système de support à des fins de transmission de fonds. 10 H. On entend par «entreprises et professions non financières désignées»: a) les casinos (y compris les casinos sur Internet). b) les agents immobiliers [Option: et les courtiers en biens immeubles]. c) les négociants en métaux précieux et en pierres précieuses [Option: et autres négociants de biens de grande valeur]. d) les avocats15, notaires et autres membres de professions juridiques indépendantes lorsqu’ils préparent ou effectuent des transactions pour un client dans le cadre des activités suivantes: -achat et vente de biens immobiliers, -gestion des capitaux, des titres ou autres actifs du client, -gestion de comptes bancaires, de comptes d’épargne ou de comptes-titres, -organisation des apports pour la création, l’exploitation ou la gestion de sociétés, ou -création, exploitation ou gestion de personnes morales ou de structures juridiques, et achat et vente d’entités commerciales. e) les comptables indépendants [Option: réviseurs et conseillers fiscaux]. f) les prestataires de services aux sociétés et fiducies, non visés ailleurs dans la présente loi, qui fournissent les services suivants à titre commercial à des tiers: [Option: l’État peut exclure ces entités, sauf si elles préparent ou exécutent pour des clients des opérations relevant d’une des activités visées ci-dessous16]: -en intervenant en qualité d’agent pour la constitution [Option: l’enregistrement et la gestion] de personnes morales;17 -en intervenant (ou en procédant aux arrangements nécessaires afin qu’une autre personne intervienne) en qualité d’administrateur ou de secrétaire général d’une société de capitaux, d’associé d’une société de personnes ou de titulaire d’une fonction similaire pour d’autres personnes morales; -en fournissant un siège, une adresse commerciale ou des locaux, une adresse administrative ou postale à une société de capitaux, une société de personnes ou toute autre personne morale ou structure juridique; -en intervenant (ou en procédant aux arrangements nécessaires afin qu’une autre personne intervienne) en qualité d’administrateur d’une fiducie exprès («express trust»); -en intervenant (ou en procédant aux arrangements nécessaires afin qu’une autre personne intervienne) en qualité d’actionnaire agissant pour le compte d’une autre personne. [Option: g) les autres entreprises et professions qui pourront être désignées dans un règlement par [le Ministre, l’autorité compétente].] 15 avocats indépendants uniquement 16 Cette option découle de la Recommandation 12 e) du GAFI 17 telles que [trust, fiducie, Anstalt, etc.] 11 I. L’expression «personne politiquement exposée» désigne toute personne qui exerce ou a exercé d’importantes fonctions publiques dans un pays étranger [Option: dans un pays], ainsi que les membres de la famille de cette personne ou les personnes qui lui sont étroitement associées. J. L’expression «compte de passage» vise les comptes de correspondant qui sont utilisés directement par des tiers pour exécuter des opérations pour leur propre compte. K. L’expression «service de transferts de fonds ou de valeurs» s’entend d’un service financier dont l’activité consiste à accepter les espèces, les chèques ou tout autre instrument de paiement ou dépôt de valeur et paye une somme équivalente en espèces ou sous toute autre forme à un bénéficiaire au moyen d’une communication, d’un message, d’un transfert ou d’un système de compensation (clearing) auquel le service de transmission de fonds ou de valeurs appartient. L. L’expression «livraison surveillée» désigne la méthode consistant à permettre le passage par le territoire de [nom du pays] d’expéditions illicites ou suspectées de l’être, au su et sous le contrôle des autorités compétentes de ces États, en vue d’enquêter sur une infraction et d’identifier les personnes impliquées dans sa commission. 18 [Option: M. Le terme «infiltration» désigne une méthode d’enquête utilisée par un agent des forces de l’ordre qui adopte temporairement une identité ou un rôle secrets ou fictifs ou par un informateur agissant sur instructions d’un agent des forces de l’ordre, dans chaque cas comme moyen de recueillir des preuves ou d’autres informations relatives à un acte criminel.] N. Le terme «gel» désigne l’interdiction de transférer, de convertir, de céder ou de déplacer des fonds ou autres biens par suite d’une décision prise par une autorité judiciaire ou autre autorité compétente et ce, pour la durée de validité de ladite mesure. Les fonds ou autres biens gelés restent la propriété de la ou des personnes/entités détenant des intérêts dans lesdits fonds ou lesdits biens au moment du gel et peuvent continuer d’être administrés par l’institution financière. O. Le terme «saisie» désigne l’interdiction de transférer, de convertir, de céder ou de déplacer des fonds ou autres biens par suite d’une décision prise par une autorité judiciaire ou autre autorité compétente et ce, pour la durée de validité de ladite mesure. Les fonds ou autres biens gelés restent la propriété de la ou des personnes/entités détenant des intérêts dans lesdits fonds ou lesdits biens au moment de la saisie et peuvent continuer d’être administrés par l’institution financière. 18 Il s’agit ici d’«expéditions et d’espèces illicites ou suspects». Un des objectifs consiste à suivre des biens soupçonnés d’être le produit du crime. 12 P. Le terme «confiscation» signifie la privation permanente de biens sur décision d’un tribunal. Q. Le terme «instrument» désigne tout bien employé ou destiné à être employé, de quelque façon que ce soit, en tout ou partie, pour commettre une ou des infractions pénales. R. L’expression «groupe criminel organisé» désigne un groupe structuré de trois personnes ou plus existant depuis un certain temps et agissant de concert dans le but de commettre une ou plusieurs infractions graves pour en tirer, directement ou indirectement, un avantage financier ou un autre avantage matériel. S. L’expression «bénéficiaire effectif» désigne la personne physique qui, in fine, possède ou contrôle un client ou un compte, la personne pour le compte de laquelle une opération est effectuée, ou la personne qui exerce en dernier ressort un contrôle effectif sur une personne morale ou une structure juridique. T. L’expression «virement électronique» désigne toute transaction par voie électronique effectuée au nom d’un donneur d’ordre (qu’il s’agisse d’une personne physique ou morale) via une institution financière en vue de mettre à disposition d’un bénéficiaire une certaine somme d’argent dans une autre institution financière. 13 Titre II -Prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme Chapitre I – Dispositions générales de prévention concernant les espèces et les instruments négociables au porteur Article 2.1.1 Obligation de déclaration ou de communication des transports physiques transfrontaliers d’espèces et instruments négociables au porteur Toute personne qui entre sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi] ou quitte celui-ci est tenue Variante 1: de déclarer les espèces, instruments négociables au porteur ou monnaie électronique [Option: ou pierres précieuses ou métaux précieux] d’un montant égal ou supérieur à [15 000 EUR/USD]. Variante 2: de présenter sur demande les espèces ou les instruments négociables au porteur ou la monnaie électronique [Option: ou les pierres précieuses ou métaux précieux] [aux autorités douanières, à l’autorité compétente]. Variante 1: La cellule de renseignements financiers a accès à ces informations. Variante 2: Ces informations sont transmises à la cellule de renseignements financiers. L’[autorité douanière, autorité compétente] saisit ou immobilise en totalité ou en partie le montant des espèces ou des instruments négociables au porteur [Variante 1: non présentés] [Variante 2: non déclarés] en cas de fausse déclaration ou de non-présentation ou s’il y a suspicion de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme. [Option: Article 2.1.2 Limitation à l’emploi d’espèces et d’instruments négociables au porteur Tout paiement en espèces ou au moyen d’instruments négociables au porteur d’un montant total supérieur [au montant à déterminer par l’État qui adopte la loi] est interdit. Le prix d’achat d’un article dont la valeur totale est supérieure ou égale [au montant à déterminer par l’État qui adopte la loi] ne peut être acquitté en espèces. [Une loi nationale, un décret national, etc.] peut stipuler les cas et les circonstances dans lesquels il peut être dérogé au paragraphe précédent. Dans ce cas, un rapport précisant les modalités de l’opération et l’identité des parties, établi conformément à l’article 3.1.1 de la présente loi, est transmis à la cellule de renseignements financiers.] 14 Chapitre II – Transparence dans les opérations financières19 Article 2.2.1 Dispositions générales 1) Aucune banque ne peut être établie sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi] si elle n’a pas de présence physique sur ce territoire et n’est pas affiliée à un groupe financier réglementé soumis à une surveillance consolidée effective. 2) Les institutions financières ne nouent ni ne maintiennent des relations d’affaires avec des banques enregistrées dans des pays où elles ne sont pas physiquement présentes et qui ne sont pas affiliées à un groupe financier réglementé soumis à une surveillance consolidée effective. 3) Les institutions financières ne nouent ni ne maintiennent de relations d’affaires avec des institutions financières correspondantes dans un pays étranger si celles-ci permettent l’utilisation de leurs comptes par des banques enregistrées dans des pays où elles n’ont pas de présence physique et qui ne sont pas affiliées à un groupe réglementé soumis à une surveillance consolidée effective. Article 2.2.2 Transparence des personnes morales et des constructions juridiques [Option: 1) Les personnes morales établies en [nom du pays qui adopte la loi] conservent des renseignements suffisants, précis et à jour sur leurs bénéficiaires effectifs et leur structure de contrôle.] [Option: 2) Des renseignements suffisants, précis et à jour sur les bénéficiaires effectifs et la structure de contrôle des personnes morales établies en [nom du pays qui adopte la loi] sont notés, enregistrés et tenus à jour par un système d’enregistrement central.] [Option: 3) Des renseignements suffisants, précis et à jour sur les bénéficiaires effectifs et le contrôle des constructions juridiques, en particulier le disposant, le fiduciaire et le bénéficiaire des fiducies exprès établies au [nom du pays adoptant la loi] sont notés, enregistrés et tenus à jour par un système d’enregistrement central.] 4) [Les autorités judiciaires, les autorités de surveillance, l’unité des forces de l’ordre et la cellule de renseignements financiers, les unités compétentes] ont accès sans délai aux informations visées aux paragraphes 1 à 3. 19 Les pays peuvent, par l’adoption d’un décret/d’un règlement/de directives, prendre des mesures touchant les relations d’affaires et les transactions avec des personnes physiques et morales, notamment des entreprises et des institutions financières, de pays qui n’appliquent pas ou appliquent insuffisamment les Recommandations du GAFI. Voir la Recommandation 21 du GAFI et les exemples de contre-mesures énumérés sous le critère 21.3 de la Méthodologie. 15 Article 2.2.3 Identification des clients par les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées 1) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées procèdent à l’identification de leurs clients et la vérifient au moyen d’une source, de documents, de données ou de renseignements fiables et indépendants lors de: a) l’établissement de relations d’affaires; b) l’exécution d’opérations occasionnelles, lorsque le client souhaite effectuer -une opération d’un montant égal ou supérieur à [15 000 EUR/USD], qu’il s’agisse d’une opération unique ou de plusieurs opérations qui apparaissent comme liées entre elles. Dans les cas où le montant des transactions n’est pas connu au moment de l’opération, il est procédé à l’identification du client dès que le montant est connu ou que le seuil est atteint, ou -un transfert de fonds intérieur ou international; c) des doutes existent quant à la véracité ou à la pertinence des données d’identification du client précédemment obtenues; d) il existe un soupçon de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme. [Option: [L’autorité compétente peut fixer par [décret, règlement] les circonstances dans lesquelles la vérification de l’identité peut être effectuée à un stade ultérieur, si le risque de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme est géré de façon efficace et s’il est essentiel de ne pas interrompre le déroulement normal de la relation d’affaires.] 2) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées recueillent des informations sur l’objet et la nature envisagée de la relation d’affaires. L’identification des personnes physiques et la vérification de leur identité comprend le nom complet et l’adresse, la date et le lieu de naissance. [Option: le nom complet et le numéro d’identification national.] L’identification des personnes morales implique l’obtention et la vérification d’informations sur la dénomination sociale, l’adresse du siège principal, les identités des administrateurs, la preuve de la constitution en société ou une preuve similaire de leur statut de personne morale, la forme juridique et les dispositions qui régissent le pouvoir d’engager la personne morale. L’identification des constructions juridiques implique l’obtention et la vérification du nom des fiduciaires, du disposant et du bénéficiaire des fiducies exprès. 3) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées identifient le bénéficiaire effectif et prennent toute disposition raisonnable pour vérifier son identité. 4) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées exercent une vigilance permanente concernant la relation d’affaires et examinent attentivement les opérations effectuées en vue de s’assurer qu’elles sont conformes à ce 16 qu’elles savent de leur client, de ses activités commerciales et de son profil de risque et, le cas échant, de la source de ses fonds. 5) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées prennent des dispositions particulières et suffisantes pour traiter le risque de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme lorsqu’elles entretiennent des relations d’affaires ou exécutent des opérations avec un client qui n’est pas physiquement présent aux fins d’identification. [Option: Ces dispositions peuvent inclure la demande de documents probants supplémentaires ou des mesures supplémentaires pour vérifier ou authentifier les documents fournis, ou une attestation confirmatoire par des institutions financières soumises à la présente loi, ou l’exigence que le premier paiement soit effectué par l’intermédiaire d’un compte ouvert au nom du client auprès d’une institution soumise à la présente loi.] 6) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées sont tenues de disposer de systèmes de gestion des risques adéquats afin de déterminer si le client est une personne politiquement exposée, et, si c’est le cas: -d’obtenir l’autorisation de la haute direction avant de nouer une relation d’affaires avec le client; -de prendre toutes mesures raisonnables pour identifier l’origine du patrimoine et l’origine des fonds; -d’assurer une surveillance renforcée et permanente de la relation d’affaires. 7) Les institutions financières sont tenues, en ce qui concerne les relations de correspondant bancaire transfrontalier, -d’identifier et de vérifier l’identification des institutions clientes avec lesquelles elles entretiennent des relations de correspondant bancaire; -de recueillir des informations sur la nature des activités de l’institution cliente; -sur la base d’informations publiquement disponibles, d’évaluer la réputation de l’institution cliente et la nature de la surveillance à laquelle elle est soumise; -d’obtenir l’autorisation de la haute direction avant de nouer une relation de correspondant bancaire; -d’évaluer les contrôles mis en place par l’institution cliente sur le plan de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme; et -pour ce qui concerne les comptes «de passage» («payable-through accounts»), de s’assurer que l’institution cliente a vérifié l’identité de son client, a mis en oeuvre des mesures de vigilance constante vis-à-vis de ses clients, et est en mesure de fournir des données d’identification pertinentes sur demande. 17 8) Si les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées ne peuvent respecter leur obligation de vigilance décrite aux alinéas 1 à 7, elles s’abstiennent de nouer ou de maintenir la relation d’affaires. Le cas échéant, elles font rapport à une cellule de renseignements financiers conformément à la présente loi. [Option: Article 2.2.4 Procédures d’identification réduites ou simplifiées 1) Sur la base d’une évaluation des risques représentés par le type de client, de relation d’affaires ou d’opérations, les autorités [les ministères compétents, les forces de l’ordre, les organes de surveillance et les cellules de renseignements financiers] peuvent définir dans un règlement les circonstances dans lesquelles les obligations établies à l’article 2.2.3 peuvent être réduites ou simplifiées en ce qui concerne l’identification et la vérification de l’identité du client ou du bénéficiaire effectif. 2) Les compagnies, agents et courtiers d’assurance exerçant des activités d’assurance vie sont tenus d’identifier leurs clients et de vérifier leur identité conformément à l’article 2.2.3 chaque fois que le montant des primes payables au cours d’une année est supérieur à [1 000 EUR/USD], si le paiement est effectué sous la forme d’une prime unique d’un montant supérieur à [2 500 EUR/USD], dans le cas de contrats d’assurance retraite conclus dans le cadre d’un contrat d’emploi ou d’une activité professionnelle de l’assuré, lorsque lesdits contrats comportent une clause de désistement et peuvent être utilisés comme garantie pour un prêt.] [Option: Article 2.2.5 Recours à l’identification par des tiers 1) [Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées] sont autorisées à avoir recours à des intermédiaires ou autres tiers pour procéder aux identifications des clients requises en vertu des paragraphes 1 à 3 de l’article 2.2.3 si elles ont pu s’assurer: -que le tiers est en mesure de fournir sur demande et sans retard des copies des données d’identification et autres documents qui ont trait à l’obligation de vigilance, et -que le tiers est établi en [nom du pays] ou dans un autre État dont la législation impose des obligations de vigilance équivalentes à celles qui sont prévues aux articles 2.2.3 et 2.2.9 et que le tiers fait l’objet d’une surveillance suffisante. Nonobstant ce qui précède, la responsabilité finale appartient aux [institutions financières et entreprises et professions non financières désignées] qui ont recours au tiers. 2) [Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées] peuvent être exemptées des obligations d’identification des clients prévues à l’article 2.2.3 si le client est une institution financière établie en [nom du pays] ou dans un autre État dont les lois, règlements, décrets ou circulaires exécutoires imposent des obligations équivalentes à celles qui sont visées à l’article 2.2.3. 18 3) Le présent article ainsi que les seuils visés à l’article 2.2.6 ne sont pas d’application chaque fois qu’il existe un soupçon de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme.] Article 2.2.6 Exigences spécifiques d’identification 1) Les casinos, y compris les casinos sur l’Internet, sont tenus d’identifier et de vérifier l’identité de leurs clients conformément à l’article 2.2.3 [Option: soit dès l’entrée, soit] avant qu’ils effectuent des opérations financières d’un montant égal ou supérieur à [3 000 EUR/USD]. 2) Les négociants en métaux précieux et les négociants en pierres précieuses [Option: et les autres négociants en biens de grande valeur] sont tenus d’identifier leurs clients conformément à l’article 2.2.3 chaque fois qu’ils reçoivent un paiement en espèces d’un montant de [75 000 EUR/USD] ou plus. 3) Les agents immobiliers sont tenus d’identifier les parties conformément à l’article 2.2.3 lorsqu’ils interviennent dans des opérations d’achat ou de vente de biens immobiliers. Article 2.2.7 Obligations concernant les virements électroniques 1) Les institutions financières dont les activités comprennent des virements électroniques sont tenues d’obtenir et de vérifier le nom complet, le numéro de compte et l’adresse ou, en l’absence d’adresse, le numéro d’identité national ou le lieu et la date de naissance y compris, si nécessaire, le nom de l’institution financière du donneur d’ordre de ces transferts. Ces informations doivent figurer dans le message ou le formulaire de paiement qui accompagne le transfert. S’il n’existe pas de numéro de compte, un numéro de référence unique accompagne le virement. 2) Les institutions visées au paragraphe 1 sont tenues de conserver ces informations et de les transmettre lorsqu’elles interviennent comme intermédiaires dans une chaîne de paiements. 3) L’[autorité compétente] peut adopter des règlements relatifs aux transferts transfrontaliers exécutés sous forme de transferts par lots et de transferts intérieurs. 4) Les paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas aux transferts exécutés suite à des opérations effectuées au moyen d’une carte de crédit ou d’une carte de débit si le numéro de la carte de crédit ou de la carte de débit accompagne le transfert résultant de l’opération, ni aux transferts entre institutions financières lorsque le donneur d’ordre et le bénéficiaire sont tous deux des institutions financières agissant pour leur compte propre. 19 5) Si les institutions visées au paragraphe 1 reçoivent des virements électroniques qui ne contiennent pas d’informations complètes sur le donneur d’ordre, elles prennent des dispositions pour obtenir de l’institution émettrice ou du bénéficiaire les informations manquantes et pour vérifier celles-ci. Au cas où elles n’obtiendraient pas ces informations, elles sont tenues Variante 1: de refuser d’accepter le transfert. Variante 2: de refuser d’accepter le transfert et de le signaler à la cellule de renseignements financiers. Article 2.2.8 Surveillance particulière de certaines opérations 1) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées apportent une attention particulière à toutes les opérations complexes, d’un montant anormalement élevé, et à tous les types inhabituels de transactions, lorsqu’elles n’ont pas d’objet économique ou licite apparent. 2) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées prêtent une attention particulière aux relations d’affaires et aux opérations avec des personnes, y compris des personnes morales et des structures juridiques, de pays qui n’appliquent pas ou appliquent insuffisamment les normes internationales pertinentes en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et contre le financement du terrorisme. 3) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées consignent par écrit les informations particulières relatives aux opérations visées aux paragraphes 1 et 2 ainsi que l’identité de toutes les personnes concernées. Ces informations sont tenues conformément à l’article 2.2.9 et sont mises à la disposition de la cellule de renseignements financiers, d’une autorité de surveillance et d’autres autorités compétentes sur demande de ceux-ci. Article 2.2.9 Conservation des documents Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées conservent les informations suivantes et veillent à ce que les pièces et les informations sous-jacentes soient facilement accessibles à la cellule de renseignements financiers et aux autres autorités compétentes: a) des copies des documents attestant l’identité des clients, bénéficiaires effectifs, obtenue conformément aux dispositions du présent chapitre, les livres des comptes et la correspondance commerciale Variante 1: pendant cinq ans au moins, Variante 2: pendant xx ans20, après la fin de la relation d’affaires, et 20 Ces périodes doivent être conformes à la période de prescription des pays mais ne peuvent être inférieures à cinq ans. 20 b) les informations obtenues conformément aux dispositions du présent chapitre qui permettent la reconstitution des opérations tentées ou exécutées par les clients, ainsi que les pièces écrites établies conformément à l’article 2.2.8 pendant cinq ans au moins après la tentative ou l’exécution de l’opération. Article 2.2.10 Programmes internes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées établissent et mettent en oeuvre des programmes pour la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme. Ces programmes comprennent les éléments suivants: a) des politiques, des procédures et des contrôles internes, y compris des dispositifs de contrôle de la conformité, et des procédures appropriées lors de l’embauche des employés, de façon à s’assurer qu’elle s’effectue selon des critères exigeants; b) un programme de formation continue des fonctionnaires et employés destiné à les aider à détecter les opérations et les agissements susceptibles d’être liés au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme et à les instruire sur les procédures à suivre dans pareils cas; c) un dispositif de contrôle interne pour vérifier la conformité, l’observance et l’efficacité des mesures prises en vue d’appliquer la présente loi. Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées désignent un agent de conformité chargé de l’application de la présente loi au sein de l’institution. Le [Ministre, l’autorité compétente] peut arrêter par règlement le type et l’étendue des mesures à prendre par les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées pour l’exécution de chacune des obligations au titre du présent article, compte tenu du risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme ainsi que de la dimension de l’activité commerciale concernée. Article 2.2.11 Respect des obligations par les filiales et succursales situées à l’étranger Les institutions financières imposent à leurs succursales à l’étranger ainsi qu’à leurs filiales à l’étranger dans lesquelles elles détiennent une participation majoritaire d’appliquer les prescriptions des articles 2.2.3 à 2.2.10, dans la mesure où les lois et règlements locaux le permettent. Si les lois du pays de résidence des succursales à l’étranger ainsi que des filiales à l’étranger dans lesquelles ces institutions détiennent une participation majoritaire s’opposent au respect desdites obligations, l’institution financière en informe son autorité de surveillance. 21 Chapitre III – Organismes à but non lucratif Article 2.3 Organismes à but non lucratif Toute organisation à but non lucratif [Option: qui recueille, reçoit, donne ou transfère des fonds dans le cadre de son activité philanthropique] est soumise à une surveillance appropriée par [l’autorité compétente dans le pays]. [Le Ministre, l’autorité compétente] peut arrêter des règles destinées à garantir que les organisations à but non lucratif ne soient pas utilisées abusivement à des fins de financement du terrorisme. [Option: Avant de reconnaître une organisation à but non lucratif, l’[autorité compétente dans le pays] exige/peut exiger son enregistrement auprès [du tribunal compétent/de l’autorité compétente dans le pays] et fixer par [règlement/décret] ses conditions minimums de fonctionnement, notamment la vérification régulière du budget et du système comptable de l’organisation à but non lucratif.] 22 Titre III -Détection du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme Chapitre I – La Cellule de renseignements financiers Article 3.1.1 Dispositions générales 1) Une cellule de renseignements financiers est créée, servant d’organisme national central chargé de recevoir, de demander, d’analyser et de communiquer des renseignements financiers se rapportant au produit soupçonné d’une activité criminelle et au financement potentiel du terrorisme, selon les modalités prévues par la présente loi. 2) Le chef de la cellule de renseignements financiers est nommé par [le ministère, l’autorité]. La composition, l’organisation, le fonctionnement et les ressources de la cellule de renseignements financiers sont arrêtés par [décret, règlement, autre instrument juridique pertinent]. Article 3.1.2 Confidentialité Le personnel de la cellule de renseignements financiers est tenu de garder secrète toute information obtenue dans le cadre de ses fonctions, même après la cessation de ces fonctions au sein de la cellule de renseignements financiers. Ces informations ne peuvent être utilisées qu’aux fins prévues par la présente loi et conformément à celle-ci. 21 Article 3.1.3 Relations avec les homologues étrangers 1) La cellule de renseignements financiers peut, spontanément ou sur demande, échanger, sous réserve de réciprocité, des informations avec tout homologue étranger exerçant les mêmes fonctions et soumis aux mêmes obligations en matière de secret, quelle que soit la nature de l’homologue, [Option: dans le cadre d’arrangements de coopération.] 2) Aux fins du paragraphe 1, la cellule de renseignements financiers peut conclure un accord ou un arrangement avec un homologue étranger exerçant des fonctions similaires et soumis aux mêmes obligations en matière de secret. 3) Les informations fournies sont utilisées uniquement aux fins de la lutte contre le blanchiment de capitaux, les infractions sous-jacentes et le financement du terrorisme et uniquement avec le consentement de l’organisme étranger homologue. Article 3.1.4 Accès à l’information 1) S’agissant de toute information qu’elle a reçue dans le cadre de ses fonctions, la cellule de renseignements financiers a le pouvoir d’obtenir de toute entité ou personne soumise à 21 Tout non-respect de l’obligation énoncée dans cette disposition devrait faire l’objet de peines ou de sanctions. 23 l’obligation de déclaration en vertu de l’article 3.2.1 toute information complémentaire qu’elle juge utile à l’exercice de ses fonctions. L’information demandée est communiquée dans les délais et sous la forme stipulée par la cellule de renseignements financiers. [Option: 2) La cellule de renseignements financiers a le pouvoir de prendre connaissance sur place des informations nécessaires à l’exercice de ses fonctions, qui sont possédées ou détenues par des institutions financières et des entreprises et professions non financières désignées.] 3) Les paragraphes 1 et 2 du présent article s’appliquent sous réserve des restrictions (ou des limites) définies aux articles 1.3 (H) (d) et 3.2.1 paragraphe 3. 4) Dans le cadre de toute déclaration qu’elle a reçue, la cellule de renseignements financiers peut demander toute information complémentaire qu’elle juge utile à l’exercice de ses fonctions: -aux services de police; -aux autorités chargées de la surveillance des entités et personnes soumises à la présente loi; -aux autres organes administratifs de l’État; -[Option: aux autorités judiciaires, conformément aux procédures applicables.] L’information demandée est fournie dans les délais fixés par la cellule de renseignements financiers. 5) La cellule de renseignements financiers peut obtenir les informations visées aux paragraphes 1 à 4 suite à une demande reçue d’une cellule de renseignements financiers étrangère. Article 3.1.5 Communication à l’autorité de surveillance Chaque fois que la cellule de renseignements financiers constate qu’une institution financière ou une entreprise ou profession non financière désignée ne respecte pas les obligations définies dans la présente loi, elle peut en informer l’autorité de surveillance compétente. Chapitre II – Déclaration de soupçon Article 3.2.1 Obligation de déclarer les activités suspectes 1) Les institutions financières et, conformément aux paragraphes 3 à 5, les entreprises et professions non financières désignées qui suspectent ou ont des motifs raisonnables de suspecter que des fonds ou des biens sont le produit d’une activité criminelle ou sont liés ou associés au financement du terrorisme ou destinés à cette fin [Option: ou qui ont 24 connaissance d’un fait ou d’une activité qui peut constituer une indication de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme,] sont tenues de transmettre promptement et conformément à l’article 3.2.3 à la cellule de renseignements financiers une déclaration indiquant leurs soupçons. Cette obligation s’applique également aux tentatives d’opération. [2) Option: Les avocats, notaires et autres titulaires de professions juridiques indépendantes, [réviseurs, comptables et conseillers fiscaux] peuvent transmettre des déclarations de soupçon à la cellule de renseignements financiers par l’intermédiaire de leurs organismes d’auto-réglementation respectifs. Ces derniers transmettent l’information à la cellule de renseignements financiers chaque fois que la déclaration est faite conformément aux conditions du paragraphe 3.] (3) Les avocats, notaires et autres titulaires de professions juridiques indépendantes [Option: comptables, réviseurs et conseillers fiscaux 22] ne sont pas tenus de déclarer les informations relatives à un client qu’ils reçoivent ou obtiennent dans le cadre de leur détermination de la situation juridique pour le compte de leur client, ou dans le cadre de l’exercice de leur tâche de défense ou de représentation dudit client, ou les informations relatives à une procédure judiciaire, notamment les conseils d’intenter ou de ne pas intenter une action, que ces informations soient reçues ou obtenues avant, pendant ou après une telle procédure. 4) Les négociants en métaux précieux et les négociants en pierres précieuses [Option: et les autres négociants en biens de grande valeur] sont tenus de déclarer les opérations suspectes à la cellule de renseignements financiers conformément au paragraphe 1 lorsqu’ils participent à une opération en espèces d’un montant égal ou supérieur à [75 000 EUR/USD]. 5) Les agents immobiliers sont tenus de déclarer les opérations suspectes à la cellule de renseignements financiers conformément au paragraphe 1 lorsqu’ils participent pour leur client à des opérations d’achat ou de vente de biens immeubles. (6) [L’unité de renseignements financiers, l’autorité compétente] arrête dans un règlement les procédures et la forme selon lesquelles les déclarations sont transmises. [Option: Article 3.2.2 Déclaration des transactions en espèces Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées sont tenues de déclarer à la cellule de renseignements financiers les transactions en espèces d’un montant égal ou supérieur à [15 000 EUR/USD], qu’il s’agisse d’une opération unique ou de plusieurs opérations qui apparaissent comme liées.] 22 Cette option n’est valable que lorsque ces professions représentent un client devant un tribunal. 25 Article 3.2.3 Abstention d’exécuter une transaction 1) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées s’abstiennent d’exécuter des transactions qu’elles soupçonnent d’être liées au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme jusqu’à ce qu’elles aient déclaré ce soupçon à la cellule de renseignements financiers. [Option: 2) Si, en raison de la gravité ou de l’urgence du cas, la cellule de renseignements financiers le juge nécessaire, elle peut ordonner ou réclamer la suspension d’une transaction pendant une période n’excédant pas Variante 1: [72 heures]. Variante 2: [3 jours ouvrables].] 3) Lorsque la non-exécution d’une transaction visée au paragraphe 1 est impossible ou risque de contrecarrer l’enquête sur une transaction suspecte, les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées peuvent exécuter la transaction et signalent ensuite immédiatement leur soupçon à la cellule de renseignements financiers. Article 3.2.4 Interdiction de divulguer la réalisation d’une déclaration de soupçon Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées, leurs dirigeants, préposés et employés ne divulguent dans aucun cas à leur client ou à un tiers le fait que des informations ont été fournies à la cellule de renseignements financiers, ou qu’une déclaration relative à un soupçon de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme sera, est ou a été transmise à la cellule de renseignements financiers, ou qu’une enquête en matière de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme a été effectuée ou est en cours. Cette interdiction n’empêche pas les divulgations ou les communications relatives à un soupçon de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme entre les dirigeants, les préposés et les employés des institutions financières et des entreprises et professions non financières désignées, le conseiller juridique et les autorités compétentes concernées. Article 3.2.5 Suites données aux déclarations de soupçon Chaque fois que la cellule de renseignements financiers a Variante 1: des motifs raisonnables de soupçonner l’existence Variante 2: des indications sérieuses d’un blanchiment de capitaux ou d’un financement du terrorisme, elle transmet l’information concernée [au procureur, à l’autorité d’enquête, à l’autorité judiciaire, etc.], qui décide des suites à donner. 26 Chapitre III -Exemption de responsabilité Article 3.3.1 Exemption de responsabilité du fait de déclarations de soupçon faites de bonne foi Aucune procédure pénale, civile, disciplinaire ou administrative pour violation du secret bancaire, professionnel ou contractuel ne peut être engagée contre les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées ou leurs dirigeants, préposés ou employés qui transmettent des déclarations effectuées de bonne foi conformément aux dispositions de la présente loi. Article 3.3.2 Exemption de responsabilité du fait de l’exécution de l’opération Aucune poursuite pénale pour blanchiment de capitaux ou financement du terrorisme ne peut être intentée contre les institutions financières, les entreprises et professions non financières désignées ou leurs dirigeants, préposés ou employés concernant l’exécution d’une opération suspecte si une déclaration de soupçon a été effectuée de bonne foi conformément aux articles 3.2.1 à 3.2.3. Chapitre IV -Les autorités de surveillance et leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Article 3.4.1 Dispositions générales relatives aux autorités de surveillance des institutions financières et des entreprises et professions non financières désignées 1) L’ [autorité de surveillance ou de réglementation ou l’autorité disciplinaire compétente, l’autorité de surveillance financière, la Banque centrale, l’autorité de surveillance du secteur de l’assurance, les ministres de la Justice, le Ministère des finances, le Ministère du commerce, l’autorité de surveillance des jeux de hasard, etc.] surveillent le respect, par les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées, des prescriptions énoncées au titre II de la présente loi. 2) Conformément à la loi, l’autorité de surveillance ou de réglementation ou l’organisme d’auto-réglementation23 a) prend les dispositions requises pour définir des critères appropriés pour la possession, le contrôle ou la participation directe ou indirecte à la direction, à la gestion ou au fonctionnement d’une institution financière ou d’un casino; b) réglemente et surveille l’observance, par les institutions financières et les casinos, des obligations énoncées aux titres II et III de la présente loi, y compris par des examens sur place; 23 Cet article peut aussi, quant au fond, être introduit dans la législation par des lois spécifiques aux secteurs. 27 c) communique des instructions, des lignes directrices ou des recommandations visant à aider les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées à respecter les obligations énoncées aux titres II et III de la présente loi; d) coopère et échange des informations avec d’autres autorités compétentes et apporte son aide aux enquêtes, poursuites ou procédures relatives au blanchiment de capitaux, aux infractions sous-jacentes et au financement du terrorisme; e) définit [Option: en coopération avec la cellule de renseignements financiers, l’autorité compétente] des normes ou des critères applicables aux déclarations de soupçon qui tiennent compte des autres normes nationales et internationales existantes ou futures; f) veille à ce que les institutions financières et leurs succursales à l’étranger ainsi que leurs filiales à l’étranger dans lesquelles elles détiennent une participation majoritaire adoptent et font appliquer des mesures conformes à la présente loi, dans la mesure où les lois et règlements locaux le permettent; g) communiquent sans retard à la cellule de renseignements financiers toute information relative à des opérations suspectes ou à des faits suspects qui pourraient être liés au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme; h) apportent une coopération rapide et efficace aux organismes qui exercent des fonctions similaires dans d’autres États, y compris par l’échange d’informations; i) tiennent des statistiques concernant les mesures adoptées et les sanctions infligées dans le contexte de l’application du présent chapitre. Article 3.4.2 Dispositions particulières concernant les services de transferts de fonds ou de valeurs Aucune personne ni entité ne peut se livrer à l’activité professionnelle de transfert de fonds ou de valeurs si elle n’est pas Variante 1: enregistrée auprès de Variante 2: détentrice d’une licence délivrée par [l’autorité de surveillance, de réglementation]. L’[autorité de surveillance, de réglementation] fixe par [décret, règlement] les conditions minimums d’exploitation. [Option: en particulier en ce qui concerne l’inspection régulière des services de transfert de fonds ou de valeurs.] Article 3.4.3 Licence des casinos Nul ne peut exploiter un casino sans avoir obtenu au préalable une licence délivrée par [l’autorité compétente] conformément aux conditions spécifiques fixées par décret. 28 [Option: Article 3.4.4 Enregistrement d’autres entreprises et professions non financières désignées Nul ne peut exercer d’activité en tant qu’entreprise et profession non financière désignée sans enregistrement préalable par [l’autorité compétente] conformément aux conditions spécifiques fixées par décret, règlement.] Chapitre V -Sanctions pour non-respect des dispositions établies aux titres II et III Article 3.5.1 Pouvoirs des autorités de surveillance et infractions administratives 1) Toute personne soumise aux obligations énoncées aux titres II et III de la présente loi qui, volontairement ou par négligence grave, enfreint lesdites obligations commet une faute administrative. 2) L’autorité de surveillance, autorité de réglementation ou autorité disciplinaire] qui constate une violation des obligations énoncées aux titres II et III par une institution financière ou une entreprise ou profession non financière désignée dont elle a la surveillance peut appliquer une ou plusieurs des mesures ou sanctions suivantes: 24 (i) des avertissements écrits; (ii) un ordre de respecter des instructions spécifiques; (iii) l’ordre donné à l’institution financière et aux entreprises et professions non financières désignées d’établir des rapports réguliers sur les mesures qu’elles prennent; (iv) une amende d’un montant de [indiquer le montant] au moins et de [indiquer le montant] au plus; (v) l’interdiction d’employer certaines personnes dans le secteur ou la profession concernés; (vi) le remplacement des dirigeants, administrateurs ou actionnaires de contrôle ou la limitation de leurs prérogatives, y compris la désignation d’un administrateur spécial; (vii) la mise sous tutelle ou la suspension, ou le retrait de l’autorisation préalable d’exercer et l’interdiction de continuer à exercer l’activité commerciale ou la profession concernées; ou (viii) d’autres mesures. [Option: 3) Aux fins de l’information du public, l’[autorité de surveillance, autorité de réglementation ou autorité disciplinaire] peut publier des informations sur les mesures prises conformément au paragraphe 2 au Journal Officiel ou dans un quotidien ou sur l’Internet ou dans un endroit approprié des locaux de l’entreprise ou de l’institution.] 24 La législation devrait veiller à ce que le principe du respect des dispositions prévues soit observé lorsqu’une mesure ou une sanction est appliquée, notamment la possibilité de contester la décision des autorités désignées. Outre les mesures énumérées ci-dessus, il pourrait exister d’autres sanctions qui sont définies par d’autres lois applicables. 29 [Option: 4) Les mesures qui interdisent entièrement ou en partie aux dirigeants d’une institution d’exercer leur activité conformément au paragraphe 2 et la levée de ces interdictions sont communiquées par l’[autorité de surveillance, autorité de réglementation ou autorité disciplinaire] au greffe du tribunal aux fins d’inscription dans le registre du commerce.] [Option: 5) L’[autorité de surveillance, autorité de réglementation ou autorité disciplinaire] informe la cellule de renseignements financiers des sanctions qui ont été appliquées.] Article 3.5.2 Infractions connexes de blanchiment de capitaux 1) Quiconque, volontairement ou par négligence grave, a) omet de Variante 1: déclarer des espèces ou des instruments négociables au porteur d’un montant égal ou supérieur à [75 000 EUR/USD]; Variante 2: présenter sur demande [des autorités douanières, de l’autorité compétente] des espèces ou des instruments négociables au porteur à l’entrée ou à la sortie du territoire de [nom du pays qui adopte la loi]; b) établit en [nom du pays qui adopte la loi] une banque qui n’y a pas de présence physique et n’est pas affiliée à un groupe financier réglementé; c) noue ou poursuit des relations d’affaires avec (i) des banques enregistrées dans des pays où elles n’ont pas de présence physique et qui ne sont pas affiliées à un groupe financier réglementé soumis à une surveillance consolidée effective, ou (ii) des institutions financières correspondantes dans un pays étranger si celles-ci permettent l’utilisation de leurs comptes par des banques-écran; d) omet de conserver des informations pertinentes, exactes et opportunes sur les propriétaires-bénéficiaires et la structure de contrôle de personnes morales et de structures juridiques, comme l’exige l’article 2.2.2; e) omet de prendre des mesures d’identification des clients et de gestion des risques, comme l’exigent les articles 2.2.3, 2.2.6 et 2.2.7; f) omet de prendre des mesures de surveillance, comme l’exige l’article 2.2.8; (g) omet de tenir les documents exigés par l’article 2.2.9 ou dissimule, détruit ou déplace lesdits documents; h) omet de mettre en place les programmes de contrôle interne exigés par l’article 2.2.10; i) omet de produire ou de laisser consulter en temps voulu des informations ou des documents lorsqu’il y est invité par [les autorités judiciaires, les autorités de surveillance, les forces de l’ordre, la cellule de renseignements financiers, les autorités compétentes] conformément aux articles 2.2.2, 2.2.9 et 3.1.4; 30 j) omet de transmettre à la cellule de renseignements financiers la déclaration visée à l’article 3.2.1; [Option k) omet de transmettre à la cellule de renseignements financiers la déclaration visée à l’article 3.2.2.]; l) ne s’abstient pas d’exécuter une transaction lorsqu’il y est requis en vertu de l’article 3.2.3; m) divulgue à un client ou à un tiers les informations visées à l’article 3.2.4. commet une infraction et est passible d’une peine d’amende de ... à ... et d’une peine d’emprisonnement de ... à ... ou de l’une de ces peines seulement. 2) Les personnes convaincues d’une infraction connexe visée au paragraphe 1 peuvent en outre être condamnées à l’interdiction d’exercer, à titre définitif ou pour une période de [indiquer la période] au plus, l’activité ou la profession qui a fourni l’occasion de la commission de l’infraction. 3) Les peines appliquées pour les infractions connexes visées aux paragraphes 1 et 2 n’excluent pas les sanctions et les mesures pour fautes administratives dont dispose l’autorité de surveillance, l’autorité de réglementation ou l’autorité disciplinaire, conformément à l’article 3.5.1. 31 Titre IV -Enquête et clause de secret Chapitre I – Enquête Article 4.1.1 Techniques d’enquête Aux fins de l’obtention de preuves de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, et de localisation des produits du crime, les autorités judiciaires peuvent ordonner, pour une durée déterminée: a) la surveillance de comptes bancaires et autres comptes analogues; b) l’accès aux systèmes, réseaux et serveurs informatiques; c) la mise sous surveillance ou l’interception de communications; d) l’enregistrement audio ou vidéo ou la photographie d’actes et d’agissements ou de conversations; e) l’interception et la saisie du courrier. Ces techniques sont subordonnées à l’existence [de mesures de sauvegarde adaptées — à préciser] et ne peuvent être utilisées que lorsqu’il existe des indications sérieuses que ces comptes, lignes téléphoniques, systèmes et réseaux informatiques ou documents sont ou peuvent être utilisés par des personnes soupçonnées de prendre part au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme et sous réserve du respect des conditions et garanties prévues par les articles [identifier les articles en question] du [nom du code de procédure pénale]. Article 4.1.2 Infiltration et livraison surveillée Aucune sanction ne peut être appliquée aux fonctionnaires compétents pour enquêter sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme qui, aux fins de l’obtention de preuves liées à ces infractions ou de la localisation des produits du crime, posent, dans le cadre d’une opération d’infiltration ou d’une livraison surveillée, des actes qui pourraient être interprétés comme des éléments du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme. Le fonctionnaire désigné ne peut inciter le suspect à commettre des infractions. L’autorisation de [nom de l’autorité judiciaire compétente] doit être obtenue avant toute opération décrite au paragraphe précédent. Article 4.1.3 Témoignage anonyme et protection des témoins Une [nom de l’autorité judiciaire compétente] peut, d’office ou sur demande d’un témoin ou d’une partie privée lésée, décider que a) certaines données d’identité ne seront pas mentionnées dans le procès-verbal d’audition s’il existe une présomption raisonnable que le témoin pourrait subir un préjudice grave suite à la divulgation de certaines informations; 32 b) l’identité d’un témoin restera secrète si l’autorité compétente conclut que le témoin, un membre de sa famille ou un de ses associés pourrait vraisemblablement être mis en danger par le témoignage. L’identité du témoin ne sera tenue secrète que si l’enquête relative à l’infraction l’exige et si d’autres techniques d’enquête paraissent insuffisantes pour découvrir la vérité. Le témoin dont l’identité est tenue secrète ne sera pas cité à comparaître à une audition sans son accord. Un témoignage anonyme ne peut servir d’unique fondement ni de facteur déterminant de toute inculpation. Chapitre II -Secret ou privilège professionnel Article 4.2.1 Interdiction d’invoquer le secret ou privilège professionnel Le secret ou le privilège professionnel ne peut être invoqué comme motif pour ne pas respecter les obligations prévues par la présente loi lorsque l’information est demandée ou que la communication d’un document apparenté est ordonnée conformément à la présente loi, sauf dans les cas précisés à l’article 3.2.1 (3). 33 Titre V -Mesures pénales et mesures conservatoires Chapitre I -Mesures conservatoires, gel et saisie des avoirs et instruments Article 5.1.1 Mesures conservatoires 1) Le [nom de l’autorité judiciaire, de l’organe des forces de l’ordre habilité à prendre des mesures conservatoires] peut, soit d’office soit sur demande du parquet, appliquer des mesures conservatoires, y compris le gel ou la saisie, en vue de préserver la disponibilité de fonds, de biens et d’instruments qui peuvent faire l’objet d’une confiscation en vertu de l’article 5.3.1. 2) La présente disposition s’applique sans préjudice des droits de tiers agissant de bonne foi. 3) Ces mesures peuvent être levées à tout moment par l’[autorité judiciaire, l’organe des forces de l’ordre ou le procureur] qui a ordonné la mesure conservatoire soit d’office, soit sur demande du procureur, de suspects ou de personnes invoquant des droits sur les biens. Article 5.1.2 Gel des fonds associés au financement du terrorisme 1) Les fonds de terroristes, de personnes qui financent le terrorisme et d’organisations terroristes désignées par le Conseil de sécurité des Nations Unies agissant en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies sont gelés par [Option: décret ministériel ou autre décision administrative]. [Ce décret ou cette décision] définit les conditions et la durée applicables au gel et est publié au [nom du journal officiel]. Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées qui détiennent ces fonds procèdent immédiatement à leur gel. 2) Les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées avertissent sans tarder [la cellule de renseignements financiers ou autre autorité compétente] de l’existence de fonds liés aux terroristes, aux organisations terroristes ou aux personnes ou entités associées, ou de fonds appartenant à ces personnes ou organisations, selon la liste établie par le Conseil de sécurité des Nations Unies. 3) Le non-respect, par une institution financière ou une entreprise ou profession non financière désignée qui détient ces fonds, des dispositions des paragraphes 1 et 2 est passible Variante 1: d’une amende administrative de [...] à [...] Variante 2: d’une amende de [...] à [...] Variante 3: d’autres sanctions pénales. 34 Chapitre II -Incriminations Article 5.2.1 Incrimination du blanchiment de capitaux 1) Aux fins de la présente loi, le blanchiment de capitaux est défini comme suit: a) La conversion ou le transfert de biens, Variante 1: par toute personne qui sait ou aurait dû savoir Variante 2: par toute personne qui sait ou soupçonne Variante 3: par toute personne qui sait, aurait dû savoir ou soupçonne que ces biens sont le produit d’une activité criminelle, dans le but de dissimuler ou de déguiser l’origine illicite desdits biens ou d’aider toute personne qui est impliquée dans cette activité à échapper aux conséquences juridiques de ses actes; b) La dissimulation ou le déguisement de la nature, de l’origine, de l’emplacement, de la disposition, du mouvement ou de la propriété réels de biens ou des droits y relatifs Variante 1: par toute personne qui sait ou aurait dû savoir Variante 2: par toute personne qui sait ou soupçonne Variante 3: par toute personne qui sait, aurait dû savoir ou soupçonne que ces biens sont le produit d’une activité criminelle; c) L’acquisition, la détention ou l’utilisation de biens Variante 1: par toute personne qui sait ou aurait dû savoir Variante 2: par toute personne qui sait ou soupçonne Variante 3: par toute personne qui sait, aurait dû savoir ou soupçonne [Option: au moment de leur réception] que ces biens sont le produit d’une activité criminelle. d) La participation à tout élément de l’infraction visée aux trois alinéas précédents, l’association ou la conspiration en vue de le commettre, les tentatives de le commettre, le fait d’aider, d’inciter ou de conseiller quelqu’un à le commettre ou le fait d’en faciliter l’exécution. 2) La connaissance, l’intention ou la motivation, qui doit être un élément des activités susmentionnées, peut être établie sur la base de circonstances de fait objectives. Pour prouver l’origine illicite du produit, il n’est pas nécessaire d’obtenir la condamnation de l’infraction sous-jacente. 3) Sont également considérées comme infractions sous-jacentes les infractions commises en dehors du territoire national si elles constituent des infractions dans l’État où elles ont 35 été commises et auraient constitué une infraction si elles avaient été commises sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi]. [Option: Sont également considérés comme infractions sous-jacentes les actes commis en dehors du territoire national qui auraient constitué des infractions s’ils avaient été commis sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi].] 4) Variante 1: L’infraction de blanchiment de capitaux s’applique également aux personnes qui ont commis l’infraction sous-jacente. Variante 2: L’infraction de blanchiment de capitaux ne s’applique pas aux personnes qui ont commis l’infraction sous-jacente. 5) Le blanchiment de capitaux est passible d’une peine d’amende de [...] à [...] et d’une peine d’emprisonnement de [...] de [..] ou de l’une de ces peines seulement. [Option: et d’une amende égale à _______ fois le montant des sommes qui ont fait l’objet du blanchiment.] 6) Une tentative de commettre une infraction de blanchiment de capitaux ou le fait d’aider, d’inciter ou de conseiller quelqu’un en vue de la commettre ou le fait d’en faciliter l’exécution est sanctionné de la même manière que si l’infraction avait été commise. [Option: est sanctionné d’une peine réduite de [fraction] par rapport à la peine principale.] Article 5.2.2 Incrimination du financement du terrorisme 1) Aux fins de la présente loi, le financement du terrorisme est défini comme suit: Un acte commis par une personne qui, par quelque moyen que ce soit, directement ou indirectement, délibérément, fournit ou réunit des fonds, ou tente de fournir ou de réunir des fonds dans l’intention de les voir utilisés ou en sachant qu’ils seront utilisés, en tout ou en partie: a) en vue de commettre un acte terroriste, ou b) par un terroriste, ou c) par une organisation terroriste. 2) L’infraction est commise, que l’acte visé au paragraphe 1 se produise ou non, ou que les fonds aient ou non été utilisés pour commettre cet acte. 3) Est également une infraction, le fait: a) de participer en tant que complice à une infraction au sens du paragraphe 1 du présent article; 36 b) d’organiser une infraction au sens du paragraphe 1 du présent article ou d’ordonner à d’autres de la commettre. 4) Le financement du terrorisme est passible d’une peine amende de ... à ... et d’une peine d’emprisonnement de ... à ... ou de l’une de ces peines seulement. 5) Une tentative de commettre une infraction de financement du terrorisme ou le fait d’aider, d’inciter ou de conseiller quelqu’un en vue de la commettre ou le fait d’en faciliter l’exécution est sanctionné de la même manière que si l’infraction avait été commise. [Option: est sanctionné d’une peine réduite de [fraction] par rapport à la peine principale.] Article 5.2.3 Association ou entente en vue du blanchiment de capitaux Le fait de participer à une association ou à une entente en vue de commettre les infractions visées à l’article 5.2.1 est passible des mêmes peines. Article 5.2.4 Association ou entente en vue du financement du terrorisme Le fait de participer à une association ou à une entente en vue de commettre l’infraction visée à l’article 5.2.2 est passible des mêmes peines. Article 5.2.5 Peines applicables aux personnes morales 1) Toute personne morale autre que l’État pour le compte ou le bénéfice de laquelle une infraction de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme a été commise par une personne physique agissant soit individuellement, soit en tant que membre d’un organe de la personne morale en cause, qui exerce un pouvoir de direction en son sein sur la base d’un pouvoir de représentation de la personne morale, d’une autorité pour prendre des décisions au nom de la personne morale ou d’une autorité pour exercer un contrôle au sein de la personne morale, agissant en cette capacité, sera punie d’une peine d’amende égale à [indiquer le multiplicateur] fois les amendes prévues pour les personnes physiques, que ces personnes aient ou non été condamnées comme auteurs ou complices de l’infraction. La responsabilité de la personne morale n’exclut pas celle de la personne physique. 2) Outre les cas déjà prévus au paragraphe 1 du présent article, une personne morale peut aussi être tenue pour responsable lorsque le défaut de surveillance ou de contrôle de la personne physique visée au paragraphe 1 a rendu possible la commission de l’infraction de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme au bénéfice de ladite personne morale par une personne physique soumise à son autorité. 37 Les personnes morales peuvent en outre: a) être frappées d’une interdiction définitive ou pendant [indiquer le nombre] ans au plus d’exercer directement ou indirectement certaines activités commerciales; b) être placées sous surveillance judiciaire; c) se voir ordonner la fermeture définitive ou pendant [indiquer le nombre] ans au plus d’établissements ayant servi à commettre l’infraction; d) dissoutes; e) être contraintes de publier le jugement. [Option: Article 5.2.6 Circonstances aggravantes liées au blanchiment de capitaux Variante 1: Les peines prévues aux articles 5.2.1 et 5.2.3 peuvent être portées à ... à ... d’emprisonnement et ... à ... d’amende ou une de ces peines seulement: Variante 2: Les peines prévues aux articles 5.2.1 et 5.2.3 peuvent être augmentées de ... [un tiers ou une autre proportion déterminée en fonction du régime général des peines en vigueur]: a) si l’infraction sous-jacente est passible d’une peine privative de liberté d’une durée supérieure à celle prévue aux articles précédents en ce qui concerne le blanchiment de capitaux; b) si l’infraction est commise dans le cadre de l’exercice d’une activité commerciale ou professionnelle; c) si l’infraction est commise dans le cadre des activités d’une organisation criminelle; d) si le montant des biens blanchis est supérieur à ...; e) si l’infraction a pour but de réaliser un bénéfice; f) si elle a pour but de favoriser l’accomplissement d’autres activités criminelles. [Option: Article 5.2.7 Circonstances aggravantes liées au financement du terrorisme Variante 1: Les peines prévues aux articles 5.2.2 et 5.2.4 peuvent être portées à ... à ... d’emprisonnement et à ... à ... d’amende ou une de ces peines seulement: Variante 2: Les peines prévues aux articles 5.2.21 et 5.2.4 peuvent être augmentées de ... [un tiers ou une autre proportion déterminée en fonction du régime général des peines en vigueur]: a) si l’infraction est commise dans le cadre de l’exercice d’une activité commerciale ou professionnelle; b) si l’infraction est commise dans le cadre des activités d’une organisation criminelle.] [Option: Article 5.2.8 Circonstances atténuantes 1) Les dispositions du droit national relatives aux circonstances atténuantes en général s’appliquent aux faits incriminés par la présente loi. 38 2) Les peines prévues aux articles 5.2.1 et 5.2.2 peuvent être réduites si l’auteur de l’infraction communique aux autorités judiciaires des informations qu’elles n’auraient pas obtenues autrement et qui les aident: a) à empêcher ou à limiter les effets de l’infraction; b) à identifier ou à poursuivre d’autres auteurs de l’infraction; c) à obtenir des preuves; d) à empêcher la commission d’autres infractions de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme; ou e) à priver des organisations criminelles de leurs ressources ou du produit du crime.] Chapitre III -Confiscation Article 5.3.1 Confiscation 1) En cas de condamnation pour blanchiment de capitaux ou pour une infraction sousjacente au financement du terrorisme ou pour une tentative de commission d’une telle infraction, le tribunal compétent prononce une décision de confiscation: a) des fonds et biens qui forment le produit de l’activité criminelle, y compris des biens mêlés à ce produit ou tirés de ce produit ou échangés contre ce produit, ou de biens dont la valeur correspond à celle de ce produit; b) des fonds et biens qui forment l’objet de l’infraction; c) des fonds et biens qui constituent le revenu et autres avantages tirés de ces fonds ou biens, ou du produit de l’activité criminelle; d) des instruments; e) des fonds et biens visés aux paragraphes a) à d) ci-dessus qui ont été transférés à une autre partie, sauf si [le propriétaire de ces biens peut établir qu’il a payé] [le tribunal estime que le propriétaire de ces biens les a acquis contre paiement d’] un prix équitable ou qu’il les a acquis en échange de la fourniture de services correspondant à leur valeur ou pour tout autre motif légitime, et qu’il ignorait leur origine illicite. [Option: 2) Le tribunal peut également ordonner la confiscation des fonds et biens visés au paragraphe 1 et appartenant directement ou indirectement à une personne convaincue de blanchiment de capitaux25 ou d’une infraction sous-jacente et de financement du terrorisme, qui ont été acquis pendant une période de [indiquer le nombre d’années] avant son inculpation pour l’infraction, s’il existe des raisons plausibles de penser que ces fonds ou ces biens sont le résultat de l’infraction dont la personne a été convaincue ou d’une activité criminelle grave analogue26 et si la personne n’a pas prouvé que les biens ont été obtenus de manière légale. 25 Le pays qui adopte la loi devrait s’assurer qu’il possède les pouvoirs correspondants pour les infractions graves aux fins de ce type particulier de confiscation. 26 Les pays devraient définir ce qu’est la criminalité organisée ou une activité criminelle analogue. 39 3) Si, dans les cas où le tribunal conclut à l’existence d’une infraction, son auteur ne peut être condamné parce qu’il est inconnu, en fuite ou décédé, le tribunal peut néanmoins ordonner la confiscation des fonds ou des biens saisis si des preuves suffisantes sont apportées que lesdits biens constituent le produit d’une activité criminelle telle que définie dans la présente loi.] 4) La décision de confiscation précise les biens concernés et comporte les détails nécessaires pour les identifier et les localiser. Article 5.3.2 Nullité de certains actes juridiques 1) Le tribunal peut prononcer la nullité de tout instrument juridique qui a pour but d’éviter la confiscation de biens prévue à l’article 5.3.1. 2) Si le contrat dont la nullité est prononcée a été conclu à titre onéreux, la partie acquérante agissant de bonne foi est remboursée du montant effectivement payé. Article 5.3.3 Sort des biens confisqués Sauf disposition contraire de la présente loi, les fonds et biens confisqués reviennent au [nom du pays qui adopte la loi] [Option: qui peut les affecter à un fonds en faveur des autorités chargées de l’application des lois ou à des fins publiques analogues]. Ces fonds et biens restent grevés, à concurrence de leur valeur, de tous droits légalement constitués au profit de tiers agissant de bonne foi.27 [Option: Chapitre IV -Établissement d’un Office central pour la saisie et la confiscation Article 5.4.1 Établissement d’un Office central pour la saisie et la confiscation Un Office central pour la saisie et la confiscation est établi. Il est chargé d’assister [les autorités de police compétentes ou les autorités judiciaires d’enquête et de poursuite] dans l’identification et la localisation des fonds et des biens susceptibles de saisie et de confiscation. Il recueille et conserve toutes les données liées à sa mission, conformément à la loi [citer la loi qui régit le traitement des données et la protection de la vie privée]. Il gère les avoirs saisis en coopération avec le parquet ou le juge qui supervise les enquêtes. Article 5.4.2 Gestion des fonds et des biens saisis 1) L’Office central pour la saisie et la confiscation [ou une autre autorité compétente] est chargé de l’administration ou de la gestion des avoirs saisis selon les moyens utilisables 27 Lorsque la confiscation est ordonnée dans le cadre d’un jugement par contumace, les pays devraient prévoir une disposition selon laquelle le tribunal, statuant sur une requête en cassation dudit jugement, peut ordonner la restitution par l’État de la valeur des biens confisqués, sauf s’il est établi que ces biens sont le produit d’une activité criminelle. 40 à sa disposition, le but étant de restituer ou de confisquer ces avoirs dans un état raisonnablement comparable à ce qu’il était au moment de la saisie. Le parquet ou le juge qui supervise les enquêtes peut autoriser la vente de fonds ou de biens susceptibles de se déprécier fortement suite à la gestion, ou pour lesquels le coût de la préservation est sans commune mesure avec leur valeur. Dans ce cas, la saisie est maintenue sur le produit de la vente. 2) L’Office central pour la saisie et la confiscation [ou une autre autorité compétente] gère les avoirs pécuniaires saisis, sauf si ceux-ci étaient déjà confiés à une institution financière ou à un gestionnaire privé ou ont été saisis ou gelés chez ceux-ci.] 41 Titre VI -Coopération internationale Chapitre I – Dispositions générales Article 6.1.1 Dispositions générales 1) Les autorités compétentes fournissent la coopération la plus large possible aux autorités compétentes des autres États aux fins d’extradition ou d’entraide judiciaire dans le cadre des enquêtes et procédures pénales liées au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme. 2) La condition de la double incrimination est réputée remplie, que les lois de l’État requérant classent ou non l’infraction dans la même catégorie d’infractions ou qu’elles utilisent ou non la même terminologie pour la désigner qu’en [nom du pays qui adopte le modèle de loi], dès lors que les lois des États concernés incriminent l’acte sous-jacent à l’infraction pour laquelle l’entraide est demandée. Chapitre II -Demandes d’entraide judiciaire Article 6.2.1 Objet des demandes d’entraide judiciaire À la requête d’un État étranger, les demandes d’entraide judiciaire formulées dans le cadre du blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme sont satisfaites conformément aux principes définis dans le présent titre. L’entraide judiciaire peut comprendre en particulier une assistance sur les plans suivants: -la collecte de preuves ou de déclarations auprès de personnes; -la facilitation de la mise à disposition des autorités judiciaires de l’État requérant de détenus, de témoins volontaires et d’autres personnes dans le but de témoigner ou d’apporter une aide aux enquêtes; -la signification d’actes judiciaires; -l’exécution de perquisitions et de saisies; -l’examen d’objets, la visite de lieux; -la fourniture d’informations, de pièces à conviction et d’estimations d’experts; -la fourniture d’originaux ou de copies certifiées conformes de documents et dossiers pertinents, y compris de documents administratifs, bancaires, financiers ou commerciaux ou de documents de sociétés; -l’identification ou la localisation de produits d’activités criminelles, de biens, d’instruments ou d’autres éléments à des fins de preuve ou de confiscation; -la confiscation d’avoirs; -l’exécution de gels et autres mesures conservatoires; 42 -toute autre forme d’entraide judiciaire qui n’est pas contraire aux lois intérieures de [nom du pays qui adopte la loi]. Article 6.2.2 Refus d’exécuter la demande 1) Une demande d’entraide judiciaire peut uniquement être refusée: a) si elle n’a pas été faite par une autorité compétente conformément à la législation du pays requérant, elle n’a pas été transmise conformément aux lois applicables ou son contenu est non conforme quant au fond à l’article 6.4.3; b) si son exécution est susceptible de porter atteinte à l’ordre public, à la souveraineté, à la sécurité ou à d’autres intérêts essentiels de [nom du pays qui adopte la loi]; c) si l’infraction à laquelle elle se rapporte fait l’objet d’une procédure pénale ou a déjà fait l’objet d’un jugement définitif sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi]; d) s’il y a de sérieuses raisons de penser que les mesures demandées ou la décision sollicitée ne visent la personne concernée qu’en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son origine ethnique, de ses opinions politiques, de son sexe ou de sa condition; e) si l’infraction mentionnée dans la demande n’est pas prévue par la législation de [nom du pays qui adopte la loi] ou ne présente pas de caractéristiques communes avec une infraction prévue dans cette législation; toutefois, l’assistance sera accordée si elle ne suppose pas de mesures de coercition; [Option: f) si, dans la législation de [nom du pays qui adopte la loi], les mesures sollicitées ou toutes autres mesures ayant des effets analogues ne sont pas autorisées, ou si elles ne peuvent être appliquées à l’infraction visée dans la demande; g) si les mesures sollicitées ne peuvent être ordonnées ou exécutées en raison de la période de prescription applicable au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme en vertu de la législation de [nom du pays qui adopte la loi] ou du droit de l’État requérant; h) si la décision dont l’exécution est sollicitée n’est pas exécutable à raison de la législation de [nom du pays qui adopte la loi]; i) si la décision prononcée à l’étranger l’a été dans des conditions qui ne garantissent pas une protection suffisante des droits du défendeur.] 2) Aucune demande d’entraide judiciaire n’est refusée en raison de conditions indûment restrictives ni subordonnée à pareilles conditions. 3) Les dispositions de secret ou de confidentialité qui lient les banques et autres institutions financières ne peuvent être invoquées comme motif de refus de faire droit à la demande. 4) L’assistance ne peut être refusée au seul motif que l’infraction est également considérée comme portant sur des questions fiscales. 43 5) Une décision d’un tribunal relative à une demande d’entraide judiciaire peut être susceptible d’appel28. 6) L’autorité compétente de [nom du pays qui adopte la loi] communique sans délai à l’autorité étrangère compétente les motifs du refus d’exécution de sa demande. Article 6.2.3 Demande de mesures d’enquête Les mesures d’enquête sont exécutées conformément aux règles de procédure de [nom du pays qui adopte la loi], sauf si l’autorité étrangère compétente a demandé une procédure particulière qui ne contrevient pas à ces règles. Un fonctionnaire habilité par l’autorité étrangère compétente peut assister à l’exécution des mesures. Article 6.2.4 Demande de mesures conservatoires Les mesures conservatoires demandées par un État sont exécutées conformément au [Code de procédure pénale ou autre législation applicable]. Si la demande est formulée en termes généraux, les mesures les plus appropriées prévues par la législation sont utilisées. Si le [Code de procédure pénale ou autre législation applicable] ne prévoit pas les mesures demandées, l’autorité compétente peut leur substituer les mesures prévues par cette législation dont les effets correspondent le mieux aux mesures dont l’exécution est sollicitée. Les dispositions relatives à la levée des mesures conservatoires visées au paragraphe 3 de l’article 5.1.1 de la présente loi sont applicables. Avant de lever les mesures conservatoires appliquées, le pays requérant devrait en être informé. Article 6.2.5 Demande de confiscation 1) Dans le cas d’une demande d’entraide juridique visant à obtenir une décision de confiscation, les autorités compétentes reconnaissent et font exécuter la décision de confiscation prononcée par un tribunal de l’État requérant ou transmettent la demande à leur autorité chargée des poursuites en vue de faire prononcer une décision de confiscation [intérieure] et, si cette décision est accordée, de la faire exécuter. La décision de confiscation s’applique aux fonds et biens visés à l’article 5.3.1 qui sont situés sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi]. 28 Le pays devrait préciser les types de décisions qui sont susceptibles d’appel. 44 2) Lorsque les autorités compétentes reconnaissent et font exécuter une décision de confiscation prononcée à l’étranger, elles sont liées par les conclusions factuelles sur lesquelles la décision se fonde. Article 6.2.6 Sort des biens confisqués L’État [nom du pays qui adopte la loi] a le pouvoir de disposer des biens confisqués sur son territoire à la demande d’autorités étrangères, sauf disposition contraire d’un accord conclu avec l’État requérant, sans préjudice de la restitution des avoirs à leur légitime propriétaire de bonne foi. Article 6.2.7 Enquêtes conjointes [Les autorités compétentes du pays qui adopte la loi] peuvent conclure des accords ou arrangements bilatéraux ou multilatéraux en vertu desquels, pour les affaires qui font l’objet d’enquêtes ou de procédures judiciaires dans un ou plusieurs États, elles établissent des équipes d’enquête mixtes et mènent des enquêtes conjointes. En l’absence de tels accords ou arrangements, des enquêtes conjointes peuvent être décidées au cas par cas. Chapitre III -Extradition Article 6.3.1 Demandes d’extradition 1) Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont des cas d’extradition. 2) L’exécution des demandes d’extradition liées au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme est soumise aux procédures et aux principes contenus dans les traités d’extradition applicables. En l’absence de tels traités ou pour les questions qui ne sont pas régies par eux, les procédures et principes applicables en [non du droit interne applicable en matière d’extradition] sont appliqués. 29 Article 6.3.2 Double incrimination L’extradition sur la base de la présente loi n’est exécutée que si l’infraction qui donne lieu à la demande d’extradition ou une infraction analogue est prévue dans la législation de l’État requérant et de [nom du pays qui adopte la loi]. Article 6.3.3 Motifs obligatoires de refus L’extradition n’est pas accordée: a) s’il y a de sérieuses raisons de penser que la demande d’extradition a été présentée aux fins de poursuivre ou de punir une personne en raison de son sexe, de sa race, de sa 29 En l’absence de tout traité d’extradition ou de toute disposition législative en la matière, l’extradition est exécutée conformément aux procédures et dans le respect des principes définis dans la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, la Convention des Nations Unies contre la corruption et la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme. 45 religion, de sa nationalité, de son origine ethnique ou de ses opinions politiques, ou que faire droit à cette demande causerait un préjudice à la situation de cette personne pour l’une de ces raisons; b) si l’infraction à laquelle la demande d’extradition se rapporte a fait l’objet d’un jugement définitif sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi]; c) si la personne dont l’extradition est demandée ne peut plus, en vertu de la législation de l’un ou l’autre des pays, être poursuivie ou punie pour une raison quelconque, notamment en raison du temps qui s’est écoulé ou d’une mesure d’amnistie; d) s’il y a de sérieuses raisons de penser que la personne dont l’extradition est demandée a été ou serait soumise à des tortures et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ou qu’elle n’a pas bénéficié ou ne bénéficierait pas des garanties minimales prévues au cours des procédures pénales, énoncées à l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. L’extradition ne peut être refusée au seul motif que l’infraction est également considérée comme portant sur des questions fiscales. Article 6.3.4 Motifs facultatifs de refus L’extradition peut être refusée: a) si des poursuites à raison de l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée sont en cours en [nom du pays qui adopte la loi] contre la personne dont l’extradition est demandée; b) si l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée a été commise en dehors du territoire des deux pays et que la législation de [nom du pays qui adopte la loi] ne prévoit pas de compétence à l’égard des infractions commises en dehors de son territoire dans des circonstances comparables; c) si la personne dont l’extradition est demandée a, pour les actes qui donnent lieu à la demande, été condamnée ou risquerait d’être jugée ou condamnée dans l’État requérant par une juridiction d’exception ou un tribunal spécial irréguliers ou fondamentalement inéquitables; d) si [nom du pays qui adopte la loi], tout en prenant aussi en considération la nature de l’infraction et les intérêts de l’État requérant, considère qu’étant donné les circonstances de l’espèce, l’extradition de la personne en question serait incompatible avec des considérations humanitaires compte tenu de l’âge, de l’état de santé ou d’autres circonstances personnelles de ladite personne; e) si l’extradition est demandée en exécution d’un jugement définitif qui a été rendu en l’absence du condamné qui, pour des raisons indépendantes de sa volonté, n’a pas été averti en temps voulu du procès ou n’a pas été en mesure d’assurer sa défense et n’a pas ou n’aura pas la possibilité de faire rejuger l’affaire en sa présence; f) si [nom du pays qui adopte la loi] a établi sa compétence à l’égard de l’infraction; g) si la personne dont l’extradition est demandée encourt la peine de mort pour l’infraction qui lui est reprochée dans le pays requérant, à moins que celui-ci n’offre des garanties suffisantes que la peine ne sera pas exécutée; 46 h) si la personne dont l’extradition est demandée est un ressortissant de [nom du pays qui adopte la loi]. Article 6.3.5 Devoir d’extrader ou de poursuivre au nom du droit international Si l’extradition est refusée pour un des motifs énoncés à l’article 6.3.3 paragraphes c) ou d) ou à l’article 6.3.4 paragraphes c), [Option: e)], g) ou h), l’affaire est renvoyée aux autorités compétentes afin que des poursuites puissent être engagées contre l’intéressé pour l’infraction ayant motivé la demande. Article 6.3.6 Procédure simplifiée d’extradition En ce qui concerne le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, le [nom du pays qui adopte la loi] peut accorder l’extradition après réception d’une demande d’arrestation provisoire si la personne dont l’extradition est demandée marque explicitement son accord devant une autorité compétente. [Option: Article 6.3.7 Remise de biens Dans les limites autorisées par la législation nationale et sans préjudice des droits des tiers30, tous les biens trouvés sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi] dont l’acquisition est le résultat de l’infraction commise ou qui peuvent être requis comme éléments de preuve sont remis à l’État requérant, si celui-ci le demande et si l’extradition est accordée. Les biens en question peuvent, si l’État requérant le demande, être remis à cet État même si l’extradition accordée ne peut pas être exécutée. Lorsque lesdits biens sont susceptibles de saisie ou de confiscation sur le territoire de [nom du pays qui adopte la loi], l’État peut, temporairement, les garder ou les remettre.] Chapitre IV -Dispositions communes aux demandes d’entraide et aux demandes d’extradition Article 6.4.1 Nature politique des infractions Aux fins de la présente loi, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ne sont pas considérés comme des infractions politiques ou comme des infractions liées à une infraction politique ou comme des infractions inspirées par des motifs politiques. Article 6.4.2 Transmission et traitement des demandes 1) La [nom de l’autorité compétente dans le pays qui adopte la loi] a la responsabilité et le pouvoir de recevoir les demandes d’entraide judiciaire ou d’extradition relatives au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme qui sont formulées par des autorités étrangères compétentes. Elle assure l’exécution ou la transmission rapide et en bonne et due forme de la demande reçue ou, si elle la transmet pour exécution, elle en encourage l’exécution rapide et en bonne et due forme par les autorités compétentes. 30 Un pays requis peut remettre les biens, à condition qu’ils lui soient retournés sans frais après l’achèvement du procès. 47 Dans les cas urgents, ces demandes peuvent être transmises par l’intermédiaire de l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC/Interpol) ou directement par les autorités judiciaires de [nom du pays qui adopte la loi]. Dans ce cas, l’autorité qui reçoit la demande en informe la [nom de l’autorité compétente dans le pays qui adopte la loi]. 2) Les demandes et les réponses sont transmises soit par voie postale, soit par tout autre moyen plus rapide de transmission pouvant produire un document écrit ou une autre trace matérielle équivalente dans des conditions qui permettent à [nom du pays qui adopte la loi] d’en établir l’authenticité. 3) Les demandes et leurs annexes sont accompagnées d’une traduction dans une langue acceptable pour [nom du pays qui adopte la loi]. Article 6.4.3 Contenu des demandes 1) Les demandes mentionnent: a) l’identité de l’autorité qui sollicite la mesure; b) le nom et la fonction de l’autorité qui mène l’enquête, les poursuites ou la procédure; c) l’autorité requise; d) l’objet de la demande et toute remarque pertinente sur son contexte; e) les faits qui la justifient; f) tous éléments connus susceptibles de faciliter l’identification des personnes concernées et notamment le nom, l’état civil, la nationalité, l’adresse, le lieu de résidence et la profession; g) tous renseignements nécessaires pour identifier et localiser les personnes, instruments, ressources ou biens en cause; h) le texte de la disposition légale créant l’infraction ou, le cas échéant, un exposé du droit applicable à l’infraction, et l’indication de la peine encourue pour l’infraction; i) un descriptif de l’assistance requise et de la procédure particulière que l’État requérant souhaite voir appliquer. 2) En outre, les demandes doivent contenir les éléments suivants dans certains cas particuliers: a) en cas de demande de prise de mesures conservatoires, un descriptif des mesures demandées; b) en cas de demande de prononcé d’une décision de confiscation, un exposé des faits et arguments pertinents devant permettre aux autorités judiciaires de prononcer la confiscation, en vertu du droit interne; c) en cas de demande d’exécution d’une décision de mesures conservatoires ou de confiscation: 48 (i) une copie certifiée conforme de la décision et, si celles-ci ne les énonce pas, l’exposé de ses motifs; (ii) une attestation selon laquelle la décision est exécutoire et n’est pas susceptible de recours par les voies ordinaires; (iii) l’indication des limites dans lesquelles la décision doit être exécutée et, le cas échéant, du montant de la somme à récupérer sur le ou les biens; (iv) s’il y a lieu et si possible, toutes indications relatives aux droits que des tiers peuvent faire valoir sur les instruments, ressources, biens ou autres éléments en cause; d) en cas de demande d’extradition, si la personne a été reconnue coupable d’une infraction, le jugement ou une copie certifiée conforme du jugement ou de tout autre document établissant que la culpabilité de l’intéressé a été reconnue et indiquant la peine prononcée, le fait que le jugement est exécutoire et la mesure dans laquelle la peine n’a pas été exécutée. Article 6.4.4 Compléments d’information Le [nom de l’autorité compétente du pays qui adopte la loi] ou l’autorité compétente qui traite la question peut soit d’office, soit sur demande de [nom de l’autorité compétente du pays qui adopte la loi], demander des compléments d’information à l’autorité étrangère compétente si ceux-ci s’avèrent nécessaires pour exécuter la demande ou en faciliter l’exécution. Article 6.4.5 Exigence de confidentialité Lorsqu’une requête nécessite que son existence et sa teneur soient tenues confidentielles, il est tenu compte de cette nécessité. Si cela n’est pas possible, les autorités requérantes en sont informées sans retard. Article 6.4.6 Sursis à l’exécution Le [nom de l’autorité compétente du pays qui adopte la loi] peut surseoir à saisir de la demande les autorités compétentes pour son exécution si la mesure ou la décision demandée est susceptible d’entraver gravement une enquête ou une procédure en cours. Elle en informe immédiatement l’autorité requérante. Article 6.4.7 Frais Les frais encourus pour exécuter les demandes prévues au présent titre sont à la charge de l’État de [nom du pays qui adopte la loi], à moins qu’il en soit convenu autrement avec l’État requérant. 49 MODÈLE DE [DECRET, RÈGLEMENT] RELATIF À LA CELLULE DE RENSEIGNEMENTS FINANCIERS PRIS EN APPLICATION DE L’ARTICLE 3.1.1 DU [MODÈLE DE LOI SUR LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME] Organisation Article 1 La cellule de renseignements financiers créée en application de l’article 3.1.1 du [Modèle de loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme], jouit [Option: de l’autonomie en ce qui concerne l’utilisation de son budget et] de la compétence décisionnelle indépendante pour les questions qui relèvent de sa responsabilité. Article 2 La cellule de renseignements financiers est composée de personnes suffisamment qualifiées [Option: possédant des compétences particulières dans les domaines financier, bancaire, juridique, informatique, douanier et policier] qui peuvent être détachées par des organismes publics. Elle peut aussi comporter des officiers de liaison chargés de la coopération avec les autres administrations. La cellule de renseignements financiers bénéficie de l’assistance d’un secrétariat. Article 3 Le directeur, les experts, les officiers de liaison et les autres membres du personnel de la cellule de renseignements financiers ne peuvent occuper simultanément une fonction dans une des institutions financières et dans une des entreprises et professions non financières désignées visées dans la loi du [date] sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Ils n’occupent aucun poste, n’exercent aucun mandat ou ne se livrent à aucune activité susceptibles d’affecter l’indépendance de leur fonction. [Option: Les agents des forces de l’ordre affectés à des postes au sein de la cellule de renseignements financiers cessent d’exercer tout pouvoir d’enquête qu’ils détenaient dans leur ancien emploi.] Fonctionnement Article 4 Les déclarations exigées des institutions financières et des entreprises et professions non financières désignées sont transmises à la cellule de renseignements financiers par tout moyen de communication rapide. Le cas échéant, elles sont confirmées par écrit et contiennent l’identité et l’adresse de la partie déclarante, du client ou du bénéficiaire effectif et, selon le cas, du bénéficiaire de l’opération et des autres personnes qui ont participé à l’opération ou aux faits. Elles mentionnent la nature et la description de l’opération ou des faits/de l’activité et, dans le cas d’une opération, la date et l’heure de celle-ci, les numéros de compte et les autres institutions financières et entreprises et professions non financières désignées qui y ont participé, [Option: et, le cas échéant,] le 50 délai prévu pour l’exécution de l’opération ou la raison pour laquelle son exécution ne peut être reportée. Article 5 La cellule de renseignements financiers tient, dans le respect des lois et règlements sur la protection de la vie privée et sur les bases de données informatisées, une base de données contenant toutes les déclarations d’opérations suspectes ainsi que d’autres renseignements prévus par la loi précitée ainsi que par le présent [décret, règlement] sur les opérations exécutées et sur les personnes qui les effectuent soit directement, soit par l’entremise d’intermédiaires. Article 6 La cellule de renseignements financiers établit annuellement un rapport qu’elle adresse Variante 1: au gouvernement Variante 2: au parlement Variante 3: au ministre de la Justice, au ministre des Finances et aux autres autorités compétentes. Le rapport comporte une analyse et une évaluation globales des déclarations reçues et des tendances en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. [Option: Budget de fonctionnement Article 7 La cellule de renseignements financiers établit chaque année son budget pour l’année suivante, qui respecte les limites fixées par [nom du ministre compétent].] 51 Annexe 1 -la participation à un groupe criminel organisé et à un racket; -le terrorisme, y compris son financement; -la traite d’êtres humains et le trafic illicite de migrants; -l’exploitation sexuelle, y compris celle des enfants; -le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes; -le trafic illicite d’armes; -le trafic illicite de biens volés et autres biens; -la corruption; -la fraude et l’escroquerie; -la fausse monnaie; -la contrefaçon et le piratage de produits; -les crimes contre l’environnement; -les meurtres et les blessures corporelles graves; -l’enlèvement, la séquestration et la prise d’otages; -le vol; -la contrebande; -l’extorsion; -le faux; -la piraterie; et -les délits d’initiés et la manipulation des marchés.